Vendredi 18 Août 2017
(Jeune Afrique 03/08/17)
Depuis l’âge de 12 ans, Jean Shaka Tshipamba baigne dans le théâtre. Et pas qu’un peu, puisque le comédien est aussi metteur en scène, dramaturge et directeur de troupe. C’est le regretté Mundele Ndombe – de son vrai nom Kalend –, véritable baobab de l’art scénique congolais, qui lui a inoculé le virus du théâtre. « Mundele Ndombe habitait près de chez nous. Il a été mon mentor, en même temps que mon premier metteur en scène. Il me fascinait tant que j’ai voulu lui ressembler », explique le comédien. Né en 1957 à Lubumbashi, dans le sud-est du pays, Shaka joue dans quelques groupes sans grande notoriété avant de s’inscrire à l’Académie des beaux-arts de Kinshasa, où il obtient...
(AFP 02/08/17)
La Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monusco) a exprimé mercredi sa préoccupation face aux "arrestations et détentions arbitraires" survenues lundi lors d'une journée de mobilisation contre le pouvoir du président Joseph Kabila. "Je suis profondément préoccupé par les restrictions imposées aux rassemblements pacifiques et les arrestations qui frappent ceux qui voudraient exprimer leurs opinions politiques, ainsi que par le ciblage de journalistes et la confiscation de leurs matériels", déclare dans un communiqué le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en République démocratique du Congo (RDC) et chef de la Monusco, Maman Sidikou.
(AFP 02/08/17)
Extraction du diamant au ralenti, ville quasi coupée du monde, risque de pénuries, crise humanitaire, victimes traumatisées... une année de violences au Kasaï a exacerbé les crises économique et politique en République démocratique du Congo. "Avant, on allait travailler dans n’importe quelle mine pour chercher du diamant. Mais, maintenant, on a tous peur de mourir", raconte en langue tshiluba à l'AFP Banayi Ilunga, "creuseur" qui plonge depuis onze ans dans les boyaux de la terre pour en arracher les pierres précieuses, grande richesse du Kasaï, dans le centre de la RDC. En raison des violences, il a dû abandonner les sites miniers les plus rentables pour d'autres près l'une des grandes villes...
(AFP 02/08/17)
Un incendie a dévasté mardi une partie de la prison centrale de Goma, capitale du Nord-Kivu dans l'est de la République démocratique du Congo, a appris l'AFP de sources pénitentiaires. "Le bloc qui héberge les femmes et les enfants a pris feu. La partie de la prison touchée est complètement consumée par cet incendie. Il n'y a plus rien à récupérer", a déclaré à l'AFP le directeur de la prison Patrick Mukendi, ajoutant qu'il n'y a eu "aucun mort, ni blessé". "Ces sont les mineurs qui ont mis le feu sur leurs matelas puisqu'ils ont été privés de nourriture durant trois jours", a avancé à l'AFP un agent de la prison sous le couvert de l'anonymat. Trois autres agents interrogés...
(Jeune Afrique 02/08/17)
Un incendie s’est déclaré mardi 1er juillet dans la prison centrale de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu (nord-est du pays). Selon les autorités, il s’agirait d’une tentative d’évasion. D’immenses flammes qui jaillissent à l’intérieur des murs, des fenêtres recouvertes de suie, un épais panache de fumée… Les images, qui circulent sur les réseaux sociaux, laissent peu de place au doute sur l’étendue du désastre à la prison centrale de Muzenze à Goma. « D’après ce que l’on sait, il s’agit d’une tentative d’évasion, rapporte Lambert Mende, porte-parole du gouvernement congolais. Mais personne ne s’est échappé. Nous allons ouvrir une enquête pour éclaircir les circonstances de cet acte criminel. » « Le feu a pris vers 13h30 dans la...
(RFI 02/08/17)
Menée par le Mauritanien El Ghassim Wane, sous-secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, une délégation de l'ONU composée d'une vingtaine de personnes - des civils et des militaires - va multiplier les rencontres jusqu'au 7 août pour redéfinir les contours de la Monusco, qui a vu son budget réduit de 8%. Une revue stratégique aux allures de véritable mission marathon. Cette mission est d’abord diplomatique. Il s'agit d'écouter le « partenaire congolais » et de faire passer des messages. A savoir : point de salut sans une bonne mise en œuvre de l'accord politique du 31 décembre et la tenue des élections. El Ghassim Wane l'a d'ailleurs dit mardi à la presse à l'issue d'une rencontre avec...
(RFI 02/08/17)
L'Afrique du Sud et la République démocratique du Congo ont signé un accord portant sur les visas de leurs diplomates en début de semaine. Cet accord, qui doit permettre de renforcer les liens entre les deux pays, a été signé par la ministre sud-africaine des Affaires étrangères, et par Emmanuel Ramazani Shadari, le ministre congolais de l'Intérieur. En signant un accord d'exemption de visa pour leurs diplomates, l'Afrique du Sud et la République démocratique du Congo affichent « leurs bonnes relations diplomatiques et politiques ». La rencontre entre le président Jacob Zuma et Joseph Kabila au mois de juin a permis d'accélérer l'entrée en vigueur de cet accord bilatéral, qui vise à faciliter la circulation des fonctionnaires entre les deux...
