Mardi 27 Juin 2017
(AFP 27/06/17)
Le cardinal Dieudonné Nzapalainga, président de la Conférence épiscopale centrafricaine (CECA), a déclaré n'avoir mandaté personne à Rome pour la signature d'un accord de paix entre groupes armés, alors qu'un des signataires s'est réclamé de la CECA. "Tout en saluant tous les efforts en faveur du rétablissement de la cohésion sociale en République centrafricaine (...) la CECA et son Eminence Dieudonné Cardinal Nzapalainga tiennent à préciser que Son Eminence n'a mandaté personne pour le représenter et prendre des engagements en son nom", explique le prélat dans un communiqué parvenu mardi à l'AFP. Le texte dénonce le fait qu'"un des signataires s'est présenté comme l'émissaire de S.E. Dieudonné Cardinal Nzapalainga", sans préciser qui était ce signataire...
(AFP 27/06/17)
La justice tchadiennes a annoncé le gel des avoirs et biens au Tchad d'Abdoulaye Hissene, un chef du groupe armé centrafricain Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), a déclaré samedi le ministre tchadien de la Justice. "Les fonds et avoirs financiers, directs ou indirects, d'Abdoulaye Hissene sur le territoire national ont été gelés", a indiqué à l'AFP le ministre, Ahmat Mahamat Hassan sans préciser ce que le milicien pouvait posséder au Tchad. "Le gouvernement prend aussi toutes les mesures interdisant l'entrée ou le passage en transit de ce dernier sur [le] territoire", a-t-il ajouté.
(La Croix 27/06/17)
Archevêque de Bangui, en Centrafrique, le cardinal Dieudonné Nzapalainga dément avoir mandaté quiconque pour signer en son nom un « accord politique pour la paix en République centrafricaine » sous l’égide de la communauté de Sant’Egidio. Le cardinal Dieudionné Nzapalainga n’a jamais signé ou fait signer l’« accord politique pour la paix en République centrafricaine ». Quelques jours après la publication par la communauté de Sant’Egidio d’un texte de dix pages entendant mettre un terme aux violences en Centrafrique, l’archevêque...
(AFP 27/06/17)
Un volontaire de la Croix-Rouge centrafricaine a été tué vendredi par des inconnus armés à Bangassou, ville du sud-est du pays où des affrontements meurtriers ont opposé en mai des groupes armés aux Casques bleus de la Minusca, a annoncé lundi la Croix-Rouge. Joachim Ali a été tué vendredi soir dans les locaux de la Croix-Rouge à Bangassou, a indiqué dans un communiqué la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en appelant une nouvelle fois les groupes armés qui sévissent en Centrafrique à respecter "la neutralité et l'impartialité" de la Croix-Rouge. Le communiqué n'a pas précisé les circonstances du meurtre du volontaire centrafricain de l'organisation.
(RFI 27/06/17)
Au lendemain même de l'accord politique signé à Rome, le 19 juin, sous l'égide de San't Egidio, entre le gouvernement centrafricain et 13 groupes armés rebelles, de violents combats entre milices ont fait une centaine de morts à Bria, dans le centre du pays. Cet accord est-il mort-né ? Au Sénégal, la rébellion casamançaise est toujours une épine dans le pied de Dakar. Les négociations vont-elles reprendre avec Salif Sadio ? La Libye, c'est le chaos. Comment en sortir ?...
(APA 27/06/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Deux éléments des Forces Armées Centrafricaines (FACA) ont été tués lundi à Mboki une localité située à l’est de Centrafrique, selon des sources sécuritaires. Ces éléments tués font partie du contingent centrafricain déployé dans la zone en remplacement des forces ougandaises et américaines qui luttaient contre les rebelles de la LRA (Armée de libération du Seigneur) dans la région. Ces soldats ont trouvé la mort lors d’une intervention contre un groupe armé assimilé à des peulhs qui...
