Vendredi 24 Novembre 2017

40 fosses communes dans le Kasaï, l'ONU appelle la RDC à lancer une enquête

40 fosses communes dans le Kasaï, l'ONU appelle la RDC à lancer une enquête
(Afrique Actualité 20/04/17)
Zeid Ra'ad Al Hussein le haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme

17 nouvelles fosses communes ont été découvertes dans la province du Kasaï central. L'information a été rendue publique dans un communiqué du Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme mercredi.

Dans ce document parvenu à l'Agence France Presse l'on peut lire :

« Il est absolument essentiel que le gouvernement de la RDC prenne les mesures nécessaires, et jusqu'ici manquantes, pour qu'une enquête immédiate, transparente et indépendante, qui établisse les faits et les circonstances des violations et atteintes aux droits de l'Homme et à la justice, soit mise en place. »

Zeid Ra'ad Al Hussein le haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme a indique en plus que si rien n'est fait de la part de Kinshasa, il n'hésitera pas à « demander à la communauté internationale de soutenir une enquête menée par un mécanisme international, y compris par la Cour pénale internationale ».

Fin des violences au Kasaï

Des violences entre les forces de sécurité et les miliciens fidèles au chef coutumier Kamwina Nsapu, tué le 12 août 2016 par l'armée, ont fait plusieurs centaines de morts, dont deux experts de l'ONU qui enquêtaient sur la situation dans la région. Le conflit ayant commencé il y a neuf mois dans le territoire de Tshimbulu au Kasaï central avait déjà pris beaucoup d'ampleur jusqu'à toucher 3 provinces voisines, Kasaï oriental, Kasaï et Lomami.

Au moins 500 morts et 600 000 déplacés ont été enregistré depuis l'éclatement des violences ayant principalement pour cause un conflit coutumier. Depuis au moins une semaine des avancées ont été signalées dans la résolution du conflit.

En effet, comme cela avait toujours éte réclamé par les miliciens, les restes du chef coutumier Kamuina Nsapu ont été remis à sa famille samedi dernier par les autorités avant son enterrement le dimanche conformément à la tradition. Cela a ainsi rendu possible la désignation d'un successeur dont le nom est déjà connu Jacques Kabeya wa Ntumba. Ce dernier appelle les miliciens à mettre désormais fin aux hostilités car un accord a déjà été trouvé.

Commentaires facebook