Jeudi 25 Mai 2017
(RFI 17/05/17)
Une vision morose de la situation politique du pays, une cote de popularité en baisse pour le président Kabila, ou la difficile émergence d'un leader de l'opposition après la mort d'Etienne Tshisekedi, ce sont les principaux enseignements d'un sondage d'opinion publié mardi 16 mai par le Groupe de recherche sur le Congo de l'université de New York et un bureau d'études, le BERCI. Un sondage réalisé en février et avril 2017 à l'échelle nationale, sur échantillon de plus de 1 000 Congolais majeurs, avec une marge d'erreur de +/-3% et qui comporte des comparaisons avec un précédent sondage des mêmes acteurs réalisés en mai 2016. Les Congolais sont pessimistes sur la situation politique : 77% estiment que la RDC prend...
(Xinhua 17/05/17)
KINSHASA, (Xinhua) -- Des miliciens de la secte Bundu dia Kongo ont attaqué la prison centrale de Makala à Kinshasa mercredi matin vers 4h pour libérer leur leader, Ne Mwanda Nsemi, et plusieurs autres prisonniers, a confirmé Alexis Thambwe Mwamba, ministre congolais de la Justice. "Ne Mwanda Nsemi a ainsi pris la fuite, avec d'autres prisonniers. Mais la situation est sous contrôle. Des éléments des forces de l'ordre envoyés en renfort viennent d'entrer dans la prison où le chef des opérations de la police sur place a été pris à parti par les miliciens Bundu dia Kongo", a déclaré mercredi matin le ministre de la Justice Alexis Thambwe Mwamba à la télévision nationale RTNC. Selon le ministre de la Justice,...
(La Voix de l'Amérique 17/05/17)
Réapparue depuis quelques semaines dans le nord-est de la République Démocratique du Congo et déclarée, l’épidémie d’Ebola a fait au moins 5 morts sur les 9 cas identifiés selon le gouvernement congolais. "Ebola est une maladie qui nous frappe sans prévenir. Le virus vit en Afrique Central dans la forêt et une grande partie de la forêt équatoriale se trouve en République Démocratique du Congo" a déclaré sur VOA Afrique Docteur Miatudila Malonga qui a découvert le virus Ebola pour la première fois en République Démocratique du Congo en 1976. De par sa zone géographique la RDC est plus exposée au virus d’Ebola que d’autres pays. Il arrive d'ailleurs parfois que les populations près de la forêt équatoriale rentrent dans...
(Afrique sur 7 17/05/17)
En République Démocratique du Congo (RDC), c’est l’heure du bilan des exploits de l’Armée contre les miliciens de Kamwina Nsapu. Depuis le mois de Mars dernier jusqu’à ce jour, les miliciens de Kamwina Nsapu et l’Armée de la RDC se livrent des combats sans merci. L’Armée de la République Démocratique du Congo (RDC) est très heureuse de raconter ses exploits contre les miliciens du chef Kamwina Nsapu. L’Armée, lors du bilan à mi-parcours des combats qui l’opposent à ces miliciens, n’a pas manqué de se targuer d’avoir ôté la vie à plus de 300 miliciens de Kamwina Nsapu. De manière précise et exacte, de mars 2017 à ce jour, l’Armée de la RDC dit avoir tué 390 miliciens qui leur...
(RFI 16/05/17)
Les Forces armées de RDC (FARDC) ont affirmé avoir repris la situation en main dans le Kasaï face à la milice Kamuina Nsapu, au cours d'une conférence de presse à l'Etat-major de l'armée à Kinshasa. Le général Léon Richard Kasonga, porte-parole des FARDC, en a profité pour appeler les miliciens à se rendre. L'armée congolaise a livré un bilan du nombre de morts depuis la fin du mois de mars dans la région du Kasaï. « Nous avons opéré de manière professionnelle et les résultats ne se sont pas fait attendre. Parmi les insurgés terroristes, nous avons 390 tués, 503 capturés, parmi lesquels 54 mineurs, a déclaré lundi 15 mai le général de brigade Léon-Richard Kasonga, porte-parole de l'armée, lors...
(AFP 16/05/17)
390 miliciens et 124 membres des forces de l'ordre ont été tués depuis fin mars dans le Kasaï, région du centre de la République démocratique du Congo secouée par des violences impliquant miliciens, policiers et soldats, selon l'armée. "Nous avons tué 390 miliciens" et nous avons enregistré "39 tués dans les rangs des FARDC (forces armées) ainsi que "85 policiers tués" dans ces opérations, a déclaré lundi le général de brigade Léon-Richard Kasonga, porte-parole de l'armée, lors d'une conférence de presse à Kinshasa.
(AFP 16/05/17)
Plusieurs milliers de réfugiés centrafricains sont arrivés en République démocratique du Congo à la suite d'un regain de violence dans la ville frontalière de Bangassou, a annoncé mardi le Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR). "Selon les premières estimations des autorités [congolaises] et du HCR, 2.750 réfugiés seraient arrivés pendant le weekend dans les provinces de Bas-Uélé et Nord-Ubangi", dans le Nord de la RDC, note le HCR dans un communiqué, qualifiant cet afflux de "massif". "L’afflux s’est poursuivi dans certaines localités au début de la semaine", ajoute le texte. Des combats entre groupes armés Séléka pro-musulmans et anti-Balaka majoritairement chrétiens, secouent Bangassou ville du sud-est de la Centrafrique, frontalière de la RDC.
