Dimanche 22 Avril 2018
(RFI 28/03/18)
En 2013, Bangui se réveillait avec un président en fuite et les nouveaux maîtres de la ville, la Seleka. Cette coalition, à majorité musulmane est rentrée dans la capitale centrafricaine, après des mois de marche, de négociations et d’atermoiements. Dans ce pays chrétien à 80%, qui vit au rythme des coups d’Etat, l’arrivée de ces rebelles inquiète parfois, mais suscite aussi de l’espoir après 10 ans de népotisme et de tribalisme par le clan Bozizé. Censée apporter un renouveau, la Seleka va se livrer rapidement aux tueries et aux pillages. Ce qui entraînera sa chute, tout comme celle du pays qui, cinq ans après, ne se relève toujours pas. Lire sur: http://www.rfi.fr/emission/20180328-centrafrique-rca-seleka-rebelles-pou...
(APA 28/03/18)
APA-Bangui(Centrafrique)- Le Réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme en Centrafrique a lancé, mercredi dans le 2ème arrondissement de Bangui, la première radio des droits de l’Homme en Centrafrique. Cette radio qui émet en modulation de fréquence sur la fréquence de 100.5 FM à Bangui et ses environs a été installée par le projet « connect » de l’Ong américaine « Internews » sur un financement du gouvernement américain à travers l’USAID. Selon les responsables du RJDH, le processus du lancement de la radio fréquence RJDH a démarré en 2014 et répond aux besoins en informations sur les droits de l’homme et l’action humanitaire. Le RJDH-RCA a été mis sur pied en 2010 à Bangui, suite à une série...
(APA 27/03/18)
APA-Bangui (Centrafrique) - 2.650 réfugiés centrafricains vivant dans les pays voisins sont favorables à un rapatriement volontaire, a annoncé la Commission nationale des réfugiés (CNR) en présentant, mardi à Bangui, les conclusions d’un monitoring effectué dans les pays où vivent les personnes exilées. Selon la CNR, les conditions de vie difficiles de vie des réfugiés et l’amélioration de la situation sécuritaire à Bangui sont à la base de leur désir de rentrer au pays. Ces Centrafricains, d’après la CNR, sont...
(AFP 24/03/18)
Après de longues tractations à l'ONU, des instructeurs venus de Russie ont pris possession d'une demeure de l'ex-président Jean-Bedel Bokassa près de Bangui, pour y former des militaires centrafricains à manier des armes russes. L'envoi de matériel militaire et d'instructeurs russes dans un pays soumis à un embargo sur les armes depuis 2013 avait provoqué des remous et des interrogations à l'ONU, en particulier de la part des Etats-Unis, de la France - ex-puissance coloniale en Centrafrique - et du...
(Xinhua 23/03/18)
Une trentaine de personnes ont été tuées au cours des trois derniers jours à partir de mardi dans de nouveaux affrontements opposant les combattants de l'ex-séléka et d'anti-balaka dans les villages au nord de la ville centrafricaine de Bambari (centre), a appris Xinhua jeudi de sources locales. Les éléments de l'ex-séléka relèvent du mouvement rebelle de l'Unité pour la paix en Centrafrique (UPC) dirigée par Ali Darass. La tuerie a été provoquée par l'exécution d'un anti-balaka par des membres de...
(APA 23/03/18)
APA-Bangui (Centrafrique)- Les magistrats centrafricains siégeant à la Cour Pénale Spéciale du pays, ont entamé mercredi, une session de formation de trois avec des experts de la Cour pénale internationale. Cette formation qui entre dans le cadre de la visite de la Procureur de la Cpi Fatou Bensouda en Centrafrique, est élargie aux magistrats des autres juridictions centrafricaines. « Il nous faut établir la vérité et rendre justice aux victimes de crimes atroces car, il s'agit d'une demande du peuple...
