| Africatime
Mardi 28 Mars 2017
(Jeune Afrique 28/03/17)
À peine plus de quinze ans après la création d’Areva, en 2001, alors appelé à devenir, sous la houlette d’Anne Lauvergeon, le « grand acteur intégré du nucléaire », l’aventure atomique française est un fiasco. Faisant face à une situation financière explosive – les pertes ont atteint jusqu’à 4,8 milliards d’euros à la fin de 2014 –, le groupe a dû se résoudre en juin 2015 à un attelage d’urgence avec le groupe français EDF, appuyé par le président François Hollande : pour survivre, Areva, renfloué par l’État, va céder d’ici à la fin de l’année sa branche réacteurs à l’électricien, tout en conservant la seule gestion du cycle du combustible, de l’extraction de l’uranium au...
(Agence Ecofin 28/03/17)
(Agence Ecofin) - Abbas Mahamat Tolli, gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (Beac), s’est exprimé sur les transferts d’argent via le Mobile Money au sein de la Commaunuté économique des Etats de l’Afrique centrale (Cameroun, Congo, Centrafrique, Gabon, Guinée équatoriale, Tchad). C’était au cours d’une conférence de presse organisé le 22 mars 2017 à Yaoundé. « Vous avez des opérateurs de téléphonie mobile qui, sans avoir l’autorisation, ou les contraintes auxquelles sont soumises les banques, font exactement l’activité des banques. Il faut mieux assurer ça », a déclaré Abbas Tolli. Pour qui, il faut prendre des mesures pour éviter des risques de blanchiment et d’évasion fiscale. Ou même le financement du terrorisme. « Nous allons avoir des...
(Jeune Afrique 28/03/17)
Il est bien révolu le temps où le nucléaire avait le vent en poupe, dans les années 2005-2011. Les analystes les plus enthousiastes avançaient le chiffre mirifique de 30 réacteurs commandés par an. La catastrophe de Fukushima, le 11 mars 2011, voilà tout juste six ans, a mis un coup d’arrêt brutal aux ambitions du secteur : abandon de la filière en Allemagne, report sine die de l’appel d’offres sud-africain, ralentissement des calendriers de construction un peu partout dans le monde…...
(Jeune Afrique 24/03/17)
L'entreprise israélienne Nikuv International Projects (NIP) espère remporter un important marché de numérisation et de fabrication de documents administratifs en Centrafrique. Mi-mars, ses dirigeants (des anciens agents du Mossad) ont présenté leur technologie pendant trois jours à l’hôtel Ledger de Bangui. Ce qui fait déjà grincer des dents. Certains s’étonnent par exemple qu’il n’y ait eu aucun appel d’offres. « C’est prévu. Le processus n’est pas encore lancé, car d’autres sociétés, européennes, nous ont offert leurs services », répond Jean-Baptiste...
(Jeune Afrique 24/03/17)
La Banque des États de l’Afrique centrale (Beac) infléchit sa politique monétaire, en relevant son taux directeur de 50 points de base, au terme de son premier comité de politique monétaire de l’année, tenu le 22 mars. Une première depuis 2008. La Beac infléchit sa politique monétaire. Elle a relevé son taux directeur de 50 points de base le 22 mars, au terme de son premier Comité de politique monétaire (CPM) de l’année. Le taux d’intérêt des appels d’offres (TIAO)...
(APA 23/03/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Des administrateurs de la Banque africaine de développement (BAD) sont actuellement en mission d’évaluation en Centrafrique où ils ont visité ce jeudi à Bangui plusieurs établissements dont l’institution financière est chargée de la reconstruction. Hier mercredi, la mission de la BAD a visité à Boali (105 km au nord-ouest de Bangui) les turbines du barrage hydraulique de l’Energie centrafricaine (ENERCA), un ouvrage financé par la banque continentale. La BAD finance à hauteur d’au moins 12 milliards de...
(APA 23/03/17)
APA-Yaoundé (Cameroun) - La croissance économique réelle de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) devrait se situer à 1,6% en 2017 contre 0,2% un an auparavant, selon les prévisions du Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des États de la sous-région (BEAC). Au terme de sa première session de l’année, tenue mercredi dans la capitale camerounaise, Yaoundé, cette instance a mis cette reprise sur le compte de la remontée des cours du pétrole ainsi que...
(Agence Ecofin 23/03/17)
Le Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque des États de l'Afrique centrale (Beac) réuni à Yaoundé, au Cameroun le 22 mars, a indiqué que la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) connaîtra une reprise de la croissance économique réelle, avec un taux de 1,6% en 2017 contre 0,2% en 2016. Selon Abbas Mahamat Tolli (photo), gouverneur de la Beac, « cette reprise de la croissance est en lien avec la remontée des cours du brut et...
(Xinhua 23/03/17)
Plongée dans une profonde crise économique, la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) a enregistré une décélération plus marquée de la croissance de son produit intérieur brut (PIB) à 0,2% en 2016, révèle mercredi une analyse de la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) qui table cependant sur une reprise de 1,6% en 2017. Selon les récentes estimations publiées en décembre par la BEAC, la CEMAC, espace communautaire composé du Cameroun, du Congo-Brazzaville, du Gabon, de la...
(RFI 21/03/17)
C'est l'un des chantiers du vaste plan de redressement de la Centrafrique pour lequel le gouvernement a obtenu plus de deux milliards de dollars de financements internationaux : la relance et le développement de l'agriculture centrafricaine. Dans la Ouaka, la région de Bambari, les cotonculteurs ont dû stopper leurs activités en 2012, année où a émergé la Seleka. Parmi les chantiers promis par le gouvernement et soutenu par la Banque mondiale, il y a la relance du coton qui faisait...
