Lundi 29 Mai 2017
(BBC 19/05/17)
Au moins soixante prisonniers se sont échappés de la prison de Kasangulu, une ville située à 20 km de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo. Ces nouvelles évasions surviennent deux jours après que près des milliers de prisonniers se sont échappés de la prison de Makala. Kasangulu est situé dans la province du Congo central, un fief de la secte religieuse Bundu Dia Kongo. Les autorités ont accusé ce groupe d'avoir attaqué la prison de Makala pour libérer leur leader Ne Muanda Nsemi.
(AFP 19/05/17)
Des chercheurs ont découvert un anticorps qui neutralise les trois principales souches du virus Ebola en analysant le sang d'un survivant de la dernière épidémie en Afrique de l'Ouest. Cette découverte, publiée jeudi dans la revue américaine Cell, pourrait ouvrir la voie aux premier vaccin et antiviral dotés d'une efficacité étendue contre cet agent viral. Il n'y a pas encore de vaccin ou de traitement commercialisé pour prévenir ou traiter cette infection au taux de mortalité élevé. L'épidémie la plus étendue s'est produite dans quatre pays d'Afrique de l'Ouest entre 2013 et 2016, faisant plus de 11.000 morts sur les 29.000 personnes...
(RFI 19/05/17)
En RDC, nouveau cri d'alarme du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) pour les provinces du Kasaï au centre du pays. La situation humanitaire continue de s’y dégrader avec plus de 23 000 personnes qui ont fui les conflits en une semaine pour chercher refuge dans de nouvelles provinces jusqu'à présent pas affectées par la crise au Kasaï. En sept jours, 23 700 personnes ont fui des zones de conflit dans les Kasaï. Mais surtout pour la première fois, 2 200 personnes sont venue se réfugier dans une nouvelle province, celle du Kwilu. La crise humanitaire qui s'est développée dans les Kasaï touche donc désormais huit provinces s'alarme Yvon Edoumou, le porte-parole de l'agence de coordination...
(RFI 19/05/17)
Face à la résurgence du virus Ebola dans une province du nord de République démocratique du Congo, le gouvernement et ses partenaires internationaux ont dépêché sur place ces derniers jours une mission de haut niveau, qui vient de rentrer à Kinshasa. Pour l'heure, ce sont 29 cas qui ont été diagnostiqués en tout dans la province du Bas-Uélé. Trois personnes sont mortes. Tous les cas sont circonscrits à la localité de Lekati. La délégation comprenant le ministre de la Santé de RDC et les responsables de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont installé sur place des équipes qui sont désormais chargées de surveiller et de traiter les cas, pour éviter la dispersion de la maladie.
(La Voix de l'Amérique 19/05/17)
Les autorités congolaises ont déclaré qu’elles tiendront compte des circonstances atténuantes en cas de retour volontaire des prisonniers "contraints" la veille de s’évader de la principale prison du pays à Kinshasa. Le ministre de la Justice, Alexis Nthambwe Mwamba et le procureur général de la République, Flory Numbi Kabange, ont annoncé l’ouverture d’une enquête sur l’attaque et l’évasion, la veille, de la prison centrale de Makala dans la capitale congolaise. "Nous avons le film de l’attaque. Certains des évadés nous ont appelés indirectement pour nous dire qu’ils étaient contraints à s’évader et voudraient retourner en prison. Nous leur disons que nous tiendrons compte du fait qu’ils se soient volontairement rendus", a indiqué M. Thanmbwe. Les autorités congolaises refusent cependant, pour...
(Xinhua 19/05/17)
GENEVE, (Xinhua) -- Des experts médicaux sont en train de mener des efforts pour contenir l'épidémie d'Ebola dans la 'zone de santé' de Likati, une région reculée dans le nord de la République démocratique du Congo (RDC), à proximité de la République centrafricaine, a déclaré jeudi l'Organisation mondiale de la santé (OMS). La zone se trouve à 1.400 kilomètres de la capitale Kinshasa et à 350 kilomètres de la ville la plus proche, Kisangani. Il n'y a que 20 kilomètres de routes pavées dans cette zone et pratiquement pas de systèmes de télécommunications qui fonctionnent, selon un communiqué de l'agence. Le Directeur exécutif du Programme d'urgence sanitaire de l'OMS, le Dr Peter Salama, a déclaré à la presse que le...
(Jeune Afrique 19/05/17)
Après deux ans d'atermoiements, le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) envisage finalement de réintroduire la réforme du code minier, a indiqué l'agence Reuters, vendredi 19 mai. Le ministère des Mines prépare actuellement une nouvelle loi de réforme du code minier, qui sera bientôt présentée aux législateur. Contacté par Reuters, le ministre des Mines Martin Kabwelulu n’était pas disponible pour commenter la nouvelle. En mars 2015, un projet de loi de révision du code minier, qui prévoyait, entre autres, une augmentation des taxes et des redevances pour les compagnies minières, avait été approuvé par les législateurs. Mais face à l’opposition forte de l’industrie minière et à la chute des cours des métaux, le gouvernement avait annoncé avoir abandonné...
