Mercredi 13 Décembre 2017
(RFI 10/11/17)
Dans quelques jours, le 15 novembre, le Conseil de sécurité de l'ONU doit renouveler le mandat de la Minusca. On sait que le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres demandera notamment un renforcement des capacités militaires de la Mission onusienne en RCA, avec 900 casques bleus supplémentaires en renfort des 11 000 déjà déployés sur le terrain. Après un groupe d'ONG françaises mi-octobre, 28 organisations internationales et centrafricaines appellent le Conseil de sécurité à suivre les recommandations du secrétaire général pour renforcer la Minusca. Faire de la protection des civils la priorité du mandat, c'est la demande essentielle de ces 28 ONG qui constatent que l'insécurité...
(La Tribune 10/11/17)
C’est le prolongement du forum de novembre 2016 à Bruxelles. Bangui accueille depuis mercredi une centaine d’hommes d’affaires étrangers dans le cadre d’une rencontre de deux jours qui devront permettre aux opérateurs économiques centrafricains de convaincre les bailleurs et investisseurs à investir en RCA, un pays en pleine crise depuis des années. Il faut le dire toute suite, c'est un pari audacieux que de tenter d'attirer les investisseurs étrangers en Centrafrique, au vu de l'instabilité du pays. Qui serait téméraire à ce point d'investir son argent dans un pays déchiré en mille morceaux par une crise politique et sécuritaire majeure, et ce depuis des années ? Et pourtant, Faustin Archange Touadera, président de la République centrafricaine (RCA), veut bien croire...
(Agence Ecofin 10/11/17)
Décimée par des années d’instabilité, la République Centrafricaine essaye de se relever et reconnaît le rôle important que peuvent jouer les investisseurs dans ce processus. Le ministre Come Hassa, en charge du commerce et de l’industrie, a bien voulu expliquer à l’Agence Ecofin, les enjeux de cet événement qui bénéficie de l’appui des bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux. Agence Ecofin : La République Centrafricaine accueille ce forum des investisseurs, un an après la rencontre de Bruxelles. Quel est le message que votre pays veut passer à la communauté des investisseurs qui s’intéressent à l’Afrique ? Come Hassan : Cet événement est un signal fort aussi bien pour la communauté des investisseurs nationaux et internationaux à laquelle nous voulons dire...
(APA 09/11/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Un camion en surcharge de marchandises et de personnes s’est renversé sur l’axe Bouca-Bangui (300 km), faisant notamment 21 morts parmi ses passagers, a-t-on appris jeudi de source proche du ministère des Transports. La plupart de ces victimes de ce drame qui s’est produit mardi sont des petits commerçants qui se rendaient à Bangui, la capitale centrafricaine, pour se ravitailler en produits vivriers. Les blessés ont été évacués dans certains hôpitaux de Bangui. Le mauvais état de la route entre les deux villes qui n’a pas été réhabilité depuis plus de vingt ans serait, en dehors de la surcharge du camion, à l’origine de cet accident de circulation, a indiqué le directeur de la circulation et de...
(Agence Ecofin 09/11/17)
Prenant la parole en ouverture des travaux du forum des investisseurs qu’abrite son pays depuis le 8 novembre 2017, le président Faustin Archange Touadera (photo) de la République Centrafricaine a annoncé la fin des monopoles au sein de son économie. « Les options politique et économiques de la République Centrafricaine sont clairement affirmées, notamment la libre concurrence, la suppression de la quasi-totalité des monopoles, et la libéralisation du commerce », a fait savoir le président de la République, sans donner de ...
(La Tribune 09/11/17)
Très loin de ses prévisions de 1,6% en début d'année, le taux de croissance économique dans la Communauté économique et monétaire de l'Afrique de centrale (CEMAC) ne devrait pas dépasser 0,2% cette année, a-t-on appris d'un communiqué du Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque centrale des Etats de l'Afrique centrale. C'est presqu'un aveu d'échec pour la Banque centrale des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) et les Etats de la zone de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC). Les différentes mesures prises, dont la réduction des coefficients des réserves obligatoires des banques, la réduction des plafonds de refinancement de certains Etats, le resserrement des dépenses publiques, l'élargissement de l'assiette fiscale, la priorisation de certains investissements, la...
(Jeune Afrique 09/11/17)
Réunis à N’Djamena, les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale sont parvenus à régler nombre de dossiers épineux… À commencer par la suppression des visas. Une conjoncture économique défavorable peut avoir des vertus. En butte à des difficultés budgétaires et en quête de relance, l’Afrique centrale bouge enfin. Le 31 octobre, au cours d’un sommet convoqué à N’Djamena, au Tchad, les chefs d’État ont fait aboutir en quelques traits de plume une pile de dossiers pourtant bloqués depuis plus d’une décennie. Conséquence, le lendemain, 1er novembre, à la suite des autres pays membres, le Cameroun a été le dernier de la Cemac à supprimer l’exigibilité du visa aux ressortissants des autres pays membres. Ironie de...
