Lundi 25 Septembre 2017
(AgoraVox 11/06/13)
Depuis son invasion programmée du Mali, François Hollande est présenté dans les médias d'Etat comme "un chef de guerre". C'est par ce sobriquet qu'il est usuellement désigné lorsqu'il s'agit d'évoquer la situation au Mali. Ainsi plusieurs titres de l'AFP reprennent cette dénomination. Le 30 avril 2013 l'AFP émet une dépêche intitulée : "Hollande s'est imposé en chef de guerre dès le début de son mandat". Cette désignation est présentée par les journalistes avec une valence positive. Pourtant le paradoxe vient d'une dépêche de l'AFP en date du 5 juin où l'on présente François Hollande comme le chef de guerre ayant reçu un prix décerné par l'UNESCO pour la paix au Mali : "Hollande, chef de guerre, récompensé pour la paix...
(Centrafrique Libre 11/06/13)
La RCA est mise sous la tutelle du Congo pour la gestion de ses ressources humaines et par le Tchad pour les questions militaires. Comme une personne âgée en perte d’autonomie à domicile, où en maison de retraite, la RCA après son occupation par des bandes armées étrangères, et l’immaturité de ses dirigeants à proposer des solutions idoines pour sortir de la crise, est placée sous la tutelle du Congo par les Nations Unies. La RCA est considérée comme une mineure dont les actes sont nuls en droit et dont les biens doivent être gérés par un tiers. Le Congo a été désigné par les chefs d’état de la CEEAC chapeauté par la France pour gérer la transition Centrafricaine et...
(Afrik.com 11/06/13)
Le président de la transition de la Centrafrique, M. Michel Djotodia est officiellement invité à participer au sommet de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) qui se tiendra à Libreville, la capitale gabonaise, le 14 juin. Un véritable sceau de légitimité pour le président autoproclamé. Le clou de la reconnaissance sous-régionale de Michel Djotodia sera sa participation au sommet de la la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) qui se tiendra le 14 juin prochain à Libreville, la capitale gabonaise. Selon l’information mise en ligne par LNC, « le nouvel homme fort de Bangui a été officiellement invité à participer à ce sommet, une invitation qui lui a été remise récemment par un émissaire du...
(Cameroonvoice 11/06/13)
Réunis pour la dernière fois en juin 2012 en République centrafricaine, les membres de l’organe le plus important de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale devraient se retrouver ce vendredi au Gabon, sauf changement de dernière minute. Ce vendredi 14 juin 2013, les 6 chefs d’Etats de la sous-région Afrique centrale pourraient bien se réunir à Libreville pour une rencontre exceptionnelle au centre de laquelle on retrouve le dossier centrafricain sous deux déclinaisons. D’abord, la question de l’adoubement de Michel Djiotodia par ses pairs de la sous-région. Car ce dernier n’avait pas été reçu à Yaoundé au cours de sa tournée effectuée après son coup de force à Bangui. Ensuite, l’épineux problème de la délocalisation du siège de...
(Journal de Bangui 11/06/13)
Un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale est prévu le 14 juin prochain dans la capitale gabonaise. Le président de transition centrafricain Michel Djotodia, leader de l'ex-coalition rebelle de la Séléka, a été officiellement invité à participer au prochain sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC), qui se tiendra le 14 juin 2013 à Libreville au Gabon. L’information émane d'une source du Conseil national de transition (CNT) à Bangui qui ajoute que l’invitation a été remise au nouvel homme fort de Bangui, par un émissaire du président gabonais Ali Bongo Ondimba. Reconnu par ses pairs de la CEMAC (organisation régionale...
