Jeudi 19 Avril 2018
(AFP 06/03/18)
Six responsables religieux ont été arrêtés au Rwanda pour s'être opposés à la fermeture de plus de 700 églises non conformes aux normes de sécurité et d'hygiène, récemment décidées par le gouvernement, a annoncé mardi la police locale. "Après la suspension d'églises qui ne remplissaient pas les normes requises, certains leaders religieux ont commencé à tenir des rencontres illégales pour s'opposer et faire obstruction à la directive", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police rwandaise, Theos Badege. "La police a commencé à enquêter pour trouver les cerveaux derrière cet acte illégal", a-t-il ajouté, précisant que six responsables d'églises pentecôtistes, dont l'évêque Innocent Rugagi, avaient ainsi été arrêtés.
(RFI 03/03/18)
Devant la Cour d'appel de Bruxelles a débuté ce vendredi un procès intenté par des survivants du génocide rwandais à l'encontre de l'État belge et de trois officiers du contingent belge de la force onusienne présente au Rwanda en 1994 au déclenchement du génocide. Avec notre bureau à Bruxelles Le 11 et le 12 avril 1994, les casques bleus belges sont à l'aéroport de Kigali pour évacuer les civils belges du Rwanda. Mais cette évacuation représente l'abandon des civils rwandais que ces casques bleus protégeaient jusque-là. La ...
(Jeune Afrique 02/03/18)
Le 11 avril 1994, plus de 2 000 Rwandais menacés qui avaient cru pouvoir trouver refuge dans l’enceinte de l'École technique officielle (ETO), à Kigali, étaient massacrés par des miliciens hutus. A partir du 2 mars, la cour d'appel de Bruxelles doit statuer sur la responsabilité de l'État belge, accusé de « non assistance à personnes en danger », dans cet épisode tragique du génocide. L’affaire du massacre de l’ETO est de retour devant la justice belge, 24 ans après les faits. Le procès civil, intenté par trois familles de rescapés rwandais déterminés à faire reconnaître la responsabilité de l’État et de trois officiers de l’armée belge accusés de crimes de guerre par omission d’agir, s’ouvre ce vendredi 2 mars...
(APA 02/03/18)
APA-Libreville (Gabon) - Le Sommet des chefs d’Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) sur la sécurité et la paix dans la sous-région, initialement prévu les 5 et 6 mars à Libreville, a été reporté à une date ultérieure, a appris APA auprès de l’institution régionale. Ce report est annoncé alors que se tient depuis mercredi, la 19-ème session ordinaire de la commission de défense et de sécurité(CDS) du COPAX dans la capitale gabonaise. Les chefs d’Etat-major généraux, les commandants en chef de gendarmerie et de police, les hauts responsables des ministères des Affaires étrangères et des relations extérieures et les hauts responsables de la CEEAC ont planché sur le rapport de leurs travaux démarrés...
(RFI 02/03/18)
Fondée en 2008, la start-up américaine Bridge International Academies a ouvert des centaines d’écoles privées à bas coût en Afrique, principalement au Kenya, mais aussi en Ouganda, au Liberia et au Nigeria. Or aujourd’hui, ces établissements sont de plus en plus controversés. Ce 1er mars, 88 organisations de la société civile du monde entier ont envoyé une lettre aux investisseurs de Bridge International Academies pour leur demander de cesser leur soutien à cette start-up américaine d'écoles à bas coût sur le continent africain fondée en 2008. Parmi les destinataires, on compte le patron de Facebook Mark Zuckerberg et le fondateur de Microsoft Bill Gates, dont les fondations sont des investisseurs directs. Mais l'on retrouve aussi des investisseurs indirects, comme la...
(RFI 01/03/18)
L'Observatoire des droits de l'homme au Rwanda dénonce les « massacres » de 11 réfugiés congolais par la police rwandaise. Un bilan rendu public lundi 26 février par le Haut-Commissariat de l'ONU aux réfugiés. Ces violences ont éclaté jeudi dernier, après plusieurs jours de sit-in, dans les camps de Kibuye et de Kiziba, dans l'ouest du Rwanda. Les réfugiés protestaient contre la réduction de leurs rations alimentaires. La répression des manifestations du 22 février a causé « la mort tragique de 11 réfugiés (8 dans la localité de Karongi et trois dans le camp de Kiziba ) », a indiqué dans un communiqué le HCR, qui se dit à la fois « choqué et perturbé ». Le coordonnateur de l'Observatoire...
(AFP 28/02/18)
Les autorités rwandaises ont annoncé mercredi que 714 églises et une mosquée doivent fermer dans Kigali, parce qu'elles ne sont pas en conformité avec les normes de sécurité et d'hygiène. "Certaines églises conduisent leurs services de prière dans des structures de mauvaise qualité et sales, au détriment de la santé et de la sécurité des gens", a déclaré Anastase Shyaka, le chef du comité chargé d'évaluer les organisations publiques et privées. "Des cas de nuisances sonores ont aussi été rapportés et certaines (églises) opèrent sans les autorisations requises", a-t-il ajouté. Cette fermeture, qui affecte surtout des églises pentecôtistes...
