| Africatime
Dimanche 23 Avril 2017
(RFI 21/03/17)
Faustin-Archange Touadéra conclut sa tournée internationale par une visite de travail à Paris. Le président centrafricain a rencontré François Hollande ce matin au palais de l’Elysée. Les deux chefs d’Etat ont évoqué la situation sécuritaire à Bambari (dans le centre du pays) mais aussi le processus de « consolidation » de l’armée centrafricaine, la lutte contre l’impunité et l’aide au développement promise lors du Forum de Bruxelles en novembre dernier. Paris a pu répondre à certaines demandes formulées par Bangui. Devant les Nations unies, Faustin-Archange Touadéra avait regretté la lenteur de la formation...
(RFI 21/03/17)
C'est l'un des chantiers du vaste plan de redressement de la Centrafrique pour lequel le gouvernement a obtenu plus de deux milliards de dollars de financements internationaux : la relance et le développement de l'agriculture centrafricaine. Dans la Ouaka, la région de Bambari, les cotonculteurs ont dû stopper leurs activités en 2012, année où a émergé la Seleka. Parmi les chantiers promis par le gouvernement et soutenu par la Banque mondiale, il y a la relance du coton qui faisait vivre des milliers de familles dans cette zone. A la sortie ouest de Bambari, Paul Manalenga, le président des cotonculteurs de la Ouaka, vit dans un petit site de déplacés après avoir dû fuir son village il y a trois...
(APA 21/03/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - Le Président centrafricain, Faustin Archange Touadera s’est entretenu ce lundi à Paris avec le président français François Hollande sur des sujets brulants de l’heure en RCA, a a-t-on appris de source officielle. Ces sujets ‘’préoccupants’’ évoqués par les deux présidents concernent la mise en œuvre du programme de désarmement, démobilisation et réinsertion des ex combattants pour ramener la paix et restaurer l’autorité de l’Etat partout en RCA. Il s’agit également de l’appui de la France pour exécuter les différents projets pouvant aider à assurer le relèvement économique et social de la Centrafrique après la crise. Ce rendez-vous a été une occasion pour le Président centrafricain de solliciter auprès de la France un appui politique et diplomatique nécessaires pour...
(APA 21/03/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - La tornade qui s’est abattue dimanche à Boyali, village au nord-ouest de Bangui a fait quatre morts, selon un communiqué de la Caritas rendu public ce mardi. La tornade, accompagnée d’un vent violent, a fait également 1500 sans-abris et 450 maisons détruites, renseigne le communiqué. La Caritas diocésaine de Bangui, souligne avoir commencé depuis ce lundi à distribuer des couvertures et des vivres aux populations de Boyali plongées dans un grand désarroi. Le député de la localité, Bertin Béa, a pour sa part lancé un appel à l’aide à cette population sinistrée, estimant qu’elle a notamment besoin de médicaments.
(AFP 20/03/17)
Les petits Gabonais vont-ils perdre leur année scolaire à cause d'une grève illimitée dans l'éducation nationale ? Comme dans d'autres pays africains, les autorités s'activaient lundi à dissiper le spectre d'une "année blanche", après avoir interdit d'activité une confédération syndicale d'enseignants grévistes. Gabon, mais aussi Cameroun, Tchad et Centrafrique: les risques d'une année scolaire non-validée faute d'heures de cours suffisantes existent dans plusieurs pays d'Afrique centrale, sur fond de crise économique et de tensions politiques. Le problème éducatif se pose surtout au Gabon, en proie à des crispations post-électorales depuis la réélection contestée du président Ali Bongo en août dernier face à son rival Jean Ping. Le Gabon affiche l'un des taux de scolarisation les plus élevés d'Afrique subsaharienne (96%,...
(RFI 20/03/17)
Le président centrafricain est à Paris où il doit être reçu à l'Elysée ce lundi 20 mars. Faustin-Archange Touadéra achève une tournée internationale qui l'a conduit à New York la semaine dernière où il a plaidé la cause de la RCA devant les Nations unies. Quand elle a mis fin il y a cinq mois à l'opération Sangaris, la France a répété qu'elle continuerait à être le porte-voix de la Centrafrique dans les institutions internationales. Pourtant, si Paris soutient les autorités légitimes centrafricaines, une divergence de taille persiste avec Bangui. Jusqu'à présent la France a toujours jugé prématurée la levée de l'embargo sur les armes qui pèse sur le pays. La semaine dernière au Conseil de sécurité, Faustin-Archange Touadéra s’est...
(APA 20/03/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Un camion de marchandises et de passagers qui se rendait sous escorte des forces de l’ONU à Bambari, s’est renversé en cours de route, faisant huit morts et 17 blessés, a annoncé le ministère centrafricain de la Sécurité publique. Le drame est survenu vendredi au village de Libye, situé 120 km de Bangui, lorsqu’une défaillance technique s’est produit dans le camion qui roulait à vive allure et était en surcharge. Les casques bleus qui escortaient le véhicule ont porté secours aux victimes en ramenant à Bangui les blessés ainsi que les dépouilles mortelles. Avec ce nouvel accident, on en est à près d’une vingtaine de personnes mortes cette semaine sur les routes centrafricaines.
