Jeudi 23 Novembre 2017
(Xinhua 22/11/17)
La bourgade centrafriaine de Dembia dans la préfecture du Mbomou (sud-est) a été attaquée par des rebelles de l'Unité pour la paix en Centrafrique (UPC) du chef rebelle Ali Darass, a appris mardi Xinhua auprès du député de la ville centrafricaine de Rafaï (sud-est), Benjamin Zangabérou. "Ces rebelles ont fait irruption dans la localité et ont tué deux personnes. Pris de peur, les habitants se sont cachés en brousse. Les rebelles ont profité de cette absence pour piller les maisons", a déclaré M. Zangabérou, avant d'ajouter que "ces rebelles se sont établis dans le local de la gendarmerie". Il a condamné l'acte et a exhorté le gouvernement et la mission onusienne MINUSCA à s'occuper réellement...
(AFP 21/11/17)
Accusé d'accointances avec des groupes armés mais incontournable dans les médiations de paix, le Tchad, est redevenu un partenaire majeur de la Centrafrique, autant indispensable qu'encombrant pour Bangui. En 2014, le Tchad avait subi un sérieux revers après avoir imposé par la force le président Michel Djotodia : la France était intervenue pour mettre fin aux exactions de la rébellion qui l'avait porté au pouvoir, l'ex-Séléka, poussant Djotodia au départ. Pointé du doigt pour connivence avec cette coalition de milices à dominante musulmane (responsable d'innombrables violences contre les populations), N'Djamena avait alors fermé son ambassade, la frontière entre les deux pays et rappelé ses troupes....
(Jeune Afrique 21/11/17)
Une modification dans la liste des officiers chargés d'enquêter pour la Cour pénale spéciale - chargée d'enquêter sur les violations graves des droits humains commises en Centrafrique depuis 2003 - est au centre d'un bras de fer entre avec les bailleurs, Minusca, France et États-Unis en tête. La Cour pénale spéciale (CPS) est l’institution qui concentre tous les espoirs en Centrafrique. Outil majeur de la réconciliation et de la transition, soutenue par la Mission de maintien de la paix en...
(RFI 21/11/17)
Lundi 20 novembre était la Journée internationale des droits de l'enfant. En Centrafrique, pays où ces droits sont régulièrement bafoués en raison des crises successives et de l'absence de considération de la part des adultes, c'est une jeune fille qui a été choisie pour parler aux députés et remplacer le temps d'une matinée le président de l'Assemblée nationale. « Bonjour madame la présidente... » Entrée solennelle dans le bureau de Karim Meckassoua, le président de l'Assemblée nationale centrafricaine, pour Sandra,...
(AFP 20/11/17)
Plus de 5.000 victimes de crimes de guerre commis en Centrafrique pour lesquels a été condamné l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba demandent des réparations individualisées devant la Cour pénale internationale (CPI). "La plupart des victimes rencontrées ont tout perdu et insistent pour que des compensations individuelles soient attribuées" par la CPI, a fait savoir la Fédération internationale des ligues des Droits de l'homme (FIDH) dans un communiqué lundi. L'ancien riche homme d'affaires de 55 ans avait été condamné à une...
(Xinhua 20/11/17)
Le président d'un parti politique centrafricain, le Mouvement démocratique pour le renouveau et l'évolution de Centrafrique (MDREC), Joseph Bendounga, a dit avoir porté plainte contre le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra au Conseil d'Etat pour "violation de la Constitution du 30 mars 2016", a appris samedi un correspondant de Xinhua. L'alibi de M. Bendounga est la nomination, par le chef de l'Etat, des chefs rebelles au cabinet de la présidence de la République, au cabinet de la Primature, au gouvernement, aux...
(Xinhua 20/11/17)
Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, a appris avec consternation les rapports sur la vente aux enchères des migrants africains en Libye comme esclaves, affirme un communiqué publié ce week-end par l'UA. Le président "condamne fermement ces actes méprisables qui sont en contradiction avec les idéaux des Pères fondateurs de notre Organisation et des instruments africains et internationaux pertinents, y compris la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples", selon le communiqué. Le président a appelé à la fin immédiate de ces pratiques et d'autres actes criminels de traite des êtres humains. Il a appelé à une action rapide pour identifier tous les auteurs et complices...
(AFP 16/11/17)
Le Conseil de sécurité de l'ONU a voté mercredi à l'unanimité un prolongement d'un an de sa mission de paix en Centrafrique qui sera renforcée de 900 militaires et devra être plus mobile et réactive. Ce renforcement de la Minusca avait été demandé par le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres qui a mis en garde contre un risque de nettoyage ethnique dans le pays. En vertu de la résolution adoptée, rédigée par la France, la force est autorisée...
(AFP 16/11/17)
Le groupe armé Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), à la tête d'une coalition de groupes armés participant aux violences qui meurtrissent le pays depuis 2013, a déclaré "suspendre" sa participation au programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR). "Le bureau politique (du FPRC) suspend toutes les négociations en cours avec le gouvernement, et retire ses représentants auprès du comité" du DDR, selon un communiqué daté du 13 novembre et signé par le leader du groupe armé, Nourredine Adam.
(APA 16/11/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Le renouvellement de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) ce mercredi au siège des Nations Unies à New York pour un an par tous les 15 membres du Conseil de sécurité s’accompagne d’un renforcement de la force de la mission de maintien de la paix de près d’un millier d’hommes. La résolution 2387 (2017), adoptée à l’unanimité, autorise une augmentation effective de 900 militaires afin de permettre à la...
