Samedi 20 Janvier 2018
(RFI 20/01/18)
En Centrafrique, deux ressortissants congolais, détenus depuis juin dernier à Bangui, se sont évadés mercredi 18 janvier. Freddy Libeba et Alexandre Mitshiabu du mouvement politico-militaire FCCPD de John Tshibangu avaient été arrêtés sur des soupçons de recrutement de mercenaires et de contacts avec certains groupes armés centrafricains. En Centrafrique, il faisaient l'objet d'une information pour association de malfaiteurs. Les deux Congolais étaient détenus au Camp de Roux à Bangui, réputé plus sûr que la prison de Ngaragba ...
(AFP 19/01/18)
APA-Bangui(Centrafrique) - Le calme est revenu ce jeudi au marché Km5 dans le 3ème arrondissement de Bangui après les violences qui ont opposé mercredi deux groupes armés qui sévissent dans la zone. La circulation n’a pas repris dans la zone. Les boutiques et autres points de vente ne sont pas encore ouverts au public ce jeudi, a constaté APA. Ces violences ont surgi lors d’un match de football pendant lequel un joueur a largué une grenade dans un camp adverse entrainant plusieurs blessés parmi des personnes qui étaient présentes sur l’aire de jeu.
(RFI 18/01/18)
« La situation en République centrafricaine se détériore. Le comportement des belligérants doit changer ». Un cri d’alarme lancé par le CICR dont le président, Peter Maurer, a terminé mardi soir une visite de quatre jours en Centrafrique. Il a rencontré le président Faustin Archange Touadéra, des membres du gouvernement, des travailleurs humanitaires ainsi que plusieurs représentants de groupes armés. Peter Maurer s’est aussi rendu à Kaga Bandoro dans le nord et à Bambari dans le centre du pays. Il...
(AFP 17/01/18)
Au moins deux personnes ont été blessées par l'explosion d'une grenade mercredi au quartier musulman de Bangui, lors d'une altercation entre un groupe d'autodéfense et des personnes non identifiées, a-t-on appris de sources concordantes. "C'est une blessure par éclats de grenades, on voit les éclats de grenade sur les radios", a déclaré à l'AFP un médecin chirurgien du complexe pédiatrique s'occupant d'un enfant blessé, en montrant les radios. "Des adultes ont été évacués sur l'hôpital communautaire de Bangui" a-t-il ajouté. Sur place, un correspondant de l'AFP a constaté la présence d'au moins un autre blessé par éclats de grenade. L'attaque à la grenade a été confirmée par l'AFP de source diplomatique occidentale...
(AFP 16/01/18)
La ville de Paoua, dans le nord-ouest de la Centrafrique, où les déplacés sont aujourd'hui plus nombreux que les habitants, est en proie à une grave crise humanitaire, après plusieurs semaines de combats entre groupes armés. "Si tout se passe bien et que les combats cessent, la crise ne sera pas résolue avant plusieurs mois", prévient d'emblée Jean Ospital, coordinateur de l'ONG Médecins Sans Frontières (MSF) à Paoua, conscient de l'ampleur des besoins pour les milliers de personnes qui ont...
(RFI 16/01/18)
La justice française a ordonné en fin de semaine passée un non-lieu dans l'enquête sur les accusations de viols en Centrafrique entre 2013 et 2014 portées par des enfants contre des soldats français, faute d'avoir pu établir leur implication. Après quatre ans d'enquête, cette décision était attendue depuis longtemps et elle a un goût amer pour les parties civiles, alors que cette affaire avait éclaboussé la force Sangaris, déployée en 2013 pour mettre fin au chaos qui régnait alors en...
