Dimanche 25 Juin 2017
(Jeune Afrique 21/06/17)
Les incertitudes de la situation économique mondiale, les difficultés de l’Afrique centrale dues à la baisse du prix du pétrole et les progrès de l’intégration commerciale en Afrique de l’Ouest suscitent à nouveau une réflexion sur l’avenir de la Zone franc. Celle-ci a plus de cinquante années d’existence et a connu de nombreuses réformes qui, tout en laissant subsister les principes de base — fixité du taux de change des francs CFA et garantie de disponibilité des devises grâce aux comptes d’opérations des Banques centrales (BCEAO et BEAC) auprès du Trésor français — ont montré sa capacité d’adaptation à des situations nouvelles. Comme par le passé et selon la demande des États africains, elle peut évoluer à nouveau. Comment donner...
(APA 21/06/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Le président de la Fédération centrafricaine de boxe, Fredy Kéna, a demandé au gouvernement centrafricain une allocation de cinq millions de FCFA destinée à payer les frais et autres droits de participation des boxeurs du pays engagés au championnat africain de boxe qui se déroule actuellement à Brazzaville en République du Congo. Si jusqu’à jeudi cette enveloppe n’est pas remise à la Confédération africaine de boxe, les quatre pugilistes qui participent au championnat de Brazzaville verront leurs victoires obtenues sur le ring attribuées à leurs adversaires, a indiqué Fredy Kéna, dans une déclaration faite mardi. En attendant un geste de la part du gouvernement, le bureau fédéral rappelle avoir lui-même payé les frais de transport des boxeurs...
(AFP 20/06/17)
Des affrontements ont eu lieu mardi matin en Centrafrique dans la ville de Bria (centre), faisant au moins un mort et 35 blessés, a appris l'AFP de sources concordantes, au lendemain de la signature à Rome d'un accord de paix entre les groupes armés et le gouvernement centrafricain. "Des tirs intenses ont commencé à 06H00. A 09h30, nous avions déjà reçu 35 blessés à l’hôpital, essentiellement des blessures par balle", explique Mumuza Muhindo Musubaho, coordonnateur du projet de l'ONG Médecins sans frontières (MSF) à Bria, dans un communiqué. "Nous dénombrons dans nos rangs au moins un mort et une vingtaine de blessés, qui ont été pris en charge par les ONG", a expliqué pour sa part Djamil Babanani, un porte-parole...
(AFP 20/06/17)
Un très fragile espoir de paix et de répit pour les civils en Centrafrique s'est levé lundi à Rome avec la signature d'un accord de paix pour tenter d'éviter l'"embrasement généralisé" que redoutent les Nations unies depuis la reprise mi-mai des violences communautaires. Au total 13 groupes rebelles ou milices, principalement anti-Balaka prochrétiens ou ex-Séléka prominorité musulmane, ont paraphé avec les autorités cet accord prévoyant un cessez-le-feu immédiat sur tout le territoire. Une question se pose après ces cinq jours de discussions sous le parrainage de la communauté catholique Sant'Egidio: cet engagement va-t-il mettre un terme aux affrontements qui ravagent l'ex-colonie française depuis 2013...
(RFI 20/06/17)
Le gouvernement centrafricain a signé, ce lundi 19 juin, à Rome, un accord de paix avec les groupes armés du pays, sous l’égide de la communauté de Sant'Egidio. Les discussions avaient débuté en novembre 2016. Les quatorze groupes armés se sont engagés à un cessez-le-feu immédiat sur tout le territoire centrafricain, «—sous le contrôle de la communauté internationale—». Un accord qualifié d’ «—historique—». L'accord fait 16 pages et c’est « le fruit d'un long travail, dur et sincère, débuté en novembre 2016 », dit Maoro Garafalo. « Les Centrafricains sont fatigués, les groupes armés aussi », soupire-t-il. L'accord de paix prévoit un cessez-le-feu immédiat. Certes, il n'y a pas de calendrier en tant que tel pour que les armes soient...
(Le Monde 20/06/17)
Quatorze des seize régions du pays sont contrôlées par des milices, sur lesquelles ni l’Etat ni la mission de l’ONU n’ont prise. Des vents mauvais soufflent sur la cour de la mission catholique Saint-Louis de Bria, dans la moitié est de la République centrafricaine (RCA). Ce ne sont pas les prémices orageuses de la saison des pluies qui menacent la grande église de briques rouges solidement plantée au centre de la cour, mais un tourbillon humain. « La haine est dans le cœur des gens », se lamente l’abbé Gildas. Mi-mai, elle s’est abattue sur Katekondji, un quartier chrétien de cette ville contrôlée par des groupes armés rivaux, musulmans pour la plupart. « Le pire est peut-être à venir »,...
