Mercredi 23 Août 2017
(APA 14/07/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - Le chef des affaires humanitaires de l’ONU, Stephen O’Brien, effectuera une visite de travail en Centrafrique du 16 au 18 juillet pour constater l’ampleur des besoins humanitaires suite aux violences continues et à l’irruption de nouveaux foyers de tension dans le pays. Le nombre des personnes déplacées selon les Nations Unies est passé de 503 600 en mai à 534 000 en juin, soit une augmentation de 6%. La situation sécuritaire se détériore alors que l’action humanitaire souffre d’un sous-financement chronique. Le plan de réponse humanitaire de 399,5 millions de dollars n’a reçu que 30% de financement jusqu’à ce jour indique le bureau des actions humanitaires des Nations Unies en Centrafrique.
(APA 14/07/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - La ministre des Affaires sociales et de la Réconciliation nationale, Virginie Baïkoua, et la Coordonnatrice humanitaire en République centrafricaine, Najat Rochdi, ont condamné les attaques perpétrées par les groupes armés contre les structures de santé en Centrafrique. Des individus armés se sont impunément introduits le 11 juillet dans les locaux de l’Hôpital de la ville de Zémio, Préfecture du Haut Mbomou, à l’est de la RCA en commettant de graves forfaits contre les civils en soins dans l’hôpital tenu par l’ong Médecin Sans Frontière Quelques jours auparavant, ces hommes armés avaient proféré des menaces de la même gravité contre les personnes déplacées. Depuis la fin du mois de juin, plus de 20 000 personnes ont été déplacées suite...
(Radio Vatican 14/07/17)
La paix va-t-elle revenir en République centrafricaine? Le 19 juin 2017, la communauté Sant’Egidio réunissait les principaux groupes armés du pays ainsi que le ministre centrafricain des affaires étrangères. Tous avaient signé un accord qui se voulait un prélude à la paix. Mais le cessez-le feu prévu par le texte a volé en éclat quelques heures après, avec des flambées de violence à Bangassou notamment. Le 9 juin dernier, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, n’avait pas caché sa préoccupation face à l'instabilité généralisée dans le pays. Malgré les violences sur le terrain, Sant’Egidio ne baisse pas la garde. Mauro Galofaro, responsable des relations internationales de la communauté Sant’Egidio s’est rendu à Bangui début juillet afin de s’assurer...
(AFP 13/07/17)
Un fragile accord de paix en Centrafrique, signé en juin à Rome entre groupes rebelles et autorités, va être complété la semaine prochaine par un "comité de suivi" dans le pays, impliquant l'Assemblée nationale, a indiqué jeudi la communauté catholique de Sant'Egidio. "L'accord a souligné un consensus sur un processus de désarmement, mais ce n'est pas un coup de baguette magique, il faut y travailler", a souligné devant la presse Mauro Garofalo, responsable des relations internationales de la communauté Sant'Egidio.
(RFI 13/07/17)
Les civils sont devenus la cible des groupes armés en Centrafrique. L'ONG Médecins sans Frontières lance un cri d'alerte après que des hommes armés aient ouvert le feu mardi sur un bébé à l'intérieur de l’hôpital de Zémia, à l’est du pays, où sa famille avait trouvé refuge. « Il y a deux hommes armés qui sont entrés dans l’hôpital et ont ciblé cette famille qui était déplacée à l’hôpital depuis deux semaines, quand les combats ont commencé. Ils les ont chassés et pour des raisons inconnues, les deux hommes ont tiré sur une maman qui portait son enfant. Malheureusement, l’enfant a reçu une balle »....
(La Croix 13/07/17)
Devant ses confrères d’Afrique centrale, l’archevêque de Bangui, le cardinal Dieudonné Nzapalainga a fait part de son inquiétude à propos de la situation en Centrafrique. « À Bangui, la situation est caractérisée par un calme précaire qui y règne. On peut circuler mais on sent qu’au fond des gens, il y a encore ce sentiment de haine, de vengeance… On est comme assis sur des braises. » S’exprimant lundi 10 juillet devant une centaine d’évêques d’Afrique centrale réunis du 10 au 18 juillet à Yaoundé (Cameroun), l’archevêque de Bangui, le cardinal Dieudonné Nzapalainga, a esquissé la situation très inquiétante de son pays. « À l’intérieur du pays, la situation reste plus préoccupante dans le sens que les hommes qui sont...
(Autre média 13/07/17)
Le meurtre d’un bébé dans l’hôpital de Zémio, en République Centrafricaine (RCA), où l’organisation humanitaire médicale Médecins Sans Frontières (MSF) mène un projet médical, met en évidence l’escalade de la violence dans le conflit actuel et l’extrême brutalité dont les populations civiles sont victimes, alors que leur sécurité est de plus en plus compromise. En effet, le mardi 11 juillet 2017, deux hommes armés sont entrés dans l’hôpital de Zemio, où près de 7.000 personnes déplacées se sont réfugiées au cours des deux dernières semaines, suite à la reprise des combats dans le Sud-Est du pays, a annoncé Médecins sans frontières dans un communiqué dont nous détenons copie. Selon MSF, les criminels ont menacé une famille à l’hôpital, dont l’un...
