Jeudi 22 Juin 2017
(AFP 21/06/17)
L'accord de cessez-le-feu immédiat en Centrafrique signé lundi à Rome par les groupes armés et le gouvernement aura duré moins de 24 heures. Dès mardi matin, de violents combats entre milices ont fait une centaine de morts à Bria (centre). "On dénombre une centaine de morts, la population de Bria est effrayée, elle est dans la psychose. La situation humanitaire est alarmante", a expliqué mercredi par téléphone l'abbé Gildas, de la paroisse Saint-Louis de Bria à l'AFP, confirmant un chiffre communiqué à l'AFP par le maire, Maurice Belikoussou. Ces affrontements surviennent alors que 13 groupes rebelles ont signé lundi à Rome un accord prévoyant un cessez-le-feu immédiat, sous le parrainage de la communauté catholique Sant'Egidio...
(AFP 21/06/17)
Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a annoncé mardi qu'il discutait avec les autorités du Congo du retrait de leurs soldats déployés en Centrafrique, où ils sont accusés de divers manquements et sévices. Des responsables de l'ONU ont expliqué à l'AFP que 629 Casques bleus congolais servant dans la mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) seraient retirés suite à des accusations de sévices sexuels, de corruption et de manque de discipline. M. Guterres devait annoncer ce retrait lors d'une conférence de presse mardi, mais les discussions sont toujours en cours avec les autorités de Brazzaville, retardant l'annonce. Le patron de l'ONU a indiqué être engagé dans "des contacts nécessaires...
(RFI 21/06/17)
De nouveaux combats ont été signalés ce mardi matin à Bria, parfois à l'arme lourde. Ils surviennent au lendemain de la signature par les groupes armés centrafricains, à Rome, sous les auspices de la communauté Sant'Egidio, d'un accord de paix qui prévoit notamment un cessez-le-feu, alors que depuis la fin 2016, l'est du pays est à feu et à sang. Ce matin à l'aube, un important groupe non identifié a attaqué Bria en plusieurs entrées de la ville. Il s'est heurté immédiatement aux combattants du FPRC, ce mouvement issu de l'ex-Seleka.
(La Tribune 21/06/17)
Le contingent congolais de la force onusienne en Centrafrique vient d’être renvoyé à Brazzaville. Le renvoi des 600 Casques bleus de la Minusca, stationnés à Berberati, troisième plus grande ville du pays, est justifié par un manque de discipline et des soupçons de vol de carburant. Un renvoi qui coïncide avec la signature d’un accord de paix entre le gouvernement centrafricain et les groupes rebelles à Rome. Les Nations Unies viennent de décider le renvoi de 600 soldats du Congo-Brazzaville...
(Xinhua 21/06/17)
YAOUNDE, (Xinhua) -- Au moins 40 personnes ont été tuées et 43 autres blessées lors des affrontements violents entre les milices anti-balaka et l'ex-séléka survenus mardi dans la ville centrafricaine de Bria (centre), au lendemain de la signature d'un accord de paix entre les groupes armés et le gouvernement du pays, ont fait savoir des sources sécuritaires et humanitaires. Les milices pro-christiennes anti-balaka, lourdement armées selon des témoins, ont attaqué mardi au petit matin le Front populaire pour la renaissance...
(AFP 20/06/17)
Un très fragile espoir de paix et de répit pour les civils en Centrafrique s'est levé lundi à Rome avec la signature d'un accord de paix pour tenter d'éviter l'"embrasement généralisé" que redoutent les Nations unies depuis la reprise mi-mai des violences communautaires. Au total 13 groupes rebelles ou milices, principalement anti-Balaka prochrétiens ou ex-Séléka prominorité musulmane, ont paraphé avec les autorités cet accord prévoyant un cessez-le-feu immédiat sur tout le territoire. Une question se pose après ces cinq jours de discussions sous le parrainage de la communauté catholique Sant'Egidio: cet engagement va-t-il mettre un terme aux affrontements qui ravagent l'ex-colonie française depuis 2013...
