Dimanche 25 Juin 2017

Nomination du Premier ministre: Joseph Kabila toujours en attente des propositions du Rassemblement

Nomination du Premier ministre: Joseph Kabila toujours en attente des propositions du Rassemblement
(Agence d'information d'afrique centrale 21/02/17)

Le chef de l’État continue d’attendre qu’on lui fasse la proposition de trois personnalités parmi lesquelles il en choisira une pour être nommé Premier ministre. C’est ce qui ressort de son entretien lundi avec une délégation des évêques catholiques.

Les modalités pratiques de l’application de l’accord de la Saint-Sylvestre sont encore en discussion sous la médiation des évêques catholiques. On est encore loin de sortir de l’auberge au regard des divergences qui planent notamment sur les questions encore en souffrance concernant les arrangements particuliers. Là-dessus, la nomination du prochain Premier ministre et le remplacement d’Étienne Tshisekedi à la tête du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA) continuent de bloquer le processus au point que, pour l’instant, les choses sont au point mort.

C’est sur ces entrefaites que les évêques catholiques membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cénco) ont été reçus en audience le 20 février par le chef de l’État, Joseph Kabila, avec qui ils ont pu évoquer la situation politique de l’heure avec, en toile de fond, le blocage qui caractérise l’application de l’accord du 31 décembre. En sus de cette entrevue, les évêques ont pu remettre solennellement au président de la République le rapport de l’accord de la Saint-Sylvestre. De l’entretien proprement dit, il en ressort que Joseph Kabila Kabange reste optimiste quant à l’issue heureuse des pourparlers engagés sous la médiation de la Cénco. Pour le chef de l’État, à en croire l’abbé Donatien Nsholé (premier secrétaire général de la Cénco), 95 pour cent de ce qui devrait être fait a été réalisé et il faudra qu’on aille vite afin de vider les points inscrits à l’agenda des négociations.

Par conséquent, Joseph Kabila a exhorté les parties prenantes à tout faire pour en finir avec les discussions. « Le chef de l’État regrette qu’on complique les choses inutilement sur le mode de désignation du Premier ministre, alors qu’il suffit d’amener trois noms pour qu’il puisse apprécier et évaluer dans le sens de l’accord », a déclaré ce membre de l’épiscopat catholique. C’est autant dire que la balle se trouve dans le camp du Rassemblement étant entendu que le chef de l’État continue d’attendre qu’on lui fasse la proposition de trois personnalités parmi lesquelles il en choisira une pour être nommé Premier ministre. Néanmoins, à en croire le compte rendu de l’audience faite par le prélat catholique, le président de la République s’est dit convaincu que les choses pourront aller dans le bon sens si le président du conseil des sages du Rassemblement venait à être élu.

« Le Président Kabila estime que cette question pourra facilement être réglée si le Rassemblement se choisissait un nouveau président du Conseil des sages, celui-là même qui, selon l’accord, sera son interlocuteur habilité à lui présenter la liste de trois noms des candidats Premier ministre », a ajouté le premier secrétaire général de la Cénco. Et de poursuivre que le président de la République tient à ce que la désignation du prochain Premier ministre se fasse de manière consensuelle tout en insistant sur l’urgence et son engagement à organiser les élections cette année.

Entre-temps, les atermoiements du Rassemblement qui refuse de se plier à cette exigence en restant figé sur sa position de ne présenter qu’un seul candidat Premier ministre, en l’occurrence Félix Tshisekedi, n’est pas de nature à faciliter les choses. De sorte qu’aujourd’hui, on est en plein dans une impasse qui risque de tirer en longueur. Car sur la question toujours pendante du Premier ministre est venue se greffer celle de la succession d’Étienne Tshisekedi à la tête du CNSA. Notons aussi que la délégation de la Cénco conduite par son président, Mgr Marcel Utembi, a aussi évoqué avec le chef de l’État la situation de blocage entretenue autour de la répartition des portefeuilles ministériels.

Alain Diasso

Commentaires facebook