(Agence Ecofin 09/11/17)
En ouverture d'un forum des investisseurs qui se déroule à Bangui en République Centrafricaine, Samuela Isopi (photo), la représentante de l'Union Européenne a annoncé la finalisation prochaine d'un accord de financement dans la mise en place d'un réseau de fibre optique dans ce pays, en partenariat avec la Banque africaine de développement. Cet engagement viendra concrétiser la participation européenne au plan de redressement de l'économie centrafricaine, mise à rude épreuve par des années d'instabilités socio-politiques. Mme Isopi a par ailleurs fait savoir que le pays, siège de la CEMAC, bénéficiera aussi de la nouvelle assistance, mise en place par l'UE pour couvrir des risques d'investissement. Une centaine d'investisseurs venus d'Europe, de Russie, d’Amérique, d'Asie, mais aussi de la région africaine...
(AFP 08/11/17)
Le Conseil de sécurité de l'ONU est appelé le 15 novembre, lors du renouvellement annuel du mandat de sa force de paix en Centrafrique, à la renforcer de 900 militaires supplémentaires, selon un projet de résolution obtenu mardi par l'AFP. Ce renforcement avait été demandé dans un récent rapport par le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, qui a mis en garde contre un risque de nettoyage ethnique dans le pays. Selon l'ambassadeur italien à l'ONU, Sebastiano Cardi, président en exercice du Conseil de sécurité en novembre, il existe parmi ses 15 membres "une bonne compréhension générale" de la nécessité d'augmenter le nombre de militaires...
(AFP 08/11/17)
Plus de 1.200 anciens combattants de l'ex-rébellion centrafricaine Séléka, occupant trois casernes dans Bangui, ont été sommés d'en partir par le gouvernement, mais certains refusent d'obtempérer, a constaté l'AFP mardi. En décembre 2013, près de 3.000 rebelles de l'ex-Séléka - mouvement qui avait renversé en 2013 le président François Bozizé avant une contre-offensive des anti-Balaka et l'intervention militaire francaise Sangaris - s'étaient installés dans des casernes militaires à Bangui. Certains de ces combattants sont rentrés chez eux après la perte du pouvoir de la Séléka dans Bangui...
(Xinhua 08/11/17)
Les cotonculteurs de la préfecture centrafricaine de la Nana-Gribizi (centre) ont reçu du ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Honoré Feïzouré, la somme de 99 millions de francs CFA (environ 175.000 dollars) représentant les arriérés de la campagne agricole 2011-2012, a appris mardi Xinhua auprès dudit ministère. Cet argent sera réparti entre les cotonculteurs des localités de Sibut, Dékoa et Mala regroupés en 18 groupements d'intérêts ruraux (GIR) dans la préfecture de la Nana -Gribizi. M. Féïzouré a expliqué ce geste est la concrétisation de la promesse du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra d'en finir avec les arriérés. Aussi, selon lui, cet argent permettra aux cotonculteurs de faire face à leurs besoins pressants, notamment l'amélioration de leur cadre de vie,...
(RFI 08/11/17)
A Bangui s'ouvre ce 8 novembre le Forum des investisseurs, dont 36 arrivant de l'étranger viendront voir mercredi et jeudi si la Centrafrique est désormais un vivier pour développer leur économie alors que la sécurité dans le pays est toujours partiellement aux mains des groupes armés et que le climat des affaires est toujours instable. C'est un véritable pari dans lequel s'est lancé le gouvernement en tentant de séduire les rares entreprises qui vont peut-être tenter leur chance en RCA. Sur deux jours, les ministres vont se succéder pour essayer de convaincre que la Centrafrique est un pays attractif. Cependant, plusieurs questions demeurent, comme l'absence d'une charte des investissements, voulue par le GICA, le principal syndicat patronal, et dont la...
(Agence Ecofin 07/11/17)
Les différentes mesures prises par la Beac, la Banque centrale des Etats de l’Afrique centrale (réduction des coefficients des réserves obligatoires des banques, réduction des plafonds de refinancement de certains Etats, etc.), ainsi que par les Etats membres (resserrement des dépenses publiques, élargissement de l’assiette fiscale, priorisation de certains investissements, conclusion de programme d’ajustement avec le FMI, etc.) de la Cemac (Cameroun, Gabon, Congo, Guinée équatoriale, Tchad et RCA), n’ont pas réussi à faire redécoller la croissance économique dans cet espace communautaire en 2017. En effet, selon un communiqué ayant sanctionné la 3ème session ordinaire du Comité de politique monétaire (CPM) de la Beac pour l’année 2017, tenue le 2 novembre dernier à Ndjamena, la capitale tchadienne, en dépit d’«un...
(AFP 06/11/17)
Un travailleur humanitaire centrafricain a été tué samedi dans des circonstances indéterminées à l'est de Kaga Bandoro, dans le nord de la Centrafrique, a annoncé dimanche le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). "Nous sommes consternés et bouleversés par le meurtre de notre collègue Youssouf, qui illustre à nouveau un manque flagrant de respect pour la vie humaine", a dit Jean-François Sangsue, chef du CICR à Bangui, dans un communiqué. "Le fait que cette attaque ait eu lieu alors que notre collègue convoyait des articles d’assistance destinés aux victimes du conflit en République centrafricaine rend cet acte...
