Jeudi 22 Février 2018
(Journal de Bangui 30/05/13)
Une trentaine d’enfants enrôlés dans les rangs de la coalition Séléka ont été remis ce jeudi 30 mai par le leader de cette ex-rébellion, Michel Djotodia, au Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (UNCEF). Une opération qui a débuté le 27 mai dernier dans la capitale centrafricaine. Ce sont près d’une centaine d’enfants qui ont été déjà remis, selon Souleymane Diabaté, représentant de cette structure internationale. Selon le ministre de la communication Christophe Gazam-Betty, qui a assisté à la cérémonie, «c’est par respect des droits universels de l’homme, qui interdit que les enfants soient associés aux groupes armés, que le gouvernement en partenariat avec l’UNICEF a fait ce travail» Le membre du gouvernement a relevé que c’est pendant l’identification des éléments...
(Journal de Bangui 30/05/13)
Herbert Gontran Djono Ahaba traverse un mois de mai difficile selon Africa Intelligence. Le ministre des mines, du pétrole, de l'énergie et de l'hydraulique de Centrafrique, par ailleurs neveu de Michel Djotodia, le président autoproclamé, a dû faire face ces derniers jours à l'annonce coup sur coup de la suspension (temporaire) de son pays du Processus de Kimberley (PK), organisme de certification de diamants, et de l'Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE). En effet, les responsables de ces dispositifs internationaux de certification pour lutter contre les «diamants du sang» et les autres extractions de minerais illicites, estiment que les contrôles sur les pierres et autres ressources centrafricaines ont quasiment disparu après le coup d'Etat de la Seleka en...
(Centrafrique Libre 30/05/13)
Depuis un certain temps, le pouvoir de Bangui présente une fébrilité déclamatoire provenant d’un disfonctionnement et d’une cacophonie balourde entre les nouvelles autorités (Présidence, Primature et CNT). Dès les premières heures de la gestion du pouvoir par la junte, plusieurs signaux démontrent un certain malaise au sein de l’équipe dirigeante du pays. D’abord, la reconduction du premier ministre Nicolas TIANGAYE par les enturbannés souffre très clairement d’une interprétation idoine par rapport aux termes de l’accord de Libreville. Aussi, le changement brutal du 24 Mars 2013 sonne le glas d’inefficacité de cet accord et remet en cause par la suite l’inamovibilité du premier ministre TIANGAYE. En plus, la mise en place spectaculaire et époustouflante du gouvernement d’union nationale par le premier...
(La Nouvelle Expression 30/05/13)
Alors le parquet de Bangui vient d'ouvrir une enquête pour violation des droits de l'homme à son encontre, l'ancien président centrafricain François Bozizé séjourne toujours au Cameroun malgré la décision de la Ceeac lui donnant la possibilité de trouver asile au Benin. Après avoir été renversé le dimanche 24 mars dernier et trouvé refuge au Cameroun, l'ex-président centrafricain François Bozizé avait accusé le Tchad de son ancien parrain Idriss Déby d'avoir organisé le coup d'Etat. François Bozizé, qui réside depuis à Yaoundé malgré une décision de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac) lui permettant de trouver asile au Benin au cas où il formulerait la demande. Tout se passe comme si François Bozizé tient à rester pour...
(Journal du Cameroun 30/05/13)
Le sommet qui aura lieu à Yaoundé, sera sous l’égide de l’ONU et a pour objectif d’adopter les différents documents validés par les ministres. A moins d’un mois de la tenue du Sommet des Nations Unies sur la lutte contre la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée, le Secrétaire Général de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), SEM Nassour Guelengdouksia Ouaïdou s’est entretenu avec le Ministre camerounais des Relations extérieures, Pierre Moukoko Mbonjo, en marge de la 21ème Session de la Conférence de l’Union Africaine tenue dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba. Les deux interlocuteurs ont scruté, en présence de leurs collaborateurs, le cahier de charge signé au cours de ce mois et qui confère à chaque...
