| Africatime
Mardi 25 Avril 2017
(Afrikarabia 11/04/17)
L’opposition n’a pas pu manifester dans les rues ce lundi pour protester contre le non-respect de l’accord politique du 31 décembre. La marche avait été interdite par les autorités congolaises et une forte présence policière a empêché tout rassemblement. Ce devait être une marche de protestation contre le président Joseph Kabila qui devait se terminer en face du palais de la Nation… mais la grande mobilisation populaire tant espérée par l’opposition n’a pas eu lieu. La bouillonnante capitale congolaise s’est tout de même transformée en ville morte ce lundi : rues désertes, magasins fermés, transports au ralenti… les Kinois sont massivement restés à la maison. Et pour cause. Les autorités congolaises avaient interdit la manifestation et le dispositif policier installé...
(RFI 11/04/17)
Le Rassemblement de l'opposition a appelé à manifester ce lundi 10 avril contre le président Joseph Kabila. La nomination du nouveau Premier ministre Bruno Tshibala, dissident de la plateforme, n'a pas calmé les tensions. Au contraire, le Rassemblement de l'opposition accuse le président congolais de « mauvaise foi » et de ne pas respecter l'accord du 31 décembre 2016 sur le partage du pouvoir. Finalement, cette journée de mobilisation ressemble plutôt à une journée ville morte dans la capitale. A Kinshasa, toutes les activités ont tourné au ralenti, ce lundi 10 avril.
(Jeune Afrique 11/04/17)
En république démocratique du Congo, les jours de protestation se suivent et les modes de mobilisation se ressemblent. Mais leurs succès sont variables… Le fonctionnement de l’être humain est alambiqué. On sait déjà que pour obtenir la main, il vaut mieux demander le bras et que pour savoir le vrai, il faut prêcher le faux. En République démocratique du Congo, il semble que pour obtenir une ville morte, il vaut mieux appeler la population à sortir massivement. C’est que l’invitation à la « cité fantôme » a été tant de fois utilisée que le public se blase. Il finit toujours par sortir dans les rues, à la recherche de sa pitance quotidienne. Quand on exhorte à former des cortèges vindicatifs...
(Le Monde 11/04/17)
En exil depuis près d’un an, l’ancien gouverneur de la province du Katanga, en RDC, appelle les Congolais à manifester pacifiquement contre le régime. Cela fait près d’un an que Moïse Katumbi n’a pas mis les pieds en République démocratique du Congo (RDC). Il se dit pourtant candidat à l’élection présidentielle qui devrait se tenir fin 2017. Autrefois allié au président Joseph Kabila, le richissime ex-gouverneur de la province du Katanga a rejoint en 2015 le Rassemblement de l’opposition. Quelques semaines après l’annonce de sa candidature, en mai 2016, il a été condamné à trois ans de prison par la justice congolaise, qui l’accuse d’être impliqué dans une affaire de spoliation immobilière, le rendant ainsi inéligible. Soupçonné d’avoir recruté des...
(BBC 11/04/17)
En République démocratique du Congo , la marche convoquée par le Rassemblement de l'opposition lundi dans la capitale Kinshasa n'a pas eu lieu. Elle a été interdite par les autorités qui avaient averti que les forces de l'ordre disperseraient tout regroupement de plus de 10 personnes, un important dispositif sécuritaire a été déployé. La journée de protestation s'est plutôt transformée en ville morte. Les organisateurs de la marche (UDPS et Rassemblement) avaient indiqué qu'ils comptent marcher jusqu'au palais présidentiel. Dimanche, Félix Tshisekedi, président du Rassemblement, a accusé le président congolais Joseph Kabila de ''multiplier les manœuvres politiciennes qui enfoncent davantage la RDC dans le chaos''.
