Samedi 18 Novembre 2017
(RFI 02/09/13)
Le Rwanda, pointé du doigt par la communauté internationale pour son soutien aux rebelles du M23, accuse -contrairement à l'ONU- l'armée congolaise d'être à l'origine des tirs qui ont touché son territoire. Deux obus sont tombés le 29 août sur la ville de Gisenyi et ont fait un mort. La ministre des Affaires étrangères rwandaise avait alors de nouveau accusé son voisin d’être à l’origine de ces tirs et avait haussé le ton prévenant que le Rwanda serait prêt à défendre son territoire. Depuis, des mouvements militaires discrets ont été signalés à l’extérieur de la ville. « On est un peu inquiet, mais tout va bien. La situation est calme ». C'est le même refrain que l'on entend aux quatre...
(La Prospérité 02/09/13)
Manifestement, le Plan Kabila est en marche. Le Raïs avait promis aux congolais, il y a peu, de s’attaquer à la crise sécuritaire dans l’Est de la RDC sur trois fronts : Politique, Diplomatique et Militaire. Au Plan politique et Diplomatique, Kinshasa applique, dans une proportion bien gardée, les fondamentaux de l’accord-cadre d’Addis-Abeba ainsi que de la résolution 2098 du Conseil de Sécurité de l’Onu. Avec, à la clé, les contacts diplomatiques avec des pays signataires de l’Accord-cadre dont l’Afrique du Sud et l’Angola où les Chefs d’Etat de ces trois géants de la SADC se sont rencontrés récemment à Luanda, pour évaluer ces instruments internationaux. A l’Onu, les choses évoluent plutôt en faveur de la RDC, Kigali et sa...
( 02/09/13)
Le Gouvernement congolais, réagissant aux accusations de la ministre rwandaise Louise Mushikiwabo des Affaires étrangères sur les bombes tombées sur le territoire rwandais, réaffirme sa responsabilité de protéger la population congolaise. Les propos de Louise Mushikiwabo, selon lesquels " cette provocation ne peut plus être tolérée, nous n'hésiterons pas à défendre notre territoire" n'a pas du tout enchanté la RDC qui considère ces prétextes comme un moyen pour Paul Kagame de vouloir tout simplement officialiser sa présence militaire sur le sol congolais. Le Gouvernement de la RD Congo, qui note que " les autorités du Rwanda ont multiplié ces derniers jours les menaces d'entrer en guerre contre la République démocratique du Congo en guise de représailles à de prétendus bombardements...
(Xinhua 02/09/13)
L'ancien président sud- africain Nelson Mandela est "pleinement vivant", contrairement aux informations données par des médias, selon lesquelles il est dans un état végétatif, a déclaré dimanche le petit-fils de l'ancien chef d'Etat, Mandla Mandela. Il a tenu ces propos peu après que M. Mandela a quitté l'hôpital, après près de trois mois de traitement pour une infection pulmonaire récurrente. Le retour de M. Mandela à son domicile est "particulièrement encourageant car cela est à l'encontre de ceux qui sont occupés à répandre des mensonges affirmant qu'il est dans l'état végétatif et et attend que les équipements de survie soient débranchés, a affirmé Mandla dans une déclaration. Ces gens "déclarent en effet sa mort tandis qu'il est pleinement vivant", a...
(AFP 01/09/13)
JOHANNESBURG, 1 septembre 2013 (AFP) - L'ancien président sud-africain Nelson Mandela, 95 ans, est sorti dimanche de la clinique de Pretoria où il était hospitalisé depuis près de trois mois, a annoncé la présidence dans un communiqué. "L'ancien président Nelson Mandela est sorti, ce matin, 1er septembre 2013, de l'hôpital de Pretoria où il recevait un traitement", a indiqué la présidence, ajoutant que son état "reste critique et est parfois instable". La veille, la présidence avait dû démentir des informations de presse selon lesquelles le héros de la lutte anti-apartheid avait pu regagner son domicile de Johannesburg. Dimanche, une ambulance, escortée par des policiers, a été vue arrivant à son domicile de la banlieue de Johannesburg, peu avant 9H00 GMT...
