Lundi 23 Avril 2018
(RFI 19/03/18)
Au moment où se tiennent à New York les débats sur le renouvellement du mandat de la Monusco, une longue lettre du Comité laïc de coordination (CLC) a atterri sur le bureau du secrétaire général des Nations unies. Les Laïcs catholiques interpellent Antonio Guterres sur la situation de crise dans le pays. Ils dénoncent surtout la confiscation des libertés publiques et la volonté du président Kabila de se maintenir au pouvoir. Trois marches pacifiques réprimées dans le sang : 31 décembre 2017, 21 janvier et 25 février 2018. Une vingtaine de morts, des centaines de blessés, de multiples arrestations. Le Comité laïc de coordination livre ce bilan et considère que c'est par « l'arrogance et l'insouciance » que le pouvoir...
(Jeune Afrique 19/03/18)
Cela fait trois ans et demi que Fidèle Babala a été relâché par la CPI. Mais, depuis son retour à Kinshasa, le bras droit de l’opposant Jean-Pierre Bemba (qui, lui, est toujours en détention) se fait discret. « Je fais attention à ne pas trop m’exposer, dit-il. Nous avons affaire à un pouvoir très violent. » Sa condamnation à six mois de prison pour « subornation de témoin » (confirmée en appel le 8 mars) l’a également échaudé : la CPI l’a sanctionné pour avoir tenté d’influencer des personnes qui s’apprêtaient à témoigner contre son mentor. Lire sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/541074/politique/rdc-fidele-babala-se-fa...
(Jeune Afrique 19/03/18)
Quatre jours seulement après son arrivée à Paris, Bruno Tshibala s’est aperçu, le 6 mars, que son visa Schengen venait d’expirer... Problème : le même jour, le Premier ministre congolais projetait de se rendre à Londres et de revenir ensuite dans la capitale française. Il s’est ainsi retrouvé bloqué, jusqu’à ce que le Quai d’Orsay lui délivre un nouveau visa, le 7 mars. Aussitôt après, « Brutshi » s’est envolé pour la capitale britannique, où il a participé, le 8 mars, à un débat organisé par le think tank Chatham House. Des changements improvisés qui ont désorienté le service français de la protection (SDLP), chargé de la sécurité rapprochée des hôtes étrangers… Lire la suite sur: http://www.jeuneafrique.com/mag/541087/politique/rdc-que-de-tracas-pour-...
(Jeune Afrique 17/03/18)
Un an après la mort des deux experts de l'ONU, Zaida Catalán et Michael Sharp dans le Kasaï, un de leurs collègues dénonce les erreurs commises dans la première enquête conduite par les Nations unies. Que s’est-il réellement passé ce 12 mars 2017, près de Bunkonde, en République démocratique du Congo ? Un an après les faits, la lumière n’a toujours pas été faite sur l’assassinat de Zaida Catalán et Michael Sharp, deux membres du groupe d’experts des Nations unies qui enquêtaient sur la crise au Kasaï – leurs trois accompagnateurs congolais, Betu Tshintela, Isaac Kabuayi et Pascal Nzala, n’ont à ce jour pas été retrouvés.
(RFI 17/03/18)
En République démocratique du Congo (RDC), les sept poids lourds du secteur minier estiment que la Fédération des entreprises du Congo (FEC) ne défend pas suffisamment leurs intérêts et ont donc décidé de la quitter. Cette annonce par voie de communiqué et à effet immédiat intervient alors que la RDC vient d'adopter une nouvelle loi minière bien moins avantageuse pour les entreprises qui opèrent dans le secteur. Ces sept entreprises produisent 85 % du cuivre, du cobalt et de l’or de la République démocratique du Congo (RDC). Quitter la Fédération des entreprises du ...
(AFP 16/03/18)
Les entreprises minières implantées en République démocratique du Congo ont fait savoir jeudi qu'elles étaient prêtes à négocier "comme convenu" l'application du nouveau code minier tout juste promulgué par le président Joseph Kabila. Ces négociations autour du nouveau texte, supposé augmenter les taxes sur le cuivre et le cobalt au bénéfice de l'Etat et des citoyens congolais, peut au contraire favoriser la corruption, s'est cependant inquiété l'ONG Global Witness. "Comme convenu avec le président (Kabila) (...) des propositions concernant le code minier ont été remises au ministre des mines. Les compagnies attendent désormais un rendez-vous avec le ministre des mines" Martin Kwabelulu, écrivent-elles dans un communiqué.
(AFP 16/03/18)
Les déplacés victimes de la reprise des violences en Ituri (est de la République démocratique du Congo), ont tué jeudi un policier et ont tenté de lyncher un ministre provincial, a-t-on appris de sources concordantes. Le ministre provincial de la Fonction publique, Didi Angaika, a été visé par des projectiles dans le camp de déplacés de l’hôpital général de Bunia, chef-lieu de l'Ituri, où il conduisait une mission d'assistance humanitaire, a-t-il affirmé à un correspondant de l'AFP. Dans ces échauffourées entre la police qui protégeait le ministre et la foule des déplacés, le capitaine de police Nicolas, surnommé "Sarkozy" en référence à l'ancien président français, a été tué, atteint par une pierre au front, a indiqué le colonel Prosper Zombo,...
