Mercredi 23 Août 2017

La présidentielle rwandaise a été conforme aux normes internationales (missions d’observation)

La présidentielle rwandaise a été conforme aux normes internationales (missions d’observation)
(APA 08/08/17)
Dioncounda Traoré, chef de la mission de l'UA

APA-Kigali (Rwanda) – L’élection présidentielle organisée le 4 août dernier au Rwanda a été conforme aux normes électorales internationales, ont soutenu les différentes missions d'observation ayant suivi sur place le scrutin.

Les missions d’observation qui se sont félicité de la manière dont s’est déroulé le scrutin sont l'Union africaine (UA), la Communauté de l'Afrique de l'est (EAC), le Marché commun d'Afrique orientale et australe (COMESA) et la Conférence internationale de la région des Grands Lacs (ICGLR).

Les missions d'observation semblent ainsi en porte-à-faux avec les allégations du gouvernement américain selon lesquelles le scrutin comportait quelques irrégularités.

Les chefs de missions d’observation interviewés par les journalistes de l’Agence de presse africaine (APA) ont qualifié le scrutin de «libre et équitable», soulignant que "les autres pays africains doivent s’en inspirer."

L'ancien président de la transition au Mali, Dioncounda Traoré, chef de la mission de l'UA qui avait été déployée sur les 30 circonscriptions, a déclaré ne pas avoir constaté d'irrégularités, en précisant avoir rencontré les différentes parties-prenantes pour leur exprimer sa satisfaction.

L'ancien chef de la transition malienne s'est dit particulièrement séduit par les innovations notées, notamment l’implication des jeunes bénévoles dans le processus pour réduire le budget de l’organisation de l’élection.

Traoré a également salué l’esprit de "fair-play" du candidat indépendant, Phillippe Mpayimana, et de Frank Habineza, le porte-drapeau du Parti vert démocratique, qui ont accepté le verdict des urnes.

Pour sa part, le chef de la mission d'observation de l'EAC, Moody Awori, a loué le «professionnalisme des médias locaux» dans la distribution équitable des temps d'antenne aux trois candidats en lice.

Selon Awori, un ancien vice-président du Kenya, la durée de la campagne était conforme à la loi électorale. « Il n'y avait pas d'utilisation illégale des ressources de l'État, encore moins des déclarations diffamatoires ou des tentatives d’achat de conscience de la part des candidats», a-t-il déclaré.

Même son de cloche chez l’évêque Mary Nkosi, cheffe de la mission d’observation de la COMESA, selon qui il y avait «une forte implication des citoyens dans la mise en place des bureaux de vote».

En attendant les résultats officiels de l’élection présidentielle qui doivent être publiés mardi par la Commission électorale indépendante, les résultats provisoires donnent gagnant le président sortant Paul Kagame avec 98 pour cent des voix.

Commentaires facebook