Lundi 24 Juillet 2017
(AFP 13/07/17)
De nouveaux sites possibles de fosses communes, au nombre de 38, ont été découverts en République démocratique du Congo, dans la région centrale du Kasaï, secouée depuis près de neuf mois par des violences, a déclaré l'ONU mercredi. Au moins 80 fosses communes ont été recensées dans la région, qui a connu une montée de la violence entre les forces de sécurité locales et une milice tribale, les Kamwina Nsapu, depuis septembre. La communauté internationale a tiré la sonnette d'alarme à propos de ces violences, qui ont causé la mort de plus de 3.000 personnes, d'après des chiffres rassemblés par l’Église...
(RFI 13/07/17)
Innocent Banga Karaba, journaliste de la radio-télé d'État, a été tué dans sa parcelle d'un coup à la nuque par un homme non-identifié mercredi 12 juillet à Bunia, capitale de la province de l'Ituri dans le nord-est de la République démocratique du Congo. L'Union nationale de la presse du Congo de l'Ituri a immédiatement décrété une journée sans média. Une trentaine de journalistes se sont rendus au gouvernorat où ils ont été reçus par le vice-gouverneur qui leur a assuré qu'une enquête sérieuse allait être menée pour identifier l'assassin, sans vraiment convaincre. Pour Kasonga Tshilunde, président de l'Union nationale de la presse du Congo, les auteurs de tels crimes envers les journalistes sont rarement arrêtés. Une impunité qu'il dénonce. Lire...
(AFP 13/07/17)
NEW YORK (Nations Unies), (Xinhua) -- Devant le Conseil de sécurité, le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix Jean-Pierre Lacroix a déploré mardi la mise en œuvre "largement insuffisante" de l'accord politique du 31 décembre 2016, censée régir la transition en cours et baliser le chemin vers les élections en République démocratique du Congo (RDC). Il y a six mois, a-t-il rappelé, le second mandat du président de la RDC, Joseph Kabila, arrivait à son terme. Dans ce contexte, la signature de l'accord du 31 décembre 2016 par tous les acteurs politiques a permis "d'éviter une crise grave". Le secrétaire général adjoint a indiqué que cet accord "a tracé les contours de la transition en cours",...
(RFI 13/07/17)
C'est une nouvelle découverte macabre en RDC, 38 nouvelles fosses communes ont été identifiées au Kasaï, au centre du pays par les Nations unies. Des nouveaux sites qui portent à au moins 80 le nombre de charniers découverts depuis le début de l'insurrection des miliciens Kamuina Nsapu en août 2016. Ces nouvelles tombes ont été découvertes la semaine dernière au cours d'une mission de reconnaissance conjointe entre l'ONU et les enquêteurs militaires congolais dans la province du Kasaï. 31 fosses communes sur quatre sites différents autour de la localité de Diboko, sur le territoire de Kamonia...
(APA 13/07/17)
APA Kinshasa (RDC). - Le journaliste Innocent Banga Karaba de la Radio-télévision nationale congolaise (RTNC) a été abattu par un inconnu vers 4 heures du matin (heure locale), mercredi 12 juillet à son domicile à Bunia, dans la province de l’Ituri, annonce radio Okapi. Selon ses collègues, la victime était programmée pour présenter le journal parlé de ce mercredi à 6h30’. C’est pendant qu’il s’apprêtait à se rendre à la radio qu’un inconnu lui a assené un coup de pilon à la nuque alors qu’il revenait des lieux d’aisance. L’auteur du crime s’est enfui sans être identifié. La victime a rendu l’âme à son arrivée dans un centre de santé où elle a été acheminée. Cet avant-midi, les journalistes ont...
(Xinhua 13/07/17)
KINSHASA, (Xinhua) -- En juin 2016, la République démocratique du Congo (RDC) comptait 1,7 million de personnes déplacées et un an plus tard, elle devient le pays africain le plus affecté par les déplacements internes avec 3,8 millions de déplacés, rapporte un communiqué du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA), publié mercredi. D'après OCHA, cette forte augmentation qui dépasse la population de Bruxelles est née des violences dans la région du Kasaï qui ont poussé plus de 1,3 million de personnes à quitter leurs habitations, ainsi que dans les provinces du Tanganyika et du Nord-Kivu. "15 provinces, soit plus de la moitié des 26 provinces que compte la RDC, abritent des personnes déplacées internes. A lui...
