Samedi 16 Décembre 2017
(APA 13/10/17)
APA - Brazzaville (Congo) - La croissance économique en Afrique subsaharienne devrait ressortir à 2,4 % en 2017, contre 1,3 % en 2016, selon la dernière édition d’Africa’s Pulse, un rapport semestriel de la Banque mondiale qui analyse l’état des économies africaines parvenu ce jeudi à APA à Brazzaville. Les anticipations d’avril dernier, tablaient sur une progression de 2,6 %, rappelle le rapport. Au deuxième trimestre de cette année , les deux principales locomotives du continent — l’Afrique du Sud et le Nigéria — ont renoué avec la croissance après respectivement deux et cinq mois de performances négatives, entraînant dans leur sillage la croissance régionale. Par ailleurs, l’amélioration de la conjoncture internationale, à la faveur notamment de la hausse des...
(AFP 12/10/17)
Le Parquet de Paris a demandé le renvoi aux assises du Franco-Rwandais Claude Muhayimana pour "complicité" de génocide en 1994 au Rwanda mais a requis l'abandon d'une partie des poursuites, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Il revient désormais aux juges d'instruction de se prononcer sur la tenue d'un éventuel procès pour cet ancien chauffeur d'hôtel, soupçonné d'avoir transporté des Interahamwe. Ces miliciens extrémistes hutu furent le fer de lance du génocide des Tutsi, qui fit 800.000 morts selon l'ONU. Réfugié en France, dont il a obtenu la nationalité en 2010, Claude Muhayimana avait été arrêté en avril 2014 à Rouen (nord), où il était employé municipal. Il avait alors été inculpé pour génocide et crimes contre l'humanité dans cette...
(RFI 12/10/17)
Au Rwanda, Human Rights Watch vient de dénoncer le recours régulier à la détention illégale et à la torture dans des centres de détentions non officiels par l'armée de ce pays. L'organisation de défense des droits de l'homme, qui s'appuie sur des témoignages recueillis auprès d'ex-détenus et de membres de familles de personnes torturées, a documenté dans son dernier rapport plus d'une centaine d'arrestations illégales entre 2010 et 2016, et cela en toute impunité. Et parmi ces cas, une dizaine serait celle de rebelles hutus des FDLR en provenance de la République démocratique du Congo voisine. Depuis des années, des milliers de combattants hutus des rebelles des FDLR ont accepté volontairement d'être rapatriés au Rwanda, un retour au pays qui...
(Xinhua 12/10/17)
Le ministre rwandais de la Justice a accusé mercredi l'organisation Human Rights Watch de "recycler de vieilles allégations infondées pour lesquelles ils n'ont pas de preuve crédible". Le ministre de la Justice, Johnston Busingye, a tenu ces propos en réponse à un rapport de Human Rights Watch indiquant que l'armée rwandaise incarcérait des suspects de manière informelle et les torturait par des passages à tabac, de l'asphyxie, des simulations d'exécution et des chocs électriques. Ce rapport, publié mardi, fait état de détentions arbitraires dans des camps militaires et de pratiques de torture répandues et systématiques par l'armée. "Human Rights Watch ne fait que recycler de vieilles allégations infondées, pour lesquelles ils n'ont aucune preuve crédible, dans la poursuite de leur...
(AFP 11/10/17)
Le Rwanda a rejeté mercredi comme "sans fondement" un rapport de l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch accusant son armée de torturer pour obtenir des aveux de suspects détenus illégalement. Le ministre rwandais de la Justice, Johnston Busingye, a répondu dans un communiqué qu'il n'y avait "aucune preuve crédible" de ces accusations publiées mardi. L'ONG affirme avoir documenté 104 cas de personnes détenues illégalement, dont une majorité auraient été victimes d'actes de torture - bastonnades, décharges électriques, simulacres d'exécution -, dans les centres de détention de l'armée rwandaise entre 2010 et 2016.
