Dimanche 17 Décembre 2017
(RFI 25/06/13)
L'archevêque de Bangui, Monseigneur Dieudonné Nzapalainga est actuellement en France pour tenter de sensibiliser le gouvernement et l'opinion publique française à ce qui se passe en Centrafrique. Ce mardi 25 juin, il doit rencontrer des représentants du ministère des Affaires étrangères. Hier il s'est entretenu avec des organisations catholiques françaises ainsi qu'avec la presse. A l'occasion de ces échanges, l'archevêque a fait part de ses inquiétudes sur l'évolution de son pays depuis la prise de pouvoir de la Séléka. « La Centrafrique est un pays qui se meurt petit à petit ». Le cri de Monseigneur Dieudonné Nzapalainga est particulièrement alarmiste. Selon l'archevêque, la cohésion nationale est gravement menacée. Non seulement les exactions répétées de la Séléka en direction des...
(RFI 25/06/13)
La tension est montée d’un cran à Bangui, ce lundi 24 juin. La présence militaire a été renforcée dans les rues de la capitale de la République centrafricaine, des établissements scolaires et des administrations ont dû fermer leurs portes avant l’heure normale, sans que l’on connaisse pour l’instant les véritables raisons de ces dispositions. Avec notre correspondant à Bangui Le centre-ville s’est vidé de ses habitants. Des coups de feu ont été entendus. La présence des éléments de la Seleka, un peu plus discrète ces derniers temps, s’est renforcée, ce lundi 24 juin. Des véhicules 4X4, surmontés des mitraillettes et remplies d’éléments de la Seleka ont patrouillé dans la ville. Tôt dans la matinée, la présidence de la République avait...
(Journal de Bangui 25/06/13)
Michel Djotodia a rencontré le week-end dernier les centrales syndicales à Bangui. C’est le président de Transition de la République centrafricaine qui a initié cette assemblée afin de solliciter le concours de tous les acteurs sociaux pour une transition réussie. Il voulait ainsi susciter leur adhésion aux recommandations relatives au Sommet des Chefs d’Etat de la Communauté Economique Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), la sécurisation de la ville de Bangui et la question du versement de salaires aux fonctionnaires et agents de l’Etat. Le Président Michel Djotodia Am Nondroko a informé ses compatriotes de la non-délocalisation du siège de la Communauté Economique Monétaire de l’Afrique Centrale et la question de libre circulation des biens et des personnes dans l’espace CEMAC...
(Centrafrique-Presse 25/06/13)
Plusieurs camionneurs camerounais ont suspendu leurs activités en Centrafrique pour des raisons d’insécurité, une suspension qui ne sera levée que lorsque « toutes les conditions de sécurité seront réunies », a appris APA, lundi, de sources syndicales. La première conséquence de cette décision serait « la famine grandissante » en Centrafrique, une situation qui conforte la position des organisations humanitaires qui font état de plus de 500 mille personnes menacées par la famine. Plus d'un mois après l'assassinat d'un camionneur par des « éléments incontrôlés de la Séléka », du nom de la rébellion qui a pris le pouvoir en mars dernier à Bangui, plusieurs d'entre eux redoutent toujours de desservir la Centrafrique. « Nous avons pris cette décision pour...
(Journal de Bangui 25/06/13)
Les drapeaux seront mis en berne dès ce mardi en hommage au 37 mineurs décédés dans l’éboulement de terre des mines aurifères de Ndassima près de Bambari. Au lendemain de l'éboulement de terre sur les chantiers d'une mine d'or, au centre-est de la République centrafricaine, le bilan, qui s'établissait à 37 morts jusqu'à lundi soir, ne s’est pas alourdi selon Prosper Ndouba, le porte-parole de la présidence centrafricaine. Les chantiers de cette mine se trouvent à Ndassima dans la préfecture de la Ouaka, chef-lieu Bambari, à environ 440 km à l'est de la capitale, Bangui. C'est une zone riche en mine, d'or et de fer. Selon la radio nationale citant des témoins interviewés, le bilan pourrait s’alourdir. Mais en attendant,...
