| Africatime
Mardi 28 Mars 2017
(Jeune Afrique 28/03/17)
Trois corps selon le gouvernement congolais - deux selon les Nations unies -, ont été retrouvés lundi 27 mars près de la rivière Moyo, au Kasaï central. Deux experts de l’ONU pour la RD Congo, Michael Sharp et Zaida Catalán, avaient disparu à proximité de ce cours d'eau le 12 mars. Trois corps ont été découverts hier a déclaré ce mardi 28 mars à Jeune Afrique le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende. « Le commissaire provincial de la police de Kananga nous a fait rapport lundi soir de la découverte de deux corps à la peau blanche et d’un à la peau noire, à proximité de la rivière Moyo, sur l’axe Bukonde-Tshimbulu », a-t-il...
(RFI 28/03/17)
En République démocratique du Congo, un communiqué officiel confirme le massacre de policiers dans la province du Kasaï. Un document signé par le colonel Mwanamputu Empung, porte-parole de la police, indique que 39 membres des forces de l'ordre ont été tués, le vendredi 24 mars 2017. Ce communiqué laisse également entendre que de nouvelles mesures vont être prises dans la province. Cette fois c'est un bilan officiel fourni par les autorités : depuis vendredi, on parlait d'une quarantaine de morts dans une embuscade tendue par des miliciens Kamwina Nsapu. Dans le communiqué, le porte-parole de la police donne le chiffre de 39 policiers morts dans cette embuscade. Un guet-apens sur lequel le document donne également plusieurs précisions : les deux...
(AFP 27/03/17)
La Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) redoute une généralisation des violences en République démocratique du Congo à neuf mois d'une présidentielle incertaine dans ce pays minée par la crise politique. "La situation sécuritaire précaire qui règne en RDC pourrait très rapidement dégénérer et plonger le pays dans des violences généralisées", écrivent la FIDH et ses ONG partenaires congolaises dans un communiqué publié lundi. Ce communiqué a été publié deux jours avant un vote du Conseil de sécurité des Nations unies sur le renouvellement du mandat de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco). La Monusco, présente depuis 1999 en RDC, a déployé près de 19.000 soldats, policiers...
(RFI 27/03/17)
Les autorités provinciales du Kasaï annoncent une embuscade contre des policiers. 42 policiers auraient été tués par des hommes armés, identifiés par les autorités locales comme membres de la milice Kamuina Nsapu, sur la route entre Tshikapa et Kananga. C'est l'attaque la plus meurtrière à ce jour dans cette région secouée par l'insurrection des adeptes du chef traditionnel Kamuina Nsapu, tué en août dernier. Selon des premières sources jointes sur place, vendredi dans la matinée, un convoi de deux véhicules qui transportait des policiers venus de Kinshasa aurait été attaqué par une centaine d'assaillants se réclamant de la milice locale Kamuina Nsapu.
(Courrier International 27/03/17)
Les deux experts de l’ONU et leurs quatre accompagnateurs congolais disparus le 12 mars au sud de Kananga n’ont toujours pas été retrouvés. Plus le temps passe plus l’inquiétude grandit après la disparition de Michael Sharp, Zaida Catalán, deux experts de l’ONU, et de Betu Tshintela, interprète congolais, Isaac Kabuayi et deux autres chauffeurs congolais il y a maintenant deux semaines. Le groupe enquêtait sur les récents massacres au Kasaï. Et c’est près du village de Bunkonde, au sud de...
(BBC 27/03/17)
A Beni dans l'Est de la RDC, des violences ont fait quatre morts et plusieurs blessés. Les affrontements ont eu lieu à Kalau, un quartier périphérique de Beni qui avait été attaqué par des miliciens. Un militaire congolais et trois miliciens sont morts d'après un bilan officiel de l'armée. Le capitaine Mak Azukay, un porte-parole de l'armée dans le Nord-Kivu affirme que les miliciens Maï-Maï ont fait incursion dans le quartier vendredi après-midi, incendiant les cases et les biens de...
(Jeune Afrique 25/03/17)
Deux associations de la diaspora congolaise le claironnent depuis le 10 mars : ce jour-là, elles ont déposé « une plainte contre Joseph Kabila » devant la CPI, et elle aurait été jugée « recevable ». L’Association pour la promotion de la démocratie et le développement de la RD Congo (Aprodec) et la Ligue contre la corruption et la fraude (Licof) disent avoir ainsi dénoncé les récentes exactions de l’armée dans le Kasaï (centre du pays) et l’existence d’un charnier à Maluku, en 2015. La réalité est quelque peu différente, comme l’explique une source au bureau de Fatou Bensouda, la procureure. D’abord, cette dernière ne reçoit pas de « plainte », seulement des « communications ».
(Le Monde 24/03/17)
Au moins dix-sept fosses communes ont été découvertes dans la province centrale de la République démocratique du Congo. Après des mois de dénégations par le régime de Joseph Kabila, la découverte de charniers dans le Kasaï illustre l’ampleur de la violence qui sévit toujours en République démocratique du Congo (RDC). Dès décembre 2016, la Mission des Nations unies en RDC (Monusco) avait transmis au gouvernement des « allégations sur la présence de sept fosses communes » dans cette province au...
(Le Monde 24/03/17)
L’ex-chef de milice congolais, reconnu coupable de « crimes contre l’humanité », devra verser des réparations collectives et individuelles. Une première. Germain Katanga a été condamné à verser 1 million de dollars (925 000 euros) aux victimes de crimes commis lors de l’attaque du village de Bogoro, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), le 24 février 2003. L’ancien commandant de la Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI) a été, en mars 2014, reconnu coupable de «...
