Vendredi 23 Février 2018
(AFP 20/02/18)
Deux humanitaires congolais ont été tués samedi dans la province agitée du Nord-Kivu par des personnes armées non identifiées et un autre a été pris en otage, a annoncé lundi le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) en République démocratique du Congo. "Nous avons perdu deux collègues travailleurs humanitaires tués dans l’exercice de leurs fonctions par des personnes armées non identifiées", écrit Ocha dans un communiqué. Les deux hommes étaient employé au sein de l'ONG congolaise Hydraulique sans frontières (Hyfro), spécialisée dans des projets d'assainissement d'eau. "Nous avons également appris le maintien en otage d’un autre collègue de la même organisation", indique Ocha.
(AFP 20/02/18)
L'épiscopat en République démocratique du Congo a demandé aux Congolais de "demeurer debouts et vigilants" lundi, à six jours d'une troisième "marche pacifique" à l'appel d'un collectif catholique contre la "dictature" et pour le départ du président Kabila. "Nous n'abandonnerons jamais notre engagement pour l’avènement d'un Etat de droit", a écrit dans un communiqué la conférence épiscopale (Cenco) à l'issue d'une assemblée plénière des évêques. Le second mandat du président Kabila a pris fin le 20 décembre 2016.
(RFI 20/02/18)
La crise s’aggrave en République démocratique du Congo (RDC) pour les évêques catholiques qui ont livré ce 19 février les conclusions de leur assemblée générale extraordinaire. L’occasion de clarifier leur positionnement dans cette crise et notamment leur soutien au Comité laïc de coordination, organisateur des marches du 31 décembre et du 21 janvier. « Nous n’abandonnerons jamais notre engagement pour l’avènement d’un Etat de droit en RDC » ont déclaré les évêques. « Répression sanglante », « campagne de dénigrement et de diffamation » de l’Eglise catholique, application « sélective biaisée de l’accord de la Saint- Sylvestre » et « extension inquiétante des zones d’insécurité ». Les évêques congolais dressent un constat sévère et inquiet de la situation dans leur...
(RFI 20/02/18)
Les évêques catholiques n’abandonneront « jamais » leur « engagement pour l’avènement de l’Etat de droit » en RDC. C'est la conclusion de l’Assemblée générale de la Cenco, la conférence épiscopale, qui s'était réunie en urgence face à l’aggravation de la crise sociopolitique que traverse le pays et après plusieurs manifestations réprimées dans le sang. L'occasion pour les évêques d'expliciter leur soutien unanime au comité laïc de coordination, organisateur de ces marches. L'abbé Donatien Nsholé, secrétaire général et porte-parole de la Cenco répond aux questions de Florence Morice. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20180220-rdc-eglise-cede-pressions-abbe-donat...
(APA 20/02/18)
APA Kinshasa (RD Congo) - Les évêques membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) invitent la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à lever les équivoques et les suspicions sur la « machine à voter » en acceptant sa « certification » par des experts nationaux et internationaux, dans leur déclaration reçue lundi à APA. Dans cette déclaration rendue publique au terme de leur assemblée plénière extraordinaire tenue du 15 au 17 février, les évêques catholiques de la RD Congo sont perplexes du fait que le projet de la « machine à voter » lancé par la CENI ne fait pas l’unanimité de la classe politique et ne rassure pas la population. « Cela augure la contestation des élections...
(AFP 20/02/18)
Greenpeace et d'autres défenseurs de l'environnement ont déploré mardi à Kinshasa la réattribution par les autorités de la République démocratique du Congo de trois concessions forestières à des firmes chinoises malgré un moratoire en vigueur depuis 2002. "Le ministre congolais de l’Environnement, Amy Ambatobe, a rétabli environ 650.000 ha de concessions forestières illégales qui avaient été annulées en août 2016", regrettent dans un communiqué ces ONG congolaises et internationales. "Les trois concessions rétablies le 1er février 2018 ont été attribuées (à deux) compagnies d’exploitation forestière chinoises", notent ces organisations parmi lesquelles Global Witness. "Deux d'entre elles empiètent sur les 145.000 km2 de tourbières récemment découvertes et contenant quelque 30 milliards de tonnes de carbone", selon le communiqué. Greenpeace déplore "que...
(RFI 20/02/18)
« Le corps des femmes était le champ de bataille des hommes ». Cette phrase est de Julienne Lusenge, militante congolaise (RDC) qui s'engage depuis trente ans en faveur des femmes victimes de violences dans l'est du pays. La présidente de l'association Solidarités des femmes pour la paix et le développement intégral (Sofepadi) est à l'honneur de la conférence annuelle sur les droits de l'homme et la démocratie à Genève ce mardi 20 février. Le « Geneva Summit for Human Rights and Democracy » a décidé de lui décerné le « 2018 International Women's Rights Award » pour son accompagnement des femmes victimes de violences sexuelles. Un soutien financier, médical, moral et juridique qui porte ses fruits, indique Julienne Lusenge...
