Lundi 29 Mai 2017
(The Associated Press 19/05/17)
BANGUI, République centrafricaine — Des pillards armés se sont emparés de l’aide humanitaire dans la ville centrafricaine de Bria, où plus de 20 000 personnes ont trouvé refuge sur une base voisine de l’ONU, ont indiqué vendredi des responsables. Le pays semble s’enfoncer de plus en plus profondément dans la violence interconfessionnelle, y compris des régions qui avaient été épargnées depuis le début du conflit à la fin de 2013. Des affrontements ont éclaté à Bria pour une deuxième journée consécutive vendredi, et la situation s’envenime, selon l’agence humanitaire des Nations unies. Au moins cinq personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées. Le responsable de l’agence en République centrafricaine, Joseph Inganji, a expliqué à l’Associated Press que des...
(Agence Ecofin 19/05/17)
Proparco a accordé un prêt de 15 millions d’euros sur 10 ans à Rougier Afrique International, principale filiale du groupe Rougier, pour la préservation et la gestion durable de ses concessions forestières en Afrique Centrale. Marquant le premier investissement de Proparco en République centrafricaine depuis de nombreuses années, ce financement participera au développement socio-économique d’une région enclavée. Ce prêt financera le démarrage des activités en République Centrafricaine où le groupe a obtenu une concession forestière de 270 000 hectares en août 2015 à l’issue d’un appel d’offre international. Il permettra également à la filiale du groupe Rougier de financer l’extension des activités du groupe dans ses autres pays d’intervention (République du Congo, Gabon et Cameroun). « Proparco est très fier...
(Afrik.com 19/05/17)
Nouvelle tempête de violence en République centrafricaine, 2 000 personnes encore aux mains de la secte islamiste Boko Haram au Nigéria. Bref retour sur des faits souvent méconnus. Centrafrique : risque considérable d’une nouvelle guerre civile Depuis 2013, les combats n’ont jamais cessé en Centrafrique. De nouvelles vagues de violence viennent endeuiller le pays. À Bangassou, au Sud-Est du pays, plus de 100 corps sans vie ont été retrouvés ces derniers jours. Dans cette même ville, le 15 mai 2017, l’archevêque de Bangui, Dieudonné Nzapalainga a été visé par des membres des Anti-balakas alors qu’il essayait d’aider les victimes, majoritairement musulmanes, à rejoindre les hôpitaux. D’autres affrontements ont eu lieu à Alindao dans la préfecture voisine de Basse-Kotto. Parmi les...
(RFI 18/05/17)
Quelque 115 morts à Bangassou, c'est le chiffre que rapporte la Croix-Rouge centrafricaine après l'attaque de la ville par un groupe armé toujours non identifié en début de week-end. Un nombre qui détone par rapport aux premières estimations de la Minusca qui relève le chiffre de 26 victimes. C'est un chiffre qui était beaucoup diffusé sur les réseaux sociaux depuis plusieurs jours et qui est aujourd'hui affirmé par l'ONG. Parmi ces victimes se trouvent des combattants tués par la Minusca mais surtout beaucoup de civils, majoritairement musulmans, tout simplement exécutés par les assaillants de Bangassou.
(BBC 18/05/17)
En Centrafrique, cinq personnes ont été tuées et 29 autres blessées dans des violences à Bria, principale ville minière du nord et bastion de l'ex-seleka. D'autres violences à Bangassou dans le sud-est ont fait 115 morts et 50 blessés, selon la Croix-Rouge centrafricaine. Deux groupes armés s'y affrontent depuis lundi, faisant à ce jour 5 morts et 29 blessés, selon la Minusca. La population a fui en masse pour trouver refuge à la mission catholique et sur un site de déplacés à proximité du camp des casques bleus. Tout a éclaté suite au désarment de deux miliciens anti balaka en plein centre ville de Bria par un groupe de combattants ex-seleka présumés. Les autres antibalaka, mécontents de cet acte qu'ils...
