Mercredi 17 Janvier 2018
(Xinhua 28/10/13)
GOMA, (Xinhua) -- Un casque bleu est mort dimanche lors d'un affrontement entre le les rebelles du M23 et les Forces Armées congolaises (FARDC) soutenues par la brigade spéciale de la Monusco à Kiwanja, a déclaré dimanche le représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies et patron de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco), Martin Kobler. "Je suis très indigné par cette information tragique. Ce soldat est mort alors qu'il protégeait la population civile de Kiwanja. Cela mérite notre plus profond respect. Je condamne énergiquement les personnes ou groupes impliqués dans ces actions, qui essayent de nous empêcher de faire notre travail : La protection des civils ", a souligné Martin Kobler, Chef de...
(7sur7.cd 28/10/13)
Pour le M23, sieurs Eric Badege, Innocent Kaila, Baudouin Ngaruye, Innocent Zimunda et Jean-Marie Runiga, tous déjà cités dans d’autres dossiers de crime contre l’humanité, feront face à la justice internationale pour répondre de leurs crimes impitoyables. Ils sont nombreux individus et entités qui se sont singularisés dans le recrutement des enfants mineurs, qu’ils forment comme distributeurs de la mort à l’est de la RD-Congo. Crime imprescriptible par les lois tant nationales qu’internationales. Du coup, ces initiateurs des enfants au métier le plus ignoble qui puisse exister sur cette terre des hommes ne peuvent être considérés comme interlocuteurs valables pendant qu’ils sont attendus devant la Cour pénale internationale. Dans ce réseau des recruteurs des enfants soldats se trouve en tête...
(Radio Okapi 28/10/13)
Environ trois mille Congolais réfugiés au Soudan du Sud sont rentrés en Province Orientale depuis le début de l’année. Ils avaient fui les attaques des groupes armés actifs dans cette partie du pays dont la LRA pour trouver refuge dans la préfecture sud-soudanaise de Nyori.Il s’agirait d’un mouvement de retour spontané. Selon l’administrateur du territoire de Faradje, ces anciens réfugiés se sont installés dans leurs villages d’origine notamment à Kakwa et Mando Missa dans la chefferie de Yima. D’autres se trouvent à Aru, Ariwara, Ingbokolo et Safisha dans le district de l’Ituri.Des sources de la société civile affirment que ces personnes n’ont bénéficié d’aucun appui pour leur réinsertion après plusieurs années passées dans un pays étranger. Pour sa part, le...
(AFP 28/10/13)
GOMA, (AFP) - L'armée congolaise a pris dimanche après-midi le contrôle de Rutshuru, occupant ainsi une deuxième place forte de la rébellion du M23, qu'elle affronte à nouveau depuis trois jours dans l'est de la République démocratique du Congo, a annoncé le gouverneur provincial. "Rutshuru vient de tomber entre les mains des FARDC (Forces armées de la RDC). Il y a eu quelques combats mais ils (les rebelles) ont pris la fuite", a déclaré à l'AFP le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku, ce que le porte-parole de l'armée dans la province, le lieutenant-colonel Olivier Hamuli, a confirmé. Un habitant de Rutshuru, Bruno, a également expliqué que Rutshuru Centre, le chef lieu de la région de Rutshuru, avait...
(KongoTimes 28/10/13)
Lors de la 68ème session de l’Assemblée générale de l’ONU, le Président Kabila avait interpellé l’organisation mondiale et, indirectement, la communauté internationale au sujet de tous ceux qui foule au pied les principes et valeurs de la Charte des Nations Unies, faisant ouvertement allusion au Rwanda. Aujourd’hui, Kagamé est allé taper sur la poitrine de l’ONU en annonçant qu’il va officialiser sa présence aux côtés du M23. Silence radio sur la place diplomatique internationale qui a, pourtant, tous les moyens et prétextes pour stopper la folie meurtrière du plus grand commun conflictuel des Grands Lacs. Mais le Congo se souvient de Mzee Laurent-Désiré Kabila et ses fils ont jugé de se prendre en charge. D’ores et déjà, les FARDC font...