(Le Quotidien du Peuple 25/06/13)
Au lendemain de l'éboulement de terre sur les chantiers d'une mine d'or, au centre-est de la République centrafricaine, le bilan, qui s'établissait à 37 morts jusqu'à lundi soir, "ne s'alourdit pas pour l'instant", a confié à Xinhua Prosper Ndouba, porte-parole de la présidence centrafricaine, joint par téléphone. "C'est une mine artisanale exploitée par une société qui cherche à installer des équipements industriels. En plus c'est pour cela que l'incident a eu lieu", selon le porte-parole, qui a confirmé que toutes les victimes sont de naitonalité centrafricaine et qu'il y a encore beaucoup de blessés. Les chantiers de cette mine se trouve à Ndassima dans la préfecture de la Ouaka, chef-lieu Bambari, à environs 440 km à l'est de la capitale,...
(Afriquinfos 25/06/13)
Au lendemain de l'éboulement de terre sur les chantiers d'une mine d'or, au centre-est de la République centrafricaine, le bilan, qui s'établissait à 37 morts jusqu'à lundi soir, "ne s'alourdit pas pour l'instant", a confié à Xinhua Prosper Ndouba, porte-parole de la présidence centrafricaine, joint par téléphone. "C'est une mine artisanale exploitée par une société qui cherche à installer des équipements industriels. En plus c'est pour cela que l'incident a eu lieu", selon le porte-parole, qui a confirmé que toutes les victimes sont de naitonalité centrafricaine et qu'il y a encore beaucoup de blessés. Les chantiers de cette mine se trouve à Ndassima dans la préfecture de la Ouaka, chef-lieu Bambari, à environs 440 km à l'est de la capitale,...
(Le Pays 25/06/13)
La recrudescence de la piraterie dans le golfe de Guinée est un phénomène aux conséquences graves pour le développement du continent africain. Heureusement que les dirigeants des pays côtiers semblent avoir pris la mesure du péril. En témoigne la tenue du sommet consacré à la sécurité et à la sûreté maritimes, les 24 et 25 juin 2013 à Yaoundé au Cameroun. Une rencontre qui regroupe les dirigeants de la CEEAC (Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale) et de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest). L’objectif de cette première grand-messe sur la sécurité maritime, est de doter chaque pays membre de moyens de lutte plus efficaces et d’organiser une plus grande coopération régionale. On peut dire...
(Le Pays 25/06/13)
L’espoir est-il encore permis de revoir l’icône de la lutte anti-apartheid, Nelson Mandela, « sur pied » ? En tout cas, le brusque changement sémantique de ces dernières 48 heures ne fait pas penser au meilleur. En effet son état de santé s’est brutalement détérioré au point que ses médecins parlent maintenant d’« état critique ». Est-on en train de préparer l’opinion au pire ? Sans aucun doute. En effet, tout être humain naît, grandit et meurt et la Sainte Bible ne passe pas par quatre chemins pour le dire : « Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras poussière ». C’est une évidence, une loi de la nature et nul n’échappera à la Faucheuse. La mort est...
(Journal de Bangui 24/06/13)
Le président de Transition de Centrafrique n’a pas reçu son invitation afin d’effectuer les déplacements pour Yaoundé. Plusieurs chefs d’Etat sont arrivés à Yaoundé toute la journée du dimanche 23 juin 2013 où le principal axe allant de l’aéroport international de Yaoundé à Hilton Hôtel a été mis hors circulation par les autorités camerounaises. Le sommet du Golfe de Guinée s’ouvre ce lundi au Palais des Congrès de Yaoundé Certains en même temps que d’autres présidents arriveront, dont le président ivoirien Alassane Ouattara. Tous les Etats membres du Golfe de Guinée sont représentés à un haut niveau. Tous…, sauf ceux de la République centrafricaine. De source proche de l’ambassade centrafricaine à Yaoundé, le président centrafricain devrait en principe être présent...
