| Africatime
(AFP 19/04/14)
BANGUI, 19 avril 2014 (AFP) - Un prêtre centrafricain a été tué vendredi dans la région de Paoua, dans le nord de la Centrafrique, par des hommes armés assimilés aux peuls et à l'ex-rébellion Séléka, a appris l'AFP auprès d'une source dans la gendarmerie locale samedi. Selon cette source, "le prêtre Christ Foreman Wilibona, curé de la paroisse Saint Kisito de Paoua rentrant de Bossangoa à Paoua, a été tué de six balles vendredi par des hommes armés assimilés aux peuls et ex-Séléka, qui ont ouvert le feu sur lui alors qu'il était en pleine circulation en moto". De même source, le prêtre aurait fait l'objet de mutilations avant d'être enterré sur place par des...
(Xinhua 19/04/14)
BANGUI, (Xinhua) -- Labbé Christ Formane Wilibona, curé de la paroisse de Paoua dans le diocèse de Bossangoa (Nord), a été tué jeudi par des éleveurs peuls armés proches des ex- rebelles de la Séléka, alors qu'il tentait de rejoindre sa paroisse après une messe célébrée la veille à Boguila, une ville voisine, et trois autres prêtres kidnappés à Batangafo (Nord) sont toujours détenus par leurs ravisseurs, a annoncé à Xinhua l'abbé Fréderic Tonfio, vicaire général du diocèse de Bossangoa. "L'abbé a été tué quand il rentrait à Paoua. Nous ignorons encore les motivations de ceux qui l'ont tué. Selon...
(Reuters 19/04/14)
BODA Centrafrique (Reuters) - Avant que la guerre n'éclate en Centrafrique, les ponts de bois branlants qui se trouvent aux deux extrémités de la route principale de Boda, dans l'ouest du pays, servaient de points de passage vers les commerces et le marché de la ville. Aujourd'hui, ils tiennent lieu de frontières pour les musulmans: d'un côté la vie, de l'autre la mort. Car la population musulmane de cette ville minière, qui vit d'ordinaire de l'extraction du diamant, se trouve...
(Xinhua 19/04/14)
BANGUI, (Xinhua) -- Vingt-quatre heures après son arrestation à Bangui par des soldats de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous autorité africaine (MISCA), le coordonnateur général des milices d'autodéfense anti-Balakas (anti- machettes), Patrice Edouard Ngaïssona, a été libéré et placé sous surveillance judicaire vendredi, annonce le procureur général de la République près le tribunal de grande instance de Bangui, Ghislain Grésénguet. "Ngaïssona devra se présenté mardi et vendredi pour qu'on puisse s'assurer de sa présence dans le...
(AFP 19/04/14)
PLADAMA OUAKA, (AFP) - Ils sont arrivés en 2007 en Centrafrique pour fuir les massacres au Darfour. Sept ans plus tard, les réfugiés soudanais du camp de Pladama Ouaka (centre) tremblent d'être rattrapés par le conflit sanglant ravageant leur pays d'accueil. Abdoulaziz Mouhammad Khalis, longue djellaba blanche, les cheveux poivre et sel recouverts d'un chèche marron, se souvient parfaitement du jour de son exode de cette province de l'ouest du Soudan où un conflit qui dure depuis onze ans a fait des centaines de milliers de morts et plus de deux millions de déplacés selon l'ONU.
(La Croix 18/04/14)
Depuis le mercredi 16 avril, la totalité des soldats tchadiens a quitté la Centrafrique. Pour Philippe Hugon, spécialiste de l’Afrique à l’Institut des relations internationales et stratégiques, ce départ laisse un « État failli » en proie à un avenir incertain. Le Tchad a annoncé mercredi 16 avril avoir achevé le retrait de Centrafrique de l’ensemble de son contingent au sein de la force africaine (Misca), lors d’une cérémonie au sud du pays. Cette décision survient après la mise en...
