Samedi 24 Juin 2017
(RFI 22/05/17)
La situation humanitaire et sécuritaire est toujours très tendue à Bria, dans l'est de la Centrafrique. La semaine dernière, des violences entre anti-balaka et une branche de l'ex-Seleka ont fait des dizaines de morts et de blessés. Des milliers de personnes ont fui leurs maisons, dont certaines avaient été incendiées. Les déplacés se sont regroupés autour du camp de la Minusca, dans des conditions d'une extrême précarité. Ce site, qui accueillait déjà 3 000 personnes, en dénombre, depuis, plus de 20 000.
(RFI 22/05/17)
A Obo, les soldats américains et ougandais se retirent. La mission des Ougandais sous l'égide de l'Union africaine est terminée. Les UPDF assurent que la mission est accomplie, les éléments de la LRA réduits à moins de 100 combattants. Pourtant le conseil de sécurité de janvier dernier, «note avec inquiétude [que] la LRA reste active en RCA, a établi des liens avec d'autres groupes armés et génère des revenus par l'exploitation et le commerce de ressources naturelles, incluant l'or, les diamants et le braconnage». Le départ de la force ougandaise inquiète les populations locales.
(APA 22/05/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Le ministre centrafricain des Affaires étrangères, Charles Armel Doubane, de retour au pays après un séjour au Rwanda a annoncé la signature avec cet Etat d’un accord-cadre de partenariat dans plusieurs domaines. Cette coopération couvre les domaines politique, économique, social, culturel et technique, précise le ministre dans un communiqué publié vendredi à Bangui. La RCA est très intéressée par le modèle de sortie de crise et du développement du Rwanda et veut s’en inspirer à travers un cadre de coopération qui favorise les échanges. Ainsi avant la signature de ce cadre de coopération plusieurs missions d’échanges ont été organisées au Rwanda par les membres de la société civile centrafricaine. Pour leur part, les victimes de génocide du...
(RFI 22/05/17)
A Obo, en Centrafrique, les soldats américains et ougandais se retirent. La mission des Ougandais sous l'égide de l'Union africaine est terminée. Les UPDF assurent que la mission est accomplie et les éléments de la LRA réduits à une centaine de combattants. La LRA, rébellion ougandaise dont l'objectif était de renverser le pouvoir à Kampala, est devenue active dans le sud-est de la Centrafrique dès 2008 après avoir été repoussé du nord de l'Ouganda. Comme dans les pays voisins, les rebelles kidnappent, tuent, pillent. A Obo, la population ne peut oublier cette période. Sur la route de terre rouge qui relie le camp de l'armée ougandaise à la ville d'Obo, on peut voir un panneau indiquant l'association des victimes de...
(APA 22/05/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - La Centrafrique observe à partir de demain lundi un deuil national de trois jours en mémoire des 22 morts dans les affrontements qui ont opposé durant cette semaine à Bria dans l’est du pays des milices anti-balaka et ex séléka. Outre ces morts composés de 17 civils et de cinq éléments armés, les affrontements ont fait également 36 blessés et 10.000 déplacés, selon un bilan rendu public samedi à Bangui par la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA). D’après le décret pris dans ce sens, les drapeaux seront en berne durant le deuil national prévu jusqu’à mercredi. Les trois jours de deuil ne seront, toutefois, pas fériés.
(Le Monde 22/05/17)
Quelque 11 000 ressortissants de RCA ont dû s’installer de l’autre côté de la frontière pour fuir les attaques des anti-balaka. Leur quotidien est précaire. Les semi-remorques, chargés d’énormes grumes extirpés des forêts centrafricaines, foncent sans ralentir lorsqu’ils longent les abords du camp de réfugiés de Mbilé. Adamou Mamanga, planté sur la terre sèche et nue, observe d’un œil triste passer les précieux chargements qui rejoindront bientôt le grand port de Douala, au Cameroun, puis l’Europe ou la Chine. Réfugié avec son épouse et leurs huit enfants dans l’est du Cameroun depuis 2014, cet homme de 60 ans évoque son passé avec nostalgie. Son présent est morne et oisif. Son futur n’est fait d’aucun projet. Seulement de souhaits sur lesquels...
(RFI 22/05/17)
Depuis plusieurs mois, les humanitaires ne pouvaient plus rentrer dans Koui, à la frontière camerounaise. Les anti-balaka locaux les empêchaient d'acheminer de l'aide aux populations de la ville, de peur qu'ils viennent aider un groupe armé rival. Depuis quelques semaines, la situation tend à s'améliorer.
