Mardi 21 Novembre 2017
(AFP 26/10/17)
L'ambassadrice des États-Unis à l'ONU, Nikki Haley, est arrivée mercredi soir à Kinshasa pour une visite jusqu'à vendredi en République démocratique du Congo, confrontée depuis des mois à une crise politique et humanitaire, a-t-on appris de sources concordantes. "L'ambassadrice américaine est arrivée légèrement avant 18 heures à bord d'un avion militaire accompagnée de plus d'une trentaine de personnes", a déclaré à l'AFP une source aéroportuaire. "Effectivement, elle est bien arrivée", a confirmé à l'AFP le ministre congolais des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu.
(AFP 26/10/17)
Soixante-quatre civils ont été tués en avril par une milice soutenue par les forces armées au Kasaï, dans des violences qui ont secoué cette région du centre de la République démocratique du Congo, selon un rapport de l'ONU présenté mercredi à Kinshasa. En avril 2017, "les miliciens Bana Mura ont exécuté sommairement au moins 64 personnes, dont 9 femmes et 21 enfants, et violé au moins 41 femmes et 2 enfants", a déclaré Abdoul Aziz Thioye, chef adjoint du Bureau conjoint de l'ONU aux droits de l'Homme (BCNUDH) lors d'une conférence de presse. "Ces atteintes ont été parfois commises avec le soutien actif de militaires des Forces armées de la République démocratique du Congo qui, dans certains cas ont été...
(Agence Ecofin 26/10/17)
Selon la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), si la question du changement climatique n'est pas abordée, il y aura des conséquences désastreuses. « Comme je l'ai déjà dit, si nous ne faisons rien en ce qui concerne le changement climatique maintenant, dans 50 ans, nous serons, grillés et rôtis.», a déclaré Christine Lagarde (photo), lors d'un débat mardi à la Future Investment Initiative de Riyad, en Arabie saoudite. « Des décisions sont nécessaires à ce stade, ce qui implique que probablement dans 50 ans, le pétrole sera une matière première de second rang.», a ajouté Mme Lagarde. Selon la dirigeante, le changement climatique et l'inégalité croissante sont les deux questions clés imminentes. « Si nous n'abordons pas ces...
(AFP 25/10/17)
Le chef de l'opposition congolaise a accusé mardi la police d'avoir empêché la tenue d'un meeting à Lubumbashi, dans le sud-est de la République démocratique du Congo, en tirant des gaz lacrymogènes et des coup de feu en l'air, mais la police a démenti ces tirs. "La police nous a empêchés de quitter l'hôtel en barricadant la route. Nous avons décidé de nous rendre au lieu du meeting avec la population à pieds, ils ont dressé un cordon 500 mètres plus loin, tirant sur nous des gaz lacrymogènes et des coups de feu en l'air", a déclaré à l'AFP Félix Tshisekedi, président du Rassemblement de l'opposition. "On n'a pas tiré sur lui. C'est faux. Il est avec moi, comment est-ce...
(AFP 25/10/17)
Les militants d'opposition arrêtés en marge de la visite de leur chef de file à Lubumbashi dans le sud-est de la République démocratique du Congo ont été libérés mercredi, a-t-on appris de leur parti et de la police. "Les militants arrêtés dimanche et lundi viennent d'être libérés ce matin par la police", a déclaré à l'AFP Dany Kabongo, un responsable local de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti historique d'opposition. "Nous avons libéré toutes les personnes arrêtées lors de la visite de M. Félix (Tshisekedi) à Lubumbashi", a déclaré pour sa part le chef de la police du Haut-Katanga, le général Paulin Kyungu. Mercredi, dans un communiqué conjoint, la délégation de l'Union européenne en RDC en...
(Jeune Afrique 25/10/17)
Un projet de loi tendant à modifier la composition et le fonctionnement de la Cour constitutionnelle suscite de l'inquiétude en RDC. Beaucoup, au sein de l'hémicycle, y voient un stratagème du régime du président Joseph Kabila pour affaiblir une juridiction indocile. C’est un vieux projet qui refait surface. En fait, à en croire plusieurs observateurs, c’est depuis l’année dernière que le pouvoir de Joseph Kabila a décidé d’en découdre avec l’indocile Cour constitutionnelle de la RDC. Mi-octobre 2016, la haute juridiction s’était en effet taillé une réputation de rebelle lorsque quatre des neuf juges qui la composent ne s’étaient pas présentés à l’audience – pourtant importante pour le régime en place – qui devait autoriser, ou non, la Commission électorale...
(RFI 25/10/17)
La direction politique de son parti avait décidé de le retirer du gouvernement, mais Pierre Kangudia refuse. Le ministre d'Etat en charge du Budget a réuni la presse mardi 24 octobre dans son cabinet de travail. Il a déclaré se mettre à la disposition du président de la République, le seul à pouvoir le relever de ses fonctions comme il l'avait nommé. A l'UNC, on considère plutôt qu'il a choisi de quitter le parti. Dans la salle des réunions du ministère, au septième étage de l'Hôtel du gouvernement, le ton est frondeur. Pierre Kangudia n'y va pas par quatre chemins : « Je refuse pour satisfaire les intérêts personnels et égoïstes de certaines personnes, de créer inutilement une crise au...
