Jeudi 26 Avril 2018
(RFI 07/02/18)
Une centaine d'ex-combattants de groupes armés ont été intégrés à l'armée en cours de reconstruction. 101 anciens rebelles, précisément, issus du projet pilote du programme de DDR. Une étape marquante de ce processus souvent décrié pour sa lenteur. 139 autres ex-combattants doivent commencer à leur tour une formation militaire dans prochains jours. « Le projet pilote avait pour but de corriger les faiblesses avant le démarrage du grand programme » DDR, a expliqué le président Faustin Archange Touadera lors de la cérémonie officielle d'intégration de ces combattants dans l'armée. Le chef de l'Etat centrafricain qui, dans son discours, a reconnu les échecs des précédents DDR de 2003 et 2008. Une première vague de 101 ex-combattants issus de plusieurs groupes armés...
(Xinhua 07/02/18)
La croissance du PIB en Afrique était estimée à 3,6% en 2017, selon la Banque africaine de développement (BAD) qui voit des perspectives "beaucoup plus prometteuses" avec un taux de croissance de 4,1% en 2018 et 2019. "Les perspectives de croissance sont beaucoup plus prometteuses et nous prévoyons une accélération de la croissance du PIB de l'Afrique à 4,1% en 2018 et 2019", a déclaré le président de la BAD, Akinwumi Adesina, lors d'une cérémonie officielle pour présenter les progrès et les perspectives de développement de l'Afrique mardi à Abidjan. "Nous avons la tête hors de l'eau et les économies africaines progressent fortement et sereinement", a commenté Akinwumi Adesina faisant remarquer que "la croissance du PIB réelle était estimée à...
(AFP 06/02/18)
L'ONU a fermement condamné l’attaque en décembre d'un hôpital civil à Ippy, dans le centre de la Centrafrique, et pointe du doigt deux groupes armés qui avaient par le passé nié en bloc avoir attaqué l'établissement et tué 17 civils. "La Minusca a dépêché une mission d'établissement des faits au mois de janvier 2018, qui a confirmé l'attaque délibérée contre les civils à l'hôpital d'Ippy", a déclaré la mission de l'ONU en Centrafrique, la Minusca, dans un communiqué reçu mardi par l'AFP. Les combattants de l'Union pour la paix en Centrafrique (UPC) et du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC)....
(AFP 06/02/18)
Un premier groupe de 101 anciens rebelles ayant participé au projet-pilote du programme centrafricain de désarmement a été intégré lundi à l'armée nationale après quatre mois de formation, au cours d'une cérémonie officielle à Bangui. Il s'agit du premier groupe - composé de nouveaux membres des forces armées centrafricaines - qui est issu du projet-pilote du programme de désarmement, démobilisation, réintégration et rapatriement (DDRR), un long processus souvent raillé par le passé par son immobilisme et son inefficacité. Le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra, présent à la cérémonie, a exprimé son "grand plaisir" de voir ces résultats...
(AFP 05/02/18)
La Mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca) a salué l'annonce d'un dépôt des armes faite par le chef d'un groupe armé du nord-ouest de la RCA, Révolution et Justice (RJ), tout en disant vouloir vérifier le respect de cette promesse sur le terrain. "La Minusca attend avec intérêt que les éléments du RJ respectent les engagements pris solennellement par le président de leur mouvement. La Mission, à travers son équipe déployée sur le terrain, suivra de très près la mise en œuvre desdits engagements", a déclaré la mission de l'ONU dans un communiqué publié vendredi. La mission de l'ONU réagissait à la déclaration du chef de RJ, Armel Sayo, qui a dit jeudi que son mouvement voulait déposer les armes...
(Apa 05/02/18)
APA-Bangui(Centrafrique) - La Coordonnatrice humanitaire en Centrafrique, Najat Rochdi, est revenue sur les réalisations majeures obtenues en 2017 par l’Onu, soulignant qu’elles « n’auraient jamais été possibles sans l’appui de la communauté internationale ». Affirmant que le Plan de réponse humanitaire en Centrafrique a été financé à hauteur de 39% l'année dernière, Najat Rochdi, explique que dans une crise humanitaire, l’assistance alimentaire est souvent le besoin le plus urgent. Lors des crises qui sont survenues en Centrafrique en 2017, la communauté humanitaire s’est mobilisée dés les premières heures, afin d’acheminer le ‘’plus vite possible’’ une aide alimentaire d’urgence vers les foyers de tension. Plus de 630 000 personnes en ont bénéficié. Avec les puits, sources et forages aménagés ou réhabilités...
(APA 05/02/18)
APA-Bangui(Centrafrique) - 101 ex-combattants démobilisés et incorporés dans l’armée nationale ont reçu ce lundi leurs certificats, après trois mois de formation par la mission de formation militaire de l’Union Européenne en Centrafrique (EUTM/RCA) au cours d’une cérémonie présidée par le Chef de l’Etat, Faustin Archange Touadéra. Le recrutement de es ex combattants s'est fait dans le cadre du projet pilote DDRR (Désarmement, Démobilisation, Réintégration et Rapatriement) qui s’est achevé en décembre. Ces militaires ont été identifiés dans les groupes armés notamment ex-Seleka et anti-Balaka. La deuxième vague débute sa formation le 12 février prochain. Au total 240 éléments des groupes armés qui ont accepté ce projet pilote de DDRR seront incorporés dans les rangs des forces armées centrafricaines '’FACA'’. En...