(RFI 11/06/13)
Une quarantaine de responsables de toutes les confessions religieuses débattent depuis lundi 10 juin à Bangui autour du thème « conflit et médiation ». Une initiative de l'organisation internationale Mercy Corps, visant à atténuer les tensions religieuses de plus en plus fortes dans le pays, depuis décembre, date du début des hostilités enclenchées par les rebelles de la Seleka. Dans leur course vers Bangui en décembre dernier, les rebelles de la Seleka se sont mis à attaquer des édifices religieux. Ainsi, des églises ont été pillées et saccagées. C’est pour éviter tout embrasement de la situation que l’ONG Mercy Corps a organisé cette rencontre, comme l’explique Carla Locké, responsable du programme : « A travers nos activités dans l’arrière-pays et...
(AFP 11/06/13)
JOHANNESBURG, 11 juin 2013 (AFP) - L'hospitalisation de Nelson Mandela, admis à 94 ans dans un état grave pour une infection pulmonaire à répétition, se prolongeait mardi pour la quatrième journée consécutive dans une clinique de Pretoria désormais sous surveillance policière. Lundi soir, une cordon de police a été érigé devant l'accès principal du Mediclinic Heart Hospital, dont la présidence sud-africaine n'a pas confirmé officiellement qu'on y soignait le héros de la lutte anti-apartheid. Mais les médias du monde entier campent devant cet établissement privé en attendant des nouvelles après y avoir vu entrer plusieurs membres de la famille ces derniers jours. Depuis mardi matin, les voitures circulant aux abords de cette clinique spécialisée sont soumis à une fouille minutieuse,...
(Journal de Bangui 10/06/13)
Décidément les promesses mirobolantes et pétaradantes du président de la transition contribuent davantage à la crispation de l’environnement sociétal. Depuis l’accession du nouvel homme fort au pouvoir, il ne se passe pas un seul instant sans qu’il fasse des promesses de façon spontanée à l’endroit de la population. Tantôt il promet l’éradication de la rébellion ougandaise de Joseph Kony dans un laps de temps, tantôt il bassine les fonctionnaires en leurs promettant le versement de deux (2) mois de salaires…Aussi le président de la transition pèche le plus souvent par orgueil en s’imposant comme l’homme des dossiers brûlants et prétendant même sans ambages la formation immédiate du nouveau gouvernement de la transition alors que le délai imparti est largement dépassé...
(Afrik.com 10/06/13)
Le 4 juin dernier, les troupes de la coalition Séléka ont lancé une nouvelle offensive sur les éléments du Front démocratique centrafricain (FDPC) d’Abdoulaye Miskine. Le bilan officiel fait état de quatre morts, deux blessés et des prisonniers dans les rangs du FDPC sans oublier d’importants matériels récupérés après la mise en débandade de ces éléments. Cette attaque remonte au 4 juin dernier, lorsque une mission de la Séléka a lancé un assaut sur une bande du Front démocratique centrafricain (FDPC) du général Martin Koumta Madji alias Abdoulaye Miskine. L’affrontement a eu lieu dans la région de la Nana-Mambéré, localité située à quelques kilomètres de la ville de Bouar. L’attaque a été éclair à cause de la force de frappe...
(Zenga-Mambu.com 10/06/13)
Le Premier ministre, Me Nicolas Tiangaye et le ministre délégué aux fiances viennent de rentrer au pays après une mission éclaire au Congo. A leur arrivée, le chef du gouvernement de transition en République centrafricaine annonce 25 milliards de Francs CFA accordés par le Congo- Brazzaville à la Centrafrique, en vue du paiement des salaires des fonctionnaires et agents de l’Etat. L’actualité en République centrafricaine, c’est l’attente du nouveau gouvernement de transition, mais également celle du paiement des salaires des fonctionnaires et agents de l’Etat. Au total, l’Etat doit deux mois de salaire à ses employés, notamment les mois d’avril et mai. A n’en point douter, la situation économique et financière de la République centrafricaine est somme toute chaotique. Ce...