(Le Monde 24/03/17)
L’ancien vice-président de la République démocratique du Congo, qui purge déjà une longue peine de prison pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a été condamné par l’institution de La Haye pour subornation de témoins. Même poussé dans ses retranchements, il n’aura reculé devant aucun stratagème, aucune extrémité pour se sauver de la justice. L’ancien vice-président de la République démocratique du Congo (RDC), Jean-Pierre Bemba, a été condamné mercredi par la Cour pénale internationale (CPI) à un an d’emprisonnement...
(RFI 23/03/17)
En RDC, agents de l'Etat et autres travailleurs du secteur privé menacent de décréter début avril prochain une grève générale illimitée. Ils accusent le gouvernement de ne pas se soucier le moins du monde des conditions sociales déplorables des populations. Les syndicats ont déposé leurs préavis de grève sur la table du premier ministre Samy Badibanga qui a jusqu'au début du mois d'avril prochain pour désamorcer la grève. Dans leurs préavis de grève, L'Intersyndicale nationale du Congo et la Dynamique...
(Jeune Afrique 23/03/17)
La ville de Beni, dans l’est de la RDC, est surtout connue pour les tueries qui s’y produisent depuis octobre 2014. Mais, pour certains de ses habitants, pas question de se terrer à la maison une fois le soleil couché. Le soir, ils sortent en bande, en voiture. Et ils planifient tout sur WhatsApp. Par échange de messages, ils conviennent du lieu du regroupement, se renseignent sur le trajet de chacun et, parfois, se rendent disponibles pour aller chercher ceux...
(Xinhua 23/03/17)
GENEVE, (Xinhua) -- A l'occasion d'un débat interactif au Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies à Genève sur la situation en République démocratique du Congo (RDC), deux hauts responsables des Nations Unies ont souligné que les violations des droits de l'Homme avaient augmenté de 30% en 2016 par rapport à l'année précédente dans ce pays. Lors de ce débat, le sous-secrétaire général aux droits de l'Homme, Andrew Gilmour, a précisé que cette augmentation était due aux restrictions imposées...
(Dw-World 23/03/17)
En RDC, dans la province du Katanga, l'accès aux soins de santé est un véritable problème, y compris à Lubumbashi, la capitale régionale. Suite à une crise socio-économique aiguë, les populations ont du mal à payer les frais médicaux. En outre, les hôpitaux, surtout les structures publiques, sont sous-équipés et les médecins rechignent à s'installer à l'intérieur de la province.
(Jeune Afrique 23/03/17)
Molende a 27 ans. Il travaille comme secrétaire et enseignant dans une école privée de Kinshasa. Pour ce nouveau numéro de notre série l’argent des Africains, il a accepté de nous ouvrir son portefeuille. Pour Molende, le réveil sonne tous les matins à 5h30. Après s’être rapidement préparé, il file vers une école privée de la capitale congolaise, où il assure pendant quelques heures le secrétariat. Puis il enchaîne, au même endroit, en donnant des cours de géographie française. À...
(Agence d'information d'afrique centrale 21/03/17)
L’agence onusienne, qui indique que 232,9 millions de dollars américains sont nécessaires pour venir en aide à ces réfugiés en 2017, affirme n’avoir reçu que 3% de ce montant. Dans sa revue annuelle publiée au mois de février 2017, le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a affirmé avoir récencé à ce jour environ 461 mille réfugiés en RDC. Cette agence onusienne note que les Centrafricains sont les plus nombreux parmi ces réfugiés. Pour ce seul pays...
(RFI 17/03/17)
En RDC, la province du Kasaï Central et sa région sont en proie depuis plus de 8 mois à une insurrection se revendiquant du chef coutumier Kamuina Nsapu. Des négociations sont en cours entre les autorités et les miliciens. Le vice-Premier ministre en charge de la Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadary, est sur place depuis le début de la semaine accompagné d’une délégation de parlementaires et notables de la province. Cette délégation a formulé une série de recommandations, mais parallèlement à...
(BBC 17/03/17)
L'opposant congolais Moise Katumbi en exil en Afrique du Sud a annoncé son intention d'importer des milliers de tonnes de maïs pour venir en aide aux populations de la province du Haut-Katanga qui souffre de la faim. Il a demandé une licence au gouvernement central de Kinshasa pour importer cent mille (100.000) tonnes de maïs pour la province du Haut Katanga. Moise Katumbi est un ancien gouverneur du Katanga.
(AFP 15/03/17)
La mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monusco) a annoncé mercredi que des recherches se poursuivaient pour retrouver deux experts onusiens et leurs quatre accompagnateurs congolais enlevés dans une zone secouée par une rébellion se réclamant d'un chef coutumier défunt. Trois jours après leur enlèvement, "les recherches se poursuivent sur le terrain tant du coté des Nations unies que du gouvernement" pour retrouver les deux experts de l'ONU et les quatre Congolais, a déclaré lors d'une conférence de presse Charles-Antoine Bambara, le directeur de l'information de la Monusco. "Des opérations en vue de retrouver leur trace sont en cours", a indiqué de son côté le colonel Serge...
(Libération 15/03/17)
Michael Sharp et Zaida Catalán enquêtaient vraisemblablement sur des affrontements entre les forces armées et les membres d'une milice locale, lorsqu'ils ont disparu avec leurs chauffeurs et leur traducteur. «Trois choses ne peuvent rester longtemps cachées : le soleil, la lune et la vérité.» C’est la dernière phrase retweetée par Zaida Catalán le 3 mars. Neuf jours plus tard, cette jeune Suédoise de 37 ans a disparu sur une route de la région du Kasaï central, au cœur de l’immense...

Pages