(Xinhua 22/03/18)
Une plage qui avait spontanément vu le jour en raison de l'extrême baisse du niveau du cours de l'Oubangui à la hauteur de la capitale centrafricaine Bangui a été fermée à compter de mercredi par les autorités nationales. Selon un communiqué officiel rendu public mardi soir, le ministre centrafricain de l'Intérieur chargé de la Sécurité publique, Henri Wanzet Linguissara, déplorant trois cas répétés de noyade sur la rivière Oubangui, a demandé aux commerçants qui se sont établis sur la plage...
(APA 21/03/18)
APA-Bangui(Centrafrique) - Christian Beninga, porte-parole par intérim du groupe de travail de la société civile (GTSC) de Centrafrique a exigé, mardi, le retrait du contingent de la Minusca de la ville de Bangassou. «La situation est très compliquée parce que à un moment donné on a à faire à des bandits, qui n’ont aucune revendication politique, et qui sèment panique au sein de la population de Bangassou, Paoua, la ville de Bria et bien d’autres», a expliqué Christian Beninga. Au...
(APA 20/03/18)
APA-Bangui(Centrafrique)- Le ministre de la sécurité publique de la République centrafricaine, le général de Brigade Henri Wanzet-Linguissara, a mis en garde les occupants illégaux des plages qu’il accuse d’être à l’origine de la récurrence des cas de noyades. Cité par un communiqué de son ministère, M. Henri met en garde ces occupants illégaux et leur demande de déguerpir dans une semaine, « faute de quoi ils se feront chasser par les force de l’ordre ». Samedi dernier, trois cas de...
(Xinhua 20/03/18)
Des travaux de la construction et de la réhabilitation des infrastructures vont démarrer bientôt à Bangui, la capitale de la République centrafricaine (RCA), en proie à la crise sécuritaire depuis 2013, a-t-on appris lundi d'une source locale. Le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra a procédé lundi à la pose de la première pierre au 3ème arrondissement de Bangui, un geste symbolique marquant le début de la construction d'une série d'infrastructures urbaines. Il était accompagné par Samuela Isopi, la chef de la...
(RFI 17/03/18)
Ce 16 mars, un chef anti-balaka du site de déplacés de Bria, dans l'est du pays, a été interpellé par les forces de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca). Jean-Francis Diandi est suspecté d’avoir participé à une attaque qui avait coûté la vie à un casque bleu mauritanien en décembre dernier. Les casques bleus et la police militaire de la Minusca ont arrêté Jean-Francis Diandi, plus connu sous le nom de Ramzzani, en plein milieu de la foule...
(AFP 17/03/18)
Sur le fleuve Oubangui, qui longe le sud de la Centrafrique, des groupes armés ont installé des postes de "péage", une véritable manne financière pour ces milices qui contrôlent la majeure partie du pays. "Il suffit d'avoir une arme, tu crées un poste de péage sur le fleuve. Du coup les marchandises sont trop chères, certains ont abandonné le commerce à cause de cela", explique un piroguier sur le fleuve Oubangui. Depuis fin 2014, des miliciens rattchés aux groupes armés...
(AFP 16/03/18)
A son âge, Justin, un Sud-Soudanais n'avait pas d'autre choix pour fuir la guerre civile dans son pays que de se réfugier en Centrafrique voisine, minée elle aussi par les conflits entre groupes armés. Ce vieux monsieur de 72 ans reste hanté par la mémoire de ces "hommes du gouvernement sud-soudanais" qui ont "tué des civils et brûlé des maisons" dans son village de Source Yubu au Soudan du Sud. "Ils pensent que les rebelles sont dans la brousse et...
(AFP 15/03/18)
Les activités humanitaires à Bangassou ont été suspendues en raison du pillage des équipements et des installations de quatre ONG dans cette ville du sud-est de la Centrafrique, a annoncé mercredi à Bangui le bureau des Nations unies pour la coordination humanitaire (Ocha). "Compte tenu de la détérioration de la situation sécuritaire à Bangassou, nos partenaires humanitaires dans la ville ont été relocalisés à Bangui", a déclaré mercredi à l'AFP Joseph Inganji, chef de bureau Ocha pour la Centrafrique. "Il...