(La Nouvelle Centrafrique 30/05/13)
La Commission de consolidation de la paix des Nations Unies a exprimé mercredi sa profonde préoccupation face à la détérioration de la situation en République Centrafricaine, comme en témoignent l’insécurité, les conditions humanitaires précaires, les violations des droits de l’homme, l’augmentation des cas de violence sexuelle et le recrutement d’enfants soldats. Par le biais de sa configuration République centrafricaine, la Commission, qui a entendu le rapport de la Représentante Spéciale du Secrétaire général, Margaret Vogt, souligne dans un communiqué de presse le risque de voir l’instabilité dans ce pays se propager dans le reste de la sous-région. La Commission de consolidation de la paix (CCP) est un organe consultatif intergouvernemental de l’ONU qui appuie les efforts de paix dans les...
(La Nouvelle Centrafrique 30/05/13)
Quand le ridicule ne tue pas ! D‘entrée comme toujours en RCA, les grands mots : “Session extraordinaire du Conseil National de Transition”. Ca ne pouvait pas être ‘Session ordinaire’ ? Nooooon ! Et extraordinaire pour aller où ? Le CNT n’a aucun mais vraiment aucun pouvoir. Et ce n’est pas en plus avec les bras cassés dont il est constitué qu’il fera quelque chose. Ouverte le 6 mai dernier, et en balbutiant, terminée le 25, enfin….Suspendue le 25, car selon le Président Alexandre Ferdinand Nguendet , tous les sujets à l’ordre du jour n’ont pu être traités dans les délais. Ce qui fait que toute la joyeuse bande se donne rendez-vous de nouveau en Juillet prochain, pour bien sûr...
(La Nouvelle Centrafrique 30/05/13)
Il semble qu’après le calme précaire que la Centrafrique a retrouvé suite à la baisse d’intensité des tirs d’armes et exactions commis par les éléments de la Séléka, tout concourt à un retour à la normalisation de l’Etat. Même si tout n’est pas revenu dans l’ordre en Centrafrique. Quelques signaux prêtent à croire que le pays se cherche afin de se hisser sur la voie de la normalisation de l’Etat. A la différence des pires moments de la croisade criminelle de la Séléka, un début de moralisation est enregistré à Bangui, en dépit des tirs, vols, viols et assassinats qui se font de plus en plus sporadiques. En effet, la persistance de la crise centrafricaine tient à la nature hétéroclite...
(Journal de Bangui 29/05/13)
L’annonce a été faite par le président Sassou Nguesso dans la capitale congolaise. «Nous avons réaffirmé la nécessité pour les Etats de la CEEAC (Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale, dix pays) d'intervenir les tout premiers et en urgence parce que nos Chefs d'Etat-major ont annoncé une série de mesures», a-t-il déclaré à la presse au retour d'Addis-Abeba où il a participé aux festivités du cinquantenaire de l'Union africaine (UA). Évoquant le renforcement des troupes en République centrafricaine, le président a annoncé que: «Nous devons apporter quelque 200 hommes en plus des 150 qui s'y trouvent déjà pour que le contingent du Congo atteigne les 350 hommes. Nous devons le faire dans l'urgence». M. Sassou Nguessso a estimé que...
(Journal de Bangui 29/05/13)
Le Père Aurelio Gazzera, directeur de Caritas du diocèse de Bouar, déplore le manque d’intérêt de tous face à la situation dramatique de la RCA. «Au cours des deux dernières semaines, la principale information sur la Centrafrique véhiculée par les mass médias concernait le massacre de 26 éléphants par des braconniers. Les nombreux morts et blessés ainsi que les viols ou les pillages, par contre, ne suscitent que peu d’intérêt», souligne le carme italien dans un entretien. La République centrafricaine risque ainsi «d’être abandonnée à son sort et de se transformer en enfer». Selon le Père Gazzera, l’ingérence du Tchad et celle du Soudan seraient particulièrement inquiétantes parce que la majorité des rebelles de la Seleka seraient des étrangers ne...
