Lundi 20 Novembre 2017
(Jeune Afrique 18/11/17)
L'image d'une fillette menottée et encadrée de policiers a créé l'émoi sur les réseaux sociaux. Binja Yalala a été arrêtée par la police d'Idjwi, dans le Sud-Kivu, lors des manifestations du 15 novembre. Elle est accusée d'avoir « violenté les forces de l'ordre ». Les mains dans le dos et entourée de policiers. La photo de l’interpellation de la jeune fille, mineure, est diffusée en masse sur les réseaux sociaux. Et les réactions d’indignation contre les forces de l’ordre se multiplient. Sur Twitter, sous le hashtag « #jesuisyalala », les internautes – pour une bonne part des militants anti-Kabila, mais pas uniquement – saluent le courage de la fillette ou dénoncent les violences policières. Dans...
(RFI 18/11/17)
En RDC, le projet de loi électorale révisée est désormais sur le bureau de l'Assemblée nationale. Un texte très attendu. Le retard dans l'élaboration de cette loi fait partie des éléments de blocage avancés par la Ceni pour expliquer que l'élection ne pouvait pas se tenir dans les délais fixés par l'accord de la Saint-Sylvestre. Le texte doit encore être adopté par les députés. Que prévoit ce projet de loi ? Principal changement, la répartition du nombre de sièges au sein des assemblées. Elle devrait désormais se faire en fonction du nombre d'électeurs et non plus du nombre d'habitants. Le dernier recensement en RDC date de 1984.
(Jeune Afrique 18/11/17)
En août 2017 l’ancien ministre wallon Serge Kubla est inculpé pour « blanchiment ». Un affaire qui remonte à 2011 dans laquelle est citée Chantal Muzito, femme du Premier ministre congolais de l'époque. Fin 2011, l’ancien ministre wallon Serge Kubla, alors bourgmestre de Waterloo et membre du Mouvement réformateur (MR), retrouve dans un hôtel de Bruxelles Chantal Muzito, femme du Premier ministre congolais d’alors, Adolphe. Il lui remet 20 000 euros en liquide dans une enveloppe. Interpellé en février 2015 et...
(RFI 18/11/17)
C'est une confrontation très attendue qui doit avoir lieu ce samedi 18 novembre à Beni dans le cadre du procès sur les massacres qui ont coûté la vie à au moins 1 000 personnes depuis 2014. Face à face, le général Mundos, en charge des opérations militaires entre 2014 et 2015, accusé dans plusieurs rapports d'être lui-même à l'origine d'une partie des massacres (ce qu'il a toujours nié et qui comparait seulement à titre de témoin), et un certain Oscar...
(Jeune Afrique 18/11/17)
Dans le petit milieu journalistique belge, plusieurs figures couvrant l’actualité de la RDC exercent une réelle influence dans le pays. C’est notamment le cas de Colette Braeckman, qui continue d’écrire pour le quotidien Le Soir, et du cinéaste Thierry Michel, auteur de nombreux documentaires sur le Congo, dont le fameux Mobutu, roi du Zaïre (1999). Ils ont collaboré pour L’Homme qui répare les femmes (2015) sur le Dr Denis Mukwege. Mais ils sont en froid depuis la sortie du film :...
(RFI 17/11/17)
Les chancelleries occidentales présentes en RDC (UE, Etats-Unis, Suisse, Canada) se disent « vivement préoccupées » par les propos tenus par plusieurs responsables politiques et de la police, en amont de la journée de mobilisation de mercredi dernier, à l’appel de la société civile et de l’opposition. Dans un communiqué publié jeudi 16 novembre, elles estiment que ces déclarations sont « contradictoires » avec l’engagement pris par les autorités de « soutenir un processus électoral crédible, libre et apaisé en...
(Jeune Afrique 17/11/17)
Les trois hommes chargés de la politique belge en RDC, Charles Michel, Didier Reynders et Alexander De Croo, ont beau appartenir au même gouvernement, ils n’ont pas la même méthode. Le plus tranchant à l’égard de Kinshasa est sans doute le Flamand Alexander De Croo, vice-Premier ministre chargé de la coopération et fils du parlementaire Herman. Devant la presse néerlandophone, il a déclaré mi-septembre que le Congo n’était « pas un État, mais un système d’enrichissement personnel ». Il a...
(RFI 17/11/17)
Un deuil national a été décrété en mémoire des nombreuses victimes de la catastrophe ferroviaire de Buyofwa, à 25 kilomètres de Lubudi, dans la toute nouvelle province de Lualaba. Jeudi 16 novembre, les drapeaux étaient en berne pour 24 heures sur toute l’étendue du pays. Dans un message lu à la télévision officielle, le chef de l’Etat a présenté ses condoléances les plus émues aux familles des victimes. Au moins soixante et onze corps ont déjà été récupérés. Les recherches...
(Le Monde 17/11/17)
En 1965, Ernesto Che Guevara est allé, incognito, prêter main forte à la rébellion simba. Mais le rêve africain a viré à la débâcle. Répétition générale d’un fiasco qui conduira, en 1967 en Bolivie, à la mort du révolutionnaire, dont on commémore cette année le cinquantenaire. Dans le petit appartement secret de Dar es-Salaam, en Tanzanie, un homme est assis à sa table de travail. Il ne prête aucune attention au mobilier, spartiate, n’entend pas les bruits de la rue,...
(Jeune Afrique 17/11/17)
Anwar Soussa est le nouveau directeur général de Vodacom en République démocratique du Congo. Parmi les nombreux défis qu'il souhaite relever, l'élargissement de la couverture réseau dans le pays. Après Orascom en Égypte et en Centrafrique et Airtel au Tchad et en Ouganda, Anwar Soussa est depuis septembre DG de Vodacom RDC. Il a confié à JA vouloir faire de l’élargissement de la couverture du réseau une de ses priorités. Compte tenu de l’instabilité politique, sécuritaire et monétaire, ce marché...
