Mercredi 26 Juillet 2017
(AFP 26/07/17)
Les Nations unies ont annoncé mercredi la nomination de trois experts internationaux pour enquêter sur les violences dans la région du Kasaï, en République démocratique du Congo, au terme d'un compromis avec Kinshasa qui a refusé une mission indépendante. Un Sénégalais, un Canadien et une Mauritanienne devront "déterminer les faits et les circonstances sur les allégations de violations des droits de l’Homme et du droit humanitaire international dans la région du Kasaï", selon un communiqué du Haut commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme publié à Genève. Le Conseil des droits de l'Homme avait adopté le 22 juin une résolution de compromis entre l'ONU, l'Union européenne et les États-Unis...
(AFP 26/07/17)
Deux journalistes de l'Agence France-Presse (AFP) ont été interpellés et malmenés mardi à Kinshasa par trois agents présumés des services de renseignement militaire alors qu'ils couvraient la grève des médecins dans un hôpital public de la capitale de République démocratique du Congo. Après avoir réalisé une interview avec le directeur de l'hôpital général de Kinshasa, les deux journalistes ont été interpellés par trois personnes se présentant comme des agents de la Demiap (Détection militaire des actions anti-patrie, renseignements militaires, NDLR).
(Jeune Afrique 26/07/17)
Pourquoi la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) organise t-elle des élections de gouverneurs dans 11 provinces de la RDC, alors que les Congolais attendent d'elle qu'elle se penche avant tout sur la présidentielle ? En raison d'un « vide juridique » dans certaines provinces, répond le gouvernement. Alors que l’opposition congolaise réclame la tenue de l’élection présidentielle d’ici à la fin de l’année, comme l’indiquait l’accord de la Saint Sylvestre, la Ceni a soudainement publié le 18 juillet − à...
(RFI 26/07/17)
En République démocratique du Congo, même s'il est contesté, le Conseil national de suivi de l'accord (CNSA) du 31 décembre a tenu mardi 25 juillet sa première réunion plénière. Mais sans le Rassemblement de l'opposition, sans le MLC et ses alliés, sans même l'UNC de Vital Kamerhe. L'objectif de cette plénière était de travailler à la rédaction d'un règlement intérieur pour cette nouvelle institution et de définir un budget. Le CNSA était conçu comme la pierre angulaire de cet accord...
(La Tribune 26/07/17)
Au terme du premier semestre de l’année en cours, l’organe local de l’ONU en charge des droits humains affirme avoir recensé 2.822 violations et atteintes aux droits de l’Homme sur l’ensemble du territoire de la RDC. La majorité de ces violations ont été le fait des agents de l’Etat selon la même source qui s’est également inquiétée de l’amplification de cette tendance dans un contexte politique et sécuritaire assez tendu. Les autorités congolaises ont par conséquent été invitées à traduire...
(RFI 26/07/17)
Le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l'homme publie le bilan des violations des droits de l'homme commises sur les six premiers mois de l'année en RDC. Un monitoring exigé par le Conseil de sécurité de l'ONU. Selon ce rapport, les agents de l'Etat restent responsables de la majorité des violations des droits de l'homme au Congo - avec 58% en moyenne - au cours de ce premier semestre. Mais derrière ce pourcentage se cache un chiffre encore...
(RFI 26/07/17)
La Monusco va fermer cinq nouvelles bases au Nord-Kivu, l'une des provinces les plus troublées de l'est du Congo. Neuf bases et détachements ont déjà été fermés, cela fait suite à une réduction des effectifs de la mission exigée à l'époque par le gouvernement congolais et confirmé par le Conseil de sécurité des Nations unies. Une coupe dans les effectifs qui pourrait en préfigurer d'autres. Avec la réduction du budget annoncé, notamment par les Américains. Un bataillon de Casques bleus...
(AFP 26/07/17)
NEW YORK (Nations Unies), (Xinhua) -- Une délégation conjointe de l'ONU et de l'Union africaine (UA) a rencontré mardi à Kinshasa des femmes leaders congolaises dans le cadre d'une discussion sur l'implication des femmes avec pour mission de montrer que ces dernières ne sont pas seulement des victimes mais également des agentes de la paix et du développement. 100% féminine, la délégation est composée de la vice-secrétaire générale des Nations Unies, Amina J. Mohammed, de la directrice exécutive de l'ONU-Femmes,...
(AFP 25/07/17)
Kinshasa a qualifié lundi "d'amalgame" et de "provocation" la mise en cause directe du président Joseph Kabila et de sa famille dans deux enquêtes récentes sur des enrichissements et des détournements présumés dans le secteur des mines, principale richesse de la République démocratique du Congo. Vendredi, l'ONG Global Witness a publié un rapport qualifiant le secteur des mines de "distributeur automatique de billets" pour le régime du président Kabila. L'ONG britannique a estimé que la RDC, pays pauvre mais riche notamment en cuivre, coltan, cobalt, a perdu 750 millions de dollars de recettes fiscales entre 2013 et 2015 en raison de "la corruption" dans ce secteur.
(AFP 25/07/17)
Les médecins congolais ont poursuivi lundi une grève avec service minimum entamée vendredi dans les hôpitaux publics de la capitale Kinshasa, pour interpeller les autorités sur la baisse de leur pouvoir d'achat sur fond de chute du franc congolais. "Cette grève vise à mettre le gouvernement devant ses responsabilités face au pouvoir d'achat des médecins", a déclaré à l'AFP le Dr Mankoy Badjoky, président du Syndicat national des médecins (Synamed) de la RDC. "Les médecins ont perdu plus de la moitié de leur pouvoir d'achat", a-t-il estimé. "Nous sommes en concertation avec le gouvernement. Nous maintenons le service minimum dans les hôpitaux publics...