(APA 13/07/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - Le Chef de l’Etat centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, a procédé ce mercredi à Bangui, en présence d’une délégation de Saint Siège et du Nonce Apostolique en RCA, à la pose de la première pierre de la construction d’un centre de référence pour la nutrition thérapeutique, financé par le Vatican à hauteur de 2 milliards de FCFA. Ce centre hospitalier a été promis par le Pape François pendant sa visite à Bangui en 2015. Il aura une capacité d’une centaine de lits. Faustin-Archange Touadéra a remercié le Vatican pour cet appui en faveur de la santé des enfants et adolescents. Selon Faustin-Archange Touadéra, « la santé est l’une des priorités parce qu’il faut des services sociaux de base qui doivent...
(APA 13/07/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - Le gouvernement centrafricain vient de doter les douaniers de 11 véhicules 4X4 pour renforcer le dispositif existant anti-fraude, a –t-on constaté ce mercredi à Bangui. L’objectif est d’intensifier les patrouilles sur l’axe Bangui-Garoua-Boulaï qui passe désormais de deux patrouilles à trois par semaines. Ces véhicules ont été remis aux douaniers dans un contexte de lutte contre la fraude conformément aux exigences des partenaires financiers internationaux du pays. Cet appui selon le ministre des Finances Henri Marie Dondra vient soutenir et assainir les finances publiques « C’est un don qui vient soutenir l’effort d’assainissement des finances publiques entamé depuis plus d’un an en vue de mobiliser les recettes publiques en dépit des conditions sécuritaires défavorables », a –t-il expliqué...
(APA 13/07/17)
APA-Yaoundé (Cameroun) - Le Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) a relevé, au niveau de la sous-région, «une reprise progressive de la croissance, consécutive au dynamisme du secteur non pétrolier». Dans une note de conjoncture publiée mercredi, au terme de sa session ordinaire tenue la veille dans la capitale camerounaise, Yaoundé, cette instance relève, à la lumière des données économiques, monétaires et financières actualisées de l'année 2017, une légère remontée de la croissance économique avec un taux de +0,8% en termes réels, une atténuation des tensions inflationnistes avec un taux de +1,6% à fin décembre dernier/ Le CPM note aussi un recul du déficit du solde budgétaire, base engagements, hors dons, à...
(AFP 12/07/17)
Les affrontement sporadiques depuis deux semaines entre groupes armés à Zémio, dans le sud-est de la Centrafrique, ont fait au moins 6 morts et des milliers de déplacés, selon le dernier bilan de l'ONU publié mardi qui fait état d'autres violences dans le pays. "Selon les premières estimations, près de 20.000 personnes sont déplacées sur au moins 5 sites à Zémio (...). L’un des partenaires humanitaires a enterré 6 corps dans une fosse commune", détaille le rapport du bureau des affaires humanitaires de l'ONU en Centrafrique (Ocha) publié mardi.
(APA 12/07/17)
APA-Douala (Cameroun) - L’archevêque de Bangui, le cardinal Dieudonné Nzapalainga, qui participe actuellement à Yaoundé, au Cameroun à la 11è assemblée générale de l’Association des conférences épiscopales de la région de l’Afrique centrale (ACERAC), a déclaré mercredi dans une interview à APA que son pays, la République centrafricaine, est un brasier endormi qui peut prendre feu à tout moment. Selon le prélat « à Bangui, la situation est caractérisée par un calme précaire qui y règne. On peut circuler mais on sent qu’au fond des gens, il y a encore ce sentiment de haine, de vengeance. On est comme assis sur des braises ». Si dans la capitale l’on peut parler d’un léger mieux, « par contre, à l’intérieur du...
(APA 12/07/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - Le comité monétaire et économique de la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC) pour la RCA qui s’est réuni lundi soir en présence du vice-gouverneur de la BEAC, Dieudonné Evou Mekou, a relevé un faible taux de la croissance économique du pays, qui est passé de 5,2% en 2016 à 4,9 durant le 1er semestre 2017. Cette chute de la croissance s’explique par le regain de violence dans certaines régions de la RCA qui a ralenti les importations et exportations du pays. Selon le ministre des Finances, Henri Marie Dondra, le programme économique conclu avec le Fonds Monétaire International (FMI), visant à réformer l’économie centrafricaine, aidera à relancer l’économie du pays. Pour le vice-gouverneur de la BEAC,...
