Lundi 22 Janvier 2018
(La Prospérité 23/07/13)
La crise s’amplifie au Mouvement de Libération du Congo, après la décision prise le 8 juillet 2013 par le Chairman Jean-Pierre Bemba Gombo, Président du parti, depuis sa cellule du quartier pénitentiaire de Scheveningen, à La Haye, aux Pays-Bas. Cette décision qui porte restructuration du Comité Exécutif du MLC aurait mécontenté un certain nombre de Députés et Sénateurs de cette formation politique. Parmi eux, l’Honorable Jean-Lucien Bussa, évincé de son poste de Secrétaire Général Adjoint du MLC. Cette décision n°005/PN/MLC/07/013, puisque c’est d’elle dont il s’agit, aurait été prise dans le secret, en violation de l’article 39 des statuts du parti, soutiennent Bussa et consorts, tout en affirmant, en plus, qu’elle est entachée d’irrégularités. Au regard de ce qui précède,...
(7sur7.cd 23/07/13)
Les morts ne sont pas morts dit un adage africain. Et bien ce vieux proverbe vient de se vérifier plus d’une année après la disparition dans un crash d’avion, en février 2012, d’Augustin Katumba Mwanke (AKM), le conseiller présidentiel le plus puissant. Vous ne rêvez pas, feu Augustin Katumba Mwanke a pris la parole pour laver son « honneur » car dit-il la décennie qu’il a passé au pouvoir a été un « vrai calvaire ». A. Katumba s’est plaint d’avoir « été affublés de tous les qualificatifs associés à tous les noms de réputation peu glorieuse : le diable de l’ombre, le carrefour de tous les chemins de dérive, le mauvais esprit par qui le mal congolais puise ses...
(7sur7.cd 23/07/13)
Chacun d’entre eux qui passent au Ministère de l’Economie et Commerce donne sa version des faits sur l’augmentation du prix de sac du ciment. Après le producteur du ciment gris, les importateurs, le tour était venu aux distributeurs d’être autour d’une table avec le ministre de l’Economie et Commerce, Jean-Paul Nemoyato Bagebole. La rencontre a eu lieu le samedi 20 juillet dernier, au Cabinet du travail du ministre. Contrairement aux deux hôtes de Nemoyato, les distributeurs estiment que c’est le producteur et les importateurs qui sont à la base de la rareté de ce produit sur le marché rd-congolais. A en croire le président de la coordination des vendeurs du ciment, le producteur et les importateurs ne disent pas la...
(Le Figaro 23/07/13)
En difficulté, les rebelles du M 23, attaqués par plusieurs groupes armés, ont du mal à conserver leurs positions. La maison d'André a déjà été pillée deux fois ces cinq derniers mois. Matelas, ustensiles de cui­sine, cahiers d'école, tout est parti, et pourtant le père de famille sait bien que «les hommes en armes» n'hésiteront pas à revenir. La semaine dernière, un jeune homme de 23 ans a été assassiné alors qu'il tentait de s'opposer à des voleurs ; alors, chaque jour, à la nuit tombée, André installe ses enfants sur des nattes dans un bosquet derrière son enclos pour passer la nuit à la belle étoile. «Voilà où nous en sommes arrivés. Je ne suis même plus en sécurité...
(AgoraVox 23/07/13)
Des membres des associations et partis politiques de la diaspora congolaise réunis à Paris en session extraordinaire en date du 15 juillet 2013, ont patriotiquement fait une déclaration commune sur la situation politique et sécuritaire qui prévaut en République Démocratique du Congo, en général, et dans sa partie orientale, en particulier. À l’issue de cette réunion, des résolutions ont été prises sur les plans national, continental et international. Sur la situation dans l’Est de la République Démocratique du Congo Nous condamnons avec « force et vigueur » la reprise des hostilités dans la province du Nord-Kivu. Ainsi demandons-nous à tous les belligérants de cesser, sans aucune condition, les hostilités dont les populations civiles sont les premières victimes. Par contre, nous...
