| Africatime
Mardi 28 Mars 2017
(Reuters 27/03/17)
KINSHASA, (Reuters) - Des miliciens ont décapité une quarantaine de policiers après leur avoir tendu une embuscade vendredi dans le sud de la République démocratique du Congo (RDC), ont annoncé des responsables locaux samedi. L'attaque menée par les miliciens du groupe Kamuina Nsapu visait un convoi de policiers qui se rendait de Tshikapa à Kananga, deux villes de cette région qui connaît un mouvement d'insurrection depuis le mois d'août. Les miliciens se sont emparés des armes des policiers et des véhicules à bord desquels ils circulaient, a précisé François Kalamba, président de l'assemblée provinciale de Kasai.
(RFI 27/03/17)
En République démocratique du Congo, les négociations se sont poursuivies jusque tard dans la nuit, mais aucun accord n’a été trouvé. Les évêques qui dirigent la médiation ont pourtant donné au pouvoir et à l’opposition jusqu’à ce lundi pour finaliser l’accord politique du 31 décembre dernier. Parmi les principaux points de blocage figure notamment la question de la nomination du Premier ministre. Pour tenter de sortir de l’impasse, les évêques font donc une nouvelle proposition dans laquelle le chef du gouvernement serait nommé au terme d’une consultation avec l’opposition. Selon l’accord signé le 31 décembre, le président de la République nomme le Premier ministre désigné au préalable par le Rassemblement de l’opposition, cette frange la plus radicale de l’opposition congolaise...
(Courrier International 27/03/17)
Les enquêteurs de l’ONU affirment avoir découvert de nouvelles fosses communes au Kasaï-central suite aux violences entre l’armée et les miliciens de Kamuina Nsapu, alors que Kinshasa annonce la décapitation d’une quarantaine de policiers. Ces deux derniers mois, une centaine de civils a été tuée dans les affrontements entre les forces de sécurité congolaises et les membres du mouvement du chef traditionnel Kamuina Nsapu dans les Kasaï, au centre de la République démocratique du Congo (RDC). Un groupe qui lutte...
(RFI 27/03/17)
Au Congo Kinshasa, au moins 400 civils ont été tués dans la province du Kasaï central depuis septembre dernier. Et plusieurs vidéos sont accablantes pour les forces de l'ordre. De passage à Paris, le ministre congolais de la Communication et des Médias, Lambert Mendé, répond aux questions de RFI. Il s'exprime aussi sur la crise politique qui perdure malgré l'accord du 31 décembre dernier. RFI : Qu’est-ce qui bloque dans l’application de l’accord de transition du 31 décembre ? Lambert...
(AFP 27/03/17)
La Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH) redoute une généralisation des violences en République démocratique du Congo à neuf mois d'une présidentielle incertaine dans ce pays minée par la crise politique. "La situation sécuritaire précaire qui règne en RDC pourrait très rapidement dégénérer et plonger le pays dans des violences généralisées", écrivent la FIDH et ses ONG partenaires congolaises dans un communiqué publié lundi. Ce communiqué a été publié deux jours avant un vote du Conseil de sécurité des Nations unies sur le renouvellement du mandat de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco). La Monusco, présente depuis 1999 en RDC, a déployé près de 19.000 soldats, policiers...
(RFI 27/03/17)
Les autorités provinciales du Kasaï annoncent une embuscade contre des policiers. 42 policiers auraient été tués par des hommes armés, identifiés par les autorités locales comme membres de la milice Kamuina Nsapu, sur la route entre Tshikapa et Kananga. C'est l'attaque la plus meurtrière à ce jour dans cette région secouée par l'insurrection des adeptes du chef traditionnel Kamuina Nsapu, tué en août dernier. Selon des premières sources jointes sur place, vendredi dans la matinée, un convoi de deux véhicules qui transportait des policiers venus de Kinshasa aurait été attaqué par une centaine d'assaillants se réclamant de la milice locale Kamuina Nsapu.