(Le Monde 19/05/17)
Restreintes en septembre 2015, les mesures de protection de « l’homme qui répare les femmes » ont été rétablies en mai. A l’issue d’une communication confuse. C’est une polémique qui a opposé deux grands acteurs médiatiques en République démocratique du Congo (RDC). D’un côté, le docteur Denis Mukwege et sa Fondation Panzi, rendus célèbres pour leur prise en charge des victimes de violences sexuelles. De l’autre, la Mission de l’organisation des Nations unies pour la stabilisation en RDC (Monusco), déployée depuis 1999. Deux figures la lutte contre la guerre qui sévit depuis plus de vingt ans dans la province du Sud-Kivu. Le 9 mai, Denis Mukwege, dans le journal La Croix, dénonçait l’interruption de sa protection par la Monusco. Il...
(Radio Okapi 19/05/17)
«Le gouvernement de la RDC a mis en place un plan de réponse évalué à 14 millions de dollars américains. Une équipe de gestion de crise (….) a été créée pour coordonner la réponse», a déclaré le ministre de la Santé publique, Dr Oly Ilunga Kalenga, lors de sa visite mercredi 17 mai dans la zone de santé de Likati, territoire d’Aketi (Bas-Uélé), où la maladie d’Ebola a été confirmée. La situation épidémiologique donne un total cumulé de 20 cas suspects, 3 décès et 2 cas confirmés d’Ebola, a indiqué un communiqué du ministère de la Santé jeudi 18 mai. Pour lutter contre cette la maladie, selon Dr Oly Ilunga Kalenga, la RDC travaille en étroite collaboration avec ses partenaires...
(La Voix de l'Amérique 19/05/17)
Plus de 5.000 canards et poules sont morts de la maladie à Joo et Kafé, deux localités au bord du lac Albert où l’épidémie est déclarée, précise le gouverneur de l’Ituri, Abdalah Pene Mbaka. La circulation des volailles dans les localités de Djo et Tchomia est strictement interdite, a déclaré aux journalistes le gouverneur de la nouvelle province. D’autres mesures accompagnent cette interdiction comme la fermeture des marchés au commerce des volailles. Le gouverneur a également ordonné l’abattage systématique des volailles se trouvant dans un rayon de 3 kilomètres. "Les localités Kasenyi, Nyamavi, Kapuru dans le territoire d’Irumu, la localité Mandje dans le territoire de Ndjugu et les localités de Mokambo et Mahagi-port dans le territoire de Mahagi sont déclarées...
(AFP 19/05/17)
Deux organisations de défense de la presse ont dénoncé jeudi l'agression, la veille, des correspondants de la chaîne de télévision française TV5 par des policiers lors d'un reportage sur une évasion massive à la prison de Kinshasa, en République démocratique du Congo. "Reporters sans frontières (RSF) condamne la violente agression à Kinshasa de trois journalistes de TV5 Monde par les forces de police congolaises", a écrit dans un communiqué cette organisation. Journaliste en danger (JED) exige "une enquête urgente sur des actes de violence policière inouïe dont ont été victimes, le mercredi 17 mai 2017" les journalistes Francine Mokoko, Blaise Basomboli et Baudry Mata, écrit pour sa part cette ONG congolaise partenaire de RSF. JED affirme avoir adressé une correspondance...
(La Voix de l'Amérique 19/05/17)
Dans la cité aurifère de Kamituga, à 180 kilomètres à l’ouest de Bukavu, un grand chantier minier à ciel ouvert est installé non loin des habitations dans la localité de Kitemba Mero au quartier Chanda. Selon l’organisation "Justice pour tous", des centaines d'enfants sont privés de leur enfance car ils sont obligés de travailler sur des sites miniers du Sud-Kivu aux cotés des creuseurs artisanaux. L'organisation intervient depuis cinq ans pour lutter contre les formes modernes d’esclavage dans les zones minières de cette région. Le président de la nouvelle dynamique de la société civile en territoire, Mwenga Mwati Mwendambali Benoit sort les statistiques : "70% des enfants ici ne vont pas à l'école", regrette-il. Sur ce site, où se fait...
(Agence Ecofin 19/05/17)
Proparco a accordé un prêt de 15 millions d’euros sur 10 ans à Rougier Afrique International, principale filiale du groupe Rougier, pour la préservation et la gestion durable de ses concessions forestières en Afrique Centrale. Marquant le premier investissement de Proparco en République centrafricaine depuis de nombreuses années, ce financement participera au développement socio-économique d’une région enclavée. Ce prêt financera le démarrage des activités en République Centrafricaine où le groupe a obtenu une concession forestière de 270 000 hectares en août 2015 à l’issue d’un appel d’offre international. Il permettra également à la filiale du groupe Rougier de financer l’extension des activités du groupe dans ses autres pays d’intervention (République du Congo, Gabon et Cameroun). « Proparco est très fier...
