Dimanche 25 Juin 2017
(The Associated Press 12/06/17)
KINSHASA, République démocratique du Congo — Des hommes armés ont attaqué une prison de Beni, une ville de l’est de la République démocratique du Congo, et ont tué 11 personnes, en plus d’avoir contribué à libérer plus de 900 détenus, selon un représentant du gouvernement. Huit gardiens de prison font partie des 11 victimes, selon le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku. Environ 30 prisonniers sont restés dans la prison de Kambayi dans la foulée de l’attaque, a indiqué le gouverneur. Un couvre-feu a été décrété à Beni et à Butembo, une ville située à proximité. Seules l’armée et la police peuvent circuler dans les rues pour «reprendre le contrôle contre l’ennemi», a indiqué M. Paluku. Les responsables...
(RFI 12/06/17)
Deuxième audience, ce lundi, dans le procès des assassins présumés des deux experts de l'ONU tués en mars dernier, en RDC. Après une première audience, lundi dernier, le procès s'est rouvert devant le tribunal militaire de Kananga capitale de la province du Kasaï-central. Dans ce dossier, seize personnes sont accusées, mais seules deux se trouvent dans le box des accusés. Et aujourd'hui, c'est l'âge de l'un de ces deux prévenus qui a occupé une bonne partie des débats. C’est l’âge d’Evariste Ilunga Lumu qui fait débat. Car dans les procès-verbaux, ce jeune homme, un élève en train de préparer son bac au moment de son arrestation, est âgé de 22 ans. Mais lui dit n'avoir que 17 ans et c'est...
(RFI 12/06/17)
Le Rassemblement des forces acquises au changement va bientôt être en conclave. L'annonce a été faite ce week-end par Félix Tshisekedi à l'occasion de l'an un depuis la signature de l'accord de Genval. Selon Félix Tshisekedi, les travaux du conclave seront destinés à la remobilisation des masses pour obtenir le respect intégral de l'accord de la Saint-Sylvestre obtenu sous l'égide de la Cenco. Félix Tshisekedi a toutefois expliqué que le conclave sera organisé après les obsèques d'Etienne Tshisekedi. Les familles politique et biologique du défunt se sont enfin accordées avec le gouvernement pour que l'enterrement puisse avoir lieu dans la concession privée d'Etienne Tshisekedi à Nsele, dans la périphérie à l'est de Kinshasa. La date devra être fixée par voie...
(La Tribune 12/06/17)
La prison de Kangwayi de la ville de Beni en RDC a été attaquée ce dimanche par des assaillants dont l'identité n'est pas encore connue. Bilan provisoire : onze personnes tuées, dont huit membres des forces de l'ordre, et plus de 900 détenus évadés. «La prison de Kangwayi de la ville de Beni a été attaquée par des assaillants dont l'identité n'est pas encore connue. Lors des échanges de tirs entre les forces de l'ordre et les assaillants, nos services ont comptabilisé 11 morts, dont 8 éléments des forces de l'ordre», a déclaré à la presse le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku, apporté par l'AFP, le gouverneur a ajouté que «pour l'instant, sur 966 prisonniers, il ne...
(Xinhua 12/06/17)
KINSHASA, (Xinhua) -- Des assaillants non encore identifiés ont lancé une attaque armée qui est en cours sur la prison centrale de la ville de Beni, dans la province du nord-kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), la police a confirmé 11 morts et 930 évadés jusqu'ici. Selon des sources jointes par Xinhua sur place dans la ville de Beni, 930 prisonniers se sont évadés. La même source a signalé 11 morts, dont huit gardiens de la prison, et trois morts du côté des assaillants jusque là. Des sources proches des services sécuritaires indiquent que l'attaque de ce dimanche contre cette prison centrale de Beni a été conjointement menée par une coalition des miliciens maï-maï avec les...
(RFI 12/06/17)
C'est une nouvelle évasion spectaculaire en République démocratique du Congo. Quasiment tous les détenus de la prison de Béni se sont évadés après une attaque dimanche après-midi 11 juin. Les autorités parlent d'une centaine d'assaillants mais ne désignent aucun responsable pour l'instant. Huit gardiens ont été tués Sur les 966 détenus que comptait la prison de Béni, il n'en restait plus que 36 dimanche soir. Tous les autres ont disparu après l'attaque menée en début d'après-midi dimanche. Des assaillants, habillés en civil selon les premiers témoignages, ont ouvert le feu sur les gardiens tuant huit personnes. Ils ont ensuite réussi à entrer dans la prison et à libérer presque tous les détenus. Quelques heures plus tard, réunion de crise autour...
(RFI 12/06/17)
En République démocratique du Congo (RDC), des questions de plus en plus insistantes se posent après les attaques répétées de centres de détention, ces derniers temps. Il y avait d'abord eu, au mois de mai dernier, l'assaut de la prison centrale de Makala. Puis, dans la nuit de vendredi au samedi 10 juin, l'attaque des cachots du commissariat du Mont Amba ainsi que ceux du Parquet de grande instance de Matete. Le 19 mai, à une cinquantaine de kilomètres de Kinshasa, des dizaines de détenus avaient eux aussi réussi à s'échapper. De nombreux citoyens y voient un mauvais présage pour l'avenir proche. Certains soupçonnent le pouvoir de vouloir retarder l'organisation des élections prévues fin décembre prochain. Pour l'attaque de la...
