Jeudi 26 Avril 2018
(Radio Okapi 03/09/13)
L’armée rwandaise a discrètement renforcé sa présence sur la frontière entre le Rwanda et la RDC. Des habitants de la ville rwandaise de Gisenyi ont constaté des mouvements militaires “inhabituels” mais discrets aux abords de la cité. Des blindés, des hommes et du matériel militaire ont été aperçus en train de converger vers des positions à la frontière avec la RDC, selon des témoignages que l’AFP a recueillis auprès des habitants. « J’ai vu cinq tanks et des armes lourdes transportées par de gros camions passer près de chez moi. J’habite au bord de la route. Je n’en avais jamais vu avant. Ils sont partis en direction de la frontière », a confié à la même source une habitante du...
(KongoTimes 03/09/13)
Lors de la conférence de presse tenue le vendredi 30 août dernier à Kinshasa, le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende Omalanga, a démenti les allégations de Kigali selon lesquelles les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ont bombardé plusieurs localités du territoire rwandais. Pour ce membre du gouvernement congolais, ces actes sont l'œuvre du M23 pour expliquer une probable intervention militaire officielle de Kagame sur le territoire congolais. Toute la semaine passée, les autorités du Rwanda ont multiplié les menaces d'entrer en guerre contre la République Démocratique du Congo en guise de représailles à de prétendus bombardements répétés du territoire de leur pays par les forces régulières congolaises. Le jeudi 29 août, le ministre rwandais des...
(L'Avenir Quotidien 03/09/13)
Parlant au nom de la population du Nord-Kivu, Julien Paluku estime que les pourparlers de Kampala sont inopportuns étant donné que c’est le M23 lui-même qui a brisé l’élan en choisissant l’option militaire le 14 juillet dernier. A ce sujet, faute d’une offensive militaire, la population du Nord-Kivu attend purement et simplement la dissolution de ce mouvement terroriste (M23). A l’heure qu’il est, les engins de la guerre ainsi que les troupes rwandaises sont fortement amassés le long de la frontière rwandaise de la Grande barrière vers Kibumba, précisément à Kabuhanga en territoire rwandais et sur une partie du territoire congolais. La même population s’interroge aujourd’hui sur le silence de la Communauté Internationale face à l’attroupement des forces de l’armée...
(La Tempête des Tropiques 03/09/13)
Alors que l’accord-cadre d’Addis-Abeba n’est toujours pas observé par certains pays signataires, l’opinion se demande si Kigali sera indexé et condamné pour son rôle de pyromane dans la guerre à l’Est de la RD Congo, à travers le 7ème sommet extraordinaire auquel prendra part Mary Robinson. Les pays signataires de l’accord-cadre d’Addis-Abeba participeront jeudi 5 septembre prochain au 7ème sommet extraordinaire des chefs d’Etat et des gouvernements dans le cadre de la Conférence internationale sur la Région de Grands Lacs (CIRGL). Une occasion pour Joseph Kabila de faire entendre sa voix, face à Paul Kagame, concernant l’appui de ce dernier aux forces du M23 qui ont une fois de plus allumé le feu à l’Est de la République Démocratique du...
(AFP 03/09/13)
JOHANNESBURG, 3 septembre 2013 (AFP) - Le président sud-africain Jacob Zuma a salué le retour à son domicile de Nelson Mandela, dimanche, après trois mois hospitalisation, estimant que cette décision démontre les "progrès" de l'illustre malade. "Nous sommes très heureux qu'il ait pu quitter l'hôpital, ce qui indique des progrès", a déclaré le chef de l'Etat au cours d'une rencontre avec des journalistes mardi matin, reprenant ensuite une formule cent fois répétée: "Il reste dans un état critique mais stable, et réagit au traitement". "Nous sommes bien conscients qu'il est âgé, et qu'il ne va pas bien, mais nous sommes très heureux qu'il soit rentré chez lui", a ajouté M. Zuma. Le héros de la lutte contre l'apartheid, 95 ans,...
