Dimanche 28 Mai 2017
(RFI 06/05/17)
Depuis le début de l'année, une recrudescence de la violence en République centrafricaine a ciblé en partie les acteurs humanitaires. Dans la seule préfecture de l'Ouham, dans le nord de la RCA, 16 attaques ont eu lieu, pour 33 incidents relevés en tout. Certains acteurs se sont même retirés du pays par mesure de sécurité. Michel Yao, le coordinateur humanitaire d'Ocha, le Bureau de coordination des actions humanitaires de l'ONU, explique ce phénomène.
(APA 05/05/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Quatre des plus importantes organisations humanitaires intervenant en Centrafrique ont décidé de suspendre temporairement leurs activités dans les régions du pays où les menaces à l’égard de leurs employés ‘’ont atteint leur paroxysme’’, annonce l’Agence humanitaire des Nations Unies (OCHA) dans un communiqué rendu public vendredi à Bangui. ‘’Leurs employés seront redéployés à Bangui en attendant que leur sécurité soit de nouveau assurée’’, souligne le communiqué non sans relever que d’autres organisations ont décidé de réduire leur présence aux activités...
(La Tribune 05/05/17)
2016 a été conclue sur de bons résultats pour la Banque des Etats de l'Afrique centrale, en comparaison à l'année 2015. Ainsi, l'exercice de l'année dernière dégage un bénéfice net de 164,177 milliards de Fcfa, contre 160 milliards, enregistrés une année auparavant. Grande nouvelle pour les promoteurs de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC). L'institution a réalisé de très bons résultats au cours de l'année 2016. Selon le rapport général des commissaires aux comptes KPMG Afrique centrale et Mazars Cameroun, portant sur l'exercice 2016, la BEAC a réalisé un bénéfice net de 164,177 milliards de francs CFA. Une progression en volume par rapport à l'exercice précédent, établi à 160,7 milliards de francs CFA. Le document révèle également que...
(Agence Ecofin 05/05/17)
(Agence Ecofin) - Au cours de l'année 2016, la BEAC a réduit de 47%, l'exposition de son portefeuille d'investissement, aux titres publics français. La valeur de ces produits financiers, qui était de 1355,7 milliards de FCFA au 31 décembre 2015, est passée à 715,2 milliards de FCFA au terme de l'exercice 2016. Globalement, la Banque centrale explique avoir mené une opération de cession de certains des avoirs étrangers gérés pour le compte des pays de la CEMAC, pour un montant cumulé de 1099,58 milliards de FCFA. L'objectif de ces transactions était de rattraper à chaque fois, l'obligation de quote-part obligatoire de 50% sur le compte des opérations logé au trésor public de France. Mais en même temps que la Banque...
(Agence d'information d'afrique centrale 05/05/17)
Les Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont un réel besoin d’ajustement dans leurs contributions statutaires, en fonction de leur situation économique et sécuritaire. Deux pays seulement parviennent à libérer leurs contributions pour assurer le bon fonctionnement de l’organisation régionale. Il s’agit du Congo et du Gabon. Ils font aussi partie des Etats à jour, ainsi que le Cameroun et la Guinée équatoriale, les deux plus gros contributeurs, avec un quota de 13% revu à 12%. Mais le retour du Rwanda au sein de la grande famille régionale a poussé la Guinée équatoriale à exiger un ajustement des gros contributeurs à 11%. Malabo est favorable que l’assiette des contributions des autres Etats passe à...
(APA 05/05/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Treize équipes prendront part au championnat de basketball de la ligue de Bangui qui démarre ce vendredi après-midi au palais des sports par la rencontre opposant BEAC à Zarasclo. Ce championnat est marqué par le retour de Red Stars Ndongo club, une équipe du quartier Km5 dans le 3ème arrondissement de Bangui, absente depuis trois ans du championnat à cause des violences communautaires qui ont empêché ses joueurs de s’entrainer. C’est sous la direction d’un nouveau bureau de la ligue présidé par Guy Maurice Limbio que ce championnat va se dérouler en phase aller et retour. Un dernier tournoi appelé play-off regroupera ensuite les huit premières équipes et à son terme l'équipe classée première sera déclarée championne.
(APA 04/05/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Le ministre centrafricain de l’Economie, Félix Moloua, a exprimé mercredi à Bangui sa satisfaction au sujet de l’évaluation à mi-parcours du projet « Londo », qui est un programme d’urgence financé par la Banque mondiale et ayant pour objectif d’amener les populations à changer leur environnement immédiat grâce à des travaux à haute intensité de main d’oeuvre. Le ministre a en outre souhaité que ce projet soit pérennisé par la Banque mondiale pour aider au développement de la RCA. Exécuté déjà dans 45 villes sur les 71 prévues, le projet ‘’Londo’’ a permis aux populations bénéficiaires de gagner plus d’un milliard dix-huit millions cent onze mille FCFA. En matière de réalisation, 1098 kilomètres des pistes rurales et...