(Agence Ecofin 05/02/18)
Dans le cadre du projet Central African Backbone (CAB), qui vise à interconnecter par fibre optique tous les six pays de la zone Cemac, le Congo va déployer 550 Km de câbles à fibre optique au cours de cette année 2018, pour son interconnexion avec le Cameroun et la République centrafricaine. Cette information a été révélée par les membres du Comité de pilotage du projet CAB au Congo, au sortir d’une réunion de cette instance, tenue le 31 janvier 2018, dans la capitale congolaise. Financé par la Banque africaine de développement (BAD), le projet CAB vise à fournir à la région Afrique centrale un accès au haut débit, en vue d’améliorer, en quantité et en qualité et à des prix...
(APA 05/02/18)
APA-Bangui (Centrafrique) - La capitale centrafricaine, Bangui, est en cette période saison sèche envahie souvent par des nuages de poussière amplifiés par le vent et qui sont la cause de maladies respiratoires. Si la poussière ne sévit pas, les Banguissois font face à des incendies qui se déclenchent soudainement, causant des dégâts corporels et matériels dans les foyers. Pour cette saison sèche démarrée depuis le mois de novembre dernier, les méfaits des vents de poussière sont aggravés par les rues en latérite, en attente d’être bitumées. Les riverains de ces avenues et rues où circulent voitures et motos, inhalent, à leur corps défendant, la poussière à longueur de journée. Ainsi, la saleté est un peu partout dans les quartiers, les...
(Jeune Afrique 05/02/18)
Ils étaient sur le devant de la scène : Salou Djibo, ex-putschiste nigérien, Hédi Jilani, anciennement à la tête de l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (UTICA) et Catherine Samba-Panza, chef d'État de transition en Centrafrique. Que sont-ils devenus ? • Salou Djibo Auteur d’une transition réussie au Niger entre 2010 et 2011, l’ex-putschiste, 52 ans, est à la tête de la task force de la Cedeao pour la libre circulation des personnes et des biens. Il réside à Abuja mais séjourne souvent à Ouagadougou, où sa seconde épouse travaille. Le général quatre étoiles invoque souvent son devoir de réserve pour décliner les sollicitations mais n’oublie pas le Niger, où il possède une villa (près de Niamey)...
(AFP 03/02/18)
"Si je trouve une grenade par terre, je fais quoi? Je la prends?": dans la capitale centrafricaine Bangui, quand une ONG vient sensibiliser les habitants aux risques des explosifs abandonnés, il y a toujours quelqu'un pour poser la bonne question. Ce jour là, à Fatima I, un quartier du 3e arrondissement de Bangui, c'est Viviane, 28 ans, qui s'est fait remarquer. "Selon vous, il faudrait faire quoi?", lui répond gentiment Loïc, Centrafricain, membre de l'ONG DanChurchAid (DCA), en tenant un panneau avec les différents types de grenades représentés dessus. Avant de détailler les réflexes à avoir: ne pas s'approcher, prévenir le chef de quartier, délimiter un cercle de deux mètres autour de l'explosif et le signaler... Tous les jours, des...
(AFP 03/02/18)
Malgré un lourd passif en Centrafrique à la tête des milices antibalaka, dont il est toujours l'un des principaux leaders politiques, le président de la fédération centrafricaine de football, Patrice-Edouard Ngaissona, a été élu vendredi au comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF). "Le Maroc est une terre bénie pour moi aujourd'hui", dit à l'AFP, tout sourire, le quinquagénaire au visage rond, qui écarte d'un revers de la main les commentaires sur le rôle qu'il a joué durant la crise centrafricaine: "Si ces allégations étaient vraies, je ne serais pas là aujourd'hui". Son nom est pourtant régulièrement cité dans les rapports de l'ONU et dans les notes d'enquête de la justice centrafricaine comme...
(AFP 02/02/18)
La Centrafrique a formulé à la République démocratique du Congo (RDC) voisine une demande d'extradition concernant "Romaric", un des chefs des milices antibalaka de Bangassou (est) qui avait fui vers la RDC fin 2017, a-t-on appris de source officielle. "La demande d'extradition est partie par voie diplomatique", a déclaré vendredi à l'AFP le ministre de la Justice centrafricain, Flavien Mbata. "Romaric" est l'un des chefs antibalaka de la ville de Bangassou, dans le sud-est de la RCA, en coupe réglée depuis mai 2017 sous les ordres de ces milices dites "d'autodéfense", qui affrontent dans les localités environnantes des groupes armés rivaux...
