Vendredi 23 Février 2018
(Le Point 06/02/18)
La loi sur la sous-traitance promulguée le 8 février 2017 est claire en son article 6 et ne souffre que quelques exceptions. Si elle a eu peu d'échos dans le grand public, en revanche, dans le monde des affaires, elle est loin d'être passée inaperçue. Notamment dans le secteur minier, le premier concerné et pour lequel elle aurait été concoctée. « La loi a surtout été élaborée pour le secteur minier. On l'a étendue à d'autres branches. Il existait un arrêté ministériel datant d'avril 2013 qui imposait aux miniers de recourir à des sociétés de sous-traitance de droit congolais avec majorité du capital congolais, mais cela n'a jamais été appliqué. C'est pour renforcer la présence des nationaux dans ce secteur...
(Jeune Afrique 06/02/18)
Expulsé du Gabon vers le Congo-Brazzaville le 5 janvier, l'ex-chef d'état-major de la RDC, le général Faustin Munene, recherché à Kinshasa, est arrivé ce mardi matin à Brazzaville « pour y subir un examen médical », selon le ministère de l'Intérieur congolais. Mais sa famille craint qu'il ne soit détenu par la DGST. « Faustin Munene est bien arrivé aujourd’hui [mardi 6 janvier] à Brazzaville, en provenance d’Ewo », dans le centre-ouest du pays. Au ministère de l’Intérieur congolais, on dément « catégoriquement » toute information faisant état de la présence du général Faustin Munene dans le local de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST).
(Xinhua 06/02/18)
La République démocratique du Congo (RDC) a officiellement ordonné lundi, la fermeture de son ambassade au Royaume de Belgique, a-t-on appris du ministère congolais des Affaires étrangères. Par ailleurs, la RDC a également demandé à la Belgique de fermer ses deux représentations consulaires dans son pays, respectivement situées à Goma (est) et à Lubumbashi (sud-est). Dans un communiqué publié dans la matinée de lundi à Kinshasa, les autorités d'aviation locales ont également notifié la compagnie aérienne belge (Bruxelles airlines) pour lui demander de passer de 7 à 4 rotations par semaine. La semaine dernière, les autorités congolaises avaient notamment ordonné la fermeture de la Maison Schengen et l'agence de coopération belge en RDC. Le président Joseph Kabila lui-même a qualifié,...
(RFI 06/02/18)
Des religieux témoignent d'un sentiment d'insécurité croissant à Kinshasa. Samedi 4 février, un prêtre a été emmené par des hommes armés non identifiés à la fin de la messe, dans une église de la périphérie de la capitale. Il a été libéré quelques heures plus tard par les renseignements généraux. Cet épisode accroit le climat de « peur » dans lequel prêtres et religieux disent vivre depuis les premières marches soutenues par l'Eglise catholique, le 31 décembre, et sur fond de bras de fer entre l'église et les autorités. RFI a recueilli des témoignages. Lors de la marche du 21 janvier, le père Joseph Bema dit avoir été obligé de ramper jusqu'à l'entrée d'une base de la Monusco pour fuir...
(RFI 06/02/18)
La tension monte d'un cran entre la Belgique et la République démocratique du Congo. Kinshasa a demandé ce lundi la fermeture de consulats dans les deux pays ainsi que la baisse de la fréquence des vols de Brussels Airlines, compagnie nationale belge, en direction de la capitale congolaise. Mi-janvier, Bruxelles avait annoncé une « révision fondamentale » de sa coopération avec les autorités congolaises jusqu'à l'organisation d'élections crédibles. Depuis lors, Kinshasa multiplie les gestes hostiles et ces dernières mesures risquent de peser sur les affaires belges en RDC. Il n'y aura bientôt plus de consulat congolais à Anvers, ce port flamand qui est surtout la capitale mondiale du diamant. Les autorités congolaises exigent que Bruxelles fasse de même pour l'une...