(AFP 15/01/18)
Lorsque le convoi de l'ONU arrive à Bedaya 1, aucun enfant n'accourt comme il est d'usage. Aucun adulte non plus. Pas âme qui vive dans ce village à une vingtaine de km au nord de Paoua, localité du nord-ouest de la Centrafrique, à part quelques chiens faméliques au pelage clairsemé. Tout le monde a fui les combats qui font rage depuis des semaines. Les maisons en briques de terre sont vides. Des tabourets renversés et quelques ustensiles de cuisine abandonnés autour des cendres d'un récent feu témoignaient, samedi dernier, de la précipitation dans laquelle les habitants sont partis...
(AFP 15/01/18)
Trois ans après des accusations de viols d'enfants en Centrafrique visant des militaires français, la justice française a écarté la perspective d'un procès au terme d'une enquête délicate qui laisse des questions en suspens et des parties civiles déçues. Conformément aux réquisitions du parquet de Paris, les juges ont rendu jeudi un non-lieu dans ce dossier clos sans aucune inculpation, a-t-on appris lundi de source judiciaire. Révélées en 2015, les accusations avaient terni la réputation de l'armée française déployée dans le pays sous égide de l'ONU pour restaurer la sécurité après des mois de violences interconfessionnelles.
(AFP 15/01/18)
Les évêques de Centrafrique ont demandé aux groupes armés qui règnent dans une grande partie du pays de "déposer les armes sans condition", à l'issue de la session ordinaire de la conférence épiscopale de Centrafrique dimanche à Bangui. "Au nom de Dieu, nous demandons aux groupes armés de déposer les armes sans condition", afin de "mettre fin aux crimes de tout genre et aux souffrances de nos compatriotes, aux pillages des ressources naturelles et aux dysfonctionnement de l'Etat", ont lancé les évêques lors d'une messe dans la cathédrale de Bangui.
(AFP 15/01/18)
"Avec mes camions, je peux aller vendre dans la moitié de la Centrafrique", explique Omar Garba, un des principaux marchands du nord du pays. Outre la route commerciale qui passe par le Cameroun, un autre circuit parallèle approvisionne une large partie de la Centrafrique en nourriture et armes, via le Soudan et malgré les zones de combats. A Birao, il est un notable connu de tous. Avec ses six camions, sa maison en dur et l'entreprise la plus prospère de la région, Omar Garba a un circuit bien rôdé: ses camions partent acheter savon, huile, essence, sodas, et quantité de biens de consommation au Soudan.
(RFI 15/01/18)
A Paoua, en RCA, la situation s'aggrave de jour en jour. Les déplacés qui fuient les récents combats entre deux groupes armés de la région arrivent en masse dans cette petite ville. Ils seraient plusieurs dizaines de milliers aujourd'hui et le manque de nourriture, d'eau et de capacités de soins se fait cruellement sentir. Même si les affrontements ont baissé d'intensité ces derniers jours, les déplacés continuent d'arriver, explique Gwenola François, cheffe de mission pour Médecins sans frontières (MSF) qui...
(RFI 13/01/18)
En Centrafrique, le procès de Rodrigue Ngaïbona, alias Andilo, a repris vendredi 12 janvier à la cour criminelle de Bangui. L'ancien chef de milice anti-balakas est poursuivi pour cinq chefs d'accusation. Depuis jeudi, c'est le premier, l’accusation d’assassinat qui fait l'objet des débats à la cour. Vendredi, les parties civiles et les témoins ont été entendus. « Les témoignages entendus sont accablants » a confié au téléphone à RFI, Marta Riggio, représentante de la Fédération internationale des droits de l'homme,...
(RFI 12/01/18)
En Centrafrique, le procès de Rodrigue Ngaïbona, alias Andilo, a repris ce jeudi 11 janvier à la cour criminelle de Bangui. Un procès en forme de test pour l'institution judiciaire centrafricaine qui peine à se relever. L'ancien chef de milice anti-balaka est poursuivi pour cinq chefs d'accusation dont assassinats, viols aggravés, et association de malfaiteurs. Dans une ambiance parfois agitée, la cour s'est penchée sur le chef d'assassinats ce jeudi. C'est un procès très suivi. Retransmis à la radio, les...