(APA 12/07/17)
APA-Bangui(Bangui) - Les sociétés de téléphonie mobile de la RCA ont été sommées de payer à l’Etat 7 milliards de FCFA de dettes, a-t-on appris mardi de source officielle. Cette décision rendue publique par le ministre des nouvelles technologies de la communication et des postes, Justin Gourna Zacko, vise à assainir le secteur de la téléphonie en RCA. La RCA compte cinq sociétés de téléphonie que sont la SOCATEL, Orange, Moov, Telecel et Azur qui doivent toutes à l’Etat des impôts. Par ailleurs, Justin Gourna Zacko évoquant des raisons de sureté intérieure a interdit aux opérateurs de téléphonie mobile de vendre les cartes sims à la sauvette. Les contrevenants à cette mesure selon le ministre subiront des sanctions réglementaires. Faisant...
(Jeune Afrique 12/07/17)
Chiffres à l’appui, le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) a balayé le 11 juillet les spéculations entretenues depuis des semaines sur les réseaux sociaux et parfois reprises par des médias. Le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale est monté au créneau pour démentir la rumeur d’une prochaine dévaluation du Franc Cfa d’Afrique centrale. « Aucun facteur objectif ne plaide aujourd’hui en faveur d’un ajustement monétaire dans la Cemac », a conclu Abbas Mahamat Tolli, le 11 juillet. En dépit de l’une des résolutions du sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Cemac, le 23 décembre à Yaoundé, précisant qu’une éventuelle dévaluation n’était pas à l’ordre du jour, refoulant momentanément la rumeur, celle-ci...
(APA 12/07/17)
APA-Yaoundé (Cameroun) - Le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC), Abbas Mahamat Tolli, a exclu tout risque de dévaluation du francs CFA ainsi que l’annonce une certaine opinion depuis quelques mois. S’exprimant face à la presse mardi à Yaoundé, la capitale camerounaise, au terme de la 2èmeréunion ordinaire de l’année de l’Institut d’émission, il a martelé que ces rumeurs sont sans aucun fondement. «Les rumeurs sur la dévaluation du franc CFA ont cours depuis quelques temps, entretenues sur les réseaux sociaux et par une certaine presse, ces mesures apparaissent de manière épisodique sur la scène sous-régionale depuis le milieu des années 90, après la dévaluation intervenue le 12 janvier 1994. Ce phénomène n’est donc pas nouveau.»...
(APA 12/07/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - La porte-parole par intérim de la MINUSCA, Uwolowulakana Ikavi Gbetanou, a confirmé ce mercredi sur la radio des Nations Unies en Centrafrique (Radio Guira) que le bataillon congolais s’apprête à quitter la ville de Berberati à l’ouest de la RCA frontalière avec le Cameroun. Elle a également précisé que « contrairement aux rumeurs qui font croire qu’ils seront remplacés par le contingent marocain", ils seront relayés par les casques bleus camerounais qui seront déployés dans cette localité. Ces casques bleus seront non seulement à Berberati mais aussi à Carnot et Nola, les villes de l’ouest du pays. Elle a rassuré la population « qu’il n’y aura pas de vide, car les casques bleus camerounais sont déjà en...
(Agence Ecofin 12/07/17)
A l’occasion du Comité de politique monétaire de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), le 11 juillet à Yaoundé, le gouverneur Abbas Mahamat Tolli, a démenti la rumeur sur les projets de dévaluation du FCFA dans la zone Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Tchad). « Les rumeurs sur la dévaluation du FCFA ont cours depuis quelques temps. Entretenues sur les réseaux sociaux et par une certaine presse, ces mesures apparaissent de manière épisodique sur la scène sous-régionale depuis le milieu des années 90, après la dévaluation intervenue le 12 janvier 1994. Ce phénomène n’est donc pas nouveau. Et, comme les autres fois, ces rumeurs sont sans aucun fondement. La spécificité aujourd’hui est que cette rumeur touche...
(APA 11/07/17)
Le contingent des casques bleus marocains déployés à Bria, au centre nord de la RCA, vient d’être retiré de la ville, a indiqué lundi, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca) sur une radio privée de Bangui. Cette décision de la Minusca est intervenue à l’issue de la manifestation des habitants de Bria le jeudi dernier exigeant le retrait des casques bleus marocains de Bria pour ‘’partialité’’ dans leurs actions de sécurisation des populations dont une bonne partie se retrouve sur les sites des déplacés.
(Radio Vatican 11/07/17)
Alors que le diocèse de Bangassou, en République centrafricaine, a été marqué par des affrontements meurtriers ces derniers mois, l'évêque de la ville, Mgr Juan-José Aguirre Muñoz, sera secondé par un évêque auxiliaire, Mgr Jesús Ruiz Molina. Lui aussi espagnol et missionnaire combonien, Mgr Ruiz Molina est âgé de 58 ans. Il était jusqu'alors curé de Moungoumba et coordinateur de la Commission pour la catéchèse dans le diocèse de M'Baïki. Ordonné prêtre en 1987, après des études en France et en Espagne, le nouvel évêque a notamment exercé plusieurs ministères au Tchad, notamment de 2002 à 2008, où il fut provincial combonien. Depuis 2008, il exerçait la mission en Centrafrique, dans le diocèse de M'Baïki. Il avait également été conseiller...

Pages