(AFP 14/03/18)
En saison sèche, le fleuve Oubangui, qui borde le sud de la Centrafrique, se tarit, dévoilant son vaste lit où émerge un réseau d’îles éphémères, habituellement désertes. Mais en cette fin février, sur plusieurs kilomètres, ces ilots sont coiffés de dizaines de huttes en paille et de bâches tendues: des centaines de pêcheurs s'y sont installés, fuyant les milices anti-balaka qui les harcèlent 300 km en amont du fleuve, dans la sous-préfecture de Satema, dans le sud-est du pays. "J'habitais...
(Xinhua 14/03/18)
En République centrafricaine (RCA), une campagne de lutte contre la fistule obstétricale lancée conjointement par le gouvernement et les Nations Unies ont porté les premiers fruits. Mardi, Onze Centrafricaines sur 19 atteintes de cette maladie ont entièrement recouvré la santé avant de se présenter mardi dans la capitale Bangui à la Première dame centrafricaine Brigitte Touadéra. Agées entre 18 et 42 ans, ces femmes provenant des quatre coins de la RCA ont subi avec succès une intervention chirurgicale des suites...
(APA 13/03/18)
APA-Bangui(Centrafrique)- Les 500 policiers et gendarmes nouvellement recrutés, ont débuté lundi à Bangui, une formation de sept mois aux écoles de police et de gendarmerie, avec l’appui de la Minusca. «La Centrafrique aura 250 gendarmes et 250 policiers prêts à servir pour le pays, mais aussi en international si le besoin se fait sentir », a expliqué, le Directeur de cabinet du ministère de la Sécurité publique, Sosthène Déngbé, président du comité de recrutement. Lançant la formation, Sosthène Déngbé, s’est félicité de la réouverture des écoles de police et de gendarmerie.
(RFI 12/03/18)
Le Gabon a annoncé, jeudi 8 mars, qu’il retirait ses 450 casques bleus en République centrafricaine (RCA). Après 21 ans de présence dans le pays, le contingent gabonais quitte les 12 500 soldats qui participent actuellement à la mission de l'ONU en RCA (Minusca). L'annonce a été faite après un déplacement du président centrafricain à son homologue gabonais. Le départ des casques bleus ne sera effectif qu'au mois de juin, lors de la prochaine rotation des troupes, mais c'est un coup dur pour la Minusca, déjà plombée par les affaires d'abus sexuels et le climat d'insécurité en ....
(RFI 12/03/18)
Depuis fin janvier, des soldats russes occupent, avec la validation de l'Etat centrafricain, l'ancien palais impérial de Jean-Bedel Bokassa pour former des soldats centrafricains, loin des regards indiscrets. Reportage. Terrain militaire, propriété de l'Etat, photos et vidéos interdites... C'est par ces mots qu'est accueilli le visiteur qui se présente au grand portail de l'ex-palais impérial. Là, deux Faca, les Forces armées centrafricaines, montent la garde et appellent des instructeurs russes qui vivent ici depuis un mois un demi. Autorisation de...
(Xinhua 12/03/18)
Les travailleurs humanitaires présents dans la ville centrafricaine de Bangassou (sud-est) menacent de cesser leur assistance après que la base d'une ONG a été vandalisée vendredi matin par des hommes armés qui appartiendraient à des groupes d'autodéfense, a-t-on appris dimanche de source locale. On précisait sous couvert d'anonymat que ces hommes armés avaient investi la base de l'ONG néerlandaise Cordaid et l'ont entièrement pillée. Un dépôt de produits pharmaceutiques, des outils de travail, des motos et même des sièges ont...

Pages