Vendredi 26 Mai 2017
(Le Monde 26/05/17)
Pour le chercheur Thierry Vircoulon, la recrudescence de violences met en évidence l’absence d’un véritable Etat et l’inefficacité de l’ONU. Une nouvelle vague de violences frappe la Centrafrique. Le 8 mai, des miliciens ont tendu une embuscade à un convoi de la Minusca, faisant six morts parmi les casques bleus. Puis, dans la nuit du 12 au 13 mai, des miliciens ont attaqué la ville de Bangassou et s’en sont pris aux communautés peules et musulmanes de cette ville. D’après la Croix-Rouge centrafricaine, l’attaque de Bangassou aurait fait une centaine de morts. Les jours suivants, des combats se sont encore déroulés à Bria et Alindao. Selon un scénario désormais bien rôdé, quand une partie du...
(RFI 26/05/17)
En Centrafrique, le procureur de la Cour pénale spéciale est arrivé jeudi soir 25 mai. Pour celui qui aura la lourde charge d'instruire les crimes commis par les différents groupes armés depuis 2003, la tâche ne fait que commencer. Le colonel Toussaint Muntazini Mukimapa est donc arrivé jeudi sur le tarmac de l'aéroport de Bangui. Ce magistrat originaire de la République démocratique du Congo a été choisi en février dernier par le président centrafricain pour enquêter sur les nombreux crimes qui ont été commis depuis 2003, donner l'orientation des enquêtes et donc des futurs procès. Le plus gros de son travail consistera bien sûr à enquêter sur les exactions qui ont eu lieu lors de la dernière crise qui a...
(AFP 25/05/17)
Des drones tactiques français ont été déployés en Centrafrique comme appui à la mission militaire des Nations unies (Minusca), ont annoncé la Minusca et l'état-major des armées françaises. “Les armées françaises ont proposé à la direction des opérations de maintien de la paix de l’ONU, la contribution d’une unité de drones tactiques au sein de la force de la Minusca", a indiqué mercredi le porte-parole de la mission militaire des Nations unies Vladimir Monteiro dans un communiqué. "Depuis le 20...
(La Croix 23/05/17)
À la prière de Regina Caeli du dimanche 21 mai devant des milliers de personnes, le pape François a renouvelé son appel « au silence des armes à feu » pour la paix en Centrafrique, une semaine après l’attaque meurtrière de Bangassou à l’est du pays. Le pape François s’est indigné, dimanche 21 mai, de la recrudescence de violences meurtrières en provenance de la Centrafrique, où plusieurs dizaines de musulmans ont été tuées la semaine dernière par un groupe armé dans la région de Bangassou, à 500 kilomètres de la capitale Bangui. « Des nouvelles douloureuses proviennent malheureusement de la République centrafricaine, que je porte dans mon cœur...
(Le Monde 23/05/17)
Que signifie la nouvelle flambée de violences qui a embrasé le pays ces derniers jours ? Le chercheur Thierry Vircoulon répond en direct sur Facebook. Samedi 13 mai, le quartier musulman de Bangassou (470 km à l’est de Bangui), situé sur la frontière avec la République démocratique du Congo, a été attaqué, provoquant la mort d’au moins 26 civils. A Bria (centre), mardi 16 mai, des affrontements ont eu lieu entre anti-Balaka pro-chrétiens et factions ex-Séléka pro-musulmanes. Les violences ont...
(AfricaNews 23/05/17)
Les conducteurs de camions de l’axe Bangui en Centrafrique et Douala au Cameroun en colère contre le contingent Bangladais de la MUNISCA, chargé de les escorter dans la partie centrafricaine Ils reprochent aux soldats onusiens de ne pas accomplir sérieusement leur mission de sécurisation des convois. Conducteurs et camions sont fréquemment ciblés par des attaques de groupes rebelles qui sévissent dans cette partie du pays. « Ils m’ont pris et entraîné en brousse avec le camion, les Bangladais sont arrivés,...