(RFI 23/07/13)
En République démocratique du Congo, le ministre de l'Intérieur, Richard Muyej, a rencontré ce lundi 22 juillet une partie de la classe politique dans un esprit de concertation. Ce dernier a appelé à considérer l'intérêt de la patrie et à laisser de côté les divergences politiques. Mais les grands partis d'opposition (UDPS, UNC et MLC) ne participent pas à ces concertations nationales. Sur environ 400 partis politiques enregistrés dans le pays, nombreux étaient présents au rendez-vous. Mais l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d’Etienne Tshisekedi, l’Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe, le Mouvement pour la libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba et quelques autres organisations représentatives de l’opposition politique ont décliné l’invitation de...
(Le Potentiel Online 23/07/13)
Les concertations nationales de la République démocratique du Congo ont peut-être trouvé leur médiateur. Denis Sassou Nguesso, président du Congo/Brazzaville, s’est montré disponible à remplir cette mission. Pourvu, a-t-il précisé, que Kinshasa lui en fasse la demande expresse. Mary Robinson, envoyée spéciale du secrétaire général des Nations unies, se trouve presque court-circuitée ; elle qui pensait jouer un rôle au regard des prérogatives lui attribuées dans l’accord-cadre d’Addis-Abeba du 24 février 2013. La bataille est lancée entre Francophones et Anglophones. Les déclarations faites le week-end dernier à la presse par le président du Congo/Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, à l’issue de son entretien avec le chef de l’Etat, Joseph Kabila, ont plus que jamais ravivé la polémique autour de la tenue...
( 23/07/13)
Selon le rapport de Human Right Watch, les rebelles du M23 sont responsables d'au moins 44 meurtres, dans l'est de la République Démocratique du Congo. Ils auraient également mené des dizaines d'exécutions sommaires, violé des dizaines de femmes et recruté par la force des hommes et de jeunes garçons avec la bénédiction du Rwanda. Ces accusations interviennent alors que les affrontements ont repris lundi à quelques kilomètres de Goma, entre les forces gouvernementales et le mouvement rebelle. Le M23 a provoqué un tollé international en novembre dernier, lorsque ses éléments avec le soutien du Rwanda, selon un Groupe d'experts des Nations Unies, ont investi et brièvement occupé une ville de plus d'un million de personnes. Ce soutien rwandais s'est poursuivi,...
(Alterinfo 23/07/13)
C’est un moment critique pour le régime de Kigali. Longtemps soutenu par un vaste réseau international alimenté par le pillage des richesses du Congo (coltan de nos téléphones portables), le dictateur rwandais perd du terrain sur le plan international et régional. Son rêve de détruire le Congo pour s’accaparer les riches régions du Kivu afin de les saigner au profit des multinationales devient de moins en moins réalisable et la pression internationale s’accentue, comme en témoigne le dernier appel des parlementaires britanniques aux sanctions contre le Rwanda. En effet, qu’il s’agisse des révélations de ses anciens proches en exil, (les généraux Faustin Kayumba et Patrick Karegeya, prêts à témoigner devant la justice sur l’attentat du 06 avril 1994), des succès...
(Ips News 23/07/13)
GOMA, RD Congo - Malgré l’interdiction du commerce de l’ivoire des éléphants du bassin du Congo, déjà déclarés espèce en voie d’extinction par le Fonds mondial pour la nature (WWF), l’ivoire se vend bien en République démocratique du Congo (RDC). Ce qui représente une menace pour le reste de ces pachydermes des forêts d’Afrique centrale. Au marché d’art de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu, dans l’est de la RDC, un des endroits les plus fréquentés par les touristes, des objets d’arts en bronze, cuivre, malachite, pierre, bois... et des tableaux, attirent les visiteurs. Mais seuls les habitués savent qu’on y vend aussi des objets en ivoire. "Même illégal, le marché d’ivoire attire toujours les amoureux de l’art, surtout les...
