Mardi 21 Novembre 2017
(RFI 16/11/17)
Ce 15 novembre en République démocratique du Congo (RDC) a lieu la première journée de mobilisation de la société civile et de l'opposition depuis la publication du calendrier électoral qui renvoie la présidentielle à la fin de l'année 2018. Ces derniers jours, le discours s'est durci des deux côtés, tandis que la Monusco, la force des Nations unies dans le pays, interpelle les autorités sur le respect du droit à manifester dans le calme. L'appel à manifester en République démocratique du Congo (RDC) a été lancé par le mouvement citoyen la Lucha la nuit même de la publication du calendrier électoral. Son texte est on ne peut plus explicite : « Bloquer complètement le pays jusqu'à la chute effective du...
(Jeune Afrique 16/11/17)
Officiellement, ils n’ont plus de responsabilités diplomatiques. Mais plusieurs hommes politiques belges passionnés par le Congo entretiennent encore leurs réseaux dans le pays. Ils les ont constitués « à l’ancienne », grâce à des contacts humains, souvent affectifs, parfois mâtinés de paternalisme. Tous ont en tout cas une nette préférence pour les échanges discrets, entre quatre yeux, plutôt que pour les blâmes par médias interposés. Étienne Davignon Vicomte promu au rang de « comte » par le roi des Belges pour ses services rendus à la nation en juillet 2017, Étienne Davignon est sans doute celui qui connaît le pays depuis le plus longtemps. Ce fils d’ambassadeur est entré au ministère belge des Affaires étrangères dès 1959, avant le très...
(Jeune Afrique 16/11/17)
Les "shégués" de Kinshasa soutiennent-il le nouveau calendrier électoral congolais ? C’est ce qu’affirme le récent communiqué d’une association énigmatique… La guerre des nerfs continue en République démocratique du Congo où l’élection présidentielle, comme l’horizon, s’éloigne à mesure qu’on s’en approche. Si des dates viennent tout de même d’être fixées – 23 décembre 2018 pour le scrutin, 12 janvier 2019 pour l’investiture –, elles ne font pas l’unanimité. La société civile et l’opposition appellent à une journée de mobilisation, ce mercredi, avec pour mot d’ordre le départ du président Joseph Kabila, en « rupture » de mandat depuis 2016. Comment un régime peut-il contrecarrer la rue ? « Par la rue », semble être la nouvelle réponse de certains aficionados...
(Le Monde 16/11/17)
Le constructeur français se fournirait auprès de mines où travailleraient des enfants, explique un rapport de l’ONG qui analyse l’approvisionnement d’une trentaine de grandes firmes. Cette publicité ne fait guère sourire Renault. Le constructeur automobile français se fait épingler par Amnesty International pour défaut de vigilance sur sa chaîne d’approvisionnement en cobalt, ce minerai étant un composant essentiel des batteries au lithium de ses véhicules. Dans un rapport publié mercredi 15 novembre, l’organisation internationale de défense des droits humains, basée à Londres, dénonce les multinationales qui ne feraient pas le nécessaire pour s’assurer que le cobalt en provenance de la République démocratique du Congo (RDC) – ce pays fournit 50 % de la ressource de la planète – n’a pas...
(AFP 14/11/17)
Les Nations unies ont mis en garde mardi Kinshasa contre d'"éventuelles violation des droits de l'homme" mercredi lors des mobilisations à l'appel de l'opposition contre le calendrier électoral qui prolonge de fait le mandat du président Joseph Kabila jusqu'à janvier 2019. "Conformément à son mandat, la Monusco se réserve le droit d’observer les événements et de rapporter d’éventuelles violations des droits de l’homme", a déclaré le patron de la Mission des Nations unies en République démocratique du Congo (Monusco), Maman Sidikou, dans un communiqué. "La Mission exhorte ainsi les autorités congolaises à respecter les libertés fondamentales telles que stipulées dans la Constitution congolaise...
(Jeune Afrique 14/11/17)
Réputé proche de Joseph Kabila, le président de la commission électorale a longtemps été accusé par l’opposition d’user de toutes les ruses pour retarder les élections. À Kinshasa, on l’appelle « Monsieur Peugeot » car son chiffre fétiche est le 504. « Après l’enrôlement des électeurs, il faudra 504 jours pour arriver au jour du scrutin », aime à dire Corneille Nangaa, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Le calcul est vite fait. La fin de l’enrôlement des électeurs étant prévue en janvier 2018, ce délai de 504 jours devrait obliger les citoyens congolais à patienter jusqu’en juin 2019. Mais, surprise : le 5 novembre dernier, juste après le passage en RD Congo de Nikki Haley, l’ambassadrice américaine...
(AFP 14/11/17)
La panne d'eau et de courant électrique qui a frappé Kisangani, l'une des grandes villes de la République démocratique du Congo, a suscité lundi des versions contradictoires de la part de la Société nationale d'électricité (Snel) et de militants qui lui ont lancé un ultimatum, à deux jours d'un appel à mobilisation. La crue du fleuve Congo, entraînant l'inondation d'une centrale électrique de la Snel, a privé d'électricité les habitants de Kisangani (au moins un million de personnes), verrou stratégique dans l'est de la RDCongo. La Snel, entreprise publique dont le patron, Alain Atundu, est porte-parole de la Majorité présidentielle...