(La Croix 22/05/17)
Plusieurs dizaines de musulmans ont été tués par un groupe armé dans cette localité de l’est de la Centrafrique. À Bangassou, petite ville de l’est de la Centrafrique, à 500 kilomètres de la capitale Bangui, l’évêque espagnol Juan José Aguirre Munos a appris au fil des coups d’État, du passage des rébellions et des exactions de l’Armée de libération du Seigneur (LRA), à sauver des vies en mettant la sienne en péril. Le week-end du 13 et 14 mai, il a...
(RFI 22/05/17)
En République centrafricaine (RCA), la ville de Bria, dans le centre du pays, est de nouveau sous tension. Après un affrontement entre membres de la coalition et certains Seleka, 20.000 personnes sont parties se réfugier autour du camp de base de la Minusca. Au moins 22 personnes ont été tuées, depuis mercredi 17 mai, dont 17 civils. A Bria, capitale de la coalition menée par le FPRC de Noureddine Adam, des affrontements ont eu lieu, mercredi, entre anti-balaka et la branche arabe de la Seleka. Rapidement, ces derniers ont poursuivi leurs assaillants jusque dans les quartiers chrétiens où de nombreuses maisons...
(RFI 22/05/17)
La situation humanitaire et sécuritaire est toujours très tendue à Bria, dans l'est de la Centrafrique. La semaine dernière, des violences entre anti-balaka et une branche de l'ex-Seleka ont fait des dizaines de morts et de blessés. Des milliers de personnes ont fui leurs maisons, dont certaines avaient été incendiées. Les déplacés se sont regroupés autour du camp de la Minusca, dans des conditions d'une extrême précarité. Ce site, qui accueillait déjà 3 000 personnes, en dénombre, depuis, plus de...
(RFI 22/05/17)
A Obo, les soldats américains et ougandais se retirent. La mission des Ougandais sous l'égide de l'Union africaine est terminée. Les UPDF assurent que la mission est accomplie, les éléments de la LRA réduits à moins de 100 combattants. Pourtant le conseil de sécurité de janvier dernier, «note avec inquiétude [que] la LRA reste active en RCA, a établi des liens avec d'autres groupes armés et génère des revenus par l'exploitation et le commerce de ressources naturelles, incluant l'or, les diamants et le braconnage». Le départ de la force ougandaise inquiète les populations locales.
(RFI 22/05/17)
A Obo, en Centrafrique, les soldats américains et ougandais se retirent. La mission des Ougandais sous l'égide de l'Union africaine est terminée. Les UPDF assurent que la mission est accomplie et les éléments de la LRA réduits à une centaine de combattants. La LRA, rébellion ougandaise dont l'objectif était de renverser le pouvoir à Kampala, est devenue active dans le sud-est de la Centrafrique dès 2008 après avoir été repoussé du nord de l'Ouganda. Comme dans les pays voisins, les...
(RFI 22/05/17)
Depuis plusieurs mois, les humanitaires ne pouvaient plus rentrer dans Koui, à la frontière camerounaise. Les anti-balaka locaux les empêchaient d'acheminer de l'aide aux populations de la ville, de peur qu'ils viennent aider un groupe armé rival. Depuis quelques semaines, la situation tend à s'améliorer.
(AfricaNews 20/05/17)
Au moins 20 000 civils se sont réfugiés dans une base onusienne alors que des violences se poursuivent à Bria, dans le nord-est de la République centrafricaine. Ces combats, qui ont débuté ce mardi entre les milices chrétiennes anti-balaka et le Front pour la renaissance populaire en Centrafrique (FRPC), principale faction de l’ex-coalition rebelle de la Séléka, ont déjà fait 17 morts selon Hervé Verhoosel, responsable de la communication de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca). Selon ce responsable de l’ONU, les combats se sont concentrés ce vendredi matin à l’aéroport de Bria entre les deux milices après qu’elles aient pillé des bases d’agences humanitaires et un entrepôt...