(APA 11/01/18)
APA-Bangui (Centrafrique) - Le ministre centrafricain de la Sécurité publique, le général Henri Wanzet Linguissara, a rassuré ce mercredi à Bangui la population de Paoua, une ville du nord-ouest de Centrafrique en proie aux affrontements entre groupes armés, que le gouvernement et ses partenaires ont pris les dispositions nécessaires pour leur assurer la sécurité et distribuer des vivres aux déplacés dont le nombre a atteint déjà 50.000 personnes. Selon le ministre de la Sécurité publique, le gouvernement a fait entendre...
(RFI 11/01/18)
Le flux de déplacés arrivant à Paoua ne se tarit pas. Les affrontements, qui opposent deux groupes armés pour le contrôle des routes et des couloirs de transhumance, provoquent depuis des semaines l'exode de dizaines de milliers d'habitants venus des zones rurales vers la ville. En quelques semaines, sa population a triplé. Les zones rurales entourant Paoua constituaient autrefois le grenier du pays. Mais depuis des semaines, de nombreuses localités de cette région se sont vidées de leur population. Près de 60 000 personnes sont arrivées à Paoua, qui comptait auparavant 20 000 habitants.
(APA 11/01/18)
APA-Bangui(Centrafrique) - Le Maire de la ville de Bangui Raymond Emile Gros Nakombo est monté au créneau mercredi soir pour dénoncer les factures non-payées des régies publicitaires de la ville qui ont atteint une somme de trois cent millions de FCFA. Face à cette dette qui constitue un manque à gagner pour la municipalité de Bangui, le Maire a lancé un ultimatum aux annonceurs leur demandant de s’acquitter de leurs dettes d’ici le 30 janvier au risque de voir leur...
(RFI 10/01/18)
Depuis la fin décembre des affrontements entre le MNLC d'Ahmat Bahar et un autre groupe armé, RJ (Révolution Justice), se poursuivent dans le nord-ouest de la Centrafrique autour de la ville de Paoua, non loin de la frontière tchadienne. 5 000 personnes seraient arrivées au Tchad. 58 000 à Paoua même, selon les derniers chiffres du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha). Le député centrafricain Martin Ziguélé, ancien Premier ministre, est natif de Paoua. Il lance...
(RFI 10/01/18)
En Centrafrique, deux accusés ont été jugés en leur absence mardi 9 décembre à la Cour criminelle de Bangui, pour le meurtre en novembre 2013 d'un haut magistrat, Modeste Bria. Cet assassinat avait suscité une immense onde de choc dans la société centrafricaine, entrainant le blocage quasi-complet du système judiciaire centrafricain pendant des mois. Les deux accusés ont été condamnés par contumace à la prison à vie. Crime crapuleux ou politique ? « On a la ferme conviction qu'il s'agit...
(APA 10/01/18)
APA - Bangui(Centrafrique) - L’église catholique en Centrafrique est préoccupée par l’insécurité qui sévit à l’intérieur du pays, une situation qui fait que les agents pastoraux n’ont plus de contacts avec les chrétiens en exile ou déplacés. Les 10 Evêques de Centrafrique qui ont démarré mardi à leur siège à Bimbo au sud-ouest de Bangui les travaux de leur session ordinaire de l’année 2018, ont de nouveau alerté sur cette situation qui affecte la vie quotidienne des populations En illustration...
(APA 10/01/18)
APA-Bangui (Centrafrique)- La cour d’appel de Bangui a démarré ce lundi sa session criminelle d’un mois qui va étudier une cinquantaine de dossiers parmi lesquels ceux concernant les groupes armés qui sévissent en RCA. Il s’agit des actes criminels impliquant les chefs rebelles tels que Patrice Edouard Ngaïssona coordonnateur général des Anti balaka et Abdoulaye Hissein des sélékas. Un juré populaire a été constitué pour aider à juger les crimes dont la cour a été saisie au mois de décembre...

Pages