(AFP 11/10/17)
Plusieurs personnes ont été tuées mercredi lors de l'attaque d'un village attribuée à une milice d'opposants hutus rwandais de l'est de la République démocratique du Congo, a rapporté un porte-parole de l'armée. Les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) ont attaqué le village de Bwiza dans la province du Nord-Kivu, a déclaré à la presse le porte-parole, Guillaume Ndjike Kaiko. "Les FDLR ont attaqué un commissariat de police. Un élément de la police a été tué. Quelques civils ont trouvé la mort", L'armée est intervenue et a mis en "débandade" les miliciens, a-t-il ajouté. Cinq civils ont été tués, en plus du policier, ainsi qu'un membre de l'Agence nationale de renseignement (ANR), a dit de son côté le...
(RFI 11/10/17)
Plusieurs personnes ont été tuées ce mercredi lors de l'attaque d'un village attribuée à une milice d'opposants hutus rwandais de l'est de la République démocratique du Congo, a rapporté un porte-parole de l'armée. Selon lui, cinq civils et un policier ont été tués. Les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) ont attaqué le village de Bwiza dans la province du Nord-Kivu, a déclaré à la presse le porte-parole de l’armée, Guillaume Ndjike Kaiko. « Les FDLR ont attaqué un commissariat de police. Un élément de la police a été tué. Quelques civils ont trouvé la mort ». L'armée est intervenue et a mis en « débandade » les miliciens, a-t-il ajouté. Un membre de l'Agence nationale de renseignement...
(RFI 11/10/17)
Dans un rapport publié mardi 10 octobre, Human Right Watch (HRW) accuse l'armée du Rwanda de recourir régulièrement à la détention illégale et à la torture dans des centres de détentions non officiels. L'organisation de défense des droits de l'homme, qui s'appuie sur des témoignages recueillis auprès d'ex-détenus et de membres de famille de personnes torturées, assure avoir documenté au moins 104 cas de personnes arrêtées illégalement entre 2010 et 2016, et cela en toute impunité. L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) accuse l'armée rwandaise de recourir à la torture pour extorquer des aveux à des suspects détenus illégalement. HRW affirme avoir documenté 104 cas de personnes détenues illégalement et, pour une majorité d'entre elles,...
(Libération 11/10/17)
Sur le papier, le Rwanda est l'un des champions du monde de l’égalité des genres : c’est le pays avec le plus haut taux de femmes parlementaires (64%) et il est 5e du rapport mondial sur la parité du World Economic Forum, derrière les pays nordiques (la France est 17e). Deux décennies après le génocide de 1994, des politiques volontaristes promeuvent l'accès des femmes à tous les niveaux : éducation, économie, politique. Mais alors que la première génération de jeunes femmes nées après le génocide a voté cet été pour la première fois lors de l'élection présidentielle, elles témoignent d’une autre réalité au quotidien. Divine, Chanceline et Bernadette sont trois jeunes femmes issues d'un milieu rural, toutes nées après le...
(AFP 10/10/17)
L'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a accusé l'armée rwandaise de recourir à la torture pour extorquer des aveux à des suspects détenus illégalement, dans un rapport publié mardi. HRW affirme avoir documenté 104 cas de personnes détenues illégalement et, pour une majorité d'entre elles, victimes d'actes de torture - bastonnades, décharges électriques, simulacres d'exécution -, dans les centres de détention de l'armée rwandaise entre 2010 et 2016, selon le rapport de 102 pages intitulé "Nous t'obligerons à avouer: torture et détention militaire illégale au Rwanda".
