Dimanche 24 Septembre 2017
(Jeune Afrique 23/09/17)
En marge de la 72ème session de l'Assemblée générale des Nations unies, Joseph Kabila doit rencontrer ce vendredi Charles Michel, le Premier ministre belge. Un rendez-vous "en tête-à-tête", "loin de Didier Reynders", chef de la diplomatie de la Belgique, souligne l'entourage du chef de l'État congolais. La rencontre entre les deux hommes est prévue ce vendredi 22 septembre à 18 heures TU à New-York. À la demande des autorités congolaises, Charles Michel, le Premier ministre belge, discutera « en tête-à-tête » avec Joseph Kabila, président de la RDC. « Loin de Didier Reynders », insiste un diplomate congolais qui accuse le chef de la diplomatie belge de rouler pour l’opposition congolaise. « Par ses déclarations,...
(Jeune Afrique 23/09/17)
Contraint de porter des lunettes noires depuis des années pour protéger ses yeux, le Premier ministre de la République démocratique du Congo, Bruno Tshibala, s'est rendu en France début septembre pour consulter un spécialiste. Qu’a fait Bruno Tshibala, le Premier ministre congolais, lors de son long séjour en France, du 4 au 16 septembre ? « Il s’agissait essentiellement d’une visite médicale », souffle une source diplomatique congolaise. Le chef de l’exécutif, issu des rangs de l’UDPS (opposition), souffrait d’un problème de vue le contraignant au port de lunettes noires. « Il avait été blessé lors d’une manifestation contre Mobutu, assure un membre de son entourage. Il a été opéré dans une clinique de Marseille, avec succès. » Lire la suite...
(Afrique sur 7 23/09/17)
La crise en République Démocratique du Congo (RDC) connait un nouvel acteur. Le Centre, c’est la nouvelle plateforme regroupant une cinquantaine de partis et organisations de la société civile. Le porte-parole Joseph Bangakya propose une nouvelle feuille de route pour sortir de la crise. Joseph Bangakya et Le Centre font de nouvelles propositions En RDC, l’élection présidentielle annoncée avant le 31 décembre prochain semble de plus en plus improbable. Devant cette incertitude, Le Centre, nouvelle plateforme réunissant une cinquantaine de...
(Radio Okapi 23/09/17)
Au lendemain de la clôture de conférence sur la paix, la réconciliation et le développement de l’espace Kasaï, le gouverneur du Kasaï-Oriental, Ngoy Kasanji, appelle les habitants de cette région du centre de la RDC à travailler pour la paix afin de mettre en valeur tous les atouts dont ils disposent. Il a lancé cet appel dans un entretien accordé vendredi 22 septembre à Radio Okapi. «Plus jamais de tueries, plus jamais de haine, mais désormais l’amour, la paix définitive...
(AFP 22/09/17)
Une conférence sur la paix au Kasaï, dans le centre de la République démocratique du Congo, a pris fin jeudi, marquée par un message d'apaisement d'un proche d'un chef coutumier dont la mort dans un assaut militaire a plongé cette région dans la violence. La région du Kasaï (cinq provinces au total) est secouée depuis septembre 2016 par des violences entre les forces de sécurité et des miliciens se réclamant du chef coutumier Jean-Pierre Mpandi alias Kamuina Nsapu, tué en...
(RFI 22/09/17)
En marge de l'Assemblée générale des Nations unies à New York aux Etats-Unis, une réunion était organisée ce mardi 20 septembre autour de la crise en RDC. À trois mois de la date prévue pour les élections, la Commission électorale, accusée par l'opposition d'être à la solde du président Kabila, a déjà annoncé un report. Autour de la table, l'ONU, l'UA, l'EU, l'OIF, les organisations sous-régionales et les membres permanents du Conseil de sécurité. Aucune réelle avancée n'a été enregistrée,...
