Samedi 22 Juillet 2017
(AFP 20/07/17)
La Centrafrique, minée par la violence, est menacée dans sa reconstruction par des tensions au sommet de l'Etat entre le président de la République et celui de l'Assemblée nationale, le camp du premier ayant été jusqu'à accuser samedi le second de tentative de coup d'Etat avant de se rétracter. Début 2016, l'élection du président Faustin-Archange Touadéra, sous l'égide de la France et des Nations unies, avait représenté une lueur d'espoir après le déchaînement des violences en 2013 dans ce pays pauvre de 4,5 millions d'habitants. A la tête de l'Assemblée nationale, Abdoul Karim Meckassoua, un élu du PK5, le quartier musulman de Bangui, apparaissait comme un symbole de réconciliation après le déferlement de haine...
(La Croix 20/07/17)
L’Union africaine et l’ONU multiplient les déclarations en faveur de la paix et de la sécurité en Centrafrique. Mais sur le terrain, les violences se poursuivent. La Centrafrique ne manque pas d’amis. Mais sont-ils efficaces ? Cette semaine, pas moins de deux grandes institutions se sont encore penchées sur elle pour promouvoir paix et la sécurité. Une nouvelle feuille de route Lundi 17 juillet à Libreville, l’Union africaine a promulgué une nouvelle feuille de route pour restaurer la paix en Centrafrique. Au programme, la décentralisation, le désarmement, la justice transitionnelle ou le statut des anciens chefs d’État. Signée à la fois par la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs...
(Jeune Afrique 20/07/17)
Le gel de fonds prononcé en 2015 par la Conseil de l'Union européenne à l'encontre du Bureau d’achat de diamants en Centrafrique (Badica) et sa filiale belge Kardiam, dont elles contestaient le bien fondé, a été confirmé jeudi par le Tribunal de l'Union européenne. Le gel des fonds du Bureau d’achat de diamants en Centrafrique (Badica) et sa filiale belge Kardiam prononcé par le Conseil de l’Union européenne le 2 septembre 2015, dans la foulée des Nations unies, a été...
(MondAfrique 20/07/17)
La visite éclair du président Touadera à Ndjamena, le 29 juin 2017, en a surpris plus d'un, d'autant que les présidents tchadien et centrafricain devaient se voir le 3 juillet à Addis-Abeba, lors du Sommet de l'Union africaine. Décryptage. Non seulement le président centrafricain Touadera, aux abois, a été d’une rare déférence envers Idriss Deby Itno, qui n’a même pas daigné l’accueillir à l’aéroport ce qu’il venait pourtant de faire pour le président guinéen Alpha Condé, mais il a aussi...
(Xinhua 20/07/17)
N'DJAMENA, (Xinhua) -- Plus de trois ans après leur arrivée de la République centrafricaine (RCA) où ils avaient fui les violences entre les groupes Séléka et anti-Balaka, les 73.000 retournés tchadiens vivant au sud du pays et dans la capitale font face à un risque de détérioration de leurs conditions de vie, selon le dernier bulletin humanitaire publié par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) au Tchad, en collaboration avec les partenaires humanitaires. Le retrait progressif, faute...
(RFI 19/07/17)
L'Union africaine se veut désormais aux commandes des efforts diplomatiques pour la paix en Centrafrique. C'est en tous les cas ce qui ressort d'une réunion qui s'est tenue à Libreville, ce lundi. L'UA, mais aussi la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), ainsi que les gouvernements du Tchad, de l'Angola, du Gabon du Congo et de la RCA ont signé une «feuille de route pour la paix et la réconciliation en Centrafrique». Un document qui fixe un cadre pour les discussions entre les groupes armés et le gouvernement centrafricain et qui «constitue désormais l'unique...
(Xinhua 19/07/17)
NEW YORK (Nations Unies), (Xinhua) -- Au terme d'une visite de trois jours en République centrafricaine (RCA), le secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d'urgence, Stephen O'Brien, a appelé mardi la communauté internationale à maintenir son soutien et à éviter que ne se répète la crise qui avait frappé le pays il y a à peine quatre ans. Tout en se félicitant des énormes efforts déployés depuis le point culminant de la crise...
(APA 19/07/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - L’Union Africaine (UA) a adopté, une nouvelle feuille de route pour une sortie de crise sécuritaire en RCA, a appris APA, mercredi, à Bangui, auprès du ministère centrafricain des affaires étrangères. La décision a été entérinée lors d’une réunion ministérielle convoquée par la commission de l’UA, tenue lundi dernier à Libreville au Gabon, et à laquelle a pris part, Charles Armel Doubane ministre centrafricain des Affaires Étrangères Cette réunion s’est soldée par un communiqué final qui a adopté...
(AFP 18/07/17)
Le procureur de la Cour pénale spéciale (CPS), Toussaint Muntazini, a affirmé lundi que "les victimes meurtries" de Centrafrique "ne seront jamais abandonnées", dans sa première prise de parole publique depuis sa prestation de serment, le 30 juin. "Nous sommes venus dire aux victimes meurtries de ce pays qu'elles ne seront jamais abandonnées", a déclaré le procureur congolais de la CPS, qui doit instruire et juger les multiples crimes contre l'humanité et les crimes de guerre commis en Centrafrique depuis 2003. "La Cour pénale spéciale, par ma voix, tient à prévenir tous ces bourreaux du peuple centrafricain...
(Jeune Afrique 18/07/17)
Le président de l'Assemblée nationale centrafricaine revient pour Jeune Afrique sur les récentes violences survenues dans le pays, notamment à Bangassou, et met les choses au clair concernant les rumeurs qui circulent à Bangui sur l'ancien président de la République. C’est un homme fort de la transition. Karim Meckassoua est le président de l’Assemblée nationale centrafricaine depuis mai 2016. Aujourd’hui, cet ancien ministre de François Bozizé et candidat malheureux aux dernières élections présidentielles, confirme son soutien au président Faustin-Archange Touadéra...