(AfricaNews 20/05/17)
Au moins 20 000 civils se sont réfugiés dans une base onusienne alors que des violences se poursuivent à Bria, dans le nord-est de la République centrafricaine. Ces combats, qui ont débuté ce mardi entre les milices chrétiennes anti-balaka et le Front pour la renaissance populaire en Centrafrique (FRPC), principale faction de l’ex-coalition rebelle de la Séléka, ont déjà fait 17 morts selon Hervé Verhoosel, responsable de la communication de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca). Selon ce responsable de l’ONU, les combats se sont concentrés ce vendredi matin à l’aéroport de Bria entre les deux milices après qu’elles aient pillé des bases d’agences humanitaires et un entrepôt...
(RFI 20/05/17)
L'armée ougandaise présente en Centrafrique depuis 2009 sous mandat de l'Union africaine pour lutter contre la rébellion de la LRA et trouver son chef Joseph Kony - recherché par la CPI - a débuté son retrait et devrait le terminer à la fin du mois. Ce sont 1 500 soldats ougandais qui quittent ainsi la Centrafrique après avoir réduit le nombre des rebelles de la LRA à une centaine. La sécurité d'Obo revient donc aux forces armées centrafricaines (Faca) et à la mission de l'ONU. La cérémonie officielle de départ a eu lieu ce jeudi 18 mai à Obo. Une mission qui n'a pas été parfaite mais que la population encense.
(RFI 20/05/17)
Vendredi 19 mai, le président Touadéra était à Bambari, accompagné de Kristalina Georgevia, la directrice générale de la Banque mondiale pour signer un accord de 30 millions de dollars en aide aux déplacés. C'est la troisième fois en moins de trois mois que Faustin-Archange Touadéra se rend à Bambari. Ville symbole de la crise que connaît toujours le pays, elle est désormais vide de tous groupes armés et c'est une vitrine pour le président centrafricain qui y multiplie donc les visites. Cette fois, c'est accompagné de Kristalina Georgevia, la numéro 2 de la Banque mondiale qu'il est venu signer, dans un camp de déplacés peuhls, un accord global de 30 millions de dollars destinés à aider les personnes à rentrer...
(AFP 19/05/17)
Une récente offensive visant des Casques bleus en Centrafrique a été menée par un groupe qui a utilisé des armes lourdes, artillerie inhabituelle dans les combats qui ravagent ce pays d'Afrique centrale, s'est alarmée jeudi une responsable onusienne. Des combats entre anti-Balaka pro-chrétiens et factions ex-Séléka pro-musulmanes secouent Bangassou, ville du sud-est de la République centrafricaine, frontalière de la République démocratique du Congo. Diane Corner, une envoyée spéciale des Nations unies en Centrafrique, faisait référence à une attaque survenue le 13 mai dans le quartier musulman...
(RFI 19/05/17)
Il a été l'un des témoins de la crise qui a secoué Bangassou depuis samedi dernier, où au moins 115 personnes auraient perdu la vie selon la Croix-Rouge centrafricaine. Le cardinal Dieudonné Nzapalainga a rencontré les membres du groupe d'autodéfense qui a commis cette attaque et pointe du doigt la coalition emmenée par le FPRC avec le soutien des anti-balakas. Le FPRC dément et dénonce des « accusations gratuites de la part du cardinal ». Dieudonné Nzapalainga est l'invité Afrique de RFI ce vendredi 19 mai. Il répond aux questions d'Edouard Dropsy. RFI : Vous vous êtes rendu à Bangassou, votre ville natale, pour constater les tueries qui ont eu lieu sur place. Qu’avez-vous vu ? Cardinal Dieudonné Nzapalainga :...
(La Voix de l'Amérique 19/05/17)
De nouveaux affrontements entre ex-Séléka et anti-Balaka ont éclaté vendredi matin à Bria, dans l’est de la Centrafrique. Au moins 36 morts enregistrés, selon des sources locales jointes par VOA Afrique Selon une source religieuse contactée par VOA Afrique, au moins 36 personnes auraient perdues la vie et de nombreuses autres blessées dans ces heurts. Les sièges des organisations humanitaires sont aussi pillés. La majeure partie des habitants a fui vers le site du PK3 non loin de la base de la Minusca.
(RFI 19/05/17)
Il a été l'un des témoins-clés des événements de Bangassou où au moins 115 personnes ont perdu la vie après l’attaque de la ville par un groupe armée. Le cardinal Dieudonné Nzapalainga est rentré ce jeudi 18 mai au matin à Bangui et assure que les choses sont rentrées dans l'ordre après les négociations qu'il a menées avec ces groupes d'autodéfense. C'est à sa sortie de l'avion que le cardinal Nzapalainga s'est exprimé après avoir passé quatre jours à Bangassou. Dans sa ville natale, il a constaté les dégâts qui ont été causés par le groupe armé qui a attaqué la ville. Après avoir discuté avec eux, il assure qu'ils sont des autodéfenses venant des villes proches, appuyés par la...
