Vendredi 26 Mai 2017
(Jeune Afrique 22/05/17)
Le 19 mai est sorti la deuxième mixtape d'un jeune artiste d'origine congolaise qui fait parler de lui dans le "rap game" français. Sombre et sans concessions. « Les rebelles au Nord Kivu, qui les arme, qui les finance ? » La phrase semble appartenir à un col blanc, diplomate ou analyste. Pourtant, elle est de Kalash Criminel, jeune rappeur de Sevran (en banlieue parisienne), originaire de République démocratique du Congo, qui sort sa deuxième mixtape, Oyoki, qui signifie « t’as pigé » en lingala, ce 19 mai. Kalash Criminel, c’est une apparition fugace et menaçante qui a confirmé son talent en quelques années seulement. En 2012, il met un premier morceau en ligne. En...
(Jeune Afrique 12/05/17)
Associés à Afrotronix, les transfuges congolais du Staff Benda Bilili rajeunissent une nouvelle fois leur son. Comme beaucoup de vétérans de la scène africaine. «Nous faisons de la rumba ! » Théo Nzonza n’en démord pas. Le papy congolais, sapé comme un prince, se redresse sur sa chaise roulante et précise : « Oui, c’est de la rumba électrique, de la rumba moderne, mais c’est toujours de la rumba. » Nous sommes dans un hôtel parisien, non loin de la Grande Halle de la Villette, où le Mbongwana Star doit assurer son concert. Quelques heures plus tard, le quinqua déchaîné, énormes lunettes fluo lui couvrant la moitié du visage, se trémousse sur scène sous un déluge de décibels saturés et de boucles...
(Jeune Afrique 05/05/17)
Originaire de la RDC, ce contre-ténor revendique l’influence combinée de l’Afrique et de l’Europe dans son art. «J’ai une jambe en Afrique, une jambe en Europe, et j’ai besoin de mes deux jambes pour rester debout. » Celui qui revendique avec fierté ce double ancrage, Serge Kakudji, est considéré comme l’un des plus grands chanteurs lyriques du continent. C’est en tout cas bien en Afrique que naît le contre-ténor congolais, à une date qu’il tient à garder secrète, puisqu’il n’a...
(RFI 02/05/17)
Vernissage de « Lumumba le Congolais », une bande dessinée conçue par un Congolais pour perpétuer la vie du héros national Patrice Emery Lumumba, considéré comme l'un des pères de l'indépendance de la RDC. L'auteur, Michel Nsumbu, est enseignant à l'université de Lubumbashi. Il a la prétention de présenter la totalité de l'itinéraire sociologique de Patrice Emery Lumumba aux lecteurs jeunes et vieux. La bande dessinée éditée par Edimax, édition du maximum, a été baptisée le week-end par le président...
(Jeune Afrique 25/04/17)
Un an après la mort tragique du pilier de la rumba congolaise, le festival ivoirien a organisé ce lundi soir une soirée émouvante et explosive en l'honneur de sa mémoire. La clameur s’entend de très loin. Et à mesure qu’on se rapproche de l’épicentre du séisme sonore, au cœur du quartier d’Anoumabo, le décor se précise. Plus de 2 000 spectateurs sont rassemblés sous les étoiles devant la scène gigantesque du festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua) ce lundi 24 avril. Volume à vous vriller les tympans, déluge d’effets lumineux, caméras partout, et même en l’air grâce à un drôle de drone survolant...
(Le Figaro 25/04/17)
Le festival des musiques urbaines (Femua), durant lequel le «roi de la rumba congolaise» est décédé en plein concert en 2016, a rendu hommage au chanteur en rebaptisant à son nom le lieu où se déroule la manifestation, lundi 24 avril. La Côte d'Ivoire a inauguré lundi 24 avril à Abidjan la «place Papa Wemba» sur le site du Festival des musiques urbaines (Femua), pour rendre hommage à l'idole de la chanson congolaise, mort sur scène lors de la dernière...
(AfricaNews 25/04/17)
La musique, c’est tout sauf ce que son père lui prédestinait comme carrière. Et pourtant, c’est dans ce domaine que Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba, alias Papa Wemba, s’est révélé au monde et y a laissé ses empreintes. En Afrique, il demeure une star incontestée de la musique et une source d’inspiration pour toute une génération. C’est le 14 juin 1949 que Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba voit le jour, à Lubefu, dans le Sankuru, région située dans le sud...
(Apa 25/04/17)
APA-Abidjan (Côte d’Ivoire) - Les sapeurs ont défilé, lundi après-midi, dans le village d’Anoumabo (commune de Marcory, Sud d’Abidjan) pour rendre un hommage à leur « Mentor » , Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba dit Papa Wemba, décédé, il y a un an à Abidjan , a constaté APA sur place dans la capitale économique ivoirienne. Un costume extraordinaire raillé blanc noir .Une cravate noir sur une chemise blanche. Sur la tête, un chapeau rouge avec un entourage noir. Au...
(Le Point 11/04/17)
Deuxième prix du meilleur documentaire au Fespaco 2017, Gilbert Balufu est le symbole d'une RD Congo où le septième art a encore droit de cité. Congo ! Le silence des crimes oubliés fait partie de ces œuvres qui rappellent à ceux qui l'auraient oublié que la RD Congo n'est pas seulement un pays de politique. Au dernier Fespaco, cet opus a été gratifié du deuxième prix du meilleur documentaire. Écrit par un enfant du pays, Gilbert Balufu, il a été...
