| Africatime
Lundi 24 Avril 2017
(Journal de Bangui 14/05/13)
L’artiste comédien «Docteur Mandjéké» alias Cyrille Yvon Goné vient de sortir un nouveau single intitulé Centrafrique pour la paix. Un projet sur lequel il a convié de multiples artistes à collaborer ensemble pour un retour de la paix dans leur pays. Selon lui, il est évident que la paix en République centrafricaine a été mise à rude épreuve, ceci pendant pratiquement cinq mois. Le single Centrafrique pour la paix est un titre d’une durée de 6 minutes exclusivement consacré à la paix. Aussi, un appel y est lancé par les artistes à l’endroit des investisseurs et bailleurs de la République centrafricaine. Ce nouvel opus a bénéficié de la participation du groupe Assoungba System dont Mandjeke en est le président. D’autres...
(La Nouvelle Centrafrique 14/05/13)
Mesure attendue depuis plusieurs semaines afin de sécuriser Bangui, le cantonnement des éléments de la Séléka a débuté lundi 13 mai. Les troupes ex-rebelles, dont le nombre oscille entre 2 et 6 000 doivent être progressivement envoyés sur les 16 sites prévus (les 15 préfectures, et Bangui). Lundi, près de 200 combattants « été présentés lundi en fin d’après-midi (…) au président de la Michel Djotodia ». Escortés par la force multinationale d’Afrique centrale (Fomac), ils ont ensuite quitté la capitale centrafricaine pour la base de Bria (centre-est), où ils seront cantonnés, a indiqué cette source au sein du haut-commandement militaire. « Il s’agit du début des opérations de cantonnement des éléments du Séléka, qui vont se poursuivre progressivement dans...
(Journal de Bangui 14/05/13)
La brigade de Mbai-mboum dans le département du Mayo-Rey au Cameroun peut déjà souffler après avoir réussi une embuscade tendue contre des ex soldats centrafricains qui semaient la terreur entre le Cameroun et la RCA. Apres le putsch qui a renversé François Bozizé, certains de ses soldats s’étaient réfugiés dans les villes camerounaises frontalières avec la RCA, surtout la localité de Mbai-mboum, qui est à un jet de pierre de la frontière nord-ouest de la Centrafrique. Oulbai Disco et Franklin connus comme des auxiliaires de l’armée centrafricaine étaient réfugiés à Mbai-mboum et comme tous leurs autres compatriotes, ils ont été accueillis dans cette partie du Cameroun. Ces derniers selon les renseignements avaient enterrés des armes dans un village centrafricain non...
(Journal de Bangui 14/05/13)
Il recommande un embargo sur des exportations de diamants de la République centrafricaine après la prise de contrôle du pays par les rebelles. La décision a été prise vendredi 10 mai à la suite de la réunion entre les représentants de Bangui et les membres du Processus de Kimbermey, chargés du contrôle et de la transparence dans la production des minerais de diamant. Cette interdiction aurait pour but d'intensifier la pression sur les nouveaux leaders du ce pauvre pays, mais riche en diamant. Une source de revenus en devise étrangère. Le PK soupçonne les rebelles d’utiliser les ventes de diamant pour financer leurs activités. «Nous faisons face à une situation où les diamants de conflit continuent à alimenter des activités...
(Journal de Bangui 14/05/13)
La conférence débat était organisée par l’Abbé Fréddy Stéphane Mboula, au centre Jean XXIII, à Bangui. Elle s’est tenue en présence de l’Archevêque de Bangui, monseigneur Dieudonné Nzapala Inga. Lequel dans sa déclaration de circonstance, a exhorté les participants à cette assise de soutenir les efforts qui se font actuellement par des différentes entités, pour la consolidation de la paix en République centrafricaine. Abordant le thème de cette conférence qui s’intitulait «la paix en République Centrafricaine réalité ou fiction», l’ancien évêque de Kaga-Bandoro, Monseigneur François Xavier Yombandje a retracé l’historique des conflits en République Centrafricaine qui remonte à plus d’une décennie, caractérisée par le tribalisme et le racisme. Monseigneur François Xavier Yombandje a également relevé la léthargie connue par la...