(Agence Ecofin 28/02/18)
Le groupe télécoms sud-africain Vodacom a officiellement fait son entrée au Rwanda à travers sa branche Vodacom Business. La filiale qui s’est associée à Axiom Networks, un fournisseur local de services de connectivité pour les entreprises, souhaite proposer ses solutions de connectivité qui incluent des services à valeur ajoutée et Internet des objets, aux organisations non gouvernementales ainsi qu’aux agences gouvernementales du pays. Le 22 février 2018, Vodacom Business a d’ailleurs rencontré les clients de son partenaire pour se présenter. Pour Johnny Kayihura, cofondateur et président-directeur général d'Axiom Networks, l'entrée de Vodacom Business sur le marché local suscitera davantage de concurrence parmi les acteurs du secteur. Cette concurrence engendra une plus grande variété de services aux consommateurs, s’est-il réjoui, expliquant...
(AFP 27/02/18)
Le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) a annoncé lundi que 11 réfugiés congolais avaient été tués par la police rwandaise lors de la dispersion d'une manifestation contre des rationnements de nourriture jeudi. Un précédent bilan, donné le lendemain du drame par les autorités rwandaises, faisait état de cinq morts. La répression des manifestations du 22 février a causé "la mort tragique de 11 réfugiés (8 dans la localité de Karongi et trois dans le camp de Kiziba - ouest)", a indiqué dans un communiqué le HCR, qui se dit à la fois "choqué et perturbé".
(AFP 24/02/18)
Un collectif d'organisations congolaises de protection de l'environnement a appelé au retrait des armées congolaise et rwandaise du parc des Virunga, après des affrontements les ayant opposé la semaine dernière et qui mettent en péril l'existence des gorilles de montagnes. Dans une lettre adressée au secrétariat de la Conférence internationale sur la région des grands lacs (CIRGL), 11 ONG congolaises invitent l'organisation à demander à la RDC et au Rwanda "de retirer leurs armées" de cette zone du massif des Virunga situé entre les volcans Sabinyo et le mont Mikeno à la frontière entre les deux pays. La présence permanente de ces deux armées de part et d'autre de la frontière met "en péril...
(RFI 24/02/18)
Au Rwanda, des manifestations de réfugiés congolais du camp de Kiziba, dans la province de l'Ouest, ont dégénéré. Jeudi 22 février, cinq réfugiés congolais ont été tués et une vingtaine blessés dans ce camp, au cours de manifestations qui auraient tourné à l'émeute, selon la police rwandaise. Des faits qui sont largement corroborés par le bureau du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés dans ce pays, qui demande une enquête. La tension n'a cessé de monter depuis mardi 20 février, lorsqu’environ 700 réfugiés congolais du camp de Kiziba ont marché sur la ville de Kibuye, à quelque 17 km à l'ouest de leur camp, pour protester contre une réduction de 25% de leur ration alimentaire en janvier. Cela après...
(AFP 23/02/18)
Cinq réfugiés congolais ont été tués et une vingtaine blessés par la police lors de la dispersion d'une manifestation dans un camp situé au Rwanda, a annoncé vendredi la police à Kigali. La répression de cette manifestation dans le camp de réfugiés de Kiziba, dans l'ouest du Rwanda, est intervenue après plusieurs jours de protestation contre la réduction des rations alimentaires. "Des manifestants violents armés de pierres, de bâtons et de projectiles en fer ont agressé et blessé sept policiers", a affirmé le porte-parole de la police rwandaise, Theos Badege. Les policiers ont donc été "contraints d'utiliser des gaz lacrymogènes pour disperser" ces manifestants.
(RFI 23/02/18)
Au Rwanda, des manifestations de réfugiés congolais du camp de Kiziba, dans la province de l'Ouest, ont dégénéré. Jeudi 22 février, cinq réfugiés congolais ont été tués et une vingtaine blessés dans ce camp, au cours de manifestations qui auraient tourné à l'émeute, selon la Police rwandaise. Des faits qui sont largement corroborés par le bureau du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés dans ce pays, qui demande une enquête. La tension n'a cessé de monter depuis mardi 20 février, lorsqu’environ 700 réfugiés congolais du camp de Kiziba ont marché sur la ville de Kibuye, à quelque 17 km à l'ouest de leur camp, pour protester contre une réduction de 25% de leur ration alimentaire en janvier. Cela après...
(Reuters 23/02/18)
Au Rwanda, au moins cinq réfugiés congolais ont été tués et plus de 20 blessés après qu’une manifestation a dégénéré en violences, a annoncé, vendredi 23 février, la police du pays. Sept policiers ont aussi été blessés, a-t-elle précisé. Environ 3 000 réfugiés congolais protestaient depuis mardi devant un bureau des Nations unies contre la décision du Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) de réduire les rations alimentaires distribuées dans leur camp. Jeudi, la police rwandaise a tenté de disperser la foule en tirant des gaz lacrymogènes, a expliqué son porte-parole. « Nous avons utilisé la force après avoir prévenu que les forces de sécurité allaient intervenir, a dit Theos Badege sur la radio publique. Ils ont commencé à lancer des...