(Jeune Afrique 06/11/17)
Accusés de passivité face à la situation que traverse le pays, des ressortissants centrafricains résidant en France se sont réunis à Paris pour émettre des « propositions de sortie de crise ». Une démarche qui ne fait pas l’unanimité en RCA : les organisateurs sont en effet soupçonnés d’avoir reçu des financements des proches du président Faustin Archange Touadéra. Créée le 4 novembre à Paris, une instance qui entend représenter la communauté centrafricaine de France entend peser dans le règlement de la crise qui secoue le pays. Ce nouvel organisme, qui a mis en place un « bureau de représentation », se propose de jouer les médiateurs et de se faire l’ambassadeur de la Centrafrique, notamment dans le domaine économique...
(Xinhua 06/11/17)
Un total de 1.750 victimes d'une inondation en août dernier dans la ville centrafricaine de Kouango (centre-sud) viennent de recevoir de la Croix rouge centrafricaine (CRCA) des kits comprenant du bois de construction, des outils de couchage, nattes et moustiquaires imprégnés, et des instruments de cuisine, a appris samedi Xinhua auprès de ladite organisation. D'après le chef de la gestion des catastrophes au CRCA, Jean-Moïse Modessi-Waguédo, les pluies diluviennes d'août dernier ont occasionné une inondation aux conséquences très dommageables : pollution des points d'eau potable, destruction des latrines et effondrement de maisons d'habitation. Cette situation, selon lui, a contraint "certaines victimes à se retrouver dans des familles d'accueil ou à se rétracter carrément dans les champs. Les députés de la...
(Xinhua 06/11/17)
Le Premier ministre centrafricain, Simplice-Mathieu Sarandji, a officiellement lancé une campagne nationale de vaccination contre la poliomyélite. En plus de l'administration du vaccin antipoliomyélitique oral (VPO), les enfants de 0 à 5 ans recevront, du 3 au 6 novembre, un cachet d'albendazole, un antiparasitaire, et un cachet de vitamine A. Les parents, eux, se verront remettre des moustiquaires imprégnées d'insecticide. M. Sarandji a rappelé que faute de vaccination, 179 enfants sur 1.000 meurent à cause de pathologies bénignes. Il a en outre déploré la situation du couple mère-enfant en RCA, pays très touché "par la mort précoce des enfants alors que ces décès pourraient être évités, grâce à la vaccination". Le ministre centrafricain de la Santé et de la Population,...
(Xinhua 06/11/17)
De nombreux clients en République centrafricaine (RCA) regrettent que les commerçants n'acceptent plus les pièces de 5, 10, 25, 50 et 500 francs CFA, a constaté dimanche Xinhua sur l'un des marchés de la capitale centrafricaine. Ce phénomène a commencé à gagner certaines villes de provinces. N'étant pas en mesure d'expliquer le motif de ce rejet, une commerçant déclare : "Ces pièces ne sont plus tolérées par les grossistes du Kilomètre 5, d'où le rejet de ces pièces par les détaillants". Un observateur pointe la taille de ces pièces depuis les nouvelles versions mises en circulation par la banque centrale (BEAC). En effet, ces pièces sont si minuscules qu'elles font perdre du temps au moment de la comptabilité. Face à...
(APA 06/11/17)
APA-Yaoundé (Cameroun) - Le Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) a, au lendemain de sa 3ème réunion ordinaire de l'année, tenue le 2 novembre dans la capitale tchadienne, N’Djamena, noté un «renforcement du cadre macroéconomique» dans la sous-région par rapport à 2016. Dans un communiqué publié lundi depuis le Cameroun, et se basant sur les données économiques, monétaires et financières mises à jour de l'année 2017, il constate ainsi une légère reprise de la croissance économique à +0,2% en termes réels, une atténuation des tensions inflationnistes, avec un taux de +1,0% à fin décembre 2017. Le CPM fait aussi état d’un recul du déficit du solde budgétaire, base engagements, hors dons, à...
(AFP 04/11/17)
De violents combats continuent de ravager la zone située entre Batangafo, Kamba Kota et Ouogo, dans la préfecture de l'Ouham dans le nord de la Centrafrique, annonce vendredi Médecins sans frontières (MSF). Selon le communiqué de l'ONG, 21 combattants blessés par balle sont arrivés à moto mercredi 1er novembre au centre de santé de MSF dans la localité de Kabo (environ 60 km au nord de Batangafo). Les combats entre groupes rivaux qui se sont déroulés fin octobre ont fait au moins 2 morts, selon des sources concordantes. Depuis, les combats se sont poursuivis mais aucun bilan précis ne peut être établi, faute d'accès à la zone par les humanitaires et les forces de sécurité de l'ONU. "Nos collègues qui...

Pages