(Jeune Afrique 07/04/17)
Avec Maman Colonelle, son dernier film, le cinéaste s’intéresse aux violences faites aux femmes et aux enfants sorciers dans son pays. Àl’âge de 33 ans, Dieudo Hamadi fait partie de la génération montante des cinéastes congolais. Après avoir obtenu un prix du public à Berlin, son dernier documentaire, Maman Colonelle, est en compétition au festival international de films documentaires à Paris, du 24 mars au 2 avril. Jeune Afrique : Après Congo in Four Acts et Atalaku, vous revenez avec un...
(Le Monde 30/03/17)
Héroïne de « Félicité », quatrième film du Franco-Sénégalais Alain Gomis, l’actrice joue une femme qui chante pour survivre dans la jungle urbaine congolaise. Félicité, le quatrième long-métrage d’Alain Gomis, conte l’histoire d’une incroyable destinée, celle de Véro Tshanda Beya. Actrice principale du film, elle est l’une de ces femmes ordinaires de la capitale congolaise, dignes et fières, qui bataillent pour se faire une place dans la jungle urbaine de Kinshasa, mégalopole désorganisée de plus de 12 millions d’habitants. «...
(RFI 30/03/17)
C’est l’une des rares formations de musique classique d’Afrique noire : l’Orchestre symphonique kimbanguiste de Kinshasa est l'invité d’honneur de la 33e édition du Printemps des Arts de Monte-Carlo. Après 2013, l'orchestre de la République Démocratique du Congo retourne pour la deuxième fois sur la Cote d’Azur avec, dans les bagages, une composition de son fondateur et chef d’orchestre Armand Diangienda. Un vent congolais souffle sur la Côte d'Azur. 40 musiciens de l'Orchestre symphonique kimbanguiste apportent leur touche au Printemps...
(Le Monde 28/03/17)
Avec « Félicité », le réalisateur franco-sénégalais saisit superbement les vibrations de la capitale de la RDC. Il donne ses rendez-vous dans un café où il a ses habitudes, station Jaurès, au cœur d’un des derniers quartiers vraiment populaires de Paris, où continuent de cohabiter des populations issues de tous les coins du globe. Français de naissance et par sa mère, Sénégalais par son père, quatre longs-métrages au compteur – L’Afrance (2001), Andalucia (2008), Aujourd’hui (2013) et Félicité (2017) –...
(Jeune Afrique 15/03/17)
Ses adversaires le disaient mort et enterré, mais le roi de la rumba moderne entend bien conserver son trône. Poursuivi en France pour le viol et la séquestration d’une mineure (entre autres), filmé à l’aéroport de Nairobi donnant un coup de pied à l’une de ses danseuses en juillet dernier, Koffi Olomidé vient de réussir un joli coup marketing. En sortant officiellement son single « Nyataquance », le 8 mars, lors de la Journée internationale des droits des femmes, le...
(Jeune Afrique 13/02/17)
Du 10 au 12 février, près de 33 000 festivaliers sont venus faire la fête à Goma, dans l'est de la RDC. Pour les prochaines éditions, les organisateurs projettent de faire du festival Amani une « sorte de festival itinérant » pour porter le message de la paix ailleurs dans la région du Kivu. La quatrième édition du festival Amani a vécu. « Ce fut un grand succès ! » clame Anne-Laure der Wielen, la responsable communication de l’événement. «...
(RFI 13/02/17)
A Goma, au Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, le festival Amani a fermé ses portes ce dimanche 12 février. Pendant trois jours, de nombreux artistes sont venus chanter et danser pour promouvoir la paix et la réconciliation. Et ce festival a eu aussi des retombées économiques pour les commerçants de la ville de Goma. Le festival Amani a mis de la joie dans les coeurs et de l'argent dans les portefeuilles. Il a réuni, pour cette édition, 33 000 spectateurs, des organisateurs et des dizaines d'artistes. Pendant trois jours, les commerçants de Goma se sont frotté les mains, à commencer par les restaurateurs...
(Jeune Afrique 13/02/17)
Le festival Amani 2017 a bien démarré vendredi à Goma, dans l'est de la RDC. Sur fond d'hommage à l'un de ses bénévoles tué la veille. La quatrième édition du festival Amani a failli être annulée. « On y a sérieusement pensé », nous confie, vendredi 10 février, Anne-Laure Van der Wielen, la responsable com’ de ce rendez-vous culturel annuel le plus attendu dans la région des Grands Lacs. La veille, un policier ivre, commis à la garde du site...
(La Voix de l'Amérique 13/02/17)
Durant tout le week-end, plus 35 000 festivaliers ont chanté et danser la Paix au Festival Amani en RDC, devenu un rendez-vous annuel dans la capitale provinciale du Nord-kivu à Goma. Pour cette quatrième édition, un accent particulier a été mis sur la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes à travers de leurs projets. Devant un public varié, tous chantant à l’unisson autour d’un même thème : la paix. De nombreux participants ont souligné que le festival encourage un mouvement de...
(RFI 11/02/17)
A Goma, dans l’Est de la République démocratique du Congo, ce vendredi a eu lieu le coup d’envoi de la 4e édition du festival Amani. Son nom signifie « paix » en swahili. Ce festival de musique et de danse a pour slogan « jouer pour le changement et chanter pour la paix ». Il veut promouvoir la paix et la réconciliation et tenter de donner une autre image de la région. Pendant trois jours quelques 36 000 festivaliers sont...
(AFP 10/02/17)
Un des organisateurs du "Festival Amani" pour la promotion de la paix dans l'est de la République démocratique du Congo par la musique a été tué dans la nuit de jeudi à vendredi, à la veille de sa 4e édition, a-t-on appris de sources concordantes. "Nous avons le regret et l’immense peine de vous annoncer le décès de notre cher ami Norbert Paluku dit +Djoo+, membre actif du foyer culturel de Goma et du festival Amani", peut-on lire vendredi sur...

Pages