(APA 27/06/17)
Le gouvernement tchadien a décidé de geler les avoirs d’Abdoulaye Issène, un ancien ministre centrafricain de la jeunesse et des sports sous le régime de Michel Djotodia. Le ministre tchadien de la justice, lors d’un point de presse, ce samedi soir, a rappelé que, le 17 mai dernier, le conseil de sécurité de l’ONU a inscrit le nom d’Abdoulaye Issène sur la liste des personnes et entités visées par des mesures imposées par la résolution 2339. «A ce jour, les...
(APA 27/06/17)
APA-Yaoundé (Cameroun) - La Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) vient de sommer les opérateurs de téléphonie mobile de cesser les opérations de transfert d’argent hors de la sous-région. Dans une correspondance adressée aux banques exerçant au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) et dont APA a pu obtenir copie, le gouverneur de l’institution, Abbas Mahamat Tolli, demande de «cesser toute opération de transfert de fonds à l’international dans le cadre des activités de...
(AFP 24/06/17)
Les trafiquants de diamants centrafricains utilisent les réseaux sociaux pour trouver des acheteurs et échapper aux lois internationales, a dénoncé un rapport de l'ONG Global Witness publié jeudi et parvenu vendredi à l'AFP. "Les réseaux sociaux sont devenus des territoires pour rechercher des nouveaux clients", explique à l'AFP Aliaume Leroy, chargé de campagne à Global Witness. Selon l'ONG, les vendeurs et intermédiaires interpellent des acheteurs potentiels sur les réseaux sociaux Facebook et Whatsapp, avant de se servir de la messagerie privée de ces réseaux sociaux pour négocier une transaction.
(La Tribune 24/06/17)
Le Maroc et la BDEAC viennent de signer une convention relative à la prise de participation du Royaume dans le tour de table de la banque de devéloppement des pays de la CEMAC. Pour une mise de 4millions de dollars, le Maroc s’adjuge 3% du capital de la BDEAC, ce qui lui permettra d’intégrer le conseil d’administration de l’institution monétaire communautaire des Etats de l’Afrique centrale. Les détails. Le Maroc est désormais actionnaire de la Banque de développement des Etats...
(AFP 23/06/17)
Des locaux d'organisations humanitaires ont été pillés dans la ville centrafricaine de Bria (centre) où la situation jeudi restait calme mais tendue, selon l'ONU et un journaliste de l'AFP sur place. "Des résidences et des bureaux des organisations humanitaires ont été pillés. Ces actes de violence contre les humanitaires sont inacceptables", a communiqué le coordonnateur du bureau humanitaire de l'ONU (Ocha) pour la Centrafrique, Najat Rochdi. Les affrontements entre milices survenus mardi matin ont fait une centaine de morts, selon les autorités locales à Bria et des sources sécuritaires à Bangui.
(AFP 23/06/17)
Environ 600 Casques bleus congolais déployés en Centrafrique vont être rapatriés après des accusations d'abus sexuels et de manquements, a annoncé l'ONU mercredi. Le gouvernement du président congolais Denis Sassou Nguesso "a décidé de retirer" ses troupes déployées dans le cadre de la Minusca après que le chef militaire de cette mission onusienne s'est plaint du comportement du bataillon congolais, précise un communiqué de l'ONU. L'examen par l'ONU des accusations d'exploitation sexuelle et d'abus "pointait vers un problème systémique de...
(Le Monde 23/06/17)
Malgré le déploiement, depuis 2013, de 12 000 casques bleus, 20 % de la population a dû fuir devant les attaques meurtrières de milices toujours plus nombreuses. Faute de s’entendre sur une sortie de crise, il est un sujet de consensus parmi les Centrafricains, probablement le seul par ailleurs. Du gouvernement à l’opposition, en passant par tous les chefs de guerre et leurs centaines de milliers de victimes civiles ; les leaders religieux chrétiens, animistes ou musulmans ; sans oublier les chancelleries occidentales ou les organisations non gouvernementales. Tous critiquent l’incapacité de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca), déployée depuis 2013...
