Vendredi 20 Octobre 2017

Le Tchad face aux réfugiés de Boko Haram et de la Centrafrique

Le Tchad face aux réfugiés de Boko Haram et de la Centrafrique
(La Voix de l'Amérique 20/09/17)
Depuis les attaques de Boko Haram en janvier 2015 dans la ville de Baga et ses environs, au nord-est du Nigeria, plus de 18 000 réfugiés nigérians ont cherché abri au Tchad, dans la région du lac Tchad.

Une troisième mission conjointe gouvernement-HCR séjourne à Bongor chef-lieu de la région du Moyo-Kebbi-Est. L'objectif est de réévaluer le nombre des réfugiés installés dans cette zone pour une éventuelle assistance.

Plus de 2.800 personnes sont placés dans les familles d’accueil de quatre localités de la région: Guelendeng, Moulkou, Bongor et Pont Karol.

De nationalités camerounaises et nigérianes, les habitants ont fui les exactions de Boko Haram de 2015. Les Centrafricains, quant à eux, se mettent à l’abri, suite à la guerre entre les séléka et anti-balaka de 2014.

Après cette opération biométrique, les réfugiés doivent être regroupés sur un espace déjà délimité par les autorités locales situé à environ 20 kilomètres, à l’entrée nord de Bongor.

"On peut s'assurer qu'un réfugié n'est pas inscrit deux fois, mais aussi cela leur ouvre les droits d'avoir la carte d'identité de réfugiés", explique Olivier Jean Marc Ouegnin, administrateur associé en charge de la gestion des données du HCR.

Quelques réfugiés ont de la peine à retenir les larmes quand ils se mettent à expliquer les moments les plus difficiles qu’ils ont vécus dans leur pays respectif. Ils ne revendiquent rien d’autre qu’un meilleur cadre de vie.

Lire la suite sur: https://www.voaafrique.com/a/le-gouvernement-tchadien-et-le-hcr-a-la-ren...

Commentaires facebook