Mercredi 22 Novembre 2017
(AFP 22/11/17)
L'opposition en République du Congo a reporté de deux jours la marche contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila initialement prévue le 28 novembre à Kinshasa, pour éviter toute confrontation avec la majorité, a-t-on appris mercredi. La majorité et l'opposition congolaise envisagent toutes deux une manifestation le 28 novembre à Kinshasa, pour soutenir ou dénoncer le calendrier électoral qui prolonge de fait d'un an le pouvoir du président Kabila. "Ce report de deux jours a pour but d'éviter la confusion et la confrontation donc la violence", a expliqué à l'AFP Martin Fayulu, signataire d'une lettre d'information adressée au gouverneur de Kinshasa.
(AFP 22/11/17)
La République démocratique du Congo a annoncé mardi qu'elle rappelait son ambassadeur en Libye après la révélation de l'existence d'un marché aux esclaves africains près de Tripoli. Kinshasa veut connaître "la situation réelle" en Libye et conduire au besoin "une mission de rapatriement" si des Congolais sont concernés, explique un communiqué du ministre des Affaires étrangères Léonard She Otekitundu. Le ministre souhaite "que la question migratoire soit prioritairement inscrite à l'ordre du jour du prochain sommet Afrique-Europe qui se tiendra à Abidjan". Le Burkina Faso a aussi rappelé son ambassadeur en Libye après la diffusion la semaine dernière du documentaire choc de la chaîne de télévision américaine CNN...
(APA 22/11/17)
APA Kinshasa (RD Congo). La RD Congo vient de rappeler son ambassadeur en poste à Tripoli, en Libye, suite à l’affaire de la vente des migrants africains dans ce pays, selon un communiqué du ministère des affaires étrangères et de l’intégration régionale parvenu à APA, mercredi. L’ambassadeur congolais à Tripoli devra éclairer la lanterne des autorités de son pays sur la situation réelle en Libye pour qu’une mission d’identification et, le cas échéant, de rapatriement digne soit menée, si des...
(AFP 21/11/17)
Un projet de révision de la loi électorale en République démocratique du Congo a été déposé lundi devant l'Assemblée pour adoption d'ici le 30 novembre, première mise en oeuvre du calendrier électoral qui doit mener vers la succession de Joseph Kabila. Présenté par la Commission électorale le 5 novembre, ce calendrier prévoit des élections le 23 décembre 2018, deux ans après la fin officielle du deuxième et dernier mandat du président Joseph Kabila d'après l'actuelle Constitution. L'opposition congolaise réclame son...
(RFI 21/11/17)
La Cenco a présenté un rapport lundi 20 novembre sur l'avancement du processus d'enrôlement en RDC. A ce jour, Plus de 44 millions d'électeurs sont enregistrés. Reste à finaliser l'opération dans le Kasaï, le Kasaï-Central, et deux territoires voisins. Le calendrier électoral prévoit la fin de l'opération pour le 31 janvier 2018. Mais dès lundi, les évêques congolais ont partagé le travail de leurs quelque 300 observateurs sur le terrain. Une opération d'autant plus importante que la nouvelle loi électorale qui doit être adoptée sous peu prévoit que désormais le partage des sièges aux législatives se fasse sur la base...
(Xinhua 21/11/17)
La Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) a publié lundi un bilan de 56 personnes tuées dans des manifestations qui ont eu lieu depuis le mois d'avril dernier jusqu'en octobre 2017, à travers la République démocratique du Congo (RDC). Selon ce rapport réalisé par 200 observateurs déployés sur le terrain par la CENCO, 52 personnes parmi les 56 seraient tuées par balles par les forces de l'ordre, une personne par le gaz lacrymogène et trois policiers tués par des manifestants...