(Le Monde 23/06/17)
Des trafiquants avancent à visage découvert, notamment sur Facebook, pour vendre des pierres interdites à l’exportation. Ils ne se cachent pas dans les tréfonds du « dark web », la partie immergée d’Internet, et avancent à visage découvert. Depuis Bangui, Beyrouth, Bordeaux ou ailleurs, ils utilisent les réseaux sociaux pour proposer leurs produits et leurs services. Ce sont les community managers des « diamants du sang » de Centrafrique, des trafiquants de pierres interdites à l’exportation qu’ils proposent à la vente...
(RFI 23/06/17)
En Centrafrique, Bria à l'arrêt depuis ce mardi. Le chef-lieu de la Haute-Kotto dans l'est du pays a connu une journée particulièrement meurtrière et les habitants craignent une nouvelle attaque. En attendant, la ville compte ses morts. Bria a des allures de ville fantômes depuis ce mardi. Toute la journée, mercredi, les équipes de la Croix-Rouge centrafricaine ont sillonné les rues désertes à la recherche de cadavres. Les quelques quartiers où des habitants avaient choisi de rester après les violences de mai sont désormais vides.
(APA 23/06/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Le ministre centrafricain de l’Economie, Félix Moloua et Jean Christophe Carré, représentant de la Banque mondiale en Centrafrique, ont signé jeudi à Bangui un accord financier de 15 milliards de FCFA en faveur de la République Centrafricaine. Ce fonds servira à l’insertion des ex-combattants dans leur communauté d’origine mais également à financer des projets visant le relèvement du niveau de vie de ces communautés. C’est un financement qui concourt à la mise en œuvre du programme de...
(APA 23/06/17)
APA-Bangui(Centrafrique) - L’accord de paix signé lundi à Rome entre le gouvernement de la RCA et des représentants des groupes armés centrafricains, pose « les bases d’une paix et d’une stabilité durables dans le pays», a assuré le Représentant spécial des Nations Unies, Parfait Onanga Anyanga. Dans un communiqué de presse de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilité en Centrafrique (MINUSMA) publié ce mercredi à Bangui, Parfait Onanga Anyanga a appelé à une ‘’cessation immédiate’’ des...
(RFI 23/06/17)
En Centrafrique, il n'y aura bientôt plus de casques bleus originaires du Congo-Brazzaville. Ils sont actuellement près de 600 déployés dans le sud-ouest du pays et vont être rapatriés. L'an dernier déjà, 120 militaires du même contingent congolais avaient été renvoyés chez eux, après des accusations d'exploitation et d'abus sexuel, notamment sur des enfants. A ces allégations s'ajoutent une série de récriminations, des problèmes de discipline, de commandement et globalement d'efficacité. Pour justifier sa décision de renvoyer les casques bleus congolais à Brazzaville, l'ONU met en avant une enquête...
(RFI 23/06/17)
Que vont devenir les quelque 600 casques bleus originaires du Congo-Brazzaville déployés dans le sud-ouest de la Centrafrique et que l'ONU a décidé de rapatrier? Il y a deux semaines, l'ONG Aids Free World avait fait fuiter deux documents confidentiels des Nations unies, un rapport d'évaluation et un mémo dans lequel le général Balla Keita qui commande les casques bleus en Centrafrique qualifiait ce bataillon de «bien connu pour son comportement en matière d'abus sexuels, de trafic de carburant et d'indiscipline» ajoutant qu'il avait adressé pas moins de six blâmes— au commandant de ce bataillon...
(Jeune Afrique 23/06/17)
Dans une lettre datant du 19 juin, le gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale, Abbas Mahamat Tolli, invite les dirigeants des banques de la zone Cemac à cesser les opérations de cette nature. La Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) met un coup d’arrêt à la sortie des fonds hors de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) via le mobile money. Dans une lettre en date du 19 juin, le gouverneur de la...

Pages