(Xinhua 20/03/17)
BRAZZAVILLE, (Xinhua) -- Les dirigeants de la Banque de développement de l'Afrique centrale (BDEAC), entendent, sous la conduite de leur nouveau président, mobiliser plus de nouvelles ressources en vue d'appuyer la relance économique des pays de la communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEMAC), durement touchés par la chute des cours des matières premières. Cet engagement a été pris samedi à Brazzaville à l'issue de l'assemblée générale extraordinaire et du conseil d'administration de cette banque, couplée avec l'installation de...
(Agence Ecofin 16/03/17)
Selon un communiqué de l’agence de notation Fitch publié par Reuters le 15 mars, les programmes économiques proposés actuellement par le Fonds monétaire international (FMI) pourraient atténuer le manque à gagner provoquée par la baisse des recettes pétrolières subies par certains pays de la Cemac. Fitch cite nommément le Cameroun (B/Stable), la République du Congo (CCC) et le Gabon (B +/Négative). L’étendue des retombées des programmes FMI, selon l’agence de notation, dépendrait de la capacité de mise en œuvre des...
(Agence Ecofin 14/03/17)
(Agence Ecofin) - La Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale (Cemac), organise en partenariat avec la Coopération allemande au développement (GIZ), du 13 au 17 mars 2017 en Guinée équatoriale, la 1ère session de formation des organisations de la société civile (OSC), membres des comités Itie (Initiative pour la transparence dans les industries extractives) de la zone. Cette formation, indique la Cemac, fait suite à une étude initiée par le projet de Renforcement de la gouvernance dans...
(APA 13/03/17)
APA-Bangui (Centrafrique) - Le vice-président de la banque mondiale, Mactar Diop, a annoncé ce dimanche à Bambari (centre) une aide financière de 6 milliards de FCFA à la République centrafricaine pour reconstruire 23 centres de santé de la région détruite pendant le conflit qui déchire encore la région. M. Diop a fait cette annonce au cours d’une visite dans la région, en compagnie de son hôte, le chef de l’Etat centrafricain Faustin Archange Touadéra. Les déplacés ainsi que l’insertion des...
(La Tribune 13/03/17)
La banque mondiale envisage de décaisser une somme de 500 millions de dollars à la Centrafrique pour sa reconstruction. Le décaissement des fonds sera un des sujets de discussion entre le vice-président de l'institution financière, en visite à Bangui du 10 au 12 mars 2017 et le chef de l'Etat Faustin Archange Touadéra. La Banque mondiale l'a promis à la Centrafrique, lors de la conférence des donateurs de Bruxelles. Elle s'était engagée à participer avec une somme de 500 millions...
(Agence Ecofin 10/03/17)
(Agence Ecofin) - Le vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique est en visite du 10 au 12 mars, à Bangui. Makhtar Diop a prévu d’y rencontrer le président de la République centrafricaine (RCA), Faustin Archange Touadéra, avec qui il sera question notamment du décaissement du financement promis à Bangui, par l’institution internationale, pour la reconstruction du pays. Au cours de la conférence des donateurs de Bruxelles, la Banque mondiale s’était engagée à participer avec 500 millions de dollars à...
(APA 10/03/17)
APA- Bangui(Centrafrique) - Les collecteurs, acheteurs de pierres précieuses en Centrafrique, sont priés de présenter pour vérification, à la commission de certificat du diamant, leurs autorisations ou permis d’achat, leurs carnets et bordereaux. Sylvain Marius Gbatoka Directeur Général des Mines leur a rappelé ce vendredi qu’ils devront s’acquitter de cette tache avant le 30 mars prochain, conformément à une note circulaire du ministre des Mines, Léopold Mboli Fatraneen date du début du mois en cours. Ce contrôle de dossiers devra...
(Xinhua 10/03/17)
OYO (Congo), (Xinhua) -- Neuf ministres des pays africains on signé le 9 mars à Oyo, une localité du nord du Congo, un mémorandum d'accord de création du Fonds bleu pour le bassin du Congo. Ce fonds initié par le président congolais, Denis Sassou N'Guesso et accueilli favorablement par les pays africains participant à la COP22 au mois de novembre 2016, à Marrakech, au Maroc, vise à promouvoir "l'économie bleue" dans la zone géographique de douze pays arrosés par le...
(APA 09/03/17)
APA-Brazzaville(Congo) - Les ministres délégués de huit pays membres du Bassin du Congo (Angola, Burundi, Congo, RD Congo, RCA, Gabon, Rwanda, Tchad), et du Maroc, ont procédé jeudi à Oyo (département de la cuvette à environ 415 km, au nord de Brazzaville), à la signature d’un mémorandum d’accord portant création du Fonds Bleu du Bassin du Congo dont le but est la préservation des forêts de cette zone. Ce mémorandum d’accord de 13 articles a été signé en présence des...
(Jeune Afrique 07/03/17)
Fragilisés par la chute des cours du pétrole, les États d’Afrique centrale se voient contraints de frapper à nouveau à la porte du FMI. Ajustements structurels, orthodoxie financière…les mauvais souvenirs des années 1980 refont surface. La potion sera-t-elle aussi amère cette fois-ci ? Deux sommets de chefs d’État en deux mois. Le fait est suffisamment rare au sein de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) pour être relevé. Il témoigne de l’urgence pour ces présidents de trouver une...

Pages