(Le Monde 27/03/17)
Analyse. Aux confins de la République démocratique du Congo, pays d’Afrique francophone dont les structures étatiques sont en déréliction, des foyers de violences font couler le sang et fuir les gens. Et la capitale n’est pas épargnée. Le temps des grandes rébellions soutenues par des pays voisins appartient au passé. De la deuxième guerre du Congo (1998-2002), impliquant neuf pays africains et causant des millions de morts, l’est de la République démocratique du Congo (RDC) a hérité la misère, l’abandon...
(BBC 27/03/17)
L'attaque de vendredi visait un convoi de police sur la route entre Tshikapa et Kananga. D'après les autorités locales, la milice de Kamuina Nsapu est responsable de de cette embuscade meurtrière. Le président de l'Assemblée provinciale du Kasaï indique que 6 officiers ont eu la vie sauve car ils parlaient la langue de la région à savoir le tshiluba. Les troubles dans la région ont commencé en août dernier après que les forces de sécurité aient tué le chef traditionnel...
(Afrique Actualité 27/03/17)
Voilà trois mois que l'accord de la St Sylvestre – ultime recours pour les uns, et historique pour les autres - est mis au placard par le fait d'une incapacité de la classe politique congolaise à se mettre d'accord sur l'essentiel, c'est-à-dire garantir l'alternance démocratique par la voie des urnes. En toute logique, c'est la majorité présidentielle, MP qui jubile. Le 8 décembre 2016, des forces vives de la République démocratique du Congo (RDC) se sont données rendez-vous au Centre...
(Jeune Afrique 27/03/17)
Lorsque le ciel s’assombrit à Oicha, à 30 kilomètres au nord de la ville de Beni, l’angoisse saisit Mwayuma*. Car, depuis deux ans, au cœur de ce territoire du Grand-Nord congolais, connue sous le nom de « triangle de la mort », entre Mbau, Kamango et Eringeti, l’arrivée de la pluie annonce souvent celle des ba tshinjayi, « les égorgeurs » en swahili. En octobre, la jeune paysanne de 31 ans a échappé in extremis aux machettes de ces tueurs...
(Dw-World 27/03/17)
Des doutes persistent sur la signature de l'arrangement particulier entre le pouvoir et l'opposition en République démocratique du Congo, à deux jours de la décision de l'ONU sur la reconduction de la Monusco. Les discussions directes entre l’opposition et le camp présidentiel doivent prendre fin ce lundi 27 mars à Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo. Une signature est attendue entre les deux parties au conflit, à l'issue des pourparlers. L'arrangement particulier porte, entre autres, sur le...
(APA 27/03/17)
APA Kinshasa (RDC) - Environ 40 policiers ont été décapités vendredi 24 mars par des présumés miliciens Kamwina Nsapu, dans la province du Kasaï (centre de la RDC) sur la route nationale numéro 1, dans le tronçon Tshikapa - Kananga, annonce le site actualité.cd qui cite une dépêche de l’agence Reuters. Selon cette source, ces policiers qui venaient de Kinshasa et qui se rendaient dans la ville de Mwene-Ditu, dans la province de Lomamai où ils venaient d’être affectés, sont...
(Courrier International 27/03/17)
Les deux experts de l’ONU et leurs quatre accompagnateurs congolais disparus le 12 mars au sud de Kananga n’ont toujours pas été retrouvés. Plus le temps passe plus l’inquiétude grandit après la disparition de Michael Sharp, Zaida Catalán, deux experts de l’ONU, et de Betu Tshintela, interprète congolais, Isaac Kabuayi et deux autres chauffeurs congolais il y a maintenant deux semaines. Le groupe enquêtait sur les récents massacres au Kasaï. Et c’est près du village de Bunkonde, au sud de...
