Mardi 23 Janvier 2018
(RFI 23/01/18)
Au terme de neuf jours de procès, le « général Andilo », un des leaders anti-balakas, a été condamné, par la justice centrafricaine, aux travaux forcés à perpétuité ainsi qu'à verser aux victimes ou à leur famille 118 millions de francs CFA de dommages et intérêts. C'est le premier acteur de la crise qui a ravagé le pays de 2013 à 2015 qui est condamné. La défense a d'ores et déjà prévenu qu'elle irait en appel. « Assassinat », « séquestration », « association de malfaiteurs », « vol aggravé » et « détention illégale d'armes de guerre ». C'est pour ces cinq chefs d'accusation que Rodrigue Ngaïbona a été condamné aux travaux forcé à...
(RFI 22/01/18)
En République centrafricaine (RCA), la situation serait-elle en train de s'améliorer à Paoua ? La sous-préfecture du nord-ouest abrite plus de 60 000 déplacés venus des zones rurales des alentours, depuis la fin décembre, en raison des affrontements qui opposent le Mouvement national pour la libération de la Centrafrique (MNLC) au mouvement Révolution et justice (RJ).Tous les villages ruraux situés en périphérie de Paoua se sont vidés de leurs habitants, certains ont même été incendiés. Depuis une semaine, la Minusca mène une vaste opération aux alentours de la ville pour établir un périmètre sécurisé, sans groupes armés, afin de permettre un retour des déplacés chez eux. Il s’agit d’un ultimatum aux deux groupes armés impliqués - le MNLC et RJ...
(RFI 22/01/18)
En République centrafricaine (RCA), l'un des chefs d'autodéfense de Bangassou, Kevin Béré-Béré, s'est rendu, ce dimanche 21 janvier, à la Minusca. Il a été entendu par la police onusienne qui l'a placé en garde à vue. C'est l'un des responsables du massacre de Bangassou, en mai dernier, qui est venu demander la protection de la Minusca. Originaire du Mbomou, Kevin Béré-Béré avait activement participé aux attaques qui avaient coûté la vie à une centaine de musulmans, réfugiés dans leur mosquée,...
(La Tribune 22/01/18)
Dans le village tchadien de Békoninga, à sept kilomètres de la frontière centrafricaine, parmi des milliers de personnes, venues de la RCA voisine, la plupart sont des femmes et des enfants, à 95%, selon les autorités du village qui les accueillent et les enregistrent avant l'arrivée des organisations humanitaires, notamment le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Reportage de l'agence Xinhua. 20.000 personnes, en majorité des femmes et enfants fuyant les exactions des groupes armés, ont fui le...
(RFI 20/01/18)
En Centrafrique, deux ressortissants congolais, détenus depuis juin dernier à Bangui, se sont évadés mercredi 18 janvier. Freddy Libeba et Alexandre Mitshiabu du mouvement politico-militaire FCCPD de John Tshibangu avaient été arrêtés sur des soupçons de recrutement de mercenaires et de contacts avec certains groupes armés centrafricains. En Centrafrique, il faisaient l'objet d'une information pour association de malfaiteurs. Les deux Congolais étaient détenus au Camp de Roux à Bangui, réputé plus sûr que la prison de Ngaragba ...
(RFI 18/01/18)
« La situation en République centrafricaine se détériore. Le comportement des belligérants doit changer ». Un cri d’alarme lancé par le CICR dont le président, Peter Maurer, a terminé mardi soir une visite de quatre jours en Centrafrique. Il a rencontré le président Faustin Archange Touadéra, des membres du gouvernement, des travailleurs humanitaires ainsi que plusieurs représentants de groupes armés. Peter Maurer s’est aussi rendu à Kaga Bandoro dans le nord et à Bambari dans le centre du pays. Il...
(RFI 16/01/18)
La justice française a ordonné en fin de semaine passée un non-lieu dans l'enquête sur les accusations de viols en Centrafrique entre 2013 et 2014 portées par des enfants contre des soldats français, faute d'avoir pu établir leur implication. Après quatre ans d'enquête, cette décision était attendue depuis longtemps et elle a un goût amer pour les parties civiles, alors que cette affaire avait éclaboussé la force Sangaris, déployée en 2013 pour mettre fin au chaos qui régnait alors en...
(RFI 15/01/18)
A Paoua, en RCA, la situation s'aggrave de jour en jour. Les déplacés qui fuient les récents combats entre deux groupes armés de la région arrivent en masse dans cette petite ville. Ils seraient plusieurs dizaines de milliers aujourd'hui et le manque de nourriture, d'eau et de capacités de soins se fait cruellement sentir. Même si les affrontements ont baissé d'intensité ces derniers jours, les déplacés continuent d'arriver, explique Gwenola François, cheffe de mission pour Médecins sans frontières (MSF) qui...
(RFI 13/01/18)
Les audiences se sont terminées plus rapidement que prévu dans le procès en appel de Jean-Pierre Bemba. La Cour pénale internationale (CPI) avait prévu cinq jours, il n'en aura fallu que trois pour entendre les différents points de vue sur les points d'appel de la défense comme de l'accusation. Pour rappel, l'ancien vice-président congolais avait été condamné à 18 ans de prison pour des crimes de guerre et crimes contre l'humanité en Centrafrique. On ne connait pas encore la date...
(RFI 13/01/18)
En Centrafrique, le procès de Rodrigue Ngaïbona, alias Andilo, a repris vendredi 12 janvier à la cour criminelle de Bangui. L'ancien chef de milice anti-balakas est poursuivi pour cinq chefs d'accusation. Depuis jeudi, c'est le premier, l’accusation d’assassinat qui fait l'objet des débats à la cour. Vendredi, les parties civiles et les témoins ont été entendus. « Les témoignages entendus sont accablants » a confié au téléphone à RFI, Marta Riggio, représentante de la Fédération internationale des droits de l'homme,...