(BBC 25/10/17)
Les violences dans la région du Kasaï, au centre de la République démocratique du Congo, ont poussé depuis un an 1,5 million de personnes à quitter leurs foyers, selon un rapport de l'Onu. Parmi ces personnes, on compte plus de 800 mille enfants. Les violences dans cette région ont entrainé la mort de plus de 5 000 personnes, selon les données fournies lundi par Claude Jibidar, directeur pays du Programme alimentaire mondial. La région du Kasaï est meurtrie par des mois de conflits entretenus par des milices locales. En un an, des villages entiers ont été incendiés et les services humanitaires les plus basiques ont été interrompus. L'accès aux zones où la population a besoin d'assistance et de protection a...
(Le Monde 25/10/17)
En visite en Ethiopie, au Soudan du Sud et en RDC, l’ambassadrice américaine à l’ONU doit convaincre ses partenaires que Washington a une stratégie pour le continent. Jamais visite en Afrique d’une ambassadrice américaine à l’ONU n’aura été autant scrutée. Cela tient à la personnalité de Nikki Haley, qui, en quelques mois, s’est imposée comme le porte-voix de la diplomatie américaine en lieu et place du discret secrétaire d’Etat Rex Tillerson. Mais aussi aux difficultés structurelles du département d’Etat, miné par les dissensions internes et les démissions en série et qui n’a toujours pas nommé son secrétaire d’Etat adjoint aux affaires africaines. Durant sa tournée de cinq jours, du lundi 23 au samedi 28 octobre...
(RFI 25/10/17)
En République démocratique du Congo, le haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés se dit « vivement préoccupé » par l'explosion du nombre de personnes déplacées dans le pays. Un chiffre qui a plus que doublé depuis 2015, en seulement deux ans, passant à quelque 3,9 millions de personnes, selon un communiqué rendu public mardi 24 octobre par le HCR, qui compte plus de 400 000 cas rien qu'au cours des trois derniers mois. Quelles sont les régions les plus touchées et pourquoi ? On a vu une augmentation du nombre de personnes déplacées dans la province du Tanganyika (...), on a constaté dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu, toujours à l'est de la RDC, que la violence...
(Jeune Afrique 24/10/17)
Au lendemain de l'annonce de son retrait du gouvernement par son parti, l'Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe, Pierre Kangudia a indiqué ce mardi qu'il ne démissionnera pas de son poste de ministre d'État en charge du Budget. « C’est un coup très dur pour Vital Kamerhe », admet un conseiller du président de l’Union pour la nation congolaise (UNC). Vingt heures après la décision du parti de retirer son délégué du gouvernement, l’intéressé refuse d’obtempérer. Dans une conférence de presse organisée à Kinshasa, Pierre Kangudia, ministre d’État en charge du Budget, a indiqué qu’il ne démissionnera pas de son poste. Pierre Kangudia a ainsi décidé de passer outre la décision de son vieil ami et leader...
(Jeune Afrique 24/10/17)
Deux mois avant la fin de l'année, échéance prévue par l'accord de la Saint-Sylvestre pour la tenue des élections en RDC, le calendrier électoral n'est toujours pas connu. Ce qui fait dire à Ève Bazaiba, secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC), que le pays s'approche d'une situation d'exception. Interview. Ève Bazaiba ne « regrette rien ». La secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC, parti de Jean-Pierre Bemba) assume tous ses choix politiques. Au lendemain de la signature de l’accord de la Saint-Sylvestre, cette « dame de fer » s’était opposée à la désignation d’Étienne Tshisekedi au poste de président du Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral (CNSA), étant donné que...
(Jeune Afrique 24/10/17)
À l'issue d'une réunion de son bureau politique tenue à Kinshasa, l'Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe a annoncé ce lundi le retrait du gouvernement de son cadre Pierre Kankudia, ministre du Budget. C’est Vital Kamerhe qui s’est chargé d’annoncer le retrait du gouvernement de son ami et conseiller spécial Pierre Kankudia Mbayi. Dans une déclaration rendue publique ce 23 octobre, le leader de l’Union pour la nation congolaise (UNC) indique que la direction politique nationale de son parti a décidé du « retrait du délégué de l’UNC du gouvernement ». Ce dernier, en charge du budget, est le seul membre de l’UNC encore présent dans l’équipe gouvernementale en RDC. La décision a été prise « après...
(APA 24/10/17)
APA-Kinshasa (RD Congo) - La représentante permanente des Etats-Unis à l’ONU, Nikki Haley, séjournera du 26 au 28 octobre en RD Congo, dans le cadre d’une première tournée en Afrique qui la conduit, depuis ce lundi 23 octobre, également en Ethiopie et au Soudan du Sud, selon plusieurs médias reçus lundi à Kinshasa. Au cours de son séjour congolais, la diplomate américaine rencontrera le président Joseph Kabila Kabange, en plus des responsables politiques de l’opposition, des acteurs de la société civile, les Casques bleus ainsi que les réfugiés et les personnes déplacées, indique-t-on. Peu avant cette tournée, Nikki Haley a exhorté, dans une tribune publiée sur le site de CNN, la RD Congo et le Soudan du Sud à manifester...