(AFP 16/03/18)
Plus de 57.000 personnes ont fui les conflits intercommunautaires, les violences interethniques et abus sexuels en République démocratique du Congo (RDC) pour se réfugier en Ouganda, s'est alarmée vendredi l'ONU. "Depuis le début de l'année, nous avons vu en moyenne au moins quelque 1.000 (personnes) par jour fuir les provinces d'Ituri et du Nord-Kivu et arriver en Ouganda", a déclaré un porte-parole du Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), Babar Baloch. Au total, "plus de 57.000 réfugiés" sont arrivés en Ouganda depuis janvier, alors que l'ONU tablait jusqu'à présent sur l'arrivée de 60.000 personnes pour toute l'année (contre 44.000 réfugiés en 2017), a-t-il expliqué lors d'un point de presse.
(RFI 16/03/18)
Après Ensemble pour le changement, la plateforme électorale autour de Moïse Katumbi lancée lundi 12 mars en Afrique du Sud, un autre regroupement de l’opposition est en chantier en RDC. Il est composé de l’UDPS, l’UNC et le MLC et alliés. Hier à Kinshasa, Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe et Eve Bazaïba ont rendu public la déclaration de cette nouvelle plateforme de l’opposition. Ils ont également dit leur disponibilité à accueillir d’autres adhérents. L’UDPS-UNC-MLC et alliés veulent des élections en décembre 2018. Et ces partis dénoncent la préparation d’un chaos généralisé à partir de l’Ituri.
(Jeune Afrique 16/03/18)
La FEC, organisation patronale de la RDC, vient de perdre d'un seul coup sept adhérents : les principales sociétés minières du pays, qui estiment « ne pas être représentées de manière adéquate » par l'organisation présidée par Albert Yuma. Cette annonce intervient alors que ces sociétés se sont vues le mois dernier signifiées une prochaine renégociation de leurs partenariats avec la Gécamines, la société d'État dirigée par un certain... Albert Yuma. Randgold, AngloGold Ashanti, Glencore, Ivanhoe Mines, China Molybdenum Co… Les principaux acteurs du secteur minier congolais ont annoncé, ce jeudi 15 mars, leur décision de quitter la Fédération des entreprises du Congo (FEC), l’organisation patronale de RDC, « avec effet immédiat ». Dans un communiqué commun, sept sociétés représentant...
(La Tribune 16/03/18)
Après avoir promulgué un nouveau code minier malgré la résistance des opérateurs internationaux, Kinshasa maintient la cadence en annonçant la classification du cobalt, coltan, lithium et germanium comme « minerais stratégiques ». Une mesure qui fait passer la redevance de ses minerais de 2 à 10%, alors que le demande explose vu leur utilisation dans les industries automobiles, de téléphonie mobile ou encore dans la fabrication des outils d’énergie renouvelable. La République Démocratique du Congo vient de classer le cobalt et le coltan comme « minerais stratégiques », ce qui permettra à Kinshasa d'imposer de plus importantes redevances sur ces minerais dont dépendent fortement la technologie utilisée pour la fabrication de batteries pour voitures électriques ou encore dans le secteur...
(Jeune Afrique 16/03/18)
En dépit des critiques, le président de la Commission électorale nationale indépendante défend mordicus l’achat de machines à voter à la société Miru Systems. La transaction n’a pourtant pas été d’une parfaite clarté. Corneille Nangaa est d’ordinaire un homme affable et serein. Président depuis 2015 de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) chargée d’organiser les prochains scrutins en RD Congo, il occupe pourtant un poste ultrasensible et n’est pas épargné par les critiques. L’une d’elles au moins a le don de l’agacer. Elle concerne l’achat auprès de l’entreprise sud-coréenne Miru Systems de machines à voter pour une somme avoisinant 150 millions de dollars. L’histoire commence au printemps 2014 à Songdo, ville vitrine des nouvelles technologies sud-coréennes. L’abbé Apollinaire Malu Malu,...
(RFI 16/03/18)
En RDC, un policier a été tué à Bunia par des déplacés et un ministre a été menacé de lynchage. Après des mois de massacres en Ituri, les incidents à caractère ethnique tendent à se multiplient. Selon les éléments d'informations recueillis par RFI, le policier, un capitaine, a été lapidé alors qu'il assurait la sécurité du ministre provincial des Travaux publics, un représentant de la communauté lendu, accusée par les déplacés Hemas d'être derrière les massacres qui touchent leur communauté depuis la mi-décembre. A Bunia, des groupes de jeunes Hemas patrouillent la nuit. Quartier Saio à Bunia. C'est l'un des quartiers les plus bouillants de la ville. Ici, depuis plus d'une semaine, certains jeunes passent la nuit hors de leurs...
