Mardi 20 Février 2018

Génocide au Rwanda : le rôle trouble du mercenaire Bob Denard et des services français

Génocide au Rwanda : le rôle trouble du mercenaire Bob Denard et des services français
(Jeune Afrique 02/02/18)
Bob Denard

À l’origine de plusieurs coups d’État sur le continent, Bob Denard a également offert ses services aux génocidaires rwandais en 1994, selon un rapport publié jeudi par l’association Survie. Le mercenaire, décédé en 2007, aurait été mandaté, sous un nom d'emprunt, pour des missions grassement rémunérées par le gouvernement rwandais de l'époque. Analyse de Jean-François Dupaquier, ancien journaliste et spécialiste de l’Afrique des Grands Lacs.

Plus de dix ans après sa mort, Bob Denard continue de faire parler de lui. En témoignent les dernières révélations de l’association Survie, qui lèvent le voile sur le volet rwandais des actions occultes conduites par le célèbre mercenaire de la « Françafrique ». En 1994, celui-ci était en affaires avec le gouvernement intérimaire rwandais, instigateur du génocide qui a coûté la vie à quelque 1 million de victimes.

Dans une lettre datée du 13 septembre 1994, soit peu de temps après la fin du génocide, le ministre de la Défense du gouvernement intérimaire en exil évoque ainsi un « contrat d’assistance technique » passé avec la société Martin et Cie, pour un montant total de 300.000 dollars. Une société derrière laquelle se serait en réalité caché Bob Denard, dont un nom d’emprunt est Robert Bernard Martin.

Le mercenaire aurait également offert ses services en plein génocide. Un reçu émis le 5 juillet 1994 par l’ambassade du Rwanda à Paris mentionne ainsi l’existence d’un virement de 1.086.000 francs de l’époque à Robert B. Martin – sans qu’il soit possible de connaître la contrepartie de cette juteuse rémunération.

À l’époque, Bob Denard était sous contrôle judiciaire. Mais il semblait pourtant jouir d’une grande liberté d’action, comme l’attestent ses fausses pièces d’identité – notamment un faux passeport au nom de Robert Bernard Martin, délivré par la préfecture des Hauts-de-Seine. Des éléments qui alimentent le doute sur l’implication supposée des autorités françaises dans cette affaire.

Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/526418/politique/genocide-au-rwanda-le-role-...

Commentaires facebook