Jeudi 26 Avril 2018

La Zone de libre-échange continentale africaine cruciale pour l'économie mondiale, selon une responsable de l'ONU

La Zone de libre-échange continentale africaine cruciale pour l'économie mondiale, selon une responsable de l'ONU
(Xinhua 20/03/18)
Vera Songwe, Secrétaire générale adjointe de l'ONU et secrétaire exécutive de la Commission économique de l'ONU pour l'Afrique.

La Zone de libre-échange continentale (ZLEC) africaine est non seulement une formidable opportunité pour le commerce en Afrique, mais aussi un dispositif crucial pour les économies hors d'Afrique, a affirmé lundi une responsable de l'ONU à Kigali.

La ZLEC permettra de poser des bases solides pour amener les entreprises étrangères à investir en Afrique, dans la mesure où elle représentera un immense marché pour les investissements étrangers directs, a déclaré à Xinhua Vera Songwe, Secrétaire générale adjointe de l'ONU et secrétaire exécutive de la Commission économique de l'ONU pour l'Afrique, en marge d'un sommet extraordinaire de l'Union africaine (UA) qui se tient en ce moment au sujet de la ZLEC, dans la capitale du Rwanda.

La Chine reste un important partenaire commercial de l'Afrique, a-t-elle ajouté, affirmant qu'elle espérait que le soutien de la Chine permettrait de garantir une mise en place efficace de la ZLEC.

Dans les années à venir, l'Afrique pourrait en outre bénéficier d'échanges plus riches avec la Chine dans divers domaines, dont les infrastructures, le développement industriel, les transferts de technologie et la création d'emplois, a-t-elle encore déclaré.

La décision de créer la ZLEC a été prise en janvier 2012, au cours de la 18e Session ordinaire de l'Assemblée des chefs d'Etat et de gouvernement de l'UA.

La ZLEC vise à créer un marché unique pour les produits et les services sur le continent africain, en permettant notamment la libre circulation des marchandises et des capitaux. Selon l'UA, cette zone de libre-échange permettra également d'accélérer la création de l'Union douanière continentale et de l'Union douanière africaine.

Elle fera de l'Afrique la plus vaste zone de libre-échange créée depuis la fondation de l'Organisation mondiale du commerce, selon l'UA. La ZLEC pourrait ainsi devenir un marché de plus d'1,2 milliard de personnes, avec un PIB total de 2.500 milliards de dollars, selon l'organisation panafricaine.

La Commission économique des Nations unies pour l'Afrique estime que la ZLEC est susceptible de faire augmenter le commerce intra-africain de 53%, en éliminant notamment les droits de douane et diverses autre barrières non-tarifaires.

Commentaires facebook