Mardi 30 Mai 2017
(BBC 03/05/17)
A Bangui la capitale centrafricaine, la SODECA, société de distribution d'eau n'arrive pas à desservir l'ensemble des quartiers en eau potable. En cause, la vétusté de ses équipements et installations qui font qu'une grande partie de la population n'a plus facilement accès à l'eau courante. Des centaines de familles sont obligées de passer toute une nuit devant des bornes fontaines pour attendre l'arrivée de l'eau. D'autres parcourent trois ou quatre kilomètres avec des charrettes à la recherche de l'eau potable devenue une denrée rare. A certains endroits, plus aucune goutte d'eau ne tombe des robinets, surtout pendant la saison sèche. Au quartier Damala par exemple, dans la commune de Bimbo à la périphérie ouest de Bangui, l'eau de la SODECA...
(France 24 03/05/17)
 
00:00
En Centrafrique, à 400 km au nord de Bangui, se trouve le camp de Batangafo. C’est là qu’ont trouvé refuge plus de 27 000 déplacés de la crise de 2013. Un refuge bien incertain tant la zone est dangereuse, notamment pour les femmes. Musulmanes ou chrétiennes, elles vivent sous la menace permanente de viols. Malgré l’accès lointain à l’eau et la folie des hommes, elles luttent chaque jour pour leur dignité et celle de leurs familles, tentant de ramener un espoir de paix dans cette partie du pays.
(AfricaNews 02/05/17)
Un rapport de Human Right Watch rendu public ce mardi affirme que des groupes armés en République centrafricaine ont tué au moins 45 civils au cours des trois derniers mois. Human Rights Watch (HRW) rapporte que les violences ont éclatées entre deux factions, l’une basée dans le nord de la province de Ouaka ( sud) à majorité musulmane et l’autre faction du sud principalement chrétienne. l’Organisation des Nations unies qui dispose d’une mission de maintien de sécurité forte de 13 000 dans cette ancienne colonie française à disperser les combattants par des frappes aériennes. Les États-Unis ont eux imposé des sanctions aux différents chefs des milices qui s’affrontaient.
(MondAfrique 02/05/17)
Avec le déblocage des crédits, 30 millions de dollars US de la Banque Mondiale, le Comité consultatif et de suivi de Désarmement-Démobilisation-Reinsertion-Rapatriment (DDRR) a commencé ses auditions avec quatorze groupes armés, sous la présidence du ministre conseiller à la Présidence Willybiro Sako. Cet ancien ministre d’État dans le gouvernement Touadera du régime Bozizé, connaît bien les causes de l’échec du précédent DDR de 2010-2011. Les importants détournements de fonds impunis vont-ils se reproduire? On assiste à nouveau aux dérives de la bureaucratie qui se finance à fonds perdus avec ses comités sectoriels, ses coûteux experts civils et militaires internationaux et l’absence de résultats sur le terrain avec les groupes rebelles diu nord-est Les mêmes autorités centrafricaines sont au pouvoir que...
(APA 02/05/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Les chefs des agences humanitaires des Nations Unies ont lancé un appel urgent à la communauté internationale à ne pas négliger la République centrafricaine (RCA) où les violences ont contraint 884 276 personnes à des déplacements forcés. Ces victimes qui représentent le cinquième de la population centrafricaine connaissent également la faim et la malnutrition, soulignent les chefs d’agence des Nations Unies dont l’appel a été lancé samedi à Bangui, au terme d’une visite de quatre jours en RCA. Au cours de cette visite, la délégation a pu s’entretenir avec les communautés affectées, la société civile, les bailleurs, les acteurs humanitaires et les autorités politiques. Elle a également visité la préfecture de l'Ouham Pendé au Nord-Ouest du pays...
(APA 02/05/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - La campagne agricole 2017, financée par la FAO à hauteur de 10 millions de dollars, est « un succès » par rapport à la précédente grâce surtout au retour de la sécurité dans certaines régions du pays, a déclaré Jean Alexandre Scaglia, représentant de l’organisme onusien en Centrafrique. « C’est un indicateur d’une véritable stabilisation du monde rural. Les rendements étant essentiellement soutenus par l’augmentation de surface. C’est dire que les paysans se sont sentis sécurisés et ont augmenté le nombre d’hectares de terres cultivées, se sont éloignés des villes et villages », a dit M. Scaglia, samedi à Bangui. Il a ajouté : « C’est un paramètre qui montre un retour d’un certain niveau de confiance...
(RFI 02/05/17)
A Kaga-Bandoro, dans le nord de la Centrafrique, une semaine de tensions entre la population et la Minusca vient de s'achever. En cause, le départ du contingent burundais est contesté, notamment par les nombreux déplacés qui vivent encore dans leurs tentes de fortune. Les Casques bleus burundais étaient arrivés en septembre dernier à Kaga-Bandoro. Alors que la région connaissait de nombreux combats entre anti-balaka et ex-Seleka, ils étaient venus renforcer temporairement le contingent pakistanais de la Minusca. Ces derniers sont vivement critiqués par les habitants de la ville. Notamment concernant leur inaction supposée lors de l'incendie du camp de déplacés qui a fait une trentaine de morts le 12 octobre dernier après l'attaque des Seleka du MPC (Mouvement patriotique pour...
