Jeudi 25 Mai 2017

Santé : l’épidémie de choléra à la porte de la RDC

Santé : l’épidémie de choléra à la porte de la RDC
(Agence d'information d'afrique centrale 25/08/16)

L’épidémie déclarée, depuis le 10 août, en République centrafricaine a déjà touché 15.000 personnes sur le territoire RD-congolais et fait plus de 380 morts depuis le début de l'année. Pendant que les autorités congolaises et leurs partenaires se réjouissent du succès de la campagne de vaccination contre la fièvre jaune, lancée depuis le 16 août, en se félicitant notamment de l’adhésion de la population à cette action sanitaire, une autre épidémie gagne du terrain sur le territoire national. Il s’agit du choléra qui continue à faire des ravages dans plusieurs localités de l’ex-province de l’Équateur frontalières à la République centrafricaine où l’épidémie a été déclarée depuis le 10 août. La situation est très préoccupante, à en croire les instances onusiennes, depuis que le choléra, poursuivant son extension, a traversé la frontière pour s’installer de l’autre côté de la rivière Ubangui, précisément en RDC.

La nouvelle province du Nord-Ubangui issue du dernier découpage territorial ainsi qu’une partie du nord-ouest du pays seraient déjà affectées par l’épidémie du Choléra, indique-t-on. À ce jour, révèle l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la barre de 15.000 cas a déjà été franchie depuis janvier 2016, et jusqu’au mois de juillet, 382 décès dus au choléra avaient été enregistrés. Des chiffres effarants qui dénotent du degré de pénétration de la maladie partie de la Centrafrique pour se propager le long du fleuve Congo mais aussi le long de la rivière Ubangui semant désarroi et affliction dans les villages environnants. À ces statistiques, il faudrait ajouter les vingt morts enregistrées depuis juillet dans la zone de santé de Boso-Modanda, en territoire de Bongandanga (province de la Mongala) sur les 144 cas déclarés.

Face à l’urgence, les autorités sanitaires de la RDC et de la RCA sont en passe de tenir dans les prochains jours une réunion transfrontalière afin de définir les stratégies communes de lutte contre cette épidémie. La principale cause de la résurgence de cette épidémie de choléra serait liée, d’après des spécialistes, au non-respect des règles d’hygiène au sein de la population et à l’insuffisance des intrants de prise en charge comme les médicaments et le chlore. Il est noté que, pour tous leurs besoins vitaux, les habitants de cette contrée se servent des eaux du fleuve Congo d’où ils évacuent leurs excréments. Ce qui les expose à cette maladie dite des mains sales. Entre-temps, des efforts de sensibilisation sont en train de se poursuivre auprès des populations locales avec le concours des relais communautaires et des autorités coutumières. Tout est donc mis en œuvre pour stopper l’extension de l’épidémie à une grande échelle avec le concours des partenaires tels que Caritas, OMS et Oxfam.

Pour rappel, une diarrhée sévère et une déshydratation parfois mortelle sont citées parmi les symptômes du cholera qui est provoqué par l'absorption d'eau ou de nourriture contaminée par la bactérie vibrio présente dans les matières fécales.
Alain Diasso

Commentaires facebook