(Agence Ecofin 23/02/18)
Commercial Bank of Africa (CBA) a finalement obtenu les approbations réglementaires des banques centrales du Kenya, du Rwanda et de l’Ouganda pour la finalisation du rachat la filiale au Rwanda de Crane Bank, un groupe bancaire passé en 2017 sous le contrôle de la Development Finance Company of Uganda (DFCU). La CBA dont le premier actionnaire est une holding d’investissement appartenant à la famille du président Uhuru Kenyatta, est l’une des plus importantes banques privées d’Afrique de l’Est. Bien que le montant de l’opération n’ait pas été communiqué, cette acquisition permet au groupe bancaire kényan d’être immédiatement présent au Rwanda sans avoir à suivre le difficile processus d’obtention des licences. « Notre pénétration du marché bancaire rwandais marque une étape...
(Agence Ecofin 22/02/18)
En 2017, les recettes d’exportations de thé du Rwanda se sont élevées à 72,6 milliards de francs (85,4 millions $). Ce montant affiche une légère hausse de 9% comparativement à l’année précédente et surpasse les attentes des autorités (78 millions $). D’après le Conseil national des exportations agricoles (NAEB), cette progression tient à un accroissement des volumes transformés par les usines ainsi qu’à un relèvement des prix appliqués sur le marché international. Alors que la quantité totale de thé traité a crû de 7,6% à 108 344 tonnes, le kilogramme de feuille s’est ainsi échangé en 2017 à 3,21 $ contre 2,6 $, un an plus tôt. Pour rappel, presque l’intégralité du thé produit au Rwanda est acheminée vers le...
(APA 22/02/18)
APA Kinshasa (RD Congo) - Une équipe du Mécanisme conjoint de vérification de la Conférence internationale sur la région des Grands-lacs (CIRGL) est descendue depuis mardi dans le territoire de Rutshuru (Nord-Kivu) pour enquêter sur les récents affrontements entre les armées congolaise et rwandaise dans le parc des Virunga, a annoncé mercredi le porte-parole de la MONUSCO. Florence Marshall a indiqué que les deux pays ont sollicité l’intervention du mécanisme conjoint de vérification et qu’une enquête est actuellement en cours. La CIRGL devra notamment déterminer les causes des derniers combats entre les forces armées des deux pays. Sur le sol congolais, l’équipe de la CIRGL a visité trois endroits touchés...
(La Tribune 21/02/18)
La Banque européenne d'investissement prévoit pour le Rwanda une enveloppe de 69 millions d'euros d'investissements dans les infrastructures et le secteur privé. Cet appui devrait être confirmé cette semaine lors d'une visite d'une délégation de la Banque au pays. Une délégation de la Banque européenne d'investissement (BEI) est attendue à Kigali d'ici la fin de cette semaine. Selon le ministère rwandais des finances et de la planification économique qui a apporté l'information, à cette occasion, l'institution financière européenne devrait confirmer un appui financier de 69 millions d'euros d'investissement dans les infrastructures et le secteur privé au Rwanda.
(Agence Ecofin 21/02/18)
Le Rwanda lancera 50 licences minières, cette année. Ces licences seront relatives à des métaux comme l’or, mais encore le tantale et l’étain. Pour ces deux dernières matières premières, le pays est respectivement le second producteur mondial et le troisième producteur africain. Cette décision vise à augmenter l’investissement dans le pays de 1/5. Selon Clare Akamanzi, qui dirige le Conseil pour le développement du Rwanda (RDB), la mesure permettra d’attirer 2 milliards $ d’investissements, cette année, contre 1,67 milliard $, en 2017. Le développement du secteur minier vise à permettre au Rwanda de gagner un point de croissance en la faisant passer de 6%, en 2017, à 7%, cette année. Outre les projets miniers, le pays recherche un investissement de...
(RFI 21/02/18)
Quelque 224 millions de personnes ont été sous-alimentées en Afrique en 2016, quatre millions de plus qu'en 2015. L'insécurité alimentaire s'est aggravée, c'est le constat de la conférence régionale de la FAO, l'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation, organisée à Khartoum jusqu'à la fin de la semaine. Les conflits et les aléas climatiques sont en cause, mais également l'absence d'un soutien public suffisant aux agriculteurs africains, estime la Fondation Farm. Près d'une personne sur quatre est sous-alimentée en Afrique en 2016, la détérioration de la situation préoccupe la FAO réunie pour sa conférence régionale à Khartoum. Les guerres et le passage d'El Niño ont certes eu un impact négatif sur les productions et les circuits agricoles dans certains...

Pages