(APA 20/02/18)
APA Kinshasa (RD Congo) - Le nouveau bilan de l’attaque du véhicule de la Réserve de faune à Okapi (RFO) d’Epulu, survenue samedi sur la route nationale numéro 4 entre Beni (Nord-Kivu) et Mambasa (Ituri) , fait état de sept morts, selon Justin Mwendelwa, un responsable de la RFO cité par radio onusienne Okapi. Deux autres personnes ayant succombé des suites de leurs blessures dans la nuit de samedi à dimanche dans l’hôpital d’Oïcha, selon la source.Le samedi 17 février, une dizaine d’assaillants lourdement armés ont ouvert le feu sur un véhicule de la Réserve de faune à Okapi (RFO) qui revenait de Beni avec plusieurs personnes à bord. Malgré les coups de feu, le chauffeur a continué sa course...
(AFP 19/02/18)
La famille d'une des victimes de la répression des marches de catholiques contestant le régime du président Joseph Kabila en République démocratique du Congo a porté plainte contre chef de la police de Kinshasa pour "assassinat", selon un document parvenu lundi à l'AFP. La famille Kapangala, a porté "plainte contre le général Sylvano Kasongo (...) et les éléments de la police congolaise sous son commandement en date du 21 janvier 2018 pour l'assassinat de Mme Thérèse-Dechade Kapangala Mwanza", selon une lettre de la famille datée du 13 février. La lettre, dont le contenu a été communiqué à l'AFP et à d'autres médias, a été adressée au procureur général de la République. Fille d'un officier de police, Thérèse Kapangala, une aspirante...
(AFP 19/02/18)
Cinq personnes ont été tuées samedi dans une embuscade tendue par de présumés rebelles ougandais musulmans des Forces démocratiques alliées (ADF) à Beni dans l'est de la République démocratique du Congo théâtre des massacres réguliers de civils, ont déclaré des responsables locaux. "Trois femmes et deux hommes ont été tués et huit autres personnes blessées vers 10h00 (08h00 GMT) sur l'axe Eringeti-Oïcha dans le territoire de Beni (Nord-Kivu)", a déclaré à l'AFP Léon Bahungako, chef de la localité d'Eringeti. "Nous avons reçu cinq corps criblés de balles. Nous apportons des soins à quatre personnes blessées, quatre autres sont transférées à l’hôpital d'Oïcha"...
(RFI 19/02/18)
Une embuscade a été menée le 17 février au matin contre un véhicule de l'Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) non loin d'Eringeti, dans le territoire de Beni, en République démocratique du Congo (RDC). Elle a fait six morts et six blessés dont un grave, selon l'Institut. Il s'agit de civils, et parmi eux plusieurs agents de la réserve de faunes à Okapi (RFO). Le Centre de recherches sur les droits de l'Homme (CRDH) dénonce « un chapelet d'attaques meurtrières dans une zone surmilitarisée ». Les victimes revenaient d’un enterrement à Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) lorsqu’elles ont été attaquées ce 17 février en plein jour, un peu avant 10h, à un...
(AFP 19/02/18)
Des rebelles ont voulu l'exécuter, des ONG l'ont accusé de plusieurs trafics, l'arrivée des Chinois a bousculé son empire: le magnat George Forrest a bâti l'une des plus grandes fortunes d'Afrique dans les crises qui secouent encore "son pays", la République démocratique du Congo. A 2.000 km de la capitale Kinshasa et ses lourdes incertitudes politiques, c'est un septuagénaire élégant -veste bleu à col Mao, pochette ton sur ton- qui reçoit dans ses bureaux de Lubumbashi (sud-est), la relativement paisible capitale du Katanga minier. Un drapeau français flotte à l'entrée: ce fils d'un Néo-Zélandais né en 1940 dans l'ex-Congo belge a été consul honoraire de France, titre qu'il a transmis à son fils, comme son groupe aux activités multiples (mines,...
(Jeune Afrique 19/02/18)
La passe d'armes entre l'ambassadrice des États-Unis à l'ONU et le ministre congolais des Affaires étrangères a mis en lumière un fait qu'ignorait les familles et proches des deux experts de l'ONU assassinés en mars 2017 : l'administration américaine dispose d'une liste de suspects, et elle l'a transmise aux autorités de la RDC. Intervenant à New York le 12 février à propos de l’enquête sur l’assassinat de deux experts de l’ONU, l’Américain Michael Sharp et la Suédoise Zaida Catalan, en mars 2017 en République démocratique du Congo, Nikki Haley, l’ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, a exhorté Léonard She Okitundu, le ministre congolais des Affaires étrangères, à « demander à M. Kabila ce qu’il a fait de la liste »...
(RFI 19/02/18)
En République démocratique du Congo (RDC), la famille de Thérèse Déchade Kapangala, tuée lors des marches du 21 janvier dernier, a décidé de porter plainte pour « assassinat » contre le commissaire provincial de la police de la capitale, Kinshasa, le général Kasongo, ainsi que les policiers sous son commandement. Le courrier a été adressé le 15 février au procureur général de la République et à l'auditeur général des FARDC, l'armée congolaise. Selon des témoins et ses proches, la jeune fille de 24 ans a été tuée d'une balle dans ...