(RFI 21/11/17)
Chasse à l'homme lundi 20 novembre dans la commune de la Kenya, à Lubumbashi. Des unités de la police ont arrêté plusieurs jeunes soupçonnés d'appartenir à l'opposition, selon le Rassemblement des forces acquises au changement. Faux, a rétorqué le chef de la police du Haut-Katanga qui a parlé des inciviques trouvés avec des stupéfiants. Des témoins sur place affirment que l'opération a été déclenchée après une parade des unités de la police tout près de la basilique Sainte Marie. Selon...
(AFP 20/11/17)
L'influent épiscopat congolais a déploré lundi "l'usage disproportionné de la force" par la police, en faisant état d'"au moins" 56 morts, dont 52 "par balle", dans des manifestations en République démocratique du Congo entre avril et octobre. Un "monitoring" des manifestations, conduit par "200" observateurs déployés sur le terrain par l'épiscopat, parle d'"au moins 56 personnes tuées pendant cette période dont 52 par balle, un(e) par gaz lacrymogène, et trois policiers tués par les manifestants", selon un rapport de la...
(AFP 20/11/17)
ix personnes dont deux soldats sont morts dimanche dans l'est de la République démocratique du Congo lors d'affrontements entre l'armée régulière et l'une des nombreuses milices actives dans cette région du Nord-Kivu, a rapporté lundi l'armée congolaise. Les combats ont eu lieu près de Beni après l'attaque d'une "position" de l'armée par une coalition de deux groupes "Maï Maï", mot swahili qui désigne les groupes armés d'auto-défense communautaire. "Nous avons mis en déroute la coalition des Maï Maï qui est...
(AFP 20/11/17)
Plus de 5.000 victimes de crimes de guerre commis en Centrafrique pour lesquels a été condamné l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba demandent des réparations individualisées devant la Cour pénale internationale (CPI). "La plupart des victimes rencontrées ont tout perdu et insistent pour que des compensations individuelles soient attribuées" par la CPI, a fait savoir la Fédération internationale des ligues des Droits de l'homme (FIDH) dans un communiqué lundi. L'ancien riche homme d'affaires de 55 ans avait été condamné à une...
(RFI 20/11/17)
En République démocratique du Congo, la crise du Tanganyika déborde sur les provinces voisines. Ce conflit entre Twas (Pygmées) et Lubas (Bantous) a fait des centaines de victimes, sans doute même des milliers dans cette province depuis 2015. Dans le territoire voisin de Pweto dans le Haut-Katanga, quelque 27 000 déplacés du Tanganyika ont été accueillis depuis près un an, mais aussi des milices, ce qui a complètement déstabilisé ce territoire en proie aujourd'hui à des conflits intercommunautaires, mais aussi...
(Afrik.com 20/11/17)
Olive Lembe Kabila est arrivée, ce matin, à Goma, la capitale du Nord-Kivu dans l’est du Congo. A la tête d’une forte délégation, elle a été accueillie avec enthousiasme par une foule bigarrée et joyeuse, scandant son nom et entonnant de nombreux chants traditionnels. Il n’a échappé à personne que l’épouse du chef de l’Etat, Joseph Kabila, est arrivée dans cette grande ville de l’est, quatre jours seulement après la journée du 15 novembre, choisie par l’opposition pour manifester contre...
(Jeune Afrique 20/11/17)
La RDC n'a pas été conviée vendredi à la réunion de haut niveau organisée à Washington entre le secrétaire d'État américain et 37 ministres des Affaires étrangères du continent africain. Dernier symptôme en date des rapports complexes entre l'administration Trump et le régime de Joseph Kabila. Pas de trace de la délégation congolaise, vendredi 17 novembre, à Washington. Son chef de la diplomatie, Léonard She Okitundu, n’a pas été aperçu dans les parages, ni son ambassadeur dans la capitale américaine,...
(Xinhua 20/11/17)
Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a appris avec consternation les rapports sur la vente aux enchères des migrants africains en Libye comme esclaves, affirme un communiqué publié ce week-end par l'UA. Le président "condamne fermement ces actes méprisables qui sont en contradiction avec les idéaux des Pères fondateurs de notre Organisation et des instruments africains et internationaux pertinents, y compris la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples", selon le communiqué. Le président a appelé à la fin immédiate de ces pratiques et d'autres actes criminels de traite des êtres humains. Il a appelé à une action rapide pour identifier tous les auteurs et complices...
