| Africatime
Mardi 25 Avril 2017
(Radio Okapi 20/04/17)
Dans un décret daté du 4 avril dernier, le Premier ministre sortant Samy Badibanga a allégé les conditions d’importation des véhicules. Les véhicules importés en RDC doivent avoir été mis en circulation « sur une période n’excédant pas 20 ans ». En 2012, l’ancien Premier ministre Matata Ponyo avait décidé d’interdire l’importation des véhicules mis en circulation avant une période de 10 ans. Samy Badibanga justifie notamment sa décision par « la nécessité de répondre à la demande de la profession des transporteurs pour un assouplissement des conditions d’importation des véhicules d’occasion et tenant compte du pouvoir d’achat de la population ». Dans son arrêté, le Premier ministre sortant fait savoir que les véhicules importés doivent également présenter « un...
(Agence Ecofin 20/04/17)
(Agence Ecofin) - Ce jeudi, le Tribunal du commerce de Bruxelles se prononcera sur une affaire mettant aux prises la compagnie congolaise Gécamines et le Groupe Forrest International à propos d’une mine de cobalt à Lubumbashi, en RD Congo. Les deux compagnies ont conclu en 1997 un accord pour la création d’une coentreprise dénommée GTL, qui aura le droit de produire annuellement 5 000 tonnes de cobalt sur 15 ans. Le litige est né le 23 mars dernier, lorsque Gécamines a bloqué l’accès au site du projet à GTL. Les raisons avancées étaient que la coentreprise avait dépassé la production totale autorisée par le contrat initial (75 000 t), en produisant plus de 82 000 tonnes de cobalt. «Ce n’est...
(RFI 20/04/17)
L’ex-milieu de terrain Pamphile Mihayo a été désigné entraîneur du Tout Puissant Mazembe, a annoncé le club de RDC ce 19 avril 2017. Il succède au Français Thierry Froger et devient le premier coach congolais du TPM depuis 2007. Le Tout Puissant Mazembe a décidé de confier les rênes de son équipe première à un enfant de la maison TPM : Pamphile Mihayo. L’ex-milieu de terrain défensif succède en effet au Français Thierry Froger, parti après quelques semaines décevantes à la tête des « Corbeaux ». « Toute la famille du TPM à travers son président, le Chairman Moïse Katumbi, a toujours cru en Pamphile Mihayo à qui elle a fait une place au chaud, juste après sa retraite internationale...
(APA 20/04/17)
APA – Dakar (Sénégal) – L’ancien joueur du club Pamphile Mihayo a été nommé entraîneur principal du TP Mazembe, a annoncé le club congolais sur son site officiel visité jeudi à APA. Premier technicien congolais à s’asseoir sur le banc du TP Mazembe depuis 2008, à la suite du départ de Santos Muntubile, Mhayo était jusqu’ici coach intérimaire depuis un mois suite au départ du Français Thierry Froger. Ancien joueur des «Corbeaux» de Lubumbashi, Mihayo a intégré le staff après sa retraite internationale en 2012, collaborant successivement avec Lamine Ndiaye, Patrice Carteron, Hubert Velud et Thierry Froger. Agé de 40 ans, il vient juste d’obtenir sa licence A de la CAF. Il sera secondé par David Mwakasu comme assistant et...
(AFP 19/04/17)
L'ONU a annoncé mercredi avoir découvert 17 nouvelles fosses communes - portant leur nombre à 40 - dans la région des Kasaï, au centre de la RDC, en proie depuis septembre à des violences meurtrières entre une rébellion et les forces de sécurité. En outre, l'ONU a prévenu qu'elle réclamerait l'ouverture d'une enquête internationale, y compris par la Cour pénale internationale (CPI), si les autorités congolaises n'ouvrent pas immédiatement une enquête sur ces violences. "Des enquêteurs des Nations unies en RDC confirment l'existence d'au moins 17 nouvelles fosses communes dans la province du Kasaï-central", écrit le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme...
(AFP 19/04/17)
Seize membres de l'ONU ont été libérés mardi après avoir été pris en otage dans la journée par d'ex-rebelles sud-soudanais dans un camp de réfugiés de la République démocratique du Congo, a affirmé un responsable onusien sous couvert d'anonymat. La prise d'otage de ces membres de la mission des Nations unies en RDC (Monusco) s'est déroulée dans le camp pour anciens combattants de Munigi, dans l'est du pays. "Nous somme ravis de confirmer que l'ensemble des 16 membres de la Monusco, qui ont été retenus plus tôt (...), ont été libérés", a expliqué le responsable, sans toutefois donner les nationalités des personnes qui ont été détenues. "Le camp est calme et sous contrôle total de la Monusco. Tous ses membres...