(RFI 31/08/13)
La Tanzanie a officiellement demandé la médiation du président ougandais dans son différend avec le Rwanda. Une crise déchire le président rwandais Kagamé et son homologue tanzanien Kikweté depuis le mois de mai lorsque ce dernier avait conseillé le chef de l'Etat rwandais de discuter avec les rebelles. Or pour Paul Kagamé, discuter avec les FDLR, la rébellion hutu rwandaise est une chose inimaginable. Depuis, les deux hommes ont échangé des propos belliqueux. C'est pour rassurer les députés tanzaniens inquiets de la tension croissante que le Premier ministre a fait cette mise eu point. Selon lui, le président Kikweté a demandé à son homologue ougandais de l'aider à normaliser ses relations avec le président rwandais Paul Kagamé. Ces derniers mois,...
(Xinhua 31/08/13)
KINSHASA, 30 août (Xinhua) -- Le gouvernement rd-congolais a appelé le Rwanda pour qu'il fasse l'effort de se conformer à son engagement dans l'Accord-cadre d'Addis-Abeba à ne pas apporter d'aides et d'appuis au Mouvement du 23 mars (M23), a indiqué Lambert Mende, porte-parole du gouvernement, lors d'un point de presse tenu le 30 août à Kinshasa. "Malheureusement, jusqu'au moment où nous parlons, le soutien de Kigali au M23 ne s'est jamais démenti à aucun moment", a déclaré M. Mende, ajoutant que "nous en voulons pour preuves sur la présence aux côtés des terroristes du M23 de quelques centaines d'éléments des forces régulières rwandaise infiltrés en RDC, au cours de ces derniers jours après les avoir lourdement équipés avec armes, munitions...
(RFI 31/08/13)
L’ONU persiste et signe sur sa conviction que les obus tirés sur le Rwanda l’ont été par le M23 et non par l’armée congolaise. Après les déclarations du chef des opérations de maintien de paix de l'ONU (Monusco), le 29 août lors d'une réunion à huis clos devant le Conseil de sécurité selon lesquelles des soldats rwandais s'étaient infiltrés ces derniers jours au Nord-Kivu pour appuyer les rebelles du M23, c'est au tour du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon d'enfoncer le clou et de confirmer publiquement ces accusations. Avec notre correspondant à New York, Karim LebhouR- L’ONU est convaincue que c’est le M23 qui tire des obus contre le Rwanda et non les forces congolaises. Jusqu’ici ces accusations...
(RFI 31/08/13)
Les rebelles du M23 ont annoncé le 30 août qu'ils se retiraient de la ligne de front au nord de Goma, dans l'est du pays, face à l'offensive d'une ampleur inédite des casques bleus de la Monusco et de l'armée régulière. Kinshasa dit avoir atteint ses objectifs lors de ces combats contre le M23, obligeant le mouvement rebelle à abandonner les collines de Kibati. Par ailleurs, sur le plan politique, Kinshasa triomphe après les accusations formulées par les experts de l'ONU contre le Rwanda accusé de soutenir militairement le M23. Pour Kinshasa, c'est une déroute, pour le M23 un repli. Mais un fait demeure, après une semaine de combats et deux journées d'offensive conjointe de la brigade d'intervention de l'ONU...
(AFP 31/08/13)
JOHANNESBURG, 31 août 2013 (AFP) - La présidence sud-africaine a démenti samedi des informations de presse selon lesquelles l'ancien président Nelson Mandela, 95 ans, serait sorti de l'hôpital dans lequel il est traité depuis le 8 juin, précisant que son état reste "critique mais stationnaire", avec des hauts et des bas. "La présidence a noté des informations de presse incorrectes selon lesquelles l'ancien président Nelson Mandela a quitté l'hôpital", a indiqué dans un communiqué la présidence, qui donne les informations officielles sur la santé du héros national. "Madiba est toujours à l'hôpital à Pretoria et reste dans un état critique, mais stationnaire", a-t-elle ajouté, appelant le premier président noir du pays de son nom de clan, affectueusement adopté par la...