(RFI 13/07/17)
Les élections risquent de ne pas avoir lieu à la fin de cette année. De passage à Paris, Corneille Nangaa, le président de la Céni, a évoqué cette éventualité. Sa déclaration a été appuyée par la Majorité présidentielle. L'opposition dans sa diversité l'a décriée. Et comment cette éventualité du report des élections est-elle perçue au sein de la population ? Ils sont nombreux ceux qui croient que le régime s'est servi de l'Accord du 31 décembre pour endormir l'opinion... Notre correspondant a recueilli le sentiment des Congolas. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/afrique/20170713-elections-rdc-paroles-congolais-report
(Afrique sur 7 13/07/17)
En République Démocratique du Congo (RDC), les fosses communes se multiplient à une vitesse vertigineuse dans la région du Kazaï. Après environ 80 fosses communes découvertes il y a quelques temps, 38 nouvelles fosses communes viennent d’être découvertes. L’horreur en ce moment a un nom: il se nomme le Kazaï, à cause de nombreuses fosses communes qu’on y découvre chaque jour. Quand on estime à près de 400 morts le nombre de dépouilles qu’une fosse moyenne et modeste peut contenir, allons-y voir avec plus cent fosses communes découvertes! Pour rappel, la RDC est devenue un foyer de tensions et de violences en 2016, lorsque Jean-Pierre Mpandi, chef de Kamwina Nsapu (une milice tribale), a pris les armes contre le pouvoir...
(AFP 12/07/17)
Sept personnes ont été tuées dans des affrontements entre l'armée congolaise et une milice pour le contrôle de la localité d'Ishasha, frontalière de l'Ouganda, dans le territoire de Rutshuru dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris mercredi de source militaire. Des combats ont éclaté à l'aube dans la localité d'Ishasha, "le bilan provisoire est de cinq Maï-Maï tués et deux militaires des FARDC (Forces armées de la RDC) décédés des suites de leurs blessures", a déclaré à l'AFP le major Guillaume Ndjike, porte-parole de l'armée dans le Nord-Kivu. "L'attaque des Maï-Maï Charles Kakule (identifiés par les noms de leur chef, NDLR) sur notre position à Ishasha a eu lieu vers 05h00 (03h00 GMT) mardi. Ils ont contrôlé...
(AFP 12/07/17)
Une épidémie de choléra a causé la mort de quatre personnes et contaminé plusieurs centaines d'autres à Goma et sa périphérie au Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris mercredi de source officielle. "Nous faisons, depuis le 5 juillet, face à une épidémie de choléra à Goma et à Nyiragongo ayant fait plusieurs victimes dont 4 décès et 578 cas" enregistrés par les services médicaux du Nord-Kivu, a déclaré à l'AFP Me Feler Lutaïchirwa, vice-gouverneur de la province. La cause de cette épidémie est liée au manque d'eau, à l'insalubrité et à "la non observation des règles élémentaires d'hygiène", a ajouté M. Lutaïchirwa, invitant la population "à consommer de l'eau potable...
(AFP 12/07/17)
L'ONU a dénombré 80.000 personnes déplacées, en six jours, fuyant des violents combats entre une milice et l'armée congolaise dans le territoire de Fizi au Sud-Kivu dans l'Est de la République démocratique du Congo, a appris l'AFP mercredi de l'ONU. Le 29 juin, des combats ont éclaté entre l'armée congolaise et les miliciens Maï-Maï Yakotumba qui ont pris le contrôle de quatre localités en un jour avant d'en être délogés et repoussés cinq jours plus tard. Les deux parties avaient utilisé armes lourdes et légères, tuant au moins douze personnes. "Plus de 80.000 personnes ont fui leurs domiciles suite aux combats entre l'armée et les Maï-Maï du 29 Juin au 05 Juillet dans le territoire de Fizi", a déclaré Maman...
(AFP 12/07/17)
Les Etats-Unis ont menacé mardi la République démocratique du Congo (RDC) de sanctions si les élections ne se déroulaient pas comme prévu cette année et ont exhorté le Conseil de sécurité des Nations unies à punir les responsables des violences. Un accord conclu l'année dernière, soutenu par le Conseil de sécurité, autorise le président Joseph Kabila à rester au pouvoir au-delà de son mandat --achevé le 20 décembre 2016-- jusqu'à la tenue d'élections d'ici fin 2017. Mais l'inquiétude grandit sur un possible effondrement de cet accord après les propos du chef de la commission électorale qui a déclaré la semaine dernière que le vote n'aurait probablement pas lieu cette année. "Les retards sur les élections ne peuvent pas continuer", a...
(AFP 12/07/17)
Un journaliste de la radio-télé d’État a été tué mercredi à l'aube à Bunia, capitale de la province de l'Ituri dans le nord-est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de sources concordantes. "Un journaliste de la RTNC (Radio-télévision nationale congolaise) a été tué vers 4h00 par une personne non encore identifiée qui l'a assommé avec un objet contondant ayant causé sa mort", a déclaré à l'AFP le vice gouverneur de l'Ituri, Pacifique Keta. "Notre confrère Banga Karaba de la RTNC a été tué par un inconnu qui s'était introduit dans sa parcelle à l'aube", a déclaré pour sa part Serge Karba...