(RFI 16/11/17)
Ce mercredi 15 novembre, le Conseil de sécurité des Nations unies a voté le renouvellement du mandat de la Minusca pour un an supplémentaire. En un peu plus de trois ans d’existence sur le terrain, l’opération de maintien de la paix en Centrafrique n’a pas convaincu par son efficacité. Son incapacité à empêcher les attaques de groupes armés contre des civils suscite même colère et défiance chez les Centrafricains. Un leitmotiv est asséné depuis des semaines à l’ONU : «...
(AFP 15/11/17)
Matériel insuffisant, vulnérabilité, mandat inadapté... des dirigeants africains ont dénoncé au Forum de Dakar l'inadéquation des missions des Casques bleus au nouvel environnement sécuritaire, une préoccupation partagée par les Nations unies, qui veulent faire évoluer leurs interventions. "Face à la violence asymétrique, les missions de maintien de la paix éprouvent des difficultés, au point qu'elles sont parfois contraintes de consacrer leurs moyens à leur propre sécurité", constate le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, déplorant à ce Forum annuel sur la paix et la sécurité en Afrique "l'impuissance de la puissance".
(Jeune Afrique 14/11/17)
Alors que les violences continuent dans le pays, l’ONU vote ce mercredi 15 novembre le renouvellement du mandat des Casques bleus en république centrafricaine. Deux étudiants militants* cosignent une tribune en faveur de ce renouvellement et réclament une place accrue des jeunes dans les décisions politiques. Ce mercredi, le Conseil de sécurité des Nations unies doit décider du renouvellement du mandat de ses Casques bleus en République centrafricaine (RCA). La recrudescence des violences cette année dans le pays, ravagé par...
(Le Monde 14/11/17)
Le Conseil de sécurité des Nations unies doit voter l’envoi de 900 casques bleus supplémentaires, ce qui porterait leur nombre à 11 650 soldats. L’appel du secrétaire général, Antonio Guterres, a été entendu. Devant la dégradation de la situation sécuritaire et politique en Centrafrique, le Conseil de sécurité de l’ONU doit voter, mercredi 15 novembre, le renouvellement pour un an du mandat de la Minusca (Mission de l’ONU en Centrafrique) et décider de l’envoi de 900 casques bleus supplémentaires, pour...
(AFP 14/11/17)
Le département des opérations de la paix de l'ONU a annoncé lundi avoir ouvert une enquête sur de possibles défaillances de Casques bleus membres de sa mission de paix en Centrafrique lors d'une série d'attaques contre des civils par des groupes armés. Le général béninois à la retraite, Fernand Marcel Amoussou, a été désigné pour diriger une "enquête spéciale indépendante" sur des évènements survenus dans le sud-est de la Centrafrique entre le 1er mai et le 31 août 2017, a précisé l'ONU dans un communiqué. Les enquêteurs "examineront des attaques menées contre des civils par des groupes armés dans des lieux proches d'une présence de la Minusca, dans les préfectures de Haute-Kotto, Basse-Kotto...
(RFI 14/11/17)
Après le pic de tensions qui a eu lieu ce week-end entre les quartiers du PK5, à majorité musulmane, et son rival Miskine, le retour au calme revient progressivement à Bangui. Mais la méfiance est toujours de mise entre communautés. « Je ne peux pas aller au PK5 parce que là-bas y a des musulmans qui tuent les gens partout. » Pont Jackson, à quelques centaines de mètres du PK5. Les chauffeurs de taxi ont peur et déposent leurs clients...
(Le Monde 14/11/17)
Le secrétaire général de l’ONU, en poste depuis janvier, a choisi la Centrafrique pour sa première visite à une mission de maintien de la paix, alors que le pays connaît un regain de violence. C’est un poste prestigieux, avec ses moments de noblesse et ses missions impossibles : secrétaire général des Nations unies. L’élu s’engage à être au chevet de la planète dans ce qu’elle a de plus chaotique, de plus menaçant. C’est aussi un poste ingrat, le secrétaire général...
(AFP 13/11/17)
Un calme précaire régnait lundi dans les quartiers ouest de Bangui, capitale de la Centrafrique, après des violences qui ont fait au moins sept morts et plus de vingt blessés, premières violences significatives dans la capitale centrafricaine depuis début 2017. Un fort déploiement de la Mission de paix de l'ONU en RCA (Minusca) ainsi que des Forces de sécurité intérieures (FSI) centrafricaines était visible lundi aux abords du quartier PK5, quartier musulman épicentre des violences communautaires banguissoises ces dernières années, a rapporté un journaliste de l'AFP.
(AFP 13/11/17)
Quatre personnes sont mortes et une vingtaine blessées samedi soir dans une attaque à la grenade contre un café de Bangui, un incident suivi par des représailles qui ont fait trois morts, premières violences significatives dans la capitale centrafricaine depuis début 2017. L'attaque par des hommes non identifiés contre ce café où jouait un célèbre chanteur local, s'est produite au PK5, un quartier qui a longtemps été l'épicentre des violences communautaires qui ont secoué Bangui ces dernières années. Le café visé, "Au carrefour de la paix", se situe à la limite des 3ème et 5ème arrondissement, dans le quartier musulman...
(RFI 13/11/17)
Nouvelles tensions à Bangui après l'explosion d'une grenade dans un bar de la capitale. La journée de dimanche a été secouée par divers incidents. Le bilan est d'au moins huit morts et une vingtaine de blessés. C'était censé être un concert prêchant la paix et la réconciliation dans ce bar dancing à la frontière du PK5, le quartier musulman de la capitale, et le quartier voisin de Miskine. Ces deux quartiers rivaux, où se sont déroulés les plus violents combats...

Pages