(AFP 19/04/17)
Les autorités angolaises ont annoncé mercredi le renforcement de leurs effectifs de police à leur frontière nord où affluent les réfugiés qui fuient les violences dans la province du Kasaï en République démocratique du Congo (RDC) voisine. "La police nationale angolaise a intensifié les patrouilles à la frontière avec la République démocratique du Congo afin d'éviter la pénétration des groupes armés sur le territoire national", a déclaré le commandant en chef de la police, le commissaire Ambrosio de Lemos, sur la radio publique RNA. Depuis six mois, des combats opposent les forces armées congolaises à une rébellion dans quatre provinces du centre de la RDC (Kasaï-central, Kasaï, Kasaï-oriental et Lomami).
(BBC 19/04/17)
Les Nations unies annoncent avoir découvert de nouvelles fosses communes dans la province du Kasaï en République démocratique du Congo (RDC). Ces fosses communes passent de 23 à 40, selon le bureau conjoint des Nations unies aux droits de l'homme. Pour le moment, il est difficile de savoir si les nouvelles fosses communes contiennent uniquement des civils. Les responsables de la Mission des Nations Unies en RDC (Monusco) annonce une enquête. Elle sera menée conjointement avec le gouvernement congolais afin d'identifier les responsables et les remettre à la justice.
(Afrikarabia 19/04/17)
A vouloir jouer la carte du temps pour se maintenir au pouvoir, Joseph Kabila ne peut plus reculer et doit de nouveau tout faire pour retarder le processus électoral… au risque de l’isolement. Interdit par la Constitution à briguer un troisième mandat, le président congolais Joseph Kabila a rapidement compris que le meilleur moyen de rester au pouvoir était de ne pas organiser les élections. Par de nombreux subterfuges, le camp présidentiel a donc cherché à retarder le processus électoral : modification de la loi électorale, retard dans le nettoyage du fichier électoral et de l’enrôlement des électeurs, assèchement financier de la Commission électorale (CENI)… Pour gagner du temps et faire patienter l’opinion congolaise et la communauté internationale, le pouvoir...
(Paris-Match 19/04/17)
Ancien ministre de Joseph Kabila, Olivier Kamitatu a rejoint l'opposition en 2015. De passage à Paris, il livre son analyse sur la situation politique en République Démocratique du Congo Où en est la situation politique en République démocratique du Congo ? Tout le monde sait que le 19 décembre 2016 a marqué le terme du second mandat du Président de la République. Tout le monde sait qu’il n’a cessé ces derniers mois à saboter le processus électoral dans l’espoir assez vain d’organiser un referendum pour changer la constitution et aller vers une présidence illimitée. Depuis janvier 2015, la population congolaise s’élève contre cette manœuvre et en a payé un sacrifie humain avec des centaines de victimes à travers tout le...
(Reuters 19/04/17)
DAKAR/NATIONS UNIES, (Reuters) - Les Nations unies ont annoncé la libération des 16 membres de la mission de maintien de la paix pris en otage mardi dans l'est de la République démocratique du Congo par une centaine de réfugiés sud-soudanais qui demandaient à être transférés dans un pays tiers. "Le camp est calme et sous le contrôle total de la Monusco (mission des nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo)", a déclaré une porte-parole de la mission, Ismini Palla. "Tout le personnel est rentré en sécurité. Aucune victime n'a été signalée. La mission enquête sur l'incident", a-t-elle ajouté. Les réfugiés, qui appartiennent à un groupe d'un demi-millier de Sud-Soudanais, des combattants rebelles pour la plupart, sont regroupés...
(RFI 19/04/17)
En RDC, le gouverneur de la richissime province du Haut-Katanga, Jean-Claude Kazembe, a été destitué après un vote à l'unanimité d'une motion de censure à l'Assemblée provinciale. Vingt-quatre députés sur les trente que compte cette Chambre ont en effet voté la destitution du gouverneur. La cause de ce désaveu ? La mauvaise gestion de la province du Haut-Katanga. Un rapport d’une Commission d’enquête parlementaire pointe en effet tout une série de dysfonctionnements : de possibles détournements de fonds publics, des relations tendues entre le gouverneur Jean-Claude Kazembe et ses collaborateurs, mais aussi des cas de passation de marchés publics en violation de la procédure ou encore la non-exécution du budget tel que voté par l’Assemblée provinciale.
(RFI 19/04/17)
En RDC, le chef de la police de Kinshasa, Célestin Kanyama, vient d'être suspendu et remplacé temporairement par le colonel Elvis Pangala Nawej. Le général Kanyama est pourtant un personnage clef du dispositif sécuritaire congolais. Officiellement il n'y a aucune explication à cette mise à l'écart. Ni sur sa raison, ni sur sa durée. Pourquoi les autorités ont-elles décidé de le suspendre de ses fonctions ? Ces dernières années Célestin Kanyama était devenu le visage de la police de Kinshasa. Il était très visible et très impliqué dans plusieurs opérations de répression de la délinquance dans la capitale de la RDC. Appelées « Likofi », ces opérations lui ont valu les compliments des autorités congolaises ; mais, par contre, les...
