| Africatime
Mercredi 22 Mars 2017
(AFP 01/03/17)
L'ambassadeur de France à Prague Charles Malinas a été rappelé à Paris et un successeur nommé afin de permettre au premier de s'expliquer sur l'attribution irrégulière de visas alors qu'il était en poste à Bangui de 2013 à 2016, a indiqué mardi le Quai d'Orsay. "Il faut permettre à Charles Malinas de se défendre", a souligné un responsable du ministère des Affaires étrangères interrogé par l'AFP. Le diplomate, qui était en poste depuis septembre 2016 à Prague, a été rappelé en février à Paris. Charles Galharague, ex-ambassadeur de France à Budapest et chargé de mission pour la stratégie et la prospective auprès du directeur général des affaires politiques Nicolas de Rivière depuis 2015, a été désigné pour lui succéder à...
(MondAfrique 28/02/17)
Dans un rapport de 190 pages rendu public le 5 décembre 2016, le Panel d’experts des Nations unies sur la République Centrafricaine met en évidence l’existence de systèmes de prédation économique qui alimentent l’instabilité dans le pays. Outre les luttes que se livrent les nombreuses factions rebelles pour le contrôle des routes d’acheminement des armes et des ressources naturelles du pays telles que l’or ou les diamants, le panel d’experts révèle l’existence de mécanismes de contrôle et d’accaparement de richesses illégaux tenus par des milices avec, in souvent, la complicité des autorités. Taxes illégales Dans les régions de l’est de la capitale, Bangui, contrôlées par les anti-balaka...
(RFI 28/02/17)
En Centrafrique, la ville de Bambari est toujours menacée par l'avancée de la coalition du FPRC de Noureddine Adam. Ce week-end, alors qu'une quarantaine d'hommes armés tentaient de se rendre sur place, deux responsables ont été interceptés par la Minusca. « La Minusca n'a aucune inculpation contre eux. Ils vont bientôt être libérés », affirme Aboubacar Sidi, le porte-parole de l'état-major du FPRC alors que trois combattants sont aux mains de la force onusienne et de la justice centrafricaine. La menace d'une prise de Bambari par la coalition emmenée par Noureddine Adam a franchi un nouveau pas ce week-end.
(Reuters 28/02/17)
DAKAR, (Reuters) - La mission de l'Onu en Centrafrique a annoncé avoir dispersé un rassemblement de miliciens lourdement armés dimanche à Bambari en République centrafricaine en utilisant notamment à un hélicoptère d'attaque. Une quarantaine de combattants du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), armés de Kalachnikov et de grenades RPG s'étaient rassemblés à Bambari, mais les forces de la Minusca (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique) indiquent dans un communiqué être intervenues pour les empêcher de se livrer à des violences. Il s'agit "d'empêcher une guerre" entre la milice et une milice rivale, l'Union pour la paix en Centrafrique (UPC), ajoute la Minusca. Ces deux groupes sont issus de la Séléka, alliance...
(Xinhua 28/02/17)
YAOUNDE, (Xinhua) -- Un combattant du Front populaire pour la renaissance en Centrafrique (FPRC), une faction de l'ex-coalition rebelle de la Séléka, a été tué, sept blessés et trois arrêtés lors d'un raid de la force onusienne dimanche près de Bambari (Centre), indique les Nations Unies dans un communiqué lundi. Le raid de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) avait visé un groupe de combattants du groupe rebelle dirigé par Abdoulaye Hissène, tentant de progresser dimanche matin vers la deuxième ville du pays interdite aux groupes armés, annonce la force onusienne. "L'intervention aérienne de la MINUSCA de dimanche s'est soldée par sept blessés et un mort dans les rangs de la coalition",...
(MondAfrique 28/02/17)
C’est non sans surprise que le président centrafricain Faustin-Archange Touadera, président centrafricain, a choisi Toussaint Muntazini-Mukimapa, Premier Avocat général de la Haute Cour de justice militaire du président du Congo (RDC) Joseph Kabila, pour devenir le Procureur général de la Cour Pénale Spéciale de Centrafrique (CPS).Son principal adversaire, le Sénégalais Mbacke Fall, président des Chambres africaines extraordinaires et dont les compétences reconnues internationalement a été écarté. Créé le 3 juin 2015, ce tribunal mixte centrafricain est chargé de juger les crimes les plus graves commis dans le pays . Toussaint Muntazini-Mukimapa, colonel de l’armée congolaise connu des initiés de la justice militaire en RDC était dans les petits papiers de l’ONU et de la Cour Pénale Internationale, notamment de sa...
(AFP 27/02/17)
La Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) a déclaré avoir conduit dimanche une opération aérienne contre un groupe "lourdement armé" près de Bambari (centre), la deuxième ville de Centrafrique. "Une quarantaine d'éléments de la coalition dirigée par le Front populaire pour la Renaissance de la Centrafrique (FPRC), lourdement armés avec des (fusils) AK47 et des RPG (ndr: lance-roquettes), ont été localisés dimanche matin à quelques kilomètres au nord de la ville de Bambari", indique la Minusca dans un communiqué. "La Minusca est intervenue entre 08h00 et 10h00 (07h00 et 09h00 GMT) pour stopper la progression offensive de la coalition. Le bilan de cette opération aérienne n'est pas encore connu"...
