Lundi 29 Mai 2017
(Digitalcongo 31/05/13)
Des sources diplomatiques à Kinshasa croient savoir que la pacification résolue de l’Est de la RDC décidée cette fois par la communauté internationale va amener celle-ci à instiguer la CPI à lancer de nouveaux mandats d’arrêt contre des indécrottables chefs de guerre opérant toujours en secret dans les cercles décisionnels rwandais et congolais Le retour de la paix dans la région des rands Lacs est loin d’être un bluff dans le chef des maîtres du monde. En dépit des tergiversations orchestrées par Kigali et ses séides du M23, le processus de pacification de l’Est de la Rdc - nourricier des troubles dans la sous-région - est irréversible, ont confié des sources diplomatiques dans la capitale congolaise. A preuve, ont-elles explicité,...
(Temoignages.re 31/05/13)
Le Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, et le Président de la Banque mondiale, M. Jim Yong Kim, sont arrivés à Kigali, au Rwanda, dans l’après-midi du jeudi 23 mai. Cette visite au Rwanda était la deuxième étape d’une visite conjointe Nations Unies-Banque mondiale de trois jours dans la région des Grands Lacs de l’Afrique pour soutenir la mise en œuvre de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République démocratique du Congo et la région. À Nyarugunga, le Secrétaire général et le Président de la Banque mondiale ont rencontré des ex-combattants invalides bénéficiant d’un programme de réadaptation physique et sociale. Plus tard à Kigali, ils ont visité le site du mémorial du génocide...
(KongoTimes 31/05/13)
La Coalition internationale pour la déstabilisation du Congo (Cidc), a bel et bien échoué sur le terrain. La détermination de vaillants soldats des Fardc (Forces armées de la Rdc) a mis en mal l’exécution du plan de départ de l’ennemi. C’est pourquoi, ce dernier n’a pas hésité d’ordonner à ses laboratoires de basculer au plan « B » le plus subtil. Celui qui consiste à travailler l’opinion publique congolaise. Depuis quelques jours, un document au contenu contrariant a été largué à Kinshasa. Il fait état des convenances de l’accord que le Gouvernement congolais devrait signer, dans les jours avenirs, avec la pseudo-rébellion au terme des pourparlers de Kampala. D'après ce brûlot, au nom de la paix, les animateurs du dernier-né...
(Jambonews 31/05/13)
Global Campaign for Rwandan Human Rights (GCRHR) accuse le leader du gouvernement Front patriotique rwandais (FPR) d’utiliser la peur et la déstabilisation psychologique sur les jeunes. Dans son rapport « Harcelé pour harceler au nom de la dignité » publié le 19 Avril, l’ONG a déclaré que le gouvernement rwandais et les services de sécurité « forcent les jeunes à participer à des activités dans le but d’aider le gouvernement à promouvoir son image et contrôler son peuple. ». GCRHR dit qu’il a découvert et catalogué « diverses méthodes utilisées par les dirigeants du FPR visant à contraindre les jeunes à prendre part à diverses actions, ce qui provoque une peur extrême des autorités et une déstabilisation psychologique. » Ce...
(Le Monde 31/05/13)
Cinq Rwandais, soupçonnés d'avoir participé au génocide en 1994 au Rwanda, ont été arrêtés jeudi 30 mai à Londres par la police britannique et présentés à un tribunal. Vincent Bajinya, 52 ans, Charles Munyaneza, 55 ans, Emmanuel Nteziryayo, 51 ans, Celestin Ugirashebuja, 60 ans et Celestin Mutabaruka, 57 ans, faisaient l'objet d'un mandat d'arrêt émis par Kigali "pour génocide et meurtre entre le 1er janvier 1993 et le 31 juillet 1994", a précisé Scotland Yard. Ils ont été présentés dans la journée à un tribunal londonien pour une audience préliminaire, et seront à nouveau convoqués par la justice le 5 juin. D'après la BBC, trois d'entre eux étaient maires de communes au Rwanda. Selon la même source, la Haute Cour...