(RFI 14/11/17)
C'était une audition très entendue dans le procès de Beni annoncée par l'armée congolaise elle-même : celle du général Mundos. Il était en charge des opérations dans ce territoire entre 2014 et 2015 et a régulièrement été accusé d'être lui-même à l'origine d'une partie des massacres qui ont couté la vie à au moins un millier de personnes. Ce lundi, confronté à plusieurs de ces accusateurs, le général Mundos a démenti les accusations. C'est simplement à titre informatif que le général Mundos est entendu. Selon des témoins, il a répété ce qu'il avait toujours dit publiquement ou même lors de son audition sur PV par la justice militaire congolaise en juin 2016. A savoir que ces accusations étaient une manipulation...
(RFI 14/11/17)
C'est le soulagement pour les victimes et les parties civiles dans le procès de Kavumu, qui s'est ouvert le 9 novembre dans le Sud-Kivu en RDC. Un procès dont beaucoup espèrent qu'il brisera l'impunité dont jouissent le plus souvent les auteurs de crimes sexuels dans le pays. Dix-huit inculpés, dont un élu local, le député Frédéric Batumike, sont accusés de crime contre l'humanité pour le viol d'une quarantaine de fillettes en 2013 et 2016 ainsi que pour appartenance à un mouvement insurrectionnel. Lundi 13 novembre, la cour militaire s'est prononcée sur les requêtes déposées par la défense pour tenter d'invalider la procédure au motif que cette juridiction n'était pas compétente pour juger des civils et que l'un des accusés était...
(Jeune Afrique 14/11/17)
Il est loin d’être le plus connu des postulants à la succession de Joseph Kabila, mais il bénéficie d’un soutien de poids. Thierry Bashala, 34 ans, résident congolais (RD Congo) en Afrique du Sud, fondateur de l’Alliance démocratique africaine et candidat à la prochaine présidentielle, est en effet soutenu par… Winnie Mandela, qui a enregistré plusieurs messages où elle se déclare « fière » de lui et lui souhaite « bonne chance ». Fils de Bashala Kantu Wa Milandu, qui fut le ministre de Mobutu et le gouverneur du Kasaï-Oriental, Thierry Bashala est le petit-fils par alliance de Winnie Mandela, dont il a épousé l’une des petites-filles, Zoleka Mandela (fille de Zindzi), il y a cinq ans. Lire la suite...
(APA 14/11/17)
APA - Pretoria (Afrique du Sud) - L’Afrique du Sud et la République démocratique du Congo (RDC) ont convenu de lever les obstacles qui empêchent les deux pays membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) de faire des affaires entre eux. La décision, approuvée lundi a été prise lors du séminaire sur les investissements et le commerce organisé par le ministère sud-africain du Commerce et de l’industrie et leurs hôtes à Lubumbashi, la deuxième grande ville du pays (province du Katanga), à la frontière avec la Zambie. Le Consul général sud-africain à Lubumbashi, Andrew Maswanganye a déclaré qu’il était important pour Pretoria et Kinshasa de travailler à l’harmonisation du climat des affaires. Il a également appelé les...
(AFP 13/11/17)
Un acteur inattendu s'est invité dans la crise politique congolaise avec un message d'apaisement d'une association prétendant représenter les enfants de la rue, les "shégués" de Kinshasa, qui affirme soutenir le calendrier électoral contesté par l'opposition. Le message est d'abord parvenu samedi sous la forme d'une "déclaration" écrite indiquant que "tous les chégués de Kinshasa acceptent et soutiennent bien à 100% le calendrier électoral pour le 23 décembre 2018 proposé par la Ceni", la commission électorale qui a publié ce chronogramme le 5 novembre. "C'est vrai qu'attendre neuf à dix mois ou même une année avant la date initiale des élections, c'est long mais cette date finira par arriver. C'est mieux de patienter que de tout casser", a précisé lundi...
(AFP 13/11/17)
Un accident de train de marchandises, transportant des matières inflammables, a tué huit à 33 passagers clandestins dimanche dans le sud-est de la République démocratique du Congo, selon une source officielle et la radio des Nations unies Okapi. "Jusque là il y a huit morts et plusieurs blessés. Le bilan pourrait être beaucoup plus important", a déclaré à l'AFP Jean-Marie Tshizainga, ministre des Mines et de l'émergence de la classe moyenne de la province de Lualaba, dont le chef-lieu est Kolvezi. Sur son site internet, Okapi parle de 33 tués, plusieurs blessés et brûlés dans l'accident de ce train qui allait de Lubumbashi à Luena dans la région minière du Katanga. Les faits se sont produits à Buyofwe, une gare...
