Jeudi 25 Mai 2017

Dans le monde

(AFP)

Donald Trump a exhorté jeudi ses partenaires de l'Otan à s'investir plus fortement dans la lutte antiterroriste et à payer leur juste part, sans cependant lever les ambiguïtés sur l'engagement américain à défendre l'Europe.

"Je suis honoré d'être ici avec les membres d'une alliance qui a encouragé la paix et la sécurité à travers le monde", a lancé M. Trump lors d'une cérémonie au nouveau siège de l'Alliance atlantique à Bruxelles.

(AFP)

"Ne rumine pas ta colère". La chanson d'Oasis, groupe légendaire de Manchester, a pris une dimension poignante jeudi quand la foule rassemblée au coeur de la ville endeuillée, l'a entonnée pour mettre à distance les terroristes.

Sur la place St Ann recouverte de fleurs, des centaines de Mancuniens s'étaient retrouvés en fin de matinée pour partager une minute de silence trois jours après l'attentat qui a tué 22 des leurs, dont plusieurs enfants, et blessé 75 autres dans une immense salle de concert de la ville.

(AFP)

Le président français Emmanuel Macron a demandé jeudi à Washington d'éviter toute "décision précipitée" sur l'accord de Paris sur le climat, lors d'une conférence de presse à Bruxelles après un entretien avec le président américain Donald Trump.

"Je respecte le fait qu'il a mis sous revue les accords de Paris", a dit M. Macron en se référant à M. Trump, mais "mon souhait, c'est qu'il n'y ait aucune décision précipitée sur ce sujet de la part des Etats-Unis d'Amérique", a-t-il ajouté.

(AFP)

Sept fois dans sa vie de condamné à la peine capitale Tommy Arthur a cru mourir exécuté, obtenant sept fois un sursis inespéré. Son huitième rendez-vous avec la mort est ce jeudi dans sa prison de l'Alabama.

On le surnomme "le Houdini des condamnés à mort", en référence à l'illusionniste légendaire capable de s'extirper de toutes les chaînes, cages et cellules: Tommy Arthur, 75 ans, se dit innocent et c'est peut-être de là qu'il puise l'énergie de son odyssée judiciaire.

(AFP)

Au moins 105 civils ont été tués en mars lors d'un bombardement américain à Mossoul, deuxième ville d'Irak et dernier grand fief du groupe Etat islamique dans le pays, a reconnu jeudi le Pentagone.

Le rapport d'enquête de l'armée américaine sur ce bombardement survenu le 17 mars a toutefois rejeté en grande partie la faute sur les jihadistes de l'EI, qui, explique-t-elle, avaient placé une grande quantité d'explosifs dans un bâtiment visé par la frappe aérienne. Au total, 101 civils se trouvaient dans l'immeuble en question et quatre à proximité.

(AFP)

Les forces loyales aux autorités libyennes parallèles, commandées par le maréchal Khalifa Haftar, ont pris jeudi le contrôle de la base de Tamenhant (sud) sans aucune résistance de la part des groupes rivaux qui s'y trouvaient.

"Nos forces (...) ont pris le contrôle total de la base de Tamenhant dans le sud de la Libye", a déclaré à l'AFP Khalifa al-Obeidi, un porte-parole de l’Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée par le maréchal Haftar.

(AFP)

La Corée du Nord est-elle à l'origine de la cyberattaque mondiale qui a infecté des centaines de milliers d'ordinateurs début mai?

Les experts l'évoquent de plus en plus depuis que certains d'entre eux ont estimé que le "ransomware" utilisé (rançongiciel, code malveillant) présentait des similarités avec d'autres attaques du groupe de pirates informatiques Lazarus, lié à la Corée du Nord, y compris à l'attaque en 2014 des studios de cinéma Sony Pictures.

(AFP)

Plusieurs centaines d'ouvriers du textile ont été hospitalisés ces deux derniers jours au Bangladesh pour des malaises liés à la forte chaleur qui touche Dacca, créant une vague de panique dans les usines produisant pour des marques occidentales, a annoncé jeudi la police.

Selon les autorités, 30.000 ouvriers ont été pris de panique face à cette hécatombe et ont quitté leurs postes de travail, forçant 18 usines à fermer.