(Le Pays 11/04/17)
Le mandat du président congolais a expiré le 17 décembre 2016. Pour calmer la protestation, Joseph Kabila s’était engagé à nommer un Premier ministre proposé par l’opposition. Mais Kabila contourne habilement cet accord. On avait eu la faiblesse de croire qu’avec l’accord politique de la Saint-Sylvestre, laborieusement arraché par l’Église catholique, la RDC sortirait enfin la tête de l’eau pour organiser dans la sérénité les échéances électorales, ô combien importantes, qui se profilent à l’horizon. C’était sans compter non seulement sur la roublardise de Joseph Kabila, mais aussi les querelles byzantines de l’opposition autour des postes. Aujourd’hui, avec la nomination [le 7 avril] de Bruno Tshibala Nzenze au poste de Premier ministre, cette triste réalité se manifeste dans toute sa...
(Le Point 11/04/17)
Deuxième prix du meilleur documentaire au Fespaco 2017, Gilbert Balufu est le symbole d'une RD Congo où le septième art a encore droit de cité. Congo ! Le silence des crimes oubliés fait partie de ces œuvres qui rappellent à ceux qui l'auraient oublié que la RD Congo n'est pas seulement un pays de politique. Au dernier Fespaco, cet opus a été gratifié du deuxième prix du meilleur documentaire. Écrit par un enfant du pays, Gilbert Balufu, il a été produit par DipandaYo ! Films production, le département production de la Compagnie de l'audiovisuel et de la communication que le cinéaste a fondée en 1992 avec son frère Balufu Bakupa-Kanyinda. Avant Ouagadougou, le documentaire avait déjà été dans la sélection...
(Agence d'information d'afrique centrale 11/04/17)
Après cinq ans sans un nouveau cas de Poliovirus, la RDC vient d’organiser du 9 au 11 avril les Journées nationales de vaccination contre la polio et se rapproche du but : l’éradication définitive de la polio sur son sol. Cela à travers une immense campagne de vaccination contre la polio dont le lancement officiel a eu lieu à Kindu, Chef-lieu provincial du Maniema. Cette campagne de vaccination organisée par le ministère de la Santé publique à travers son programme élargi de vaccination grâce à l’appui de ses partenaires a été lancé par le ministre national sortant de la Santé pubique, Oly Ilunga. C’était à la Tribune centrale de Kindu, dans la commune de Kasuku, en présence des députés nationaux...
(AFP 10/04/17)
Un appel à manifester à Kinshasa contre le président Joseph Kabila lancé par le parti historique de l'opposition congolaise s'est perdu dans le vide lundi, la population se terrant massivement chez elle après l'interdiction de tout rassemblement. A la mi-journée, la bouillonnante capitale de la République démocratique du Congo était une ville fantôme. Le vacarme de la mégapole de quelque 10 millions d'habitants habituée aux violences à caractère politique a fait place au silence caractéristique des journées de tension, alors que la présence policière et militaire était visible.
(RFI 10/04/17)
Sur RFI, le nouveau Premier ministre de la RDC, Bruno Tshibala Nzenze, a tendu la main à ses anciens amis de l'opposition. De son côté, l'Union européenne s'est dite inquiète de débordements, étant donné le « manque de consensus » autour de cette nomination. Bruno Tshibala Nzenze appelle l'opposition à travailler ensemble durant son mandat qui doit conduire à l'organisation des élections. Pour lui, depuis l'accord signé le 31 décembre, le gouvernement est dans « la logique du consensus, du rassemblement, de l'unité », assurant qu'il compte travailler « avec tout le monde ». Il assure incarner le Rassemblement, comme l'accord le prévoit l'accord et contrairement à ce qu'affirme la principale plateforme d'opposition. De l'UDPS à la société civile, «...
