| Africatime
Mercredi 22 Mars 2017
(Agence Ecofin 16/02/17)
(Agence Ecofin) - L’espoir d’un Accord de partenariat économique (APE) entre l’ensemble des six pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) et l’Union européenne (UE) est éteint. C’est ce qui ressort de la 31è session ordinaire Conseil des ministres de l’Union économique de l’Afrique centrale (Ueac), réunie du 14 au 15 février 2017 à Djibloho, en République de Guinée équatoriale. « Passant à l’examen des questions économiques, le Conseil des ministres a pris acte de la décision unilatérale de l’Union européenne de mettre un terme au processus régional des négociations en vue de la conclusion d’un Accord de partenariat économique (APE) entre l’Afrique centrale et l’Union européenne », révèle le communiqué final des travaux. Le document...
(La Voix de l'Amérique 15/02/17)
Le Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC) et le Mouvement pour l’Unité et la Paix en Centrafrique (UPC), deux factions de l’ancienne coalition Séléka s’affrontent dans plusieurs localités du pays. Des témoins parlent de bataille de positionnement. Les deux groupes se réclament d’un mouvement nationaliste. De violents combats opposent les deux groupes armés depuis octobre 2016. Les localités les plus touchées sont les préfectures de la Haute Kotto et de la Ouaka au centre et au centre-est du pays. La Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unis en Centrafrique (Minusca) a appelée à la cessation des combats. Chaque mouvement justifie sa position.
(RFI 15/02/17)
Une impunité omniprésente, un système judiciaire lessivé, un budget quasi inexistant... Mardi 14 février, à Bangui, l'ONG Amnesty International présentait aux acteurs de la société civile son dernier rapport sur la Justice en Centrafrique. C'est tout un système à reconstruire. Ils étaient une trentaine de membres de la société civile à assister à l'atelier organisé par Amnesty International et à plancher sur la manière de remettre la justice centrafricaine sur les rails. Le retour à la sécurité, notamment dans l'est du pays toujours contrôlé par les armés, est une condition indispensable pour amorcer un début de justice, comme le souligne Mathias Morouba, président de l'Observatoire centrafricain des droits de l'Homme. « Tant que l'Etat n'est pas en mesure de contrôler...
(La Voix de l'Amérique 15/02/17)
Les Centrafricains réfugiés au Cameroun ne sont pas au bout de leurs peines. Alors que certains ont pu s'insérer dans la société à travers divers métiers ou études universitaires, d'autres vivent un véritable désarroi. Piko est un jeune comédien conteur originaire de la République centrafricaine. A Bangui, il habitait le quartier Boy-Rabe, cible de la fureur des rebelles de la Seleka après le renversement de l’ex-président François Bozizé. Pour échapper à la mort, le jeune artiste a rallié le Cameroun par voie terrestre. Le séjour au départ n’a pas été facile : « Je n’avais personne pour me soutenir. Partout où j’allais, j’étais considéré comme un étranger. Une fois, j’ai pris part à un casting pour le rôle d’une femme...
(APA 15/02/17)
APA-Brazzaville (Congo) - Les experts des administrations douanières des pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), élargies à celles de la RD Congo, du Burundi et de Sao-Tomé Principe sont réunis depuis ce mercredi à Brazzaville dans l’optique de réfléchir sur la meilleure manière de mobiliser plus de ressources intérieures. L’objectif visé est de pouvoir faire face à la crise qui affecte les économies des pays de la CEMAC depuis la chute du prix du baril de pétrole durant ces trois dernières années, a expliqué à APA le conseiller à la fiscalité et aux douanes au ministère des Finances et du Portefeuille public du Congo, Bienvenu Ondogo Koumou. La réunion des experts des administrations douanières prépare...
(AFP 14/02/17)
La France s'est dite mardi "préoccupée" par les violences entre groupes armés dans la région d'Ippy et de Bambari, dans le centre de la Centrafrique, pays où la situation sécuritaire reste très précaire. Paris "condamne fermement ces violences et appelle l'ensemble des groupes armés à cesser les hostilités et à rejoindre le processus de désarmement, démobilisation, réinsertion et rapatriement (DDRR) conduit par les autorités centrafricaines", a indiqué le Quai d'Orsay. "La France réitère son plein soutien au président Faustin Archange Touadéra et aux autorités centrafricaines en vue du rétablissement de la sécurité et de l'autorité de l'Etat sur l'ensemble du territoire", ajoute le ministère, exprimant également son appui à la mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca). Samedi, un hélicoptère...