(RFI 22/09/17)
Quatre jours, rien que quatre jours pour rechercher la paix dans le Grand Kasaï. Une cérémonie de réconciliation, suivie de soirée festive, a eu lieu. Mais des questions demeurent. Les chefs traditionnels, ou autorités coutumières, se sont lavés les mains dans une même marmite. Signe de réconciliation, selon les organisateurs du forum. La cérémonie s'est déroulée en présence du Premier ministre, fils du terroir, et des membres de l'exécutif national et des gouvernements provinciaux. Les représentants des cinq provinces issues du Grand Kasaï ont dit accepter le pardon sollicité par la famille du grand chef Kamuina Nsapu. Toutes les recommandations issues de ces assises convergent vers la paix et le développement.
(RFI 22/09/17)
En République démocratique du Congo, Le Centre, une nouvelle plateforme politique d'une cinquantaine de partis et organisations de la société civile, qui se définit comme « ni de la majorité présidentielle, ni de l'opposition », a vu le jour récemment. Après un conclave qui a duré deux jours à Kinshasa, Le Centre se dit conscient que les élections ne pourront pas avoir lieu avant le 31 décembre comme prévu. Ce regroupement propose aujourd'hui à la classe politique congolaise « une...
(Jeune Afrique 22/09/17)
Une réunion de « haut niveau » consacrée à la situation en RDC a eu lieu mardi à huis clos, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies. Voici point par point ce qu’il fallait en retenir. Le respect de la Constitution D’après le compte-rendu publié à l’issue de la rencontre, les participants ont d’emblée « salué l’engagement exprimé par les autorités de la République démocratique du Congo à respecter la Constitution ». Une allusion à l’article 71 de la...
(RFI 22/09/17)
L'opposant congolais Eugène Diomi Ndongala en appelle, ce jeudi 21 septembre, à la Commission nationale des droits de l'homme (CNDH) pour obtenir sa libération. Le leader du parti Démocratie chrétienne, condamné en 2014 à dix ans de prison pour viol sur mineure - une accusation qu'il a toujours niée en dénonçant un procès politique - est hospitalisé depuis plusieurs mois. En novembre 2016, le Comité des droits de l'homme de l'ONU a demandé la libération d'Eugène Diomi Ndongala. Il y...
(Xinhua 22/09/17)
GOMA (RDC), (Xinhua) -- L'évasion massive des prisonniers au mois de juin denier a permis aux rebelles de Forces démocratiques alliées (ADF, rebelles ougandais) de renforcer leurs rangs dans le territoire de Beni, province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a indiqué mercredi le porte-parole militaire intérimaire de la mission de l'ONU au Congo (MONUSCO). Dans un bref entretien accordé à Xinhua à Goma, le capitaine Adil, porte-parole militaire intérimaire de la MONUSCO, a souligné...
(AFP 21/09/17)
Une vingtaine de personnes arrêtées mercredi à Kinshasa lors d'une manifestation contre la prochaine annulation des passeports semi-biométriques ont été libérées, a-t-on appris jeudi de sources concordantes. "Les 26 compatriotes ont tous été relâchés hier soir, sans qu'aucune charge ne soit retenue contre eux", écrit dans un communiqué le mouvement des jeunes indignés Lutte pour le changement (Lucha), à l'origine de la manifestation. Un journaliste, Steve Mbuyi, travaillant pour une chaîne de télévision congolaise, b-One et un photographe, Samy Ntumba, arrêtés alors qu'ils couvraient le rassemblement devant le ministère des Affaires étrangères, ont également été libérés jeudi, selon ce média et la police.
(Le Point 21/09/17)
Et si on s'acheminait vers un troisième dialogue alors que les principales institutions sont hors mandat et l'élection présidentielle, initialement prévue le 27 novembre 2016, envoyée aux calendes grecques. Les médias congolais ont révélé l'existence d'une série de contacts préliminaires entre les différents camps pour préparer des pourparlers censés baliser la voie qui doit mener la RDC aux scrutins tant attendus. Deux « dialogues » ont eu lieu, sans pour autant résoudre les problèmes de fond : la légitimité des...