(APA 27/02/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Le porte-parole de la MINUSCA,Vladimir Montéro, a confirmé ce dimanche à Bangui l’utilisation des hélicoptères de combat contre les positions des éléments du FPRC, une branche des rebelles des ex sélékas qui dispute la ville de Bambari (centre) à des factions de sélékas. Ces rebelles de la séléka veulent entrer dans la ville après le retrait d’une autre faction l’UPC qui s’en était retirée mardi dernier sous pression de la MINUSCA. Le bilan de cet accrochage entre les forces internationales et ces rebelles n’est pas encore disponible, a souligné Vladimir Montéro, ajoutant que les rebelles ont utilisé des armes lourdes face aux bombardements des casques bleus pour bloquer leur progression. Il a ajouté qu’après le retrait de...
(La Croix 27/02/17)
Depuis novembre, des groupes armés rivaux s’affrontent dans la région de Bambari. Les casques bleus multiplient les interventions pour éviter l’embrasement général. Un tournant ? Peut-être. Depuis le début du mois, les casques bleus mobilisés en Centrafrique (Minusca) semblent plus déterminés à lutter contre les groupes armés qui refusent de déposer les armes à Bambari et sa région, la Ouaka, dans le centre du pays. La semaine dernière, ils ont réussi à convaincre Ali Darrass, un chef de guerre issus de la Séléka (à majorité musulmane) de se retirer de la préfecture de la Ouaka. Une victoire pour la Minusca, qui peine à rétablir la sécurité dans cette région convoitée par tous, en raison de sa position stratégique, de sa...
(La Croix 27/02/17)
Il y a un an et demi, « La Croix » rencontrait Auguste à Kaga Bandoro, en Centrafrique. Il était élu par les déplacés du camp de la cathédrale pour les représenter. Aujourd’hui, il est réfugié au camp de la Minusca et, joint par téléphone, constate que la tension croît entre civils et groupes armés. La Croix : Quelle est votre situation actuelle ? Auguste : Je suis déplacé à Kaga Bandoro depuis maintenant trois ans. Jusqu’au début de l’an dernier, j’habitais dans une hutte au toit de feuilles de palme qui faisait partie du camp entourant la cathédrale de la ville. Et puis, le camp a brûlé une nuit. Nous avons reconstruit nos huttes. Mais en octobre 2016, le...
(RFI 27/02/17)
En Centrafrique, la situation est confuse après le départ des principaux chefs de groupes armés de la ville de Bambari au centre du pays alors qu'une branche de l'ex-Seleka tente de la conquérir par les armes. L'ONU y a déployé d'importants moyens. La semaine a été mouvementée à Bambari alors que depuis un mois, le FPRC de Nourredine Adam, une branche de l'ex-Seleka, menace d'attaquer la ville. En une semaine donc, ce ne sont pas moins de trois chefs de groupes armés qui ont quitté la sous-préfecture de la Ouaka. Après Ali Darass de l'UPC en début de semaine, ce sont les généraux Gaëtan et Tarzan, appartenant respectivement aux groupes anti-balaka et RPRC, qui partent de Bambari. La Minusca qui...
(APA 27/02/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Le ministre de la Défense, Joseph Yaketé, a dénoncé, samedi dans un communiqué lu à la radio nationale, les menaces de mutinerie d’une partie des éléments des Forces armées centrafricaines (FACA), appelés à faire valoir leurs droits à la retraite mais qui refusent d’obtempérer en formulant des revendications. Pour le ministre de la Défense, le départ à la retraite de certains éléments des FACA est une des conditionnalités de la communauté internationale pour restructurer les forces de défense nationale. Ains, il appelle ces soldats à abandonner leur projet de mutinerie, estimant qu’un telle démarche ne fera que replonger le pays dans la crise. Près de mille soldats ont été mis à la retraite par l’Etat major. Mais,...
(APA 27/02/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - L’Union des scolaires de Centrafrique (USCA), réunie en assemblée générale samedi à Bangui, a donné 48h au gouvernement pour ouvrir des négociations avec les professeurs en grève depuis plus de deux semaines. Qualifiant de légitimes les revendications des enseignants, l’USCA donne 48 heures au gouvernement pour négocier avec ces derniers avant de souligner qu’en cas de refus elle va soutenir les enseignants en organisant des manifestations dans les rues de Bangui. La grève commence à avoir un impact sur les cours et cela pourrait provoquer un aménagement du calendrier des examens déjà rendu public, estiment l’USCA pour qui il faut agir vite en ouvrant des négociations avec les professeurs qui demandent leur intégration dans la fonction publique...