(LibreAfrique 02/05/17)
Face à d’énormes difficultés de trésorerie, dues à la baisse des cours mondiaux des matières premières, la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) a décidé de relever de 50 points son principal taux directeur, passant de 2,45 à 2,95% afin de contribuer à freiner la fuite des capitaux. Pour rappel, selon le rapport 2015 de l’ONG Global Financial Integrity, l'Afrique subsaharienne est la région qui souffre le plus de la fuite des capitaux en pourcentage du PIB. Sur la période 2008-2012, le Togo avec un taux de 76,8% du PIB est le pays ayant enregistré le taux le plus élevé de sortie illicite de capitaux dans le monde. Dans la zone CEMAC, les trois pays ayant enregistré les taux...
(RFI 02/05/17)
La Banque de développement des Etats de l'Afrique centrale (BDEAC) dispose, depuis le 29 avril, d'un plan stratégique 2017-2021 qui va mettre un accent particulier sur le financement de l'agriculture, en vue de limiter les importations qui coûtent 3 000 milliards de FCFA par an à six pays de l’Afrique centrale. Cette institution a pour rôle essentiel de financer le développement du Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad qui composent la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC). Dans son plan stratégique quinquennal arrêté, la BDEAC entend financer prioritairement l’agriculture, l’agro-industrie, la pêche, la pisciculture et l’élevage. Le but visé est de limiter les importations des denrées alimentaires, des produits laitiers et autres, que ces six pays...
(APA 02/05/17)
APA-Yaoundé (Cameroun) - Le gouvernement camerounais a engagé des actions visant à interconnecter le Cameroun avec le Congo, le Nigeria et la République centrafricaine (RCA), dans le cadre du projet dorsale à fibre optique de l'Afrique centrale (Central African Backbone Project, CAB), a appris APA auprès des services compétents du ministère des Postes et Télécommunications. Les interconnexions, financées à hauteur de 30 milliards FCFA par la Banque africaine de développement (BAD) pour la période 2016-2019, seront sous-tendues par la signature, à brève échéance, de mémorandums d’entente avec les autorités des pays concernés. Le projet d’infrastructure intégrateur CAB, selon le gouvernement, permettra d’une part aux pays d’Afrique centrale d’avoir accès aux câbles sous-marins à partir des points d’atterrissement longeant la côte...
(AFP 29/04/17)
Les Nations unies ont appelé vendredi la communauté internationale à un financement accru de l'aide pour la Centrafrique, après une visite dans ce pays en proie à la violence et où la moitié de la population dépend de l'aide humanitaire. "C'est un appel d'urgence à la communauté internationale pour le maintien et la consolidation de la paix", a indiqué par téléphone à l'AFP Najat Rochdi, coordonnateur humanitaire en Centrafrique pour les Nations unies, après la fin vendredi d'une mission de suivi de quatre jours dans le pays. L'ONU s'inquiète du "sous-financement chronique" de l'action humanitaire en Centrafrique, "dans la mesure où il menace l'existence d'une aide vitale", estime l'organisation internationale dans un communiqué publié vendredi. Selon les Nations unies, 10%...
(RFI 29/04/17)
« RCA », c'est le titre, tout en sobriété d'un livre que le photographe français William Daniels consacre à la Centrafrique, où il s'est rendu une dizaine de fois, entre 2013 et 2016, alors que le pays est plongé dans la crise. « C'est l'histoire d'un pays au nom étrange, que personne n'a jamais été capable de placer sur une carte, et qui a toujours vécu au bord du gouffre », écrit-il. De ces séjours, qui l'ont conduit à Bangui, mais aussi loin de la capitale, il a ramené des dizaines de milliers de clichés. Pour cet ouvrage, paru aux éditions Clémentine de la Feronnière, le photographe en a sélectionné quelques dizaines, à peine, pour livrer, non pas un récit...
(RFI 28/04/17)
Depuis 2015 le groupe armé 3R pour « Retour, réclamation, réhabilitation », écume la zone nord-ouest de la Centrafrique aux confins du Cameroun et du Tchad et s’est rendu coupable de nombreuses exactions. Régulièrement, il affronte les anti-balaka de la région. Des violences qui ont provoqué le déplacement de 17 000 personnes. Dans un rapport de décembre dernier, l’ONG de défense des droits de l’homme Human Rights Watch accuse 3R d’avoir commis des massacres d'une cinquantaine de civils dans la région. 3R affirme assurer la sécurité de la communauté peule dans une région où transitent les troupeaux...