(Jeune Afrique 02/08/17)
Pendant cette année de transition, quelques personnalités ont été appelées à cogérer le pays. Elles considèrent n’avoir ni trahi ni quitté l’opposition. Sur la question, les avis sont partagés. Crâne rasé de près, costume-cravate impeccable, regard filant droit vers les passants. Sur la grande affiche posée au croisement des avenues de la Justice et de Kisangani, Thomas Luhaka esquisse un léger sourire pour accompagner son appel à l’enrôlement massif des Kinois. En filigrane, le ministre congolais des Infrastructures, des Travaux publics et de la Reconstruction réaffirme surtout son nouveau positionnement politique. Il paraît bien loin le temps où l’ancien secrétaire général du Mouvement de libération du Congo (MLC, parti de Jean-Pierre Bemba) entrait dans l’arène pour s’attaquer à l’exécutif. Bombardé...
(RFI 02/08/17)
Dans leur dernier rapport, le groupe d'experts de l'ONU dresse un état des lieux très documenté et inquiétant de la situation en Centrafrique. En dehors de Bangui, le pays continue clairement de vivre sous la coupe des groupes armés et le nombre de déplacés gonfle dangereusement. Autre point important, le trafic permanent d'armes entre la RDC et la Centrafrique. C'est le fleuve Oubangui, barrière naturelle entre la RDC et la Centrafrique, qui est au centre de nombreuses attentions dans le dernier rapport publié par le groupe d'experts de l'ONU. La porosité de la frontière en fait un lieu de passage idéal pour les contrebandiers et les mercenaires, pointe ce rapport.
(RFI 02/08/17)
Sept ans après le Gabon, la RDC interdit l'exportation des grumes, le bois non transformé. Les autorités de Kinshasa disent espérer développer la transformation sur place et tirer plus de revenus de la filière. Mais les industriels congolais du bois sont très mécontents, ils ont déjà du mal à survivre et la mesure risque de leur porter un coup fatal. Depuis la mi-juin en RDC, le bois qui n'est pas transformé est bloqué au port fluvial de Matadi. Interdiction d'exporter les grumes sur décision de l'Agence nationale de renseignement, et non du ministère de l'Environnement dont dépend pourtant la Fédération des industriels du bois en RDC. Pour son président Gabriel Mola Motya, c'est un coup brutal : « C’est pas...
(Jeune Afrique 02/08/17)
Le toilettage de la filière bois et de la gestion forestière en RDC a commencé en 2002, avec pour double objectif, d'une part, de remettre de l’ordre dans le secteur en assurant la pérennité du modèle économique de valorisation durable des ressources et, d'autre part, de protéger les forêts congolaises après le pillage lié aux conflits armés de la fin des années 1990, particulièrement dévastateurs dans les provinces du nord et de l’est du pays. Outre le tri effectué parmi les 285 titres forestiers distribués avant et pendant les conflits à des fins purement spéculatives, sans aucun respect de l’environnement et des droits des populations riveraines, un moratoire interdisant l’octroi de nouveaux titres a été instauré en mai 2002 sur...
(Le Monde 02/08/17)
A Goma, ville coincée entre eau et lave, le scientifique surveille de près le Nyiragongo et le Nyamuragira et tente de « préparer » la population. Célestin Mahinda est une vigie. Derrière ses lunettes rectangulaires à branches rouges, le directeur de l’Observatoire volcanologique de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), a le regard étrangement fixe malgré un important strabisme. Depuis les flancs du mont Goma, cône gris planté au bord du lac Kivu, il observe les mouvements invisibles de la terre sur l’écran de son ordinateur et sur de grandes feuilles imprimées. De l’autre côté de la capitale du Nord-Kivu, l’ombre d’un trapèze gigantesque engouffre le ciel : le Nyiragongo, l’un des deux volcans actifs en...
(France24 02/08/17)
La réserve de Sarambwe, à l’est de la République démocratique du Congo abrite une vingtaine de gorilles des montagnes, une espèce en voie de disparition. C’est là qu’un Congolais autodidacte, Jean-Paul Kambere, a fait de leur protection la mission de sa vie. Une mission essentielle mais complexe, sur un terrain traversé par des conflits sanglants et menacé par la déforestation. Le gorille des montagnes est depuis 2016 classé en "danger critique" d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Au total, il n’en resterait plus que 880 dans le monde, répartis entre la RD Congo, le Rwanda et l’Ouganda. Dans la province troublée du Nord-Kivu, à quelques kilomètres au nord de Goma, la petite réserve de Sarambwe...
(Le Monde 02/08/17)
L’Afrique en villes (3). Gros 4x4, grande maison, champagne… De Kinshasa, la rédactrice en chef de « Bellissima » connaît surtout la partie des nantis, c’est-à-dire la commune de La Gombe. Un serpent égaré au milieu d’autos tamponneuses. Silencieux, le 4x4 Nissan noir de Josée Muamba glisse dans la circulation chaotique de Kinshasa. Il est 10 heures sur le boulevard du 30-Juin, l’espèce d’autoroute qui coupe en deux la capitale de la République démocratique du Congo (RDC). D’un côté, la « Cité », d’où affluent les employés entassés dans des fourgons cabossés ; de l’autre, la « Ville », c’est-à-dire la commune de La Gombe, où se font toutes les affaires, petites et grandes. Josée Muamba passe sa vie dans...