(Agence Ecofin 04/05/17)
(Agence Ecofin) - Si les pays de la CEMAC (Cameroun, Congo, Gabon, Tchad, Guinée Equatoriale et République centrafricaine) veulent atteindre « leurs objectifs d'émergence, il leur faudra mener une réflexion rigoureuse pour effectuer un recours des plus prudents sur le marché international des capitaux », peut-on constater d'une analyse publiée par les équipes de recherche de la Banque des Etats de l'Afrique Centrale. Le besoin de financement de 29 milliards $ sur les trois prochaines années. Ces ambitions ont selon le document généré un besoin structurel de financement, dont le montant global pour la période 2016 à 2020 est estimé à 17312, 4 milliards de FCFA (29 milliards $). Cette somme est jugée hors de portée des capacités d'intervention de...
(Financial Afrik 04/05/17)
Le rapport général des commissaires aux comptes de la Beac (Banque des Etats de l’Afrique Centrale) affiche un résultat positif. Le rapport de l’année 2016 publié mercredi 3 mai sur le site de la Beac, laisse entrevoir un résultat net bénéficiaire de 164,177 milliards de FCFA (environ 273 millions de dollars). Comparé à l’exercice précédent, ce résultat a connu une hausse de 4 milliards de F CFA car il s’était établi à 160,7 milliards en 2015. Par contre, le total bilan de cette année est en baisse, avec 7073 milliards de FCFA contre 9389,691 milliards de FCFA en 2015. A noter que les comptes de la Beac doivent être approuvés par le conseil d’administration pour ensuite être ratifiés par le...
(APA 04/05/17)
APA-Yaoundé (Cameroun) - Le résultat de l’exercice 2016 de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) est bénéficiaire de 164.177 millions FCFA, contre 160.795 millions FCFA pour l’exercice précédent, soit une progression de +2,10%, selon le rapport des commissaires rendu public mercredi. Cette performance, indiquent les cabinets KPMG et Mazars, est fortement liée à la réalisation de plus-value de cession des titres du portefeuille d'investissement de la Banque centrale. Le total actif et passif se situe néanmoins à -24,66% pour un résultat net de l’exercice affichant 2,10%, une situation contrastée s’expliquant, selon les commissaires aux comptes, par la chute continue des cours du pétrole, dans le prolongement de l’évolution constatée en 2015, et qui s’est traduite par une forte...
(Financial Afrik 04/05/17)
La Bourse des valeurs mobilières d’Afrique centrale (BVMAC) a levé des fonds d’un montant de plus de 800 milliards de francs CFA sur le marché sous régional de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEMAC), durant la période 2008-2017. Selon le président de la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (COSUMAF), Rafael Tung Nsue, «sur le plan régional, l’évolution est positive. Nous sommes passés à plus de 800 milliards de FCFA de levée de fonds sur le marché financier sous régional entre 2008 et 2017. Ce qui veut dire que le marché évolue positivement ». Créée en 2003, la BVMAC est spécialisée dans l’organisation, la gestion et l’animation du marché financier sous régional de la CEMAC...
(RFI 03/05/17)
En Centrafrique, l'Est est toujours un champ de bataille entre groupes armés rivaux, issus de l'ex-Seleka. UPC d'un côté, face au FPRC et ses alliés antibalakas de l'autre. Les combats se sont déplacés de la Ouaka, la région de Bambari, vers le Mbomou autour de Bakouma plus à l'est. Mais la Ouaka n'est pas exempte de violences pour autant. S'il n'y a plus vraiment de batailles frontales dans cette zone entre l'UPC et le FPRC, les groupes armés s'en prennent aux communautés dont sont issus les groupes adverses. L'ONG Human Rights Watch a documenté plus de 40 morts dans des meurtres ou attaques de villages reculés en République centrafricaine. Un chiffre de leur propre aveu probablement très en deçà de...
(Dw-World 03/05/17)
Attirer l’attention sur la situation en République centrafricaine. Les plus importantes personnalités travaillant dans le domaine humanitaire aux Nations unies ont lancé un appel dimanche dans ce but. Les groupes rebelles continuent en effet de s’affronter. Une instabilité qui a des conséquences sur les populations. Les organismes d'aide tirent la sonnette d’alarme concernant la situation humanitaire en Centrafrique. Iyeda, un village qui se trouve dans une zone sensible: à l'ouest la milice 3R contrôle la ville voisine Koui. 3R qui signifie « retour, récupération, réhabilitation » se compose de bergers à prédominance musulmane du groupe ethnique des Peuls. A l'est, dans la ville Makunzi Wali, les anti-Balaka, majoritairement chrétiens dominent. Iyeda attaqué en octobre 2016 a presque complètement (été) brûlé...