(Xinhua 19/05/17)
YAOUNDE, (Xinhua) -- Le bilan des combats ayant opposé lundi des factions rivales à Bria (nord-est de la Centrafrique) s'est alourdi, passant à 17 morts, en majorité des civils, a annoncé jeudi à Xinhua Hervé Verhoosel, responsable de la communication de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA). Ces combats ont opposé les milices chrétiennes anti-balaka et le Front pour la renaissance populaire en Centrafrique (FRPC), principale faction de l'ex-coalition rebelle de la Séléka. Cette dernière avait dirigé le pays de mars 2013 à janvier 2014 après avoir renversé le régime de François Bozizé. "Nous déplorons le décès de douze civils innocents dans ces affrontements entre groupes armés", a déclaré M. Verhoosel, précisant...
(Financial Afrik 19/05/17)
Kristalina Georgieva, directrice générale de la Banque mondiale, est en visite en République centrafricaine du 18 au 20 mai 2017, afin de mesurer sur le terrain l’impact des programmes mis en œuvre par l’institution. Ce déplacement qui a lieu alors que le pays enregistre un regain de violence sonne comme une lueur d’espoir et l’expression du soutien de la communauté des bailleurs de fonds. La mission permettra notamment de discuter des engagements pris par la Banque mondiale lors de la conférence de Bruxelles de novembre 2016. Au cours de cette table ronde, l’institution avait annoncé un 500 millions de dollars sur trois ans pour reconstruire la Centrafrique, soit dix fois plus que les montants qu’elle alloue traditionnellement au pays. Pendant...
(APA 19/05/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - L’Assemblée nationale centrafricaine a donné, vendredi, au gouvernement centrafricain, plus particulièrement le Premier ministre, Simplice Mathieu Sarandji, un ultimatum de 48h pour venir répondre aux convocations des parlementaires, désireux de savoir les mesures prises par le pouvoir pour combattre l’insécurité. Le vice-président de l’Assemblée nationale, Aurélien Simplice Zingas, n’a en effet pas supporté que le Premier Ministre Simplice Mathieu Sarandji ne se soit pas rendu jeudi à l’hémicycle pour répondre aux questions des députés sur la montée de l’insécurité en Centrafrique. Il a déclaré à l’ouverture de la séance de ce vendredi qu’il donnait au Premier ministre 48h pour venir a l’Assemblée et que passé ce délai, cette institution prendrait ses responsabilités. En clair, l’équipe gouvernementale que...
(The Associated Press 19/05/17)
BANGUI, République centrafricaine — Des pillards armés se sont emparés de l’aide humanitaire dans la ville centrafricaine de Bria, où plus de 20 000 personnes ont trouvé refuge sur une base voisine de l’ONU, ont indiqué vendredi des responsables. Le pays semble s’enfoncer de plus en plus profondément dans la violence interconfessionnelle, y compris des régions qui avaient été épargnées depuis le début du conflit à la fin de 2013. Des affrontements ont éclaté à Bria pour une deuxième journée consécutive vendredi, et la situation s’envenime, selon l’agence humanitaire des Nations unies. Au moins cinq personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées. Le responsable de l’agence en République centrafricaine, Joseph Inganji, a expliqué à l’Associated Press que des...
(Agence Ecofin 19/05/17)
Proparco a accordé un prêt de 15 millions d’euros sur 10 ans à Rougier Afrique International, principale filiale du groupe Rougier, pour la préservation et la gestion durable de ses concessions forestières en Afrique Centrale. Marquant le premier investissement de Proparco en République centrafricaine depuis de nombreuses années, ce financement participera au développement socio-économique d’une région enclavée. Ce prêt financera le démarrage des activités en République Centrafricaine où le groupe a obtenu une concession forestière de 270 000 hectares en août 2015 à l’issue d’un appel d’offre international. Il permettra également à la filiale du groupe Rougier de financer l’extension des activités du groupe dans ses autres pays d’intervention (République du Congo, Gabon et Cameroun). « Proparco est très fier...
(Afrik.com 19/05/17)
Nouvelle tempête de violence en République centrafricaine, 2 000 personnes encore aux mains de la secte islamiste Boko Haram au Nigéria. Bref retour sur des faits souvent méconnus. Centrafrique : risque considérable d’une nouvelle guerre civile Depuis 2013, les combats n’ont jamais cessé en Centrafrique. De nouvelles vagues de violence viennent endeuiller le pays. À Bangassou, au Sud-Est du pays, plus de 100 corps sans vie ont été retrouvés ces derniers jours. Dans cette même ville, le 15 mai 2017, l’archevêque de Bangui, Dieudonné Nzapalainga a été visé par des membres des Anti-balakas alors qu’il essayait d’aider les victimes, majoritairement musulmanes, à rejoindre les hôpitaux. D’autres affrontements ont eu lieu à Alindao dans la préfecture voisine de Basse-Kotto. Parmi les...

Pages