Mercredi 23 Août 2017
(Journal de Bangui 01/07/13)
Il a été officiellement lancé par le PNUD en partenariat avec Caritas Centrafrique, en l’église Notre Dame d’Afrique. Suite aux différents évènements survenus en République centrafricaine, les petites unités de production qui faisaient vivre les communautés de bases ont été détruites pour la plupart, amenant la population à vivre dans une situation de précarité aiguë. La misère dans laquelle les habitants sont soumis est arrivée à un niveau critique, touchant les groupes les plus vulnérables que sont les enfants et les femmes. Pour cela, Caritas Centrafrique en partenariat avec le PNUD a lancé le projet « offre de services financiers aux communautés affectées par la crise armée pour la reconstitution des moyens de subsistance à Bangui et dans les provinces...
(Radio Ndeke Luka 01/07/13)
3 morts dont 2 éléments de Séléka, 1 civil et 25 blessés civils et militaires confondus. C’est le bilan des heurts qui ont opposé dans l’après-midi du vendredi 28 juin à Bangui, des éléments de Séléka à la population de Gobongo dans le 4ème Arrondissement de Bangui. Les blessés sont repartis entre l’Hôpital communautaire et l’Hôpital de l’Amitié, dont 14 reçoivent pour l’instant des soins à l’hôpital communautaire. « Ces blessés sont venus de différents quartiers de Bangui à savoir : Gobongo, Pk 12, Benz-vi, Boy rabe, Yangato et Galabadja sinistré. L’hôpital communautaire éprouve des difficultés sur le plan médical pour secourir ces derniers. C’est grâce au don de l’Unicef et de la diaspora centrafricaine que cet hôpital a pu...
( 01/07/13)
Depuis la prise de pouvoir par la coalition Séléka, la République Centrafricaine subit inexorablement sa descente aux enfers, dans l’indifférence presque générale. Les populations sont à la merci des envahisseurs soudanais et tchadiens. Les droits de l’homme sont violés en permanence. Les tueries, enlèvements, tortures, pillages, viols, massacres et humiliations sont généralisées. Les chrétiens sont tout particulièrement touchés. Les innombrables chefs de guerre se sont emparés des régions et ont créé des fiefs qui échappent au contrôle du gouvernement. La RCA vit dans la terreur totale et sa population est dans un état mental désastreux. Il n’y a pas de capitaine sur le bateau Centrafrique. Michel Djotodia l’autoproclamé n’a aucune autorité sur la multitude de groupes hétéroclites qui écument l’ensemble...
(Journal de Bangui 01/07/13)
Il est soupçonné de recruter des mercenaires et d'acheter des armes. Le ministre centrafricain des Eaux et forêts, Mohamed Dhaffane, une des figures de l'ex-coalition rebelle Séléka aujourd'hui au pouvoir, a donc été limogé ce dimanche 29 juin 2013. Il a été mis aux arrêts puis placé en garde en vue en attendant une perquisition à son domicile, a déclaré à l'AFP le ministre de la Communication Gazam Betty. Selon lui, tout porte à croire que le général Dhaffane recrutait des mercenaires et achetait des armes (...) on ne sait pour quelle raison), a précisé M. Gazam Betty, lui aussi issu du Séléka. De plus, [i ces mercenaires se livrent à des actes de débordements qui ternissent l'image du chef...
(Afriquinfos 01/07/13)
Plus de trois mois après la prise du pouvoir par la rébellion Séléka, accusée de multiplier pillages et exactions sur les civils, l'instabilité perdure en Centrafrique, où de nombreuses ONG pointent du doigt une grave crise humanitaire.Le dernier incident à Bangui date de vendredi soir, où des heurts ont éclaté entre civils et hommes du Séléka dans le nord de la capitale, faisant six morts et 25 blessées, selon une source policière. Ces violences faisaient suite à une manifestation qui a dégénéré après la mort d'un étudiant enlevé jeudi par des membres de l'ancienne rébellion arrivée au pouvoir en mars après dix ans du régime de François Bozizé. Les tensions se sont ensuite propagées dans plusieurs quartiers de la capitale,...