(Cameroon-Info.Net 24/06/13)
L’homme fort de la République centrafricaine est le seul chef d’Etat de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale (Cémac) qui n’a pas été convié par le Cameroun au sommet des chefs d’Etat sur la sécurité du Golfe de Guinée. Paul Biya refuse d’adouber l’ex-rebelle au pouvoir en République centrafricaine. «On ne veut pas. On ne veut pas de lui pour l’instant», se confie sous le sceau de l’anonymat, au Messager, un diplomate camerounais en poste au ministère des Relations extérieures. Le fonctionnaire ayant pris part aux travaux préparatoires du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Cééac), de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest...
(La Croix 24/06/13)
L’archevêque de Bangui, capitale de la Centrafrique, Mgr Dieudonné Nzapalainga, dénonce à Paris, lundi 24 juin, la crise humanitaire dont est victime son pays depuis l’arrivée au pouvoir, en mars dernier, des rebelles de la Séléka. Selon lui, l’Église catholique a été particulièrement ciblée par les rebelles. « Notre pays la République centrafricaine vient de vivre, ces derniers mois, une des périodes les plus sombres qu’ait jamais connu un Centrafricain », a alerté l’archevêque de Bangui (République centrafricaine), Mgr Dieudonné Nzapalainga, lors d’une conférence de presse à Paris, lundi 24 juin, consacrée à la crise traversée par la Centrafrique depuis l’arrivée au pouvoir, en mars dernier, de la Séléka (une coalition de mouvements rebelles largement composée de musulmans partis des...
(Journal de Bangui 24/06/13)
Un élément des forces armées centrafricaines a été torturé par des éléments de la Séléka qui ont fait irruption dans ce quartier de la capitale centrafricaine. Selon les versions des faits, aux environs de 7 heures du matin, hier dimanche 23 juin, des éléments de la séléka super équipés, ont pris d’assaut le quartier Boy Rabe. Certains se seraient installés au niveau du lycée Barthélémy Boganda. Cette «opération» avait pour but, selon une source, «de traquer des éléments d’une rébellion qui est en train de se créer au quartier Boy Rabe». Selon cette source, des rumeurs courraient dans la capitale centrafricaine faisant état de la formation d’une force opposante au régime sous le nom de Siriri (paix en Sango). C’est...
(Afrik.com 24/06/13)
Le Directeur de cabinet du (Dircab) ministre d’Etat à la communication, M. Patrice Yazenga a été sauvagement tabassé à son domicile, dans la nuit du vendredi à samedi dernier par un commandant de la Séléka. Et pour cause, l’épouse du commandant qui a également été battue par ce dernier a trouvé refuge dans la maison du Dircab en question. La victime a deux fractures au bras droit et des blessures à la tête. D’où viendra la libération du peuple centrafricain ? Viendra-t-elle des accords de Libreville ? Du nouveau gouvernement mis en place ? Des arguties de Djotodia ? Du changement de comportement des éléments de la Séléka ? Personne ne le sait. Décidément, la nouvelle option pour les hauts...
(Radio Ndeke Luka 24/06/13)
20.000 hommes seront incorporés dans l’Armée Centrafricaine. Le président de la transition Michel Djotodia accepte finalement l’incorporation dans les rangs des Forces de l’Armée Centrafricaine (FACA) des jeunes et autres personnes qui ont intégrés les rangs de l’ex rébellion Séléka ici à Bangui. La décision a été prise le 21 juin dernier à Bangui à l’issue de sa rencontre avec le bureau du Conseil National de Transition et les représentants des centrales syndicales du pays. « Nous avons un sérieux problème. Lorsque notre mouvement a quitté le Nord – Est pour se retrouver à Damara, nous n’avons qu’un effectif de 5000 hommes mais aujourd’hui, nous nous sommes retrouvés avec 20.000 combattants. À Bangui, certains voyous, des chanvreurs et des drogueurs...