(BBC 03/05/17)
A Bangui la capitale centrafricaine, la SODECA, société de distribution d'eau n'arrive pas à desservir l'ensemble des quartiers en eau potable. En cause, la vétusté de ses équipements et installations qui font qu'une grande partie de la population n'a plus facilement accès à l'eau courante. Des centaines de familles sont obligées de passer toute une nuit devant des bornes fontaines pour attendre l'arrivée de l'eau. D'autres parcourent trois ou quatre kilomètres avec des charrettes à la recherche de l'eau potable devenue une denrée rare. A certains endroits, plus aucune goutte d'eau ne tombe des robinets, surtout pendant la saison sèche. Au quartier Damala par exemple, dans la commune de Bimbo à la périphérie ouest de Bangui, l'eau de la SODECA...
(France 24 03/05/17)
 
00:00
En Centrafrique, à 400 km au nord de Bangui, se trouve le camp de Batangafo. C’est là qu’ont trouvé refuge plus de 27 000 déplacés de la crise de 2013. Un refuge bien incertain tant la zone est dangereuse, notamment pour les femmes. Musulmanes ou chrétiennes, elles vivent sous la menace permanente de viols. Malgré l’accès lointain à l’eau et la folie des hommes, elles luttent chaque jour pour leur dignité et celle de leurs familles, tentant de ramener un espoir de paix dans cette partie du pays.
(AfricaNews 02/05/17)
Un rapport de Human Right Watch rendu public ce mardi affirme que des groupes armés en République centrafricaine ont tué au moins 45 civils au cours des trois derniers mois. Human Rights Watch (HRW) rapporte que les violences ont éclatées entre deux factions, l’une basée dans le nord de la province de Ouaka ( sud) à majorité musulmane et l’autre faction du sud principalement chrétienne. l’Organisation des Nations unies qui dispose d’une mission de maintien de sécurité forte de 13 000 dans cette ancienne colonie française à disperser les combattants par des frappes aériennes. Les États-Unis ont eux imposé des sanctions aux différents chefs des milices qui s’affrontaient.
(MondAfrique 02/05/17)
Avec le déblocage des crédits, 30 millions de dollars US de la Banque Mondiale, le Comité consultatif et de suivi de Désarmement-Démobilisation-Reinsertion-Rapatriment (DDRR) a commencé ses auditions avec quatorze groupes armés, sous la présidence du ministre conseiller à la Présidence Willybiro Sako. Cet ancien ministre d’État dans le gouvernement Touadera du régime Bozizé, connaît bien les causes de l’échec du précédent DDR de 2010-2011. Les importants détournements de fonds impunis vont-ils se reproduire? On assiste à nouveau aux dérives de la bureaucratie qui se finance à fonds perdus avec ses comités sectoriels, ses coûteux experts civils et militaires internationaux et l’absence de résultats sur le terrain avec les groupes rebelles diu nord-est Les mêmes autorités centrafricaines sont au pouvoir que...
(APA 02/05/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Les chefs des agences humanitaires des Nations Unies ont lancé un appel urgent à la communauté internationale à ne pas négliger la République centrafricaine (RCA) où les violences ont contraint 884 276 personnes à des déplacements forcés. Ces victimes qui représentent le cinquième de la population centrafricaine connaissent également la faim et la malnutrition, soulignent les chefs d’agence des Nations Unies dont l’appel a été lancé samedi à Bangui, au terme d’une visite de quatre jours en RCA. Au cours de cette visite, la délégation a pu s’entretenir avec les communautés affectées, la société civile, les bailleurs, les acteurs humanitaires et les autorités politiques. Elle a également visité la préfecture de l'Ouham Pendé au Nord-Ouest du pays...
(APA 02/05/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - La campagne agricole 2017, financée par la FAO à hauteur de 10 millions de dollars, est « un succès » par rapport à la précédente grâce surtout au retour de la sécurité dans certaines régions du pays, a déclaré Jean Alexandre Scaglia, représentant de l’organisme onusien en Centrafrique. « C’est un indicateur d’une véritable stabilisation du monde rural. Les rendements étant essentiellement soutenus par l’augmentation de surface. C’est dire que les paysans se sont sentis sécurisés et ont augmenté le nombre d’hectares de terres cultivées, se sont éloignés des villes et villages », a dit M. Scaglia, samedi à Bangui. Il a ajouté : « C’est un paramètre qui montre un retour d’un certain niveau de confiance...
(RFI 02/05/17)
A Kaga-Bandoro, dans le nord de la Centrafrique, une semaine de tensions entre la population et la Minusca vient de s'achever. En cause, le départ du contingent burundais est contesté, notamment par les nombreux déplacés qui vivent encore dans leurs tentes de fortune. Les Casques bleus burundais étaient arrivés en septembre dernier à Kaga-Bandoro. Alors que la région connaissait de nombreux combats entre anti-balaka et ex-Seleka, ils étaient venus renforcer temporairement le contingent pakistanais de la Minusca. Ces derniers sont vivement critiqués par les habitants de la ville. Notamment concernant leur inaction supposée lors de l'incendie du camp de déplacés qui a fait une trentaine de morts le 12 octobre dernier après l'attaque des Seleka du MPC (Mouvement patriotique pour...

Pages