(Xinhua 06/02/18)
Le département du Trésor des États-Unis a annoncé lundi avoir adopté des sanctions à l'égard de quatre personnes pour leur implication présumée dans des "activités de déstabilisation" ayant contribué à prolonger le conflit en République démocratique du Congo (RDC). Ces sanctions nominatives ciblent Muhindo Akili Mundos, un général des Forces armées de DRC, ainsi que trois chefs rebelles, selon un communiqué publié plus tard dans la journée par le département du Trésor. Le département du Trésor accuse ces quatre personnes d'avoir commis "des actes horribles comprenant des sévices sexuels et le recrutement forcé d'enfants dans l'armée, dans des fonctions les obligeant à commettre des actes de violence". En application de cette mesure du Trésor, les biens ou intérêts des personnes...
(AFP 05/02/18)
Une messe sera célébrée vendredi à Kinshasa "à la mémoire des victimes de la marche pacifique du 21 janvier", a annoncé lundi le comité catholique à l'origine des marches contre le maintien au pouvoir du président congolais Joseph Kabila. "Soyons nombreux pour honorer nos martyrs. Soyons ensemble pour dire non à la persécution des chrétiens qui se déroule dans notre propre pays", indique un communiqué du comité laïc de coordination (CLC) envoyé à l'AFP. Le CLC invite "la communauté nationale et internationale" pour cette messe en la cathédrale Notre-Dame du Congo à Kinshasa. Au moins six personnes ont été tuées le 21 janvier dans la répression de marches organisées...
(AFP 05/02/18)
La reprise des violences communautaires en Ituri, qui avaient entraîné une opération militaire inédite de l'Union européenne en 2003, s'est soldée par au moins 30 morts dans cette province du nord-est de la République démocratique du Congo. La province de l'Ituri et son chef-lieu Bunia se sont brutalement rappelés à la mémoire des Congolais et de leurs partenaires internationaux avec une nouvelle flamblée de haine entre Hema éleveurs et Lendu agriculteurs. Au moins 23 membres de la communauté Hema ont été "massacrée" depuis vendredi, selon le communiqué de presse d'un de leur porte-parole, Hadji Ibrahim Ruhigwa Bamaraki, qui dénonce "une agression terroriste".
(AFP 05/02/18)
La République démocratique du Congo a obligé la compagnie belge Brussels Airlines à réduire ses fréquences de vol vers Kinshasa de sept à quatre par semaine à partir de lundi, après un regain de tensions entre les deux pays. "Le nombre des fréquences hebdomadaires allouées à votre compagnie Brussels Airlines est réduit de sept à quatre à partir du lundi 5 février 2018", a indiqué le directeur général de l'aviation civile, Jean Tshiumba Mpunga, dans un courrier adressé à la représentante de Brussels Airlines à Kinshasa. L'Autorité de l'aviation civile avance comme justification l'absence "de réciprocité dans l'exploitation des services aériens internationaux entre la République démocratique du Congo...
(RFI 05/02/18)
Au moins 23 personnes sont mortes et 12 ont été blessées gravement dans le nord-est de la République démocratique du Congo. Un bilan encore provisoire après des attaques contre la communauté Hema dans le territoire de Djugu, dans la province de l'Ituri. Depuis plusieurs semaines, les actes de violence se multiplient. Des centaines de maisons ont été incendiées au cours d'attaques de la communauté Lendu contre des villages Hema, mais aussi lors de représailles menées par des Hema. Et ces violences ont pris de l'ampleur à partir de samedi. Il y a eu un incendie généralisé dans des maisons de localités Hema. Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20180205-rdc-vingtaine-morts-violences-provinc...