(Jeune Afrique 21/09/17)
Le dernier rapport du Groupe d’étude sur le Congo (GEC), un projet de recherche affilié à l’université de New York, pointe la responsabilité des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) dans le déroulé des massacres de civils dans le territoire de Beni (est de la RDC) entre 2013 et 2016. Long de 93 pages, le rapport du GEC repose sur les témoignages de 249 sources, qui apportent un éclairage inédit sur les tueries de masse dans le...
(Dw-World 21/09/17)
La police congolaise a interdit les rassemblements de plus de dix personnes à Kinshasa alors que les manifestations de l'opposition, lorsqu'elles sont autorisées, sont souvent répimées. Le président national de la Nouvelle dynamique de la société civile (NDSCI) en RDC, Jean Chrysostome Kijana, condamne la répression croissante de l’opposition. Il a ainsi jugé "inacceptable" le fait que la police nationale congolaise ait interdit, à Kinshasa, tout regroupement de plus de dix personnes et que certaines manifestations des acteurs de la...
(BBC 21/09/17)
Vingt-six personnes ont été interpellées lors des manifestations contre la décision du gouvernement d'invalider les passeports semi-biométriques d'ici au 16 octobre prochain. Le rappeur engagé Lexxus Legal ainsi que des journalistes font partie de ces manifestants interpellés devant le ministère des affaires étrangères à Kinshasa, la capitale. Après quelques heures, vingt-cinq d'entre eux ont été relâchés. Un dispositif important de policiers est toujours déployés devant le ministère, selon notre correspondant Poly Muzalia. Dans une décision signée le 15 septembre par...
(Jeune Afrique 21/09/17)
En RDC, la rentrée parlementaire de septembre a marqué l'ouverture de la première session d'une Assemblée nationale dont tous les 500 membres sont arrivés au terme de leur mandat. Ces derniers, élus en 2011 pour une législature de cinq ans, sont-ils encore légitimes ? Interview croisée des députés Martin Fayulu et Patrick Muyaya. Tout ou presque les différencie. L’un est un opposant au régime de Joseph Kabila et candidat déclaré à la prochaine présidentielle dont le calendrier n’est toujours pas...
(Radio Okapi 21/09/17)
L’opposant Moise Moni Della demande à l’ONU de prendre des sanctions ciblées contre le président de la République Joseph Kabila. Cette demande est contenue dans une lettre que le président du parti politique des Conservateurs de la nature et démocrates (CONADE) a adressée au Secrétaire général des Nations unies. Moni Della juge insuffisantes les sanctions que les Etats-Unis et l’Union Européenne ont infligé aux proches du chef de l’Etat congolais. Car, fait-il remarquer, ces sanctions ont jusqu’ici épargné la personne...
(AFP 20/09/17)
Le président Joseph Kabila a exigé mardi que "justice soit faite" au Kasaï (centre de la République démocratique du Congo), dénonçant ceux qui "ont fait sciemment le choix de la désinformation" dans ce conflit qui a fait 3.000 morts en un an, dont deux experts de l'ONU en mars. "Il ne peut y avoir de paix ni de réconciliation véritable sans justice", a déclaré le président congolais en ouverture d'un forum pour la paix à Kananga, l'une des grandes villes des cinq provinces du Kasaï. "Voilà pourquoi depuis le mois de mars de cette année, j'exige que justice soit faite et qu'aucun crime commis ne reste impuni"...
(AFP 20/09/17)
Onze activistes opposés au président Joseph Kabila ont été arrêtés mardi dans le nord-est de la République démocratique du Congo alors qu'ils tentaient d'organiser une marche, a-t-on appris de source policière. Ces militants voulaient célébrer la mémoire des manifestants tués par les forces de l'ordre il y a un an. Les 19 et 20 septembre 2016, la répression des manifestations contre le maintien au pouvoir du président congolais Joseph Kabila avaient fait une cinquantaine de morts, selon l'ONU. Le pouvoir avait qualifié les manifestants d'insurgés pour justifier l'intervention des forces de sécurité. Pour célébrer ce premier anniversaire, les membres du mouvement citoyen Filimbi (sifflet en swahili, ndlr) à Bunia...

Pages