Mercredi 25 Avril 2018
(Xinhua 21/08/13)
BANGUI, (Xinhua) -- Le quartier de Boy-Rabe dans le 4ème arrondissement de Bangui, soupçonné de regorger des armes distribuées par le président déchu François Bozizé actuellement en France, reste assiégé depuis dimanche par les éléments de la coalition Séléka. Ce mardi matin, les hommes de la Séléka ont déployé un important dispositif militaire lourdement armé à l'entrée du quartier, qui ont verrouillé les ruelles y menant. Tout passant doit se soumettre à des fouilles. Des habitants ont commencé à quitter pour trouver refuge dans les quartiers environnants. Durant la nuit de lundi à mardi, des tirs à l'arme automatique et de lance roquette ont été entendus dans cette localité et autres coins de la capitale. Le bilan provisoire fait état...
(Journal de Bangui 21/08/13)
Hier mardi 20 août, deux jours après la prestation de serment du président de Transition Michel Djotodia, les hommes de la Séléka ont déployé un important dispositif militaire lourdement armé à l'entrée du quartier, qui ont verrouillé les ruelles y menant. Tout passant devait et doit se soumettre à des fouilles. Des habitants ont commencé à quitter pour trouver refuge dans les quartiers environnants. Le quartier de Boy-Rabe, grande poche de résistance dans le 4ème arrondissement de Bangui, est aujourd’hui soupçonné de regorger des armes qui auraient été distribuées par le président déchu François Bozizé actuellement en France. Durant la nuit de lundi à mardi, des tirs à l'arme automatique et de lance-roquette ont été entendus dans cette localité et...
(RFI 21/08/13)
Une vaste opération de désarmement a débuté ce mardi 20 août dans la matinée dans les quartiers nord de Bangui et s'est poursuivie jusque tard dans la soirée. Quatre anciens membres de la garde présidentielle de François Bozizé ont été arrêtés et des tirs à l’arme lourde et légère ont été entendus. De nombreux habitants ont fui ces zones de la capitale, selon des témoins, qui évoquent également des scènes de pillage. Il y aurait plusieurs morts et de nombreux blessés. Tout a commencé ce mardi matin, dans le quartier de Boy-Rabe. Les hommes de la Seleka ont monté une opération pour trouver des caches d’armes. Au moins quatre personnes de l’ancienne garde présidentielle de François Bozizé ont été arrêtées...
(La Nouvelle Centrafrique 21/08/13)
BANGUI (LNC) — Les choses ont commencé le 17 Août au soir, quand des tirs d’armes lourdes furent entendus du côté du 4ème arrondissement (Boy Rabe). Et information LNC sur le terrain, cela venait d’éléments (ex FACA) toujours ralliés au président déchu François Bozizé. La volonté de ces personnes étaient de protester contre l’investiture de Michel Djotodia qui se faisait le lendemain. La réaction des Séléka ne se fera pas attendre, puisque à peine 48 heures plus tard, une vaste opération de désarmement des quartiers nord fut décidée. Les quartiers de Boy Rabe et Boeing et en extension du côté de l’aéroport Bangui M’Poko sont complètement bloqués – fouilles, ratissage sont toujours en cours. Le ministre de la Sécurité publique,...
(Centrafrique Libre 21/08/13)
La population de la RCA et en particulier celle de Boyrabe continue de souffrir des atrocités de la nébuleuse Séléka. Alors que nos confrères de RFI ont annoncé la mort de seulement 10 personnes, des sources nous affirment qu’il y a en réalité une centaine de personnes, qui auraient été tuées. Un de nos correspondants qui s’est rendu à l’hôpital de l’amitié ce matin, vient de nous préciser avoir personnellement constaté à la morgue de ce mouroir, la présence de plusieurs corps inanimés dont 7 enfants tués par la séléka. Mais où où se trouve l’ancien président des droits de l’homme , le premier ministre Me Nicolas Tiangaye? et Nouredine Adam a t-il réellement été formé pour assurer la sécurité...
