Mercredi 26 Juillet 2017
(AFP 26/07/17)
Les Nations unies ont annoncé mercredi la nomination de trois experts internationaux pour enquêter sur les violences dans la région du Kasaï, en République démocratique du Congo, au terme d'un compromis avec Kinshasa qui a refusé une mission indépendante. Un Sénégalais, un Canadien et une Mauritanienne devront "déterminer les faits et les circonstances sur les allégations de violations des droits de l’Homme et du droit humanitaire international dans la région du Kasaï", selon un communiqué du Haut commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme publié à Genève. Le Conseil des droits de l'Homme avait adopté le 22 juin une résolution de compromis entre l'ONU, l'Union européenne et les États-Unis...
(Jeune Afrique 26/07/17)
Pourquoi la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) organise t-elle des élections de gouverneurs dans 11 provinces de la RDC, alors que les Congolais attendent d'elle qu'elle se penche avant tout sur la présidentielle ? En raison d'un « vide juridique » dans certaines provinces, répond le gouvernement. Alors que l’opposition congolaise réclame la tenue de l’élection présidentielle d’ici à la fin de l’année, comme l’indiquait l’accord de la Saint Sylvestre, la Ceni a soudainement publié le 18 juillet − à la demande du gouvernement − un communiqué annonçant la convocation du corps électoral pour les élections des gouverneurs dans 11 provinces. Selon le texte dudit communiqué, les élections devraient se tenir le 26 août. Pour Lambert Mende Omalanga, ministre de...
(RFI 26/07/17)
En République démocratique du Congo, même s'il est contesté, le Conseil national de suivi de l'accord (CNSA) du 31 décembre a tenu mardi 25 juillet sa première réunion plénière. Mais sans le Rassemblement de l'opposition, sans le MLC et ses alliés, sans même l'UNC de Vital Kamerhe. L'objectif de cette plénière était de travailler à la rédaction d'un règlement intérieur pour cette nouvelle institution et de définir un budget. Le CNSA était conçu comme la pierre angulaire de cet accord...
(La Tribune 26/07/17)
Au terme du premier semestre de l’année en cours, l’organe local de l’ONU en charge des droits humains affirme avoir recensé 2.822 violations et atteintes aux droits de l’Homme sur l’ensemble du territoire de la RDC. La majorité de ces violations ont été le fait des agents de l’Etat selon la même source qui s’est également inquiétée de l’amplification de cette tendance dans un contexte politique et sécuritaire assez tendu. Les autorités congolaises ont par conséquent été invitées à traduire...
(RFI 26/07/17)
La Monusco va fermer cinq nouvelles bases au Nord-Kivu, l'une des provinces les plus troublées de l'est du Congo. Neuf bases et détachements ont déjà été fermés, cela fait suite à une réduction des effectifs de la mission exigée à l'époque par le gouvernement congolais et confirmé par le Conseil de sécurité des Nations unies. Une coupe dans les effectifs qui pourrait en préfigurer d'autres. Avec la réduction du budget annoncé, notamment par les Américains. Un bataillon de Casques bleus...
(AFP 25/07/17)
Kinshasa a qualifié lundi "d'amalgame" et de "provocation" la mise en cause directe du président Joseph Kabila et de sa famille dans deux enquêtes récentes sur des enrichissements et des détournements présumés dans le secteur des mines, principale richesse de la République démocratique du Congo. Vendredi, l'ONG Global Witness a publié un rapport qualifiant le secteur des mines de "distributeur automatique de billets" pour le régime du président Kabila. L'ONG britannique a estimé que la RDC, pays pauvre mais riche notamment en cuivre, coltan, cobalt, a perdu 750 millions de dollars de recettes fiscales entre 2013 et 2015 en raison de "la corruption" dans ce secteur.
(BBC 25/07/17)
La nomination de Joseph Olengakoy à la présidence du Conseil national de suivi des accords du 31 décembre 2016 (Cnsa), divise la classe politique. Le Rassemblement, la principale coalition de l'opposition, a qualifié la désignation de M. Olengakoy d'"escroquerie politique" qui vise à "tromper l'opinion en faisant semblant d'appliquer l'accord du 31 décembre". L'ex-président de l'Assemblée nationale et opposant actuel au pouvoir, Vital Kamerhe, désigné au poste de deuxième vice-président du Cnsa, a décliné cette offre, estimant que ces désignations...
(Le Monde 25/07/17)
Selon une enquête de l’agence Bloomberg, le frère du président congolais a investi dans une myriade d’entreprises depuis l’arrivée au pouvoir de Joseph Kabila. Des concessions de diamants et d’or, un hôtel de luxe, une compagnie aérienne, une franchise de fast-food… Depuis que son grand frère Joseph a accédé à la présidence de la République démocratique du Congo (RDC), en 2001, Zoé Kabila a investi dans de nombreuses sociétés, selon une enquête de l’agence Bloomberg publiée mercredi 19 juillet. Sans...
(Dw-World 25/07/17)
Les opposants Vital Kamerhe de l'UNC et Eve Bazaiba du MLC rejettent la désignation de Joseph Olenghakoy à la tête du CNSA. Il lui est reproché de ne pas avoir le profil pour bien assumer cette fonction. Les frustrations au sein de la classe politique persistent depuis la désignation de Joseph Olenghankoy à la tête du Comité national de suivi de l'accord du 31 décembre, le CNSA. La mission du Comité national pour le suivi de l'accord est principalement de...
(RFI 25/07/17)
Malgré l'annonce de l'élection des gouverneurs le 26 août prochain, la fronde des exécutifs provinciaux est loin d'être terminée. Parmi les 11 gouverneurs annoncés comme démissionnaires, on dénonce une élection inconstitutionnelle et une Commission électorale qui a fait la preuve de sa soumission au gouvernement et à la majorité. La dernière élection des gouverneurs date de 2016, les 11 exécutifs provinciaux seront désignés par des députés issus d'assemblées élues en 2006. L'annonce de cette élection anticipée, un an après, a...
