| Africatime
Lundi 24 Avril 2017
(Le Point 04/04/17)
En prenant ses fonctions de nouveau gouverneur de la Banque des États de l'Afrique centrale (BEAC) à Yaoundé, au Cameroun, ce vendredi 31 mars, le Tchadien Abbas Mahamat Tolli sait que de nombreux dossiers l'attendent avec une certaine urgence. Au programme de ces tout prochains mois, notamment, il est attendu pour relever le défi du retour de la croissance, le débat sur l'avenir du franc CFA. Mais plusieurs autres chantiers font encore du surplace dans la sous-région. Succédant à Lucas Abaga Nchama à la tête de la banque des six États d'Afrique centrale (Cameroun, Gabon, Congo, Centrafrique, Tchad et Guinée équatoriale), Abbas Mahamat Tolli doit gérer les conséquences de la baisse des cours du baril de pétrole pour les six...
(APA 03/04/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - Le chef de file de l'opposition centrafricaine Anicet Georges Dologuélé a expliqué ce lundi à la presse à Bangui, que le bilan de la première année au pouvoir du Président Touadera célébré le jeudi 30 mars est « gravement négatif. « La table ronde de Bruxelles est l'unique bilan des 12 mois du régime Touadéra », a affiré le président de l'Union pour le Renouveau Centrafricain (URCA) Anicet Georges Dologuélé. « Maintenant que les promesses sont faites, il faut « travailler d'arrache-pied pour que l'argent soit décaissé », a-t-il ajouté. Selon Anicet Georges Dologuélé, « il ne peut pas avoir de bilan d'autant plus qu'il y a eu une grave dégradation de la situation sécuritaire». Pour illustrer ses...
(APA 03/04/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - En marge de la célébration du premier anniversaire de son accession au pouvoir ce jeudi 30 mars, le Président de la République Faustin Archange Touadéra a posé la première pierre des travaux de réhabilitation de l’aéroport internationale de Bangui Mpoko D’un cout de 4 milliards de FCFA, les travaux de ce construction de cet aéroport ont été par la Banque de Développement des Etats de l’Afrique Centrale (BDEAC) et l’Agence Française de Développement (AFD). Cette réhabilitation concerne la reprise de la clôture de l’aéroport afin d’interdire la traversée de la piste par la population comme cela se passe actuellement.
(Xinhua 03/04/17)
YAOUNDE, (Xinhua) -- Le Tchadien Mahamat Abbas Tolli a pris officiellement les fonctions de gouverneur de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) vendredi à Yaoundé en remplacement de l'Equato-guinéen Lucas Abaga Nchama avec pour mission d'accélérer les réformes macroéconomiques et structurelles. A bientôt 45 ans, M. Abbas Tolli prend la tête de la banque centrale des pays membres de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) dans un contexte marqué par une grave crise économique qui frappe la plupart de ces pays du fait de la baisse continue des prix du pétrole et de la menace sécuritaire due à Boko Haram.
(APA 03/04/17)
APA-Douala (Cameroun) - Le nouveau gouverneur de la Banque des Etats de de l’Afrique centrale (BEAC) Abbas Mahamat Tolli, a officiellement été installé à la tête de l’institut d’émission monétaire sous-régionale, au terme du Comité ministériel de l’Union monétaire d’Afrique centrale (UMAC) vendredi à Yaoundé. En l’installant dans ses nouvelles fonctions, ainsi que l’ensemble du gouvernement de la BEAC, dont le vice-gouverneur Dieudonné Evou Mekou, le président en exercice de l’UMAC et ministre Congolais des Finances, du Budget et du Portefeuille public, Calixte Nganogo, a prescrit dynamisme, efficacité et collégialité dans la conduite des affaires de la banque centrale. “La BEAC est le symbole et le fleuron de l’intégration régionale. La longévité, la crédibilité de la BEAC sont le symbole...
(AFP 01/04/17)
Anéantie par le conflit qui a ravagé le pays et sous le coup d'un embargo sur les armes, l'armée centrafricaine tente avec l'aide de l'Europe de tourner la page d'une longue histoire de coups d'Etat et de mutineries. La Centrafrique attend pour fin avril la présentation d'un premier bataillon, en formation depuis six mois à Bangui sous la responsabilité d'une mission d'entraînement de l'Union européenne (EUTM-RCA), la troisième du genre après la Somalie et le Mali. "Ce bataillon représente environ 700 personnes, dont trois compagnies et un état-major", détaille le commandant de l'EUTM-RCA, le général belge Herman Ruys. Deux autres bataillons devraient être formés par la suite, soit 2.000 hommes au total.
(APA 31/03/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - Le département des Affaires étrangères de la Hollande a octroyé 435 000 d’euros, soit 285 millions de CFA à la Croix rouge centrafricaine pour soutenir l’action humanitaire dans le pays Ce fonds vise à soutenir des activités de développement des jeunes des pays affectés par la crise. Le projet comporte deux volets à savoir former les volontaires de la Croix rouge centrafricaine sur les premiers secours et le second vise la formation d’au moins 5 000 jeunes en vue de réaliser des activités génératrices de revenu. Ce projet qui vient d’être lancé intervient deux semaines après le plaidoyer de la coordination humanitaire au Cameroun. Franck Dewes représentant de la Croix rouge néerlandaise présente les objectifs des projets en...