(La Nouvelle Centrafrique 13/05/13)
NDELE (LNC) – Armés de lance-grenades et de mitraillettes Kalachnikov en bandoulière, ils pavanent dans cette région du Nord très riche en diamants. Main basse fut faite sur les mines, et la Séléka, de nombreux témoins l’attestent, les ont vu vendre des diamants à des intermédiaires du métier. Rien de surprenant en soi, les rébellions du Nord centrafricain se sont très souvent financées avec l’argent du trafic des diamants, comme depuis longtemps ils en contrôlaient les zones d’exploitation. Mais les voilà maintenant au pouvoir, et la poursuite du trafic risque de ruiner des années de bons gages du gouvernement centrafricain à l’international concernant la bonne gouvernance des gisements du sous-sol, plus spécifiquement sur celle du commerce des diamants. Un récent...
(Radio Ndeke Luka 13/05/13)
« Le Procureur de la Cour Pénale Internationale n’a fait aucune annonce relative à l’ouverture d’une nouvelle affaire dans la situation en République Centrafricaine Toutefois, la CPI reste attentive à l’évolution de ladite situation dans le pays ». Le bureau du procureur de cette juridiction internationale réagit ce 7 mai 2013. Il démentit ainsi l’information selon laquelle une enquête serait ouverte contre l’actuel Chef de l’Etat centrafricain Michel Djotodia et les rebelles de la coalition Séléka. Joint au téléphone par Radio Ndeke Luka, Pascal Turun, conseiller en coopération au bureau du procureur de la CPI a expliqué que « la CPI a rappelé qu’elle a compétence sur tout le territoire centrafricain pour les crimes qui relèvent de son mandat tels...
(Le Monde 13/05/13)
Au moins 26 éléphants ont été tués par des braconniers, lundi 12 mai, dans la forêt de Dzanga Bai, un site du sud-ouest de la Centrafrique classé au patrimoine mondial de l'humanité. Ce massacre est intervenu quelques jours "après l'entrée de 17 individus armés de kalachnikov dans cette réserve unique d'éléphants", rapporte le Fonds mondial pour la nature, WWF, selon qui les braconniers "se sont présentés comme faisant partie des forces du gouvernement de transition", le Séléka, au pouvoir depuis six semaines. La semaine dernière, le WWF avait déjà alerté les médias de la présence de ces braconniers dans le parc, appelant "la communauté internationale à aider à rétablir la paix et l'ordre en République centrafricaine, qui a été secouée...
(Centrafrique-Presse 13/05/13)
Le 27 avril dernier s’est tenu dans la salle de conférence de la résidence JM 1, un congrès extraordinaire du KNK, parti fondé par le président déchu François BOZIZE YANGOUVONDA, actuellement réfugié sur le territoire camerounais, on ne sait pour combien de temps encore. Cette assise a été convoquée par le bureau politique de ce parti que préside Joseph KITICKI-KOUAMBA suite à une vaine manœuvre de division orchestrée depuis son exil camerounais par le même BOZIZE visant à imposer à son parti ses hommes et femmes de paille que sont Célestin Leroy GAOMBALET alias « Gaou la fumée », ex-président de l’assemblée nationale boziziste, toujours réfugié au camp de la FOMAC à Bangui-Mpoko, Bertin BEA et Gina SANZE, tous deux...
(La Nouvelle Centrafrique 13/05/13)
BANGUI (LNC) – Moins de 3 semaines après avoir protesté sous les fenêtres du président centrafricain de transition à l’hotel Ledger plazza de Bangui, les soldats de la Séléka, relayés par le Lieutenant Ali Alkanto ont hier Samedi 11 Mai, exigé de nouveau d’être payés des retards de salaires au plus vite. La menace fut très explicite : Pas d’argent, pas de désarmement. Rien de moins. Et il pourrait s’ensuivre de nouvelles violences dans le pays, si les choses comptables ne sont pas mises à niveau très rapidement. Les mouvements de contestation au sein des différentes factions de la Séléka enflent chaque jour de plus en plus. Dores et déjà, les éléments au Nord du pays sont hors contrôle.