(RFI 25/07/17)
Le ministre des Mines de la RDC, Martin Kabwe Lulu, a réagi ce lundi 24 juillet au rapport de Global Witness. L'ONG affirme dans ce rapport, publié la semaine dernière, qu'entre 2013 et 2015, 750 millions de dollars de recettes minières destinés au Trésor se sont évaporés en RDC. Des informations contestées pour les autorités congolaises. Pour le ministre des Mines, le rapport de Global Witness est orienté politiquement. « Je constate avec beaucoup de regret que l’interprétation (est) apparemment...
(AFP 24/07/17)
La situation politique apparaît toujours bloquée en République démocratique du Congo (RDC) où la mise en place d'une instance de sortie de crise a été immédiatement rejetée par des opposants, a constaté l'AFP lundi. Samedi, les autorités congolaises ont installé un "Conseil national de suivi de l'accord" (CNSA) du 31 décembre 2016. Cet accord est supposé sortir ce géant d'Afrique d'une crise politique ouverte provoquée par le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila au-delà de la fin de son...
(Jeune Afrique 24/07/17)
L’opposant Joseph Olenghankoy a été désigné samedi pour prendre la tête du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA) de la Saint-Sylvestre, censé mettre un terme à la crise politique en République démocratique du Congo. Une nomination qui a fait bondir les membres du Rassemblement, la plateforme de l’opposition. Pressenti comme favori aux côtés d’Eve Bazaiba et Vital Kamerhe, Joseph Olenghankoy a finalement été désigné président du CNSA lors d’une réunion organisée samedi 22 juillet sous l’égide des présidents de...
(AFP 24/07/17)
L'opposition congolaise a dévoilé samedi son calendrier d'actions "pour obtenir le départ" du président Joseph Kabila avec deux journées "villes mortes" les 8 et 9 août, des meetings le 20 août et un appel à la désobéissance civile à partir du 1er octobre, a constaté l'AFP. Cette annonce a été faite à Kinshasa en clôture d'un "conclave" du "Rassemblement" de l'opposition vendredi et samedi. Le président Kabila, au pouvoir depuis 2001, ne peut plus se représenter en vertu de l'actuelle Constitution et son deuxième mandat a officiellement pris fin le 20 décembre 2016. Le pouvoir doit organiser des élections d'ici à la fin de cette année...
(APA 24/07/17)
APA-Kinshasa (RDC) - L’opposition congolaise réunie autour de l’aile du « Rassemblement » dirigée par Félix Tshisekedi a annoncé, au terme de deux journées de conclave à Kinshasa, une série des mesures dont l’organisation des journées ville-morte les 8 et 9 août prochains. Pour l’opposition, ces journées seront organisées en guise « d’avertissement » avant qu’elle n’appelle, si ses revendications ne sont pas prises en compte, à l’application de l’article 64 de la constitution. Celui-ci stipule, dans son alinéa 1er...
(Le Point 24/07/17)
Le procès en appel de l'opposant Moïse Katumbi, en cours à Lubumbashi, en dit long sur un État de droit qui a fait long feu. Un processus sans retour ? Katumbi, c'est l'homme à abattre. Politiquement, et peut être pas seulement. Le procès en appel qui s'est ouvert ce mercredi 19 juillet devant le TGI de Lubumbashi pour une affaire d'escroquerie immobilière aussi obscure que rocambolesque en apporte une fois de plus la preuve. En première instance, Moïse Katumbi avait...
(La Tribune 24/07/17)
Presque coup pour coup, l’opposition congolaise réplique aux manœuvres du pouvoir. La désignation au sein d’une aile dissidente de l’UDPS de Joseph Olenghankoy comme président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA) par les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat risque d’exacerber la crise politique. Le courant de Felix Tshisekedi annonce déjà des journées « villes mortes » et même un appel à la « désobéissance civile » pour contraindre le pouvoir à organiser les élections et éviter...
(RFI 24/07/17)
La composition des principaux postes du Conseil national de suivi de l'accord (CNSA) du 31 décembre 2016 a été annoncée samedi soir, le 22 juillet. Et les réactions n'ont pas tardé. RFI a interrogé Aubin Minaku, président de l'Assemblée nationale, Christophe Lutundula pour l'opposition. Le président de l'UNC Vital Kamerhe a également fait part de son insatisfaction. Tandis que le président du comité de suivi fraîchement nommé, Joseph Olengakoyi, se dit prêt à «relever le défi». Après la nomination de...
(AfricaNews 24/07/17)
Les leaders du Rassemblement, coalition de l’opposition congolaise, réclament que l‘électorat du pays soit convoqué avant le 30 septembre 2017, selon la Radio onusienne Okapi. Ils ont par ailleurs exprimé leur volonté de pousser l’actuel président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Corneille Nanga, à la démission si leur requête n’est pas prise en compte jusqu‘à la date indiquée, à travers un sit-in devant les bureaux de la CNEI. « Le Rassemblement demande à Joseph Kabila de libérer sans...
(RFI 24/07/17)
Les rapports se multiplient et se ressemblent en République démocratique du Congo. Alors que le pays est plongé dans une crise économique très grave, que l'inflation est galopante et la réserve en devises du pays presque inexistante, deux rapports mettent en cause la gestion des affaires de l'Etat. Le clan Kabila et le gouvernement ont réagi. Le rapport de Global Witness pointe lui principalement la disparition de 750 millions de dollars de recettes minières des caisses de l'Etat en deux...

Pages