(RFI 14/02/17)
Malgré l'opération de la Minusca, le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) poursuit lentement sa progression vers Bambari. Le FPRC et le Mouvement patriotique centrafricain (MPC) ont promis de prendre Bambari pour en déloger Ali Darass, le chef de l'Union pour la paix en Centrafrique (UPC) qui y a établi son quartier général il y a quelques années. La guerre entre la coalition et l'UPC fait rage depuis plusieurs mois dans cette province de la Ouaka. L'opération de la Minusca samedi 11 février ne semble pas avoir complètement stoppé l'avancée des troupes de la coalition FPRC-MPC vers le sud, en direction de Bambari. Si plusieurs pickups ont été détruits à Ngawa 1 par l'hélicoptère des Nations unies,...
(RFI 14/02/17)
Depuis le mois de novembre, l’Union africaine a pris les rênes de la médiation pour tenter de réunir le gouvernement centrafricain avec l’ensemble des groupes rebelles et parvenir à un accord de paix et de réconciliation. Les contacts sont pour le moment plutôt souterrains. Mohamed El Hacen Ould Lebatt, représentant spécial de l’Union africaine pour la République centrafricaine et chef de la Mission de l’UA pour l’Afrique centrale, est l'invité matin de RFI.
(Agence Ecofin 14/02/17)
Agence Ecofin) - Le Secrétariat général de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac) vient de publier un communiqué selon lequel, il suit avec « une très grande inquiétude les informations concernant les affrontements entre la Coalition Fprc/Rprc et l’Upc dans les préfectures de la Haute Kotto et de l'Ouaka (Centrafrique), qui ont cours depuis quelques semaines ». Le Secrétariat général de la Ceeac condamne ces actes de violence qui ont causé la mort de plusieurs personnes innocentes et qui ont poussé des populations au déplacement en dehors de leurs villages. L’organisme communautaire appelle les belligérants à la retenue et à l’arrêt immédiat des hostilités. Il rappelle aux responsables de ces groupes armés qu’ils s'exposent à des poursuites...
(APA 14/02/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Le Premier ministre du Portugal, António Costa, a fait part de l’ « honneur » pour son pays de travailler avec les Nations Unies en vue de contribuer au retour de la paix et de la sécurité en Centrafrique de même que sa reconstruction. “Pour nous, c’est un grand honneur d’être ici, de travailler pour les Nations Unies et pour le peuple de la RCA, afin de les aider à établir la sécurité, la paix et la reconstruction de l’Etat”, a indiqué M. Costa, au terme d’une visite de quelques heures effectuée lundi à Bangui. Selon ce dernier qui en profité pour se rendre après de la force spéciale déployée par son pays au sein de la...
(RFI 14/02/17)
Le 13 février, c'est la journée mondiale de la radio. En FM, en ondes courtes ou en analogique, c'est un média incontournable, notamment en Afrique. Sur le continent, les radios communautaires ont une place à part. Radios de proximité, parfois dans des zones très isolées, elles participent au lien social, particulièrement en temps de crise. C'est le cas en Centrafrique, pendant et après la flambée de violence qui a secoué le pays en 2013. Jean Ignace Manengou, président de l'Association des radios communautaires de Centrafrique, est notre invité.
(Xinhua 14/02/17)
YAOUNDE, (Xinhua) -- L'Union des patronats d'Afrique centrale (UNIPACE) a réclamé lundi à Yaoundé la levée des entraves au commerce intracommunautaire, insistant pour l'ouverture des frontières pour permettre la libre circulation des biens et des personnes au Gabon et en Guinée équatoriale, les deux pays qu'elle accuse de freiner l'intégration économique régionale. "Dans un environnement qui est celui d'aujourd'hui, il faut dégager les barrières des frontières. Il faut aller aux devants de ce qui est désormais incontournable aujourd'hui : la libre circulation des biens et des personnes", a déclaré dans un entretien à Xinhua Alain Blaise Batongué, secrétaire exécutif du Groupement interpatronal du Cameroun (GICAM), et de l'UNIPACE. Le Cameroun, le Congo-Brazzaville, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République centrafricaine...
(AFP 13/02/17)
Le "général" Joseph Zoundéko, considéré comme un des chefs influents du Front populaire pour la renaissance de Centrafrique (FPRC), faction de l'ex-rébellion séléka, a été tué samedi lors d'une opération de la force de l'ONU (Minusca), a-t-on appris lundi auprès d'un de ses proches. "Nous avons été informés depuis Bambari que le général Zoundéko a été effectivement tué lors de l'attaque aérienne de la Minusca non loin de la région d'Ippy", a indiqué à l'AFP sous couvert d'anonymat ce proche qui travaille pour une ONG implantée à Bambari (centre).