(L'Avenir Quotidien 31/05/13)
*Ayant subi de lourdes pertes à Mutaho, dans la province du Nord-Kivu, les rebelles du M23 renforcent leur position sur la partie Sud-est. Pour y parvenir, ils ont reçu le soutien traditionnel du Rwanda qui a dépêché le colonel Gahama Rubuguza, avec pour mission de faire tomber l’axe Kiheru-Monigi. * Heureusement, tous les soldats des FARDC qui sont à Mutaho, leur poste avancé, ont le moral au zénith. Ils sont prêts à donner l’assaut, pourquoi pas aller jusqu’à Kibumba et Rutshuru. Pour le moment, ils n’attendent plus que le mot d’ordre de la hiérarchie pour aller plus loin Depuis un certain temps, toutes les tentatives du mouvement rebelle du 23 mars (M23) se concluent toujours par une cuisante défaite. La...
(Digitalcongo 30/05/13)
Comme dans la légende du voleur volé, l’Américain Barack Obama attendu en visite en Tanzanie va devoir demander à Kagame et Museveni ce que ces deux instigateurs de fausse rébellion en RDC ont toujours exigé de Joseph Kabila : la négociation avec leurs propres opposants armés L’heure de la vérité à sonné pour le diabolique pacte Kigali-Kampala contre Kinshasa. Autant dire un effet boomerang ! Car, pour la première fois depuis la signature de l’Accord de Lusaka en 1999 imposant le Dialogue intercongolais à Laurent-Désiré Kabila pour négocier le partage du pouvoir avec les insurgés du Rcd et du Mlc, les chefs d’Etat rwandais et ougandais se savent dans une position inconfortable consistant à contraindre Joseph Kabila à poursuivre des...
(Jambonews 30/05/13)
Cette dernière semaine, l’Est de la RDC a été le théâtre d’affrontements. Le 20 mai, les sifflements des balles ont, à nouveau, retenti aux alentours de Goma, annonçant la reprise des combats entre le M23 et l’armée congolaise[1]. Assez rapidement, au cours de la semaine, la bataille rangée a laissé place à une bataille de chiffres et d’interprétations, les deux camps spéculant sur le nombre de morts. Cependant, au-delà des affrontements et les querelles de chiffres, il semblerait que et le gouvernement et le M23 aient voulu rentrer dans les bonnes grâces du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, à quelques heures de son arrivée dans la région. La veille de son arrivée, le calme est revenu et Ban...
(Le Matin 30/05/13)
«La stratégie réaffirme les choix stratégiques de la Banque que sont les infrastructures, l’intégration économique et le secteur privé. Elle trace la voie à suivre pour parvenir à une croissance inclusive, partagée par tous les citoyens, de tous âges, sexes et régions et qui tient particulièrement compte des États fragiles d’Afrique, où vivent 200 millions de personnes. Cette stratégie met aussi l’accent sur le renforcement de la résilience au changement climatique et la gestion durable des ressources naturelles et sur le développement de l’infrastructure, de l’intégration économique régionale, du développement du secteur privé, de la gouvernance et la responsabilisation, du développement des compétences et de la technologie. La croissance économique doit maintenant se traduire en une véritable transformation économique qui...
(L'Avenir Quotidien 30/05/13)
Les Fardc viennent d’infliger une perte grave à l’ennemi rwandais, déguisé sous le label du M23. Le major Nkundi Ukuru Butera a succombé de ses blessures mardi, avant d’être enterré à Rutshuru ; Kigali l’ayant simplement abandonné C’est donc une preuve de plus : ceux que l’on appelle communément M23 ne sont rien. C’est l’armée rwandaise (RDF) qui en est le moteur. Et Paul Kagame, dans sa politique de l’autruche, ne pouvait que renier l’appartenance de son officier pour ne pas laisser de traces, avant que Louise Mushikiwabo ne dédouane bientôt son pays par le biais des médias internationaux Et comme ailleurs on s’apitoie plus sur la mort d’une vache que celle de l’être humain, ceux qui gardent encore ces...