(RFI 16/11/17)
L'appel lancé par la Lucha et l'opposition pour protester contre le nouveau calendrier électoral a été diversement suivi mercredi 15 novembre en RDC. Objectif affiché pour ce mouvement : « Bloquer complètement le pays jusqu'à la chute effective du régime » du président Joseph Kabila. A Kinshasa, certaines écoles sont restées fermées mercredi, des commerces aussi, mais on était loin de la « ville morte ». C'est un peu calme par rapport aux autres jours, donc les gens ont quand même peur. Aucun incident majeur n'a été signalé lors de cette journée de mobilisation contre le calendrier électoral...
(Jeune Afrique 16/11/17)
Le procès sur le viol de 48 fillettes s'est ouvert mardi devant la cour militaire de Kavumu, en RDC. Charles Cubaka Cicura, porte-parole des avocats des parties civiles revient pour Jeune Afrique sur les menaces qui pèsent sur les témoins, mais aussi le désir de justice dans un procès qui est aussi celui de l'impunité pour les crimes sexuels dans le pays. Le procès de 18 suspects, tous membres d’une même milice – qui se fait appeler « Armée de...
(RFI 16/11/17)
La justice suédoise dénonce l'absence de coopération de la RDC dans l'enquête sur l'assassinat de sa ressortissante Zaida Catalan. Celle-ci et l'Américain Michael Sharp, experts de l'ONU, ont été tués le 12 mars dernier au Kasaï Central. Les autorités congolaises avaient toujours affirmé qu'elles étaient prêtes à assister les Etats-Unis et la Suède dans leur enquête. Mais selon un communiqué du parquet suédois rendu public hier, cela serait très loin d'être le cas. Une absence de coopération qui empêcherait même...
(RFI 16/11/17)
Ce 15 novembre en République démocratique du Congo (RDC) a lieu la première journée de mobilisation de la société civile et de l'opposition depuis la publication du calendrier électoral qui renvoie la présidentielle à la fin de l'année 2018. Ces derniers jours, le discours s'est durci des deux côtés, tandis que la Monusco, la force des Nations unies dans le pays, interpelle les autorités sur le respect du droit à manifester dans le calme. L'appel à manifester en République démocratique...
(Jeune Afrique 16/11/17)
Officiellement, ils n’ont plus de responsabilités diplomatiques. Mais plusieurs hommes politiques belges passionnés par le Congo entretiennent encore leurs réseaux dans le pays. Ils les ont constitués « à l’ancienne », grâce à des contacts humains, souvent affectifs, parfois mâtinés de paternalisme. Tous ont en tout cas une nette préférence pour les échanges discrets, entre quatre yeux, plutôt que pour les blâmes par médias interposés. Étienne Davignon Vicomte promu au rang de « comte » par le roi des Belges...
(Jeune Afrique 16/11/17)
Les "shégués" de Kinshasa soutiennent-il le nouveau calendrier électoral congolais ? C’est ce qu’affirme le récent communiqué d’une association énigmatique… La guerre des nerfs continue en République démocratique du Congo où l’élection présidentielle, comme l’horizon, s’éloigne à mesure qu’on s’en approche. Si des dates viennent tout de même d’être fixées – 23 décembre 2018 pour le scrutin, 12 janvier 2019 pour l’investiture –, elles ne font pas l’unanimité. La société civile et l’opposition appellent à une journée de mobilisation, ce...
(Le Monde 16/11/17)
Le constructeur français se fournirait auprès de mines où travailleraient des enfants, explique un rapport de l’ONG qui analyse l’approvisionnement d’une trentaine de grandes firmes. Cette publicité ne fait guère sourire Renault. Le constructeur automobile français se fait épingler par Amnesty International pour défaut de vigilance sur sa chaîne d’approvisionnement en cobalt, ce minerai étant un composant essentiel des batteries au lithium de ses véhicules. Dans un rapport publié mercredi 15 novembre, l’organisation internationale de défense des droits humains, basée...
(Jeune Afrique 14/11/17)
Réputé proche de Joseph Kabila, le président de la commission électorale a longtemps été accusé par l’opposition d’user de toutes les ruses pour retarder les élections. À Kinshasa, on l’appelle « Monsieur Peugeot » car son chiffre fétiche est le 504. « Après l’enrôlement des électeurs, il faudra 504 jours pour arriver au jour du scrutin », aime à dire Corneille Nangaa, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Le calcul est vite fait. La fin de l’enrôlement...
(RFI 14/11/17)
C'était une audition très entendue dans le procès de Beni annoncée par l'armée congolaise elle-même : celle du général Mundos. Il était en charge des opérations dans ce territoire entre 2014 et 2015 et a régulièrement été accusé d'être lui-même à l'origine d'une partie des massacres qui ont couté la vie à au moins un millier de personnes. Ce lundi, confronté à plusieurs de ces accusateurs, le général Mundos a démenti les accusations. C'est simplement à titre informatif que le...
(RFI 14/11/17)
C'est le soulagement pour les victimes et les parties civiles dans le procès de Kavumu, qui s'est ouvert le 9 novembre dans le Sud-Kivu en RDC. Un procès dont beaucoup espèrent qu'il brisera l'impunité dont jouissent le plus souvent les auteurs de crimes sexuels dans le pays. Dix-huit inculpés, dont un élu local, le député Frédéric Batumike, sont accusés de crime contre l'humanité pour le viol d'une quarantaine de fillettes en 2013 et 2016 ainsi que pour appartenance à un...

Pages