(Xinhua 28/10/13)
KINSHASA, (Xinhua) -- L'envoyée spéciale du secrétaire général des Nations unies pour la Région des Grands Lacs, Mary Robinson et le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en République démocratique du Congo (RDC), Martin Kobler sont très préoccupés par la poursuite des violences dans l'est de la RDC. Dans une déclaration conjointe parvenue samedi à Xinhua, ils demandent à toutes les parties d'exercer le maximum de retenue et de reprendre les négociations à Kampala. "Nous demandons également à toutes les parties de soumettre les rapports d'incidents militaires au Mécanisme de Vérification Conjoint Elargi pour permettre à ce dernier de mener des enquêtes appropriées et d'apporter leur collaboration totale à ce Mécanisme, au fur et à mesure, afin de...
(Radio Okapi 28/10/13)
L’armée poursuit son avancée au Nord de la ville de Goma. Après Kibumba, Kiwanja et Rutshuru-centre, c’est au tour de Rumangabo, situé à 50 kilomètres de la capitale du Nord-Kivu, de passer ce lundi 28 octobre sous le contrôle des Forces armées de la RDC (FARDC). Toutes ces localités étaient occupées par les rebelles du M23 depuis plus d’une année. Des sources locales rapportent que les militaires congolais ont fait leur entrée à Rumangabo vers 11 heures locales sous les acclamations des habitants de cette localité qui abrite une importante base militaire. Les combattants du M23 s’étaient retirés du secteur avant l’arrivée de l’armée, affirment les mêmes sources. Les rebelles se seraient retirés vers Runyonyi, près de la frontière avec...
(Xinhua 28/10/13)
NEW YORK (Nations Unies), -- La mission de l'ONU dans la République démocratique du Congo (RDC) est "en état d'alerte" après que des combats ont eu lieu dans la partie est du pays, a indiqué vendredi aux journalistes un porte-parole de l'ONU. Selon la mission de l'ONU pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), "tôt vendredi matin, des affrontements ont eu lieu entre le M23 et l'armée congolaise, autour de Kibumba, à 15 km au nord de Goma," a indiqué Martin Nesirky, porte-parole du secrétaire général de l'ONU, lors d'un point presse quotidien. "Des armes lourdes incluant des mortiers et des mitrailleuses ont été utilisées," a précisé Nesirky, "les combats se poursuivent dans cette région." Le porte-parole a...
(Xinhua 28/10/13)
KINSHASA, (Xinhua) -- Le chef de la Mission de l'ONU pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO), Martin Kobler, a condamné dans les termes les plus vifs les multiples attaques menées contre des civils par des éléments du groupe armé Maï Maï Cheka, dans certains cas en collaboration avec des combattants Raïa Mutomboki, dans plusieurs villages du territoire de Masisi, province Nord-Kivu, au cours des dernières semaines. La MONUSCO a déclaré samedi dans un communiqué qu'au moins 34 civils, dont 20 enfants, ont été tués avec une extrême violence par des éléments Maï-Maï Cheka dans l'est de la RDC au cours des différentes attaques. "Ces atrocités sont inimaginables et en contradiction avec les valeurs de l'humanité. Elles ne resteront pas impunies...
(RFI 28/10/13)
L’état des prisons est un vrai sujet de préoccupation en RDC. Les bâtiments sont vétustes et la sécurité des détenus peut être mise en défaut par une météo capricieuse. Ces derniers jours, les détenus de la prison centrale de Makala, à Kinshasa, en ont fait l'expérience : à cause des fortes pluies, deux pavillons ont été endommagés et ont dû être évacués. A l’instar de tous les autres centres pénitentiaires du pays, la prison centrale de Makala a été construite pendant la période coloniale. Plusieurs fois, les défenseurs des droits de l’homme ont dénoncé le délabrement de ces vieux bâtiments. Les fortes pluies du week-end ont aggravé encore davantage la situation : sur les onze pavillons que compte la prison,...