(APA 31/03/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - Investi Président de la République Centrafricaine le 30 mars 2016 après avoir triomphé d’Anicet Georges Dologuélé avec 63% au second tour de la présidentielle de 2015, Faustin Archange Touadéra a convié ce jeudi ses concitoyens au complexe sportif Barthélémy Boganda, lieu où il a prêté serment, pour leur présenter son bilan. Un bilan qu’il a qualifié de positif lors de son discours à la nation à la radio nationale, mercredi soir. Des tee-shirts à effigie du Président centrafricains sont distribués dans les administrations pour appeler le personnel à se rendre massivement au stade suivre le message du Chef de l’Etat. Cependant pour certains centrafricains, le bilan d’un an de Touadéra à la tête de l’Etat centrafricain est mitigé...
(Xinhua 31/03/17)
NEW YORK (Nations Unies), (Xinhua) -- Le Coordonnateur humanitaire par intérim en République centrafricaine (RCA), Michel Yao, a mis en garde jeudi les auteurs du regain de violence dans les préfectures de la Ouaka, de la Haute Kotto et du Mbomou contre les multiples conséquences de leurs actes, selon un communiqué publié jeudi par l'ONU. Depuis le début du mois de mars 2017, la communauté humanitaire a recensé de nouvelles vagues de déplacements avec leurs corollaires de besoins urgents. Cette nouvelle détérioration intervient à un moment où les conséquences des violences qui ont émaillées la RCA entre septembre 2016 et février 2017 se font encore lourdement ressentir. Dans cette courte période, plus de 100.000 nouveaux déplacés ont été recensés, a...
(APA 31/03/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - L’An un de Faustin Archange Touadéra au pouvoir est à la Une de la presse centrafricaine de ce vendredi. Ainsi l’Agence Centrafrique Presse (ACAP) met l’accent sur cet évènement affirmant que Faustin Archange Touadera se félicite des avancées significatives dans tous les domaines pendant sa première année d’exercice. En présence du gouvernement, des représentants des autres institutions et du corps diplomatique, Faustin Archange Touadéra a abordé des questions liées notamment à la sécurité, au développement économique et à l'éducation et s'est réjoui des avancées enregistrées dans tous les domaines au cours de la première année de son mandat à la tête de l'Etat centrafricain, lit-on encore sur le fil de l’ACAP. A propos de la sécurité, la...
(AFP 30/03/17)
La justice doit rester une priorité du gouvernement pour sortir la Centrafrique de la crise, ont estimé jeudi des défenseurs des droits humains, qui ont lancé un appel au président centrafricain à l'occasion du premier anniversaire de son arrivée au pouvoir. "La justice et la lutte contre l’impunité pour les crimes relevant du droit international doivent continuer d’être au cœur de l’action gouvernementale menée par le président Faustin Archange Touadéra", ont déclaré une trentaine d'organisations de défense des droits humains, dont Amnesty International. La création d'un tribunal mixte de la Cour Pénale Spéciale (CPS) - chargée de juger les auteurs des exactions perpétrées dans le pays...
(AFP 30/03/17)
Le président Faustin-Archange Touadéra redoute que la Centrafrique ne disparaisse des préoccupations de la communauté internationale, confie-t-il à l'occasion du premier anniversaire jeudi de son arrivée à la tête d'un pays ravagé par la pauvreté et les groupes armés. "Il est important que l'on continue de maintenir la République centrafricaine dans l'agenda de la communauté internationale, surtout sur les questions humanitaires", déclare le président Touadéra lors d'un entretien avec deux médias dont l'AFP mercredi soir au palais présidentiel à Bangui, sous la surveillance de Casques bleus rwandais.
(RFI 30/03/17)
Il y a un an, Faustin-Archange Touadéra devenait le président de la Centrafrique pour cinq ans, après avoir remporté l’élection haut la main, mettant un terme à trois ans de transition. Les attentes qui pesaient alors sur ses épaules étaient immenses. Un an plus tard, le FPRC de Noureddine Adam et l’UPC d’Ali Darass s’affrontent dans des combats très meurtriers dans l’est du pays, et la situation humanitaire est toujours catastrophique. Le DDR est au point mort. Comment ramener les belligérants à de meilleures intentions ? Quel regard les autorités centrafricaines portent-elles sur les médiations de paix extérieures ? Et où en sont les promesses de financements récoltées à Bruxelles, en fin d’année dernière ? Le chef de l’Etat centrafricain...
