Vendredi 20 Avril 2018

RDC: un projet-pilote de traçage électronique pour un «cobalt éthique»

RDC: un projet-pilote de traçage électronique pour un «cobalt éthique»
(Jeune Afrique 28/03/18)

Le projet pilote, « Cobalt éthique », visant à assurer l'extraction plus respectueuse du cobalt des mines artisanales en RDC, sera lancé cette semaine. Il évaluera la sécurité de cinq mines artisanales en RDC et tentera de suivre le parcours du cobalt. Le pays, premier producteur mondial, s'est récemment attiré la foudre des entreprises minières, avec une hausse des taxes sur ses minerais stratégiques.

Plusieurs mines en République Démocratique du Congo (RDC), le principal producteur mondial du cobalt, ont été jugées dangereuses ou accusées d'employer des mineurs. Dans un rapport publié en 2006, Amnesty international a dénoncé un recours très fréquent au travail des enfants dans les mines. «Le projet d'essai Better Cobalt évaluera la sécurité de cinq mines artisanales en RDC et, pour la première fois, tentera de suivre électroniquement le cobalt à partir des sites pour s'assurer qu'il n'est pas mélangé avec du métal provenant de sources inconnues », a déclaré Nicholas Garrett, directeur du programme BetterSourcing,chargé du projet pilote.

L'objectif de ce nouveau projet de traçage électronique du cobalt est de limiter les abus constatés dans ce secteur, en pleine expansion ; comme le travail des enfants. « Il est littéralement impossible à l'heure actuelle pour une entreprise de dire que sa chaîne d'approvisionnement en cobalt est hautement éthique », a déclaré Garrett. Ainsi, l'initiative peut intéresser tous les constructeurs de smartphones, objets connectés et voitures électriques, comme Apple ou encore Tesla. Le programme pilote pour un « cobalt éthique », supervisé par le cabinet britannique d'audit RCS Global, vise à s'assurer, grâce à un système de traçage électronique, que le cobalt est extrait des mines de RDC dans des conditions dignes, respectueuses des normes. La nouvelle initiative, expérimentée dans cinq mines artisanales ou semi-artisanales identifiées par les autorités de RD Congo et des ONG comme étant en conformité avec le droit du travail, permet de taguer électroniquement tout le minerai extrait. L'acheteur final du cobalt transformé en batterie, peut retracer tout le parcours emprunté. Ce dispositif permet aussi aux observateurs qui visitent les lieux de production et les marchés d'échange de signaler tout manquement aux règles observées. Les infractions sont aussitôt transmises aux utilisateurs du programme pilote.

Lire la suite sur: https://afrique.latribune.fr/entreprises/industrie/2018-03-28/rdc-un-pro...

Commentaires facebook