(APA 27/02/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - La 17ème session du pool énergétique de l’Afrique centrale s’est ouverte lundi à Bangui avec la participation d’experts en énergie venus des dix pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC). Trois jours durant, les participants vont essayer de trouver des stratégies pour combler le vide énergétique en Afrique centrale qui pourtant a un important potentiel en la matière. Il s’agira également de mettre en place un budget pour rendre opérationnelle la politique régionale en matième énergétique. La création d’un fonds de développement du secteur énergétique de l’Afrique centrale sera également abordée par les experts. En ouvrant les travaux, le ministre centrafricain de l’Energie, Léopold Mboli Fatrane, a souligné que la rencontre allait à...
(AfricaNews 27/02/17)
L’ancien Lion Indomptable du Cameroun, François Oman Biyik a été nommé sélectionneur de l’équipe nationale de football de la République centrafricaine. François Oman Biyik a paraphé un contrat de deux ans, rapporte des médias locaux. Si les négociations entre le technicien camerounais et le ministère des Sport ont véritablement avancé, il ne reste plus qu’à la fédération Centrafricaine de football de jouer sa partition dans les tout prochains jours, nous révèle le site de camfoot. L’ex-capitaine des Lions aura pour mission d’accompagner cette sélection à la qualification pour la CAN de 2019 au Cameroun. Il sera assisté dans ses tâches par son compatriote Jean-Baptiste Bisseck avec qui il chemine depuis 2012. François Omam Biyik (51 ans) est un ancien international...
(APA 27/02/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Les seize joueurs de la ligue de football de Bangui convoqués pour préparer les éliminatoires de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations, démarrent leurs entraînements lundi, a-t-on appris samedi à l’issue de la rencontre entre le sélectionneur national, Hervé Loungoundji, et la Fédération centrafricaine de football. Il est prévu deux jours d’entrainement par semaine et, à deux semaines de la première journée des éliminatoires qui aura lieu en juin, les seize joueurs locaux seront rejoints par leurs compatriotes évoluant à l’étranger. La RCA qui se trouve dans la poule H des éliminatoires avec la Côte d’Ivoire, le Rwanda et la Guinée Conakry, se fixe comme objectif la qualification à la phase finale de la CAN 2019 qui...
(Dw-World 25/02/17)
Un an après l'élection du président Faustin-Archange Touadéra, une bonne partie du territoire de la République centrafricaine continue d'être contrôlée par des groupes armés. Certains recrutent même dans des pays de la sous région et se financent sur l'exploitation des richesses minières. Mais que sont devenus les accords de paix et à qui profite cette instabilité? Comment la République centrafricaine se remet-elle des années de crise ayant suivi le renversement en 2013 de l'ex-président François Bozizé? Les compte-rendu d'experts et les récentes déclarations et alertes des organisations internationales...
(AFP 24/02/17)
Le président de la Centrafrique, Faustin-Archange Touadéra, a dénoncé jeudi des projets de mutinerie de la part de militaires qui redoutent leur non-réintégration dans la nouvelle armée centrafricaine, appelant les fomenteurs à "revenir à la raison". "Nous sommes au courant de tout ce qui se prépare dans les quartiers de Bangui, pour qu'il y ait une mutinerie au sein de l'armée", a prévenu le chef de l'Etat dans un entretien à la télévision nationale en sango, langue co-officielle du pays avec le français. "Je pense qu'il est encore temps, pour que ceux qui sont derrière cette mutinerie en préparation reviennent à la raison", a lancé M. Touadéra. "Nous n'avons pas d'armée pour défendre la population qui souffre", a souligné le...
(Xinhua 24/02/17)
YAOUNDE, (Xinhua) -- Le Front populaire pour la renaissance en Centrafrique (FPRC), une coalition formée d'ex-rebelles de la Séléka au pouvoir à Bangui entre mars 2013 et janvier 2014, a annoncé jeudi sa détermination à écraser son rival Ali Darassa et son groupe, l'Union pour la paix en Centrafrique (UPC), retirés de la ville de Bambari (Centre) mardi sous pression des Nations Unies. "Notre objectif reste maintenu. Il s'agit de le [Ali Darassa] faire disparaître. C'est notre ennemi numéro un aujourd'hui. On ne peut pas rester dans la même préfecture avec un ennemi", a déclaré le colonel Djouma Narkoyo, un des dirigeants du FPRC joint par Xinhua jeudi soir à Samoandja, à environ 900 km au Nord-Est de Bangui à...
(RFI 24/02/17)
Ali Darass, le chef militaire de l’UPC, a bien quitté la ville de Bambari dans la nuit du mardi 21 février. Une information confirmée par son groupe et par la Minusca, mercredi soir. C'est le résultat de longues négociations avec la force onusienne. Le résultat aussi de la pression militaire que font peser sur l'UPC la Minusca et la coalition menée par le FPRC de Noureddine Adam. Des affrontements meurtriers opposent depuis début février les deux factions issues de l’éclatement de la coalition Seleka. Ali Darass a quitté la ville, mais est-il vraiment parti ? Difficile de savoir où il se trouve, vraisemblablement dans la zone. D'après plusieurs sources, ses hommes seraient encore nombreux à Bambari, armés dans leur concession,...

Pages