(AFP 18/11/17)
La photo d'une enfant arrêtée lors des manifestations anti-président Joseph Kabila mercredi en République démocratique du Congo, selon l'opposition, a provoqué la colère des opposants, mais la police a affirmé vendredi que la fillette avait "violenté les forces de l'ordre". La photo montre une fillette habillée d'un pantalon rose et d'un chemisier blanc, entourée de six policiers dont l'un lui tient les bras dans le dos comme s'il la menottait, devant un cachot. D'après le mouvement citoyen la Lutte pour...
(Jeune Afrique 18/11/17)
L'image d'une fillette menottée et encadrée de policiers a créé l'émoi sur les réseaux sociaux. Binja Yalala a été arrêtée par la police d'Idjwi, dans le Sud-Kivu, lors des manifestations du 15 novembre. Elle est accusée d'avoir « violenté les forces de l'ordre ». Les mains dans le dos et entourée de policiers. La photo de l’interpellation de la jeune fille, mineure, est diffusée en masse sur les réseaux sociaux. Et les réactions d’indignation contre les forces de l’ordre se...
(RFI 18/11/17)
En RDC, le projet de loi électorale révisée est désormais sur le bureau de l'Assemblée nationale. Un texte très attendu. Le retard dans l'élaboration de cette loi fait partie des éléments de blocage avancés par la Ceni pour expliquer que l'élection ne pouvait pas se tenir dans les délais fixés par l'accord de la Saint-Sylvestre. Le texte doit encore être adopté par les députés. Que prévoit ce projet de loi ? Principal changement, la répartition du nombre de sièges au sein des assemblées. Elle devrait désormais se faire en fonction du nombre d'électeurs et non plus du nombre d'habitants. Le dernier recensement en RDC date de 1984.
(AFP 17/11/17)
L'Union européenne, les Etats-Unis, la Suisse et le Canada se sont déclarés jeudi "préoccupés" par l'état des libertés d'expression et de réunion en République démocratique du Congo, au lendemain d'une journée de mobilisation fortement contenue par les autorités. La dlégation de l'UE et les ambassades de ces pays déplorent dans un communiqué conjoint les déclarations "attribuées à un certain nombre de responsables des forces de police congolaises et de gouverneurs de provinces" avant la journée de mobilisation du 15 novembre. "Tout attroupement de plus de cinq personnes sera dispersé", avait averti mardi le chef de la police de Kinshasa, Sylvano Kasongo. "Sans pitié", aurait-il ajouté, selon plusieurs médias.
(RFI 17/11/17)
Les chancelleries occidentales présentes en RDC (UE, Etats-Unis, Suisse, Canada) se disent « vivement préoccupées » par les propos tenus par plusieurs responsables politiques et de la police, en amont de la journée de mobilisation de mercredi dernier, à l’appel de la société civile et de l’opposition. Dans un communiqué publié jeudi 16 novembre, elles estiment que ces déclarations sont « contradictoires » avec l’engagement pris par les autorités de « soutenir un processus électoral crédible, libre et apaisé en...
(AFP 17/11/17)
Un chef présumé des Kamuina Nsapu, milice impliquée dans des violences en République démocratique du Congo, a été arrêté dans une affaire de décapitation au Kasaï, a appris jeudi l'AFP de source judiciaire. "Il a été arrêté mardi. Pour l'instant le présumé chef milicien est auditionné par la justice militaire", a ajouté la source. Membre présumé de Kamuina Nsapu, il est soupçonné d'avoir ordonné la décapitation de six personnes chargés de superviser des épreuves du baccalauréat tombées dans une embuscade le 31 mai 2017. Malgré le versement d'une rançon par les autorités de la province du Kasaï-central...

Pages