(Journal de Bangui 10/06/13)
Plus de 72 heures après la première annonce et après le retour du PM Nicolas Tiangaye, d’un bref séjour à Brazzaville au Congo, la recomposition de son équipe de travail tarde. La République centrafricaine (RCA) pourra se doter dès ce week-end ou au début de la semaine prochaine d'un nouveau gouvernement de transition avec toujours à sa tête Nicolas Tiangaye désigné Premier ministre de consensus par les accords du 11 février à Libreville au Gabon, a annoncé une source du Conseil national de transition (CNT) à Bangui. La même annonce avait déjà été faite il y a quelques jours, alors que le président de transition, revenait d’un bref séjour à Brazzaville au Congo. Cette fois-ci, qu’on espère la bonne, l’annonce...
(Congo-Liberty 10/06/13)
Le Congo a accorde a la Centrafrique un prêt de 25 milliards de FCFA (38,1 millions d’euros), pour aider le processus de transition en cours a Bangui, a déclaré samedi a la radio nationale le Premier ministre centrafricain, Nicolas Tiangaye. « Vous connaissez tous la situation financière de notre pays avec la crise que nous avons traversée et qui n’est pas terminée. Nous ne pouvons pas faire face a nos engagements. L’Etat est confronte a des difficultés de trésorerie et c’est la raison pour laquelle j’ai demandé au gouvernement congolais de nous accorder un prêt », a déclaré M. Tiangaye au retour d’une visite de travail à Brazzaville. « La convention de ce prêt a été signée pour un montant...
(Journal de Bangui 10/06/13)
Le prêt obtenu par la délégation du PM Nicolas Tiangaye à Brazzaville, vise à régler les arriérés de salaires des fonctionnaires. "Vous connaissez tous la situation financière de notre pays avec la crise que nous avons traversée et qui n'est pas terminée. Nous ne pouvons pas faire face à nos engagements. L'Etat est confronté à des difficultés de trésorerie, et c'est la raison pour laquelle j'ai demandé au gouvernement congolais de faire un prêt", a déclaré M. Tiangaye au retour d'une visite de travail à Brazzaville. Il était accompagné du ministre délégué aux finances. A leur arrivée, le chef du gouvernement de transition en République centrafricaine a annoncé que 25 milliards de Francs CFA (38,1 millions d'euros), avaient été accordés...
(Cameroon-Info.Net 10/06/13)
En lançant un mandat d'arrêt international contre l'ex-Président centrafricain, François Bozizé, réfugié à Yaoundé, le Président de la transition centrafricaine défie Paul Biya. Quelle mouche a donc piqué le Président de la transition centrafricaine pour émettre un mandat d'arrêt international contre son prédécesseur, François Bozizé, alors qu'il eût été fait pour lui de venir rencontrer Paul Biya pour trouver une issue au problème. Dans l'entourage du Chef de l'Etat camerounais, on considère que c'est un geste ouvert à ses homologues, à ses pairs de la sous-région qui essaient de comprendre ce qui a poussé le Président de la transition centrafricaine pour qu'il agisse de la sorte. Par qui Michel Djotodia a été poussé, conseillé d'agir de la sorte? Pourquoi a-t-il...
(RFI 10/06/13)
L’équipe de la République centrafricaine n’ira pas à la Coupe du monde 2014. La sélection centrafricaine s’est inclinée une fois de trop ce 8 juin 2013 à Yaoundé, au Cameroun, face à l’Afrique du Sud. Les Centrafricains, battus 3-0, ne peuvent plus finir en tête du groupe A. Le rêve de Coupe du monde des Fauves du Bas-Oubangui n’aura pas duré plus de quatre journées. Une troisième défaite en quatre matches a en effet été fatale à l’équipe de la République centrafricaine, ce 8 juin 2013. Les Centrafricains se sont inclinés 3-0 face à l’Afrique du Sud, à Yaoundé au Cameroun, dans une rencontre disputée loin de Bangui, jugée trop dangereuse. Les buts sud-africains ont été inscrits par Bernard Parker...