( 23/07/13)
Ejecté de l'instance supérieure du parti, Jean Lucien Bussa lance, avec plus de dix députés, le Mouvement démocratique et rénovateur et désavoue Thomas Luhaka. Ça vole bas au Mlc. Le parti bembiste semble à la veille d'un énième schisme. Cette fois-ci, c'est des terres même de l'Equateur, l'épicentre du parti, que pourrait partir le séisme. Tous les ingrédients sont déjà ou presque réunis. Ejecté du Saint des saints du Mlc, Jean-Lucien Busa fait plus que de la résistance. Il contre-attaque. Et il n'est pas seul dans sa contre-offensive. Il a réussi à embarquer plus de dix députés du parti. A en juger par les noms, c'est le nec plus ultra - ou excusez du peu- du Mlc/Equateur qui adhère à...
( 23/07/13)
Une Can (Coupe d'Afrique des nations) en terre rd congolaise à l'horizon 2019 ? Une chimère ? Du vent ? Ni l'un, ni l'autre, objecte Matata Ponyo. Le Premier ministre a redit, hier 22 juillet, son intention de voir la RDC organiser le plus important des rendez-vous footballistiques africains. Un défi éléphantesque. Un sacré challenge. Mais, pas de quoi effrayer le chef du Gouvernement congolais. L'homme à la cravate rouge parie sur les hôtels de luxe qui sortent de terre et d'autres qui sont en instance de réhabilitation pour pallier le déficit hôtelier. Matata entend aussi construire et restaurer quelques stades pour être prêt en 2019. Un pari qui, à priori, peut ressembler à de la gageure. Mais, c'est en...
( 23/07/13)
Le ministre de l’Intérieur s’exprimait hier devant un parterre de responsables de partis politiques de la Majorité et de l’Opposition. Les partis politiques de l'Opposition et ceux de la Majorité enregistrés au ministère de l'Intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières sont invités à participer aux concertations nationales convoquées par le chef de l'Etat. Au cours d'une matinée politique initiée pour la circonstance, hier lundi 22 juillet, le ministre Richard Muyej définit les contours de ces assises nationales et fixe l'opinion de ses interlocuteurs sur la nécessité pour la RDC de réunir ses filles et ses fils en vue de la consolidation de la cohésion nationale. PAS DE MEDIATION ETRANGERE Le ministre de l'Intérieur s'oppose à l'idée d'une certaine opinion faisant...
(Xinhua 23/07/13)
KINSHASA -- Les Forces armées de la RDC ( FARDC) et les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) s'affrontent à nouveau lundi matin à Kanyaruchiya, localité située à une dizaine de kilomètres de la ville de Goma, dans la province du Nord-Kivu, a-t-on appris d'un responsable du M23. "C'est depuis 02h00 du matin que la coalition Forces armées de la République démocratique du Congo et ses alliés ont fait un assaut sur nos positons de Kibati", a déclaré Amani Kabasha, porte- parole du M23, ajoutant que "au même moment, ils ont commencé à bombarder nos positions de Kanyachinya et vers 10h00 ils ont avancé vers nos potions de Kibati". "Nous les avons tous mis en débandade que ce soit...
(L'Avenir Quotidien 23/07/13)
Selon un nouveau rapport de Human Rights Watch, les rebelles du M23 ont exécuté sommairement au moins 44 personnes et violé au moins 61 femmes et filles depuis mars 2013 dans l’Est de la République démocratique du Congo. Non seulement le Rwanda permet au M23 de se procurer des recrues et de l’équipement sur son territoire, mais les militaires rwandais continuent d’apporter un soutien direct à ce groupe rebelle qui commet des exactions Après un cessez-le-feu qui a duré près de deux mois, les combats ont repris le 14 juillet entre les forces armées congolaises et les rebelles du M23 près de la ville de Goma, dans l’Est de la RD Congo. Des habitants de la région et des rebelles...
