| Africatime
Lundi 20 Octobre 2014
(La Croix 20/10/14)
Plus de cinquante personnes ont été assassinées dans les environs de Beni, au Nord-Kivu, en moins d’une semaine. Des rebelles veulent dissuader la population d’apporter son soutien à l’armée. Un nouveau massacre s’est déroulé aux environs de Beni, dans la province du Nord-Kivu, au Nord-Est de la République démocratique du Congo (RDC), dans la nuit de vendredi 17 à samedi 18 octobre. Les membres des Forces démocratiques alliées (ADF), rébellion originaire de l’Ouganda voisin, ont assassiné au moins vingt-deux personnes, dont dix femmes et huit enfants, à Eringeti.
(AFP 20/10/14)
Les habitants de Beni, dans l'Est de la République démocratique du Congo, commencent à se défier des autorités locales après une succession de massacres de civils commis par des rebelles ougandais. "Restez calmement dans vos maisons, les autorités maîtrisent la situation". Le message passé dimanche matin à la radio par Nyonyi Masumbuko, maire de cette ville du Nord de la province du Nord-Kivu, ne convainc guère. Dans le centre, quelques dizaines d'habitants ont justement déserté leur domicile des quartiers de la périphérie nord. "Je quitte mon quartier parce qu'on y a jeté des tracts qui disaient qu'ils allaient venir y...
(RFI 20/10/14)
Une délégation du gouvernement congolais, conduite par le ministre de l'Intérieur Richard Muyej, et une autre composée des parlementaires séjournent depuis dimanche à Beni dans le Nord-Kivu. Leur objectif est de faire la lumière sur les massacres à répétition dans ce territoire où la population a finalement décidé de prendre en charge sa sécurité. Désormais, ce sont les jeunes qui devront assurer la sécurité la nuit dans le territoire de Beni. La population a pris cette décision le week-end dernier,...
(AFP 20/10/14)
Le Haut-Commissaire de l'ONU pour les droits de l'homme a vivement critiqué dimanche Kinshasa pour avoir expulsé un de ses hauts responsables, faisant état "d'intimidations graves" pesant sur d'autres membres de son équipe en République démocratique du Congo. "Non seulement mon représentant très respecté et expérimenté en RDCongo, Scott Campbell, a été prié de partir, mais deux autres membres de son équipe ont subi des menaces sérieuses au cours des récents jours", a déclaré le Haut-Commissaire, Zeid Ra'ad Al Hussein, dans un communiqué. "C'est inacceptable", a-t-il souligné. Le chef du Bureau des droits de l'Homme des Nations unies en République démocratique...
(BBC 20/10/14)
Le Haut commissaire aux droits de l'homme des Nations unies, Zeid Ra'ad Al Hussein, a déclaré qu'il regrettait et condamnait la décision du gouvernement de la RDC d'expulser son représentant dans ce pays. "On a demandé à Scott Campbell, mon très expérimenté et respecté représentant en RDC, de partir. Deux autres membres du personnel travaillant dans son équipe ont été sérieusement menacés. C'est inacceptable", a déclaré Zeid dans un communiqué. Jeudi dernier, les autorités congolaises ont déclaré Campbell "persona grata",...
(AFP 20/10/14)
Plus de trois cent détenus étaient en cavale dimanche après s'être évadés nuitamment de la prison de Butembo, au Nord-Kivu, dans l'Est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de sources concordantes. "Sur les 423 prisonniers, il n'en reste plus que 120, 303 sont partis", a déclaré à l'AFP un responsable de l'administration locale sous le couvert de l'anonymat. La prison a été attaquée dans la nuit de samedi à dimanche par une trentaine de personnes, non identifiées, dont certaines armées de Kalachnikov, qui ont ouvert le feu sur les policiers affectés à la garde du centre...
(BBC 20/10/14)
Une prison située dans l’est de la RDC a été attaquée par des hommes armés, qui permis à quelque 400 prisonniers de s’évader. Les prisonniers se sont évadés de leur lieu de détention situé dans la ville de Butembo, dans le Nord-Kivu, durant la nuit de samedi à dimanche. Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement de la RDC, a dit à la BBC que les autorités de son pays ont ouvert une enquête sur les circonstances de l’attaque. La province...
(PANA 20/10/14)
Le représentant du Secrétaire général de l’ONU et chef de la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la Rd Congo (Monusco), Martin Kobler, a demandé aux autorités congolaises de reconsidérer leur décision d’expulsion de Scott Campbell, directeur du Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’Homme (Bcnudh), indique un communiqué remis dimanche à la PANA. Martin Kobler, qui assume la responsabilité du rapport Scott Campbell, a exprimé sa confiance à ce dernier dans ce travail réalisé par...
(AFP 20/10/14)
Le chef du Bureau des droits de l'Homme des Nations unies en République démocratique du Congo, déclaré indésirable par le gouvernement congolais, a quitté Kinshasa, a-t-on appris samedi de source aéroportuaire. M. Scott Campbell, qui dirige cet organisme depuis septembre 2011, a décollé vendredi soir à bord d'un avion de ligne à destination de Bruxelles, a-t-on indiqué à l'aéroport international de Ndjili, à Kinshasa. Interrogé par l'AFP, Carlos Araujo, porte-parole de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco) a indiqué...
(Xinhua 20/10/14)
KINSHASA, (Xinhua) -- Martin Kobler, chef de la Mission de l'ONU pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) et représentant du secrétaire général de l'ONU en RDC, a invité le gouvernement rd-congolais à reconsidérer sa décision sur le chef du Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l'Homme (BCNUDH) , Scott Campbell. Jeudi, le gouvernement rd-congolais a déclaré Scott Campbell persona non grata et a demandé au secrétaire général de l'ONU de " le retirer" de la RDC en raison...