(AFP 10/06/13)
JOHANNESBURG (AFP) - (AFP) - L'ex-président sud-africain Nelson Mandela a passé dimanche une troisième nuit à l'hôpital où il a été admis dans un état "préoccupant", laissant l'Afrique du Sud en prières, partagée entre inquiétude, résignation et le souhait que sa fin de vie reste digne. Rien de nouveau ne filtrait ce lundi matin sur son état, la présidence n'ayant toujours pas divulgué d'information depuis l'annonce de son hospitalisation dans la nuit de vendredi à samedi pour une infection pulmonaire récidivante. Un mutisme sans doute lié à l'absence d'évolution majeure dans un sens ou dans un autre et, jusqu'à nouvel ordre, le dernier bulletin de santé --état "préoccupant mais stable"-- reste valable. Selon des journalistes, Mandela aurait reçu deux fois...
(AFP 09/06/13)
PRETORIA (AFP) - (AFP) - L'Afrique du Sud attendait dimanche avec fatalisme des nouvelles de la santé de l'ex-président Nelson Mandela, hospitalisé la veille dans un état "préoccupant" pour une pneumonie, et beaucoup de ses compatriotes exprimaient le voeu que leur bien-aimé "Madiba" puisse simplement finir sa vie "dans la dignité". Le héros de la lutte contre l'apartheid, qui fêtera ses 95 ans le 18 juillet, faisait la une des journaux du dimanche. Mais la présidence n'avait toujours donné aucune information sur son état depuis l'annonce de son hospitalisation, dans la nuit de vendredi à samedi. Samedi matin, le porte-parole de la présidence avait simplement indiqué qu'il souffrait d'une rechute de sa pneumonie, et que son état s'était aggravé dans...
(AFP 08/06/13)
JOHANNESBURG (AFP) - (AFP) - L'ancien président sud-africain Nelson Mandela, 94 ans, idole de tout un peuple, a de nouveau été hospitalisé samedi pour une infection pulmonaire et se trouve dans un état "préoccupant mais stable", a annoncé la présidence sud-africaine dans un communiqué au ton plus grave que d'ordinaire. "Ce matin vers 01H30 (23H30 GMT vendredi) son état s'est détérioré et il a été transféré dans un hôpital de Pretoria. Son état est toujours préoccupant mais stable", a dit le porte-parole de la présidence Mac Maharaj, qui s'est contenté de lire le communiqué. "Madiba", comme l'appellent affectueusement ses compatriotes, fêtera ses 95 ans le 18 juillet. Il est apparu très affaibli sur les dernières images de lui qui ont...
(ARIB.INFO 08/06/13)
Le président congolais Denis Sassou Nguesso insiste pour que le Burundi participe à la force de la Ceeac présente en Centrafrique. La réponse de Pierre Nkurunziza se fait attendre. Au mois de mai, Denis Sassou Nguesso, le président congolais, avait dépêché à Bujumbura Basile Ikouébé, son ministre des Affaires étrangères, pour discuter avec le président Nkurunziza de l'éventuelle participation de cinq cents soldats burundais à la force de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (Ceeac), déployée en Centrafrique (où le Congo vient pour sa part de dépêcher deux cents hommes supplémentaires). Bujumbura avait promis d'examiner la question. Or, après la rencontre Sassou-Nkurunziza en marge du sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba, il apparaît que le Burundi n'est pas...
(Libération 08/06/13)
Témoignages Des expatriés évoquent les heures terribles vécues dans la capitale, Bangui, au lendemain de l’arrivée des rebelles de la Seleka, en mars. Après avoir quitté un pays en plein chaos, certains expatriés ont bien voulu nous confier leurs témoignages évoquant les heures terribles qu’ils ont vécues dans la capitale centrafricaine au lendemain de l’arrivée des rebelles de Seleka. Rémi, responsable d’une ONG française à Bangui: «A 7h45, le dimanche 24 mars, alors que nous prenions ensemble (moi et mes cinq collègues, tous Français enregistrés auprès du consulat) le petit déjeuner après une nuit d’inquiétude, nous avons entendu notre premier tir de mortier. Ce n’était que le premier d’une longue série, sur fond de tirs à la mitrailleuse lourde ou...

Pages