(Alwihda 21/08/13)
Le leader des Forces Révolutionnaires pour la Démocratie s'est attaqué au Tchad dans un communiqué trasmis par son secrétaire général, le Capitaine Lakoué et parvenu à Alwihda. Pour lui, le Tchad est responsable de l'instabilité en Centrafrique, il critique notamment l'aide en armement, armes lourdes, légères et matériel militaire. "Nous avons des preuves tangibles que plusieurs responsables politiques et militaires de la Séléka, ont séjourné à N'djaména, sécurisés par les renseignements tchadiens. C’est le cas de Daffane, Nourredine Adam et bien d’autres", poursuit le communiqué. Le FRD a également pris en compte la vente d'un hélicoptère au Tchad par Djotodia et qualifie la Centrafrique de prolongement administratif du Tchad, notamment pendant le règne de Bozizé. La présence militaire tchadienne est...
(Camer.be 21/08/13)
Le chef de poste frontière de Toktoyo à l’Est a été lâchement tué par des rebelles de la Séléka dans la nuit de lundi. C’est exactement à 15 heures et 28 minutes ce mardi 20 août 2013, que le corps inerte et criblé de balles de Ngando Dallé, officier de police de 2è grade (Op2) a quitté Bertoua, le chef-lieu de la région de l’Est, pour Yaoundé sur hautes instructions de Martin Mbarga Nguélé, délégué général à la Sûreté nationale (Dgsn). Ceci après environ une heure d’escale et d’exposition à l’esplanade de l’hôtel de police de Bertoua. Devant une foule de collègues policiers et de curieux, l’émotion était vive et insoutenable face à l’atrocité du drame. Torse nu et vêtu...
(Camereco 21/08/13)
Le syndicat National des chauffeurs professionnels des Transports du Cameroun a saisi le président récemment installé de république centrafricaine, Michel Djotodjia, pour lui faire part de ce que ses membres entreraient en grève si des mesures n’étaient pas prises pour garantir leur sécurité en territoire centrafricain. Dans une lettre adressée par l’entremise de l’organisation sœur centrafricaine, l’Union Syndicale des Conducteurs de Centrafrique, le syndicat camerounais dresse une liste de difficultés dont ils font l’objet de la part de personnes identifiées comme étant du Seleka, le nouveau groupe politique au pouvoir en République centrafricaine. Ce qui au départ semble avoir été admis de tous aurait viré à l’extorsion des fonds avec toujours plus d’argent à payer, du carburant à donner, des...
(Gabon Eco 21/08/13)
Le 14 juin dernier lors du sommet extraordinaire de la CEMAC, les Chefs d'Etats des pays qui composent cette zone économique ont décidé de la libre circulation des citoyens dans cet espace. Cette décision a, depuis lors, suscité un trouble et des questions chez les Gabonais qui voient en cette décision une possibilité d'envahissement du territoire par les populations voisines. C'est pour rassurer les populations que le Chef de l'Etat Ali Bongo Ondimba s'est expliqué sur ce sujet samedi 17 août face la presse gabonaise. Répondant samedi 17 août lors d'un entretien avec la presse, à une question sur le sujet de la libre circulation des personnes en zone CEMAC qui sera effective dès le mois de janvier 2014, le...
(Xinhua 21/08/13)
Les pays africains sont attachés à plusieurs titres à leur partenariat avec les pays des BRICS, a déclaré mardi le président sud-africain Jacob Zuma. "L' avancement de nos programmes de développement socio-économiques est très largement soutenu par nos partenariats tournés vers le progrès, tels que le groupe des BRICS", a déclaré M. Zuma lors de son discours d' ouverture de la première réunion du Conseil commercial des BRICS à Johannesburg. En plus des pays des BRICS, plusieurs pays africains participent à cette réunion destinée à identifier des mesures et initiatives spécifiques pour accroître le commerce, les affaires, l'industrie manufacturière et les liens d'investissement entre les pays des BRICS, d'une part, et entre les pays des BRICS et l'Afrique, d'autre part...