(Agence Ecofin 19/05/17)
(Agence Ecofin) - En Rd Congo, la Radio télévision nationale congolaise (Rtnc) n’a pas terminé la retransmission en direct de la séance plénière de l’Assemblée nationale consacrée à l’investiture du nouveau gouvernement. L’office audiovisuel public a dû couper la retransmission de ce 16 mai 2017 à cause des incidents survenus dans l’enceinte du Palais du peuple à Kinshasa. En effet, il y a la protestation bruyante des députés du Rassemblement, opposés au gouvernement conduit par le Premier ministre Bruno Tshibala. Les contestataires se sont mis à siffler dans des instruments appelés « vuvuzuela ». Le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a prévenu que si la manifestation devait continuer au-delà de quelques minutes, il ferait appel aux forces du maintien...
(Agence Ecofin 19/05/17)
(Agence Ecofin) - La compagnie minière Alphamin a conclu des protocoles d’accord non contraignants, portant sur un financement total de 80 millions $ pour son projet d’étain Bisié, en RD Congo. La société a déclaré qu’elle travaille diligemment avec les potentiels prêteurs pour obtenir de leur part, des «engagements inconditionnels». « Nous sommes convaincus de la réussite des processus de due diligence des potentiels prêteurs et avons hâte de travailler avec eux afin d’obtenir des engagements de financement inconditionnels.», a déclaré le PDG, Boris Kamstra. La construction du projet qui commencera par produire à plein-temps, en 2019, a commencé au premier trimestre de cette année et la société prévoit que le développement de la mine lui coûtera 120 millions $...
(Agence Ecofin 19/05/17)
(Agence Ecofin) - La compagnie minière Ivanhoe Mines a réévalué la ressource minérale du gisement Kakula de son projet de cuivre Kamoa, en RD Congo. Le gisement héberge désormais des ressources indiquées de 116 millions de tonnes titrant 6,09% de cuivre et des ressources inférées de 12 millions de tonnes titrant 4,45% de cuivre à une teneur de coupure de 3%. Avec cette nouvelle estimation, le projet Kamoa-Kakula contient un total d’environ 1 milliard de ressources minérales indiquées titrant 3,02% de cuivre et 191 millions de tonnes de ressources inférées titrant 2,37% de cuivre à une teneur de cuivre de 1,4%. « Nous sommes très confiants que le développement rapide de la mine Kakula aura un impact profond et positif...
(Jeune Afrique 19/05/17)
Cet entraîneur congolais, réfugié politique en Roumanie, défend un football propre et tolérant. A une heure d’un derby important, Aimé Léma prend le temps de dérouler son histoire à la buvette du stade. Survêtement bleu-jaune-rouge, casquette vissée sur la tête, téléphone à portée de main, il s’interrompt pour répondre. Sa sonnerie du moment est le refrain de Dragostea din tei, la chanson qui a fait connaître le groupe moldave O-Zone. Ses joueurs arrivent au compte-gouttes. Parmi eux, des Roumains, dont certains issus de la minorité rom, un Congolais, un Camerounais et un gardien amputé d’un bras. Voilà l’équipe hétéroclite de Romprim, 4e division du championnat roumain, qu’il entraîne depuis l’hiver dernier. Diversité, égalité des chances et tolérance sont les maîtres...
(AFP 18/05/17)
La police congolaise a appelé jeudi la population de Kinshasa à dénoncer la présence éventuelle dans leur voisinage de détenus évadés à la suite de l'attaque nocturne, la veille, de la grande prison surpeuplée Makala. La police "demande à la population kinoise de dénoncer la présence des personnes évadées de la prison centrale de Makala", située dans la capitale de la République démocratique du Congo, indique un communiqué du commissariat de police de la ville province de Kinshasa. Cette demande en "va de notre sécurité", ajoute ce document qui donne plusieurs numéros de téléphone à contacter pour ce faire. Mercredi, des détenus, dont le nombre officiel reste encore indéterminé, mais qui serait des milliers selon diverses sources, se sont évadés...
(Le Monde 18/05/17)
Entre 600 et 4 600 prisonniers se seraient évadés après l’assaut par des complices du plus gros pénitencier de Kinshasa, faisant plusieurs dizaines de victimes. A Selembao, commune de Kinshasa, un minibus plein à craquer laisse entendre un chant joyeux : « La prison est toute trouée ! » Des jeunes debout sur le toit narguent les policiers postés à tous les coins de rue. Plus loin sur cette route grignotée par le sable et les déchets, des militaires placides tiennent un barrage fait d’une guérite reliée par une corde à une table renversée. Ils défendent l’entrée du plus grand pénitencier de Kinshasa, la prison dite de Makala, qui vient de se vider d’une partie de ses 8 000 détenus...
(AFP 18/05/17)
Un vaccin expérimental contre le virus Ebola pourrait très rapidement être testé dans la zone du nord-est de la République démocratique du Congo touchée par une épidémie, a annoncé jeudi l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour l'instant, il n'existe pas de vaccin homologué pour se protéger de cette maladie. Mais il existe un vaccin candidat prometteur dont les stocks pourraient être acheminés en quelques jours en RDC si les autorités venaient à donner leur feu vert, selon l'OMS. "Les préparatifs sont en cours. Nous pourrions potentiellement lancer une campagne (de vaccination) en une semaine environ si toutes les conditions (...) sont remplies", a déclaré aux médias le Dr Peter Salama...

Pages