(RFI 12/01/18)
En Centrafrique, le procès de Rodrigue Ngaïbona, alias Andilo, a repris ce jeudi 11 janvier à la cour criminelle de Bangui. Un procès en forme de test pour l'institution judiciaire centrafricaine qui peine à se relever. L'ancien chef de milice anti-balaka est poursuivi pour cinq chefs d'accusation dont assassinats, viols aggravés, et association de malfaiteurs. Dans une ambiance parfois agitée, la cour s'est penchée sur le chef d'assassinats ce jeudi. C'est un procès très suivi. Retransmis à la radio, les...
(RFI 11/01/18)
Le flux de déplacés arrivant à Paoua ne se tarit pas. Les affrontements, qui opposent deux groupes armés pour le contrôle des routes et des couloirs de transhumance, provoquent depuis des semaines l'exode de dizaines de milliers d'habitants venus des zones rurales vers la ville. En quelques semaines, sa population a triplé. Les zones rurales entourant Paoua constituaient autrefois le grenier du pays. Mais depuis des semaines, de nombreuses localités de cette région se sont vidées de leur population. Près de 60 000 personnes sont arrivées à Paoua, qui comptait auparavant 20 000 habitants.
(Jeune Afrique 10/01/18)
Le procès en appel de Jean-Pierre Bemba s’est ouvert ce mardi devant le Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI). L’ancien vice-président de la RDC, condamné en juin 2016 à 18 ans de prison pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre, avait fait appel du jugement, tout comme l’accusation, qui avait réclamé « au moins 25 ans de prison » en première instance. C’est sous la présidence de la juge Christine Van den Wyngaert que s’est ouvert ce...
(RFI 10/01/18)
C'est un procès dont le verdict n'avait satisfait personne, ni la défense, ni l'accusation. Jean-Pierre Bemba, l'ex-vice-président congolais et président du parti d'opposition MLC, est de retour sur le banc des accusés à La Haye. Début du procès en appel sur demande des avocats du «chairman» comme du bureau du procureur. Pour la défense, c'est l'ensemble de verdict qui est à revoir, son contenu comme la peine infligée à Jean-Pierre Bemba, condamné en première instance à 18 ans de prison...
(RFI 10/01/18)
Depuis la fin décembre des affrontements entre le MNLC d'Ahmat Bahar et un autre groupe armé, RJ (Révolution Justice), se poursuivent dans le nord-ouest de la Centrafrique autour de la ville de Paoua, non loin de la frontière tchadienne. 5 000 personnes seraient arrivées au Tchad. 58 000 à Paoua même, selon les derniers chiffres du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha). Le député centrafricain Martin Ziguélé, ancien Premier ministre, est natif de Paoua. Il lance...
(RFI 10/01/18)
En Centrafrique, deux accusés ont été jugés en leur absence mardi 9 décembre à la Cour criminelle de Bangui, pour le meurtre en novembre 2013 d'un haut magistrat, Modeste Bria. Cet assassinat avait suscité une immense onde de choc dans la société centrafricaine, entrainant le blocage quasi-complet du système judiciaire centrafricain pendant des mois. Les deux accusés ont été condamnés par contumace à la prison à vie. Crime crapuleux ou politique ? « On a la ferme conviction qu'il s'agit...
(Jeune Afrique 10/01/18)
Pour le ministre congolais de l'Économie, les États africains doivent s’atteler à bâtir de vraies économies compétitives, plutôt que de se préoccuper de disposer chacun de sa monnaie. Ce qui ne l'empêche pas de suggérer des évolutions dans la politique monétaire de la zone CFA, notamment le passage de la fixité par rapport à l'euro à une flexibilité contrôlée. Depuis plus d’un an, il ne se passe plus un jour sans que les Africains de l’Union économique et monétaire ouest-africaine...
(La Tribune 08/01/18)
L'armée centrafricaine vient de bénéficier d'une enveloppe de 7 milliards de francs CFA mise à sa disposition par les Etats-Unis d'Amérique, a-t-on appris auprès de la représentation américaine à Bangui. Les fonds devraient servir à soutenir divers programmes militaires, dont la formation, l'équipement, les véhicules et le matériel de communication. La sécurité en Centrafrique préoccupe les Etats-Unis d'Amérique. L'administration Donald Trump vient d'accorder un appui de 7 milliards de francs CFA aux Forces armées centrafricaines (FACA). Selon David Brownstein, chargé d'affaire à l'ambassade des Etats-Unis en Centrafrique, qui a apporté la nouvelle dans un communiqué rendu public ce vendredi 5 janvier 2017...
(Dw-World 08/01/18)
Depuis l’avènement de la coalition rebelle seleka au pouvoir en Centrafrique en 2013, la RCA a vu son système de défense profondément déstabilisé. Quatre ans plus tard, l'armée nationale n’est toujours pas sur pied. C'est un défi de reconstitution qui incombe à la mission européenne de formation et de conseil aux forces armées centrafricaines, connue sous l'acronyme d’EUTM. Deux bataillons forts de 1.300 soldats sont entièrement formés et attendent leur déploiement sur le terrain. Trois autres compagnies sont en cours...
(Jeune Afrique 06/01/18)
Depuis son élection en février 2016, à la tête du pays, le président Centrafricain peine à résoudre la situation de crise sécuritaire, économique et sociale qui frappe le pays. Pour faire face, cet ancien Premier ministre du président déchu François Bozizé entend resserrer les rangs. Six hommes composent son premier cercle, vieux compagnons ou membres de sa famille. « J’ai foi que nous réussirons le pari de restaurer l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire national pour permettre le redécollage...

Pages