( 30/05/13)
Il semble que l’on ne parle plus que de cela au Rwanda ou disons qu’on parle beaucoup de ce qui arrivera ou devrait arriver une fois que le président Paul Kagame sera parvenu – Si Dieu le veut ! – au terme de son second mandat en tant que chef de l’Etat rwandais. Et pourtant ! La dernière Constitution de la République du Rwanda ne date que de 10 ans et elle dispose qu’après le second mandat du titulaire du poste suprême, il faut trouver un nouveau candidat pour l’élection présidentielle. Pour éviter que le pays ne recule ou ne sombre à nouveau, certains militent en faveur du maintien de l’homme fort de 1994 mais dans cette affaire il faut...
(Jeune Afrique 29/05/13)
La police norvégienne a arrêté un homme soupçonné de crimes de guerre pendant le génocide au Rwanda en 1994, ont rapporté mercredi les médias norvégiens. L'identité du suspect n'a pas été dévoilée mais, selon la télévision publique NRK, il s'agit d'un homme d'une trentaine d'années arrivé en Norvège il y a 13 ans et suspecté de plusieurs crimes commis pendant le génocide. Il sera présenté jeudi devant la justice norvégienne qui devra se prononcer sur son placement en détention provisoire, a précisé la chaîne. La police criminelle (Kripos) à l'origine de l'arrestation n'a pas pu être immédiatement jointe pour un commentaire. Selon son avocat, le suspect nie avoir un quelconque lien avec le génocide qui a fait 800. 000 morts...
(Survie 29/05/13)
La France a fourni un appui au régime qui a commis le génocide des Tutsi de 1994. Les autorités de notre pays l’ont-elles fait en connaissance de ce que leurs alliés rwandais préparaient alors ? Vingt ans après, selon les pièces découvertes par les différents travaux judiciaires, parlementaires ou journalistiques, le doute n’est pas permis. Quand, en janvier 1993, Jean Carbonare, de retour d’une mis­sion internationale d’enquête au Rwanda alerte l’opinion française de l’imminence du génocide [1], il n’est pas en possession d’informations exclusives : il ne fait que confirmer des informations qui circulent déjà parmi la communauté internationale et notamment dans les services français, qui font état de massacres de Tutsi entre 1990 et 1993 et du risque de...
(L'Avenir Quotidien 29/05/13)
•La ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo vient de cracher en plein visage du Président ougandais Yoweri Kaguta Museveni, le qualifiant de l’un des porte-paroles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR). •Quand les frères tutsis se désolidarisent depuis Addis-Abeba, à l’occasion du 50è anniversaire de l’UA, avant le démarrage effectif des opérations de la Brigade onusienne, le règne des M23 dans l’Est de la Rdc tire visiblement à sa fin. •Mme Mushikiwabo peut-elle encore crier aux oreilles du monde, invitant Kinshasa à trouver des solutions en négociant avec les génocidaires du M23 face à la situation de guerre dans la partie Est de la Rdc, alors qu’elle refuse éperdument de faire autant avec les FDLR ?...
(Digitalcongo 29/05/13)
Les criminels les plus astucieux finissent toujours par laisser transpirer leur perfidie comme le démontre maintenant le tonitruant déballage que la ministre rwandaise des Affaires étrangères n’a plus su contenir dans le fourvoiement du complot ourdi contre la RDC quand elle est allée jusqu’à crier sur le complice Museveni en le traitant de porte-parole de leurs honnis FDLR La ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo vient de cracher en plein visage du Président ougandais Yoweri Kaguta Museveni, le qualifiant de l’un des porte-paroles des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) Quand les frères tutsis se désolidarisent depuis Addis-Abeba, à l’occasion du 50è anniversaire de l’UA, avant le démarrage effectif des opérations de la Brigade onusienne, le règne...