(APA 28/04/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Le porte-parole de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation de la République Centrafricaine (MINUSCA), Vladimir Monteiro, a annoncé ce jeudi à Bangui, le début d'une campagne de sensibilisation visant à faciliter le retour des déplacés musulmans dans leurs maisons au quartier 5ème arrondissement de la capitale centrafricaine. Selon M. Monteiro, l’opération financée par les Nations unies va mobiliser 190 acteurs dont des chefs de quartier, des leaders religieux, des leaders la société civile, des femmes et des jeunes issus du 5ème arrondissement.
(APA 28/04/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Quatre sénateurs français ont achevé ce vendredi une visite de trois jours en Centrafrique au cours de laquelle ils ont fait un tour de la ville de Bambari, au centre de Centrafrique, où ils ont visité certaines infrastructures détruites par les violences que la zone a vécues. Le sénateur Jacques Legendre, chef de mission, a reçu des mains du Chef de l’Etat Faustin Archange Touadera, la cravate de commandeur dans l’ordre de la reconnaissance centrafricaine pour avoir été dans le passé professeur de lycée à Berbérati, une ville de l’ouest de la RCA. Le but de ce déplacement en Centrafrique est, selon Jacques Legendre, d’aider à la mise en place du Sénat centrafricain que la nouvelle Constitution...
(Autre média 28/04/17)
L’armée américaine a débuté mercredi le retrait de ses contingents déployées depuis 2011 dans l’Est de la République Centrafricaine (RCA), un retrait qui traduit en partie la réussite de la mission américaine de contenir la rébellion de L’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) en Centrafrique. « Le temps est venu de passer à autre chose étant donné que l’organisation (LRA) est vraiment en train de se battre pour sa survie », a expliqué la semaine passée le général Thomas Waldhauser, le chef du commandement américain pour l’Afrique (Africom). Lors d’une conférence de presse tenue jeudi à cet effet, le haut-gradé américain a expliqué que désormais seule une centaine de membres sont actifs dans les rangs de la LRA, contre plusieurs...
(APA 28/04/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - La population de Kaga-Bandoro, au nord est de la Centrafrique, a érigé des barrières et brulé des pneus jeudi pour protester contre le retrait du contingent onusien plus particulièrement burundais et rwandais exigeant par contre le départ des soldats pakistanais qu’elle accuse de passiveté face aux éléments armés. La MINUSCA a déploré la marche et dit être en pourparlers avec les autorités locales, selon son porte parole Vladimir Montéro ce jeudi dans une radio privée de Bangui. La ville de Kaga Bandoro a été touchée à plusieurs reprises par des attaques des groupes armés contre la population civile. Les manifestants disent être déçus de l’abandon par la MINUSCA, « c’est avec beaucoup de regrets que nous avons...
(RFI 27/04/17)
En Centrafrique, la situation humanitaire est plus qu'inquiétante. Les ONG souffrent de sous-financements, au profit de crises plus urgentes, et aujourd'hui seulement 8% des besoins sont couverts en fonction des projections de l'ONU et des acteurs humanitaires. Les directeurs régionaux des agences onusiennes ont décidé de venir de Dakar pour tirer la sonnette d'alarme. Hôpital de Paoua, dans le nord de la Centrafrique. Ici, les nombreux patients attendent à l'ombre avant de se faire examiner. C'est le cas de Firmin, qui a dû parcourir 50 km à pieds pour venir se faire dépister du VIH. En plus de la santé, il regrette que les humanitaires ne soient pas présents dans son village : « On a besoin de poste de...
(APA 27/04/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - Les deux cent cinquante militaires américains stationnés dans la ville d’Obo à l’Est de la Centrafrique depuis 2011, ont cessé à partir de ce mercredi, leurs différentes patrouilles contre les éléments de la rébellion ougandaise, de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) qui sévissent dans cette région du pays frontalière avec la RDCongo. Les Américains et les Ougandais qui mènent cette lutte contre la LRA ont jugé que ce groupe rebelle n’est plus en mesure de commettre des exactions comme à ses débuts, car ses éléments sont devenus résiduels même si leur chef, Joseph Kony n’est pas encore capturé. Cette traque de la LRA a couté une bagatelle somme de 800 millions de dollars au gouvernement américain selon...
(Xinhua 27/04/17)
YAOUNDE, (Xinhua) -- Un montant de 60 millions de dollars doit être mobilisé pour couvrir chaque année les besoins alimentaires des quelque 260.000 réfugiés centrafricains avec ceux de leurs communautés d'accueil dans les régions de l'Est et de l'Adamaoua du Cameroun, rapporte le Programme alimentaire mondial (PAM). "A l'échelle de l'alimentation de ces populations-là, c'est beaucoup d'argent. On est dans l'ordre de 60 millions de dollars. Et donc c'est très important de continuer à demander mais en même temps commencer à trouver des moyens de rendre ces populations autonomes dans la mesure du possible", a indiqué mercredi à Xinhua Abdoulaye Baldé, le représentant-résident du PAM au Cameroun. Depuis le coup d'Etat militaire de mars 2003 de François Bozizé contre le...

Pages