(AFP)

Pour Donald Trump, qui a promis de chasser des Etats-Unis les immigrés criminels, le gang d'origine hispanique MS-13, réputé pour être l'un des plus dangereux des Etats-Unis avec ses assassinats à la machette ou à la batte de baseball, constitue une cible parfaite.

(AFP)

L'auteur de l'attentat suicide de Manchester, Salman Abedi, 22 ans, est un jeune Britannique d'origine libyenne qui a baigné dans un contexte familial jihadiste et était animé par un désir de "vengeance", selon ses proches.

Abedi était connu des services de renseignement britanniques et "appartenait au groupe Etat islamique", a dit son jeune frère Hachem, arrêté mardi en Libye et interrogé par les services libyens.

Salman Abedi est né à Manchester, troisième ville britannique, où vit une importante communauté libyenne.

(AFP)

Le président palestinien Mahmoud Abbas a indiqué avoir demandé jeudi à l'émissaire américain Jason Greenblatt qu'il a reçu à Ramallah d'assurer une médiation entre Palestiniens et Israéliens sur la question des prisonniers en grève de la faim.

M. Greenblatt était jeudi matin à Ramallah, en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 50 ans par Israël, deux jours après la venue en Israël et en Cisjordanie du président américain Donald Trump.

(AFP)

Deux migrants ont été retrouvés morts jeudi matin sur un canot au large de la Libye, où le Prudence, affrété par Médecins sans frontières (MSF), a secouru plus de 900 migrants, dont beaucoup de femmes et d'enfants, a annoncé MSF.

Les gardes-côtes italiens ont confirmé à l'AFP que plusieurs opérations de secours étaient en cours et que deux cadavres avaient été retrouvés.

(AFP)

"Je suis douée pour l'évasion": femme fluette de 25 ans, Grace Jo a fui non pas une, mais trois fois la Corée du Nord, son régime autoritaire et ses pénuries alimentaires chroniques.

Alors que le pays reclus d'Extrême-Orient multiplie les provocations militaires, sa population est souvent contrainte de vivre d'expédients.

La première fois que Grace Jo a fui sa terre natale, elle avait autour de sept ans.

(AFP)

Le président brésilien Michel Temer a abrogé jeudi un décret autorisant le déploiement de troupes à Brasilia après les manifestations violentes de mercredi qui ont causé notamment la détérioration de plusieurs ministères.

"Le président de la République décrète l'abrogation du décret du 24 mai 2017, qui autorise le recours aux forces armées pour assurer le maintien de la loi et de l'ordre dans le district fédéral", indique le Journal Officiel, dans une édition spéciale.

(AFP)

"Mon jouet, c'était une arme", se souvient un jeune Colombien recruté à huit ans par la guérilla de l'ELN dont il s'est échappé en 2016, après l'exécution de son frère et la mort au combat de sa petite amie.

A 18 ans aujourd'hui, il préfère ne pas révéler son identité. Mais il ne craint pas de monter sur les planches pour "Victus", pièce de théâtre présentée à Bogota dans laquelle jouent d'anciens guérilleros, paramilitaires, soldats et des victimes du conflit armé qui mine ce pays depuis plus d'un demi-siècle.

(AFP)

Le "ressaut Hillary", ultime difficulté de l'ascension de l'Everest, existe toujours bel et bien, selon des professionnels népalais qui démentent les dires d'autres grimpeurs, pour tenter de clore une polémique qui agite le petit monde de l'alpinisme.

L'état de ce célèbre amas rocheux de 12 mètres de haut, qui doit son nom à l'un des deux vainqueurs de l'Everest, est source de nombreuses spéculations depuis la reprise des expéditions en 2016, après deux années quasi vierges de toute ascension.

(AFP)

Le père de l'auteur présumé de l'attentat de Manchester était un membre du Groupe islamique combattant libyen (Gicl) très actif dans les années 1990, a indiqué jeudi à l'AFP un responsable de la sécurité à Tripoli.

"Oui il était membre du Gicl", hostile au régime de Mouammar Kadhafi, a dit Ahmed Ben Salem, porte-parole des services de sécurité libyens, à propos de Ramadan Abedi, arrêté mercredi dans la capitale libyenne par ces services.