(AFP 20/06/17)
Plus de 600 soldats du Congo travaillant pour l'ONU en Centrafrique et accusés d'agressions sexuelles vont être renvoyés chez eux, ont annoncé des responsables de l'ONU lundi. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres annoncera le départ de ces soldats mardi lors d'une conférence de presse aux Nations unies. Cette décision survient après un rapport accablant d'un responsable de la mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca), qui avait menacé de rapatrier ces soldats si rien n'était fait au sein du bataillon visé. Outre des agressions sexuelles, ces soldats sont accusés de trafiquer du carburant et de manquer de discipline. Le général sénégalais Balla Keita avait indiqué avoir déjà envoyé six lettres de "blâmes" cette année au commandant du bataillon congolais...
(Jeune Afrique 20/06/17)
A Rome, les groupes armés centrafricains se sont rassemblés avec des représentants des institutions de la RCA et de la Minusca, pour signer un accord en faveur de la paix. Certains apprécient, d'autres moins... Tous les groupes armés centrafricains – soit quatorze au total – se sont rassemblés à Rome, à l’initiative de la communauté catholique Sant’Egidio, à l’exception des 3R (« Retour, Réclamation et Réhabilitation »), pour des raisons logistiques. Leurs représentants, arrivés pour la plupart depuis Yaoundé, au Cameroun, discutent depuis le 15 juin, en présence de représentants du gouvernement, de l’Assemblée nationale et de la présidence ainsi que d’un représentant des Nations unies. Mario Giro a décroché son téléphone « Jusqu’au 19 au matin, les discussions piétinaient,...
(AFP 20/06/17)
La Centrafrique, où un accord a été signé lundi entre gouvernement et 13 groupes armés, a basculé en 2013 dans la violence avec le renversement de François Bozizé par les rebelles à majorité musulmane de la Séléka, suscitant une contre-offensive de milices chrétiennes, les anti-Balaka. Si le niveau des violences n'est plus celui de 2013, 50 à 60% du pays restent sous le contrôle des groupes armés. - Violences Séléka/anti-Balaka - Le 24 mars 2013, les rebelles de la Séléka prennent Bangui, chassant François Bozizé, au pouvoir depuis dix ans. Leur chef, Michel Djotodia, s'autoproclame président. Début septembre, de violents affrontements entre ex-rebelles de la Séléka et groupes d'autodéfense -- chrétiens comme la très grande majorité de la population --...
(APA 20/06/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - La communauté catholique de Saint Egidio a annoncé avoir obtenu la signature d’un accord politique pour la paix en RCA, à l’issue des discussions initiées sous son égide entre les groupes armés, les autorités, les partis politiques et la société civile en Centrafrique. Signé lundi à Rome, cet accord instaure un cessez-le-feu immédiat sur le territoire centrafricain avec les groupes armés signataires qui sont au nombre de 13 car sur les 14 attendus un mouvement dénommé ‘’3 R’’ ne s’est pas rendu à Rome. L’accord prévoit également la réouverture du territoire national à la libre circulation des personnes et des biens avec la levée des barrières illégales comme conséquence immédiate du cessez-le-feu. Le gouvernement, dans cet accord,...
(AFP 19/06/17)
Un accord de paix prévoyant un cessez-le-feu "immédiat" a été signé lundi à Rome sous l'égide de la communauté catholique de Sant'Egidio, entre le gouvernement centrafricain et les groupes armés de ce pays, a constaté l'AFP. Les parties se sont engagées notamment à un cessez-le-feu immédiat sur tout le territoire centrafricain, "sous le contrôle de la communauté internationale", selon le texte de cet accord, rendu public au siège romain de cette communauté, très impliquée dans des médiations de paix, notamment en Afrique. "Nous nous engageons sur le plan politique à la mise en place immédiate de la part des groupes politico-militaires d'un cessez-le-feu sur toute l'étendue...
(France Info 19/06/17)
C'est un pays qui n’est plus à la une de l’agenda international. Pourtant, la Centrafrique est devenue l'un des pays les plus dangereux pour les travailleurs humanitaires. Selon International NGO Safety Organisation (INSO), qui recense les exactions contre les ONG dans le monde, 123 incidents (intrusion d'hommes armés, assauts, vols, ...) ont eu lieu depuis le début de l'année. Certaines ONG ont même dû suspendre leurs activités, le temps que la situation s’apaise. Médecins Sans Frontières parle d'une "spirale des violences" inédite depuis la crise de 2014.
(MondAfrique 19/06/17)
Le chemin d’une paix durable passe-t-il désormais en Centrafrique par la communauté de Sant’Egidio? Le scénario n’est pas absurde. Après l’accord de coopération signé à Paris avec Jean-Marc Ayrault, le 18 février 2017, la communauté catholique basée à Rome a conclu un autre accord a été signé à New York , le 2 juin 2017, avec l’ONU. La France et l’Onu soutiennent en effet la médiation de Sant’Egidio qui poursuit ses efforts depuis 2013, notamment avec le Pacte républicain signé à Bangui le 7 novembre 2013, sous le régime de Michel Djotodia Am-Nondroko. L’ « Appel de Rome » du 27 février 2015, durant la Transition de Catherine Samba-Panza, a été signé par une dizaine de personnalités en vue de...
