Vendredi 15 Décembre 2017

RDC: la fonction de deux journalistes accusés de coopérer avec une milice remise en cause

RDC: la fonction de deux journalistes accusés de coopérer avec une milice remise en cause
(AFP 05/12/17)

La fonction de deux journalistes détenus depuis cinq mois dans l'est de la République démocratique du Congo, a été remise en cause par les autorités judiciaires, au lendemain de la dénonciation d'une ONG congolaise.

Journaliste en danger (JED, partenaire congolais de Reporters sans frontières) avait exprimé lundi "ses vives inquiétudes sur le sort de deux journalistes arrêtés et détenus, sans jugement, depuis 6 mois à Uvira", ville située à environ 130 km de Bukavu, capitale de la province du Sud-Kivu.

Fidel Nsikundi et Heri Makyambi, journalistes-reporters de la Radio Communautaire de Libunda ont été arrêtés le 29 juillet 2017 dans le Sud-Kivu pendant qu'ils réalisaient une série de reportages, au lendemain des affrontements entre l'armée congolaise et une milice locale, avait écrit JED dans un communiqué.

"Ils étaient d'abord accusés d'être des informateurs de ce groupe armé mais hier notre avocat a été informé qu'ils sont poursuivis pour vol à main armée", a déclaré mardi à l'AFP Tshivis Tshivuadi, chef de JED, qui a réaffirmé: "Ce sont des journalistes".

MM. Nsikundi et Makyambi "viennent d'être auditionnés à la prison d'Uvira où ils sont détenus après leur arrestation en août dernier", a déclaré à l'AFP une source judiciaire du Sud-Kivu.

"Ils ne sont ni journalistes ni activistes des droits de l'homme mais des cultivateurs. On leur reproche d'être des coupeurs de routes (...) et non d'être en lien avec les Maï-Maï Yakutumba", a-t-elle indiqué.

"Avec les révélations de JED, le parquet estime aujourd'hui qu'on ne peut pas les relaxer sans fouiller cette piste d'un possible lien avec des miliciens Yakutumba", explique la source.

Le Sud-Kivu comme l'ensemble de l'est congolais est déchiré par des conflits armés depuis deux décennies. Les groupes armés locaux (dont les Maï-Maï Yakutumba) et étrangers y sont encore actifs.

Commentaires facebook