Mercredi 23 Août 2017

Paul Kagame, la renaissance autoritaire du Rwanda

Paul Kagame, la renaissance autoritaire du Rwanda
(La Croix 05/08/17)
Paul Kagame, l’homme qui dirige le pays des mille collines d'une main de fer depuis 1994

Les Rwandais votaient vendredi pour un scrutin présidentiel promis à Paul Kagame, l’homme qui dirige le pays des mille collines d'une main de fer depuis 1994 et y brigue un troisième mandat de sept ans.

L’histoire de Paul Kagame, c’est l’histoire controversée de la renaissance du Rwanda.

« Lepays des Mille Collines », un royaume éventré

Colonisé en 1899, le royaume prospère du Rwanda est divisé entre deux principales ethnies. Les Hutus, un peuple d’agriculteurs implantés vers le Xe siècle, majoritaires (80 %), et les Tutsis, des éleveurs arrivés au XVIe siècle, minoritaires (15 %). Se reposant sur la minorité Tutsi au pouvoir, la bureaucratie coloniale allemande, puis belge, va exploiter les rivalités et intensifier les tensions entre les deux ethnies (1).

Le Rwanda s’enflamme en 1959 avec les premières révoltes de paysans Hutu contre l’élite Tutsi. C’est « la révolution sociale », soutenue par la Belgique et l’Eglise. Alors que les massacres de Tutsi s’enchaînent, la fragile République du Rwanda est proclamée par les Hutus le 1er juillet 1962. Dans une véritable purge ethnique, plus de 20 000 Tutsis sont tués, et la moitié de la communauté est désormais réfugiée à l’étranger.

Un Tutsi sur la colline

L’histoire de « l’homme fort du Rwanda » commence dans ces années, sur la colline Nyarutovu, près du village Tutsi de Tambwe, au sud du Rwanda. Le 23 octobre 1957, Paul Kagame est né, bercé par les persécutions de son peuple. Réfugié en Ouganda avec sa famille dans des camps de réfugiés, comme des milliers d’autres tutsis, il étudie brillamment dans les meilleures écoles du pays, avant de s’engager dans la rébellion menée par Yoweri Museveni. Lorsque ce dernier devient président de l’Ouganda en 1986, le jeune major Kagame est nommé chef des services de renseignement ougandais, avant d’épouser en 1989 Jeannette Nyiramongi, avec qui il aura quatre enfants.

Il est envoyé pour une formation de commandement militaire à fort Leavenworth au Kansas. Celle-ci est écourtée du fait de la mort de Fred Rwigema, chef du Front patriotique rwandais (FPR), que Paul Kagame remplace sitôt son retour en Ouganda. En 1990, à la tête du FPR, formé d’exilés rwandais, il attaque l’armée Hutu en 1990. C’est le début d’une guerre civile qui fera plusieurs dizaines de milliers de morts en moins de quatre ans.
Kagame, la fin d’un génocide

Le 6 avril 1994, l’avion du président hutu rwandais, Juvénal Habyarimana, est la cible d’un attentat dans lequel il est tué (avec le président du Burundi) alors qu’il rentre d’Arusha (Tanzanie), où il a signé avec Paul Kagame un accord de paix. Le lendemain, le 7 avril, un massacre – reconnu par la communauté internationale comme un génocide –, de Tutsis et de Hutus modérés est déclenché par le gouvernement, les milices et la population hutue. Plus de 800 000 personnes seront tuées en quatre mois.

Sur fond d’« opération militaro-humanitaire » (« Turquoise ») lancée par la France (2), le FPR s’empare de la capitale Kigali le 4 juillet 1994. Bras droit du nouveau président Pasteur Bizimungu – un Hutu modéré rallié au FPR –, ministre de la défense, il dirige de fait le pays.

Lire la suite sur: http://www.la-croix.com/Monde/Afrique/Paul-Kagame-renaissance-autoritair...

Commentaires facebook