Samedi 18 Novembre 2017
(AFP 17/11/17)
Vingt-trois ans après le génocide au Rwanda, la justice française refuse de faire entendre les anciens plus hauts responsables militaires français dans l'enquête sur de possibles responsabilités de l'armée en marge du massacre de Bisesero en juin 1994, une décision qui rompt, selon les parties civiles, l'espoir d'un procès. Dans sa décision du 31 octobre, la cour d'appel de Paris, confirmant un précédent refus du juge, n'a pas estimé nécessaire d'auditionner l'amiral Jacques Lanxade, l'ancien chef d'état-major des armées, et son adjoint de l'époque, le général Raymond Germanos, comme le réclamaient l’association Survie, la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH et LDH)...
(RFI 17/11/17)
L'ex-amiral Jacques Lanxade et l'ex-général Raymond Germanos ne seront pas auditionnés par la justice française, dans l'enquête sur les possibles responsabilités de l'armée française lors du génocide rwandais de 1994. La cour d'appel de Paris a confirmé, ce jeudi, la décision prise par le juge qui mène l'instruction. Cette enquête concerne les faits survenus à Bisesero entre les 27 et le 30 juin 1994. Les militaires de la force Turquoise sont accusés de n'avoir prêté secours à des civils tutsis que trois jours après avoir constaté qu'ils étaient menacés par des génocidaires hutus. D'après le juge d'instruction, la force sur place disposait d'une certaine autonomie et leurs actes ne dépendraient pas de l'état-major de l'époque. Une vision que réfute Clémence...
(RFI 17/11/17)
L'ex-amiral Jacques Lanxade et l'ex-général Germanos ne seront pas auditionnés par la justice française dans l'enquête sur les possibles responsabilités de l'armée française lors du génocide rwandais de 1994. La cour d'appel de Paris a confirmé ce jeudi 16 novembre la décision prise en août dernier par le juge qui mène l'instruction. Cette enquête concerne les faits survenus à Bissesero entre les 27 et 30 juin 1994. Les militaires de la force Turquoise sont accusés de n'avoir prêté secours à...
(AFP 16/11/17)
Vingt-trois ans après le génocide au Rwanda, la justice française refuse d'entendre les anciens hauts responsables militaires français sur d'éventuelles responsabilités de l'armée en marge du massacre de Bisesero, une décision qui douche les espoirs des parties civiles d'obtenir un procès. Cette enquête, emblématique de la controverse sur le rôle de la France lors du génocide qui a fait en 1994 quelque 800.000 morts selon l'ONU, principalement au sein de la minorité tutsi, a depuis un an son pendant au Rwanda: en novembre 2016, Kigali a lancé une procédure contre 22 officiers français accusés d'implication dans le génocide. Parmi eux, l'ex-amiral Jacques Lanxade, chef d'état-major des armées de 1991 à 1994...
(AFP 16/11/17)
La justice française a décidé de ne pas entendre l'ex-chef d'état-major des armées dans l'enquête sur les possibles responsabilités de l'armée française lors du génocide de 1994 au Rwanda, ont annoncé jeudi à l'AFP les parties civiles, qui redoutent ainsi un "non lieu". La cour d'appel de Paris a confirmé, le 31 octobre, le refus du juge d'instruction d'auditionner l'ex-amiral Jacques Lanxade et son adjoint de l'époque, l'ex-général Raymond Germanos, comme le réclamaient l’association Survie, la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH et LDH) et les autres parties civiles, qui accusent la force Turquoise d'avoir sciemment abandonné aux génocidaires hutu des centaines de Tutsi des collines de Bisesero...
(Jeune Afrique 14/11/17)
Alors que le secteur aérien connaît une bonne croissance en Afrique, les compagnies du continent ont du mal à réaliser des profits. En cause, une taille encore modeste et d'importants frais, notamment en termes de taxes et d'approvisionnement en kérosène. Si une poignée d’entre eux a préféré se rendre au salon aéronautique de Dubaï, il n’était pas question pour la plupart des dirigeants du secteur aérien africain de manquer à l’appel de leur grand-messe annuelle qui se tient jusqu’à ce...