(APA 24/10/17)
APA-Kinshasa (RD Congo) - Le président de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS-opposition) et leader de la plateforme de l’opposition le ‘’Rassemblement’’, Félix Tshisekedi Tshilombo, est arrivé lundi à Lubumbashi, deuxième ville de la RD Congo et chef-lieu de la province du Haut-Katanga (sud-est du pays), où les forces de l’ordre ont eu maille à partir avec ses partisans. Alors que son programme prévoyait qu’il s’adresse à la population aussitôt après son arrivée, Félix Tshisekedi a été escorté par deux jeeps de la police jusqu’à la résidence du responsable du ‘’Rassemblement’’ à Lubumbashi, Gabriel Kyungu wa Kumwanza, les autorités urbaines ayant interdit toute manifestation publique «jusqu’à nouvel ordre ». Entretemps, la police qui a interdit tout attroupement,...
(RFI 24/10/17)
En République démocratique du Congo, le parti UNC, Union pour la nation congolaise, retire son représentant du gouvernement. Il justifie cette décision par le non-respect de l’accord de la Saint-Sylvestre, signé en décembre dernier et qui prévoyait des élections au plus tard à la fin de cette année. Pour l'UNC, cet accord n'est pas appliqué. Incertitude sur la date des élections et absence du calendrier électoral : ce sont les deux principales raisons évoquées par l’Union pour la nation congolaise (UNC) pour justifier son retrait du gouvernement. Le parti de Vital Kamerhe affirme avoir accepté de siéger dans l’exécutif dans un seul but, celui de contribuer à l’organisation des élections dans le respect de l’accord de la Saint-Sylvestre. Cet accord,...
(Xinhua 24/10/17)
L'Union pour la nation congolaise (UNC), un grand parti de l'opposition, a décidé lundi de quitter le gouvernement de coalition dirigé par le Premier Ministre Bruno Tshibala, vu l'impossibilité d'organisation les élections à la fin de cette année, en République démocratique du Congo (RDC). Vital Kamerhe, président de l'UNC, dit protester notamment contre le non-respect de l'accord du 31 décembre, et la déclaration du président de la commission électorale, Corneille Nangaa, annonçant les élections seulement 504 jours après la fin de l'opération d'enrôlement des électeurs. "Notre présence au gouvernement avait une seule motivation, l'organisation des élections en décembre 2017 conformément à l'accord du 31 décembre, mais avec l'annonce de 504 jours par le président de la CENI, on s'éloigne de...
(RFI 24/10/17)
Un important dispositif sécuritaire a été mis en place, ce lundi 23 octobre, à Lubumbashi, en République démocratique du Congo, pour la venue du président du rassemblement de l'opposition, Félix Tshisekedi. Le meeting annoncé, mais interdit par les autorités, n'a pas eu lieu. A la place, Félix Tshisekedi a donné une conférence de presse. De son côté, l'opposition appelle l'opposant au respect de la loi. Au cours de cette conférence de presse, Félix Tshisekedi a expliqué qu'à ses yeux, l'accord de la Saint-Sylvestre, signé l'an passé, ne serait plus valable à compter du 1er janvier 2018. Et ce, malgré les déclarations du président de la CENI, Corneille Nangaa, qui déclarait, il y a deux semaines, qu'une fois l'enrôlement des électeurs...
(APA 24/10/17)
APA-Kinshasa (RD Congo) - L’Union pour la nation congolaise (UNC-opposition) a décidé de quitter la coalition gouvernementale, selon une déclaration rendue publique lundi par le président de ce parti, Vital Kamerhe. « La certitude de la non organisation des élections au 31 décembre 2017 » conformément à l’accord politique du 31 décembre 2016 justifie ce retrait de l’UNC du gouvernement, explique la déclaration. Car, rappelle la même déclaration, « la participation de l’UNC était de contribuer à l’organisation des élections dans le délai de l’accord de la saint Sylvestre ». L’UNC qui ne dispose que d’un membre au sein du gouvernement du premier ministre Bruno Tshibala, à savoir le ministre d’Etat au Budget, Pierre Kangudia Mbayi, signale que cette décision...
(Xinhua 24/10/17)
La Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) a condamné lundi l'arrestation de nombreux militants de l'opposition par les forces de défense et de sécurité congolaises, dimanche à Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga. Ces militants du Rassemblement des forces acquises au changement participaient à une réunion privée au siège de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), a précisé la MONUSCO dans un communiqué de presse. Trois véhicules de la Police nationale congolaise (PNC) sont arrivés sur les lieux pour les encercler avant de faire appel à une unité commando des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) pour forcer l'entrée du lieu de réunion dans lequel...

Pages