(Le Point 16/05/17)
Après s'être entretenue avec Oly Ilunga, le ministre de la Santé de RDC, Matshidiso Moeti, directrice de l'OMS pour l'Afrique, a fait part de son "espoir". L'épidémie d'Ebola annoncée vendredi par les autorités de Kinshasa dans le nord-est de la République démocratique du Congo devrait pouvoir être contrôlée « rapidement », a déclaré samedi Matshidiso Moeti de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). La directrice de l'OMS pour l'Afrique a félicité les autorités pour leur réponse rapide face à cette nouvelle épidémie, la huitième à laquelle le pays doit faire face depuis la découverte du virus Ebola, sur son sol, en 1976. « Les actions sont déjà prises avec le gouverneur [de la province du Bas-Uélé] pour mobiliser le système...
(RFI 16/05/17)
La chute du maréchal Mobutu a lieu le 16 mai 1997. Ce jour-là, le Zaïre tourne la page du « Léopard ». Le lendemain, le 17, les troupes de l'AFDL entrent victorieuses dans Kinshasa, sans aucune résistance des Forces armées zaïroises. Le 16 mai, l'Histoire raconte que Mobutu se réveille la peur au ventre. Kabila a infiltré depuis des semaines Kinshasa et le gros de ses troupes stationne aux portes de la capitale. Le Léopard se sait lâcher par les Américains. Après l'échec de négociations sous l'égide de Nelson Mandela et d'Omar Bongo, Laurent Désiré Kabila annonce que « Mubutu est fini » : « Je sais qu’il est fini. Le pouvoir, il n’en aura plus. Il est assiégé maintenant,...
(BBC 16/05/17)
Avec le retour d'Ebola en République démocratique du Congo, l'Oms se prépare en cas d'urgence à utiliser les vaccins nouvellement développés pour faire face à une épidémie. L'alliance mondiale de vaccination GAVI a déclaré vendredi que 300 000 doses d'urgence d'un vaccin contre Ebola pourraient être disponibles en cas de flambée à grande échelle. Mais, elle précise qu'il appartient à l'OMS de déterminer "si et quand le déploiement du vaccin pour cette épidémie est justifié". Un porte-parole de l'OMS à Genève a indiqué lundi que son institution travaille avec des spécialistes pour mener une enquête épidémiologique afin de mieux comprendre l'étendue de l'épidémie actuelle et d'établir une fiche de personnes qui risquent d'être infectées par Ebola.
(RFI 16/05/17)
En République démocratique du Congo, les forces de l’ordre ont violemment réprimé, vendredi 12 mai, à Kinshasa, une marche de la ligue des femmes de l'Union pour démocratie et le progrès social (UDPS). Ces femmes combattantes de l'opposition se rendaient au siège de leur parti pour obtenir la libération des dirigeants qui y étaient retenus par la police, depuis la veille, sans explication. « La deuxième balle m’a atteint à la jambe et je ne savais plus bien marcher. Il a ensuite tiré une troisième balle », témoigne un combattant blessé. Militant de l'UDPS, ce jeune s'est joint, avec bien d'autres, au groupe des femmes que conduisait Divine Biakushila, la présidente de la Ligue des femmes du parti historique de...
(RFI 16/05/17)
C'était il y a tout juste 20 ans. Le 16 mai 1997 tombait Mobutu, l'homme qui avait régné d'une main de fer sur le Congo pendant trente-deux ans. Aujourd'hui, le journaliste français Jean-Pierre Langellier revient sur cette dictature dans une biographie très fouillée, « Mobutu », parue aux éditions Perrin. Comment ce personnage détesté par beaucoup de ses contemporains a-t-il pu rester si longtemps au pouvoir ? L'ancien chef du service étranger du journal Le Monde répond à nos questions. RFI : Quand on passe plusieurs mois avec un personnage, on finit par le trouver souvent sympathique, est-ce que Mobutu est un personnage sympathique ? Jean-Pierre Langellier : Il n’est pas totalement antipathique. Il est intrigant, par certains côtés attachant,...
(RFI 16/05/17)
En République démocratique du Congo (RDC), la majorité présidentielle appelle ses députés à l’unité pour investir le gouvernement Bruno Tshibala. Aubin Minaku, secrétaire général de cette famille politique et également président de l’Assemblée nationale, a réuni le bureau politique de la majorité, samedi 13 mai, à Kinshasa, pour trouver des réponses à cette situation. Les frustrations ont été nombreuses au sein de la majorité, après la publication du gouvernement. C’est donc pour gérer cette situation que le secrétaire général de la famille politique du chef de l’Etat, Aubin Minaku, a réuni le bureau politique. Au cours de cette rencontre - qui a duré quelques cinq heures - la majorité a constaté qu’il y a eu seulement des sentiments qui se...