(AFP)

L'ancien président américain Barack Obama et la chancelière allemande Angela Merkel ont dit jeudi, par la voix de M. Obama en visite à Berlin, avoir "le coeur brisé" par l'attentat qui a tué 22 personnes dont des enfants à Manchester lundi.

M. Obama et Mme Merkel se retrouvaient, pour la première fois depuis la fin du mandat de l'ancien dirigeant américain, à l'occasion d'un débat public jeudi à Berlin sur l'état du monde.

(AFP)

Le président américain Donald Trump a accueilli jeudi son homologue français Emmanuel Macron à l'ambassade des Etats-Unis à Bruxelles pour une première rencontre au cours de laquelle il a loué sa "formidable victoire".

Melania Trump était également sur le perron de l'ambassade pour recevoir le nouveau président français, dont l'épouse Brigitte ne participait pas au déjeuner de travail, en marge d'un sommet de l'Otan.

Après la traditionnelle poignée de main, Donald Trump a longuement félicité son hôte, de plus de 30 ans son cadet.

(AFP)

L'UE veut "continuer à coopérer" avec la Turquie, malgré les vives tensions entre Bruxelles et Ankara, ont affirmé ses dirigeants jeudi après avoir reçu le président turc Recep Tayyip Erdogan dans la capitale européenne.

"Nous avons discuté de la nécessité de coopérer, j'ai mis la question des droits de l'Homme au centre de nos discussions", a commenté le président du Conseil européen, Donald Tusk, après un entretien auquel a également participé le président de la Commission Jean-Claude Juncker.

(AFP)

La Première ministre britannique Theresa May a indiqué qu'elle allait demander au président américain Donald Trump lors du sommet de l'Otan à Bruxelles jeudi le respect de la "confidentialité" des informations partagées entre services de renseignement sur l'attentat de Manchester.

"Je vais clairement dire au président Trump que les renseignements qui sont partagés entre nos services respectifs doivent rester confidentiels", a dit Mme May, après plusieurs fuites publiées dans les medias américains dans l'enquête sur l'attentat qui a fait 22 morts lundi soir.

(AFP)

Un jeune brûlé vif, 57 morts et des scènes de pillage : la violence incontrôlée entourant les manifestations au Venezuela contre le gouvernement est une arme à double tranchant pour les deux camps qui menace de dériver en "guerre civile".

"C'est dantesque qu'un jeune ait été brûlé vif (dans le quartier) d'Altamira", a déclaré mercredi la procureure générale du Venezuela, Luisa Ortega, seule voix discordante au sein du camp présidentiel, qui évoquait l'agression insoutenable d'Orlando Figuera, 21 ans.

(AFP)

Une équipe de démineurs est arrivée dans le sud de Manchester, à proximité de l'université Trafford, tandis que l'armée et la police se rendaient sur place après avoir "reçu un appel", a annoncé jeudi la police britannique.

"Les artificiers sont arrivés sur place", a indiqué la police de Manchester au moment où une minute de silence était observée dans tout le Royaume-Uni en hommage aux 22 victimes de l'attentat de lundi contre un concert pop, revendiqué par le groupe Etat islamique.

(AFP)

Huit personnes sont en garde à vue en Grande-Bretagne en lien avec l'attentat de Manchester qui a fait 22 morts lundi, la loi permettant une durée maximale de six jours dans les enquêtes terroristes. Le frère et le père du kamikaze ont été interpellés en Libye. Le point sur les arrestations:

- En Grande-Bretagne

MARDI 23 MAI

(AFP)

La lutte contre le réchauffement climatique sera-t-elle une priorité affichée lors du G7 de Taormina (Italie) vendredi et samedi? Peu probable, estiment des experts, en dépit de l'énergie que les chefs d'Etat promettent de déployer pour convaincre Donald Trump de rester dans l'accord de Paris.

(AFP)

Les petites toupies à deux ou trois branches se sont répandues comme une trainée de poudre dans les écoles. Mais deux mois après l'apparition des "hand spinners", de nombreux enseignants des deux côtés de l'Atlantique en ont assez et bannissent ces jouets pourtant censés calmer les nerfs.