(KongoTimes 28/10/13)
Pourquoi la guerre à l’Est ? Contre qui on se bat ? Pourquoi le gouvernement ne décrète par l’Etat de siège dans cette partie de la République ? Autant de question qui bouleversent l’esprit des congolais. Hier soir, j’ai essayé d’obtenir certaines réponses sur la reprise de la guerre au Nord-Kivu après l’échec des pourparlers de Kampala. C’est au cours d’un échange de plus au moins 15 minutes avec un sécurocrate de joseph Kabila, dans son véhicule que j’ai obtenu des éclaircissements sur le sens, je dirai même l’essence de la guerre à l’Est. Pour le sécurocrate, c’est le discours de Joseph Kabila du 23 octobre au palais du Peuple qui serait à la base de la reprise de la...
(La Tempête des Tropiques 28/10/13)
En date du 24 octobre, Bertrand Bisimwa a écrit au Président ougandais en sa qualité de médiateur des pourparlers de Kampala. Dans cette correspondance expédiée à partir de Bunagana au Sud-Kivu au SG de l’ONU, au Président de l’Union Africaine, aux Chefs d’Etat membres de la CIRGL, à plusieurs représentations de la MONUSCO et à toutes les missions diplomatiques accréditées en RDC, la direction politique de la rébellion donne sa position sur les trois points restes en suspens. Il s’agit de l’intégration. Pour le M23 les soldats à sa disposition pour la plupart le sont devenus pour protéger les leurs à la suite de dégradations sécuritaires constatées après la chute du pouvoir hutu au Rwanda. Ne se sentant pas concernée...
(Xinhua 28/10/13)
BEIJING, (Xinhua) -- Dix jours après l'attaque contre un convoi de l'Unité de police de la Mission hybride ONU-UA au Darfour (MINUAD) perpétrée le 13 octobre dans l'ouest du Darfour dans laquelle trois soldats sénégalais ont été tués, deux Casques bleus tchadiens de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) ont perdu la vie dans le nord-est du Mali le 23 octobre lors d'un attentat-suicide à la voiture piégée contre un poste de contrôle à Tessalit, ce qui démontre une fois de plus que le personnel des Nations Unies, notamment les forces de maintien de la paix déployées dans les pays et régions déchirés par les conflits, est confronté à une hausse des menaces...
(AFP 26/10/13)
KAMPALAKINSHASA, 26 octobre 2013 (AFP) - Les combats entre l'armée congolaise et la rébellion Mouvement du 23 mars (M23) se poursuivaient samedi matin pour le deuxième jour consécutif dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), près de la frontière rwandaise, selon des sources concordantes. "Les combats ont repris à l'aube" à Kibumba, à environ 25 kilomètres au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, frontalière du Rwanda et de l'Ouganda, a déclaré à l'AFP un officier supérieur de l'armée sous le couvert de l'anonymat. "Les affrontements continuent au niveau de Kibumba. Toute la nuit, c'était vraiment des détonations", a pour sa part affirmé à l'AFP un défenseur des droits de l'Homme déplacé par les combats...
(La Prospérité 26/10/13)
Tous les membres du gouvernement ainsi que leurs cabinets sont interdits d’effectuer des missions à l’extérieur du pays et, ils doivent préparer des dossiers, pour la remise-reprise. Voilà une des mesures que vient de prendre le Premier Ministre, Augustin Matata Ponyo. Cela, en exécution des décisions prises par le Chef de l’Etat, Joseph Kabila, lors de son adresse aux deux Chambres du Parlement réunies en Congrès, le 23 octobre dernier. En effet, dans une note circulaire n° CAB/PM/CCPG/DB/2013 signée, le jeudi 24 octobre 2013, le Chef de l’Exécutif central a également interdit aux membres du gouvernement de conclure des nouveaux engagements financiers, marchés publics et de ne plus signer des contrats. Bien plus, Matata leur a demandé de ne plus...