(Agence Ecofin 16/03/18)
Ce 15 mars, lors d’une conférence de presse au Salon Congo - Pullman Hôtel, le cabinet de conseil en performance économique responsable Goodwill Management a présenté une étude indépendante sur « l’Evaluation de l’impact d’Orange sur l’économie de la RDC ». De cette étude, il ressort qu’Orange RDC et son écosystème (salariés, fournisseurs, clients, partenaires) représentent 1,6% du PIB du pays et génèrent plus de 309 000 emplois. Cette contribution se fait de manière directe par les emplois créés, la fiscalité et les achats effectués par l’entreprise congolaise. Les produits et les services, le cœur de métier et les programmes sociétaux impactent de manière indirecte l’économie de la République démocratique du Congo. La Fondation Orange apporte son soutien à l’éducation...
(AFP 15/03/18)
La nouvelle représentante des Nations unies en République démocratique du Congo, Leïla Zerrougui, a demandé justice pour les victimes du Kasaï, jeudi, lors de son premier déplacement hors de Kinshasa dans cette région du centre du pays qui retrouve un calme précaire après des violences en 2016-2017. "Nous demandons justice pour tous ceux qui ont été victimes des atrocités, une justice vraie pour tous ceux qui ont perdu la vie", a déclaré Mme Zerrougui à Tshikapa, l'une des grandes villes des provinces du Kasaï. "Dans le Kasaï, on a perdu nous-mêmes deux de nos experts.
(AFP 15/03/18)
Trois partis d'opposition congolais ont affiché leur rapprochement jeudi à Kinshasa sans mentionner le nom de l'opposant en exil Moïse Katumbi qui a lancé lundi sa propre candidature aux élections prévues le 23 décembre en République démocratique du Congo. Le parti historique d'opposition Union démocratique pour le progrès social (UDPS), le MLC des proches de Jean-Pierre Bemba et l'UNC de l'ex-président de l'Assemblée Vital Kamerhe ont affirmé "leur détermination d'aller aux élections cette année 2018" dans une déclaration commune devant la presse. Ils ont rejeté "la machine à voter" prévue par la commission électorale pour enregistrer les votes aux trois scrutins présidentiel, législatifs et provinciaux.
(RFI 15/03/18)
Après la flambée de violences intercommunautaires dans la province du Tanganyika, dans le sud-est de la République démocratique du Congo, des milliers de familles vivent dans la précarité. Nicolas Lambert, directeur adjoint de la délégation du CICR, le Comité International de la Croix-Rouge à Kinshasa, décrit une situation préoccupante. Ces communautés habitent dans des zones isolées, difficiles d’accès, loin des projecteurs des médias et de l’assistance humanitaire. Leur niveau de vie tout juste acceptable avant la crise, s’est détérioré profondément ...
(RFI 15/03/18)
« Réduire les émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts ». Ce mécanisme REDD+ imaginé par la Banque mondiale est très critiqué. D’autant qu’il est sur le point d’être testé dans un pays qui n’est pas prêt à le faire fonctionner correctement, la République démocratique du Congo. Les arbres congolais abritent 8 % du carbone forestier mondial. La République démocratique du Congo a donc semblé à la Banque mondiale le pays idéal pour démarrer son programme de lutte contre la déforestation, REDD+, d’ici la fin de l’année, avant de l’étendre à 49 autres pays émergents ou en développement. Mais beaucoup d’observateurs s’étonnent du choix de la RDC comme pays pilote. Ils déplorent une fuite en avant...
(RFI 15/03/18)
Giannelli Imbula a été convoqué en équipe de la RD Congo pour affronter la Tanzanie le 27 mars 2018. Le milieu de terrain du Toulouse FC, qui peut aussi porter les couleurs de la France et de la Belgique, ne devrait pas répondre à la convocation de la RDC. A 25 ans, Giannelli Imbula va-t-il dire « oui » aux « Léopards » de RDC ? Rien n'est moins sûr. L’ex-grand espoirs du football français a certes été convoqué par le Congo pour affronter la Tanzanie, le 27 mars 2018, en match de préparation. Mais, d’après une source bien informée, le milieu de terrain n’a ni l’envie, ni l’intention de répondre à cet appel. Il n’a par ailleurs pas de...
(AFP 14/03/18)
Un haut responsable des Nations unies s'est engagé mardi à Kinshasa à tout faire pour recueillir 1,7 milliard de dollars pendant la prochaine conférence internationale des donateurs pour répondre aux besoins humanitaires de la République démocratique du Congo. "Nous allons travailler dur pour atteindre cet objectif" d'ici la conférence ministérielle de Genève du 13 avril, a déclaré à l'AFP le Secrétaire général adjoint des Nations unies aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d’urgence, Mark Lowcock, au terme d'une visite de deux jours en RDC. Depuis quelques mois, l'ONU, ses agences et les ONG multiplient les communiqués alarmistes au sujet de la situation en RDC, où, d'après elles, 4,5 millions de personnes sont des déplacés qui ont fui leur lieu...

Pages