(APA 18/07/17)
APA-Douala (Cameroun) - Les autorités camerounaises ont décidé de fermer la frontière avec la Centrafrique pour cause de violences entre « bandes armées » centrafricaines, en l’occurrence la coalition Seleka et les anti Balaka, a appris lundi APA de sources concordantes. D’après de fiables informations, cette décision qui a pris effet lundi, se justifie du fait que le déroulement de «violents» affrontements entre les groupes rebelles centrafricains perturbe la sécurité intérieure du Cameroun. Une situation qui se traduit par l’afflux...
(MondAfrique 17/07/17)
Non seulement le président centrafricain Touadera, aux abois, a été d’une rare déférence envers Idriss Deby Itno, qui n’a même pas daigné l’accueillir à l’aéroport ce qu’il venait pourtant de faire pour le président guinéen Alpha Condé, mais il a aussi implicitement remis en cause le récent rapport de la Commission des droits de l’homme de l’Onu listant les 620 cas d’exactions dont beaucoup provienennt des Tchadiens, entre 2003 et 2017, passibles de la Cour Pénale Spéciale de Bangui. On...
(BBC 15/07/17)
Le Conseil de sécurité de l'ONU appelle à l'accélération du processus de mise en place de la Cour pénale spéciale sur la Centrafrique. Il demande aussi que les auteurs de crimes et de violations graves soient traduits en justice. Alors que les parties au conflit en Centrafrique ont convenu de mettre un terme immédiat aux hostilités, les membres du conseil notent une poursuite de la violence qui continue de déstabiliser le pays. Les Nations unies souhaitent également que la Cour pénale spéciale soit efficace et que les appareils judiciaires et pénitentiaires ainsi que le système de justice...
(Médiapart 15/07/17)
Difficile dorénavant de cacher la misère derrière son petit doigt, la RCA va mal, très mal, comme jamais elle ne l'a été. Dans un récent article titré "La République Centrafricaine en plein chaos", le journal "Le Monde" en France, par la plume de Christophe Châtelot a sonné le tocsin, sur un état des lieux catastrophique. Citons des extraits : "Elu début 2016, le président Faustin-Archange Touadéra n’a connu que quelques mois d’état de grâce. Aujourd’hui, tout le monde critique son...
(RFI 14/07/17)
En Centrafrique, l'Assemblée nationale va mettre en place un comité de suivi de l'accord de paix signé le 19 juin dernier, à Rome, entre le gouvernement et 13 mouvements rebelles. Cet accord négocié par la communauté catholique Sant'Egidio a-t-il une chance d'être respecté sur le terrain ? Abdou Karim Meckassoua, président de l'Assemblée nationale de Centrafrique, de passage à Paris, répond aux questions de RFI. RFI : Le 19 juin, un accord de cessez-le-feu a été signé à Rome sous...
(RFI 14/07/17)
Après l’accord signé à Rome le 19 juin dernier sous l’égide de la communauté Sant’Egidio, l’heure est à l’application concrète de ce texte annoncé comme un pas en avant pour la paix. Un comité de suivi de l’accord se met en place. La communauté catholique a effectué une mission pour superviser la concrétisation de ce texte. Avec notre correspondant à Rome, Olivier Bonnel Pendant une semaine, Sant'Egidio a rencontré les différentes composantes de la société centrafricaine, les autorités civiles et...
(AFP 13/07/17)
Un fragile accord de paix en Centrafrique, signé en juin à Rome entre groupes rebelles et autorités, va être complété la semaine prochaine par un "comité de suivi" dans le pays, impliquant l'Assemblée nationale, a indiqué jeudi la communauté catholique de Sant'Egidio. "L'accord a souligné un consensus sur un processus de désarmement, mais ce n'est pas un coup de baguette magique, il faut y travailler", a souligné devant la presse Mauro Garofalo, responsable des relations internationales de la communauté Sant'Egidio.
(La Croix 13/07/17)
Devant ses confrères d’Afrique centrale, l’archevêque de Bangui, le cardinal Dieudonné Nzapalainga a fait part de son inquiétude à propos de la situation en Centrafrique. « À Bangui, la situation est caractérisée par un calme précaire qui y règne. On peut circuler mais on sent qu’au fond des gens, il y a encore ce sentiment de haine, de vengeance… On est comme assis sur des braises. » S’exprimant lundi 10 juillet devant une centaine d’évêques d’Afrique centrale réunis du 10...
(AFP 12/07/17)
Les affrontement sporadiques depuis deux semaines entre groupes armés à Zémio, dans le sud-est de la Centrafrique, ont fait au moins 6 morts et des milliers de déplacés, selon le dernier bilan de l'ONU publié mardi qui fait état d'autres violences dans le pays. "Selon les premières estimations, près de 20.000 personnes sont déplacées sur au moins 5 sites à Zémio (...). L’un des partenaires humanitaires a enterré 6 corps dans une fosse commune", détaille le rapport du bureau des affaires humanitaires de l'ONU en Centrafrique (Ocha) publié mardi.
(APA 12/07/17)
APA-Douala (Cameroun) - L’archevêque de Bangui, le cardinal Dieudonné Nzapalainga, qui participe actuellement à Yaoundé, au Cameroun à la 11è assemblée générale de l’Association des conférences épiscopales de la région de l’Afrique centrale (ACERAC), a déclaré mercredi dans une interview à APA que son pays, la République centrafricaine, est un brasier endormi qui peut prendre feu à tout moment. Selon le prélat « à Bangui, la situation est caractérisée par un calme précaire qui y règne. On peut circuler mais...

Pages