(RFI 14/11/17)
Le Forum de Dakar a commencé lundi 13 novembre dans la capitale sénégalaise. Cette rencontre réunit 800 intervenants, acteurs politiques, experts, chercheurs, membres de la société civile et se veut un lieu informel pour évoquer les questions de sécurité. La première journée a été marquée par le débat entre les chefs d’Etat et hauts responsables d’institutions présents. Sur la grande scène, il est le premier à avoir pris la parole lundi au Forum de Dakar. Moussa Faki Mahamat, président de la commission de l’Union africaine, a placé la barre très haut.
(Le Point 14/11/17)
La jeune professeure de la diaspora rwandaise prône une décolonialité en toutes lettres, elle s'en est expliquée aux Ateliers de la Pensée à Dakar. Si vous rencontrez quelque part dans sa Belgique flamande natale, ou ailleurs en Europe, Olivia Rutazibwa, docteure en Sciences politiques, maîtresse de conférences à l'université de Porthsmouth en Angleterre et non moins jeune femme bien de son temps, même si vous êtes dans les meilleures dispositions à l'égard de l'autre en général, et même si vous...
(AFP 13/11/17)
Des dirigeants africains ont appelé lundi à aider leurs Etats à assurer leur propre sécurité, y compris par une adaptation des interventions internationales aux réalités locales, à l'ouverture du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. "La réponse militaire doit être solidaire et globale pour ne laisser aucun sanctuaire aux groupes terroristes", a déclaré le président sénégalais Macky Sall...
(Jeune Afrique 13/11/17)
La 4e édition du Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique s'est ouverte ce lundi à Dakar. Les présidents rwandais, Paul Kagamé, et malien, Ibrahim Boubacar Keïta, ont fait le déplacement. Pendant deux jours, les grands enjeux sécuritaires africains seront au centre des discussions à Dakar. Les 13 et 14 novembre, la capitale sénégalaise accueille la 4e édition du Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique. Cette année, près de 800 personnes – militaires,...
(Xinhua 13/11/17)
Les présidents Paul Kagamé (Rwanda) et Ibrahima Boubacar Keïta (Mali) sont arrivés dimanche à Dakar où ils prendront part lundi au Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité. Ils ont été accueillis par le président sénégalais Macky Sall. Le Premier ministre tchadien, Albert Pahimi Padacké, est également arrivé dimanche à Dakar où sont attendus plus de 500 participants, acteurs régionaux et internationaux au plus haut niveau, autorités politiques et militaires, experts et universitaires, diplomates, représentants d'organisations internationales, de la société civile et du secteur privé.
(APA 13/11/17)
APA-Dakar (Sénégal) - Les Présidents Paul Kagame (Rwanda) et Ibrahim Boubacar Keïta (Mali) sont arrivés dimanche soir à Dakar, pour prendre part au Forum international de Dakar sur la Paix et la Sécurité qui débute lundi. Ils ont été accueillis par leur hôte, le président du Sénégal Macky Sall. Le Premier ministre tchadien Albert Pahimi Padacké est lui aussi déjà arrivé à Dakar ce dimanche. Selon ses organisateurs, sont attendus à cette édition près de 700 participants composés d’acteurs régionaux...
(APA 13/11/17)
APA-Dakar (Sénégal) - Le Rwanda a empoché le 16e et dernier ticket pour la phase finale de la 5ème édition du Championnat d’Afrique des nations (CHAN) prévue en 2018 au Maroc, à l’issue dimanche des barrages l’ayant opposé à l’Ethiopie. [Img : CHAN 2018 : Le Rwanda s’empare du dernier ticket] Forts de leur succès 3-2 obtenu à l’extérieur à l’aller, les « Amavubi » se sont contentés d’un nul blanc (0-0) au retour, dimanche, synonyme de qualification pour eux. Eliminés au dernier tour éliminatoire dans la zone Centre-Est, l’Ethiopie et le Rwanda ont été cooptés pour disputer les barrages en deux manches à la suite du désistement de l’Egypte...