(AFP 19/04/17)
L'organisation congolaise de défense de la presse Journaliste en danger (JED) a condamné mardi l'incendie des installations d'une radio du centre de la République démocratique du Congo (RDC), théâtre des violences meurtrières entre une rébellion et les forces de sécurité. "Un groupe de miliciens se réclamant du chef coutumier Kamwina Nsapu a mis, le samedi 15 avril 2017, le feu à la station de la Radio communautaire satellite du Kasaï, calcinant tous les équipements de ce média", a écrit JED dans un communiqué, qui "condamne" l'acte. la Radio communautaire satellite du Kasaï est installée à Mayi Munene, à 45 Km de Tshikapa, chef-lieu de la province du Kasaï. Les provinces de Kasaï, Kasaï-central, Kasaï-oriental et Lomami sont secouées depuis septembre...
(Xinhua 19/04/17)
KINSHASA, (Xinhua) -- Des agents de la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO) ont été pris en otage dans la journée de mardi par les anciens rebelles sud-soudanais cantonnés dans le cadre de la mission de l'ONU dans la province du Nord-Kivu, a-t-on appris d'une source de la MONUSCO à Goma, chef-lieu de la province. A en croire cette même source, ces rebelles soudanais fidèles à l'ancien vice-président sud-soudanais Riek Machar veulent partir dans un pays tiers autre que la République démocratique du Congo et le Soudan du Sud. Vendredi dernier, la MONUSCO a rapatrié volontairement huit de ces rebelles dans leurs pays d'origine au Soudan du Sud. "Ils ont dit que si les huit ont...
(BBC 19/04/17)
Après plusieurs mois de violents affrontements entre forces de l'ordre et autochtones dans la région du Kasaï central, le gouvernement et la famille du chef tribal Kamuina Nsapu ont décidé de fumer le calumet de la paix. Le gouvernement congolais a auparavant rendu le corps du chef tribal décédé l'an dernier. Un conflit sanglant ayant opposé les forces gouvernementales et la milice tribale a fait 400 morts, selon les Nations unies.
(Jeune Afrique 19/04/17)
Le passeport congolais est parmi les plus chers au monde. Selon l'agence Reuters, Makie Makolo Wangoi, une proche du président Kabila, possède une compagnie basée aux Emirats arabes unis qui récupère une partie du coût de ce passeport, largement surestimé. Le coût d’un passeport en RDC est parmi les plus élevés au monde : il coûte 185 dollars à chaque personne qui en fait la demande. À titre de comparaison, c’est moitié moins au Royaume-Uni et environ 110 dollars aux États-Unis. Mais selon une longue enquête de l’agence Reuters publiée ce week-end, sur ces 185 dollars, le gouvernement congolais en récolterait à peine 65. L’essentiel de l’argent irait à Semlex, une entreprise basée en Belgique et qui produit les documents...
(BBC 19/04/17)
BBC Afrique s'est rendu dans le Kasai Central en RDC ou au moins 23 fosses communes ont été découvertes par l'ONU. Dans cette région les forces de l'ordre affrontent une rébellion. L'armée, qui est soupçonnée de commettre des exactions contre les civils, dit qu'elle enquête. Nous sommes à Nganza, dans la banlieue de Kananga, le chef-lieu du Kasai central. Le quartier est désert. La plupart des maisons sont vides. Les habitants ont fui. Les quelques personnes qui sont restées, vivent dans la peur. Elles disent qu'elles subissent des exactions de la part des militaires, à la recherche de miliciens présumés. "Lorsque les tirs ont commencé, mes enfants ont couru et se sont cachés dans une maison voisine. Mais les militaires...
(BBC 19/04/17)
Le passeport Congolais, l'un des plus chers en Afrique, coute 185 $US mais le gouvernement ne perçoit que 65 ‎$ de ce montant. Les révélations d'une enquête de l'agence de presse Reuters ont été confirmé par le vice-ministre des affaires étrangères. Lors d'une interview dans une télévision congolaise privée, Yves Kisombe, a fait savoir que sur les 185$ de frais de chaque dossier les 120 $ reviennent à une entreprise privée.
(Autre média 19/04/17)
Craignant pour la sécurité de son pays, Eduardo Dos Santos vient de dépêcher des émissaires à Kinshasa pour débattre des mesures à prendre contre la présence de ces miliciens près de la frontière que partagent ces deux pays Les violents affrontements qui opposent depuis quelque temps les Forces armées de la République Démocratiques du Congo (FARDC) aux miliciens Kamuina Nsapu, dans la province du Kasaï Central, et l’expansion de ces violences jusqu’à Tshikapa, Kamako et Kamonia, localités la province du Kasaï situées près de la frontière terrestre avec l’Angola, préoccupent de plus en plus le président Eduardo dos Santos qui craint de voir son pays servir de base arrière aux miliciens traqués...

Pages