(RFI 13/11/17)
Pascal Couchepin, envoyé spécial dans les Grands Lacs de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a achevé dimanche 12 novembre une mission de quatre jours en RDC. Il a rencontré des représentants de la majorité, de l'opposition, de la Céni et de la Cenco, le président de l'Assemblée nationale, mais pas le président Joseph Kabila. Pour l'ancien président de la Confédération suisse, la publication du calendrier la semaine dernière constitue une « lueur positive ». Reste maintenant à s'assurer qu'il sera effectivement mis en œuvre, sinon, prévient-il, cela « pourrait aboutir à une explosion » tant l'« exaspération » est en train de monter dans le pays. L'OIF voit d'un œil inquiet les appels à manifestation lancés par l'opposition et...
(AFP 13/11/17)
Deux militaires ont été tués et un blessé samedi soir dans une embuscade dans la province du Sud-Kivu (est de la République démocratique du Congo) par des "bandits armés", a indiqué dimanche l'armée. Les deux soldats sont tombés dans le territoire de Fizi, situé au Sud-Kivu. "Ces deux militaires tués, et un autre qui a été blessé, sont tombés dans une embuscade tendue par des bandits armés non-encore identifiés aux environs de 22 heures", a indiqué le porte-parole adjoint de l'armée dans la région, le capitaine Dieudonné Kasereka. "C’est difficile pour le moment d’attribuer cette attaque aux rebelles Yakutumba qui écument la région étant donné que l’embuscade a été tendue dans une zone sous contrôle des Fardc (Forces armées congolaises)...
(RFI 13/11/17)
En République démocratique du Congo, un ex-député du parti présidentiel, passé dans l'opposition, a été arrêté vendredi après-midi à l'aéroport Njilli de Kinshasa. Ce sont ses proches qui ont d'abord donné l'alerte et son arrestation a été confirmée par le porte-parole de la police. Le colonel Mwanamputu a affirmé que Gérard Mulumba avait été localisé et qu'il était en « bonne santé ». Mon frère a été arrêté à l’aéroport, mais il ne partait pas en voyage. Lire sur: http://www.rfi.fr/afrique/20171113-rdc-inquietude-arrestation-depute-mul...
(APA 13/11/17)
APA-Brazzaville (Congo) - Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso, dans une déclaration rendue publique samedi à Brazzaville, a appelé la communauté internationale tout comme ‘’les acteurs politiques et la société civile’’ de la République démocratique du Congo à accompagner ‘’dans l’unité, la paix et la sérénité’’ l’application du calendrier électoral publié dans ces pays. Rendu public le 5 novembre dernier par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le nouveau calendrier fixe à la date du 23 novembre 2018 les prochaines élections présidentielle, législatives, provinciales et locales en République démocratique du Congo (RDC). Ce faisant, Sassou N’Guesso qui s’exprimait en sa qualité de président en exercice de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), a invité...
(Xinhua 13/11/17)
Au moins 34 personnes ont trouvé la mort et 26 autres ont été blessées dans un accident de train survenu dimanche dans la province de Lualaba, dans le sud-est de la République démocratique du Congo (RDC), selon les autorités locales. Elles ont précisé que le nombre de victimes risquait d'augmenter suite à l'ampleur de la catastrophe, car certains wagons ont pris feu et d'autres transportaient du carburant. Ce train de la Compagnie nationale des chemins de fer du Congo transportant des passagers et des marchandises de Lubumbashi à Luena a vu 11 de ses 13 wagons prendre feu. La cause de l'accident n'est pas encore déterminée. Un responsable de l'hôpital de Lubudi a affirmé avoir reçu une trentaine de blessés...
(RFI 13/11/17)
En République démocratique du Congo, un accident de train de marchandises a tué au moins une trentaine de personnes dimanche matin 12 novembre dans la province de Lualaba, dans le sud du pays. On compte également plusieurs dizaines de blessés parmi les passagers qui avaient pris place clandestinement sur le train. Un accident grave, décrit le gouverneur de la province, Richard Muyej Mangez, qui a donné en fin de soirée les premiers éléments sur cet accident. « L’accident s’est produit tôt le matin. Cela s'est passé dans un village à 25 kilomètres de la cité de Lubudi, vers Luena. C’est un déraillement et comme le train transportait des citernes de carburant - essence et mazout - cela a provoqué un...
(RFI 13/11/17)
En RDC, la ville de Kisangani toujours privée d’électricité même si depuis hier, dimanche 12 novembre, la fourniture d’eau est de nouveau assurée. Sur place, la Monusco est intervenue au lendemain de la panne avant l’arrivée du secours envoyé par Kinshasa. « Je suis à table à la lumière d’une bougie…». Ce que De Paulin oublie de dire à son interlocuteur au téléphone, c’est que le repas a été cuit sur un feu de bois. Depuis jeudi, la ville de Kisangani est dans le noir. Les eaux de la rivière Tshopo ont débordé lors des dernières pluies diluviennes, inondant les installations du barrage hydro-électrique et provoquant une panne d’électricité sur toute l’étendue du chef-lieu de la province de la Tshopo...

Pages