(Le Quotidien du Peuple 01/07/13)
Une certaine accalmie était observée samedi après des heurts sanglants la veille opposant des éléments des ex-rebelles de la Séléka (au pouvoir) et des civils à Bangui, la capitale de la République centrafricaine (RCA), où un proche du pouvoir de Michel Djotodia a jugé la situation sociale " extrêmement explosive", appelant à l'aide de la communauté internationale. "Aujourd'hui, la situation était calme toute la journée", a déclaré samedi soir à Xinhua Prosper Ndouba, porte-parole de la présidence centrafricaine, qui a qualifié de "poussée de fièvre" des échauffourées ayant opposé vendredi à Bangui des combattants de l'ex-coalition rebelle de la Séléka et des civils, causant entre un et six morts, selon différentes sources. Sans établir les responsabilités de ces incidents qui...
(AFP 30/06/13)
Johannesburg (AFP) - Le président américain Barack Obama, en visite en Afrique du Sud, doit annoncer dimanche un plan de sept milliards de dollars destiné à faciliter l'accès à l'électricité en Afrique sub-saharienne, a déclaré la Maison Blanche. M. Obama doit annoncer cette initiative sur cinq ans, baptisée "Power Africa", lors d'un discours à 18H00 (16H00 GMT) à l'Université du Cap (UCT). Power Africa est décrit par la Maison Blanche comme "une nouvelle initiative visant à doubler l'accès à l'électricité en Afrique subsaharienne". "Plus des deux tiers de la population de l'Afrique subsaharienne vivent sans électricité, et plus de 85% des habitants des zones rurales n'y ont pas accès. Africa Power va s'appuyer sur l'énorme potentiel énergétique de Afrique, y...
(AFP 29/06/13)
BANGUI (AFP) - Six personnes ont été tuées et 25 autres blessées vendredi soir à Bangui dans des heurts entre civils et hommes de la coalition Séléka, au pouvoir depuis fin mars en Centrafrique, a-t-on appris de source policière. Ces violences ont éclaté "à la suite de graves incidents survenus hier (vendredi) soir à Gobongo" un quartier nord de Bangui, après la mort d'un étudiant enlevé jeudi par des membres de l'ancienne rébellion, a expliqué la même source. "Des manifestants pour la plupart des jeunes, ont érigé des barricades et brûlé des pneus sur la voie publique, pour exprimer leur colère après la découverte du corps d'un étudiant de l'Ecole nationale des arts habitant le quartier et qui a été...
(RFI 29/06/13)
Des tirs et des pillages se sont produits vendredi 28 juin à Bangui, une capitale centrafricaine en proie à l'insécurité du fait des exactions de certains éléments de la Séléka, la coalition qui a pris le pouvoir il y a trois mois. Vendredi, ce sont visiblement les protestations des jeunes du quartier de Gobongo, après la mort de l'un des leurs, qui ont été réprimées dans le sang par des éléments de la Séléka. Selon plusieurs témoignages, c'est la mort d'un jeune homme enlevé jeudi par des éléments de la Séléka qui a mis le feu aux poudres dans le quartier de Gobongo. Des jeunes ont érigé des barricades en signe de protestation. Et des éléments de la Séléka sont...
(RFI 29/06/13)
En Centrafrique, Bangui est sous le feu depuis la tombée de la nuit, ce vendredi 18 juin. Des éléments de la coalition Seleka tirent à l'arme lourde et légère dans tous les quartiers de Bangui. On ignore les véritables raisons, mais tout était parti de l'assassinat d'un étudiant par les éléments de la rébellion au pouvoir en mars, entraînant des manifestations de la part des jeunes de son quartier. Bangui présente ce vendredi soir un spectacle de ville en guerre. On entend des tirs à l'arme lourde, des populations sont en fuite et des morts ont été évacués vers des hôpitaux. Tout a commencé vendredi 28 juin, après l'assassinat d'un étudiant de l’école nationale de la magistrature, par la Seleka...