(APA 18/05/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Le Président Faustin Archange Touadéra a inauguré, jeudi à Bangui, un nouvel complexe agro-industriel dont l’ambition est de produire au moins douze mille bouteilles d’eau par jour et de transformer en jus des fruits et autres aliments de consommation. Construite par un opérateur économique d’origine libanaise, cette usine agro-alimentaire emploie au mois trois cents personnes. La RCA qui connait un problème en eau potable, devrait avec cette unité agro-industrielle, réduire la quantité d’eau en bouteille qu’elle importe notamment du Cameroun. Le promoteur du complexe agro-industriel a fait part de son optimisme par rapport à l’importance du marché centrafricain qui peut aider au développement rapide de l’usine qu’il vient d’ouvrir. Cependant, il a formulé le vœu que la...
(APA 18/05/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Le budget de fonctionnement de la ville de Bangui pour cette année a été arrêté à cinq milliards de FCFA au terme d’une session de trois jours du conseil municipal de la capitale centrafricaine. Selon Emile Raymond Gros Nakombo, maire de la ville de Bangui, ce budget sera exécuté après le quitus de ministère de l’Administration du Territoire qui en est le département de tutelle. Le maire de Bangui a souligné que le budget de cette année compte sur la collecte de certaines taxes en vue d’entreprendre les travaux embellissement de la ville. Ainsi, le maire a exhorté les administrés de s’acquitter de leurs devoirs afin de permettre à la mairie d’avoir des ressources financières pour faire...
(Xinhua 18/05/17)
YAOUNDE, (Xinhua) -- Au moins cinq personnes ont été tuées et 29 autres blessées lors d'affrontements survenus mardi à Bria, dans le nord-est de la République centrafricaine (RCA), entre miliciens chrétiens anti-balaka et rebelles de l'ex-alliance de la Seleka, selon un bilan annoncé mercredi par les Nations Unies. Ce regain de violences survient après plusieurs mois d'accalmie à Bria, l'une des régions centrafricaines où les rivalités entre les deux principaux protagonistes de la crise qui a éclaté après la chute de François Bozizé en 2013 restent tenaces, en dépit de la mise en place de nouvelles institutions démocratiquement élues en 2016, dont le président Faustin Archange Touadera. "Après l'intervention de la MINUSCA (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la...
(APA 18/05/17)
APA-Kinshasa (RD Congo) - Environ 2.750 réfugiés centrafricains fuyant les violences dans la ville de Bangassou, affluent depuis trois jours vers les provinces congolaises du Bas-Uélé et du Nord-Ubangi, indique le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Parmi ces réfugiés qui arrivent dans des conditions difficiles et avec peu d’effets personnels figurent aussi des blessés. A Ndu, dans la province du Haut-Uélé, ces Centrafricains sont logés dans des familles d’accueil et dans des écoles. A Yakoma, au Nord-Ubangi, certains d’entre eux sont installés dans des bâtiments publics. Une équipe du HCR, de la Commission nationale pour les réfugiés (CNR) et d’autres acteurs humanitaires, séjourne dans la province du Bas-Uélé pour suivre la situation de ces réfugiés. Une deuxième...
(AFP 17/05/17)
Torpiller le désarmement? Se glisser dans des vides sécuritaires? La nouvelle flambée de violences qui embrase la Centrafrique reste en grande partie inexpliquée, tout comme l'origine du groupe armé qui a frappé la ville de Bangassou dans le sud-est. La Mission des Nations unies (Minusca), qui a perdu six Casques bleus en cinq jours, se voulait rassurante mercredi matin: "La situation globale en Centrafrique est calme. Dans le centre de Bangassou, les combats ont cessé depuis hier mardi. Nous contrôlons les points stratégiques. La priorité est maintenant d'assurer la sécurité de la population", a indiqué son porte-parole à l'AFP. D'autres affrontements mardi à Bria (centre) entre anti-Balaka pro-chrétiens et factions ex-Séléka...