(Xinhua 20/10/14)
KALEMIE (RDC), (Xinhua) -- La Mission de l'ONU pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) préconise des actions militaires conjointes et déterminantes pour neutraliser les rebelles ougandais de l'Alliance des forces démocratiques (ADF) dans l'est de la RDC, rapporte un communiqué de l'ONU reçu samedi. Le chef de la MONUSCO, Martin Kobler, demande le lancement, au plus tôt, les actions militaires de l'armée congolaise et de la force onusienne afin de soulager définitivement la population de la terreur qui leur est...
(AFP 20/10/14)
Remonter la trace d'Ebola, c'est la difficile tâche d'une équipe de médecins enquêteurs congolais chargés de documenter le plus fidèlement possible l'épidémie qui touche la République démocratique du Congo. Le but de la mission, qui écume en 4x4 les pistes défoncées de la région enclavée du nord-ouest du pays où la maladie reste contenue depuis son apparition fin juillet, est de comprendre comment celle-ci agit et se développe afin de la combattre au mieux. L'épidémie qui frappe la région de...
(RFI 20/10/14)
Il y a un an, l’armée congolaise assistée de la mission des Nations unies au Congo (Monusco) mettait fin à la rébellion du M23, ce groupe armé qui pendant un an et demi avait occupé toute une partie du Nord-Kivu. Pour les FARDC, c’était une victoire historique mais aussi pour la Monusco dont le mandat venait de se voir renforcé avec l’arrivée d’une brigade d’intervention composée de 3 000 hommes et autorisée à ouvrir le feu sur les rebelles. Aujourd'hui,...
(RFI 20/10/14)
A l'est de la RDC, les rebelles ougandais de l'ADF sont soupçonnés d'avoir mené une nouvelle attaque vendredi soir. Le village d'Eringéti situé à 54 kilomètres au nord de la ville de Béni était visé. 22 personnes ont été tuées selon les autorités. En tout, 79 personnes sont mortes ces deux dernières semaines selon la société civile de la région qui demande aux autorités d'envoyer des renforts de l'armée. L'attaque a été lancée une fois la nuit tombée. Les assaillants...
(Xinhua 20/10/14)
KALEMIE, (Xinhua) -- Vingt deux personnes ont été tuées par des hommes présumés du groupe rebelle ougandais de l'ADF dans la nuit du vendredi à samedi à Erengeti, localité située à 55 km de Beni dans la province du Nord-Kivu, a-t-on appris des sources sécuritaires de la région. "Les victimes ont été tuées après une incursion des rebelles ougandais de l'ADF à Erengeti dans le Nord-Kivu, ils sont tous des civils", a indiqué une source de la société civile basée...
(AFP 18/10/14)
Vingt-deux personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été massacrées vendredi soir lors d'une nouvelle tuerie commise par des rebelles ougandais dans l'est de la République démocratique du Congo, où la population exhorte l'ONU à monter au front contre leur groupe. "Vingt-deux personnes ont été tuées cette nuit à Eringeti, dont 10 femmes et 8 enfants", a déclaré samedi matin à l'AFP Amisi Kalonda, administrateur du territoire de Beni, dans le nord de la province du Nord-Kivu. Eringeti est...
(RFI 18/10/14)
La décision prise par Kinshasa jeudi 16 octobre de déclarer le chef du bureau de l’ONU pour les droits de l’homme en RDC persona non grata suscite la désapprobation de la communauté internationale et des défenseurs des droits de l’homme. Mais du côté de Kinshasa, on persiste et signe. Pour le porte-parole du gouvernement de la RDC, l’expulsion de Scott Campbell est une question d’heure, même si aucune « deadline » n’a encore été annoncée officiellement. Lambert Mendé estime que...
(Radio Okapi 18/10/14)
La plateforme de l’opposition Forces acquises au changement (Fac) dénonce l’insécurité qui, selon elle, semble reprendre de l’envergure ces jours-ci dans presque toute la RDC. Au cours d’une conférence de presse vendredi 17 octobre à Kinshasa, ses responsables ont accusé les tenants du pouvoir de tolérer cette situation. Les Fac recommandent une réaction énergique des forces de sécurité pour rétablir l’ordre dans le pays. Le coordonnateur des Fac, Martin Fayulu, soutient que toutes les provinces de la RDC sont insécurisées:...
(Agence d'information d'afrique centrale 18/10/14)
La province demeure, selon le Bureau des Nations unies pour la coordination de l’aide humanitaire (Ocha), la plus affectée par l’insécurité, avec plus de neuf cent mille personnes déplacées. Dans un communiqué publié le 16 octobre, Ocha a relevé que des milliers de civils subissent, depuis plusieurs semaines, des graves violations des droits de l’homme et sont les otages d’une spirale de violence suite à une inquiétante détérioration de la situation sécuritaire provoquée par des groupes armés, dans les territoires...
(AFP 17/10/14)
L'ONU a jugé vendredi "extrêmement inquiétantes" les informations sur le rappel de son responsable pour les droits de l'homme en République démocratique du Congo (RDC), tout en précisant n'avoir eu pour l'instant aucune confirmation officielle de cette décision. "Ces informations ne nous ont pas été confirmées et nous espérons qu'elles ne le seront pas", a commenté le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric. "Il s'agirait d'un développement extrêmement inquiétant et que nous rejetterions", a-t-il ajouté. Le ministre de l'Intérieur de RDC, Richard Muyej, a déclaré jeudi à Kinshasa que "le moment est sans doute venu de nous séparer" de Scott Campbell et de demander son rappel "pour manque de...

Pages