(AFP)

C'est en apparence un radio-crochet comme il en existe partout, mais l'émission "al-Ghad Star" s'investit dans une mission: libérer la voix et le talent des jeunes irakiens de Mossoul, étouffés par trois ans de règne jihadiste puis par les combats.

"On a vu beaucoup d'horreurs quand on était jeune. J'aurais aimé ne pas grandir parce qu'en grandissant, on en a vu des pires". Le rap sombre de MC Rico emplit le studio de la radio al-Ghad ("Demain" en arabe).

(AFP)

Les Européens ont fraîchement accueilli Donald Trump jeudi lors de sa première visite à Bruxelles, exprimant leurs divergences sur la Russie et leur agacement sur les fuites après l'attentat de Manchester.

A l'Otan, les Alliés ont pourtant affiché leur bonne volonté pour se concilier le nouveau président américain en acceptant de rejoindre la coalition internationale contre le groupe Etat islamique et en promettant d'en faire davantage contre le terrorisme.

(AFP)

L'Otan va rejoindre la coalition internationale contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI), a annoncé jeudi son secrétaire général Jens Stoltenberg à quelques heures d'un sommet auquel participera pour la première fois le président américain Donald Trump.

Cette décision, réclamée de longue date par les Etats-Unis qui dirigent la coalition anti-EI, "enverra un fort message politique d'unité dans la lutte contre le terrorisme", a assuré M. Stoltenberg.

(AFP)

Un navire américain a suscité la colère de la Chine en passant jeudi près d'un îlot revendiqué par Pékin en mer de Chine méridionale, premier accroc dans les relations entre les deux pays depuis la rencontre entre les présidents Xi et Trump le mois dernier en Floride.

(AFP)

Le nouveau projet de réforme du système de santé américain privera de couverture maladie 14 millions de personnes supplémentaires dès 2018 et 23 millions en 2026, selon un rapport publié mercredi par le Bureau du budget du Congrès (CBO).

L'impact de ce texte, qui doit abroger et remplacer la réforme Obamacare votée en 2010, serait donc quasiment identique à celui de la première mouture qui avait été abandonnée fin mars faute de soutien dans les rangs des parlementaires républicains, infligeant un revers majeur au président Donald Trump.

(AFP)

L'armée philippine tentait jeudi de venir à bout d'islamistes inspirés par l'organisation Etat islamique dans le sud de l'archipel où, selon les médias, ils ont assassiné des civils, justifiant l'instauration de la loi martiale par le président Rodrigo Duterte.

(AFP)

L'unité d'élite antiterroriste d'Indonésie menait l'enquête jeudi sur deux attentats suicide près d'un terminal d'autobus bondé de Jakarta dans lesquels trois policiers ont péri, une double attaque que les autorités relient au groupe Etat islamique (EI).

Les forces de l'ordre ont fouillé des maisons sur l'île de Java dont elles pensent qu'elles sont celles des deux kamikazes qui ont fait exploser leurs bombes mercredi soir devant le terminal de Kampung Melayu, dans un quartier populaire de la capitale.

(AFP)

Donald Trump rencontre jeudi à Bruxelles pour la première fois les dirigeants de l'UE et de l'Otan, soucieux de renforcer le lien transatlantique et qui espèrent entendre des mots rassurants sur l'engagement américain à défendre le continent européen.

Le président américain est arrivé mercredi à Bruxelles après une audience avec le pape François au Vatican dont il est ressorti "plus déterminé que jamais à oeuvrer pour la paix dans notre monde".

(AFP)

Emmanuel Macron fait jeudi son entrée dans le club très fermé des grands de ce monde à Bruxelles, où il retrouvera Donald Trump pour un déjeuner de travail avant un sommet de l'Otan, mais le nouveau président français est loin d'être un novice sur la scène internationale.

"Ce que vit actuellement Emmanuel Macron en tant que président de la République, il a eu à le vivre en tant que conseiller économique du président Hollande il y a cinq ans", relève Gaspard Gantzer, qui fut lui-même le "communicant" de l'ex-président socialiste.