(Radio Okapi 29/06/13)
Plus de mille six cents ménages des réfugiés centrafricains vivant à Bondo (Province Orientale) refusent de se rendre dans le territoire d’Ango où le Haut commissariat pour les réfugiés a aménagé un camp pour eux. Ces réfugiés préfèrent rester dans les localités de Baye, Ndu et Nzere, à plus de 500 kilomètres au nord de Kisangani où ils vivent. Selon le président de la société civile de Bondo, Evariste Booto, ces réfugiés disent craindre la présence des groupes résiduels des rebelles ougandais de la LRA, des bandits appelés « Ouda », des braconniers et des Mbororo, ces éleveurs étrangers armés qui commettent des exactions sur les populations dans le territoire d’Ango. «Depuis que l’opération est déclenchée, il n’y a que...
(Jeune Afrique 28/06/13)
Soixante-deux personnes sont mortes dans l'effondrement d'une mine d'or dû à de fortes pluies, dimanche, à Ndassima, dans le centre de la Centrafrique, selon le dernier bilan communiqué vendredi par la préfecture de la Ouaka (centre). "En tout 62 personnes sont mortes dans ce drame. 37 corps ont pu être sortis (. . . ) mais au moins 25 personnes sont portées disparues à ce jour selon les vérifications et les recherches faites auprès des parents et proches", a déclaré à l'AFP une source au sein de la préfecture. Ces personnes disparues "sont restées sous les terres à une profondeur inaccessible. Les recherches ont pris fin. Ceux des parents qui n'ont pas vu leurs proches ne peuvent être assurés de...
( 28/06/13)
Les ONG ont souligné plusieurs aspects alarmants de la crise humanitaire qui sont susceptibles de s'aggraver à l'approche de la saison des pluies : -plus de 60 000 enfants et familles souffrent d'une grave pénurie alimentaire. -plus de 200 000 enfants et familles ont été forcés de fuir leur domicile au cours des six derniers mois et ont besoin d'urgence d'un hébergement, de nourriture et de soins médicaux. -a plupart des centres de santé du pays sont fermés depuis plus de 6 mois, et la population est privée des services les plus élémentaires. -près d'un million d'enfants n'iraient plus à l'école, et des centaines de milliers ont manqué pratiquement toute une année scolaire, les écoles ayant été fermées pour des...
(Agence Centrafrique Presse 28/06/13)
Bangui, 31 mai (ACAP) Quarante et un enfants âgés entre 14 et 17 ans ont été libérés les 27 et 28 mai dans la Capitale suite à une série de réunion entre l’Unicef et le Président Michel Djotodia Am Nondroko, jeudi 30 mai 2013 à Bangui. « La libération de ces enfants est juste la première étape. Nous nous sommes engagés à veiller à ce que chaque enfant dans les groupes armés en RCA soit libéré et réintégré dans la société, et j’ai reçu l’assurance que nous pouvons nous attendre à davantage d’enfants libérés dans les jours et semaines à venir », a déclaré le Représentant de l’Unicef Souleymane Diabaté. « L’Unicef travail avec le gouvernement de la RCA pour...
(La Nouvelle Centrafrique 28/06/13)
Trente-six assaillants capturés lors de leurs attaque du 24 mai sur la ville d’Obo dans le sud-est de la République centrafricaine, sont déjà transférés aux leur pays d’origine, le Soudan et la République démocratique du Congo, a annoncé jeudi un officier des Forces armées centrafricaines(FACA), qui a requis l’anonymat. C‘est avec l’accord du gouvernement centrafricain et des autorités des pays originaires de ces personnes, qui se réclamaient d’un certain Mouvement de marche populaire pour la démocratie centrafricaine (MMRDC), que cette opération a été effectuée, selon cette source. “Ces personnes ont l’autorisation de retourner dans leurs pays d’origine qui sont le Soudan et la République démocratique du Congo. Les autorités de Bangui nous ont demandé de les mettre à la disposition...