(AfricaNews 10/11/17)
Des multinationales du Canada et d’Australie exploiteront bientôt le coltan dont regorge le sol du Rwanda. Un atout de plus pour l‘économie rwandaise déjà florissante. L’annonce a été faite le 09 novembre par le directeur général de l’Office national des Mines et du Pétrole (ONMP). Selon Francis Gatare, deux entreprises du Canada et d’Australie ont entamé des discussions avec le Rwanda afin d’exploiter le Coltan. Ce métal qui permet de produire le nobium et le tantalum, eux-mêmes utilisés dans la...
(Sputnik 08/11/17)
Jacques Morel, auteur notamment du livre « La France au cœur du génocide », spécialiste sur le Rwanda. Il a rassemblé durant douze ans plusieurs documents sur l’implication de la France au Rwanda. Il a répondu par écrit à nos questions. C'est un énième rebondissement dans l'instruction sur les causes de l'attentat de 1994 qui provoqua la mort de l'équipage français de l'avion du président rwandais, Juvénal Habyarimana, de la mort de ce dernier et de son homologue burundais. Un...
(Agence Ecofin 07/11/17)
La quatrième édition du SME & Banking Africa Forum se tiendra à Kigali, au Rwanda. Elle est organisée en partenariat avec la SFI/IFC, AfricSearch, le Groupe OCP, ESPartners et Afreximbank entres autres. Exclusivement dédié au financement des PME africaines, le SME & BANKING Africa Forum permet aux entreprises africaines d’accéder au financement à travers les banques, les fonds d’investissements, les fonds de garantie, des fondations et Business Angels. Il permet également aux entrepreneurs d’accroître leurs réseaux d’affaires et de bénéficier...
(Agence Ecofin 06/11/17)
Selon Melissa Rousset, une spécialiste de la finance digitale, on verra se développer dans les prochaines années, en Afrique de l'ouest francophone, le crédit scoring, une technique qui consiste à évaluer la capacité de remboursement d’un demandeur de prêts, grâce à l'analyse des données le concernant. Le crédit scoring, très développé en Afrique de l'est, a permis d'y améliorer l'inclusion financière. Jusqu'à présent, la décision de donner ou non une suite favorable à un demandeur de crédit, repose encore largement...
(Jeune Afrique 03/11/17)
Dans un récent rapport, la Commission nationale rwandaise des droits de l’homme accusait l'ONG américaine d'avoir menti sur les exécutions extra-judiciaires et d'avoir présenté comme assassinées des personnes toujours vivantes. Human Rights Watch maintient ses accusations, soupçonnant les autorités rwandaises d'avoir fait pression sur les familles. Le bras de fer entre le Rwanda et Human Rights Watch (HRW) continue. Après avoir été accusée par Kigali d’avoir délibérément menti dans un rapport sur les exécutions extra-judiciaires dans le pays, l’ONG de...
(Jeune Afrique 03/11/17)
L'édition 2018 du classement Doing Business établi par la Banque mondiale vient de paraître. Si Maurice, le Rwanda et le Maroc signent comme l'an passé les meilleures performances africaines, il convient de souligner la performance de Kigali, qui fait son entrée dans le top 50 mondial. Depuis quinze ans, la Banque mondiale mesure chaque année la qualité de l’environnement des affaires à travers le monde, avec son classement Doing Business, dont l’édition 2018 vient de paraître. 190 économies sont passées...
(RFI 03/11/17)
En Ouganda, l’ouverture du procès fin octobre 2017, à Kampala, de plusieurs policiers ougandais ayant participé à l'arrestation et au retour forcé du Rwandais Joël Mutabazi, ancien membre de la garde présidentielle de Paul Kagame, met en lumière un phénomène qui semble plus vaste qu’il n’y paraît. Actuellement, des gens disparaissent en Ouganda. Sont-ils rapatriés de force au Rwanda ? Mercredi 1er novembre, une femme, qui préfère rester anonyme pour sa sécurité, s’est présentée au bureau de l’ONG ougandaise The...

Pages