(La Voix de l'Amérique 18/04/14)
Malgré l'annonce de sa libération jeudi, Mgr Nestor Nongo Aziagbia a été empêché ce vendredi de quitter la paroisse. La situation se complique pour les quatre religieux centrafricains de Bossangoa. Apres avoir dû interrompre leur périple mercredi sous la contrainte des éléments de l'ex-Seleka, les quatre hommes n'ont toujours pas pu rejoindre l'évêché. "L'évêque se trouve toujours à Batangafo. Il a essayé de quitter la ville avec les trois soldats de la Misca qui les escortent. Mais des ex-Seleka leur...
(Jeune Afrique 18/04/14)
Coordinateur politique autoproclamé des anti-balaka, Patrice-Édouard Ngaïssona a été placé jeudi sous contrôle judiciaire. Les choses se gâtent-elles pour Patrice-Édouard Ngaïssona, 42 ans ? L'ex-ministre de François Bozizé et coordinateur politique autoproclamé des anti-balaka a été placé jeudi 17 avril sous contrôle judiciaire par la justice centrafricaine. "Il a été auditionné par nos services à Bangui dans les locaux de la gendarmerie nationale en fin d'après-midi pendant deux heures. Il a été ensuite décidé de laisser en liberté provisoire sous contrôle judiciaire. Il devra dorénavant se présenter deux fois par semaine...
(APA 18/04/14)
APA-Dakar (Centrafrique) - Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé jeudi les Centrafricains à « s'unir pour consolider la paix et construire ensemble un avenir commun ». « Votre avenir est fait ni d'effusion de sang ni de désunion, il doit être construit sur l'union et la paix », a déclaré M. Ban dans un appel personnel au peuple de la République centrafricaine, diffusé par la radio d'Etat, indique un communiqué reçu vendredi à APA. Dans ce...
(Euronews 18/04/14)
Depuis un an, la Centrafrique est livrée à l’anarchie et aux violences entre chrétiens et musulmans. A Bangui, le déploiement de soldats français de l’opération Sangaris ne suffit pas à ramener la paix. Les tensions sont vives. Dans le quartier PK5, les soldats sont accusés de ne pas assez intervenir. Une ONG a lancé un projet d’assainissement pour tenter d’aller vers une réconciliation de la population. “Depuis deux mois, OIM a lancé un projet d’assainissement qui nécessite beaucoup de mains...
(Libération 18/04/14)
A Bossangoa, au nord-ouest de Bangui, l'imam a fui et l'évêque a été brièvement enlevé. C'était au tout début de l'opération «Sangaris» en Centrafrique, en décembre dernier. Un détachement de l'armée française s'était déployé dans l'urgence à Bossangoa, au nord-ouest de Bangui, pour tenter de ramener le calme entre chrétiens et musulmans. Trois hommes étaient alors au cœur de cette délicate entreprise : l'évêque, l'imam et un capitaine du 8e RPIMA de Castres (régiment de parachutistes d'infanterie de marine) qui...
(APA 18/04/14)
APA-Bangui (Centrafrique) - L’autorité nationale des élections (ANE) et l’ambassade France ont signé vendredi à Bangui deux conventions de financement d’un montant de plus de 130 millions de FCFA Les accords dans ce sens ont été signés au siège de l'ANE à Bangui par le président de cette institution, Dieudonné Kombot Yaya, et l'ambassadeur de France, Jean Charles Malinas. Cette signature marque le début de la mise en œuvre des engagements de la république française consistant à appuyer le processus...
(Agence Ecofin 18/04/14)
(Agence Ecofin) - Patrick Stéphane Akibata, directeur de publication du journal Le peuple, arrêté mardi 15 avril 2014, est détenu à la gendarmerie territoriale. Il a été auditionné hier 16 avril au tribunal de Bangui. Régis Zoumiri , patron du journal Palmarès, séjourne quant lui à la prison Ngaragba depuis le 15 avril. Voilà la situation des deux journalistes accusés d’avoir publié des articles injurieux et diffamatoires à l’encontre de la présidente de transition en République centrafricaine, Catherine Samba-Panza. Régis...