(La Nouvelle Centrafrique 24/06/13)
En Centrafrique, des tirs ont été entendus ce vendredi 21 juin à Bangui mais aussi à Bria. Dans cette ville du nord-est du pays, des éléments de la Seleka ont été très près de s’affronter dans les rues de la ville. Aucun mort n’est à déplorer mais l’incident est révélateur des tensions au sein de la Seleka. C’est un banal accident de la route qui a failli mettre le feu aux poudres. Le commandant militaire de la zone assure que rien ne s’est passé mais selon des habitants, Bria a connu hier matin une subite poussée de fièvre. D’après les informations collectées, tout a commencé lorsqu’un élément de la Seleka circulant à moto a renversé un enfant ayant lui-même des...
(Radio Ndeke Luka 24/06/13)
72 heures après une visite de travail au Soudan, le président centrafricain de la transition Michel Djotodia a rencontré successivement ce 21 juin à Bangui des personnalités politiques nationale et internationale. Dans un premier temps, Michel Djotodia a reçu les membres du bureau du Conseil National de Transition (CNT) et les responsables des Centrales syndicales du pays. Des précisions sur sa mission à Libreville et à Khartoum, la question du renouvellement du bureau du CNT étaient au menu de cette rencontre. « Avec mes homologues, on a parlé du CNT. Mais, les chefs d’Etat ont réfuté cette idée de réviser le bureau du CNT » a fait savoir le président Michel Djotodia. Pendant que les chefs d’Etat de la Communauté...
(Journal de Bangui 24/06/13)
Tel est le souhait de nombreux Banguissois que Kangbi-ndara.net a rencontré dans différents coins de la capitale Centrafricaine. Que le Président déchu François Bozizé et sa pierre d’achoppement l’actuel Président de la transition politique centrafricaine Michel Djotodia répondent de leurs actes devant la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes et violations des droits humains. La poursuite judicaire lancée contre l’ancien Président centrafricain François Bozizé suscite encore des réactions dans la capitale centrafricaine, Bangui. Des réactions vives et franches. Tous souhaitent voir les deux hommes politiques trempés dans larmes des centrafricains comparaître devant de la CPI pour des exactions perpétrées en Centrafrique depuis plus d’une décennie. Parmi les nombreuses personnes interrogées sur la voie publique, les bureaux et à leurs...
(AFP 24/06/13)
JOHANNESBURG, 24 juin 2013 (AFP) - L'Afrique du Sud se préparait au pire lundi, réalisant que Nelson Mandela, hospitalisé depuis désormais 17 jours et "toujours dans un état critique", livrait sans doute son dernier combat, alors que les médias du monde entier affluaient à Pretoria. Nelson Mandela "est toujours dans un état critique à l'hôpital. Les médecins font tout leur possible pour s'assurer de son bien-être et de son confort", a déclaré lundi le chef de l'Etat Jacob Zuma devant la presse internationale à Johannesburg. "Je suis allé à l'hôpital hier soir (dimanche)(...) vu l'heure, il dormait déjà, nous l'avons vu, nous avons un peu discuté avec les médecins et avec sa femme Graça Machel. Je ne suis pas en...
(RFI 24/06/13)
Conséquence de la crise en Centrafrique, le bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) estime dans son dernier rapport que 484 000 personnes dans le pays sont en situation d'insécurité alimentaire. Les équipes qui ont effectué l'évaluation de la situation alimentaire ont visité 60 sites en République centrafricaine. Certaines familles ont perdu leurs réserves de nourriture ou du bétail en raison des pillages de la Seleka. La crise prolongée a conduit à une perte de moyens de subsistance. Elle a désorganisé les marchés qui reprennent lentement, mais avec moins de produits alimentaires et des prix plus importants. Le rapport de l’OCHA pointe « un risque élevé » de crise nutritionnelle pendant la période de soudure si...

Pages