(Alwihda 28/06/13)
Inutile de s’apitoyer sur son sort lorsqu’on sait que les carottes sont cuites à l’avance. Presque tous les analystes, les débatteurs de la vie politique centrafricaine ont émis des réserves sur l’avenir du pays depuis le changement brutal du 24 Mars 2013 jusqu’à nos jours. A force de placer la main en visière et de scruter dans les moindres détails l’environnement sociétal, il faut admettre que même les spécialistes de la prédiction demeurent dubitatifs sur l’orientation politique voire la gestion de la chose publique des enturbannés. Ces temps-ci, les actualités centrafricaines déboulent en cascade et en cavalcade. Au premier rang des actualités qui font la « Une » des quotidiens centrafricains se trouvent le fonctionnement du gouvernement très contesté de TIANGAYE. A...
(Afrik.com 28/06/13)
Bientôt un seagle des artistes musiciens centrafricains de la diaspora sur la paix en République centrafricaine. Mlle Prisca Miandé, responsable du volet culturel et artistique de l’association Urgence 236 l’a annoncée lors d’un point de presse qu’elle a animé mercredi 26 juin, à la pâtisserie Grand café de Bangui.Ce sera une chanson à l’image de « We are the world » chantée par plusieurs chanteurs de la scène internationale pour le peuple d’Haïti ou « Libérer notre pays » chantée par les Ivoiriens lorsque leur pays traversait des moments de crise. A en croire Mlle Prisca Miandé, « la chanson est un cri de souffrance et de douleur des Centrafricains. Elle est également un souffle de soulagement pour les personnes...
(Journal de Bangui 28/06/13)
Elles demandent aux gouvernements internationaux de financer les 60 millions d'euros d'aide humanitaire manquants. Oubliée des médias internationaux depuis le renversement de François Bozizé, la Centrafrique s'enfonce dans un chaos inquiétant. c'est pourquoi, 9 ONG dont Mercy Corps, Action contre la faim, Save the Children ou encore le Secours catholique, se sont regroupées pour lancer un appel à l'aide commun. Selon ces organisations, il y a urgence à venir en aide à la Centrafrique à l'approche de la saison des pluies : "plus de 60 000 enfants et familles souffrent d’une grave pénurie alimentaire et plus de 200 000 enfants et familles ont été forcés de fuir leur domicile au cours des six derniers mois". Le groupe d'ONG dresse un...
(Journal de Bangui 28/06/13)
Le CNS est présidé par le Président de Transition Michel Djotodia Am Nondroko et, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement en est le Vice-Président Aux termes de ce décret, le Conseil National de Sécurité a pour mission de fixer les objectifs et coordonner la politique de sécurité et de défense. Il définit les orientations en matière de programmation militaire, de conduite des opérations, de planification des réponses aux crises majeures, de renseignements, de sécurité économique et énergétique, de programmation de sécurité intérieure. Il évalue l’efficacité des mesures mises en œuvre dans le cadre de la sécurité intérieure. Le conseil National de Sécurité est présidé par le Président de la Transition. Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement en est le Vice-Président...
(Journal de Bangui 28/06/13)
Des membres de la coalition rebelle auraient tué au moins 40 civils et détruit 34 villages ou villes depuis février 2013. Après avoir mené une enquête sur place au début du mois de juin, l’Ong internationale Human Rights Watch a publié un rapport sous forme de communiqué dans lequel elle expose les faits et demande des comptes. Selon le texte, des membres de la coalition ont tué au moins 40 civils et ont détruit 34 villages ou villes représentant plus de mille maisons, depuis février 2013. Les chercheurs de Human Rights Watch ont recueilli des éléments de preuve détaillés concernant de nombreuses exactions dans des zones essentiellement rurales hors de la capitale, Bangui. Ainsi, entre le 11 février et le...

Pages