(RFI 13/02/17)
En Centrafrique, un général de l'ex-Seleka est mort après la contre-attaque de la Minusca alors qu'une colonne de rebelles tentait samedi d'avancer sur la ville de Bambari, contrôlée par une faction rivale. Un autre combattant a également été tué. Cela fait plusieurs mois que les combats durent dans le centre de la RCA, entre deux factions de l'ex-Seleka. Samedi, un convoi de 300 hommes lourdement armés, faisant parti de la coalition emmenée par le FPRC de Nourredine Adam, a été stoppé net par les forces de l'ONU dans leur marche sur Bambari, ville contrôlée par l'UPC d'Ali Darass, lui-même membre de l'ex-Seleka.
(RFI 13/02/17)
En Centrafrique, une colonne de rebelle de l'ex-Seleka a été stoppée par les militaires de la Minusca qui ont fait usage de leurs armes. La force de l'ONU avait prévenu les groupes armés que les Nations unies répliqueraient si des mouvements de troupes se formaient pour attaquer la ville de Bambari. La Minusca avait prévenu : si la coalition MPC/FPRC, deux groupes armés issus de l'ex-Seleka, franchissait la ligne rouge qui mène à Bambari, elle répliquerait. C'est ce qui s'est passé, hier, samedi 11 février, alors qu'une colonne de 300 combattants se dirigeait vers la ville stratégique d'Ippy, à une soixantaine de kilomètres au nord de Bambari. Un hélicoptère de la force de l'ONU a alors détruit plusieurs véhicules de...
(BBC 13/02/17)
Le communiqué de la force des Nations Unies en Centrafrique indique que des hommes armés membres de l'ex rébellion ont été arrêtés dans leur progression par un hélicoptère de la MINUSCA. Le communiqué indique que la Minusca n'avait pas eu d'autre choix que d'arrêter l'avancée de ce groupe de combattants membres du Front Populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC), afin d'éviter une confrontation à Bambari. Cette confrontation aurait des conséquences dramatiques pour les populations civiles, estiment les Nations Unies.
(APA 13/02/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Le ministère du Développement rural a lancé, samedi à Bimbo, une banlieue de Bangui, la campagne caféière 2016-2017, caractérisée par la hausse des prix en faveur des planteurs de café. Ainsi le kilo de café cerise est vendu à 375 FCFA tandis que les cafés marchands se vendent pour la première qualité à 800 le kilo et le second à 900 FCFA. Les exportateurs ont demandé au gouvernement d’intervenir pour éviter le désordre noté dans le circuit. Pendant ces dernières années, les groupes armés qui sévissent dans certaines zones caféières ont empêché les exportateurs de s’adonner librement au commerce du café. Les groupes confisquent les sacs de café ou se permettent de fixer eux-mêmes les prix aux...
(APA 13/02/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Soixante-sept pour cent des jeunes sont déscolarisés à Bangui, révèle une étude sur l’emploi et l’insertion des jeunes vulnérables rendue publique dimanche à la Faculté de théologie de la capitale centrafricaine. Par ailleurs, 56% de ces jeunes sont vulnérables, ajoute l’étude conçue dans le cadre du projet de partenariat interreligieux d’édification de la paix en RCA. Le but de cette étude était d’identifier les problèmes d’emplois des jeunes dans la capitale centrafricaine et de faire la cartographie des acteurs publics et privés liés à l’insertion des jeunes ainsi de l’identification des filières porteuses d’emploi. Cette étude va permettre de poser les bases d’une cohésion sociale durable dans la capitale centrafricaine. Si à Bangui la situation de l’emploi...
(APA 13/02/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Le gouvernement centrafricain a lancé, samedi à Bangui, les travaux de construction de 70 forages d’eau potable dans la capitale ainsi qu’à Bouar et Paoua, deux villes de l’intérieur du pays. Estimé à plus d’un milliard de FCFA, le coût de ces forages est financé entièrement par l’Union Européenne. Ces ouvrages seront construits dans un délai d’un an Bien que la Centrafrique dispose d’un important réseau d’eau souterraine et de surface, l’accès à l’eau potable y est très limité. Ainsi, 68 pour cent de la population est privé d’eau potable. Les gouvernements qui se sont succédé en Centrafrique se sont toujours préoccupés de fournir de l’eau potable à suffisance à la population mais n’y sont jamais parvenu...
(APA 13/02/17)
APA – Douala (Cameroun) - Un sommet ordinaire des chefs d’Etat de la Communauté économique monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) se tient vendredi à Oyala, en Guinée équatoriale, sur convocation du président en exercice de l’organisation, Obiang Nguema Mbasogo, a appris APA lundi de sources concordantes. Ce sommet intervient deux mois après le sommet extraordinaire de la CEMAC tenu à Yaoundé au Cameroun, sur convocation du président Paul Biya. Outre la participation des six dirigeants de la sous-région, ces assises avaient enregistré la présence de la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde et du ministre français de l’Economie et des Finances Michel Sapin. Le sommet avait débouché sur des résolutions fortes, notamment la non-dévaluation du Franc CFA...

Pages