(RFI 20/06/17)
Le gouvernement centrafricain a signé, ce lundi 19 juin, à Rome, un accord de paix avec les groupes armés du pays, sous l’égide de la communauté de Sant'Egidio. Les discussions avaient débuté en novembre 2016. Les quatorze groupes armés se sont engagés à un cessez-le-feu immédiat sur tout le territoire centrafricain, «—sous le contrôle de la communauté internationale—». Un accord qualifié d’ «—historique—». L'accord fait 16 pages et c’est « le fruit d'un long travail, dur et sincère, débuté en...
(AFP 20/06/17)
Plus de 600 soldats du Congo travaillant pour l'ONU en Centrafrique et accusés d'agressions sexuelles vont être renvoyés chez eux, ont annoncé des responsables de l'ONU lundi. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres annoncera le départ de ces soldats mardi lors d'une conférence de presse aux Nations unies. Cette décision survient après un rapport accablant d'un responsable de la mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca), qui avait menacé de rapatrier ces soldats si rien n'était fait au sein du...
(Jeune Afrique 20/06/17)
A Rome, les groupes armés centrafricains se sont rassemblés avec des représentants des institutions de la RCA et de la Minusca, pour signer un accord en faveur de la paix. Certains apprécient, d'autres moins... Tous les groupes armés centrafricains – soit quatorze au total – se sont rassemblés à Rome, à l’initiative de la communauté catholique Sant’Egidio, à l’exception des 3R (« Retour, Réclamation et Réhabilitation »), pour des raisons logistiques. Leurs représentants, arrivés pour la plupart depuis Yaoundé, au...
(AFP 20/06/17)
La Centrafrique, où un accord a été signé lundi entre gouvernement et 13 groupes armés, a basculé en 2013 dans la violence avec le renversement de François Bozizé par les rebelles à majorité musulmane de la Séléka, suscitant une contre-offensive de milices chrétiennes, les anti-Balaka. Si le niveau des violences n'est plus celui de 2013, 50 à 60% du pays restent sous le contrôle des groupes armés. - Violences Séléka/anti-Balaka - Le 24 mars 2013, les rebelles de la Séléka...
(APA 20/06/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - La communauté catholique de Saint Egidio a annoncé avoir obtenu la signature d’un accord politique pour la paix en RCA, à l’issue des discussions initiées sous son égide entre les groupes armés, les autorités, les partis politiques et la société civile en Centrafrique. Signé lundi à Rome, cet accord instaure un cessez-le-feu immédiat sur le territoire centrafricain avec les groupes armés signataires qui sont au nombre de 13 car sur les 14 attendus un mouvement dénommé ‘’3...
(AFP 19/06/17)
Un accord de paix prévoyant un cessez-le-feu "immédiat" a été signé lundi à Rome sous l'égide de la communauté catholique de Sant'Egidio, entre le gouvernement centrafricain et les groupes armés de ce pays, a constaté l'AFP. Les parties se sont engagées notamment à un cessez-le-feu immédiat sur tout le territoire centrafricain, "sous le contrôle de la communauté internationale", selon le texte de cet accord, rendu public au siège romain de cette communauté, très impliquée dans des médiations de paix, notamment en Afrique. "Nous nous engageons sur le plan politique à la mise en place immédiate de la part des groupes politico-militaires d'un cessez-le-feu sur toute l'étendue...
(MondAfrique 19/06/17)
Le chemin d’une paix durable passe-t-il désormais en Centrafrique par la communauté de Sant’Egidio? Le scénario n’est pas absurde. Après l’accord de coopération signé à Paris avec Jean-Marc Ayrault, le 18 février 2017, la communauté catholique basée à Rome a conclu un autre accord a été signé à New York , le 2 juin 2017, avec l’ONU. La France et l’Onu soutiennent en effet la médiation de Sant’Egidio qui poursuit ses efforts depuis 2013, notamment avec le Pacte républicain signé...