(La Voix de l'Amérique 10/04/17)
L'appel à manifester à Kinshasa contre le président Joseph Kabila, lancé par le parti historique de l'opposition congolaise, s'est perdu dans le vide lundi alors que les habitants se terraient majoritairement chez eux. En fin de matinée, la bouillonnante capitale de la République démocratique du Congo était une ville fantôme. La très faible activité qui avait pu être constatée tôt lundi était retombée: rues pratiquement désertes, commerces fermés, transports en commun presque inexistants. Le vacarme habituel de la mégapole de quelque 10 millions d'habitants habituée aux violences à caractère politique avait fait place au silence reconnaissable des journées de haute tension. Vers 10h30 (09h30 GMT), le rond-point de l'échangeur de Limete, dans le centre-est de la ville, d'où devait partir...
(La Voix de l'Amérique 10/04/17)
L’Union européenne (UE) dit, dans une déclaration, observer "le manque de consensus" sur la nomination du nouveau Premier ministre et "marque sa grande inquiétude " à ce sujet . "L’Union européenne (UE) prend note du discours du Président Joseph Kabila du 5 avril sur l'état de la Nation, suivi par la désignation d’un nouveau Premier Ministre, contrairement à la lettre et à l’esprit de l’Accord du 31 décembre 2016", indique une déclaration publiée samedi. Le président Kabila a nommé vendredi comme Premier ministre Bruno Tshibala, secrétaire général adjoint de l’UDPS (Union pour la démocratie et le progrès social, parti-phare de l’opposition) et porte-parole du Rassemblement, comme Premier ministre. La nomination d'est faite sur base de cet accord, selon le décret...
(RFI 10/04/17)
En République démocratique du Congo (RDC), le Rassemblement des forces acquises au changement fait face aux divergences sur la nomination du nouveau chef du gouvernement, Bruno Tshibala, vendredi 7 avril. Le chef du mouvement d'opposition Félix Tshisekedi considère que cette nomination va à l'encontre de l'accord du 31 décembre, quand le président de l’Union des libéraux démocrates (ULD), Raphaël Katebe Katoto estime le contraire. Dans une interview accordée à RFI, Félix Tshisekedi estime qu'à travers la nomination du nouveau chef du gouvernement, le président Joseph Kabila est bien sorti de l'accord. « Cette décision qui n’a rien à voir, ni avec l’accord, ni avec le Rassemblement, est une conséquence des tripatouillages du pouvoir en place, organisés autour d’individus instrumentalisés par...
(AFP 10/04/17)
La police de République démocratique du Congo a annoncé dimanche soir avoir interdit à Kinshasa et dans l'ensemble du pays les rassemblements prévus lundi à l'appel de l'opposition, qui a accusé le président Joseph Kabila d'être le "principal obstacle au processus démocratique" dans le pays. "La marche est interdite (car) son itinéraire comporte les germes de l'insurrection", a déclaré à l'AFP le colonel Pierrot-Rombaut Mwanamputu, porte-parole de la police congolaise, qui a précisé que cette interdiction concernait l'ensemble du territoire de RDC. "Tout attroupement de plus de dix personnes sera dispersé" par la police, a-t-il indiqué. Cet appel à manifester a été lancé par l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS)...
(APA 10/04/17)
APA Kinshasa (RDC) - La nomination de Bruno Tshibala à la primature inquiète l’Union européenne, selon une déclaration rendue publique samedi à Kinshasa par sa délégation en RDC. « L’Union européenne (UE) prend note du discours du Président Kabila du 5 avril sur l’état de la Nation, suivi par la désignation d’un nouveau Premier Ministre, contrairement à la lettre et à l’esprit de l’Accord du 31 décembre 2016. Elle observe le manque de consensus sur cette nomination et marque sa grande inquiétude à ce sujet », souligne l’Union européenne dans sa déclaration. Par conséquent, l’UE soutient la nouvelle résolution 2348 du Conseil de sécurité des Nations unies pour la mise en œuvre rapide de l’accord du 31 décembre. Car, selon...