(Le Monde 28/05/13)
Le président de l'Union africaine (UA) a accusé lundi 27 mai à Addis-Abeba la Cour pénale internationale (CPI) de mener "une sorte de chasse raciale" contre les Africains, à l'issue d'un Sommet de l'organisation. "La CPI doit bien voir qu'elle ne devrait pas pourchasser des Africains", a déclaré le premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, président en exercice de l'UA. Il a assuré que "les dirigeants africains ne comprennent pas les poursuites contre" le président kényan Uhuru Kenyatta et son vice-président William Ruto, inculpés depuis janvier 2012 de crimes contre l'humanité. MM. Kenyatta et Ruto, élus respectivement en mars président et vice-président du Kenya sur un ticket commun, sont poursuivis par la CPI pour leur rôle présumé dans l'organisation des terribles...
(RFI 28/05/13)
Le président de transition Michel Djotodia poursuit ses tentatives pour rassurer les leaders religieux sur les présumés projets d’islamisation du pays que certains lui prêtent. Lundi 27 mai, il a reçu tous les leaders des églises évangéliques et protestantes à Bangui, après avoir reçu les catholiques la semaine dernière. Son message est clair : la Centrafrique est un pays laïc et le restera. Comme dans un office religieux, la rencontre s’est ouverte avec la prière. Pour mieux illustrer ses intentions, Michel Djotodia, musulman, a choisi de s’habiller en costume, comme les trois-quarts des leaders religieux présents à la rencontre. Craintes des chrétiens Pour ces derniers, l’inquiétude était grande, avec les faits qui ont émaillé la prise de pouvoir par la...
(RFI 28/05/13)
La République centrafricaine a été suspendue temporairement du processus de Kimberley. Les responsables de ce dispositif international de certification pour lutter contre les « diamants du sang » estiment que les contrôles sur les pierres centrafricaines ont quasiment disparu après le coup d'Etat de la Seleka en mars dernier. Conséquence : la Centrafrique doit faire face à un embargo sur l'exportation de ses diamants. Erve Gotron Djono Habba, ministre centrafricain des Mines et du Pétrole, parle d'une décision « injuste ». La situation du pays sera de nouveau examinée lors de la prochaine session du processus, du 4 au 7 juin prochain, à Kimberley en Afrique du Sud.
(Afrik.com 28/05/13)
Passée près de l’exploit d’une qualification historique lors de la CAN 2013, la Centrafrique a vu l’euphorie qui la portait retomber. Mal embarqués dans les éliminatoires à la Coupe du monde 2014, les Fauves doivent s’imposer face à l’Afrique du Sud pour continuer à espérer être de la fête au Brésil. Une mission loin d’être impossible pour le capitaine, Eloge Enza-Yamissi. Portée par une série de résultats exceptionnels, la République centrafricaine nourrissait de grandes ambitions dans les qualifications pour la Coupe du monde de la FIFA. Malheureusement, les Fauves du Bas-Oubangui traversent actuellement une zone de turbulences. L’instabilité politique qui règne dans le pays obligera l’équipe nationale à disputer son prochain match contre l’Afrique du Sud sur terrain neutre.En dépit...
(La Nouvelle Centrafrique 28/05/13)
La RCA suspendue temporairement du processus de Kimberley. Les responsables de ce dispositif international de certification pour lutter contre les « diamants du sang » estiment que les contrôles sur les pierres centrafricaines ont quasiment disparu après le coup d’Etat de la Seleka en mars dernier. Conséquence : la Centrafrique doit faire face à un embargo sur l’exportation de ses diamants. Réaction du ministre centrafricain des Mines et du Pétrole, Mr Hervé Gotron Djono Habba : “La République centrafricaine est pénalisée par des répercussions pour notre pays, parce que même si nous sommes encore au stade de la production artisanale, la production du diamant représente une part importante dans notre PIB dans notre économie. Annuellement nous faisons une exportation ne...