(RFI 10/10/17)
En France, la justice française qui enquête sur l’attentat de 1994 contre l’avion du président rwandais, Juvénal Habyarimana, vient d'ordonner la confrontation d'un nouveau témoin qui corrobore les accusations contre le régime actuel avec deux autres personnes déjà mises en examen, dont le ministre de la Défense James Kabarebe. Ce témoin affirme avoir eu la garde des deux missiles antiaériens qui ont, selon lui, servi à abattre l'avion, sur ordre de son chef, l’actuel président rwandais Paul Kagame. A ce jour, deux thèses s'affrontent toujours. L’avion a-t-il été abattu depuis la colline de Massaka ou bien de Kanombe ? Deux lieux et deux thèses diamétralement opposées. D'un côté, celle du commando des rebelles du Front patriotique rwandais (FPR) de Kagame,...
(AFP 09/10/17)
Le juge français qui enquête sur l'attentat de 1994 contre le président rwandais Habyarimana a ordonné la confrontation d'un nouveau témoin, qui corrobore les accusations contre le régime actuel, avec deux personnes déjà mises en examen dont le ministre de la Défense, a appris l'AFP lundi de source proche du dossier. Ce témoin affirme avoir eu la garde, au quartier général de l'ex-rébellion tutsi, de deux missiles antiaériens qui ont, selon lui, servi à abattre l'avion sur ordre de son chef Paul Kagame, l'actuel président du Rwanda. Le soir du 6 avril 1994, l'avion de Juvénal Habyarimana, un Hutu, avait été abattu en phase d'atterrissage à Kigali par au moins un missile. Cet attentat est considéré comme le déclencheur du...
(Le Point 09/10/17)
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la démocratie ne se porte pas bien en Afrique centrale. Pourquoi ? Eléments d'explications. Les régimes bâtis sur les ruines de guerres civiles en Angola, au Burundi, au Congo, en République démocratique du Congo (RDC), en Ouganda et au Rwanda ont reposé sur des forces politico-militaires. Hormis au Kenya, en Tanzanie et en Zambie, où le multipartisme a été rétabli au début des années 1990 et a perduré malgré des élections entachées de violences, partout les espérances démocratiques ont été trahies ou manipulées. Entre juin 2015 et août 2017, la région a ainsi connu un enchaînement ininterrompu d'élections générales. Les scrutins du Burundi en 2015 et de la RDC, initialement prévu en...
(Agence Ecofin 06/10/17)
Le gouvernement rwandais a récemment imposé une interdiction sur les exportations de lait cru afin d’améliorer la performance du sous-secteur, rapporte The NewTimes. Cette restriction commerciale s’adresse principalement à quatre districts de la Province de l’Ouest en l’occurrence Rubavu, Rutsiro, Nyabihu et Ngororero dont les pratiques de collecte, de transport et de vente ne répondent pas aux lignes directrices prescrites par le Ministère de l’Agriculture et des Ressources Animales (MINAGRI). D’après Geraldine Mukeshimana (photo), en charge du portefeuille, le lait ne sera désormais expédié que sous une forme...
(Jeune Afrique 06/10/17)
La compagnie nationale rwandaise poursuit son déploiement en Afrique de l’Ouest. Après le Gabon, le Congo et la Côte d'Ivoire, elle a inauguré, le 3 octobre, une nouvelle ligne commerciale entre son hub de Cotonou et Dakar. En attendant de nouvelles dessertes sur Bamako et Conakry. Le 3 octobre, vers 19 heures, le Boeing 737 de RwandAir, compagnie nationale du pays des Mille collines, a foulé pour la première fois le tarmac de l’aéroport Léopold-Sédar-Senghor de Dakar, sous les crépitements et flashs de la nuée de photoreporters et les vivats d’officiels et invités. La compagnie aérienne rwandaise assurera désormais des vols hebdomadaires entre son hub béninois et la capitale sénégalaise. « Dakar permettra à notre base de Cotonou de grandir...