(7sur7.cd 26/10/13)
Le premier président de la Cour suprême de justice, Jérôme Kitoko Kimpele conditionne la libération de neuf activistes des droits de l’homme, membres de l’association pour la Défense des Intérêts de Bandundu-ADIVB. Kimpele exige une bagatelle somme de 500.000 CDF, soit 555 dollars qui leur est imposée par la CSJ pour qu’ils recouvrent leur liberté alors que la majorité d’entre eux sont sans emploi dont trois parmi eux sont enseignants ne perçoivent que 45.000 CDF par mois, soit 50 dollars USD. En plus, le premier président de la haute Cour refuse que ces activistes des droits de l’homme fassent le déplacement de Kinshasa pour bénéficier des soins appropriés à la suite des tortures qu’ils ont subies pendant leurs arrestations dans...
(AFP 25/10/13)
NEW YORK, 25 octobre 2013 (AFP) - Les soldats rwandais sont prêts à mener des opérations en République démocratique du Congo si de nouveaux engins explosifs tombent au Rwanda, a mis en garde l'ambassadeur du pays à l'ONU vendredi. "S'ils ne mettent pas un terme à cela, nous agirons sans attendre et cela fera mal", a déclaré Eugène Richard Gasana après des discussions du Conseil de sécurité sur la reprise des combats entre armée et rebelles du M23 en RDC. Vendredi, des engins explosifs sont tombés en territoire rwandais et un porte-parole de l'armée rwandaise a accusé l'armée congolaise de "viser des civils".
( 25/10/13)
Des combats à l’arme lourde ont éclaté vendredi dans l’est de la RDC entre l’armée congolaise et les rebelles du M23. Les affrontements ont débuté à Kanyamahoro, une petite localité située à une vingtaine de kilomètres au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, et se sont maintenant déplacés vers Kibumba, à 2km de Kanyamahoro. Les deux camps s’accusent mutuellement d’avoir lancé l’offensive, qui dure depuis 4 heures ce matin. Selon le lieutenant-colonel Olivier Amuli, porte-parole de l'armée au Nord-Kivu, les Nations Unies ne sont ''pas encore'' entrées en action pour appuyer l'armée congolaise comme elles l’avaient fait lors des combats du mois d'août dernier. Les affrontements en cours interviennent 5 jours après la suspension des pourparlers...
(La Libre 25/10/13)
Le Conseil ministériel restreint a approuvé ce déploiement vendredi matin, a-t-il précisé au cours d'une rencontre avec des journalistes. Une compagnie - soit une centaine d'hommes - du 3ème bataillon parachutiste de Tielen (province d'Anvers) se rendra prochainement en République démocratique du Congo (RDC) pour à la fois s'entraîner et participer à l'exercice de certification d'un bataillon d'élite congolais formé par des instructeurs belges, a annoncé vendredi le "patron" de l'armée, le général Gerard Van Caelenberge. Cette compagnie se rendra "dans les prochains jours" dans la région de Kindu, le chef-lieu de la province du Maniema (est) pour une période de "trois à quatre semaines". Un camp militaire des environs abrite une centaine d'instructeurs belges qui encadrent la formation d'un...
(AFP 25/10/13)
GOMA, 25 octobre 2013 (AFP) - De violents combats opposaient vendredi l'armée congolaise et les rebelles du M23 dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), quatre jours après la suspension des pourparlers entre Kinshasa et la rébellion. Les affrontements ont commencé dans la nuit et se poursuivaient vendredi vers 14h45 (12h45 GMT) à Kanyamahoro, près de Kibumba, à environ 25 kilomètres au nord de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu frontalière du Rwanda et de l'Ouganda. Ils ont provoqué la fuite de nombreux civils. Les deux camps s'accusent mutuellement d'avoir lancé les hostilités. Joint par téléphone, un capitaine des Forces armées de la RDC (FARDC) présent sur les lieux a indiqué à l'AFP que "deux régiments [étaient...

Pages