(AFP 17/05/17)
La nouvelle flambée de violences en Centrafrique a fait au moins 26 morts à Bangassou (sud-est), en plus des six Casques bleus tués la semaine dernière, d'après un premier bilan mardi de l'ONU, bien davantage selon la Croix-Rouge locale. La Mission des Nations unies (Minusca) a fait état de 26 morts dans l'attaque samedi dernier d'un groupe armé contre le quartier musulman de Bangassou à 470 km à l'est de Bangui. Joint à Bangui par l'AFP, le président de la Croix-Rouge centrafricaine, Antoine Mbao Bogo, a affirmé que ses équipes chargées de récupérer et d'enterrer les corps avaient dénombré 115 victimes...
(RFI 17/05/17)
A Bangassou, ville qui a été investie ce week-end par plusieurs centaines d'hommes armés, le calme semble revenir progressivement. 7.000 déplacés sont toujours dans situation préoccupante, manquant de vivre et d'eau potable. Lors d'une conférence de presse, la Minusca a donné un bilan provisoire de victimes s'élevant à 26 personnes tuées. C'est la première fois que la Minusca s'adressait directement à la presse depuis le début de la crise qui secoue Bangassou depuis samedi dernier 13 mai. Mardi 16 mai, devant un parterre de journalistes, le général Bala Keïta, commandant en chef des forces de la Minusca, est revenu sur les risques qui continuent de planer dans la région. « Il y a des jeunes qui sont incontrôlés et qui...
(APA 17/05/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a exprimé dans un communiqué de presse publié, ce mercredi à Bangui sa ‘’grande inquiétude’’ au sujet du nombre croissant d'attaques des groupes armés contre la population civile dans plusieurs régions de la République Centrafricaine ces derniers mois, ainsi que des attaques contre les casques bleus de l'ONU dans le sud-est du pays. Le Haut-Commissaire Zeid a déclaré qu'il est particulièrement perturbé par l'augmentation des exécutions ciblées de civils depuis le commencement des combats en novembre 2016 entre les groupes armés rivaux. « La violence et les tensions croissantes se répandent dans les régions de la République centrafricaine qui étaient jusqu’à présent épargnées par les...
(APA 17/05/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Bangassou, ville au sud-est de la Centrafrique, a retrouvé son calme depuis lundi soir, selon plusieurs habitants joints au téléphone, mardi matin après le rétablissement des réseaux de communication. Ce calme fait suite à la médiation du Cardinal Dieudonné Nzapalaïnga, Archevêque de Bangui, lui-même originaire de la région et qui était en visite pastorale dans la zone lorsque les assaillants ont envahi la ville de Bangassou. Selon un habitant, le chef des assaillants s’est exprimé, lundi soir, sur une radio locale de Bangassou pour demander à ses éléments de regagner leurs bases. Les casques bleus composés en majorité des forces spéciales portugaises envoyées en renfort ont sur ces entrefaites repris leurs positions perdues depuis samedi, permettant ainsi...
(APA 17/05/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - Les travaux de construction d’un centre d’hémodialyse et d’imagerie médicale numérique en Centrafrique ont débuté mardi soir à Bangui, a constaté APA. Le Centre sera construit sur financement de la Banque Africaine de Développement (BAD) à hauteur de 12 milliards de FCFA. Ce financement est obtenu dans le cadre du Programme d’Appui à la Reconstruction des Communautés de Base-Phase I (PARCB-I) accordé par la BAD à la Centrafrique. Le délai de construction de ce centre est de six mois. Son existence est d’un grand bénéfice pour la Centrafrique dont le budget d’évacuation sanitaire à l’étranger est souvent dominé par les maladies qu’un centre d’hémodialyse doit traiter alors qu’il en manque au pays et cela coute très cher à...