(Le Monde 21/08/13)
Après l'Asie, direction l'Afrique. Le numéro deux mondial du prêt-à-porter, Hennes et Mauritz (H&M), a indiqué vendredi 16 août qu'il allait étendre son réseau de fournisseurs à l'Ethiopie, après avoir concentré 80 % de sa production sur le continent asiatique. Des commandes-tests ont été passées auprès de fournisseurs éthiopiens, qui doivent bâtir des usines dans le pays d'ici à la fin de l'année. Dans un communiqué, le géant suédois reconnait ne pas encore savoir combien de ces fournisseurs seront retenus et quand ces usines seront prêtes. "Nous sommes une entreprise vaste et nous cherchons constamment de nouveaux marchés d'achat potentiels pour garantir que nous avons la capacité de livrer les produits dans tous les magasins. Nous faisons cela en augmentant...
(Jeune Afrique 20/08/13)
Deux jours après l’investiture de Michel Djotodia, le président intérimaire, la tension n’est pas retombée dans le quartier de Boy-Rabe, à Bangui, suspecté par les autorités d’abriter une contestation armée. Le quartier Boy-Rabe, situé dans le 4è arrondissement de Bangui, restait sous tension, mardi 20 août, deux jours après la prestation de serment du président intérimaire, Michel Djotodia. Célèbre pour être l’un des plus agitateurs de la capitale centrafricaine et pour être resté proche de l’ancien président François Bozizé, le quartier avait été bouclé par les autorités à l’approche de la cérémonie. Ce qui n’a pas empêché, dans la nuit de samedi 17 à dimanche 18 août, des tirs, qui ont fait au moins un mort et plusieurs blessés, selon...
(La Nouvelle Centrafrique 20/08/13)
Depuis que la coalition de groupes rebelles de la Séléka a renversé le président en exercice, François Bozizé, en mars dernier, rien ne va plus en République Centrafricaine. Selon les Nations unies, le pays est au bord de l’effondrement, ce qui ne manquera pas d’avoir des conséquences sur un plan sécuritaire, y compris pour les Etats voisins. “La République centrafricaine n’est pas encore un Etat en faillite, mais elle risque de le devenir si des mesures ne sont pas prises rapidement”, a ainsi affirmé, le 14 août, Valerie Amos, secrétaire générale adjointe des Nations unies aux affaires humanitaires, devant le Conseil de sécurité. “Si la situation n’est pas correctement gérée, la crise menace de s’étendre au-delà des frontières de la...
(Radio Ndeke Luka 20/08/13)
Le gouvernement demande aux notables et aux représentants de la jeunesse de dénoncer les fauteurs de troubles du quartier Boy Rabe dans le 4ème arrondissement. Les autorités militaires se proposent de prendre leurs responsabilités pour restaurer l’autorité de l’Etat dans cette partie de Bangui. Cet ultimatum a fait l’objet ce lundi d’une réunion d’urgence de sécurité entre les autorités militaires et les chefs de quartier et de groupe dudit arrondissement. Les crépitements d’armes lourdes et automatiques entendus dans la nuit du samedi à dimanche dernier dans le 4ème arrondissement ont conduit ces autorités à organiser cette rencontre. Les responsables des forces de défense et de sécurité somment les autorités locales de Boy Rabe de dénoncer les responsables et les fauteurs...
(RFI 20/08/13)
Panique dans le quartier de Boy-Rabe, situé dans le 4e arrondissement de Bangui, un jour seulement après la prestation de serment de Michel Djotodia. En effet, la majorité des habitants du quartier ont déjà évacué la zone, à cause des rumeurs d’attaque des hommes de la coalition Seleka. Des tirs à l’arme automatique et légère ont été entendus dimanche dans la matinée de la prestation de serment de Michel Djotodia à la tête de la transition. Les ex-rebelles de la Seleka et les jeunes de Boy-Rabe se rejettent la responsabilité. A l’issue d’une réunion tenue lundi 19 août, les nouveaux maîtres de Bangui promettent des représailles, afin de restaurer l’autorité de l’Etat dans le quartier. Boy-Rabe est reconnu comme l’un...