(AFP 30/08/13)
NAIROBI, 30 août 2013 (AFP) - Le Rwanda, de nouveau accusé par l'ONU d'ingérence dans le conflit en République démocratique du Congo (RDC) voisine, se retrouvait vendredi très isolé au niveau international et sa marge de manoeuvre apparaissait extrêmement limitée. Au lendemain d'une rhétorique résolument guerrière, dont il a déjà usé à plusieurs reprises ces derniers mois contre Kinshasa, le gouvernement rwandais a baissé d'un ton vendredi, ne réagissant pas officiellement aux nouvelles accusations de l'ONU sur un soutien de son armée aux rebelles congolais du M23 qui affronte les forces de RDC (FARDC) dans la province orientale du Nord-Kivu. Selon des diplomates à New York, le sous-secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, Edmond Mulet a déclaré...
(RFI 30/08/13)
Les Nations unies ont intensifié jeudi 29 août l'engagement de la brigade d'intervention de la Monusco aux côtés de l'armée régulière congolaise contre les rebelles du M23. Dans le même temps, à New York, l'ONU a de nouveau accusé le Rwanda de soutenir la rébellion au cours d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur la situation au Nord-Kivu. C'est le sous-secrétaire général de l'ONU aux opérations de maintien de la paix, Edmond Mulet, qui a fait le point jeudi, sur la situation au Nord-Kivu, au cours d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité. D'après des diplomates, Edmond Mulet a déclaré que l'ONU avait des informations crédibles sur un soutien de l'armée rwandaise au M23. Il a parlé...
(RFI 30/08/13)
Le Rwanda accuse la République démocratique du Congo (RDC) d'avoir délibérément bombardé son territoire. Une femme a été tuée et son enfant grièvement blessé près de Gisenyi à la frontière des deux pays. Kigali affirme que 34 obus ont été tirés sur son territoire depuis le Congo au cours du mois écoulé. Mais Kinshasa réplique en accusant désormais directement l'armée rwandaise de tirer délibéremment sur son propre territoire dans un but de manipulation. Ce matin, deux obus sont tombés dans la ville. Le premier est tombé dans le quartier très populaire de Bugangari, non loin d'un marché très fréquenté. Au milieu de la route en terre et de roches volcaniques, un cratère d'un mètre environ était visible ce jeudi 29...
(L'Avenir Quotidien 30/08/13)
Entre la Rdc et le Rwanda, c’est l’état de guerre qui prévaut. Ces derniers jours, le nombre d’obus lancés à partir du Rwanda en direction de Goma ne se compte plus. Mais le Rwanda clame toujours son innocence. Et pourtant, des journalistes étrangers réunis dans un hôtel de Goma ont vu des obus tirés de Gisenyi vers une autre localité rwandaise. Tout ceci pour faire croire à l’opinion internationale que c’est la Rdc qui attaque le Rwanda. Décidément, les Gomatraciens vivent des heures terribles. Les Rwandais qui ont toujours voulu réoccuper la ville de Goma ne cessent de prouver aux yeux du monde leur nature belliciste et guerrière. Un Etat membre du Conseil de Sécurité est résolu à la Brigade...
(L'Intelligent d'Abidjan 30/08/13)
Du mardi 1er au vendredi 4 octobre 2013, se tiendront conjointement à l’Université Félix Houphouët-Boigny le premier congrès francophone de la société des laboratoires biomédicaux (ASLM),sigle en Anglais, (ndlr) et le 1er Salon international de la santé et du matériel médical(MEXCI). Soucieux de la réussite de ces évènements, le ministère de la Santé et de la Lutte contre le Sida, a initié une rencontre avec les organisateurs, le jeudi 29 août 2013 au siège du Centre régional d’évaluation en éducation, environnement, santé et d’accréditation des établissements sanitaires en Afrique(Cresac). Eliane Ekra, chef de cabinet de la ministre de la Santé et de la Lutte contre le Sida, a souligné que l’organisation du congrès et du salon est un défi pour...