(AFP 02/09/13)
L'armée rwandaise a discrètement renforcé sa présence sur la frontière entre le Rwanda et la République démocratique du Congo (RDC), dans un contexte de vive tension entre les deux pays après la chute d'obus sur la ville frontalière de Gisenyi. L'armée rwandaise a discrètement renforcé sa présence sur la frontière entre le Rwanda et la République démocratique du Congo (RDC), dans un contexte de vive tension entre les deux pays après la chute d'obus sur la ville frontalière de Gisenyi. "On est un peu inquiet après ce qui s’est passé ici, mais on a vu que notre armée est là, et donc on est rassuré", explique James, venu participer au stade de Gisenyi à un meeting du Front patriotique rwandais...
(L'Avenir Quotidien 02/09/13)
Aujourd’hui sur les traces de Jonas Savimbi, ce rebelle angolais tué de manière honteuse, Paul Kagame qui aurait déployé toutes les stratégies et forces pour reconquérir Kibati et ailleurs, est dans tous ses états comme un lion enragé enfermé dans la cage, mettant sa vie en danger devant les FARDC et la Brigade spéciale d’intervention de l’Onu. Les carottes sont donc cuites pour le M23 et les unités régulières de la République du Rwanda qui, depuis le vendredi en début d’après-midi de cette journée de délivrance pour les populations civiles de Kibati, de Goma…, errent dans la nature à Tchunza, aussi vers Rumangabo, après une confrontation comme jamais auparavant avec les Fardc, soutenues par la Brigade. « …. Nous pouvons...
(RFI 02/09/13)
Le Rwanda, pointé du doigt par la communauté internationale pour son soutien aux rebelles du M23, accuse -contrairement à l'ONU- l'armée congolaise d'être à l'origine des tirs qui ont touché son territoire. Deux obus sont tombés le 29 août sur la ville de Gisenyi et ont fait un mort. La ministre des Affaires étrangères rwandaise avait alors de nouveau accusé son voisin d’être à l’origine de ces tirs et avait haussé le ton prévenant que le Rwanda serait prêt à défendre son territoire. Depuis, des mouvements militaires discrets ont été signalés à l’extérieur de la ville. « On est un peu inquiet, mais tout va bien. La situation est calme ». C'est le même refrain que l'on entend aux quatre...
(La Prospérité 02/09/13)
Manifestement, le Plan Kabila est en marche. Le Raïs avait promis aux congolais, il y a peu, de s’attaquer à la crise sécuritaire dans l’Est de la RDC sur trois fronts : Politique, Diplomatique et Militaire. Au Plan politique et Diplomatique, Kinshasa applique, dans une proportion bien gardée, les fondamentaux de l’accord-cadre d’Addis-Abeba ainsi que de la résolution 2098 du Conseil de Sécurité de l’Onu. Avec, à la clé, les contacts diplomatiques avec des pays signataires de l’Accord-cadre dont l’Afrique du Sud et l’Angola où les Chefs d’Etat de ces trois géants de la SADC se sont rencontrés récemment à Luanda, pour évaluer ces instruments internationaux. A l’Onu, les choses évoluent plutôt en faveur de la RDC, Kigali et sa...
( 02/09/13)
Le Gouvernement congolais, réagissant aux accusations de la ministre rwandaise Louise Mushikiwabo des Affaires étrangères sur les bombes tombées sur le territoire rwandais, réaffirme sa responsabilité de protéger la population congolaise. Les propos de Louise Mushikiwabo, selon lesquels " cette provocation ne peut plus être tolérée, nous n'hésiterons pas à défendre notre territoire" n'a pas du tout enchanté la RDC qui considère ces prétextes comme un moyen pour Paul Kagame de vouloir tout simplement officialiser sa présence militaire sur le sol congolais. Le Gouvernement de la RD Congo, qui note que " les autorités du Rwanda ont multiplié ces derniers jours les menaces d'entrer en guerre contre la République démocratique du Congo en guise de représailles à de prétendus bombardements...