(Radio Canada 10/05/13)
Au chapitre des tragédies oubliées par la communauté internationale, il faut compter celle qui se déroule en ce moment en Centrafrique. Victime d'un énième coup d'État, la population subit des régimes putschistes qui ne profitent qu'à un très petit nombre. À Bangui, la capitale, les violences se poursuivent et forcent les habitants à fuir vers la République démocratique du Congo (RDC) de l'autre côté de l'Oubangui, la rivière qui sépare les deux pays. Les rares ONG encore sur place lancent un cri d'alarme. L'ONU a lancé en février un appel d'urgence, avec l'objectif d'amasser 129 millions de dollars. Or, seulement 18 millions ont été recueillis. Les rebelles ont pris le pouvoir il y a six semaines, le 24 mars, en...
(Le Monde 10/05/13)
Le premier ministre centrafricain, Nicolas Tiangaye, a annoncé, mercredi 8 mai, avoir demandé aux forces françaises à Bangui d'appuyer la Force multinationale d'Afrique centrale (Fomac) pour sécuriser la capitale, où des troubles persistent depuis la prise de pouvoir de la coalition Séléka. M. Tiangaye a affirmé avoir "sollicité une implication effective des forces françaises présentes sur le territoire à la pacification du pays", et au désarmement des ex-combattants de la Séléka et de l'armée centrafricaine. L'opération "ville sans arme", menée notamment par la Fomac, dont l'effectif sera porté "à 2 000 hommes d'ici la fin du mois de mai [...], nous permettra de désarmer la population et de démilitariser la ville de Bangui ainsi que celles des autres régions", a...
(Journal de Bangui 10/05/13)
Une réunion se déroule ce 10 mai pour décider de la suspension du pays à cause des minerais du pays de moins en moins contrôlés. La Centrafrique a accepté de participer à la conférence du processus de Kimberley (PK) pour discuter de la possibilité d’autoriser une mission afin de définir et comprendre ce qui se passe dans les zones minières. L’embargo, s’il est approuvé, durera jusqu’à ce que le PK puisse envoyer une équipe de contrôle pour établir ce qui se passe «afin qu’aucun diamant illégalement extrait par les rebelles ne puisse obtenir la certification PK, dans la mesure où certains d’entre eux appartiennent au gouvernement, et peuvent malgré tout avoir accès à ces certifications». Absence de contrôle Welile Nhlapo,...
(Star Africa 10/05/13)
Les comptes définitifs de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) se sont soldés par un bénéfice de 17,951 milliards FCFA pour l’exercice 2012, en baisse de l’ordre de 5,192 milliards FCFA par rapport à 2011, a appris APA jeudi auprès de cet institut d’émission. Cette annonce intervient au lendemain d’une session ordinaire du Comité ministériel de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (UMAC), tenue le 30 avril dernier à Malabo (Guinée Equatoriale). S’agissant de la situation sous-régionale, elle s’est soldée par une bonne tenue de la situation macroéconomique au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) au cours de l’année écoulée, avec notamment une croissance réelle de l’ordre de 6,6% contre 5,2% en 2011. L’UMAC...
(La Nouvelle Centrafrique 10/05/13)
PRETORIA ( LNC) – C’est Jeudi dernier par la voix de M. Collins Chabane, ministre sud-africain du Suivi des performances, de l’Evaluation et de l’Administration à la Présidence, que l’Afrique du Sud acceptait officiellement les excuses de Nicolas Tiangaye, Premier ministre centrafricain, pour la mort d’au moins 13 soldats sudafricains tués, et non moins 27 blessés, lors des combats de Mars 2013 aux environs de Bangui. L’Afrique du Sud et la Centrafrique avaient signé en 2007, un accord de coopération militaire, renouvelé en décembre 2012, pour une durée de cinq ans. L’accord avait pour objectif de doter l’armée centrafricaine d’une formation militaire, dans les domaines de l’infanterie, de l’artillerie, des Forces spéciales, de la logistique et des cours de conduite,...
