Jeudi 21 Septembre 2017
(BBC 21/09/17)
Le président centrafricain, Faustin Archange Touadéra, a plaidé pour le renforcement de la force onusienne dans son pays à la tribune des Nations unies. Faustin Archange Touadera appelle au renforcement des casques bleus de la Minusca en hommes et en équipements face à la montée de la violence en RCA. A New York où il prend part à l'Assemblée générale des Nations-Unis, le président centrafricain a évoqué des "vides d'aires" laissées par le départ des forces ougandaises et américaines de l'Est du pays. Il a aussi déploré les départ des contingents des deux Congos de la Minusca. Faustin Touadera demande également au comité des sanctions de l'Onu de permettre à son gouvernement, sous embargo de...
(RFI 21/09/17)
La Centrafrique était hier au cœur d’une réunion de haut niveau réunissant l’ONU, l’Union africaine, les organisations africaines régionales et pas moins de 17 ministres dont le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian. Il y a un peu moins d’un an, la communauté internationale s’était fortement mobilisée, promettant plus de 2 milliards de dollars pour remettre le pays sur pied. Mais depuis, les crises se sont multipliées en Afrique et dans le monde et les bailleurs sont sur-sollicités. D’où l’importance de cette réunion, selon le président Faustin-Archange Touadéra, pour que la Centrafrique ne soit pas oubliée par la communauté internationale. Lire la suite sur: http://www.rfi.fr/emission/20170920-rca-onu-touadera-centrafrique-point-...
(MondAfrique 21/09/17)
En paraphrasant la fameuse phrase du général De Gaulle à propos du président Albert Lebrun, on pourrait dire que le président Faustin-Archange Touadera est certes un chef de l’Etat mais qu’ au fond il lui manque deux choses “qu’il fût un chef et qu’il y eût un Etat”. L’ancien professeur de maths qu’est le président Touadera aurait dû rester dans son amphithéâtre plutôt que d’être une marionnette politique, d’abord de l’ancien président Bozizé et de son clan familial, puis de...
(AFP 20/09/17)
Près de quatre ans après l'intervention française et onusienne en Centrafrique, le pays, toujours plongé dans la violence et sous perfusion internationale, a demandé à l'ONU plus de Casques bleus et une aide accrue pour ne pas sombrer de nouveau dans le chaos. "La Centrafrique vit un moment critique de son histoire. On a besoin du soutien de nos amis", avait prévenu le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra avant même le début de la réunion présidée par le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres et regroupant les principaux bailleurs et partenaires du pays. "Il y a des risques qu'on nous oublie", s'est-il inquiété lors d'une conférence de presse devant une petite poignée de journalistes.
(APA 20/09/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra a exhorté la communauté internationale à « ne pas oublier » son pays, en l’aidant notamment à assurer sa propre sécurité. Touadéra qui donnait, mardi soir, une conférence de presse en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, a notamment demandé au comité de sanction des Nations Unies d’examiner avec ‘’bienveillance et diligence’’ la requête de la Centrafrique portant sur la levée de l’embargo sur les armes. Ce faisant, Bangui...
(France 24 20/09/17)
À l'occasion de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra a accordé un entretien à France 24. Il revient notamment sur les violences qui embrasent son pays et sur l'incapacité de son gouvernement à y mettre fin, alors que le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les Affaires humanitaires a alerté la communauté internationale sur un risque possible de "génocide" en Centrafrique. Dans un entretien accordé à France 24, Faustin-Archange Touadéra rejette l'analyse de...
(RFI 20/09/17)
Mardi 19 septembre à New York, la situation en Centrafrique a fait l'objet d'une réunion à un haut niveau en marge de l'Assemblée générale des Nations unies. La réunion s'est tenue en présence notamment du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra. Alors que beaucoup craignent une diminution des crédits alloués aux opérations de maintien de la paix en raison d'un probable désengagement budgétaire américain, OCHA, le bureau des affaires humanitaires de l'ONU, rappelle les besoins criants en République centrafricaine : 1,1 million...
(APA 20/09/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Plus de 400 soldats formés pendant la période de transition en 2013, ont pris d’assaut ce mercredi le ministère de la Défense pour revendiquer leur recrutement dans l’armée nationale à l’annonce de l’incorporation de 60 ex-combattants des groupes armés dans le cadre du projet pilote DDRR (démobilisation, rapatriement, réintégration et réinstallation) ce mardi. Un leader de ces jeunes formés militairement a demandé à la ministre de la Défense nationale et de la Reconstruction de l’Armée, Marie-Noëlle Koyara,...
(BBC 20/09/17)
Près de quatre ans après l'intervention française et onusienne en Centrafrique, le pays, toujours plongé dans la violence et sous perfusion internationale, a demandé à l'ONU plus de Casques bleus et une aide accrue pour ne pas sombrer de nouveau dans le chaos. Alors que le gouvernement de M. Touadéra peine à établir son autorité au-delà de la capitale Bangui, la majorité de la Centrafrique reste sous la coupe de groupes armés (une quinzaine recensés) qui se livrent, selon des...
(Xinhua 20/09/17)
BANGUI, (Xinhua) -- Après avoir subi des examens médicaux et des épreuves de vérification et de sélection, 60 anciens combattants de Bangui ont reçu un numéro matricule, leur permettant d'intégrer les Forces armées centrafricaines (FACA), a constaté mardi Xinhua. Selon la ministre centrafricaine de la Défense nationale et de la Reconstruction de l'armée, Marie-Noëlle Koyara, "l'incorporation des ex-combattants au sein des FACA est à la fois la mise en œuvre des recommandations du Forum de Bangui de mai 2015 et...