(Xinhua 02/09/13)
L'ancien président sud- africain Nelson Mandela est "pleinement vivant", contrairement aux informations données par des médias, selon lesquelles il est dans un état végétatif, a déclaré dimanche le petit-fils de l'ancien chef d'Etat, Mandla Mandela. Il a tenu ces propos peu après que M. Mandela a quitté l'hôpital, après près de trois mois de traitement pour une infection pulmonaire récurrente. Le retour de M. Mandela à son domicile est "particulièrement encourageant car cela est à l'encontre de ceux qui sont occupés à répandre des mensonges affirmant qu'il est dans l'état végétatif et et attend que les équipements de survie soient débranchés, a affirmé Mandla dans une déclaration. Ces gens "déclarent en effet sa mort tandis qu'il est pleinement vivant", a...
(AFP 01/09/13)
JOHANNESBURG, 1 septembre 2013 (AFP) - L'ancien président sud-africain Nelson Mandela, 95 ans, est sorti dimanche de la clinique de Pretoria où il était hospitalisé depuis près de trois mois, a annoncé la présidence dans un communiqué. "L'ancien président Nelson Mandela est sorti, ce matin, 1er septembre 2013, de l'hôpital de Pretoria où il recevait un traitement", a indiqué la présidence, ajoutant que son état "reste critique et est parfois instable". La veille, la présidence avait dû démentir des informations de presse selon lesquelles le héros de la lutte anti-apartheid avait pu regagner son domicile de Johannesburg. Dimanche, une ambulance, escortée par des policiers, a été vue arrivant à son domicile de la banlieue de Johannesburg, peu avant 9H00 GMT...
(RFI 31/08/13)
La Tanzanie a officiellement demandé la médiation du président ougandais dans son différend avec le Rwanda. Une crise déchire le président rwandais Kagamé et son homologue tanzanien Kikweté depuis le mois de mai lorsque ce dernier avait conseillé le chef de l'Etat rwandais de discuter avec les rebelles. Or pour Paul Kagamé, discuter avec les FDLR, la rébellion hutu rwandaise est une chose inimaginable. Depuis, les deux hommes ont échangé des propos belliqueux. C'est pour rassurer les députés tanzaniens inquiets de la tension croissante que le Premier ministre a fait cette mise eu point. Selon lui, le président Kikweté a demandé à son homologue ougandais de l'aider à normaliser ses relations avec le président rwandais Paul Kagamé. Ces derniers mois,...
(Xinhua 31/08/13)
KINSHASA, 30 août (Xinhua) -- Le gouvernement rd-congolais a appelé le Rwanda pour qu'il fasse l'effort de se conformer à son engagement dans l'Accord-cadre d'Addis-Abeba à ne pas apporter d'aides et d'appuis au Mouvement du 23 mars (M23), a indiqué Lambert Mende, porte-parole du gouvernement, lors d'un point de presse tenu le 30 août à Kinshasa. "Malheureusement, jusqu'au moment où nous parlons, le soutien de Kigali au M23 ne s'est jamais démenti à aucun moment", a déclaré M. Mende, ajoutant que "nous en voulons pour preuves sur la présence aux côtés des terroristes du M23 de quelques centaines d'éléments des forces régulières rwandaise infiltrés en RDC, au cours de ces derniers jours après les avoir lourdement équipés avec armes, munitions...
(RFI 31/08/13)
L’ONU persiste et signe sur sa conviction que les obus tirés sur le Rwanda l’ont été par le M23 et non par l’armée congolaise. Après les déclarations du chef des opérations de maintien de paix de l'ONU (Monusco), le 29 août lors d'une réunion à huis clos devant le Conseil de sécurité selon lesquelles des soldats rwandais s'étaient infiltrés ces derniers jours au Nord-Kivu pour appuyer les rebelles du M23, c'est au tour du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon d'enfoncer le clou et de confirmer publiquement ces accusations. Avec notre correspondant à New York, Karim LebhouR- L’ONU est convaincue que c’est le M23 qui tire des obus contre le Rwanda et non les forces congolaises. Jusqu’ici ces accusations...