(Agence Ecofin 17/05/17)
(Agence Ecofin) - Le Comité inter-Etats des pesticides en Afrique centrale vient d’homologuer, au cours d’une session tenue, le 9 mai dernier, cinq nouveaux pesticides, autorisant de ce fait, leur utilisation dans les six Etats de la Cemac que sont le Cameroun, le Gabon, le Congo, la Guinée Equatoriale, le Tchad et la République centrafricaine. Les produits phytosanitaires ainsi homologués sont l’Agreb 80 wp (fongicide), Boxer 10 wp (insecticide), Glycol 41% sl (herbicide), Glycol 680 wdg (herbicide), Super Killer 680 wdg (herbicide), Super 50 ec (insecticide) et Super 12 ec (insecticide). Ces produits ont été homologués sur une liste de 12 produits biochimiques présentés par diverses entreprises. Ces homologations surviennent au moment où des Etats de la Cemac dénoncent la...
(Journal de Bangui 17/05/17)
Andre Nzapayeke a présenté, ce mardi matin, ses lettres de créance au Président Danny Faure à State House Le Premier Ambassadeur de la République Centrafricaine auprès des Seychelles, son Excellence Monsieur Andre Nzapayeke a présenté, ce mardi matin, ses lettres de créance au Président Danny Faure à State House. Cette accréditation a été accueillie par le Président Faure comme une grande opportunité appelée à ouvrir une nouvelle ère dans les relations et échanges amicaux entre les deux pays et les deux peuples. Le Président Faure a félicité l'Ambassadeur Nzapayeke pour le choix qui a été porté sur sa personne et pour son accréditation. Il a exprimé la disponibilité des Seychelles d'échanger des expériences avec son pays. Il a indiqué que...
(Seychelles News Agency 17/05/17)
La République centrafricaine considère les Seychelles comme un modèle dont l'exemple peut être suivi lorsqu'il s'agit d'avoir de bonnes relations avec d'autres pays et de promouvoir la paix, a déclaré mardi le premier ambassadeur de la RCA auprès des Seychelles. L'ambassadeur André Nzapayeke s’est rendu à la présidence pour sa cérémonie d'accréditation. "Nous sortons actuellement d'une crise et les Seychelles sont un pays qui a de bonnes relations avec la plupart des pays du monde. Je ne me rappelle pas que les Seychelles ont eu des conflits avec d'autres pays ", a déclaré Nzapayeke. La République centrafricaine a été plongée dans la tourmente, en 2013, lorsque des rebelles musulmans de la Seleka ont pris le pouvoir. Après avoir présenté ses...
(AFP 16/05/17)
Plusieurs milliers de réfugiés centrafricains sont arrivés en République démocratique du Congo à la suite d'un regain de violence dans la ville frontalière de Bangassou, a annoncé mardi le Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR). "Selon les premières estimations des autorités [congolaises] et du HCR, 2.750 réfugiés seraient arrivés pendant le weekend dans les provinces de Bas-Uélé et Nord-Ubangi", dans le Nord de la RDC, note le HCR dans un communiqué, qualifiant cet afflux de "massif". "L’afflux s’est poursuivi dans certaines localités au début de la semaine", ajoute le texte. Des combats entre groupes armés Séléka pro-musulmans et anti-Balaka majoritairement chrétiens, secouent Bangassou ville du sud-est de la Centrafrique, frontalière de la RDC.
(The Associated Press 16/05/17)
BANGUI, République centrafricaine — Des centaines de rebelles armés ont accepté de se retirer de Bangassou, une ville de la République centrafricaine qu’ils ont attaquée pendant la fin de semaine, tuant un Casque bleu et chassant des centaines de personnes, a annoncé l’ONU lundi. Les négociations avec la milice chrétienne ont été dirigées par le cardinal de la ville de Bangui, Dieudonné Nzapalainga. La mission onusienne a annoncé en milieu de journée lundi que les rebelles avaient accepté de se replier. Un Casque bleu marocain a été tué samedi quand quelque 700 rebelles ont attaqué le quartier musulman de Bangassou et une base de l’ONU.

Pages