(La Voix de l'Amérique 20/09/17)
Une troisième mission conjointe gouvernement-HCR séjourne à Bongor chef-lieu de la région du Moyo-Kebbi-Est. L'objectif est de réévaluer le nombre des réfugiés installés dans cette zone pour une éventuelle assistance. Plus de 2.800 personnes sont placés dans les familles d’accueil de quatre localités de la région: Guelendeng, Moulkou, Bongor et Pont Karol. De nationalités camerounaises et nigérianes, les habitants ont fui les exactions de Boko Haram de 2015. Les Centrafricains, quant à eux, se mettent à l’abri, suite à la...
(Le Monde 19/09/17)
En dix ans, une douzaine d’accords de réconciliation ont été signés, mais aucun n’a pu être appliqué, déplore le spécialiste de justice transitionnelle Pierre Hazan. Le constat est vite fait. De l’accord de Syrte de 2007, conduit par feu « le médiateur et Guide de la grande révolution libyenne » Mouammar Khadafi, aux deux accords conclus ces derniers mois, l’un en juin à Rome sous l’impulsion de la diplomatie du Vatican (Entente de Sant’Egidio), l’autre en juillet à Libreville conduite...
(APA 19/09/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Soixante ex combattants de Bangui ayant déposé leurs armes dans le cadre du projet pilote de Désarmement, démobilisation, réinsertion et rapatriement (DDRR), lancé par le gouvernement et ses partenaires financiers, ont reçu, mardi, leur numéro matricule et sont ainsi aptes à rejoindre les rangs de Forces armées centrafricaines (FACA). Ces nouvelles recrues vont subir une formation de 4 mois dans un centre militaire. Une formation sur le droit international humanitaire leur sera également dispensée. Après Bangui, ce...
(APA 19/09/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - La production de café en Centrafrique s’élève cette année à 1050 tonnes pour une prévision estimée à 4500 tonnes, a annoncé, mardi à Bangui, le directeur général de l’Office de réglementation, de conditionnement, de commercialisation des produits agricoles (ORCCPA). Selon Boniface Damboti, cette faible production s’explique par plusieurs facteurs dont la traquemicose, une maladie qui sévit dans des plantations de café de plusieurs zones de production. Cette maladie qui est arrivée en RCA en 2008 à partir...
(RFI 19/09/17)
En Centrafrique, les avocats de Karim Meckassoua, le président de l'Assemblée nationale ont déposé plainte pour injure, diffamation, incitation à la haine et atteinte à la sûreté de l'Etat, entre autres, contre Didacien Kossimatchi. Cet été, ce proche du président Touadéra a accusé Karim Meckassoua d'avoir notamment recruté des mercenaires pour renverser le chef de l'Etat. Enième épisode d'une série qui illustre le bras de fer que se livrent depuis des mois l'exécutif et le législatif. En juillet, lors de conférences de presse, Didacien Kossimatchi, porte-parole du comité de soutien à Faustin Archange-Touadéra, accuse Karim Meckassoua d'avoir recruté des mercenaires en vue d'assassiner le président.
(Xinhua 19/09/17)
BANGUI, (Xinhua) -- Le ministre centrafricain de l'Enseignement primaire, secondaire, technique et de l'Alphabétisation, Aboubakar Moukadas Nouré, mise sur l'hypothèse d'une offre de trois mois de salaire pour inciter les enseignants des zones à risque de la Centrafrique qui sont la domination des groupes armés de regagner leur poste. Dans une interview accordée à la presse, M. Moukadas considère que "les enseignants seront traités différemment à la rentrée scolaire" de 2017-2018 officiellement prévue le 18 septembre. Une façon de prévenir...
(Journal de Bangui 19/09/17)
Des négociations ont été ouvertes entre le FPRC ails Hissene et FPRC de Azor Khalit, deux tendances rivale de la Séléka. Les opérations sont, d’après nos sources, conduites par les leaders religieux de la ville de Bria. Les négociations entre ces deux tendances sont amorcées depuis trois jours, selon un imam joint au téléphone par le RJDH, « nous sommes en pourparlers avec les deux groupes rivaux. Notre objectif est d’arriver à concilier leur position pour éviter de nouvelles violences...
(Agence Ecofin 19/09/17)
(Agence Ecofin) - Dans une publication de la Commission bancaire d’Afrique centrale (Cobac) datée du 18 septembre, l’on découvre une information plutôt inquiétante concernant le secteur bancaire dans la Cemac. En effet, Abbas Mahamat Tolli, président de la Commission bancaire d’Afrique centrale (Cobac) et gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac) a révélé au cours d’une réunion tenue en juillet dernier à Ndjamena, au Tchad, que plus de la moitié des banques dans la sous-région ne disposent...
(Agence Ecofin 19/09/17)
(Agence Ecofin) - Le siège de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac) a abrité le 15 septembre à Libreville, le lancement de l’Accord sur la facilitation des échanges de l’Organisation Mondiale pour le commerce (OMC) en Afrique centrale. Claude Sinzogan, représentant de la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique présent à la cérémonie, a expliqué que globalement, le projet vise à renforcer l’intégration régionale à travers des actions visant à stimuler le commerce et la...
(Jeune Afrique 18/09/17)
Au lendemain de sa rentrée politique à Bangui, le 15 septembre, le parti politique de l'ancien président François Bozizé, le Kwa Na Kwa, a réclamé un dialogue politique et le retour de son président fondateur, en exil depuis sa chute en 2013. Le secrétaire général du parti, Bertin Béa, qui a reçu "Jeune Afrique" chez lui, envisage également de voir l'actuel chef de l'État, Faustin-Archange Touadéra, représenter le KNK à la prochaine présidentielle. Interview. Jeune Afrique : Comment se porte...

Pages