(Jeune Afrique 02/08/17)
Kinshasa est débordante de vie, bien moins violente et beaucoup plus ouverte sur le monde qu’on ne le dit. L’écrivain observe l’évolution de sa capitale, qui a passé le cap des 12 millions d’âmes. Kinshasa est en pleine mutation et, avec l’ouverture des jeunes générations sur le monde, grâce notamment aux réseaux sociaux, se dessinent les contours de la RD Congo de demain. Les traditions, les habitudes et les codes sociaux changent, les lignes bougent. L’intellectuel et écrivain André Lye Mudaba Yoka, 69 ans, analyse les évolutions marquantes de sa Kin natale. Une ville pleine d’énergie, qui n’arrête pas de grandir, qui ne dort que très peu, et où Dieu n’est jamais très loin. Jeune Afrique : Quelles sont les conséquences...
(Jeune Afrique 02/08/17)
Fedorah Bikay, jeune diplômée congolaise, membre de l'ONG Congo Green Citizen, se bat afin d'informer et d'éduquer la population sur la gestion des déchets et la préservation de la biodiversité. Sa vidéo Banquise de bouteilles en plastique, publiée sur le site de France 24, a fait le tour des réseaux sociaux. Fedorah Bikay, militante écologiste, a filmé ces millions de bouteilles échouées sur les rives du fleuve Congo, à Kinsula, en aval de Kinshasa, le 27 avril. Trois mois plus tard, elles sont toujours là, malgré l’alarme lancée par Congo Green Citizen, une ONG fondée par un collectif de jeunes, avec l’objectif d’éduquer, de former et d’informer sur les questions environnementales. Fedorah Bikay a rejoint cette organisation en 2015, après...
(Jeune Afrique 02/08/17)
Il a remporté de nombreux prix, exposé avec succès en Afrique comme en Europe et est aujourd’hui une valeur sûre de la peinture congolaise. Doudou Mbemba, « Douze » car il est le douzième de sa fratrie, est né à Boma, dans le Kongo-Central, pas si loin de Kinshasa. Il y a une quarantaine d’années, dans les rues poussiéreuses de sa ville natale, il s’amusait, à la plus grande joie de ses camarades, à caricaturer ses professeurs. Une pochade qui le mènera quelques années plus tard sur les bancs de la fameuse Académie des beaux-arts de Kinshasa, d’où sont sortis de nombreux artistes. Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/459364/culture/rdc-douze-mbemba-reve-dex...
(AFP 01/08/17)
Reporters sans frontières (RSF) et son partenaire africain Journaliste en danger (JED) ont déploré mardi les arrestations de journalistes dans plusieurs villes de la République démocratique du Congo (RDC) la veille lors de rassemblements à l'initiative de mouvements citoyens pour demander la tenue d'élections. "Lundi 31 juillet, ce sont au moins 15 journalistes qui ont été interpellés, arrêtés, et parfois même agressés", écrivent les ONG dans un communiqué, qui ajoute: "Les journalistes ont été relâchés, mais la plupart de leurs images ont été effacées". Les arrestations ont touché aussi bien les correspondants locaux que ceux de médias étrangers, selon les deux organisations qui citent les collaborateurs de la BBC et de RFI...
(AFP 01/08/17)
La première d'une série de mobilisations contre le président Joseph Kabila en République démocratique du Congo s'est soldée lundi par l'interpellation de dizaines de manifestants et journalistes dans plusieurs villes de ce pays englué dans une crise politique profonde. Le mouvement congolais de jeunes indignés Lutte pour le changement (Lucha) avait appelé à "une marche pacifique" sur toute l'étendue de la RDC "pour dire non à la présidence à vie de M. Kabila et exiger les élections avant la fin de cette année". A Goma, plus de 250 manifestants ont répondu à l'appel et à Kinshasa une centaine de personnes avait convergé dans le centre vers le boulevard Triomphal, lieu de départ prévu pour la marche...
(Libération 01/08/17)
Joseph Kabila aurait dû quitter la présidence de la République démocratique du Congo en décembre 2016 mais faute d'élections, il s'y accroche. De nouvelles manifestations se sont déroulées lundi, dans tout le pays, pour demander son retrait. «Kabila = dégage», brandit la foule. A l’appel de l’opposant Moïse Katumbi, contraint à l’exil à Bruxelles, la population s’est mobilisée lundi pour demander le départ du président Kabila. La république démocratique du Congo (RDC) vit une situation exceptionnelle. Si habituellement, les chefs d’Etat optent pour un changement constitutionnel pour briguer un troisième mandat, Joseph Kabila, lui, n’a même pas pris cette peine. Selon lui, l’instabilité du pays ne permet pas d’organiser le scrutin, qui aurait dû se tenir le 19 décembre dernier...

Pages