(BBC 19/06/17)
Depuis le début de la semaine, des combats opposent les éléments d'autodéfense, qui imposent leur loi dans la région, à une faction de l'ex-Seleka venue de Bria dans le nord-est de la Centrafrique. Ce regain de violences ne sont pas sans conséquences. La ville de Bangassou par exemple, théâtre d'une attaque sanglante des éléments d'autodéfense dits anti-Balaka, s'est de nouveau vidée de sa population. Dans cette localité début mai six casques bleus avaient été tués. Mercredi, la Minusca a mis en garde le FPRC contre toute attaque visant la ville de Bangassou. La force onusienne a indiqué qu'elle n'hésitera pas à frapper en cas de non-respect de cette mesure. Lire la suite sur: http://www.bbc.com/afrique/region-40298327
(Autre média 19/06/17)
Au terme de l’angélus dominical, le Saint-Père a apporté son soutien aux efforts de la communauté de Sant’Egidio entrée officiellement aux Nations unies le 9 juin dernier. « Je porte dans mon cœur le souvenir de la visite réalisée dans ce pays en novembre 2015, et souhaite qu’avec l’aide de Dieu et la bonne volonté de tous, le processus de paix (…) soit pleinement relancé et renforcé ». Au terme de l’angélus dominical, place Saint-Pierre, ce 18 juin, le pape François a lancé un nouvel appel à la reprise du processus en paix en République centrafricaine, déchirée depuis plusieurs mois par de nouveaux affrontements entre groupes armés, dans le centre et l’est du pays. Le Saint-Père s’adressait tout spécialement aux...
(APA 19/06/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Plus de dix-sept mille candidats ont démarré ce lundi à Bangui et dans certaines provinces de Centrafrique les épreuves écrites du Baccalauréat, après avoir subi en mai dernier les épreuves d’éducation physique et sportive. Seuls les candidats des zones en conflit ne passent pas cet examen puisque en fuite à cause des violences. Ils vivaient dans les régions du sud-est et du centre, en proie ces derniers jours aux exactions des groupes armés. Le ministère de l’Education nationale organisera un baccalauréat à leur intention dés que le calme reviendra dans ces zones, a indiqué la direction des examens et concours. Pour ceux qui composent, ils ont commencé ce lundi avec les épreuves de français, d’histoire et de...
(APA 19/06/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - La Centrafrique a octroyé deux permis de recherche minière à une société sino-congolaise « Zingo Myning », lui permettant ainsi opérer dans les villes d’Abba au nord-ouest et Bossangoa au centre nord. L’octroi de ces permis de recherches minières a reçu l’aval de l’Assemblée Nationale comme le stipule la nouvelle Constitution centrafricaine a affirmé le ministre des mines, Léopold Mboli Fatran. C’est la deuxième fois cette année que le gouvernement signe des conventions de recherche minière. La première remonte au mois d’avril avec une société chinoise. Le ministre des mines a invité la société Zingo Myning à s’investir dans les actions sociales en faveur des populations des deux villes concernées par ce permis de recherche. Il a aussi...
(APA 19/06/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Noémie Guerepou a été élue Miss Centrafrique 2017 à l’issue de la cinquième édition de ce concours organisé dimanche à Bangui avec la participation de 15 prétendantes issues de chaque préfecture de la République centrafricaine. Noémie qui vient de la préfecture de la Haute Kotto a reçu après son sacre une enveloppe financière, un billet d’avion offert par Air France et des dons provenant de sociétés de téléphonie mobile. La lauréate dont les deux dauphines sonT issues des préfectures de l’Ouham Pendé et de la Ouaka a fait part de son désir de mener un plaidoyer auprès des autorités et autres partenaires de la RCA pour que beaucoup d’actions soient entreprises en faveur de l’éducation des enfants...
(APA 19/06/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - La distribution des vivres aux déplacés internes de Bria par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) fait, ce lundi, la Une des journaux centrafricains à l’image du Réseau des journalistes pour les droits de l’homme (RJDH) qui titre : ‘’Plus de 7 mille ménages assistés par le HCR à Bria au centre est de Centrafrique’’. Se faisant plus précis, le journal note que ‘’7423 ménages du site de PK3, des quartiers Gobolo, Ndrou et Bornou à Bria ont reçu l’assistance humanitaire du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés’’. Selon le RJDH, c’est en réponse à la situation humanitaire de Bria que le HCR est intervenu avec les autres acteurs ce 16...
(Journal du Tchad 17/06/17)
C'est le Garde des Sceaux, ministre de la justice chargé des droits de l’Homme, professeur Ahmat Mahamat Hassane qui a fait l'annonce ce vendredi 16 juin 2017 Le Garde des Sceaux ministre de la justice chargé des droits de l’Homme, professeur Ahmat Mahamat Hassane a fait ce vendredi 16 juin 2017 une déclaration pour annoncer l’ouverture d’une information judiciaire relative au rapport du haut commissariat des Droits de l’Homme des Nations unies et de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation de la Centrafrique (Minusca). Le Garde des Sceaux ministre de la justice chargé des droits de l’Homme, professeur Ahmat Mahamat Hassane rappelle que, le 24 mai dernier, le gouvernement tchadien avait été saisi par l’intermédiaire de sa mission...

Pages