(La Nouvelle Centrafrique 28/05/13)
Namssene Paulin, un responsable de la Croix-Rouge dans la région de Bossangoa, affirme que des membres de l’alliance rebelle Séléka sèment la peur dans la région avec leurs attaques, et que des villageois se sont enfuis pour se mettre en sécurité. M. Paulin a déclaré lundi que des rebelles étaient arrivés dans le village de Poulissi vendredi à bord de trois véhicules et qu’ils avaient commencé à tuer des villageois. Au moins 25 personnes ont été tuées ce jour-là dans plusieurs villages près de Bossangoa, dont une femme enceinte et un enfant. Associated Press
(La Nouvelle Centrafrique 28/05/13)
Parmi les dossiers abordés au sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, la Centrafrique. Un mini-sommet s’est tenu à l’ambassade du Tchad, hier dimanche 26 mai, et ce, en l’absence de tout représentant du pays puisque celui-ci est suspendu des instances de l’organisation. Comment rétablir la sécurité dans ce pays livré aux bandes armées depuis des mois ? Pas de nouvelle réponse mais les mesures déjà décidées ont été confirmées, à savoir l’augmentation des effectifs de la force de la CEEAC et la reconstruction d’une armée et d’un Etat. La priorité de ce plan est le retour de la sécurité en Centrafrique. Le président tchadien Idriss Deby l’a dit dimanche 26 mai. Les effectifs militaires de la CEEAC, la Communauté économique...
(Afrik.com 27/05/13)
Alors que le monde entier célébrait la fête des mères dimanche 26 mai, les femmes de la Centrafrique manifestaient contre la Séléka pour dénoncer les violences faites aux femmes par ces « engins de morts » (les éléments de l’ex-rébellion), en vue d’interpeler les autorités actuelles et la communauté internationale. C’est d’autant plus marquant que ce sont les mamans de la Centrafrique qui ont manifesté, dimanche 26 mai, à l’occasion de la fête des mères, en pleurant sous le soleil battant, pour exprimer leur ras-le-bol du sort que les éléments de la Séléka leur réservent. Elles étaient plus de 200 à marcher pour interpeller la conscience des autorités centrafricaines et de la communauté internationale afin qu’elles mettent fin à la...
(Afriquinfos 27/05/13)
ADDIS-ABEBA - Une réunion de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), tenue dimanche à Addis-Abeba en Ethiopie sur la crise en République centrafricaine (RCA), a placé le leader de l'ex-rébellion de la Séléka et président de la transition Michel Djotodia sous la contrainte d'une entente avec son Premier ministre Nicolas Tiangaye, a appris Xinhua. Quoique maintenu après la prise du pouvoir de Djotodia le 24 mars à Bangui, Nicolas Tiangaye, nommé à la faveur des accords de paix de Libreville (Gabon) du 14 février, se trouve menacé dans son poste depuis l'adoption récemment par le Conseil national de transition (CNT) présidé par Alexandre Nguendet, un proche de l'ex-chef rebelle, du principe de la motion de censure du...
(Beafrika Sango 27/05/13)
Aux termes du décret présidentiel du 20 mai 2013, la commission mixte d'enquête dotée d'une compétence nationale a pour mission d'enquêter sur les crimes, délits et autres violations des droits humains ainsi que les atteintes aux biens; identifier les auteurs, coauteurs, complices et les victimes; évaluer le préjudice subi pour une éventuelle indemnisation. Les travaux de la commission mixte d'enquête couvrent les faits commis pendant la période allant de 2004 non visés par l'information judiciaire ouverte pour les crimes et autres violations des droits humains imputables à l'ancien régime de François Bozize et celle qui a suivi le changement politique du 24 mars 2013. Pour l'accomplissement de sa mission, la commission mixte d'enquête reçoit les plaintes des victimes et les...

Pages