(La Croix 12/07/17)
L’annonce, le 7 juillet, d’un nouveau report de l’élection présidentielle en République Démocratique du Congo (RDC), paralyse un paysage politique déjà crispé. L’opposition dénonce une manipulation du chef de l’État Joseph Kabila pour se maintenir au pouvoir. Le report était pressenti, il a pourtant fait un tollé. Lorsque le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), Corneille Nangaa, a annoncé depuis Paris que les élections présidentielles congolaises ne pourraient être organisées pour la fin 2017 comme le prévoyaient les accords de paix de la Saint Sylvestre, l’opposition s’est indignée. Le motif avancé, l’insécurité dans le pays et des problèmes techniques pour organiser le vote, n’a pas satisfait les opposants au chef de l’État Joseph Kabila. « [Lui] et sa...
(AFP 12/07/17)
La principale coalition d'opposition congolaise a préconisé mardi à Kinshasa l'organisation d'une "transition de six mois" sans le chef de l'Etat Joseph Kabila en 2018, si la présidentielle n'est pas organisée au plus tard le 31 décembre 2017 en République démocratique du Congo. "Lorsque nous constaterons au 31 décembre 2017, qu'il n'y a pas eu de présidentielle, nous organiserons une courte transition de six mois maximum sans Joseph Kabila", a déclaré Félix Tshisekedi, président du Rassemblement de l'opposition, la coalition créée par son père, l'opposant historique défunt Étienne Tshisekedi, dans un meeting.
(RFI 12/07/17)
Le week-end dernier à plusieurs reprises, Corneille Nangaa, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), a expliqué que les élections ne pourraient être techniquement organisées avant la date-butoir du 31 décembre 2017, comme le prévoit un accord politique signé en décembre 2016. Cette annonce qui ne dit pas son nom a suscité une levée de bouclier de l'opposition congolaise mais aussi de la communauté internationale. Dans l'accord signé le 31 décembre 2016, pouvoir et opposition s'étaient engagés à organiser les élections présidentielle, législatives et provinciales « au plus tard en décembre 2017 » en République démocratique du Congo (RDC). Mais le texte leur laisse la possibilité de revenir sur cette date à une condition : si le Conseil...
(Jeune Afrique 12/07/17)
Le procès sur l'assassinat des experts de l'ONU dans le Kasaï se poursuit à pas de tortue. Me Serge Nseka, avocat des suspects dénonce la procédure et demande plus de preuves. Il faudra attendre encore quelques jours avant la reprise du procès sur l’assassinat de l’Américain Michael Sharp et de la Suédoise Zaida Catalán qui s’annonce complexe. Le tribunal militaire de Kananga, chef lieu de la province du Kasaï-central a, à nouveau, repoussé l’audience au 17 juillet. L’audience s’était d’abord ouverte le 5 juin 2017, elle a été suspendue, avant de reprendre le 12 juin. Plusieurs raisons expliquent ces reports successifs. En premier lieu, sur les 18 personnes considérées comme des suspects dans cette affaire, seulement quatre se retrouvent jusqu’ici...
(APA 12/07/17)
APA Kinshasa (RDC).- L’annonce faite par le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) sur « l’impossibilité » d’organiser les élections cette année est une « déclaration de guerre au peuple congolais », estime la plateforme de l’opposition le Rassemblement, dans une déclaration signée par son président, Félix Tshisekedi. Le Rassemblement qui accuse le président Kabila d’être l’initiateur de cette «déclaration de guerres» dénonce « cette fuite en avant » et n’entend pas « cautionner l’entreprise de confiscation de la liberté des Congolais de se choisir leurs dirigeants». La même déclaration souligne que le président de la CENI sera «personnellement tenu pour responsable» du «décalage dans l’organisation des élections qui doivent se tenir à la fin de cette année»...
(Jeune Afrique 12/07/17)
Dans une RD Congo en pleine crise politique, le barrage hydroélectrique Inga III semblait s’enliser. Grâce à un consortium unique issu des deux groupements encore en lice, les autorités espèrent le relancer. En obtenant des deux derniers groupements encore en lice qu’ils unissent leurs forces en un seul et même consortium pour le barrage d’Inga III, Bruno Kapandji, pilote de l’agence chargée du chantier (lire ci-contre), montre que le premier élément du complexe hydroélectrique du Grand Inga – qui prévoit cinq autres barrages –, continue d’avancer bon an mal an. « Les Européens [emmenés par l’espagnol ACS] et les Chinois [pilotés par China Three Gorges Corporation] vont travailler de concert et présenteront une offre unique d’ici à la fin de...
(BBC 12/07/17)
Le Secrétaire Général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l'ONU, Jean-Pierre Lacroix, déplore la mise en œuvre ''largement insuffisante'' de l'Accord politique du 31 décembre 2016 en République démocratique du Congo. C'était à l'occasion de l'examen mardi par le Conseil de sécurité de la situation dans ce pays. Selon l'ONU, entre mai et juin le nombre de personnes déplacées a augmenté de 26 % pour atteindre 1,3 millions. C'est la conséquence de la situation sécuritaire très volatile notamment dans les régions Est et Ouest du pays. ''Les institutions de la transition ne sont toujours pas en place et le consensus qui a marqué des avancées il y a quelques mois s'est progressivement effrité'', a déploré Jean Pierre...

Pages