(RFI 31/08/13)
Les rebelles du M23 ont annoncé le 30 août qu'ils se retiraient de la ligne de front au nord de Goma, dans l'est du pays, face à l'offensive d'une ampleur inédite des casques bleus de la Monusco et de l'armée régulière. Kinshasa dit avoir atteint ses objectifs lors de ces combats contre le M23, obligeant le mouvement rebelle à abandonner les collines de Kibati. Par ailleurs, sur le plan politique, Kinshasa triomphe après les accusations formulées par les experts de l'ONU contre le Rwanda accusé de soutenir militairement le M23. Pour Kinshasa, c'est une déroute, pour le M23 un repli. Mais un fait demeure, après une semaine de combats et deux journées d'offensive conjointe de la brigade d'intervention de l'ONU...
(AFP 31/08/13)
JOHANNESBURG, 31 août 2013 (AFP) - La présidence sud-africaine a démenti samedi des informations de presse selon lesquelles l'ancien président Nelson Mandela, 95 ans, serait sorti de l'hôpital dans lequel il est traité depuis le 8 juin, précisant que son état reste "critique mais stationnaire", avec des hauts et des bas. "La présidence a noté des informations de presse incorrectes selon lesquelles l'ancien président Nelson Mandela a quitté l'hôpital", a indiqué dans un communiqué la présidence, qui donne les informations officielles sur la santé du héros national. "Madiba est toujours à l'hôpital à Pretoria et reste dans un état critique, mais stationnaire", a-t-elle ajouté, appelant le premier président noir du pays de son nom de clan, affectueusement adopté par la...
(AFP 30/08/13)
NAIROBI, 30 août 2013 (AFP) - Le Rwanda, de nouveau accusé par l'ONU d'ingérence dans le conflit en République démocratique du Congo (RDC) voisine, se retrouvait vendredi très isolé au niveau international et sa marge de manoeuvre apparaissait extrêmement limitée. Au lendemain d'une rhétorique résolument guerrière, dont il a déjà usé à plusieurs reprises ces derniers mois contre Kinshasa, le gouvernement rwandais a baissé d'un ton vendredi, ne réagissant pas officiellement aux nouvelles accusations de l'ONU sur un soutien de son armée aux rebelles congolais du M23 qui affronte les forces de RDC (FARDC) dans la province orientale du Nord-Kivu. Selon des diplomates à New York, le sous-secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, Edmond Mulet a déclaré...
(RFI 30/08/13)
Les Nations unies ont intensifié jeudi 29 août l'engagement de la brigade d'intervention de la Monusco aux côtés de l'armée régulière congolaise contre les rebelles du M23. Dans le même temps, à New York, l'ONU a de nouveau accusé le Rwanda de soutenir la rébellion au cours d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur la situation au Nord-Kivu. C'est le sous-secrétaire général de l'ONU aux opérations de maintien de la paix, Edmond Mulet, qui a fait le point jeudi, sur la situation au Nord-Kivu, au cours d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité. D'après des diplomates, Edmond Mulet a déclaré que l'ONU avait des informations crédibles sur un soutien de l'armée rwandaise au M23. Il a parlé...
(RFI 30/08/13)
Le Rwanda accuse la République démocratique du Congo (RDC) d'avoir délibérément bombardé son territoire. Une femme a été tuée et son enfant grièvement blessé près de Gisenyi à la frontière des deux pays. Kigali affirme que 34 obus ont été tirés sur son territoire depuis le Congo au cours du mois écoulé. Mais Kinshasa réplique en accusant désormais directement l'armée rwandaise de tirer délibéremment sur son propre territoire dans un but de manipulation. Ce matin, deux obus sont tombés dans la ville. Le premier est tombé dans le quartier très populaire de Bugangari, non loin d'un marché très fréquenté. Au milieu de la route en terre et de roches volcaniques, un cratère d'un mètre environ était visible ce jeudi 29...

Pages