(Journal de Bangui 20/08/13)
Les rumeurs qui circulaient autour d’un recrutement parallèle pour l’incorporation des jeunes gens dans l’armée nationale sont confirmées par le fait que le Président de la République, ministre de la Défense nationale Michel Djotodia l’a ordonné il y a déjà quelques temps. De sources proches du dossier, le Président de la Transition aurait ordonné à un sous-officier de la garde présidentielle de faire enregistrer des éléments de l’ex-rébellion la Séléka qui désireraient s’engager dans l’armée. Ce sous-officier, en faisant la liste aurait glissé les noms de certains jeunes désœuvrés qui ont manifesté depuis longtemps la volonté de s’engager dans l’armée nationale. Depuis, tous les jours au Camp de Roux du côté de l’Etat-major des armées ainsi que de la présidence...
(La Nouvelle Centrafrique 20/08/13)
La présence militaire tchadienne en Centrafrique se consolide malgré les polémiques qu’elle a suscitées ces derniers temps. De nombreux soldats tchadiens avec des matériels de combat de haute gamme ont atterri à Bangui le week end dernier, officiellement dans le cadre de la MISCA. Mais cette augmentation d’effectif et le renforcement de capacité militaire sont du genre à relancer les débats sur les intentions cachées du Tchad en RCA. La capacité militaire tchadienne s’est consolidée en Centrafrique. Entre vendredi et samedi, les autorités tchadiennes ont dépêché trois vols à destination de Bangui, capitale centrafricaine. Selon des sources concordantes, un gros porteur a fait deux fois N’djaména Bangui, le week end dernier. Selon les mêmes sources, ce gros porteur transportait non...
(Journal du Tchad 19/08/13)
Outre le Chef de l’Etat tchadien, le Chef de l’Etat congolais Denis Sassou Nguesso, médiateur dans la crise centrafricaine était présent. La cérémonie officielle de prestation de serment et d’investiture du Président centrafricain de transition Michel Djotodia a eu pour cadre, le siège de l’Assemblée nationale devant de nombreux invités de marque et plusieurs délégations. Outre le Chef de l’Etat Idriss Deby Itno, la cérémonie a vu la présence du Chef de l’Etat congolais Denis Sassou Nguesso, médiateur dans la crise centrafricaine, mandaté par les Chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC). La prestation de serment du Président centrafricain de transition s’est déroulée dans une ambiance des grandes fêtes. En prêtant officiellement serment devant les membres...
(RFI 19/08/13)
La transition en République centrafricaine a démarré ce dimanche 18 août, avec la prestation de serment du président intérimaire Michel Djotodia. Cette phase va durer 18 mois, à l’issue desquels un scrutin démocratique doit être organisé. Deux chefs d’Etat africains, le Tchadien Idriss Déby et le Congolais Denis Sassou Nguesso, ont pris part à cette investiture. La cérémonie d’investiture de Michel Djotodia à la tête de la transition centrafricaine a commencé avec un léger retard, lié à l’arrivée des présidents du Congo-Brazzaville et du Tchad, invités à cette cérémonie. Denis Sessou Nguesso était présent en sa qualité de médiateur de la crise en Centrafrique. Idriss Déby, comme président de la Communauté économique de Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), qui a...
(Journal de Bangui 19/08/13)
Les présidents, congolais Denis Sassou Nguesso, médiateur dans la crise centrafricaine, et tchadien, Idriss Déby Itno, président en exercice de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) ont honoré de leur présence la cérémonie du Palais du Peuple de Bangui. Cette prestation de serment clôt l'organisation du dispositif institutionnel de transition, après la création d'un Parlement provisoire (le Conseil national de transition, CNT), et d'une Cour constitutionnelle de transition, dont la mise en place avait été réclamée par les chefs d'Etat de la CEEAC lors d'un sommet en avril 2013 pour donner une assise juridique au nouveau régime. "Moi, Michel Djotodia Am Non Droko, je jure devant Dieu et devant la nation, d'observer scrupuleusement la charte constitutionnelle de transition,...

Pages