| Africatime
Samedi 10 Décembre 2016
(AFP 09/12/16)
Les Nations unies ont appelé jeudi les groupes armés en Centrafrique à respecter le droit humanitaire, notamment à Bria (centre) où des affrontements entre factions rivales fin novembre ont fait une centaine de morts. "Ces affrontements ont engendré une nouvelle crise humanitaire avec plus de 12.000 déplacés", indique le bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires dans un communiqué. "A cet égard, le coordonnateur humanitaire en République centrafricaine, Fabrizio Hochschild, appelle les parties au conflit à respecter sans délai le droit international humanitaire (DIH)", ajoute le communiqué. Le coordonnateur a demandé "de faciliter sans aucune condition l'accès aux populations enclavées et vulnérables". "Ce regain de violence déplorable a contraint les acteurs humanitaires...
(AFP 08/12/16)
Le Gabon a promis des sanctions à l'encontre de ses Casques bleus soupçonnés d'abus sexuels en Centrafrique par les Nations unies si les faits étaient confirmés, dans un communiqué publié jeudi par le ministère de la Défense. "Le ministère de la Défense nationale assure le peuple frère centrafricain et nos partenaires internationaux que des enquêtes adéquates sont menées pour faire la lumière sur cette affaire, et les personnes impliquées seront sanctionnées de façon appropriée", indique le communiqué signé par le ministre de la Défense Etienne Massard Kabinda, également secrétaire général de la présidence...
(RFI 08/12/16)
Le Burundi et le Gabon promettent de faire la lumière sur les soupçons de crimes sexuels qui auraient été commis par leurs soldats en Centrafrique. L'ONU a dévoilé un rapport dans lequel 16 militaires gabonais et 25 Burundais sont accusés d'agressions sexuelles, parfois contre des mineurs. Les faits datent de 2014-2015, dans la préfecture de Kemo. Les Nations unies ont recensé 140 victimes et elles ont demandé aux deux gouvernements de prendre des sanctions pénales. L'ONU a donné six mois...
(Journal de Bangui 08/12/16)
L’ancien président, François Bozizé chassé du pouvoir en mars 2013 par la Séléka, a appelé à la tenue d’un dialogue politique inclusif entre Centrafricains. Dans un mémorandum qu’il a lui-même signé au nom de son parti le KNK, François Bozizé pose ce dialogue comme le gage du retour à la normale en Centrafrique. L’appel au dialogue politique de François Bozizé intervient au moment où plusieurs villes contrôlées par des groupes armés, sont sous tension suite aux rivalités entre des tendances...
(Journal de Bangui 08/12/16)
Le ministre du plan, Félix Moloua a présenté, ce jour aux élus de la nation, le budget de l’Etat pour l’année 2017. Le membre du gouvernement parle d’un budget ambitieux qui va permettre à l’exécutif de s’attaquer aux questions essentielles. 191 milliards de Fcfa, c’est le montant du budget pour l’exercice 2017. Ce budget est présenté à l’assemblée nationale trois semaines après la table ronde de Bruxelles où le gouvernement a obtenu les promesses de 1 130 milliards de CFA...
(Journal de Bangui 08/12/16)
Joseph Bendouga, président du Mouvement Démocratique pour la Révolution et l’Evolution de Centrafrique (MDREC), s’est félicité de l’idée de dialogue proposée par l’ancien chef d’Etat François Bozizé. Pour lui, l’ancien président doit passer devant la justice après le dialogue inclusif qu’il souhaite aujourd’hui. Le dialogue inclusif, selon Bendouga est la voie qu’il faut aujourd’hui aux Centrafricains pour mettre un terme à la crise qui secoue le pays. Le leader du MDREC dit l’avoir déjà proposée au chef de l’Etat «...