(AFP 29/08/13)
GISENYI, 29 août 2013 (AFP) - Le Rwanda a dénoncé jeudi le bombardement "inacceptable" de son territoire, accusant la République démocratique du Congo (RDC) voisine, dont l'armée combat des rebelles près de leur frontière, de viser les civils, après la mort d'une Rwandaise tuée par un obus. "Le bombardement incessant du territoire rwandais est inacceptable, comme il le serait pour quelque nation souveraine que ce soit. Les civils rwandais sont visés par les forces de RDC", a affirmé la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, citée dans un communiqué officiel. "Nous avons exercé de la retenue aussi longtemps que possible mais cette provocation ne peut plus être tolérée", a-t-elle averti, "nous n'hésiterons pas à défendre notre territoire. Le Rwanda...
( 29/08/13)
Le gouvernement rwandais a accusé les forces armées de RDC d'être responsable des tirs d’obus tombé jeudi sur Gisenyi en territoiree rwandais, et qui ont tué une femme, et grièvement blessé son enfant.L’obus est tombé vers 9h du matin près du marché de Mbungangari. La ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo a qualifié l'incident de "provocation" qui ne serait pas tolérée. "Nous avons les moyens de déterminer qui nous a tiré dessus, et nous n'hésiterons pas à défendre notre territoire, a déclaré Louise Mushikiwabo. Selon un correspondent de la BBC, des convois militaires de l’armée rwandaise quittaient ce jeudi Kigali. De l’autre coté de la frontière, en RDC, de nouveaux tirs d’obus sur Goma ont fait un mort et...
(KongoTimes 29/08/13)
C’est la Société civile de Rutshuru qui donne l’alarmante nouvelle. Le M23 vient de saboter la centrale hydroélectrique de Rutshuru. Celle-ci alimente les agglomérations de Rutshuru-centre et Kiwanja qui sont désormais plongées dans le noir. Toute l’activité économique principale est à l’arrêt. Comme les télécommunications qui ne répondent plus. Les rebelles du M23 ont interrompu la fourniture de l’énergie électrique en sectionnant les câbles d’alimentation. Ils doivent en assumer les conséquences sur le plan humanitaire en termes de pertes en vies humaines qui découleraient de ce sabotage. De ce fait, il s’agit d’un crime contre l’humanité, car cet acte condamne à mort des dizaines de prématurés qui vivent dans des couveuses et dont la vie ne dépend que de cette...
(Belga 29/08/13)
RDC La frontière entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda à hauteur des villes jumelles de Goma et Gisenyi a été partiellement fermée mercredi alors qu'une ressortissante rwandaise a été tuée par un obus - tiré "volontairement" depuis la RDC, selon un responsable local -, a indiqué un témoin à l'agence BELGA. A la "Grande-Barrière", principal point de passage entre Goma et Gisenyi, le passage se faisait au compte-goutte, alors que le poste-frontière secondaire de la "Petite Barrière" était pour sa part fermé, a expliqué par téléphone le journaliste belge Philippe Lamair, qui séjourne depuis quelques jours à Goma. Selon lui, les tirs d'artillerie - canons et orgues de Staline - étaient clairement perceptibles dans la ville...
(AFP 29/08/13)
KIGALI, 29 août 2013 (AFP) - Une Rwandaise a été tuée et son enfant grièvement blessé jeudi dans la localité rwandaise de Gisenyi, frontalière de la ville congolaise de Goma, par un obus tiré "volontairement" depuis la République démocratique du Congo (RDC), a affirmé un responsable local. Des combats opposent depuis plusieurs jours l'armée de la RDC (FARDC) aux rebelles congolais du M23 à une quinzaine de km au nord de Goma. Depuis mercredi, les troupes de l'ONU en RDC pilonnent les positions des rebelles. Quatre obus, d'origine indéterminée, sont tombés mercredi soir sur Goma, jumelle de Gisenyi, seulement séparée par la frontière. "Un obus est tombé en ville et a tué une femme et gravement blessé son enfant (...)...

Pages