(Jeune Afrique 12/06/17)
Un groupe d'hommes armés et cagoulés a procédé dans la nuit de samedi à dimanche à une « fouille systématique » des proches de Moïse Katumbi détenus depuis plusieurs mois dans la prison centrale de Makala à Kinshasa. L'ancien gouverneur dénonce un « harcèlement » et dit craindre pour la vie de ces derniers. « C’est vers 2 heures du matin [ce 11 juin] que des militaires cagoulés et armés jusqu’aux dents, accompagné du directeur de la prison, ont pénétré dans le pavillon 8 de la prison de Makala. Ils se sont mis à fouiller et à intimider mes proches qui y sont détenus. » Moïse Katumbi, lui-même contraint à l’exil depuis une année, dénonce le « harcèlement de personnes...
(Le Point 12/06/17)
Avocat des parties civiles, Me Assane Dioma Ndiaye revient sur l'"affaire Chebeya", face à laquelle les autorités de Kinshasa pataugent. Cela fait sept ans, presque jour pour jour. Une éternité pour les familles des victimes. Le 2 juin 2010, le corps de Floribert Chebeya était découvert dans sa voiture à Kinshasa et son chauffeur, Fidèle Bazana, porté disparu. La veille, ce directeur de l'ONG congolaise de défense des droits de l'homme, La Voix des sans voix, s'était rendu à une convocation de l'inspecteur général de la police nationale, John Numbi. Depuis, l'affaire, enlisée à Kinshasa, a rebondi à Dakar. Historique de l'affaire : 1/ L'affaire s'enlise à Kinshasa Depuis 2010, date de la commission des faits, l'affaire qui concerne deux...
(Xinhua 12/06/17)
KINSHASA, (Xinhua) -- Au moins deux personnes ont été tuées dont un policier tôt ce matin dans l'attaque du Parquet de Matete, (nord de la ville de Kinshasa), capitale de la République démocratique du Congo (RDC), indiquent à Xinhua les sources concordantes. Le parquet de la République près le tribunal de grande instance de Kinshasa Matete dans la commune portant le même nom, a été attaqué par des hommes non identifiés, dans la nuit de vendredi à samedi, entraînant ainsi l'évasion des inculpés. Des témoins sur place identifient les assaillants comme des adeptes de la secte-politico réligieux Bundi dia Kongo, parce que l'un d'eux était détenu là-bas. Pendant l'attaque, Ils ont brûlé tous les véhicules qui étaient parqués devant ledit...
(La Voix de l'Amérique 12/06/17)
Après la vague des tueries qui a secoué le territoire de Beni de 2014 à 2016, une accalmie relative s’est installée dans la région. Des milliers des ménages ayant fuit les atrocités dans leurs villages se sont déplacés dans les agglomérations mieux sécurisées, telles que Oicha et Mavivi. Leur vie reste un véritable calvaire, selon le correspondant de VOA Afrique sur place La vie a repris ses couleurs à Oicha à une trentaine de kilomètres de Beni ville, mais derrière ce calme relatif se cache un drame, la vie difficile des milliers des déplacés qui y vivent. "Des villages ont été totalement vidés, et il n'existe pas de sites officiels ouverts par l'État, la situation est grave", alarme Richard Kirimba,...
(La Croix 12/06/17)
Adam et Eve étaient noirs et ont été créés à Nkamba : pour les kimbanguistes, c’est indiscutable. À une centaine de kilomètres de Kinshasa, cette ville est le berceau du kimbanguisme, une religion née au début du XXe siècle dans un Congo alors belge et qui revendique aujourd’hui 22 millions de fidèles. D’une voix douce, dans son petit bureau proche de l’immense temple installé au sommet de la colline sacrée de Nkamba, le révérend Mario Swalezi Nlandu explique au visiteur étranger les fondements doctrinaux de cette religion. « Vous êtes un chercheur », et on ne vient pas par hasard à Nkamba, « un jour vous vous souviendrez de votre passage ici et vous comprendrez », prédit ce responsable de l’évangélisation...
(Le Monde 12/06/17)
Dans le parc national de la Garamba, scientifiques et gardes risquent leur vie pour protéger les 46 dernières girafes du Kordofan. La faute aux braconniers et aux milices. Visiter le parc national de la Garamba est un voyage à haut risque. Dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), à la frontière avec le Soudan du Sud, le parc est situé dans l’une des zones les plus dangereuses d’Afrique. La faute à un mélange explosif de braconniers lourdement armés, de groupes rebelles et d’une biodiversité chèrement négociée sur le marché noir. Au cœur de ce biotope unique en Afrique centrale – une savane parsemée d’îlots de forêt dense –, les dernières girafes du Congo subsistent tant bien que...