(Le Monde 30/03/17)
Pour Lewis Mudge, chercheur à Human Rights Watch, le chef de l’Etat doit montrer que traduire en justice les responsables de crimes est une priorité de son mandat. Il y a un an, un trop rare sentiment d’espoir a pris forme en République centrafricaine, lorsque le nouveau président du pays, Faustin-Archange Touadéra, a prêté serment. Son équipe a succédé à un gouvernement de transition qui avait peiné à rétablir la sécurité et à mettre fin à la violence au cours des deux années précédentes, et son élection constituait un transfert pacifique et légitime du pouvoir, chose rare dans la région. Mais un an après, le chef de l’Etat tente à son tour d’apaiser des combats qui font rage dans la...
(RFI 30/03/17)
Il y a un an, Faustin Archange Touadéra prêtait serment à Bangui. Auréolé d'un score de plus de 62% des voix à la présidentielle, Faustin Archange Touadéra était salué comme le symbole du retour de la légitimité démocratique, et de l'ordre constitutionnel en Centrafrique. Les attentes et les espoirs suscités par son élection étaient alors énormes, en matière de sécurité, de développement économique, de justice ou de reconstruction de l'Etat. Un an plus tard, la situation est toujours difficile. Beaucoup dénoncent des progrès trop lents, même si le président Touadéra a enregistré quelques succès. En matière de sécurité, le président Touadéra a du faire avec une nouvelle officialisée le jour de son investiture...
(Agence Ecofin 30/03/17)
La Commission économique pour l’Afrique (CEA), organe des Nations unies, a présenté le 27 mars au Sénégal, ce qu’elle appelle « profils de pays » 2016 en matière de développement. C’est-à-dire, les rapports orientations économiques des Etats africains dans l'avenir. Ces rapports montrent que la République centrafricaine (RCA), le Tchad, la Guinée équatoriale, le Gabon sont conscients que les perspectives pessimistes des cours mondiaux des produits de base dont dépendent leurs recettes fiscales et les revenus d'exportations, représentent un risque pour leur économie et justifient le besoin d'accélérer la transformation structurelle. Selon le profil de pays du Gabon, les autorités locales se sont aperçues de la nécessité de développer durablement le potentiel de l'industrie du bois, de créer des sources...
(Financial Afrik 30/03/17)
La Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) menace de sévir sur le mobile money. Le gouverneur de la BEAC, Abbas Mahamat Tolli, lors d’une conférence de presse le 22 mars dernier à Yaoundé a indiqué que la Banque centrale reconnaît les transferts qui se font dans la zone CEMAC. « Mais logiquement, ce sont les banques qui doivent se charger des transferts en dehors de cette zone. Vous avez des opérateurs de téléphonie mobile qui, sans avoir l’autorisation, ou les contraintes auxquelles sont soumises les banques, font exactement l’activité des banques. Il faut mieux assurer ça », a dénoncé Abbas Tolli. Pour le gouverneur, la BEAC compte sévir dans ce domaine pour éviter des risques de blanchiment et d’évasion...
(AFP 29/03/17)
Malgré un retour au calme apparent, Betrand le chrétien et Ibrahim le musulman vivent encore comme des déplacés à Bangui alors que le président Faustin-Archange Touadéra veut placer jeudi "l'an un" de son mandat sous le signe de la réconciliation communautaire en Centrafrique. D'emblée, un signe frappe le visiteur qui revient à Bangui: il ne reste plus rien du camp des déplacés de Mpoko qui s'étalait depuis décembre 2013 le long des pistes de l'aéroport. Fin 2016, le gouvernement a mené une opération "Noël à la maison" pour que les milliers de déplacés quittent les lieux. "J'ai reçu 50.000 FCFA (75 euros) pour quitter Mpoko début janvier", témoigne Betrand Bekai, père de famille chrétien de 41 ans, qui s'était réfugié...
(Autre média 29/03/17)
Les soldats onusiens présents sur le terrain en République Centrafricaine ont essuyé en fin de semaine dernière d’intenses tirs à l’arme lourde, un incident qui n’a pas fait de blessés dans les rangs des Casques bleus mais qui dénote le climat de grave tension persistant dans le pays. Les casques bleus de la Mission Intégrée Multidimensionnelle de Stabilisation des Nations Unies en RCA (MINUSCA) ont essuyé des tirs provenant de groupes rebelles anti-Balakas. Ces nouvelles violences ont eu lieu dans la localité de Gobolo près de Bria. Les violences sont monnaie courante en République centrafricaine, et plus particulièrement dans les régions isolées qui ne sont pas couvertes par les forces onusiennes.
(APA 29/03/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - Un accident de la route survenu mardi à Paoua au Nord de la Centrafrique, s’est soldé par 16 morts dont des enfants et plus d’une vingtaine de blessés, a-t-on appris de sources sécuritaires. L’accident a eu lieu lorsqu’un camion chargé de marchandises et de personnes en partance de Paoua au nord à plus de 400 km pour Bangui s’est renversé à 20 km de Paoua. Les blessés ont été ramenés à Paoua où Médecin Sans Frontière tient un centre hospitalier pour y subir des soins. Le mauvais état de la route, la surcharge du camion seraient à l’origine de cet accident. Devant les difficultés de transport en RCA, les camions en provenance ou en partance des provinces embarquent...

Pages