(AFP 19/05/17)
Une récente offensive visant des Casques bleus en Centrafrique a été menée par un groupe qui a utilisé des armes lourdes, artillerie inhabituelle dans les combats qui ravagent ce pays d'Afrique centrale, s'est alarmée jeudi une responsable onusienne. Des combats entre anti-Balaka pro-chrétiens et factions ex-Séléka pro-musulmanes secouent Bangassou, ville du sud-est de la République centrafricaine, frontalière de la République démocratique du Congo. Diane Corner, une envoyée spéciale des Nations unies en Centrafrique, faisait référence à une attaque survenue le 13 mai dans le quartier musulman...
(RFI 19/05/17)
Il a été l'un des témoins de la crise qui a secoué Bangassou depuis samedi dernier, où au moins 115 personnes auraient perdu la vie selon la Croix-Rouge centrafricaine. Le cardinal Dieudonné Nzapalainga a rencontré les membres du groupe d'autodéfense qui a commis cette attaque et pointe du doigt la coalition emmenée par le FPRC avec le soutien des anti-balakas. Le FPRC dément et dénonce des « accusations gratuites de la part du cardinal ». Dieudonné Nzapalainga est l'invité Afrique...
(La Voix de l'Amérique 19/05/17)
De nouveaux affrontements entre ex-Séléka et anti-Balaka ont éclaté vendredi matin à Bria, dans l’est de la Centrafrique. Au moins 36 morts enregistrés, selon des sources locales jointes par VOA Afrique Selon une source religieuse contactée par VOA Afrique, au moins 36 personnes auraient perdues la vie et de nombreuses autres blessées dans ces heurts. Les sièges des organisations humanitaires sont aussi pillés. La majeure partie des habitants a fui vers le site du PK3 non loin de la base...
(RFI 19/05/17)
Il a été l'un des témoins-clés des événements de Bangassou où au moins 115 personnes ont perdu la vie après l’attaque de la ville par un groupe armée. Le cardinal Dieudonné Nzapalainga est rentré ce jeudi 18 mai au matin à Bangui et assure que les choses sont rentrées dans l'ordre après les négociations qu'il a menées avec ces groupes d'autodéfense. C'est à sa sortie de l'avion que le cardinal Nzapalainga s'est exprimé après avoir passé quatre jours à Bangassou...
(Xinhua 19/05/17)
YAOUNDE, (Xinhua) -- Le bilan des combats ayant opposé lundi des factions rivales à Bria (nord-est de la Centrafrique) s'est alourdi, passant à 17 morts, en majorité des civils, a annoncé jeudi à Xinhua Hervé Verhoosel, responsable de la communication de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA). Ces combats ont opposé les milices chrétiennes anti-balaka et le Front pour la renaissance populaire en Centrafrique (FRPC), principale faction de l'ex-coalition rebelle de la...
(The Associated Press 19/05/17)
BANGUI, République centrafricaine — Des pillards armés se sont emparés de l’aide humanitaire dans la ville centrafricaine de Bria, où plus de 20 000 personnes ont trouvé refuge sur une base voisine de l’ONU, ont indiqué vendredi des responsables. Le pays semble s’enfoncer de plus en plus profondément dans la violence interconfessionnelle, y compris des régions qui avaient été épargnées depuis le début du conflit à la fin de 2013. Des affrontements ont éclaté à Bria pour une deuxième journée...
(RFI 18/05/17)
Quelque 115 morts à Bangassou, c'est le chiffre que rapporte la Croix-Rouge centrafricaine après l'attaque de la ville par un groupe armé toujours non identifié en début de week-end. Un nombre qui détone par rapport aux premières estimations de la Minusca qui relève le chiffre de 26 victimes. C'est un chiffre qui était beaucoup diffusé sur les réseaux sociaux depuis plusieurs jours et qui est aujourd'hui affirmé par l'ONG. Parmi ces victimes se trouvent des combattants tués par la Minusca mais surtout beaucoup de civils, majoritairement musulmans, tout simplement exécutés par les assaillants de Bangassou.

Pages