(Jambonews 29/05/13)
Selon la politique nationale de la jeunesse du Rwanda, 67% de la population est âgé de moins de 25 ans. Malheureusement, au Rwanda la jeunesse fait face à de nombreux défis qui les empêchent de profiter de la croissance économique de leur pays. Contre toute attente, certains de ces défis sont le résultat des politiques mises en place dans la poursuite de la croissance économique du pays. Les défis de l’éducation Le manque d’éducation de qualité est l’un des défis rencontrés par les élèves des écoles primaires au Rwanda et ceci est lié aux contraintes budgétaires du pays. Le Rwanda est un pays pauvre qui n’a pas les moyens financiers de construire rapidement les infrastructures éducatives suffisantes. Egalement, le pays...
(CRI 29/05/13)
KINSHASA -- Les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) profitent de la trêve observée par les militaires de l' armée nationale pour renforcer leur positions en hommes et munitions en provenance du Rwanda, a indiqué mardi Omar Kavota, porte-parole de la société civile du Nord-Kivu, à l'Agence Xinhua. "A l'occasion de cette trêve qui est en train de s'observer, nous réalisons au niveau de la société civile que le M23 en profite pour se renforcer en hommes, armes et munitions en provenance du Rwanda", a indiqué M. Kavota, ajoutant que "cette attitude de ce mouvement rebelle démontre que le M23 a toujours l' ambition de reprendre la ville de Goma" ."C'est l'armée nationale aidée par les Forces Démocratiques pour...
( 29/05/13)
La déclaration du président tanzanien, Jakaya Kikwete, en marge des festivités marquant le cinquantenaire de l’Union africaine (anciennement Organisation de l’unité africaine) a soulevé des réactions de tous genres, positifs et négatifs, selon qu’on est d’un côté ou de l’autre. En effet, Jakaya Kikwete a demandé, en les citant nommément, aux présidents rwandais Paul Kagamé et ougandais Yoweri Museveni, d’organiser, eux aussi, chacun en ce qui les concerne, le dialogue avec leurs rebelles. « Si Kinshasa négocie avec ses ennemis du M23, il faut aussi que Kigali accepte de parler avec ses ennemis des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), et Kampala avec les rebelles ougandais de l’ADF-NALU. Pas de paix durable, sans négociation globale », a dit Jakaya...
( 29/05/13)
D’après le tanzanien Jakaya Kikwete, la résolution durable de la crise en RDC passe par un dialogue global, y compris entre le Rwanda et les FDLR et entre l’Ouganda et l’ADF-Nalu. La stratégie de sortie de crise de l’est de la RDC, proposée par Jakaya Kikwete en marge du 21e sommet de l’Union africaine ouverte le 26 mai à Addis-Abeba au lendemain des célébrations des 50 ans de la création de cette institution, fait jaser. D’après le président tanzanien qui s’exprimait dans le cadre d’un mini-sommet ayant réuni autour d’une même table les protagonistes de la guerre du Kivu, seul le dialogue est requis pour résoudre l’imbroglio de l’Est. Pour lui, l’intervention de la brigade spéciale présentée comme une panacée...
( 28/05/13)
Pavé dans la marre que cette déclaration de Jakaya Kikwete sur la guerre dans les Grands Lacs ? Pas vraiment. Le Président tanzanien a simplement troqué la langue de bois diplomatique contre le parler vrai. Pour le coup, il peut même s'agir du parler cru. Jakaya Kikwete a dit tout haut ce que nombre de ses collègues de bonne foi marmonnaient jusqu'ici. De peur de ne pas sortir du diplomatiquement correct. De peur aussi d'embarrasser leurs homologues rwandais et ougandais. De peur enfin de déranger la lecture spécieuse - parce que partielle et partiale- des guerres à répétition que subit la RDC. Cette lecture d'un "conflit interne " qui sert de paravent à Kigali, Kampala ainsi qu'à leurs parrains. Bravo...

Pages