(BBC 27/03/17)
A Beni dans l'Est de la RDC, des violences ont fait quatre morts et plusieurs blessés. Les affrontements ont eu lieu à Kalau, un quartier périphérique de Beni qui avait été attaqué par des miliciens. Un militaire congolais et trois miliciens sont morts d'après un bilan officiel de l'armée. Le capitaine Mak Azukay, un porte-parole de l'armée dans le Nord-Kivu affirme que les miliciens Maï-Maï ont fait incursion dans le quartier vendredi après-midi, incendiant les cases et les biens de...
(La Voix de l'Amérique 27/03/17)
Kasumbalesa et Mogambo, cités frontalières entre la Zambie et la RDC, ont vu l'arrivée de plusieurs cargaisons de farine de maïs commandés par le gouvernement provincial et par les commerçants en provenance de l'Afrique du Sud, la Tanzanie et la Zambie. Les cargaisons de farine de maïs arrivent après quatre mois d'une pénurie en farine de maïs qui a frappé les grandes villes des provinces du Haut-Katanga et du Lualaba, issues de l'ex-Grand Katana. À Mokambo, cité frontalière entre la...
(AFP 25/03/17)
Un militaire congolais et trois miliciens ont été tués dans des combats dans un quartier, attaqué par une milice, de Beni, ville de l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a annoncé samedi l'armée de RDC. "Les (miliciens) Maï-Maï ont fait incursion à Kalau, un quartier périphérique de la ville de Beni hier (vendredi) après-midi avant d'être repoussés par l'armée" alors qu'ils incendiaient les "huttes de la population", a déclaré à l'AFP le capitaine Mak Azukay, un porte-parole de...
(RFI 25/03/17)
250 dollars « symboliques » pour chacune des victimes. La Cour pénale internationale a attribué des réparations aux victimes de Germain Katanga, l'ancien chef de guerre congolais condamné pour les crimes commis par sa milice en 2003 dans le village de Bogoro, dans le nord-est de la République démocratique du Congo. C'est la première fois que les juges de la CPI décident d'une indemnisation monétaire. C'est un symbole très fort pour les victimes. La Cour veut obliger les responsables de crimes à réparer le préjudice qu'elles ont commis, au moins à soulager les victimes. La CPI pense aussi que ces réparations peuvent promouvoir la réconciliation.
(RFI 25/03/17)
La RDC est toujours dans l'impasse politique. Les discussions entre majorité et opposition pour organiser la transition jusqu'à l'organisation d'élections sont au point mort depuis l'accord trouvé le 31 décembre dernier. Les évêques congolais, médiateurs dans cette crise, ont déjà exprimé leur impatience. Et les membres de la Cenco ont abordé ce sujet avec le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault, qui appelle lui aussi à reprendre au plus vite les échanges.
(BBC 25/03/17)
Les premières indemnisations vont concerner les victimes de l'ancien chef de milice congolais, Germain Katanga, actuellement en prison à Kinshasa, pour "crime de guerre, crime contre l'humanité et participation à un mouvement insurrectionnel" dans la région de l'Ituri. La Chambre de première instance II de la Cour pénale internationale va prononcer son ordonnance de réparation à quelques 304 victimes de Germain Katanga et ses hommes. Il a été accusé d'avoir facilité et coordonné l'approvisionnement en armes des membres de sa...
(Jeune Afrique 25/03/17)
Deux associations de la diaspora congolaise le claironnent depuis le 10 mars : ce jour-là, elles ont déposé « une plainte contre Joseph Kabila » devant la CPI, et elle aurait été jugée « recevable ». L’Association pour la promotion de la démocratie et le développement de la RD Congo (Aprodec) et la Ligue contre la corruption et la fraude (Licof) disent avoir ainsi dénoncé les récentes exactions de l’armée dans le Kasaï (centre du pays) et l’existence d’un charnier à Maluku, en 2015. La réalité est quelque peu différente, comme l’explique une source au bureau de Fatou Bensouda, la procureure. D’abord, cette dernière ne reçoit pas de « plainte », seulement des « communications ».

Pages