Mercredi 26 Juillet 2017

Les experts se réuniront à Kigali en mai pour discuter de l'avenir des technologies en Afrique

Les experts se réuniront à Kigali en mai pour discuter de l'avenir des technologies en Afrique
(Xinhua 12/04/17)

KIGALI, (Xinhua) -- Des experts des technologies de l'information et de la communication (TIC) de toute l'Afrique et au-delà doivent se réunir le mois prochain à Kigali, capitale du Rwanda, pour discuter de la transformation de l'Afrique grâce au pouvoir de la technologie.

Le Rwanda accueillera du 10 au 12 mai le troisième sommet Transform Africa 2017, qui portera principalement sur le développement de villes connectées en Afrique grâce au pouvoir des TIC.

S'adressant aux journalistes mardi, le ministre de la Jeunesse et des TIC, Jean Philbert Nsengimana, a déclaré que la position du Rwanda comme fer de lance du programme de villes connectées en Afrique était la raison pour laquelle ce pays a été choisi pour accueillir pour la troisième fois ce sommet technologique de haut niveau.

"Nous attendons près de 3.000 délégués des pays africains dans le cadre de l'initiative Smart Africa et plus de 300 maires de villes de toute l'Afrique pour présenter les éléments d'une ville connectée. Nous pensons que la transformation économique de notre continent doit être dominée par l'ambition d'utiliser le pouvoir de la technologie afin de renforcer l'accès aux marchés et à l'information pour les entreprises", a-t-il observé.

Ce forum comprendra différents événements annexes comme le sommet Smart Women (femmes connectées), et le forum des villes connectées d'Afrique, tandis que les jeunes bénéficieront d'une plateforme pour soumettre leurs idées à des investisseurs technologiques potentiels.

L'initiative Smart Cities, qui vise à mobiliser des solutions technologiques pour améliorer l'efficacité dans les villes, est soutenue par 11 pays africains et d'autres pays encore doivent la rejoindre.

Actuellement, ses membres comprennent la Côte d'Ivoire, le Gabon, le Kenya, le Mali, l'Ouganda, le Sénégal, le Soudan du Sud, le Tchad, l'Angola, le Rwanda et le Burkina Faso.

L'initiative Smart Africa a entrepris de réduire les prix des appels entre ses pays membres en mettant en œuvre le One Africa Network (réseau africain unique).

"La technologie alimente la mobilité et la connectivité dans les sociétés urbanisées, et les villes d'Afrique cherchent continuellement à mettre en place de nouvelles infrastructures et systèmes urbains qui leur permettront d'effectuer cette transition et de se positionner comme des leaders mondiaux et des villes de nouvelle génération", a expliqué Hamadoun Touré, directeur exécutif de l'initiative Smart Africa.

Cette initiative vise à établir des partenariats entre les milieux gouvernementaux, académiques et privés pour augmenter leur pertinence dans l'écosystème des TIC, selon l'autorité de la Smart Africa Initiative.

Cette conférence réunira des chefs d'État de plusieurs pays africains, des responsables d'organisations Smart Africa, des délégués de la Commission de l'ONU sur le développement numérique, des directeurs technologiques d'entreprises, des experts des technologies et des jeunes innovateurs de toute l'Afrique et au-delà.

Le Rwanda, qui a accueilli le sommet Transform Africa en 2013 et 2015, est l'un des quelques pays d'Afrique à avoir adopté un réseau à bande large 4G à haute vitesse délivrant une vitesse de téléchargement pouvant atteindre 100 mégaoctets par seconde.

Commentaires facebook