(Journal de Bangui 08/12/16)
La Coordination des Affaires Humanitaires, l’Unicef et le HCR penchent pour la réévaluation des besoins humanitaires en Centrafrique. L’annonce a été faite lors d’une conférence de presse conjointe tenue le 06 décembre au siège de l’OCHA. Ces organisations ont émis cette idée après une mission conjointe effectuée à Kaga-Bandoro et Bambari, deux villes secouées ces derniers temps par des combats fratricides entre des tendances ex-Séléka. La mission conjointe, a permis à ces organisations de faire un état des lieux. Fabrizio Holschild, Coordonnateur des Affaires Humanitaires en Centrafrique souhaite un engagement humanitaire à la hauteur des promesses de Bruxelles...
(Journal de Bangui 08/12/16)
L’Union européenne condamne, dans un communiqué transmis mardi à la presse, les exactions commises dans la localité de Bria en Centrafrique "qui compromettent les efforts pour la réconciliation nationale". Dans ce communiqué du Service européen pour l’action extérieure (Seae), l’UE exprime ses condoléances aux familles des victimes dont le nombre s’élève à plus de 80 personnes tuées au cours de ces exactions "qui comportent des graves risques pour la reconstruction et la stabilité du pays à un moment-clé", souligne le...
(Journal de Bangui 08/12/16)
Selon les résultats provisoires publiés ce jour par l’Autorité Nationale des Elections (ANE), Gislain Samba Mokamanédé, candidat indépendant aux législatives est élu député de Bimbo. Ces résultats doivent encore être validés par la cour constitutionnelle de transition. Les résultats provisoires de ce second tour des législatives donnent Ghislain Samba Mokamanédé élu avec 5002 voix soit 58,8% devant Brice Rufin Léon Molomadon, candidat du Mouvement Démocratique pour le Développement (MDD) qui a recueilli 3494 voix soit 41,13%. Marie Madeleine Hornaer Kouet,...
(AFP 06/12/16)
Une enquête de l'ONU a permis d'identifier 41 Casques bleus gabonais ou burundais de la Mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca) soupçonnés d'avoir commis des agressions sexuelles dans la préfecture de Kemo (centre) en 2014 et 2015. Selon le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric lundi, l'enquête, qui a duré quatre mois en coopération avec des enquêteurs burundais et gabonais, a recueilli des preuves contre 16 Gabonais et 25 Burundais servant dans la Minusca. Il appartient maintenant aux deux pays de mener...
(RFI 06/12/16)
Onze ans après l’émission d’un mandat d’arrêt contre lui, Dominic Ongwen sera jugé devant la Cour pénale internationale à partir de ce mardi 6 décembre. Enlevé à l’âge de 14 ans par les hommes de Joseph Kony, dans le nord de l’Ouganda, l’enfant soldat était devenu l’un des commandants redoutés de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), mais doit désormais répondre de crimes contre l’humanité et crimes de guerre. De notre correspondante à La Haye, Après lecture des 70 chefs...
(AfricaNews 06/12/16)
Ce sont au total 139 victimes présumées qui ont été interrogées par le BSCI, parmi lesquelles 25 mineurs ont affirmé avoir été victimes de violence sexuelle. Elles distinguent 41 auteurs présumés (16 du Gabon et 25 du Burundi). Par ailleurs, “huit demandes de paternité ont été déposées, dont six par des mineurs”, a précisé le porte-parole, Stéphane Dujarric. Selon ce dernier, la responsabilité revient à présent au Burundi et au Gabon de mener d’autres enquêtes pour appuyer celle réalisée par...
(Journal de Bangui 06/12/16)
Les déplacés de Kaga Bandoro refugiés à coté de la base de la Minusca, ont rejeté l’idée de leur délocalisation souhaitée par certains acteurs humanitaires. Ces derniers justifient leur refus par l’éloignement du nouveau site et la garantie sécuritaire. Le nouveau site aménagé est situé, selon nos informations à 3 km de la base de la Minusca et à 5km de la ville de Kaga Bandoro. Enoch Nago Ngoya, président des déplacés de Kaga Bandoro dit s’opposer à cette délocalisation...