(Le Potentiel Online 23/07/13)
L’administrateur du territoire d’Irumu a maille à partir avec le parquet de grande instance de Bunia (Ituri), qui le poursuit, sur base d’une plainte introduite par la famille à la suite du viol commis sur sa fillette de 13 ans. Et c’est depuis deux semaines que la famille de la victime attend sans suite de sa plainte introduite au parquet de grande instance de Bunia (Ituri). Pour ce faire, l’ONG de défense des droits de l’homme « Justice Plus », pour sa part, crie au scandale et accuse les autorités judiciaires de complaisance. Selon elle, ces hommes de la loi ne posent aucun acte pour réunir les éléments de preuve permettant d’établir la culpabilité ou non de l’administrateur du territoire...
( 23/07/13)
Les combats se déroulent à la périphérie de Goma. La trêve n’aura été que de courte durée. Après une accalmie qui aura duré quatre jours, les deux parties ont visiblement renforcé leurs positions provoquant ainsi la reprise des hostilités. Les affrontements se déroulent à environ 14 km du centre-ville. Des témoins affirment que deux obus de mortiers sont tombés au nord de Mabanga, un autre sur Majengo, deux quartiers situés à l'intérieur de la ville de Goma. L'armée affirme qu'elle contrôle la situation. Aucune victime n'a été signalée jusque-là malgré la chute des obus de mortiers à l'intérieur de Goma. Selon des officiels, plus de 200 combattants ont trouvé la mort lors des affrontements de la semaine dernière, mais ce...
(L'Avenir Quotidien 23/07/13)
L’Union européenne vient d’approuver une initiative de 25 millions d’euros pour lutter contre les violences faites aux femmes en République démocratique du Congo (RDC). En dépit de plus d’une décennie d’engagement de la communauté internationale et du gouvernement congolais, ce type de violences reste considérable. Très préoccupée par la persistance des violences basées sur le genre dans ce pays, l’Union européenne a donc décidé de lancer un nouveau programme innovant et fédérateur. Se félicitant du lancement de cette nouvelle initiative, le commissaire européen au développement, M. Andris Piebalgs, a déclaré : « Cette nouvelle action doit faire une différence dans la vie des femmes au Congo. Il n’est pas tolérable que tant de jeunes filles et de femmes soient encore...
(Le Potentiel Online 23/07/13)
La Banque mondiale a mis en place un plan en 10 étapes pour améliorer la gouvernance foncière en Afrique subsaharienne. L’objectif est de transformer l’agriculture, stimuler la croissance et mettre fin à l’extrême pauvreté en Afrique. L’Afrique subsaharienne recense près de la moitié de toutes les terres utilisables non cultivées du monde mais, à ce jour, le continent n’est pas parvenu à développer les 202 millions d’hectares de terres disponibles pour mieux lutter contre la pauvreté, générer de la croissance, créer des emplois et promouvoir une prospérité partagée. Selon un nouveau rapport de la Banque mondiale intitulé « Securing Africa’s Land for Shared Prosperity », rendu public aujourd’hui, les pays africains et les communautés pourraient mettre fin aux « accaparements...
(Agence Ecofin 23/07/13)
(Agence Ecofin) - L’Afrique possède près de la moitié de toutes les terres utilisables non cultivées de la planète. Ce sont environ 202 millions d’hectares qui pourraient être ainsi exploités. Elle affiche pourtant le niveau de pauvreté le plus élevé du monde. Ses piètres performances sur le front du développement suggèrent qu’elle n’a pas tiré parti de ses abondantes terres agricoles et ressources naturelles pour enclencher une croissance partagée et soutenue. Intensifier les progrès Le rapport de la Banque mondiale intitulé « Securing Africa’s Land for Shared Prosperity », affirme que la mauvaise gouvernance des terres – qui permet de déterminer et d’administrer les droits fonciers – pourrait bien être à incriminer. C’est ce que vient de découvrir la Banque...

Pages