(AFP 05/02/18)
Les avoirs en France d'un général de la République démocratique du Congo et de trois chefs miliciens, accusés jeudi par l'ONU de violations des droits de l'homme, ont été gelés dimanche, selon un arrêté paru au Journal officiel français. "Les fonds et ressources économiques" qui appartiennent au général Muhindo Akili Mundos, 45 ans, à Guidon Shimiray Mwissa, 37 ans, Lucien Nzambamwita, alias André Kalume, 51 ans, et Gédéon Kyungu Mutanga Wa Bafunkwa Kanonga, 43 ans, "font l'objet d'une mesure de gel", d'après le texte de l'arrêté, daté du 2 février. Le Comité des sanctions de l'ONU a ajouté jeudi ces quatre personnes à sa liste, précise l'arrêté. Pour les Nations unies, les quatre hommes "représentent une menace pour la paix,...
(AFP 05/02/18)
Trois personnes ont été tuées dans une attaque de présumés rebelles ougandais musulmans des ADF qui ont également pillé un centre hospitalier dans l'est de la République démocratique du Congo, ont déclaré samedi des responsables locaux. "Des présumés ADF (Forces démocratiques alliées) sont entrés à Kitevya hier (vendredi) soir. Ils ont tués trois personnes : deux par balle et une à la machette", a déclaré à l'AFP Janvier Kasereka, rapporteur de la société civile de Beni dans la province du Nord-Kivu. "Ils ont également pillé le centre de santé" du village, a-t-il ajouté. L'administrateur du territoire de Beni, Amisi Kalonda, a confirmé à l'AFP ce bilan. "Nous avons alerté l'armée. La population qui avait fui hier soir commence à regagner...
(Jeune Afrique 05/02/18)
Une commission d’enquête mixte a été mise en place jeudi par les autorités congolaises pour enquêter sur les exactions commises lors des marches anti-Kabila du 31 décembre 2017 et du 21 janvier 2018. « Les auditions de témoins vont débuter lundi prochain », assure à Jeune Afrique Marie-Ange Mushobekwa, la ministre congolaise en charge des Droits humains, qui a signé jeudi l’arrêté créant cette commission d’enquête. Son objectif ? Faire la lumière sur les « allégations des violations de droits de l’homme commises le 31 décembre 2017 et le 21 janvier 2018 sur l’ensemble du territoire national », afin que leurs « présumés auteurs soient poursuivis en justice ». D’après les Nations unies, au moins une dizaine de personnes ont...
(Jeune Afrique 05/02/18)
Dans un climat de tensions diplomatiques entre Kinshasa et Bruxelles, le gouvernement congolais s'est dit prêt à mettre en place de nouvelles mesures de rétorsion « en cas d'escalade » de la part de la Belgique. Après que Bruxelles a suspendu le 10 janvier sa coopération bilatérale avec la République démocratique du Congo, Kinshasa a décidé de « démanteler », sur son territoire, le dispositif consulaire Maison Schengen, sorte de consulat de l’Union européenne géré par Bruxelles, pour le compte de 17 pays membres et de la Norvège. « En cas d’escalade », le gouvernement congolais se dit prêt à adopter de nouvelles mesures de rétorsion. Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/525524/politique/rdc-belgique-le-gouvernemen...
(RFI 05/02/18)
Coup d'envoi ce lundi 5 février de la grand-messe des investissements miniers au Cap, en Afrique du Sud. Mining Indaba, c'est le nom de cette rencontre qui va durer quatre jours. L'occasion pour les grands patrons de faire le point sur la santé de leurs entreprises. Albert Yuma, le président du conseil d'administration de la Gecamines, l'entreprise minière publique congolaise et patron des patrons congolais, va y donner, ce lundi, une conférence de presse très attendue. On attend notamment les résultats de l'audit des partenariats de la Gecamines, audit lancé après qu'Albert Yuma a été accusé de gestion opaque par le centre Carter. 750 millions de dollars auraient tout simplement disparu des comptes de la société. La Gecamines renvoie la...