(Agence Ecofin 19/02/18)
En fin de semaine dernière, Aimé Ngoy Mukena (photo), le ministre congolais en charge du pétrole a déclaré que le droit positif en vigueur dans le pays n’interdit pas l’exploration du pétrole dans les aires protégées. Ceci après que le journal allemand Die Tageszeitung a révélé que le président Kabila a autorisé l'exploration du parc national de Salonga, la plus grande réserve de forêt tropicale pluviale d’Afrique, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est aussi la deuxième plus grande forêt tropicale au monde. « La loi nous permet d’explorer dans n’importe quelle partie du pays. », a-t-il affirmé selon des propos rapportés par Reuters. Le responsable a également refusé de confirmer l’information selon laquelle le chef de l’Etat a...
(Xinhua 19/02/18)
Le secteur opérationnel Sokola 2 des forces armées régulières de la République démocratique du Congo (FARDC) a annoncé samedi avoir capturé plus de quinze combattants du groupe Yakutumba sur l'axe Kikonde-Kazimia, dans la forêt de Ngandja, dans la province du Sud-kivu, dans l'est du pays. Selon les autorités militaires sur place, les miliciens du groupe Yakutumba capturés accompagnés de leurs armes seront acheminés à Uvira, avant leur transfèrement vers les zones de cantonnement prévue par les autorités. A en croire les mêmes sources militaires ces miliciens vont rejoindre un autre groupe qui est également en transfèrement, loin de la zone opérationnelle. Lors de l'annonce de l'arrestation de ces miliciens à Bukavu, l'armée a également affirmé qu'une quantité importante de leurs...
(Jeune Afrique 19/02/18)
Réuni depuis ce dimanche en Chine, le Beijing Sinobo Guoan devrait officialiser très prochainement le transfert de Cédric Bakambu, ancien joueur de Villareal, en Espagne. L’attaquant congolais, qui a coûté 74 millions d'euros au club chinois, deviendra ainsi le joueur africain le plus cher de l’histoire. Le suspense, même s’il ne faisait plus aucun doute que Cédric Bakambu poursuivrait bien sa carrière à la Chinese Super League, le Championnat de football en Chine, prendra définitivement fin dans quelques jours. Le temps, pour les dirigeants du club Beijing Guoan, de finaliser les préparatifs de l’officialisation du transfert du buteur congolais. Depuis le début du mois de janvier, l’attaquant des Léopards attendait ce moment depuis le Portugal, où il était en stage...
(RFI 19/02/18)
En République démocratique du Congo (RDC), l’épidémie de choléra menace de se répandre le long du fleuve Congo. Un décès a été constaté à bord d'un bateau, dans la province de la Mongala. Les autorités de Kinshasa et l'OMS ont dépêché des experts avec du matériel et des médicaments à Lisala, chef-lieu de la province. Un bateau, parti de Kinshasa vers Kisangani, avait à son bord, sans le savoir, des personnes malades. Au niveau de la toute nouvelle province de la Mongala, peu avant d’arriver au chef-lieu Lisala, les malades ont été déshydratés, après une forte diarrhée. L’un d’entre eux est décédé. Après l’enterrement sur place, sur la berge du fleuve Congo, l’embarcation a continué de remonter le fleuve. Les...
(AFP 17/02/18)
L'ancien chef de guerre congolais Germain Katanga, poursuivi pour crime contre l'humanité en République démocratique du Congo, a dénoncé vendredi la lenteur avec laquelle se déroulait son procès devant la Haute cour militaire congolaise. Germain Katanga et ses six coaccusés ont comparu à l'audience ouverte peu après 13h00 (12h00 GMT) dans ce procès ouvert en février 2016. Ils sont poursuivis pour "crime de guerre, crime contre l'humanité et participation à un mouvement insurrectionnel" dans la région aurifère de l'Ituri (nord-est de la RDC). "Nous sommes dans quelle étape du procès? Nous sommes dans le fond de l'affaire ou encore dans les préliminaires?", s'est interrogé Germain Katanga devant la barre. "Pourquoi ça traine, avançons", a-t-il insisté. Un autre prévenu, Floribert Ndjabu,...
(Xinhua 17/02/18)
Plus de 76 personnes tuées à l'arme blanche suite aux violences interethniques qui ravagent depuis le mois de décembre dernier, la province de l'Ituri, située dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), selon les Fonds des Nations-Unies pour l'enfance (UNICEF). A en croire le communiqué de l'UNICEF, parmi les personnes tuées, il y a une majorité de femmes et d'enfants. Suite à cette situation, le bureau de l'ONU pour l'enfance s'est déclaré particulièrement préoccupé par la situation des enfants qui se sont déplacés à cause de ces violences dans cette partie du pays. Au-delà des meurtres, l'agence de l'ONU a souligné que plus de 70 villages ont été incendiés lors des récentes violences et les violences ont...

Pages