(APA 20/03/17)
APA-Bangui (Centrafrique) -A Bangui, capitale de la Centrafrique, un pays qui tente de sortir d’une longue crise politico-sociale, les jeunes ont trouvé un palliatif au chômage en devenant presque tous des conducteurs de taxis-motos. Selon les dernières statistiques fournies par le ministère des Transports, les conducteurs de ces engins sont au nombre de dix-huit mille, rien que pour la ville de Bangui et ses banlieues. Ils ont entre 12 et 35 ans, d’après la même source qui fait état de plus de 200 mineurs parmi ces conducteurs. Fuyant le chômage, ils sont des désœuvrés ou des élèves et étudiants forcés de quitter les études devant la fermeture de leurs établissements à cause de la crise. D’autres sont partis momentanément de...
(Xinhua 20/03/17)
BRAZZAVILLE, (Xinhua) -- Les dirigeants de la Banque de développement de l'Afrique centrale (BDEAC), entendent, sous la conduite de leur nouveau président, mobiliser plus de nouvelles ressources en vue d'appuyer la relance économique des pays de la communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEMAC), durement touchés par la chute des cours des matières premières. Cet engagement a été pris samedi à Brazzaville à l'issue de l'assemblée générale extraordinaire et du conseil d'administration de cette banque, couplée avec l'installation de son nouveau président, Fortunato Ofa Mbo Nchama, originaire de la Guinée équatoriale pour un mandat de cinq ans. Il remplace à ce poste, le Tchadien Abbas Mahatma Tolli qui occupe depuis février dernier le poste de gouverneur de la Banque...
(APA 18/03/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - Le Président centrafricain, Faustin Archange Touadéra rencontre ce vendredi à New York, le responsable du fonds de consolidation de la paix des Nations, pour échanger sur les appuis de ce fonds en vue de sortie de crise dans son pays. Dès son arrivée la veille, le Président centrafricain a eu un entretien avec le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, avec qui, il a échangé sur la situation de crise en RCA et a été face au conseil de sécurité. Les Nations Unies jouent un rôle ‘’très important’’ pour le retour de la RCA à la normalité. Le pays abrite des casques bleus au nombre de douze mille qui assurent tant bien que mal la sécurité du...
(AfricaNews 18/03/17)
Après la prise de pouvoir par l’ex-coalition Séléka en mars 2013, plusieurs villes centrafricaines sont toujours instables malgré la présence des soldats de la MINUSMA qui ont mis fin aux violences des groupes armés. La ville de Bambari (centre du pays) a été déclaré ville sans armes par les soldats de l’ONU. Les forces de l’ONU en république centrafricaine ont multiplié ces dernières semaines des interventions pour stopper la progression de groupes armés vers la ville de Bambari dans le centre du pays. Grace à la MINUSCA, Bambari a retrouvé son calme après plus de quatre ans d’instabilité...
(RFI 18/03/17)
Les affrontements entre la coalition menée par le FPRC et l’UPC qui ont enflammé la Ouaka ces derniers mois, ont provoqué un afflux de déplacés à Bambari et dans ses environs. 26 000 en trois mois, venus rejoindre ceux qui vivent déjà sur les sites parfois depuis quatre ans. L’église Notre-Dame-des-Victoires sur la rive droite de Bambari est l’un des nombreux sites qui accueille des déplacés de la Ouaka. Si beaucoup ont fui les combats, d’autres sont partis à cause de la présence chez eux des groupes armés. C’est le cas de Jean-Paul, qui a quitté son village situé à plus de 80 km au nord de Bambari. Il désigne les Peuls comme étant à l’origine de ses malheurs. «...
(RFI 17/03/17)
A Bambari depuis une semaine, il n'y a plus que les Casques bleus et les gendarmes centrafricains qui portent des armes. Les hommes armés ont disparu du paysage en ville. La Minusca a exigé il y a une semaine que les éléments de ces groupes rebelles ne portent plus d'armes et abandonnent les bâtiments qu'ils occupaient. Les chefs eux, ont été priés de quitter la ville il y a plusieurs semaines. A 17 kilomètres de Bambari, dans un minuscule village sur la route de Bangui, les généraux Gaëtan et Tarzan, amis de fraîche date, regardent passer les heures à l'ombre d'un manguier. Comme Ali Darass avant eux, ils ont été fermement invités par la Minusca à quitter Bambari dans le...