(RFI 05/02/18)
En République démocratique du Congo (RDC), le général Faustin Munene, ancien chef d'état-major de l'armée congolaise, a été condamné, par contumace, à la prison à vie, dans son pays, en 2011, pour complot contre l'autorité de l'Etat. D'abord refugié de l'autre côté de fleuve, au Congo-Brazzaville, il a été arrêté au Gabon, le 10 janvier, avant d'être expulsé vers le Congo-Brazzaville. Sa famille assure ne pas avoir de nouvelles et s'inquiète d'informations qui le disent malade. Depuis la disparition du général Munene, la famille dit avoir reçu diverses informations informelles en provenance du Congo-Brazzaville. Faustin Munene y aurait été arrêté puis détenu, depuis son retour du Gabon. Il serait aussi malade. Ce qui a conduit la famille, ces dernières heures,...
(RFI 05/02/18)
En République démocratique du Congo (RDC), la Maison Schengen risque bel et bien de rester fermée jusqu'à nouvel ordre et les Congolais pourraient être contraints de faire leur visa, pour l'Union Européenne (UE), dans un pays tiers. Cette représentation consulaire, commune à dix-sept pays de l'UE et à la Norvège, gérée par la Belgique, a été fermée par les autorités congolaises, en réaction à la décision de la Belgique de réorienter son aide à la RDC. Le gouvernement belge avait, en effet, annoncé l'octroi de 25 millions d'euros qui devaient être gérés par le gouvernement congolais, pour les confier à des acteurs humanitaires ou de développement, pour protester ainsi contre la fermeture de l'espace politique et la répression des manifestations...
(Xinhua 05/02/18)
Au moins 26 personnes ont trouvé la mort samedi dans des combats interethniques qui ont opposé les membres des communautés Hema et Lendu dans la province de l'Ituri, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), selon des sources de sécurité sur place. Des sources communautaires sur place indiquent que des membres de la communauté Lendu ont attaqué un village situé à quelques kilomètres de la ville de Bunia. Les sources du gouvernement provincial de l'Ituri ont également confirmé l'information, précisant que les tués étaient majoritairement des membres de l'ethnie Hema et que plusieurs maisons avaient été brûlées pendant l'attaque. Les autorités sur place ont dépêché des forces de police et des militaires sur place pour maîtriser les tensions...
(RFI 05/02/18)
Ex-officier de l'armée congolaise, en rébellion depuis 2012, le colonel Tshibangu a été arrêté le 29 janvier en Tanzanie. Il a lancé plusieurs ultimatums au président Kabila à la mi-janvier, menaçant même de le chasser dans les 45 jours, s'il ne demandait pas pardon pour le massacre de catholiques qui avaient marché le 31 décembre 2017. Sa famille dit craindre pour sa vie s'il rentre en RDC, alors que du côté des services de sécurité, on assure que l'ex-officier était déjà allé bien au-delà des mots. Pour la femme de John Tshibangu, c'est un patriote qui se trouve aujourd'hui détenu en Tanzanie, coupable d'être opposant au régime, d'être militaire et de ne pas savoir comment lutter en faveur de la...
(AFP 04/02/18)
Le prêtre catholique Sébastien Yebo arrêté samedi à Kinshasa par les services de renseignements de la police de la République démocratique du Congo a déclaré dimanche avoir été libéré le même jour après plusieurs heures de détention. "Je suis libre depuis hier vers 16 heures" après "mon interpellation par la police", a déclaré à l'AFP le père Yebo. "Le motif de l'interpellation m'a été communiqué sur place. C'était autour d'une histoire étrange dans laquelle je ne me reconnais pas". "Ils disent que je suis le financier des Kamwina Nsapu", a-t-il indiqué sans préciser davantage. "Où trouverai-je de l'argent, moi qui suis pauvre?", a ajouté le religieux. Les Kamwina Nsapu sont des miliciens d'un mouvement rebelle qui se sont affrontés avec...

Pages