Samedi 24 Février 2018
(AFP 24/02/18)
Des catholiques de Kinshasa ont promis vendredi de marcher dimanche contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, au terme d'une prière pour la paix en République démocratique du Congo à l'appel du pape François. Des centaines de fidèles ont participé à des messes dans des paroisses de la capitale et à d'autres exercices spirituels durant la journée. Cette journée de prière a lieu à 48 heures de l'organisation d'une troisième marche pacifique prévue dimanche après la messe à l'appel du Comité laïc de coordination (CLC, un collectif proche de l’Église catholique) pour demander au président Kabila de déclarer publiquement qu'il va bien quitter le pouvoir.
(Jeune Afrique 24/02/18)
À l'approche de la troisième marche des chrétiens en deux mois, prévue le 25 février en RDC, des leaders de l'opposition congolaise se joignent, l'un après l'autre, à l'initiative. Le dernier appel de soutien est celui de Moïse Katumbi, ce vendredi depuis Bruxelles. « Le grand élan pacifique populaire engagé le 31 décembre 2017 et le 21 janvier dernier pour réclamer la première alternance démocratique à la faveur d’élections libres, démocratiques, inclusives et transparentes ne s’arrêtera plus. » Dans une déclaration rendue publique ce vendredi à Bruxelles, l’opposant Moïse Katumbi « invite, ce dimanche 25 février, tous les Congolais épris de justice et de paix, à répondre massivement à l’appel du Comité laïc de coordination, soutenu par la Cenco [Conférence...
(Jeune Afrique 24/02/18)
Un cabinet d'avocats belges a indiqué ce vendredi à Jeune Afrique que 15 proches du président congolais Joseph Kabila, sous le coup de sanctions de l'Union européenne, demandent à être entendus "le plus rapidement possible" devant le Conseil de l'UE. En voici les raisons. Ce sont finalement les avocats belges Thierry Bontinck et Me Patrick De Wolf qui vont défendre la cause des proches du président congolais Joseph Kabila en butte aux sanctions de l’Union européenne, remportant ainsi la bagarre...
(AFP 23/02/18)
A genoux ou debout, mains jointes devant l'autel, des fidèles catholiques ont prié vendredi à Kinshasa pour la paix en République démocratique du Congo et au Soudan du Sud, à l'appel du pape François, à deux jours d'une nouvelle marche contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila. Dès 06h00 (05h00 GMT), des centaines de fidèles ont participé à une messe à la cathédrale Notre-Dame du Congo, la plus importante église de Kinshasa. "En union avec le pape François, prions pour que le Seigneur mette sa paix dans tous nos cœurs", a dit l'officiant.
(AFP 23/02/18)
Les affrontements entre l'armée congolaise et des rebelles musulmans ougandais des ADF ont provoqué jeudi le déplacement des habitants d'une localité de l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de sources locales. Depuis 15h00 (13h00 GMT), les affrontements opposent les rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) à l'armée congolaise à Mbau, a rapporté à l'AFP Teddy Kataliko, un responsable de la société civile du territoire de Beni dans le Nord-Kivu. "Les habitants sont en débandade", les uns se dirigent vers Oicha (nord) et d'autres vers la ville de Beni (sud), a-t-il ajouté.
(RFI 23/02/18)
Décrispation politique en RDC : Eugène Diomi et Jean-Claude Muyambo ne peuvent pas être libérés, déclare le ministre de la Justice. Alexis Thambwe Mwamba a signé jeudi 22 février un arrêté de libération conditionnelle pour le directeur de cabinet de Moïse Katumbi et un autre arrêté concerne une trentaine de prisonniers. Le ministre de la Justice n'y est pas allé par le dos de la cuillère. Pour Alexis Thambwe Mwamba, Eugène Diomi Ndongala et Jean-Claude Muyambo ne peuvent pas bénéficier...
(Jeune Afrique 23/02/18)
Les autorités congolaises ont annoncé ce jeudi la remise en liberté provisoire de l’ancien directeur de cabinet de l’opposant Moïse Katumbi, aux côtés de 33 autres personnes condamnées pour des "faits insurrectionnels" et "infractions politiques". Eugène Diomi et Jean-Claude Muyambo, dont l'opposition réclamait la remise en liberté, restent en prison. Arrêté en avril 2016 pour « détention d’arme et de munitions de guerre » et condamné à trois ans de prison ferme, Huit Mulongo Kalonda « sera mis en liberté,...
(Jeune Afrique 23/02/18)
Les Jeunes Leaders du PPRD ont prévu de jouer les trouble-fête lors de la marche prévue ce dimanche 25 février à l’appel du Comité laïc de coordination. Ils iront dans les églises pour, disent-ils, « prévenir des risques de troubles à l’ordre public ». Comme le 31 décembre et le 21 janvier derniers, les fidèles congolais sont de nouveau appelés à se mobiliser ce dimanche 25 février à la sortie de l’office. Objectif : « barrer la route à la...
(Xinhua 23/02/18)
Le président gabonais Ali Bongo séjourne ce jeudi à Kinshasa pour une visite de travail où il s'est entretenu avec son homologue Joseph Kabila de la République démocratique du Congo (RDC). Cette visite en RDC fait partie d'une série de visites entamée par le président gabonais depuis la semaine dernière dans quelques pays de l'Afrique centrale. En RDC, Ali Bongo a été accueilli ce matin au Palais de nation à Kinshasa par son homologue congolais où ils se sont entretenus...