(RFI 16/05/17)
Le général Joseph-Désiré Mobutu est arrivé au pouvoir, le 24 novembre 1965, à la faveur d’un coup d’Etat militaire, qui n’avait pas étonné outre mesure les diplomates en poste à Léopoldville. RFI a pu consulter la correspondance diplomatique récemment déclassifiée par le ministère français des Affaires étrangères. Ces télégrammes montrent que le coup de force n’avait pas provoqué la surprise, ni à Paris ni à Washington. A Léopoldville, il règne ce jour-là une atmosphère de kermesse. Sur la place Léopold II, où s’est massé un public nombreux, mais aussi à l’intérieur du Parlement. On attend avec fébrilité le général Mobutu, qui a pris le pouvoir « par amour de la nation », quelques jours auparavant (le 25 novembre 1965). Le...
(RFI 16/05/17)
Ce 16 mai est célébré le 20e anniversaire de la chute de Mobutu Sese Seko et de la prise de pouvoir de Laurent-Désiré Kabila au Zaïre, rebaptisé République démocratique du Congo. Portrait de cet homme surnommé le « Léopard ». A la télévision officielle, avant chaque édition du journal, on voyait Mobutu sortir des nuages, toque en peau de léopard vissée sur la tête. Cela donnait l'illusion d'un être surnaturel. Mobutu Moï, autrement dit Mobutu Le Soleil, ainsi était-il baptisé à l'issue de l'une des nombreuses initiations par des chefs coutumiers courtisans. Le président-fondateur du Mouvement populaire de la révolution, parti-Etat, était un homme courageux, un homme de défi. Il avait su surmonter bien de situations difficiles durant son long...
(France 24 16/05/17)
Quatre mois après la signature d'un accord historique entre majorité et opposition en RD Congo, l'instabilité politique et sécuritaire perdure. Bob Kabamba, professeur en Sciences politiques à l’université de Liège, livre son analyse à France 24. En République démocratique du Congo, la situation politique et le contexte sécuritaire se détériorent, quatre mois après la signature d’un accord entre la majorité et l’opposition censé permettre une transition pacifique, grâce à une cogestion du pays, jusqu’à la tenue de nouvelles élections fin 2017. Le professeur en Sciences politique à l’université de Liège, en Belgique, Bob Kabamba, spécialiste du pays, estime que la tenue de ces élections est aujourd’hui compromise en raison d’une absence de volonté politique, d’un manque de financement mais aussi...
(RFI 16/05/17)
L'OMS, l'Organisation mondiale de la santé, confirme un deuxième cas de contamination par le virus Ebola dans le nord de la RDC, après le recensement de 17 cas suspects cette semaine. Trois personnes ont succombé et deux des décès sont donc confirmés Ebola. Les organisations sanitaires et ONG comme MSF ou Alima, essaient de se rendre sur la zone du foyer. En RDC, l'enclavement de la zone touchée par Ebola complique le déploiement des équipes et du matériel, comme l’explique Régis Billaudel, le chef de mission de l’ONG Alima en RDC : « La première difficulté, c’est qu’on est dans des zones qui n’ont absolument pas de route. Les véhicules tous terrains ne peuvent pas passer, donc la plupart des...
(Jeune Afrique 16/05/17)
Vital Kamerhe a bien du mal à retrouver sa place dans le microcosme politique de Kinshasa. Côté opposition, on le soupçonne d’avoir gardé des liens avec le clan du président Joseph Kabila, quand du côté de la majorité il est toujours considéré comme un « traître » par les caciques du pouvoir. Dans le nouveau gouvernement, son parti, l’Union pour la nation congolaise (UNC), a même perdu deux maroquins (ministère du Commerce extérieur et vice-ministère de la Justice). Il ne lui reste plus que le Budget.
(France TV Info 16/05/17)
Les Casques bleus n’assurent plus la protection permanente du Dr Mukwege dans l’est du Congo. «L'homme qui répare les femmes» dans le Sud-Kivu est inquiet. La région est très instable. Sa vie et celles de ses patientes sont en danger. Depuis 1999, l’hôpital Panzi situé à Bukavu, dans l’est de la République démocratique du Congo, a accueilli et soigné plus de 40.000 femmes. Toutes ont été victimes de viols dans cette zone de conflits où sévissent des dizaines de groupes armés. «On risque notre vie quand on soigne dans le Kivu. Il n’y a pas d’Etat, pas de justice ni de police pour nous protéger. Même les Casques bleus ne nous protègent plus», révélait le 9 mai 2017, le Dr...
(RFI 16/05/17)
Il y a 20 ans, le maréchal Mobutu fuyait le Zaïre. Le général Joseph-Désiré Mobutu était arrivé au pouvoir le 24 novembre 1965 à la faveur d’un coup d’Etat militaire, qui n’avait à l'époque pas étonné outre mesure les diplomates français en poste à Léopoldville, l'actuelle Kinshasa. C'est du moins ce que montrent des archives récemment déclassifiées par le ministère français des Affaires étrangères et que RFI a pu consulter.

Pages