(AFP 02/02/18)
Patrice Edouard Ngaissona, chef de la "coordination antibalaka", un groupe armé centrafricain, a été élu vendredi au comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) après un vote de l'assemblée générale réunie à Casablanca. "Le Maroc est une terre bénie pour moi aujourd'hui", a déclaré M. Ngaissona à l'AFP après le vote de l'assemblée générale de la CAF, organe où il siège en tant que président de la Fédération centrafricaine de football. Sa candidature au comité exécutif a recueilli 30 voix, contre 23 pour le Gabonais Pierre Alain Mounguengui qui briguait comme lui le siège réservé à la zone centrale (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, RD Congo, Sao Tomé & Principe, Tchad) au sein de l'instance dirigeante de...
(Agence Ecofin 02/02/18)
Après l'ouverture de son capital qui a permis, fin 2017, l’entrée du Royaume du Maroc, la Banque de Développement des Etats de l'Afrique Centrale (BDEAC) pourrait bientôt se retrouver sur le marché international des obligations. L'institution de le dit pas expréssement, mais le suggère, lors de la 4e session du comité de pilotage du programme des réformes économique de la CEMAC ( COPIL/PREF-CEMAC), ce vendredi 2 février 2018. Selon des sources fiables, l'institution a inscrit dans son plan stratégique 2017-2022 de se faire noter par une agence de notation internationale, sans dévoiler laquelle. Elle prévoit de le faire assez tôt « afin de mobiliser des ressources conséquentes pour le financement de ce plan d'expansion », a confié un expert proche...
(APA 01/02/18)
APA-Bangui(Centrafrique) - Le Conseil de sécurité de l’Onu a prorogé ce mercredi pour une durée d’un an, l’embargo sur les armes imposé à la République centrafricaine ainsi que l’interdiction de voyager et le gel des avoirs infligés aux personnes ou entités désignées par son comité des sanctions selon des informations recueillies auprès de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA). L’Ambassadeur français qui a proposé la résolution 2399 (2018), adoptée à l’unanimité, par tous les États Membres a expliqué lors du vote que les Etats membres de l’ONU, devront continuer de prendre les mesures...
(APA 01/02/18)
APA-Bangui(Centrafrique) - Jean Serge Bokassa l’un des héritiers de l’Empereur Jean Bedel Bokassa qui a régné sur la Centrafrique de 1963 à 1979, a déclaré ce mercredi, que sa famille ne s’oppose pas à la présence de militaires russes sur les terres ancestrales de Berengo où leur père a été enterré. Il réagissait ainsi aux commentaires suscités par un communiqué, selon lequel ‘’une partie des héritiers Bokassa disent avoir appris avec émoi et consternation la présence de soldats russes sur les terres ancestrales de Berengo’’ Situé à 80 km de Bangui au sud-ouest Berengo est un village où a été installé le domaine qui a abrité à la fin des années 70 la cour de l'empereur Bokassa. Outre des bâtiments...
(Agence Ecofin 01/02/18)
New Way of Working. Tel est le nom de la nouvelle stratégie mise en place par la Banque africaine de développement (BAD) et visant à apporter l’électricité à 29,3 millions de personnes, d’ici à 2020. Cette nouvelle politique a été présentée par Akinwumi Adesina (photo), le président de l’institution, lors d’une rencontre de haut niveau qui s’est tenue, le 28 janvier 2018, au siège de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, à Addis-Abeba. « La BAD est aujourd’hui en première ligne, en ce qui concerne les investissements dans les énergies renouvelables en Afrique. La part des énergies renouvelables dans le portefeuille énergétique de la banque, est passée de 14% lorsque je suis devenu président de l’institution en 2015,...
(AFP 31/01/18)
Le Conseil de sécurité des Nations unies a maintenu mardi un embargo sur les armes visant la République centrafricaine et ajouté, comme critère pour des sanctions, l'incitation à la haine et les attaques contre les travailleurs humanitaires. La proposition de résolution soumise par la France a été adoptée à l'unanimité. Elle doit ouvrir la voie à des sanctions ciblées contre les personnes qui tirent les ficelles du conflit religieux qui déchire la Centrafrique depuis 2013. Depuis le renversement du président François Bozizé, une coalition musulmane, l'ex-Séléka, et des milices pro-chrétiennes qui se disent d'"autodéfense", les "anti-balaka" ou "anti-machettes", se livrent à une guerre sur l'ensemble du territoire pour le contrôle des ressources...
(RFI 31/01/18)
En Centrafrique, l’ONU peut désormais sanctionner les incitations à la haine, qu’elles soient à caractère ethnique ou religieux, et les violences dirigées contre les travailleurs humanitaires. A l’initiative de la France, le Conseil de sécurité a renouvelé mardi 30 janvier, pour un an, le régime de sanctions et l’embargo sur les armes en vigueur depuis 2013. Onze personnes, dont l'ancien président François Bozizé, et deux entités sont actuellement sous le coup d'une interdiction de voyager et/ou d’un gel des avoirs. De nouveaux noms pourraient donc rejoindre la liste très prochainement. Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau Les groupes armés qui opèrent en Centrafrique sont dans le viseur du Conseil de sécurité qui a donc renforcé son arsenal de...

Pages