(RFI 23/02/18)
En Italie, la communauté de Sant'Egidio se joint à l'appel de l'Eglise catholique de faire de ce vendredi un journée de prière en faveur du Soudan du Sud et de la RDC. Une mobilisation qui fait suite à l'appel lancé par le pape François de prier pour la paix dans ces deux pays secoués par des crises politiques majeures. Sant'Egidio prévoit une veillée de prières à Rome et, simultanément, dans de nombreuses villes italiennes. Le père Angelo Romano, du bureau...
(La Tribune 23/02/18)
Berne vient de se joindre à l’Union européenne et aux Etats-Unis, en imposant des sanctions à 14 personnalités proches du président de la République Démocratique du Congo, Joseph Kabila. Ces fidèles du président congolais encourent des gels d’avoirs et des interdiction de voyage, alors que la RDC connaît toujours un blocage politique. La Suisse vient d'imposer des sanctions à 14 personnalités alliées à Joseph Kabila, président de la République démocratique du Congo. Les personnes ciblées par les sanctions suisses devront...
(Jeune Afrique 23/02/18)
Après avoir frappé à la porte des banques de développement européennes pour défendre la cause des Pygmées, le militant congolais a été expulsé vers le Sénégal, où il vit en exil depuis 2014. Il a passé trois jours dans le centre de rétention de l'aéroport. Le militant congolais Jean-François Mombia Atuku a été maintenu en rétention pendant trois jours à l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle, puis expulsé le 31 janvier vers le Sénégal, où il vit en exil. Son passeport semi-biométrique – un...
(AFP 22/02/18)
Les autorités congolaises ont ordonné jeudi à Kinshasa la libération d'une trentaine de prisonniers dont un proche de l'opposant en exil Moïse Katumbi, en détention depuis 18 mois dans le sud-est de la République démocratique du Congo. "La libération conditionnelle est accordée au condamné Huit Mulongo Kalonda Bampeta", indique un arrêté du ministre de la Justice congolais Alexis Thambwe Mwamba. M. Mulongo ne devra pas "causer de scandale par sa conduite" ni "encourir de peine de privation de liberté", précise...
(AFP 22/02/18)
Un mouvement se présentant comme "musulman" et proche du parti présidentiel de République démocratique du Congo (RDC), a appelé à une "marche pacifique" dimanche à Kinshasa, en même temps que celle organisée par des opposants catholiques au président Joseph Kabila. Dans une lettre adressée au gouverneur de la ville de Kinshasa, "l'Alliance des Kabilistes musulmans (Akam/PPRD)" informe qu'elle "organise une marche pacifique le 25 février 2018, en vue de soutenir la tenue des élections le 23 décembre 2018". Officiellement, ce...
(Jeune Afrique 22/02/18)
Joseph Kabila a nommé mardi soir Henri Mova Sakanyi, jusqu'ici secrétaire général du parti au pouvoir, au poste de vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur. Ce dernier succède à Emmanuel Ramazani Shadary, un cacique de la formation politique du président de la RDC. C’est un très léger remaniement du gouvernement qui a été annoncé, le 20 février au soir, en RDC. Henri Mova Sakanyi, dont le poste de secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie...
(RFI 22/02/18)
En RDC, le Comité laïc de coordination appelle à une nouvelle marche pacifique ce dimanche 25 février. D'autres groupes s'invitent également à cette manifestation, et tous ne sont pas dans la même philosophie que les initiateurs de cette marche. Pour le Comité laïc de coordination, il s’agit d’une marche pacifique. Son objectif est d'obtenir l'alternance au sommet de l'Etat en passant par l'application stricte de l'accord du 31 décembre 2016, conclu sous l'égide de la Cenco. Et le président Joseph...
(Jeune Afrique 22/02/18)
A la différence d'une partie de l'opposition congolaise, Moïse Katumbi estime que la France « est engagée auprès des Congolais » et « veut l’avènement de la démocratie » en RDC. Ces dernières semaines, une partie de l’opposition congolaise a accusé l’Hexagone de soutenir Joseph Kabila. Un appel à boycotter les entreprises françaises a même été relayé par le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha). « La France pourrait jouer un rôle déterminant (seule, au niveau européen et au...
(BBC 22/02/18)
La Suisse a pris des sanctions contre 14 personnalités proches du président Joseph Kabila soupçonnées d'avoir commis des violations des droits de l'homme et d'avoir entravé le processus démocratique en République démocratique du Congo. Parmi les personnalités sanctionnées par la Suisse figurent des hommes politiques. On peut notamment citer Lambert Mende, le ministre de l'information et porte-parole du gouvernement. La Suisse lui reproche de mener une politique répressive contre les médias. Ramazani Shadari et Evariste Boshab, deux anciens ministres de...
(RFI 22/02/18)
En RDC, la décrispation politique évolue à pas de tortue. Ce jeudi matin, le 22 février, le ministre de la Justice a annoncé la libération de Huit Mulongo, l'ancien directeur de cabinet de Moïse Katumbi. Huit Mulongo Kalonda va pouvoir sortir de prison. L'ancien directeur de cabinet de Moïse Katumbi, alors gouverneur du Katanga, « devra patienter, le temps que le document arrive à Lubumbashi pour bénéficier de sa libération conditionnelle ». C'est ce qu'a déclaré le ministre de la...
(RFI 22/02/18)
En RDC, selon l'armée, l'un des principaux chefs des Allied Democratic Forces (ADF) a été tué par les Forces armées de la République du Congo (FARDC) lundi 19 février dans la vallée de Mapobu, dans la zone d'influence du groupe rebelle ougandais. Les FARDC mènent une série d'offensive contre les ADF, au cours de laquelle Cheikh Mohammed Kayira est mort. Selon les forces congolaises, il était l'un de principaux chefs du mouvement. Pourtant, peu d'informations existent sur le personnage. Mohammed...

Pages