(APA 10/04/17)
APA-Kinshasa (RDC) - Une cinquantaine de personnes ont été tuées lors des affrontements de jeudi et vendredi derniers entre les présumés miliciens Kamwina Nsapu et l’armée dans les villages de Kabawu, Sungi et Sangila (centre de la RDC). Il ne s’agit là que d’un bilan provisoire, a indiqué le coordinateur de la chefferie de Bushong à Mweka, Albert Nkashama. Plusieurs corps des victimes identifiées comme des miliciens Kamwina Nsapu gisaient un peu partout tandis qu’un militaire des Forces armées de la RDC (FARDC) grièvement blessé aux jambes était admis aux soins dans un centre de santé de Sangila. «Les inciviques ont été mis en déroute par les commandos des FARDC et le nombre de tués serait de soixante», a indiqué,...
(Jeune Afrique 10/04/17)
Personnage légendaire de la mythologie médiévale européenne, héros d’un blockbuster animé signé Disney, le mage Merlin, dit l’Enchanteur, avait deux dons : la métamorphose et la capacité à transformer l’apparence d’autrui. Un millénaire plus tard, le druide centenaire des forêts galloises à la barbe blanche s’est réincarné en un chef d’État de 45 ans à la chevelure de jais (chacun a pu remarquer qu’il vient de changer de coiffure), tapi dans sa résidence à la courbe d’un fleuve équatorial. Se faire l’arbitre d’une crise provoquée par son maintien au pouvoir : tel est l’exploit auquel vient de se livrer l’alchimiste de Kinshasa, puissamment aidé en ce tour d’acrobate par une classe politique incurablement « zaïroise » – c’est-à-dire fébrile, scissipare et en...
(Xinhua 10/04/17)
CONAKRY, (Xinhua) -- Le président guinéen Alpha Condé en sa qualité de président en exercice de l'Union africaine s'active dans la résolution de la crise politique qui secoue la République démocratique du Congo, depuis des nombreuses années. C'est dans cette perspective qu'une délégation de la RDC conduite par le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu, a été reçue en audience vendredi par le président Alpha Condé. Selon le bureau de presse de la présidence de la République, cette délégation était venue faire le point de la situation politique qui prévaut actuellement en RDC et les voies et moyens pour trouver une solution pouvant désamorcer ladite crise. Après une audience qui a duré quelques heures, le chef...
(APA 10/04/17)
APA-Kinshasa (RD Congo) - Le président du Rassemblement, Félix Tshisekedi, a confirmé dimanche, au cours d’une conférence de presse à Kinshasa, la marche pacifique programmée par l’opposition sur toute l’étendue du pays à partir du lundi 10 avril et appelé le secrétaire général de l’ONU à mener ses bons offices pour résoudre la crise politique en RDC. Le Rassemblement, aile Félix Tshisekedi-Pierre Lumbi, qui estime que le président « Kabila s’est soustrait de l’accord politique du 31 décembre 2016 » rejette la nomination de Bruno Tshibala au poste de premier ministre. Aussi, Félix Tshisekedi a appelé à manifester à partir de lundi 10 avril pour protester contre la violation de l’accord du 31 décembre 2016. Il appelle également le secrétaire...
(AFP 10/04/17)
Les autorités congolaises ont dénoncé vendredi la saisie en Zambie de plusieurs milliers de mètres cubes d'un bois rouge présumé provenir de République démocratique du Congo. Selon un diplomate zambien en poste au Congo, ces cargaisons ont été arraisonnées "parce que certains Zambiens, en complicité avec des Congolais, contournent l'interdiction de coupe et d'exportation du bois rouge de Zambie, en obtenant facilement par la fraude des documents d'exportation délivrés par la RDC pour du bois en réalité coupé sur le territoire zambien". "Il est inadmissible que le bois coupé sur le territoire congolais soit bloqué en Zambie", a déclaré à l'AFP le vice-ministre congolais de l'Environnement, Aje Matembo, en mission à Lubumbashi, capitale du Haut-Katanga, province du sud-est de la...

Pages