(Mediacongo 12/06/17)
L'ambassadeur de l'Angola en RDC, Emilio José de Carvalho Guerra, va céder sa place à José João Manuel suite à un remaniement diplomatique pris ce jeudi 8 juin 2017 sur décision du président de la République, José Eduardo dos Santos. Cette décision a été confirmée dans un communiqué de presse de la Maison civile du président de la République de l'Angola, que la presse locale a relayé. Arrivé en 2009 en pleine crise entre la RDC et l’Angola suite aux expulsions des Congolais du pays de Dos Santos, le problème de délimitation des frontières et l’accès à l’exploitation pétrolière au plateau continental; principalement dans les blocs 14 et 15. L’ambassadeur avait alors tenté de renouer les rapports diplomatiques entre les...
(AFP 10/06/17)
Une policière a été tuée dans la nuit de vendredi à samedi dans l'attaque d'un parquet de l'Est de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de source judiciaire. "Le parquet a été attaqué cette nuit par des hommes armés non identifiés, une policière a été tuée et une autre grièvement blessée", a déclaré à l'AFP un magistrat du parquet de Matete, un quartier populaire de l'est de Kinshasa. "Sur les 11 détenus, majoritairement de droit commun, trois manquent à l'appel", a-t-il ajouté, indiquant qu'une autre attaque a simultanément visé un commissariat de police situé non loin du parquet. "Il y a eu effectivement une attaque armée cette nuit" au parquet de Matete, a confirmé à l'AFP...
(AFP 10/06/17)
Un collectif de neuf mouvements de jeunes militants congolais a appelé vendredi à Kinshasa la communauté internationale à sanctionner le président Joseph Kabila qui s'est maintenu au pouvoir en République démocratique du Congo au-delà du terme de son mandat. Les mouvements de jeunes invitent, dans un communiqué,la communauté internationale à "accentuer la pression, notamment en sanctionnant directement (…) M. Kabila, mais également tout le réseau financier mafieux national et international qui permet à ce dernier de continuer à disposer des moyens nécessaires à son maintien...
(Jeune Afrique 10/06/17)
Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a appelé ce vendredi 9 juin, au lancement d'une enquête internationale sur les violations des droits de l'Homme commises ces derniers mois dans le Kasaï. Dans un communiqué publié vendredi 9 juin, Zeid Ra’ad Al-Hussein, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, appelle le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à établir une « enquête internationale » sur les violations graves des droits de l’homme survenues dans les provinces du Kasaï Central et du Kasaï Oriental, en RDC. Pour lui, cette enquête doit tout particulièrement porter sur les 42 fosses communes découvertes ces derniers mois dans cette province. « Il est possible qu’il en existe...
(AfricaNews 10/06/17)
Serait-ce la fin de la si longue attente des obsèques d’Etienne Tshisekedi en République démocratique du Congo ? Il est peut-être trop tôt pour répondre par l’affirmative. Mais un accord trouvé entre le gouvernement congolais et l’UPDS (le parti de l’opposant) et sa famille, laisse présager la fin de cet épisode à rebondissement. La presse congolaise l‘écrit à l’unisson, un compromis a été trouvé entre les différentes parties pour inhumer celui qui a marqué la politique de la RD Congo, ces dernières décennies. A en croire le journal Le Potentiel qui cite un haut cadre de l’UDPS, c’est dans sa concession familiale...
(TV5 10/06/17)
En République Démocratique du Congo, le président Kabila s'est engagé à organiser de nouvelles élections d'ici fin 2017, mais le processus de transition semble bloqué. Raphaël Katebe Katoto, homme d'affaire et opposant politique était invité sur le plateau du JT Afrique. Il assure qu'il faut faire confiance au Président Kabila. Joseph Kabila tarde-t-il volontairement à organiser de nouvelles élections en RDC ? Pour l'opposant Raphaël Katebe Katoto, il n'en est rien : " C'est un procès d'intention. Je reviens de Kinshasa. J'ai été reçu par le Président Kabila, il m'a confirmé son intention d'organiser des élections fiables et transparentes". L'accord signé entre le Président Kabila et tous les partis d'opposition, le 31 décembre 2016, prévoit l'organisation d'élections avant la fin...
(Radio Okapi 10/06/17)
Le gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Deogratias Mutombo, a annoncé vendredi 9 juin à Kinshasa la dissolution de la FIBANK RDC. La FIBANK RDC est reprise par AFRILAND FIRSTBANK/RDC, qui reprend toutes les activités de FIBANK à partir de lundi prochain. En décembre 2015, la Banque centrale du Congo avait nommé un comité provisoire à la tête de la First international bank, dirigé par Alphonse Guy Ramazani, avec pour mission d’assurer une bonne gestion courante et surtout d’élaborer un plan de redressement de cet établissement bancaire. Celui-ci n’avait plus suffisamment de fonds propres devant lui permettre d’être à l’abri «en cas de choc», avait alors expliqué le directeur des opérations bancaires en charge de la politique monétaire...

Pages