(La Voix de l'Amérique 17/03/17)
La situation humanitaire se dégrade en Centrafrique depuis septembre 2016 en raison de la hausse des violences et des foyers de tension, a déclaré jeudi l'ONU, qui déplore une baisse du financement de l'aide internationale. "Avec la recrudescence de la violence et la multiplication des foyers de tension depuis le mois de septembre 2016 et le premier trimestre 2017, plus de 100.000 nouveaux déplacés ont été enregistrés", portant leur nombre à 402.240, indique dans un communiqué le bureau des Nations unies pour la coordination des Affaires humanitaires (OCHA). Le communiqué ajoute qu'"un Centrafricain sur cinq est soit déplacé soit réfugié dans les pays limitrophes", ce qui concerne près de 900.000 personnes.
(Xinhua 17/03/17)
NEW YORK (Nations Unies), 16 mars (Xinhua) -- Le Bureau de la coordination des Affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) a averti jeudi que la situation humanitaire en République centrafricaine continuait à se détériorer, a déclaré à la presse le porte-parole de l'ONU Stephane Dujarric. En raison de l'augmentation des violences et de la multiplication des zones de conflit depuis 2016, le pays a enregistré plus de 100 000 nouveaux déplacés, a déclaré M. Dujarric au cours de sa conférence de presse quotidienne. "Cela signifie que près d'un Centrafricain sur cinq est désormais soit déplacé interne soit réfugié à l'étranger. La moitié de la population a maintenant besoin d'aide humanitaire", a-t-il déclaré. Le financement de l'aide humanitaire est cependant en...
(La Voix de l'Amérique 17/03/17)
Le premier bataillon de l’armée centrafricaine formé par l’Union Européenne devrait être opérationnel d’ici à la mi-mai. Seulement, cette armée ne dispose pas d’équipements, en raison de l’embargo imposé par les Nations Unies sur les armes. La renaissance, la restructuration et l’opérationnalisation des Forces Armées Centrafricaines (FACA) étaient début mars au cœur d’un colloque de l’armée à Bangui. Sur 8000 soldats recensés en 2013, seulement 6000 sont répertoriés en 2016. La mission européenne de conseil (EUTM) déployée en juillet dernier en a déjà formé près d’un millier et continue d’en former. Pour le Lieutenant-colonel Ghislaine Léa Yangongo, commandant de l’armée de l’air, les FACA de demain doivent être professionnelles, efficaces et apolitiques.
(Xinhua 17/03/17)
NEW YORK (Nations Unies), (Xinhua) -- Le président de la République centrafricaine (RCA), Faustin Archange Touadéra et le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies, Hervé Ladsous, ont plaidé jeudi devant le Conseil de sécurité, pour un soutien politique important et le maintien d'une présence "robuste" de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en RCA (MINUSCA), afin de consolider les acquis tangibles enregistrés au cours de l'année écoulée dans le pays. "Nous avons parcouru un long chemin : la période de transition, les élections et la mise en place des autorités nationales légitimes", a affirmé le président centrafricain, en ajoutant : "Notre priorité reste la sécurité et la pacification de...
(La Voix de l'Amérique 17/03/17)
La représentante permanente des Etats-Unis à l’Onu, Nikki Haley, s’est entretenue jeudi 16 mars avec le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra. Alors que la RCA se remet d'un conflit récent, Mme Haley a réaffirmé le soutien des Etats-Unis à la Centrafrique tant que le gouvernement de Bangui reste engagé en faveur du maintien de la paix et de la démocratie et aussi de l’aide à ses citoyens. Mme Haley et le président Touadéra ont discuté, selon un communiqué, de l’engagement des Etats-Unis envers la MINUSCA, et des moyens de rendre aussi efficace que possible la mission onusienne en RCA.
(APA 17/03/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - L’équipe nationale de football de Centrafrique est attendue samedi au Maroc où elle livrera à partir du 24 mars deux matchs amicaux contre d’abord les Lions de l’Atlas, puis face aux Scorpions de la Gambie. Selon le sélectionneur Hervé Loungoundji, les deux rencontres se joueront dans la ville marocaine de Kenitra Ces matchs rentrent dans le cadre du contrat de partenariat que la Fédération royale marocaine de football a signé le mois dernier avec son homologue centrafricaine et qui préconise la formation ainsi que des stages au profit des joueurs centrafricains. Pour les deux matchs amicaux, le sélectionneur Hervé Loungoundji a convoqué essentiellement des joueurs évoluant en ligue de Bangui. Les Fauves de Bas Oubangui préparent les...
(AFP 16/03/17)
La situation humanitaire se dégrade en Centrafrique depuis septembre 2016 en raison de la hausse des violences et des foyers de tension, a déclaré jeudi l'ONU, qui déplore une baisse du financement de l'aide internationale. "Avec la recrudescence de la violence et la multiplication des foyers de tension depuis le mois de septembre 2016 et le premier trimestre 2017, plus de 100.000 nouveaux déplacés ont été enregistrés", portant leur nombre à 402.240, indique dans un communiqué le bureau des Nations unies pour la coordination des Affaires humanitaires (OCHA). Le communiqué ajoute qu'"un Centrafricain sur cinq est soit déplacé soit réfugié dans les pays limitrophes", ce qui concerne près de 900.000 personnes.

Pages