(BBC 19/06/17)
Depuis le début de la semaine, des combats opposent les éléments d'autodéfense, qui imposent leur loi dans la région, à une faction de l'ex-Seleka venue de Bria dans le nord-est de la Centrafrique. Ce regain de violences ne sont pas sans conséquences. La ville de Bangassou par exemple, théâtre d'une attaque sanglante des éléments d'autodéfense dits anti-Balaka, s'est de nouveau vidée de sa population. Dans cette localité début mai six casques bleus avaient été tués. Mercredi, la Minusca a mis...
(Autre média 19/06/17)
Au terme de l’angélus dominical, le Saint-Père a apporté son soutien aux efforts de la communauté de Sant’Egidio entrée officiellement aux Nations unies le 9 juin dernier. « Je porte dans mon cœur le souvenir de la visite réalisée dans ce pays en novembre 2015, et souhaite qu’avec l’aide de Dieu et la bonne volonté de tous, le processus de paix (…) soit pleinement relancé et renforcé ». Au terme de l’angélus dominical, place Saint-Pierre, ce 18 juin, le pape...
(APA 17/06/17)
Le Garde des Sceaux ministre de la justice chargé des droits de l’Homme du Tchad, Pr Ahmat Mahamat Hassane, s’est offusqué vendredi, contre les accusations portées contre l’armée tchadienne dans un rapport de l’Onu, qualifiant le contenu de ce document comme « des insinuations et des machinations politiques de déstabilisation du Tchad». Le 24 mai dernier, le gouvernement tchadien avait été saisi par l’intermédiaire de sa mission diplomatique à Genève (Suisse) d’un rapport établi par le haut-commissariat des Droits de...
(RFI 16/06/17)
Des représentants de la plupart des groupes armés centrafricains se retrouvent ce jeudi autour de la table à Rome sous les auspices de l'organisation Sant'Egidio, qui oeuvre discrètement aux médiations dans les conflits. Sont présents également des responsables politiques, des représentants de la société civile, du gouvernement, ainsi que des Nations unies. Les discussions doivent se poursuivre jusqu'à samedi. Treize des quatorze groupes armés sont représentés à Rome. Manque à l'appel le groupe « 3R » qui n'aurait pas été en mesure d'envoyer des délégués.
(RFI 15/06/17)
En Centrafrique, les autorités recherchent activement les membres présumés d'un mouvement politico-militaire congolais, le FCCPD de John Tshibangu. Ce proche de l'ex-rébellion du M23 est soupçonné d'avoir tissé des liens avec des groupes armés centrafricains issus de l'ex-Seleka. Depuis vendredi, trois personnes ont été arrêtées. Des enquêtes manifestement déclenchées après la venue il y a trois semaines, du ministre congolais des Affaires étrangères Léonard She Okitundu. C'est le ministre de l'Intérieur, Jean-Serge Bokassa, en personne, qui a dirigé vendredi l'arrestation à Bangui de Freddy Libeba et Alexandre Mitshiabu, respectivement, chargé des opérations et directeur du renseignement du FCCPD.
(APA 15/06/17)
APA-Kinshasa (RD Congo) - Plus de trente mille nouveaux réfugiés centrafricains sont enregistrés dans le Grand Equateur (nord-est de la RDC) depuis le mois de mai dernier, selon les statistiques fournies par la représentante régionale du HCR en RDC, Ann Monica Encontre, lors de la conférence hebdomadaire des Nations unies à Kinshasa. [Img : RDC : plus de 30.000 nouveaux réfugiés centrafricains recensés en un mois] Ces réfugiés qui s’ajoutent à plus de 130.000 autres vivant déjà en RD Congo...
(La Voix de l'Amérique 15/06/17)
Les autorités centrafricaines promettent de donner plus d’informations une fois que l’instruction judiciaire aura abouti. Les autorités centrafricaines ont confirmé l’arrestation de deux membres du mouvement politico-militaire congolais Front du peuple congolais pour le changement et la démocratie (FPCCD), les accusant de tentative de déstabiliser leur pays mais aussi la RDC. "Je confirme que les deux hommes ont bien été arrêtés. Ils sont impliqués dans des activités de déstabilisation du régime en Centrafrique, mais aussi en RDC ", a déclaré...

Pages