(La Tribune 25/07/17)
Les médecins congolais ont poursuivi lundi une grève avec service minimum, entamée vendredi dans les hôpitaux publics de la capitale Kinshasa, pour interpeller les autorités sur la baisse de leur pouvoir d'achat sur fond de chute du franc congolais. En cause, une monnaie nationale qui a perdu plus de 50% de sa valeur depuis l'année dernière. Au pays de Joseph Kabila, les crises se multiplient, mais ne se ressemblent pas. Cette fois-ci, ce sont les médecins qui ont décidé de...
(BBC 25/07/17)
La nomination de Joseph Olengakoy à la présidence du Conseil national de suivi des accords du 31 décembre 2016 (Cnsa), divise la classe politique. Le Rassemblement, la principale coalition de l'opposition, a qualifié la désignation de M. Olengakoy d'"escroquerie politique" qui vise à "tromper l'opinion en faisant semblant d'appliquer l'accord du 31 décembre". L'ex-président de l'Assemblée nationale et opposant actuel au pouvoir, Vital Kamerhe, désigné au poste de deuxième vice-président du Cnsa, a décliné cette offre, estimant que ces désignations...
(Le Monde 25/07/17)
Selon une enquête de l’agence Bloomberg, le frère du président congolais a investi dans une myriade d’entreprises depuis l’arrivée au pouvoir de Joseph Kabila. Des concessions de diamants et d’or, un hôtel de luxe, une compagnie aérienne, une franchise de fast-food… Depuis que son grand frère Joseph a accédé à la présidence de la République démocratique du Congo (RDC), en 2001, Zoé Kabila a investi dans de nombreuses sociétés, selon une enquête de l’agence Bloomberg publiée mercredi 19 juillet. Sans...
(Dw-World 25/07/17)
Les opposants Vital Kamerhe de l'UNC et Eve Bazaiba du MLC rejettent la désignation de Joseph Olenghakoy à la tête du CNSA. Il lui est reproché de ne pas avoir le profil pour bien assumer cette fonction. Les frustrations au sein de la classe politique persistent depuis la désignation de Joseph Olenghankoy à la tête du Comité national de suivi de l'accord du 31 décembre, le CNSA. La mission du Comité national pour le suivi de l'accord est principalement de...
(RFI 25/07/17)
Malgré l'annonce de l'élection des gouverneurs le 26 août prochain, la fronde des exécutifs provinciaux est loin d'être terminée. Parmi les 11 gouverneurs annoncés comme démissionnaires, on dénonce une élection inconstitutionnelle et une Commission électorale qui a fait la preuve de sa soumission au gouvernement et à la majorité. La dernière élection des gouverneurs date de 2016, les 11 exécutifs provinciaux seront désignés par des députés issus d'assemblées élues en 2006. L'annonce de cette élection anticipée, un an après, a...
(RFI 25/07/17)
Le ministre des Mines de la RDC, Martin Kabwe Lulu, a réagi ce lundi 24 juillet au rapport de Global Witness. L'ONG affirme dans ce rapport, publié la semaine dernière, qu'entre 2013 et 2015, 750 millions de dollars de recettes minières destinés au Trésor se sont évaporés en RDC. Des informations contestées pour les autorités congolaises. Pour le ministre des Mines, le rapport de Global Witness est orienté politiquement. « Je constate avec beaucoup de regret que l’interprétation (est) apparemment...
(RFI 25/07/17)
En République démocratique du Congo, la première journée de grève générale dans l’administration publique n’a pas du tout été une réussite. Arriérés de salaires, perte du pouvoir d'achat, le niveau de vie des fonctionnaires n'a cessé de baisser et le mécontentement des agents de la fonction publique est, nous dit-on, perceptible dans tout le pays. Pourtant, l'appel à la grève du Collectif des syndicats a été peu suivi, ce lundi 24 juillet, dans la capitale comme en province. Ils avaient...
(Agence d'information d'afrique centrale 25/07/17)
Le Congolais Makorobondo Salukombo Ka a offert, le 23 juillet, à la RDC sa première médaille d’or aux huitièmes jeux de la Francophonie. L’athlète a remporté le marathon avec un temps de 2h27 mn 54 s. C’est après le faux pas en lutte libre avec 4 combats perdus et la défaite des Léopards, un but à zéro, le 22 juillet, face à l’équipe de football du Canada-Québec. La Représentante personnelle du chef de l’État à la Francophonie, présente dans la...
(AFP 24/07/17)
La situation politique apparaît toujours bloquée en République démocratique du Congo (RDC) où la mise en place d'une instance de sortie de crise a été immédiatement rejetée par des opposants, a constaté l'AFP lundi. Samedi, les autorités congolaises ont installé un "Conseil national de suivi de l'accord" (CNSA) du 31 décembre 2016. Cet accord est supposé sortir ce géant d'Afrique d'une crise politique ouverte provoquée par le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila au-delà de la fin de son...
(Jeune Afrique 24/07/17)
L’opposant Joseph Olenghankoy a été désigné samedi pour prendre la tête du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA) de la Saint-Sylvestre, censé mettre un terme à la crise politique en République démocratique du Congo. Une nomination qui a fait bondir les membres du Rassemblement, la plateforme de l’opposition. Pressenti comme favori aux côtés d’Eve Bazaiba et Vital Kamerhe, Joseph Olenghankoy a finalement été désigné président du CNSA lors d’une réunion organisée samedi 22 juillet sous l’égide des présidents de...

Pages