(Reuters 06/12/16)
Une enquête interne des Nations Unies a identifié 25 Casques bleus du Burundi et 16 du Gabon accusés d'abus et d'exploitation sexuels en République centrafricaine en 2014 et 2015, a déclaré le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric. "La responsabilité de nouvelles enquêtes a été donnée au Burundi et au Gabon", a ajouté M. Dujarric, soulignant que l'ONU avait demandé à ces États d'interroger leurs troupes qui ont quitté la République centrafricaine avant que les allégations ne soient faites. La force...
(Le Monde 06/12/16)
L’ancien commandant de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA), en Ouganda, est jugé devant la Cour pénale internationale pour 70 crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Bourreau implacable ou victime en partie irresponsable ? A partir de ce mardi, Dominic Ongwen, ancien enfant soldat devenu chef de guerre de la redoutable Armée de résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony, en Ouganda, est jugé devant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye.Aujourd’hui âgé d’un peu plus de 40...
(Journal de Bangui 06/12/16)
C’est autour de ce thème qu’est célébrée ce samedi en différé en République Centrafricaine, la journée mondiale de lutte contre le VIH/SIDA. Les manifestations officielles sont organisées au lycée Barthélémy Boganda dans le 4e arrondissement de Bangui en présence du Premier ministre, Simplice Mathieu Sarandji. « Selon les données qui ont été communiquées au gouvernement par la coordination nationale du CNLS, le nombre de nouvelles infections à VIH durant ces 5 dernières années dans notre pays est estimé à 35.000...
(RFI 05/12/16)
En République centrafricaine, après les affrontements de Bria, fin novembre, l’inquiétude demeure qu’en à une reprise des violences. Selon l'organisation Human Rights Watch, les combats entre deux factions rivales de l'ex-Seleka ont fait au moins 14 morts et 76 blessés parmi les civils. Les deux groupes, le FPRC à dominante gula et l'UPC à dominante peule, se disputent le contrôle de cette ville diamantifère. Et aujourd'hui encore la tension reste très vive. Une situation qu’a pu constater Human Rights Watch. Lewis Mudge est chercheur pour la division Afrique de l’organisation et était sur le terrain, il y a quelques jours.
(Mediapart 05/12/16)
L’incompétence chronique des dirigeants successifs. Mis en place et défait par la France. La convoitise des pays voisins et des puissances occidentales. Les pays du Golf qui voudraient bien, mettre la main sur les matières premières du pays. Explique en partie, le chaos sanglant et récurent de la Centrafrique... Menacée dans sa souveraineté par les ex-Séléka et des bandes armées disparates, la République Centrafricaine n’en finit pas de sombrer dans les abysses. Les violences sur les populations sont quasi-quotidiennes. Le pillage des mines de diamant, d’or et d’autres matières premières est organisé et contrôlé par les envahisseurs et leurs mercenaires, ce qui leur permet de s’équiper en armes et en munitions.
(Human Rights Watch 05/12/16)
La minorité Peul, en danger, a besoin d'une meilleure protection de la part de l'ONU. De violents affrontements qui ont éclaté fin novembre 2016 en République centrafricaine entre deux groupes de la Séléka ont fait au moins 14 morts et 76 blessés parmi la population civile, a déclaré Human Rights Watch aujourd'hui. Les groupes armés semblent avoir délibérément pris pour cible cinq des civils tués lors des principaux combats, survenus dans la ville de Bria, dans le centre du pays,...
(Journal de Bangui 05/12/16)
Alors que la situation sécuritaire tend à se calmer à Bakala dans la préfecture de la Ouaka, des informations recueillies par RNL attestent que depuis le 2 décembre, les humanitaires de Bambari sont évacués par vols spéciaux à Bangui. Selon certaines sources, les affrontements qui opposent depuis quelques jours, les deux factions ex séléka notamment UPC (Unité du Peuple Centrafricain) de Ali Darass et FPRC (Front Populaire pour la Renaissance de la Centrafrique), de Nourredine Adam seraient à l’origine de...

Pages