(La Tribune 05/10/17)
La compagnie aérienne rwandaise, Rwandair, renforce sa présence en Afrique de l’ouest en déployant ses ailes à Dakar. La ligne commerciale qui lie désormais depuis ce mardi, 3 octobre, Kigali à Dakar, contribuera à accroître le volume des échanges commerciaux entre le Sénégal et le Rwanda. Quant à la compagnie Rwandair qui veut dominer le ciel africain, la desserte de Dakar a un potentiel énorme. L'arien, outil de la diplomatie économique entre Dakar et Kigali. Les deux capitales ont lancé ce mardi 3 octobre une ligne commerciale, pour accroître le volume de leurs échanges. Le vol inaugural de cette nouvelle liaison aérienne entre les deux pays, effectué par un avion de la compagnie Rwandair, s'est posé hier à l'Aéroport international...
(Financial Afrik 05/10/17)
La compagnie nationale rwandaise Rwandair a démarré depuis le 03 octobre 2017 ses trois vols hebdomadaires à partir de Dakar. Cotonou était jusque-là le hub ouest africain de Rwandair en Afrique de l’ouest. L’Ambassadeur du Rwanda au Sénégal Dr Mathias Harebamungu a officiellement procédé au lancement des activités de Rwandair au Sénégal en soutenant cette nouvelle ligne qui rapproche le Sénégal et le Rwanda, est un pas de plus tant sur le plan économique que dans l’intégration. Les deux pays vont tirer profit de cette nouvelle relation dans le domaine des transports. Pour les autorités sénégalaises, l’arrivée de cette nouvelle compagnie va contribuer au rayonnement de la plate-forme aéroportuaire du pays à quelques mois de l’ouverture officielle en décembre de...
(AFP 04/10/17)
L'opposante rwandaise Diane Rwigara, qui avait tenté de se présenter à la dernière présidentielle face à l'homme fort du pays Paul Kagame, a été inculpée avec sa mère et sa soeur pour "incitation à l'insurrection", a-t-on appris mardi de source judiciaire. Les trois femmes ont été formellement inculpées après avoir subi, selon les dires de Diane Rwigara, des interrogatoires quasi quotidiens au Centre d'investigation de la police rwandaise pendant les trois premières semaines de septembre, puis d'être placées en garde à vue le 22 septembre. "L'accusation a décidé de demander en justice la détention provisoire d'Adeline Rwigara (la mère, NDLR), Diane Rwigara et Anne Rwigara (la soeur, NDLR)", a déclaré à l'AFP Faustin Nkusi, un porte-parole du bureau du procureur...
(RFI 04/10/17)
Après une dizaine de jours passés en garde à vue précédée de nombreux interrogatoires, l'opposante rwandaise Diane Rwigara, qui avait tenté de se présenter à la dernière présidentielle face à l'homme fort du pays Paul Kagame, vient d'être inculpée avec sa mère et sa soeur pour « incitation à l'insurrection ». Le porte-parole du bureau du procureur rwandais, Faustin Nkusi, vient de l'annoncer : après plus de dix jours de garde à vue dans les locaux de la police, Diane Rwigara, sa soeur et sa mère viennent d'être inculpées. Le principal motif d'inculpation est lourd : « incitation à l'insurrection », un crime passible de dix à quinze ans de prison au Rwanda. L'opposante rwandaise est également poursuivie, cette fois...
(APA 04/10/17)
APA-Dakar (Sénégal) - La ligne commerciale Dakar-Kigali assurée par Rwandair, officiellement inaugurée mardi soir, constitue un ‘’signal fort’’ pour la coopération entre les deux pays, a soutenu Dr Mathias Harebamungu, ambassadeur du Rwanda au Sénégal. Le vol inaugural de Rwandair en provenance de Kigali, avec une escale à Cotonou, est arrivé à 18h50 (locales Gmt) à l’aéroport international Léopold Sédar Senghor de Dakar. "Ce vol est une noble action. Il traduit volonté des deux chefs d'Etats à rapprocher davantage les deux pays et à inscrire de nouvelles pages de leur coopération’’, a dit l’ambassadeur du Rwanda au Sénégal, soulignant qu’il constitue aussi ‘’un signal très fort pour la coopération entre nos deux pays’. Il a aussi invité l'Afrique à défendre...

Pages