(APA 18/04/14)
APA-Bangui (Centrafrique) - Les travaux de réhabilitation et de sécurisation de la Maison d’arrêt central de Ngaragba en république centrafricaine, financés par le gouvernement centrafricain, l’Angola et de l’Union Européenne, ont été lancés jeudi par le Premier ministre, André Nzapayéké. Selon une source pénitentiaire, les travaux qui vont s'étendre sur trois semaines, prendront en compte non seulement la réhabilitation des cellules et les quartiers des prisonniers mais aussi le portail principal. ''Plus jamais nous n'accepterons que les personnes qui ne...
(APA 18/04/14)
APA-Bangui (Centrafrique) - L’Université de Bangui et Campus pour Christ pour la formation des étudiants en leadership ont signé vendredi dans la capitale centrafricaine un accord de partenariat portant sur cinq ans renouvelables et destiné à aider les étudiants à devenir des citoyens exemplaires et à créer un service de l’aumônerie sur le campus. Par ailleurs, l'Université de Bangui s'engage à parrainer et valider les diplômes délivrés par Campus pour Christ, aux termes de l'accord paraphé à l'Université de Bangui,...
(Alwihda 18/04/14)
Le gouvernement a également durci le ton sur la presse en optant, de manière sélective, aux arrestations arbitraires. "Les menaces sur la liberté d'expression persistent également en ligne. Aucune liberté n'est respectée par les autorités Centrafricaines : ni la liberté d'expression, ni la liberté d'informer, pas plus que la liberté d'association, la liberté syndicale ou la liberté de manifester. Monsieur le procureur de la seleka et de Michel Djotodia Tout abord INTENTEZ UNE ACTION EN JUSTICE CONTRE CES CRIMINELS connus...
(AFP 17/04/14)
BANGUI, 17 avril 2014 (AFP) - L'évèque de Bossangoa, dans le nord de la Centrafrique, et trois prêtres ont été brièvement enlevés mercredi par des combattants de l'ex-rébellion Séléka, avant d'être libérés jeudi, a indiqué un officier de la force africaine à Bangui. L'évèque, Mgr Désiré Nestor Nongo Aziagbia, "a été enlevé en compagnie de trois prêtres mercredi à l'entrée de Batangafo" (nord), a expliqué cette source. "Nous avons été informés par les habitants qu'ils ont été enlevés par des...
(La Voix de l'Amérique 17/04/14)
Après d'âpres négociations dans la nuit de mercredi à jeudi, quatre religieux centrafricains ont été libérés. Escortés par la Misca, ils sont en route vers Bossangoa. De Bangui, l'archevêque Dieudonne Nzapalainga a pu brièvement s'entretenir avec l'évêque de Bossangoa qui est en bonne santé. Mgr Nzapalainga explique que Nestor Nongo Aziagbia était "parti pour installer trois prêtres dans leurs paroisses. Il a d'abord traverse sans encombre Bouca, ville tenue par les anti-balaka." Arrives à Batangafo, les quatre hommes ont dû...
(AFP 17/04/14)
GRIMARI, 17 avril 2014 (AFP) - Les enfants se mettent à courir, les yeux fous, au son de la rafale d'arme lourde : les combats entre ex-rebelles Séléka et miliciens anti-balaka bouleversent la paisible Grimari, bourgade fanée du centre de la Centrafrique. Les villages sont vides, portes et fenêtres closes, à des kilomètres à la ronde. De rares poules ébouriffées rappellent que la vie, il y a peu encore, suivait normalement son cours. Mardi, de petits groupes d'anti-balaka pro-chrétiens, reconnaissables...
(APA 17/04/14)
APA-Bangui (Centrafrique) - La présidente de la transition en Centrafrique, Catherine Samba-Panza, s’est entretenu mercredi à Bangui avec les délégués des 49 sites de personnes déplacées internes que compte la capitale pour discuter avec eux du retour volontaire des populations chez elles. « Croyez-moi, la question des personnes déplacées internes et des réfugiés qui vivent dans des conditions invivables et celle de la protection de la population civile prise en otage par les milices armées me préoccupe jour et nuit...

Pages