(La Nouvelle Centrafrique 10/05/13)
Congrès extraordinaire du parti à Bangui, c’était le Samedi 27 Avril dernier. Une occasion de faire un Méa Culpa en profondeur entre les caciques du parti et les militants. On faisait un bilan se voulant lucide, on envisageait l’avenir. Tout se passait bien. Mais patatras, le président fondateur du KNK, même si en exil dorénavant, a peu goûté cette espèce de vent de liberté. Et de Yaoundé, reprenant ses bonnes habitudes, il tenait à garder la main. Condamnant tout d’abord l’initiative de ce congrès extraordinaire, et surtout, unilatéralement, de nommer une nouvelle direction avec des personnes contrôlables. Le papy Célestin Leroy Gaombalet devenant par la volonté de François Bozizé Président par intérim, Bertin Béa, Secrétaire Général, et Gina Sanzé son...
(Journal de Bangui 10/05/13)
Celles qui n’ont pas fermé les portes, sont contraintes de réduire leur personnel ou de suspendre l’activité de ces derniers. Depuis le changement qui est intervenu en République centrafricaine le 24 mars dernier, plusieurs entreprises ont fermés leurs portes. D’autres par contre ont réduit le nombre de leurs personnels. A cet effet plusieurs personnes se retrouvent actuellement sans emploi. ‘’Total Centrafrique’’, une société qui ravitaille le pays en carburant et la brasserie ‘’Mocaf’’, ont mis en chômage technique plusieurs membres de leur personnel. Une situation identique à celle de la société Dameca où selon une source proche de cette structure, environ 112 personnes ont été mises en chômage technique pour une durée de trois mois. «La société Dameca a fait...
(Jeune Afrique 08/05/13)
La Centrafrique pourrait être expulsée du processus de Kimberley (PK) et ne plus pouvoir exporter ses diamants si la commission du PK approuve sa suspension le 10 mai, a déclaré lundi à Reuters le responsable du processus de Kimberley. La Centrafrique pourrait être bannie du processus de Kimberley et faire face à un embargo sur l'exportation de ses diamants si les responsables du PK approuvent la suspension du pays lors d'une réunion qui se tiendra le 10 mai. Michel Djotodia, nouveau président de la Centrafrique, a renversé le régime de l'ancien président François Bozizé après que les rebelles qu'il dirige, connus sous le nom de Séléka, se sont emparés de Bangui, la capitale. Suite sur: http://economie.jeuneafrique.com/regions/afrique-subsaharienne/16990-la-...
(Centrafrique Libre 08/05/13)
Les démons du temps Bozizistes n’ont pas encore disparu du paysage politique centrafricain. Et oui » chasser le naturel, il revient au galop. Alors que la RCA est exclue de toutes les institutions mondiales après le putsch du 24 mars, le gouvernement d’union nationale Tiangaye II n’a toujours pas de ministre des Affaires Étrangères. Un mois après sa nomination, M. Charles Armel Doubane ambassadeur auprès de la Mission Permanente de la RCA à Newyork n’a pas encore rejoint son nouveau poste de ministre des Affaires Étrangères. Cette absence n’a visiblement pas provoqué une onde de choc au près des nouvelles autorités lorsqu’on sait l’importance d’un tel ministère dans un pays meurtri par des décennies de remous sociaux. La RCA a...
(Le Figaro 08/05/13)
Un groupe de 17 braconniers est entré lundi dans un parc animalier en Centrafrique, faisant craindre "un des plus grands massacres d'éléphants" en Afrique centrale, a averti aujourd'hui le Fonds mondial pour la nature (WWF). "Un groupe de 17 individus armés est entré lundi dans le parc national de Dzanga-Ndoki (Centrafrique) et se dirigeait vers la Dzanga Bai, connu localement comme le 'village des éléphants'", a indiqué le WWF dans un communiqué. Ces braconniers menacent "de provoquer un des plus grands massacres d'éléphants dans la région depuis que les braconniers ont tué au moins 300 éléphants pour leur ivoire dans le parc national de Bouba N'Djidda (nord du Cameroun) en février 2012", selon le communiqué de WWF. Selon le texte,...

Pages