Jeudi 22 Février 2018

RDC: procès de miliciens présumés pour viols d'enfants

RDC: procès de miliciens présumés pour viols d'enfants
(AFP 11/11/17)

Dix-huit miliciens présumés, dont un député provincial, poursuivis pour "viol et enlèvement" de fillettes en République démocratique du Congo, ont comparu vendredi devant la justice militaire dans le Sud-Kivu (est), selon les parties civiles.

Le député provincial Frédéric Batumike et ses 17 coaccusés sont poursuivis pour "crime contre l'humanité par viol et par meurtre (...), participation à un mouvement insurrectionnel", a déclaré à l'AFP Me Charles Cubaka Cicura, porte-parole du collectif d'avocats qui représente les victimes.

Les prévenus sont soupçonnés d'appartenir à une milice, "Djeshi ya Yesu" (Armée de Jésus, en swahili), dirigée par M. Batumike, selon l'auditeur supérieur militaire du Sud-Kivu, le Colonel Roger Wavara.

M. Batumike avait été arrêté en juin 2016 ainsi que 74 autres personnes. Il était accusé d'avoir recruté un "féticheur qui conseille aux miliciens de violer des très jeunes filles pour pouvoir être assuré d'une protection surnaturelle".

Une quarantaine d'enfants - âgés de 8 mois à 12 ans - ont été victimes d'enlèvement et soumis à des violences sexuelles entre mai 2013 et l'an 2016, a indiqué Me Cubaka. "Au moins deux enfants sont morts des suites de ces violations", selon la Mission de l'ONU en RDC.

Fondateur de l'hôpital de Panzi (Bukavu), qui vient en aide aux femmes violées dans les conflits qui ravagent l'Est congolais depuis deux décennies, le gynécologue congolais Denis Mukwege avait dénoncé en 2014 et 2015 cette vague d'enlèvements et de viols nocturnes de fillettes dans le village de Kavumu, proche de Bukavu.

Soupçonné d'être le commanditaire de l'assassinat d'un défenseur des droits de l'homme congolais, Évariste Kasali, tué le 17 mars 2016, M. Batumike est également accusé du meurtre d'un Allemand, Walter Müller, propriétaire de plantations au Sud-Kivu, sauvagement assassiné en 2012.

Les autorités de Kinshasa avait également reproché à l'élu local "plusieurs attaques (meurtrières de) positions de l'armée et de la police" dans l'est.

Commentaires facebook